Vous êtes sur la page 1sur 9

Classe : 2TSI Chapitre 1 : Synthèse des convertisseurs C.P.G.

E MOHAMMEDIA
Pr. ZIDANY ABDELHADI statiques Année : 2020/2021

I. Les sources de courant et de tension


1. Une source de tension :
Une source est dite de tension lorsque la tension à ses bornes ne peut pas subir de
discontinuité lorsque la charge varie. Elle impose donc la tension quel que soit le courant
absorbé par le récepteur.

• Un condensateur joue le rôle de source de tension puisqu’il s’oppose aux brusques


variations de tension.
2. Une source de courant :
Une source est dite de courant lorsque le courant qui la traverse ne peut subir de
discontinuité lorsque la charge varie. Elle impose le courant quelle que soit la tension imposée
par le récepteur.

• Une inductance joue le rôle de source de courant puisqu’elle s’oppose aux brusques
variations de courant.
3. Nature et réversibilité des sources :
• On distingue :
✓ Les sources de tension alternatives ou continues ;
✓ Les sources de courant alternatives ou continues.
• Une source est dite réversible si la puissance fournie peut être positive ou négative,
c'est-à-dire qu’elle peut avoir un fonctionnement récepteur ou générateur (ex :
batterie, MCC).
Remarques :
• En électronique de puissance, on emploie le terme de source indifféremment pour les
générateurs ou les récepteurs.
• Une source de tension en série avec une inductance est équivalent à une source de
courant.

1
Classe : 2TSI Chapitre 1 : Synthèse des convertisseurs C.P.G.E MOHAMMEDIA
Pr. ZIDANY ABDELHADI statiques Année : 2020/2021

• Une source de courant en parallèle avec un condensateur est équivalent à une source
de tension.
4. Règles d’interconnexion des sources :
Le convertisseur statique établit et interrompt périodiquement la connexion entre 2 sources
grâce à des interrupteurs. Compte tenu des définitions précédentes, il est impératif de
respecter les 3 règles suivantes :
Règle 1 : Une source de tension ne peut être court-circuitée mais peut être ouverte.
Règle 2 : Une source de courant ne peut être ouverte mais peut être court-circuitée.
Règle 3 : On ne peut pas connecter directement et instantanément 2 sources de même nature
mais uniquement 2 sources de nature différente.
II. Convertisseurs statiques directs et indirects :
1. Structure des convertisseurs :
• La structure des convertisseurs dépend :
✓ De la nature des sources d’entrée et de sortie (tension ou courant) ;
✓ Du type des sources d’entrée ou de sortie (monophasé, triphasé).
• On parle alors de :
✓ Convertisseurs statiques DIRECTS tension-courant ou courant-tension ;
✓ Convertisseurs statiques INDIRECTS (Hors-programme) tension-tension ou
courant-courant.
2. Convertisseur statique direct tension-courant :
• Possibilité d’interconnexion des sources :

2
Classe : 2TSI Chapitre 1 : Synthèse des convertisseurs C.P.G.E MOHAMMEDIA
Pr. ZIDANY ABDELHADI statiques Année : 2020/2021

3. Convertisseur statique direct courant-tension :


• La configuration de base reste la même. On a simplement l’habitude de la dessiner en
plaçant la source d’entrée, c'est-à-dire la source de courant, à gauche du dessin.
• Possibilité d’interconnexion des sources :

4. Convertisseurs statiques indirects :


Deux solutions sont envisageables :
• En modifiant la nature des sources et en utilisant des convertisseurs statiques directs.
• En utilisant des convertisseurs statiques indirects.
a. Convertisseurs statiques INDIRECTS par modification de la nature des sources :
• Il faut utiliser des composants supplémentaires qui ne dissipent pas de puissance active,
donc soit des inductances, soit des condensateurs. Leur rôle est de modifier la nature
des sources d’entrée ou de sortie. Il sera donc possible d’utiliser les structures des
convertisseurs statiques DIRECTS.

3
Classe : 2TSI Chapitre 1 : Synthèse des convertisseurs C.P.G.E MOHAMMEDIA
Pr. ZIDANY ABDELHADI statiques Année : 2020/2021

• D’où la structure des convertisseurs statiques INDIRECTS par modification de la nature


des sources :

b. Convertisseurs statiques INDIRECTS TENSION/TENSION ET COURANT/COURANT :


Pour la 2ème solution, il faut aussi utiliser un composant supplémentaire qui ne dissipe pas de
puissance active. Son rôle est de créer un étage d’accumulation d’énergie, donc il s'agira d'une
inductance ou d'un condensateur. Après une phase de stockage de l’énergie électrique dans
l’inductance ou le condensateur, cette énergie sera fournie à la source de sortie. Ces
structures étant hors-programme ne sont pas détaillées ici.

