Vous êtes sur la page 1sur 8

Daniel Bougnoux

Université Stendhal – Grenoble III

Langage et communication

Les études regroupées sous le vocable de « sciences de du modèle forgé par Saussure ; mais ce modèle lui-même
la communication » ont permis, dans le sillage ouvert en se trouva borné et complété par un nouveau tournant éga-
philosophie par Jacques Derrida, d’approfondir la critique lement puissant, qu’on dira de la pragmatique. Celle-ci
du logocentrisme : le langage n’est pas le tout de la commu- ne réfute sans doute pas les thèses précédentes, mais elle
nication. Les performances de ce qu’on appelle (après Lévi- les inscrit dans un contexte plus vaste, où les notions de
Strauss) « l’efficacité symbolique » ne sauraient se résumer contexte précisément, d’énonciation, de sujet parlant ou
à quelques tours de langue : la parole, pour s’acheminer et d’action exigent un traitement théorique.
agir, réclame des conditions institutionnelles, médiatiques Comment mieux comprendre l’étrange logique
ou organisationnelles qui ne relèvent pas du seul ordre des des acheminements du sens ? Peut-être assistons-nous
mots. aujourd’hui à un troisième tournant, plus diffus à saisir,
Le siècle dernier a vu l’essor des disciplines du lan- où la formalisation chère aux structuralistes et la psycho-
gage. Ouvert alors que Ferdinand de Saussure formule les sociologie des sujets mis en relation se conjuguent pour
intuitions fondatrices de la linguistique structurale, il se ouvrir la recherche à l’espace englobant des médias, et des
referme dans le bruyant concert des thèmes de la com- mille et une machines à communiquer qui nous relient.
munication. Langage et communication : ce compas trace Notre espace-temps mais aussi notre culture, nos modes
assurément un programme d’études riche en péripéties, d’apprentissage, d’être-ensemble ou de rêve sont boule-
en rivalités doctrinales, en émergences théoriques et en versés en profondeur par la généralisation des nouveaux
nouveaux paradigmes. outils numériques, exaltés par des chantres enthousiastes
La linguistique formalisée par Saussure eut en effet le ou voués par d’autres aux gémonies.
don de faire rêver quelques disciplines voisines, séduites par Sans pouvoir ici embrasser un pareil parcours, nous
sa rigueur et 1’abstraite beauté de ses analyses. En France, le envisagerons quelques étapes théoriques spécialement
courant structuraliste qui se développe à partir des années fortes, révélatrices d’une histoire en développement. Car
1950 sous l’impulsion de Lévi-Strauss en anthropologie, le nouveau s’expliquera toujours par l’ancien, et les études
puis de Lacan en psychanalyse, se réclame avec insistance de communication ne sauraient encourager l’amnésie :

