Vous êtes sur la page 1sur 7

Travaux Dirigés d’Algèbre Linéaire : 2019/2020

TD. N°4 : Systèmes d’équations linéaires


Séance N°2

 Méthode de Gauss
Exercice .8. En appliquant la méthode des pivots de Gauss. Discuter les solutions des systèmes
suivants :
3 x  2z 0
x  y  2z  5  ax  by  z  1
  3 y  z  3t  0 
1)  x  y  z  1 2)  3)  x  aby  z  b , où a et b sont des
x  z 3  x y  z t 0  x  by  az  1
 2 x  y  z  t  0 

paramètres réels.

 Quelques applications
 xy 2 z 6  1

Exercice .9. Résoudre le système suivant, où x, y et z sont des réels positifs :  x 4 y 5 z12  2
 x2 y2 z5  3

Exercice .10. Soit n ≥3. Discuter l'existence et l'unicité de la solution du système suivant :
 z1  z2 =2a1
 z  z  2a
 2 3 2

 , a1, a2, …, an   donnés


 z  z  2a
 n 1 n n 1

 zn  z1  2an
Exercice .11. Résoudre dans  le système linéaire suivant, d’inconnues x1, x2, …, xn : Pour tout j
n
variant de 1 à n, x
k 1
k  j.
k j

Exercice .12. 2[X] : Désigne l’espace vectoriel réel des polynômes de degré inférieur ou égal à

2 à coefficients réels. On se donne trois nombres : x 1 = 0 ; x 2 = 1 et x 3 = 1


6 2
1. Déterminer le polynôme P  2[X] tel que : P( x 1 ) =0, P( x 2 ) = 1 , P( x 3 ) =1
2
( X  x2 )( X  x3 ) ( X  x1 )( X  x3 ) ( X  x1 )( X  x2 )
2. Soit L1(X) = , L2(X) = , L1(X) =
( x1  x2 )( x1  x3 ) ( x2  x1 )( x2  x3 ) ( x3  x1 )( x3  x2 )
1 si j  i
Montrer que Li(xj) =  , et en déduire que B’ = (L1, L2, L3) est une base de 2[X].
0 si j  i
3. Ecrire l’expression de P dans la base B’.

1
H. En-Nefkhaoui
Travaux Dirigés d’Algèbre Linéaire : 2019/2020

TD. N°4 : Systèmes d’équations linéaires


Corrigés

Corrigé .8. : Résoudre un système avec la méthode de Gauss


x  y  2z  5

1) (S) x  y  z  1
x  z 3

On applique la méthode des pivots de Gauss :
1 1 2 5 
 
On considère la matrice augmentée du système : (A b) = 1 1 1 1
1 0 1 3 
 
Etape .1. 1er pivot = 1 :
1 1 2 5   1 1 2 5
   
1 1 1 1 L2  L2  L1 =  0 2 3 4 
1 0 1 3  L  L  L  0 1 1 2 
  3 3 1  
Etape .2. On effetue une permutation de lignes (pour simplifier les calculs) : L2  L3

 1 1 2 5  1 1 2 5
   
 0 2 3 4  L2  L3 =  0 1 1 2 
 0 1 1 2  L  L  0 2 3 4 
  3 2  
Etape .3. 2ème pivot = -1 :
 1 1 2 5  1 1 2 5
   
 0 1 1 2  =  0 1 1 2 
 0 2 3 4  L  L  2 L  0 0 1 0 
  3 3 2  
Etape de remontée : On obtient un système équivalent qui est triangulaire donc facile à
x y z b
 1 1 2 5   x  y  2z  5 x  5  y  2z  3
résoudre :    
 0 1 1 2     y  z  2   y  2  z  2
 0 0 1 0     z 0 z  0
   
(3, 2, 0) ; est l’unique solution du système (On n’oublie pas de vérifier que c’est une solution du
système initial).
3 x  2z 0
 3 y  z  3t  0

2) Trouver les solutions de : 
 x y  z t 0
2 x  y  z  t  0
On commence par simplifier le système :
— On place la ligne L3 en première position pour le pivot de Gauss;
— On réordonne les variables dans l’ordre : y, t, x, z pour profiter des lignes déjà simples.