4
Classe : 2TSI Chapitre 1 : Synthèse des convertisseurs C.P.G.E MOHAMMEDIA
Pr. ZIDANY ABDELHADI statiques Année : 2020/2021

III. Les semi-conducteurs utilisé comme interrupteurs :


1. Interrupteur parfait :
Un interrupteur possède deux états : ouvert ou fermé :

Dans l’état fermé, on dit que l’interrupteur est passant ou ON. Dans l’état ouvert, on dit que
l’interrupteur est ouvert ou OFF.
La caractéristique statique, qui est une propriété intrinsèque d’un interrupteur est donc
formée de quatre segments confondus avec les axes I k et V k.

2. Interrupteur à semi-conducteur :
La caractéristique statique, qui est une propriété intrinsèque de l’interrupteur, peut dans le
cas des interrupteurs a semi-conducteurs, se réduire à un certain nombre de segments du
plan I k (V k).
3. Les différents types de composant semi-conducteur possible
a. Interrupteurs à deux segments :
• Diode :

5
Classe : 2TSI Chapitre 1 : Synthèse des convertisseurs C.P.G.E MOHAMMEDIA
Pr. ZIDANY ABDELHADI statiques Année : 2020/2021

• Transistor :

b. Interrupteur à trois segments :


• Thyristor :

• En général l’interrupteur à trois segments est formé de deux interrupteurs à deux


segments, qui ont même courant donc sont montés en série.

6
Classe : 2TSI Chapitre 1 : Synthèse des convertisseurs C.P.G.E MOHAMMEDIA
Pr. ZIDANY ABDELHADI statiques Année : 2020/2021

4. Régime dynamique/ Mode de commutation :


C’est la trajectoire suivie par le point de fonctionnement pour passer d’un point situé sur un
segment à un point situé sur un autre segment. La caractéristique dynamique dépend du
semi-conducteur utilisé et de l'environnement extérieur de l'interrupteur. Celui-ci étant
toujours dissipatif, le trajet du point de fonctionnement sera toujours dans les quadrants où
I k.V k > 0 :

7
Classe : 2TSI Chapitre 1 : Synthèse des convertisseurs C.P.G.E MOHAMMEDIA
Pr. ZIDANY ABDELHADI statiques Année : 2020/2021

a. Commutation spontanée :
La diode est un composant à amorçage et blocage spontanée.
L’amorçage spontané se fait par le passage de la tension par zéro et le blocage spontané se
fait par le passage du courant par zéro.
Ce mode de commutation s’effectue avec un minimum de pertes Joule puisque le point de
fonctionnement suit les axes.

b. Commutation commandée :
L’interrupteur possède, en plus de ses électrodes principales, une électrode de commande sur
laquelle il est possible d’agir pour provoquer son changement d’état de manière quasi
instantanée.
Ce mode de commutation peut faire apparaître des contraintes sévères en termes de
dissipation d’énergie sur l’interrupteur. Si le temps de commutation est rapide, ainsi que la
fréquence de commande de l’interrupteur, les pertes joules peuvent être importantes et il
faudra doter l’interrupteur d’un dissipateur à convection naturelle ou forcée !

8
Classe : 2TSI Chapitre 1 : Synthèse des convertisseurs C.P.G.E MOHAMMEDIA
Pr. ZIDANY ABDELHADI statiques Année : 2020/2021

5. Le cycle de fonctionnement d’un interrupteur :


Pour caractériser complètement un interrupteur, il faut donc connaître d’une part sa
caractéristique statique et d’autre part ses modes de commutation à l’amorçage et au
blocage.
Au cours d’une période de fonctionnement, le point de fonctionnement (v k, i k) de
l’interrupteur décrit un cycle.

IV. Méthodes de synthèse des convertisseurs statiques :


• Déterminer la nature des sources d’entrée et de sortie et en déduire la configuration de
base.
• Identifier sur la configuration de base, les séquences de fonctionnement compte-tenu
des réversibilités des sources et des contrôles d’énergie souhaitée.
• Pour chaque séquence, noter le sens du courant dans les interrupteurs fermés et la
tension aux bornes des interrupteurs ouverts. En déduire la caractéristique statique de
chaque interrupteur.
• Déduire du cahier des charges en particulier les formes d’ondes souhaitées,
l’enchaînement des différentes séquences. Pour chaque commutation, on représentera
le point de fonctionnement avant et après la commutation. On déterminera ainsi le
mode de commutation des interrupteurs.
• Connaissant la caractéristique statique et dynamique des interrupteurs : choisir les
interrupteurs qui conviennent.