HERMÈS 71, 2015 193

BAT-Hermes71.indb 193 05/05/15 13:08


Daniel Bougnoux

derrière nos toujours nouvelles « machines à communi- objectives, rien de substantiel ni de naturel dans les faits
quer » se tiennent d’aussi vénérables choses que la parole, qu’étudie celle-ci, mais seulement un réseau immatériel de
la fonction symbolique ou ce premier modèle d’analyse relations et d’oppositions. La langue se donne comme une
structurale : l’alphabet. Comment nos sciences de l’infor- forme vide. D’où un certain vertige épistémologique, et
mation et de la communication furent-elles d’abord pilo- un ébranlement conceptuel qui porte loin dans la métho-
tées par celles du langage, aujourd’hui larguées comme dologie des sciences humaines dont l’objet, comme dit
une fusée porteuse ? Il faut repartir du tournant linguis- Saussure, est concerné par la notion de valeur.
tique, témoin d’une émergence qu’on peut dire radicale, Le concept central de valeur précise les découpages
avant laquelle il serait hasardeux d’énumérer beaucoup de mutuels du signifiant et du signifié qui sont entre eux
précurseurs. Enfin Saussure vint…, et il énonça fortement comme le recto et le verso d’une même feuille, et il permet de
qu’une langue est d’abord un système ; mais pour aperce- mieux cerner le statut si particulier des sciences humaines
voir celui-ci, il dut élaguer et trier parmi les trop riches face aux « sciences positives » de la nature. Les mécanismes
phénomènes, et procéder à une sévère réduction formelle. de la valeur décrivent une nouvelle épistémologie, qui pré-
Less is more : l’opération saussurienne fut d’abord de sous- fère à l’idée de substance, ou de nature, une approche par
traire, radicalement. le vide, donc paradoxale, des faits sociaux.
Le signe linguistique ne se donne jamais isolément
et il ne vaut – ne s’échange – qu’au sein d’un jeu beau-
Le tournant linguistique coup plus général qui mobilise de proche en proche le tout
de la langue. Dépourvu en lui-même de tout contenu, le
Le nom de Ferdinand de Saussure ne marque pas seu- signe – signifiant autant que signifié – se mesure par une
lement la naissance d’une science, mais au-delà de celle- différence : sa plus exacte caractéristique est d’être, là où il
ci un point de ralliement pour les sciences sociales, et apparaît, ce que les autres ne sont pas. Le signe n’est donc
notamment 1’anthropologie développée par Lévi-Strauss ; pas positif mais oppositif, c’est-à-dire différentiel : « Dans
prospère à partir des années 1950, ce courant chercha dans la langue il n’y a que des différences sans termes positifs »
le paradigme saussurien un moyen de renouvellement et (Saussure, 1916, souligné dans le texte). Cette thèse fon-
d’échange entre les disciplines regroupées sous la bannière damentale heurte vivement l’épistémologie positiviste des
du structuralisme. sciences naturelles, pour ne rien dire des philosophies de
Saussure partit d’un vertige, au point qu’il hésita la substance ou de la représentation ; mais elle dérive en
toute sa vie à donner la forme d’un livre à ses découvertes : droite ligne de la phonologie, où le tableau des phonèmes
l’objet-langue est évanouissant, et la situation de la linguis- disponibles (une trentaine au maximum par langue)
tique ne ressemble en rien à celle des sciences positives, qui définit chaque atome de son par l’exclusion des autres à
disposent d’objets donnés dans la nature ; au rebours de la même place.
tout naturalisme, le fait linguistique résulte d’un décou- Si les phonèmes n’ont rien de positif, cette propriété
page et d’une mise en oppositions structurelles. C’est une s’applique aussi à 1’étage du signifié (la face conceptuelle
décision critique de 1’observateur qui crée ici 1’objet. du signe) : les signifiés découpent 1’amorphe continuum
L’effort scientifique du maître de Genève semble ainsi des idées, de même que les sons et les mots de la langue
hanté ou comme écrasé par le paradoxe qui distingue la articulent la masse également amorphe de la matière
linguistique des autres sciences : il n’y a ni sol ni données sonore (ou graphique dans le cas de l’écriture). Au principe

194 HERMÈS 71, 2015

BAT-Hermes71.indb 194 05/05/15 13:08


Langage et communication

de la langue s’affirme ainsi le primat de la relation entre ses par Saussure. Son modèle permettra à ses successeurs ou
éléments : toute entité, signifiante ou signifiée, n’existe ou émules structuralistes d’englober dans « l’ordre symbo-
ne consiste que par un faisceau d’interactions, oppositives lique » en général tous les systèmes d’échanges (culturels,
ou substitutives. rituels, économiques ou de parenté) dont les règles, comme
Une bonne métaphore pour éclairer cet ordre para- celles de la langue, précèdent infiniment les individus.
doxal de la valeur (de l’identité) des entités linguistiques est Formelle, combinatoire, abstraite, idéale, etc., cette
celle du jeu d’échecs. Sur les cases de l’échiquier aussi, les structure linguistique est du même coup inconsciente
pièces, à l’exclusion du roi, dépourvues de valeur absolue pour les sujets, qui néanmoins la parlent. Ce passage à un
ne valent que par leurs positions relatives à tel instant de la niveau inconscient donne à la recherche une plus grande
partie. Ces mêmes pièces ne valent pas davantage par leur scientificité (car il n’y a de science que du caché) ; surtout,
forme substantielle ; ni la matière ni la manière sculptées Saussure eut la vive intuition que cet inconscient linguis-
n’entrent en ligne, seuls comptent les traits pertinents qui tique communiquait avec celui des comportements psy-
permettent de distinguer suffisamment un fou d’un pion chologiques et sociaux. Une ouverture par là se dessine en
ou d’un cavalier. direction d’une « psychologie sociale » baptisée sémiologie,
Ces thèses fondatrices récusent la conception naïve où la langue, la culture et la personnalité anthropologique
d’une langue-nomenclature, dont les termes correspon- s’informeraient mutuellement.
draient à autant de choses ou d’idées préexistantes ; elles L’auteur du Cours de linguistique générale avait ainsi
dénient du même coup toute autonomie à la pensée, qui ne pleinement conscience de jeter les bases d’un ensemble plus
saurait précéder distinctement 1’articulation langagière. La vaste : « La langue est un ensemble de signes exprimant des
forme verbale ne se contente pas de véhiculer, elle façonne idées, et par là, comparable à 1’écriture, à l’alphabet des
une pensée qui demeurerait « amorphe et indistincte » sourds-muets, aux rites symboliques, aux formes de poli-
hors de la langue. Contre un idéalisme spontané fort tesse, aux signaux militaires, etc., etc. Elle est seulement le
répandu en philosophie, Saussure marque d’emblée avec plus important de ces systèmes. On peut donc concevoir
rigueur ce que signifie le tournant linguistique : le langage une science qui étudie la vie des signes au sein de la vie
est l’élément ou le média de la pensée, qui ne peut d’aucune sociale ; elle formerait une partie de la psychologie sociale,
façon prétendre s’en extraire, ni se constituer hors de lui. et par conséquent de la psychologie générale ; nous la
Il est donc vain de viser un ciel universel des concepts ou nommerons sémiologie […]. Elle nous apprendrait en quoi
de la logique à partir d’une langue particulière, comme consistent les signes, quelles lois les régissent. Puisqu’elle
fit Aristote fondant son ontologie sur les catégories gram- n’existe pas encore, on ne peut dire ce qu’elle sera ; mais elle
maticales de la seule langue grecque. De même les grands a droit à l’existence, sa place est déterminée d’avance. La
philosophes critiques (Descartes ou Kant) oubliaient qu’ils linguistique n’est qu’une partie de cette science générale »
pensaient en langue, du sein de tel idiome contingent qui (Saussure, 1916).
catégorise et formate intimement leurs représentations, et Cette « psychologie sociale » englobera de droit tous
ce simple rappel montre aujourd’hui la précarité de sys- les systèmes de signes arbitraires, précise plus loin le Cours,
tèmes qui prétendraient à l’universalité. de sorte que « la linguistique peut devenir le patron général
Les écarts individuels de la parole ne laissent pas de toute sémiologie » (Ibid.). Une pareille déclaration anti-
beaucoup d’initiatives aux usagers de cet ordre symbo- cipe l’œuvre d’un Roland Barthes, mais ne débouche pas
lique transcendant de la langue, désenfoui ou reconstruit sur un inventaire précis. Si la vie tellurique des signes est