2
H. En-Nefkhaoui
Travaux Dirigés d’Algèbre Linéaire : 2019/2020

3x  2z 0  y  t x z 0
 3 y  z  3t  0 3 y  3t + z0
 
  
 x y  z t 0  y  t  2x  z  0
2 x  y  z  t  0  3x  2z  0
 1 1 1 1
 
3 3 0 1
La matrice A associée au système : A = 
 1 1 2 1 
 
 0 0 3 2
On commence le pivot de Gauss avec les opérations :
 1 1 1 1 1 1 1 1
   
 3 3 0 1 L2  L2  3L1 0 0 3 2 
= 
 1 1 2 1 L3  L3  L1 0 0 3 2
   
 0 0 3 2 0 0 3 2
Les 3 dernières lignes sont identiques, on se ramène donc à un système avec 2 équations et 4
y  t  x  z  0
inconnues : 
 3 x  2z = 0
Nous choisissons x et y comme paramètres, alors z = −3 x/2 et t = − x − y − z = x/2 − y.
L’ensemble des solutions S du système est donné par :
S = {(x, y, −3x/2, x/2 − y) | x, y ∈ } = {x(1, 0, −3/2, 1/2) + y(0, 1, 0, -1) | x, y ∈ }

= <(1, 0, −3/2, 1/2) ; (0, 1, 0, -1) >e.v = <(2, 0, −3, 1) ; (0, 1, 0, -1) >e.v
ax  by  z  1

3) (S)  x  aby  z  b , où a et b sont des paramètres réels.
 x  by  az  1

a b 1 1
 
On considère la matrice augmentée du système : (A b) =  1 ab 1 b 
1 b a 1
 
Pour éviter d’avoir à diviser par a on réordonne nos lignes puis on applique la méthode des pivots
1 b a 1
 
de Gauss : (A b) =  1 ab 1 b 
a b 1 1
 
 1 b a 1  L1 1 b a 1 
   
Etape .1. 1 pivot = 1 :  1 ab 1 b  L2  L2  L1 =
er
 0 b(a  1) 1  a b  1 
 a b 1 1  L  L  aL  0 b(1  a) 1  a 2 1  a 
  3 3 1  
Etape .2. Effectuons les transformations suivantes :
1 b a 1  L1 1 b a 1 
   
 0 b(a  1) 1  a b  1  L2 =  0 b(a  1) 1 a b 1 
 0 b(1  a) 1  a 2 1  a  L  L  L  0 0 2  a  a2 b  a 
  3 3 2 
Remarquons d’abord que : 2 − a − a 2 = −(a −1)(a +2).
Le système (S) est de Cramer  si a  1 et a  −2 et b  0
 Si a  1 et a  −2 et b  0 alors il existe une unique solution (x, y, z). On obtient :
3
H. En-Nefkhaoui
Travaux Dirigés d’Algèbre Linéaire : 2019/2020

a b
z .
(a  1)(a + 2)
On a donc trouvé la valeur de z. La deuxième ligne du système triangulaire est :
b(a −1)y+ (1− a)z = b −1.
b 1 1 b(a +1)  2
En reportant la valeur de z obtenue, on trouve la valeur : y   z
b(a -1) b b(a -1)(a + 2)
a b
Puis avec la première ligne on en déduit aussi x = 1− b y − a z x  z 
(a  1)(a + 2)
2. Étudier et discuter les solutions de ce système lorsqu’il n’est pas de Cramer.
Il faut maintenant s’occuper des cas particuliers.
1 b 1 1 
 
(a) Si a = 1 alors notre système triangulaire devient :  0 0 0 b  1
 0 0 0 b  1
 
 Si b  1 il n’y a pas de solution (système incompatible).
 Si b = 1 (système compatible) alors il ne reste plus que l’équation x + y + z = 1. On choisit
x comme une inconnue principale et, y, z comme inconnues non principales.
L’ensemble des solutions est {(1− y − z, y, z) | y, z ∈ }.

