Vous êtes sur la page 1sur 6

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Pourtant, via l’application de fitness Strava, qui


enregistre ses performances cyclistes, nous n’avons
Des militaires français compromettent la
pas seulement pu trouver le profil d’Alexandre et
sécurité de leurs opérations sur les réseaux suivre ses trajets en France. En novembre 2019,
sociaux le militaire s’est également géolocalisé lors d’une
PAR JUSTINE BRABANT ET SÉBASTIEN BOURDON
ARTICLE PUBLIÉ LE JEUDI 10 DÉCEMBRE 2020 partie de foot à Erbil, en Irak. Sa montre connectée
Garmin Fenix 3 a enregistré tous ses déplacements. En
août 2018, il était repéré par Strava en train de faire un
peu de vélo sur une base des forces spéciales françaises
au nord de Ouagadougou, au Burkina Faso. Deux mois
plus tard, il s’adonnait à quelques exercices près de
l’aéroport de Tombouctou, au Mali.
© Mediapart Ces trois pays font partie des théâtres d’opérations
Alors que l’armée interdit à ses militaires de poster des les plus sensibles pour les soldats français. Les
informations sensibles en ligne, Mediapart a retrouvé, groupes djihadistes qui y opèrent les considèrent en
via différentes applications, plus de 800 profils de effet comme des cibles privilégiées. Le 30 novembre
soldats français déployés à l’étranger et plus de 200 dernier encore, trois bases de l’armée française au Mali
profils de membres des forces spéciales. L’état-major étaient attaquées par une filiale locale d’Al-Qaïda.
reste évasif sur les mesures prises pour endiguer un Consciente de ces risques, l’armée française interdit
problème pourtant susceptible de mettre en péril la à ses soldats déployés en opérations extérieures, et
sécurité des forces militaires. plus encore aux membres des forces spéciales –
Lorsqu’il a fini sa journée de travail, Alexandre* aime ces unités d’élite engagées en première ligne face
enfourcher son vélo, une monture de course noire en aux groupes djihadistes au Sahel –, de laisser des
carbone dont il prend grand soin, pour rentrer chez données personnelles ou sensibles en ligne. Nous
lui. Après avoir franchi la grille de son lieu de travail avons pourtant pu récolter en quelques heures (et
en centre-ville de Bayonne, il tourne à droite pour uniquement en recoupant des données publiques) un
descendre la rue Maubec, déboule sur la place de la nombre impressionnant de détails sur le militaire :
gare, son rond-point fleuri et ses cafés, puis pique à l’adresse de son domicile, les trajets de vélo et de
gauche pour attraper le pont Saint-Esprit, qui enjambe course à pied qu’il affectionne, les endroits où il a été
l’Adour. Il pédale ensuite pendant une petite heure ; envoyé en opérations ces deux dernières années mais
vingt kilomètres de route jusqu’à son domicile dans également son nom, celui de sa compagne et de son
un village tranquille du Pays basque. Alexandre a un fils, ainsi que des photos d’eux trois.
fils, trop jeune pour pédaler mais qu’il emmène parfois Cinq ans d’emprisonnement
pour de petites randonnées dans l’arrière-pays.
Un constat d’autant plus étonnant que depuis quelques
Alexandre est un soldat des forces spéciales. Le lieu années, en France, l’anonymat de ces troupes d’élite
de travail auquel il se rend en vélo est la citadelle est inscrit dans le Code pénal. La loi n° 2016-483
de Bayonne, où le 1er régiment de parachutistes du 20 avril 2016 punit en effet de cinq ans
d’infanterie de marine (1er RPIMa) a ses quartiers. À d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende « la
ce titre, pour le protéger, des éléments relatifs à sa vie révélation ou la divulgation, par quelque moyen que
privée ainsi qu’aux opérations qu’il mène ne devraient ce soit, de toute information qui pourrait conduire,
pas être accessibles au plus grand nombre – a fortiori directement ou indirectement, à l’identification d’une
pas à de potentiels terroristes qui pourraient choisir personne comme membre des unités des forces
d’en faire une cible.

