Vous êtes sur la page 1sur 4

Ramdane Boukherrouf : Linguistique textuelle, Cours de 3ème année licence, 6ème semestre (2019-2020)

3. Les nouveaux concepts pour l’analyse des textes

Contrairement la linguistique classique qui est caractérisée par des catégories


morphosyntaxiques, la linguistique textuelle se base sur d’autres catégories plus grandes qui
établissent la connexion des différentes parties textuelles pour assurer la cohésion et la
cohérence du texte.

3.1.La cohésion textuelle et la progression thématique

Afin de se démarquer des catégories morphosyntaxique de la linguistique phrastique, la


linguistique textuelle se base la théorie de la « perspective fonctionnelle de la phrase » et de la
« dynamique communicationnelle» élaborée dans le cadre des travaux du second Cercle
linguistique de Prague par :
Mathesius, Vilém, 1929-1969 : « Les thèses de 1929 », Change 3, Paris, Seuil, pp. 21-49.
Prolongée par :
- Daneš, Frantisek, 1978 : « De la structure sémantique et thématique du message »
Linguistique et sémiologie 5, Presses universitaires de Lyon, pp. 177-200.
- Fibras, Jan 1964: « On defining the theme in functional sentence analysis »
Travaux linguistiques de Prague, vol 1, pp. 267-280

qui s’appuient sur les notions de thème et de rhème. Cette théorie rejoint la question de l’ordre
des mots dans la phrase selon laquelle une partie d’une phrase peut avoir la valeur de thème
(ce qui est connu) ou de rhème (information nouvelle). Un segment d’une phrase peut recevoir
une valeur informative en fonction de sa place dans la dynamique de la phrase et de sa visée
communicative. :
- thématique : l’information est présente dans co(o)texte (connue) ;
- rhèmatique : l’information joue un rôle d’un apport nouveau.

1
Ramdane Boukherrouf : Linguistique textuelle, Cours de 3ème année licence, 6ème semestre (2019-2020)

Le prolongement des travaux du cercle de Prague par :

- Slakta, Denis ,1975 : « L’ordre du texte ». Études de linguistique appliquée 19, pp.
30-42.
- Halliday, Michael A. K. & Hasan, Ruqaiya 1976: Cohesion in English, Longman,
London-New York.
- Combettes, Bernard ,1993 : « Grammaire de phrase, grammaire de texte : le cas des
progressions thématiques », Pratiques77, Metz, pp. 43-57.

- Carter-Thomas, Shirley, 2000 : La cohérence textuelle. Pour une nouvelle pédagogie


de l’écrit, Paris, L’Harmattan.

- Adam, Jean-Michel, 2005 : La linguistique textuelle, introduction à l’analyse textuelle


des discours, Paris, Armand Colin, « Cursus ».

a permis de dégager le rôle des reprises thématiques dans la cohésion textuelle et le rôle du rhème
dans la dynamique et la progression informative.

 Les types de progressions thématiques


L’intégration des concepts des deux concepts dans la dynamique textuelle en mettant en exergue
le choix de chaque thème d’un nouvel énonce, dépasse la division traditionnelle de la phrase en
thème et rhème.
La progression thématique est caractérisée par deux types canoniques qui sont généralement
combinés dans la dynamique d’un texte :

 La progression à thème constant : le même thème est repris dans les différents rhèmes
successifs. Aussi, cette reprise thématique est assurée sous une forme pronominale. Ce
type de progression est adopté généralement dans les séquences narratives dans la
perspective de maintenir la dynamique du récit.

Exemple : Ruḥen igujilen ɣer uẓekka n n yemmat-sen, qimen teṭṭeḍen . Armi rwan, ruḥen-d s axxam
(Extrait du conte : tafunast igujilen)

2
Ramdane Boukherrouf : Linguistique textuelle, Cours de 3ème année licence, 6ème semestre (2019-2020)

Th1 Rh1 Igujilen Ruḥen (Rh1)


Th1 ɣer uẓekka n yemmat-sen (Rh2)

Th2 Rh2 N Qimen (Rh3)


teṭṭeḍen (Rh 4)

Th3 Rh3 N Armi rwan (Rh5)


ruḥen-d s axxam (Rh6)

 Progression par thématisation linéaire:


Dans ce type de progression, le rhème du premier énoncé devient le thème du second énoncé et
le deuxième rhème devient le thème du troisième énoncé.

Th1 Rh1
Th 2 Rh2
Th3 Rh3
Th4, etc.

Exemple :
Mkul agdud, yeḥwaǧ tilelli
Mkul tilelli, teḥwaǧ lḥerma
Mkul lḥerma, teḥwaǧ tadukli

Mkul agdud yeḥwaǧ tilelli (Rh1)


Th1 Mkul tilelli (Th 2) teḥwaǧ lḥerma (Rh2)
Mkul lḥerma (Th3) teḥwaǧ tadukli Rh3

 Progression à thème combiné : combinaison des deux types. Ainsi, l’exemple qui suit présente
un exemple de progression à thème combiné.

Th1 Rh1
Th 2 Rh2

Th1 Rh2
Th3 Rh3

3
Ramdane Boukherrouf : Linguistique textuelle, Cours de 3ème année licence, 6ème semestre (2019-2020)

3.2.Proposition-énoncé : unité textuelle de base

La linguistique textuelle Adam (2005) suggère la proposition-énoncé comme unité de base


textuelle. Il s’agit d’une unité micro-syntaxique et sémantique produite toujours dans un acte
d’énonciation, déterminée par trois dimensions complémentaires : énonciative, référentielle et
argumentative.

Les connexions des propositions-énoncés entre elles dans le texte, forment de nouvelles unités de
niveau supérieur qui sont les périodes et les séquences.

 les périodes sont plus petites et moins typées

 les séquences sont structurées selon des opérations cognitives et pragmatiques : séquence
narrative, séquence descriptive, séquence explicative, séquence argumentative et séquence
dialogale.

 L’unité textuelle est définie comme une combinaison du linéaire et de deux modes non-
linéaires de construction du sens : la dimension configurationnelle et la dimension réticulaire