 1 b 2 1 
 
(b) Si a = −2 alors le système triangulaire devient :  0 3b 3 b  1 
0 0 0 b  2 

 Si b −2 (système incompatible), il n’y a pas de solution.
x  2 y  2z  1
 Si b = −2 (système compatible), alors le système est : (S) 
 2 y  z  1
Si l’on choisit y comme paramètre alors il y a une infinité de solutions : {(−1−2 y, y, −1−2

y) | y ∈ }.
(c) Enfin si b = 0 alors la deuxième et la troisième ligne du système triangulaire sont :
(1 − a) z = −1 et (2 − a − a2 )z = − a  z = −1/(1− a) = − a /(2− a − a 2)
(Le sous cas b = 0 et (a = 1 ou a = -2) n’ont pas de solutions).
Dans tous les cas il n’y a pas de solution.
(d) Conclusion :
— Si a  1 et a  −2 et b  0, c’est un système de Cramer : il admet une unique solution.
— Si a = 1 et b  1 il n’y a pas de solution (le système est incompatible).
3
— Si a = 1 et b = 1 il y a une infinité de solutions (qui forment un plan dans  ).

— Si a = −2 et b  −2 il n’y a pas de solution.


3
— Si a = −2 et b = −2 il y a une infinité de solutions (qui forment une droite dans  ).

— Si b = 0 il n’y a pas de solution.

4
H. En-Nefkhaoui
Travaux Dirigés d’Algèbre Linéaire : 2019/2020

 xy 2 z 6  1

Corrigé .9. Résoudre le système suivant, où x, y et z sont des réels positifs :  x 4 y 5 z12  2
 x2 y2 z5  3

On pose a = ln x, b = ln y et c = ln z et notons (S) le système.


La fonction logarithme étant injective, on a :
 xy 2 z 6  1 ln  xy 2 z 6   ln1 a  2b  6c  0
 4 5 12  
 x y z  2  ln  x y z   ln 2   S  4a  5b  12c  ln 2
4 5 12

 x2 y2 z5  3  2a  2b  5c  ln 3
ln  x y z   ln 3 
2 2 5

A l’aide de l’algorithme de Gauss. Discutons les solutions du système (S).
1ère étape de l’élimination : Le 1er pivot est p1 = 1.
On élimine l'inconnue a de la 2ème et la 3ème équation :
1 2 6 0  L1 1 2 6 0
   
 4 5 12 ln 2  L2  L2  4 L1  0 3 12 ln 2 
 2 2 5 ln 3  L  L  2 L  0 2 7 ln 3 
  3 3 1  
2ème étape de l’élimination : Le 2ème pivot est p2 = -3.
On élimine l'inconnue b de la 3ème équation :
1 2 6 0  L1 1 2 6 0
   
 0 3 12 ln 2  L2  0 3 12 ln 2 
 0 2 7 ln 3  L  L  2 L 0 0 1 ln 3  2 3 ln 2 
  3 3 3 2 

3ème étape de l’élimination : Le 3ème pivot est p3 = 1.


Le système initial est équivalent à un système triangulaire. On applique la méthode de remontée :
1 2 6 0 a  2b  6c
  
 0 3 12 ln 2   b   13 ln 2  4c
0 0 1 ln 3  2 3 ln 2  
 c  ln 3  2 3 ln 2
a b c
Enfin, on a : x = e , y = e et z = e
Corrigé .10. Soit n ≥3. Discuter l'existence et l'unicité de la solution du système suivant :
 z1  z2 =2a1 L1
 z  z  2a
 2 3 2 L2
 , a1, a2, …, an   donnés
 z  z  2a Ln 1
 n 1 n n 1

 zn  z1  2an Ln
n-1
Effectuons l'opération L1  L1− L2 + L3 - ⋯ + (−1) Ln.