1/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

spéciales ». Le législateur n’avait peut-être pas sur les réseaux sociaux peut se révéler être une menace
prévu que ces informations jugées sensibles seraient pour la sécurité du personnel de la défense, des
largement partagées… par les principaux concernés. opérations et de leur succès », avertit le document.
Car Alexandre n’est pas une exception. Au total, Par conséquent, le ministère dresse une liste de
Mediapart a retrouvé plus de mille profils Strava recommandations, parmi lesquelles : « Ne faites
susceptibles d’appartenir à des soldats français. pas état de votre statut d’agent de la défense » (à
Sur ces mille profils, près de 200 appartiennent travers des photos en uniformes, par exemple), « ne
très vraisemblablement à des membres des forces donnez pas d’informations privées (adresse postale,
spéciales. Pour les retrouver, nous avons listé les téléphone, etc.) », « n’utilisez pas la géolocalisation ni
profils de sportifs géolocalisés à l’intérieur de deux l’identification sur les photos publiées » et « n’évoquez
bases de régiments des forces spéciales françaises : pas vos missions […] ou votre emploi du temps, même
le 1er RPIMa de Bayonne ainsi que le 13e régiment partiellement ».
de dragons parachutistes (13e RDP). Leurs courses en
France étaient régulièrement suivies de déplacements
sur des théâtres d’opérations extérieures, au Sahel
notamment.
Les plus de 800 profils restants sont ceux de
militaires ayant été déployés en opérations extérieures,
géolocalisés à l’intérieur de bases de l’armée française
au Mali, au Niger, au Burkina Faso, en Syrie ou
encore au Koweït sans que l’on puisse préciser s’ils Extrait du «Guide du bon usage des réseaux sociaux» édité par
le ministère des armées, 2017. © Source : ministère des Armées
appartiennent à des régiments des forces spéciales ou à
des unités « classiques ». Outre leurs géolocalisations, Quant aux soldats en opération, ils doivent
la plupart de ces soldats ont laissé – comme Alexandre « désactive[r] la géolocalisation de leur smartphone »
– un certain nombre d’éléments sensibles sur ces et il leur est rappelé que « toute diffusion de
réseaux sociaux : noms, photos, informations sur leur photos et vidéos informant sur le camp (entrée/sortie,
entourage, voire adresse de leur domicile. agencement, etc.) et les missions (cartes, matériels,
écrans, programmation, etc.) est interdite ». Là
La liste des comptes Strava identifiés par Mediapart encore, la consigne a manifestement du mal à passer.
a été transmise au ministère deux semaines avant
la publication de cet article, afin de permettre Des recherches sur le réseau social Instagram nous
aux militaires concernés de supprimer les données ont permis de retrouver plus de 1 500 photos
personnelles et/ou sensibles. et vidéos prises par des militaires engagés dans
l’opération Barkhane (qui vise les groupes armés
Contraire à toutes les consignes et recommandations djihadistes au Sahel) postées entre 2017 et 2020. Elles
Ces pratiques entrent en contradiction avec les révèlent parfois des détails sur l’équipement des forces
consignes et recommandations du ministère des françaises, la disposition de l’intérieur de leurs camps
armées sur le sujet. Le Guide du bon usage des réseaux ou leur localisation.
sociaux que le ministère remet théoriquement à tous C’est par exemple le cas de Miguel*. D’un premier
des employés est sans ambiguïté. « Toute diffusion abord, son compte Instagram est surtout une longue
de contenus (textes, photos ou vidéos) relatifs à votre succession de selfies – en treillis ou en civil. Mais
activité professionnelle et/ou à celle de l’Institution mises bout à bout et examinées attentivement, ses
centaines de photos nous ont permis de retrouver
son nom de famille, son régiment (le 2e régiment