(1  (1) n 1 ) z1 =2(a1  a2   (1) n 1 an )



 z2  z3  2a2

Le système est alors équivalent à : 
 z  z  2a
 n 1 n n 1

 zn  z1  2an

5
H. En-Nefkhaoui
Travaux Dirigés d’Algèbre Linéaire : 2019/2020

On peut alors discuter suivant la parité de n.


 Si n est impair, alors 1+ (−1)n−1 = 2 :
La première ligne donne z1 et en poursuivant à partir de la dernière ligne, on trouve que le
 z1 = a1  a2   (1) n 1 an

 zn  2an  z1

système admet une unique solution :  zn 1  2an 1  zn


 z2  2a2  z3
 Si n est pair (1+ (−1)n−1 = 0), alors la première ligne est une relation de compatibilité :
a1 − a2 + ⋯ + (−1)n−1 an = 0.
Si cette condition n'est pas remplie, le système n'admet pas de solutions.
Si la condition est remplie, alors on peut choisir z1 comme paramètre et exprimer toutes les autres
 z1 
 z  2a  z
 n n 1

 zn 1  2an 1  zn  2  an 1  an   z1
inconnues en fonction de celle-ci : 
 zn  2  2an  2  zn 1  2  an  2  an 1  an   z1


 z2  2a2  z3
Le système admet une infinité de solutions.
n
Corrigé .11. Pour tout j variant de 1 à n, x
k 1
k  j.
k j

 x2 + x3   xi + + xn = 1
x
 1  x3   xi +  xn  2

(S) 
 x1  x2   xi 1 + xi 1 +  xn  i


 x1  x2   xi +  xn 1  n
On pose x = x1 + x2 + … + xn
 x2 + x3   xi + + xn = 1  x  x1 = 1
x x  x  2
 1  x3   xi +  xn  2  2

 
(S)   
 x1  x2   xi 1 + xi 1 +  xn  i  x  xi  i
 
 
 x1  x2   xi +  xn 1  n  x  xn  n
En additionnant les n équations du système, on obtient : nx - x = 1+2+ …. +n = n(n+1)/2
 x = n(n+1)/2(n-1)  x – xi = i  xi = x – i, i = 1+2+ …. +n
Corrigé.12
1. x 1 = 0 ; x 2 = 1 et x 3 = 1
6 2

6
H. En-Nefkhaoui
Travaux Dirigés d’Algèbre Linéaire : 2019/2020

P(X) = aX2 + bX + c, avec, P( x 1 ) = 0, P( x 2 ) = 1 , P( x 3 ) =1


2
 
 c0  c0 c  0
   c0 
1
  a  b   a  6b  18  b 
1 1 1 1 1 7
(S)  a  b  c 
 36 6 2  36 6 2 a  2b  4  2
 1 1  1 1   a  3
 4 a  2 b  c  1  4 a  2 b  1

 P(X) = -3X2 + 7X
2
( X  x2 )( X  x3 ) ( X  x1 )( X  x3 ) ( X  x1 )( X  x2 )
2. Soit L1(X) = , L2(X) = , L1(X) =
( x1  x2 )( x1  x3 ) ( x2  x1 )( x2  x3 ) ( x3  x1 )( x3  x2 )
1 si j  i
Li(xj) =  permet de montrer que (L1, L2, L3) est une famille libre de 2[X].
0 si j  i
3. Ecrire l’expression de P dans la base B’.

B’ = (L1, L2, L3) est une base de 2[X] : il existe , ,  unique dans  /
P(X) =  L1(X) +  L2(X) +  L3(X)
1 si j  i
En utilisant le fait que : Li(xj) = 
0 si j  i
On obtient :  = P( x 1 ) = 0,  = P( x 2 ) = 1 et  = P( x 3 ) =1
2
P(X) = 1 L2(X) + L3(X)
2

7
H. En-Nefkhaoui

Vous aimerez peut-être aussi