2/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

étranger d’infanterie), sa compagnie, son grade, son revendiquait l’assassinat de 14 soldats burkinabè
poste précis, les lieux et dates d’à peu près toutes (alliés des Français dans la lutte contre les groupes
ses vacances depuis 2017, ainsi que des photos de sa djihadistes) lors d’une embuscade.
compagne et de la famille de certains de ses collègues «Des ordres ont été donnés pour interdire
militaires. l’utilisation de certains appareils connectés»
De fait, au Sahel, les soldats français, comme leurs
alliés mauritaniens, burkinabè, maliens, nigériens et
tchadiens, sont des cibles. Le 30 novembre, trois bases
de l’armée française situées à Gao, Kidal et Menaka,
au nord et à l’est du Mali, ont été visées par des tirs de
roquettes (sans faire de victimes). Les attaques ont été
revendiquées par la branche sahélienne d’Al-Qaïda.
« Les Français et notamment les militaires français
sont des cibles permanentes des mouvements
djihadistes, qui font des rappels réguliers contre
la présence française et posent des justifications
théologiques à la violence contre eux », expose
Exemples de publications de «Miguel» sur Instagram (détails
Yvan Guichaoua, enseignant-chercheur en analyse
floutés par Mediapart). © Captures d’écran / Instagram des conflits à la Brussels School of International
Plus sensible encore : le soldat a diffusé une vidéo Studies (University of Kent), spécialisé dans les
détaillée de l’intérieur d’un avion de transport de mouvements armés au Sahel. S’il est rare qu’ils se
troupes et de matériel, celle d’un Mirage posté sur la lancent dans des confrontations directes en raison
base militaire française à Niamey (Niger) ou encore de l’asymétrie du rapport de force, ils « utilisent
des photos qui permettent de connaître le dispositif de des techniques d’intimidation (comme les roquettes
garde et de protection installé autour du camp militaire lancées récemment à Gao, Kidal et Menaka), placent
français à Gao, au Mali. S’il veille parfois à désactiver des engins explosifs improvisés (IED) sur le passage
sa géolocalisation, des détails de photo trahissent des convois et adoptent des tactiques qui leur
parfois sa présence dans des zones particulièrement permettent de frapper sans trop s’exposer ».
sensibles. C’est le cas sur ce cliché, posté le 19 mai Dans ce contexte, pourraient-ils utiliser des
2020 : informations laissées en ligne par des soldats français ?
« La plupart des informations qu’ils collectent pour,
par exemple, cibler des patrouilles, leur viennent
d’informateurs sur place. Ils savent déjà où sont les
bases françaises », nuance Yvan Guichaoua. « Mais
qu’ils mettent en ligne les identités de militaires
qu’ils auraient repérés en ligne, en disant à leurs
sympathisants : “On a identifié ces gens-là comme
Publication de « Miguel » sur son compte Instagram (détails étant en opérations au Mali, allez vous en occuper”,
floutés par Mediapart). © Capture d’écran / Instagram
c’est tout à fait envisageable », poursuit le chercheur.
La pancarte du commerce sous lequel pose le soldat
Quant à la capacité technique nécessaire pour
indique qu’il se trouve dans la commune de Tin-
retrouver ces informations personnelles à grande
Akoff, au nord du Burkina Faso. Le 11 novembre
échelle, elle n’est pas forcément un problème. « Les
dernier, dans cette même commune, l’État islamique
compétences, l’expertise sont probablement là. Et

3/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

même si elle n’est pas là dans le noyau dur du groupe dire s’il avait connaissance de l’existence des profils
qui va commettre les attaques, on sait qu’il leur retrouvés par Mediapart ainsi que des publications
arrive de contacter des interlocuteurs plus lointains Instagram de soldats de Barkhane. Mais il assure
(par exemple au Moyen-Orient) pour demander que « les armées se sont engagées à sensibiliser les
de l’aide ou sous-traiter le travail d’analyse de militaires avant tout déploiement », à travers le fameux
données », souligne Yvan Guichaoua. En octobre « Guide du bon usage des réseaux sociaux » mais
2014, l’État islamique en Afrique de l’Ouest (EIAO) également des « tutoriels ».
avait ainsi demandé à l’organisation État islamique En plus de cette « sensibilisation », des consignes
(EI) des conseils sur la manière d’utiliser certains plus strictes ont été passées aux soldats, poursuit
équipements volés à l’armée camerounaise (l’anecdote l’état-major. « Des ordres ont été donnés pour
est rapportée ici par le chercheur Vincent Foucher). interdire l’utilisation de certains appareils connectés,
L’EI avait notamment fourni un tutoriel vidéo sur le que ce soit dans les enceintes militaires ou
fonctionnement d’un drone. à l’extérieur, indique-t-il dans un mail reçu le
3 décembre. Parallèlement, ces mêmes ordres
prohibent la publication de tout matériau numérique
(photographies, parcours de course en particulier
et toutes métadonnées en général) en lien avec les
forces déployées. » Quelles sanctions ont reçu ou vont
recevoir les soldats qui ne respectent pas ces ordres ?
Comment expliquer qu’ils ne soient manifestement
pas toujours appliqués ? Le ministère n’a pas répondu
à nos questions sur ces deux points.
La délicate question du recrutement
Les difficultés de l’état-major à tenir ses troupes
Exemples de publications de «Miguel» sur Instagram (détails en ligne viennent peut-être d’une raison simple :
floutés par Mediapart). © Captures d’écran / Instagram
ses effectifs pléthoriques (268 000 employés par le
Plusieurs alertes ministère des armées en 2020) – et leur turn-over. « Les
L’incapacité apparente du ministère français des armées ont pris en compte depuis plusieurs années
armées à traiter le problème des données personnelles la nécessité [pour les militaires] d’avoir une hygiène
en ligne est d’autant moins compréhensible que numérique. Mais il ne faut pas oublier que l’armée
l’institution a déjà reçu plusieurs alertes. En 2018, en France, ce sont plusieurs centaines de milliers de
après une première vague de révélations concernant personnes, observe le député Thomas Gassilloud, co-
l’utilisation de Strava par des militaires américains auteur d’un rapport d’information sur les enjeux de
et français, l’état-major avait assuré à la presse que la numérisation des armées publié en 2018. L’effort
des « rappels en interne » avaient été faits sur pédagogique doit être permanent car il y a de
« la nécessité de respecter les règles élémentaires de nouvelles recrues chaque année. »
sécurité des systèmes d’information » et notamment « Certains militaires s’en foutent complètement, ils
de « désactiver les fonctions de géolocalisation et de se disent que ça n’arrive qu’aux autres et se croient
GPS ». invincibles », constate plus prosaïquement un soldat
Deux ans plus tard, les « rappels en interne » ne français ayant participé à l’opération Barkhane joint
semblent pas avoir été particulièrement efficaces, et par Mediapart.
l’état-major reste évasif sur les mesures prises pour
enrayer le problème. Interrogé, il n’a pas souhaité nous

4/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

En réalité, la question n’est pas seulement pour les et promotions de certains officiers), nous avons pu
armées de former en permanence de nouvelles recrues. identifier vingt-trois officiers présents sur ce réseau
Il s’agit aussi de ne pas faire fuir les nouveaux venus social sous leur vrai nom, dont deux colonels, trois
et les postulants potentiels. Le commandement de lieutenants-colonels et sept commandants. Comme les
ces soldats sait que prendre des mesures drastiques autres, ils ont laissé un certain nombre d’éléments
– restrictions d’accès à Internet… – serait courir sensibles sur Strava. Il nous a ainsi été possible de
le risque de perdre quelques soldats en route. À retrouver l’adresse personnelle des deux colonels.
l’heure où l’armée française doit recruter en masse Nous avons également retrouvé le profil Facebook
(16 000 personnes en 2020 pour la seule armée de public du directeur adjoint de cabinet de la ministre
terre), en particulier chez les jeunes, la perspective de Florence Parly, comprenant notamment des photos
longs mois sans portable n’est pas forcément un bon de famille. Le « Guide du bon usage » publié par
argument de vente. le ministère recommande pourtant l’utilisation d’un
Lors d’un entretien accordé en 2017 à des pseudonyme sur les réseaux sociaux, et d’éviter les
journalistes spécialisés, la ministre des armées publications en mode « public ». Interrogé sur ce cas,
Florence Parly l’admettait à demi-mots, estimant que le cabinet du ministère nous a répondu que même si
la présence du wi-fi dans les logements militaires était le ministère incitait ses employés à « une forme de
nécessaire afin de maintenir « l’attractivité » du métier discrétion numérique », les membres du cabinet « sont
de soldat. Un an plus tard, l’accès à Internet était l’un autorisés comme les autres agents publics à détenir
des grands chantiers du « plan familles » (plus de 500 des comptes à titre privé sur les réseaux sociaux ».
millions d’euros destinés à améliorer les conditions Quelques jours après l’envoi de nos questions, les
de vie des militaires) du ministère, avec ces deux photos, ainsi que d’autres informations personnelles,
engagements : fournir le wi-fi gratuit dans toutes les avaient été supprimées du profil en question.
garnisons, et améliorer l’accès à Internet des soldats Boite noire
déployés en opérations extérieures. Dans un premier
bilan de ce plan, en juin 2018, l’État français se *Afin de ne pas permettre de remonter jusqu’aux
félicitait de payer à ses soldats déployés à l’étranger comptes concernés, les prénoms ont été changés.
un forfait de 2 Go de données par mois. Toutes les informations que nous mentionnons
Le compte Facebook public du directeur adjoint de concernant des militaires français ou employés civils
cabinet de la ministre du ministère des armées se trouvent en ligne. Il suffit
généralement de quelques manipulations simples afin
Les problèmes posés par un mauvais usage d’Internet de les trouver. Nous avons parfois croisé, pour les
ne sont cependant pas l’apanage des jeunes recrues confirmer, des informations recueillies sur Strava ou
ayant grandi avec Snapchat, TikTok et Instagram. Instagram avec d’autres sources publiques (Journal
Nous avons également retrouvé, via Strava, une officiel, annuaire…).
centaine de profils susceptibles d’appartenir à des
employés du ministère des armées à Paris – ils étaient La liste des 1 080 comptes Strava identifiés par
géolocalisés au siège parisien du ministère, à Balard. Mediapart a été transmise au ministère le 26 novembre
En croisant cette liste avec la base de données du 2020, soit deux semaines avant la publication de cet
Journal officiel (où sont publiées les nominations article, afin de permettre aux militaires concernés de
supprimer les données personnelles et/ou sensibles.

5/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
6

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

6/6