HERMÈS 71, 2015 195

BAT-Hermes71.indb 195 05/05/15 13:08


Daniel Bougnoux

un p­ rocessus sans sujet, cette sémiologie très peu psy- munication tel qu’il figure au chapitre 11, « Linguistique
chologique au sens ordinaire du terme annonce claire- et poétique », de ses Essais de linguistique générale (1963) ;
ment le virage accompli, cinquante années plus tard, par le phonologue russe veut brosser un tableau exhaustif où
Lévi-Strauss : l’affirmation partout réitérée dans le Cours les six facteurs inaliénables de toute interlocution, soit le
du caractère social du signe conduit à celle du caractère contexte, l’émetteur, le message, le récepteur, le contact et
sémiotique, ou signifiant, de la société. À travers les rites, le code engendrent six fonctions correspondantes, selon
les mythes mais aussi les stéréotypes et emblèmes publi- que chaque facteur prend le pas sur les autres au cours de
citaires ou médiatiques de la jeune société de consomma- tel échange ou jeu de parole, ce qui donne (dans l’ordre) les
tion, celle-ci allait apprendre à se considérer jusque dans fonctions référentielle, émotive, poétique, conative, pha-
ses ressorts inconscients comme un langage. Mais ce tour- tique et métalinguistique.
nant sémiotique proposé aux sciences sociales supposait Cette grandiose construction, inspirée du schéma
d’abord que la linguistique ait pleinement conquis le statut de Shannon et Weaver publié en 1948 et où la commu-
d’une science. nication surgit comme objet de recherche à part entière
et fortement articulée, est partout citée, mais tourne
aujourd’hui au repoussoir au profit d’autres modèles,
Le tournant sémiotique-structuraliste venus de la pragmatique et des conceptions interaction-
nistes. Jakobson semble prisonnier d’un concept trop
Il conviendrait, si nous cherchions ici comment la lin- unifié du code, qui peut faire l’objet d’un conflit entre
guistique structurale a progressivement informé les études interlocuteurs ; de même l’unicité du canal pose problème,
en sciences sociales, d’examiner l’étape ou le maillon la moindre interaction verbale avec ses signes intonatifs
Hjelmslev, fondateur de l’école de Copenhague, qui refor- et mimo-gestuels en empruntant plusieurs ; 1’émetteur et
malisa d’après Saussure le projet d’une sémiotique, elle- le récepteur mériteraient également d’être complexifiés,
même développée par Algirdas Julien Greimas comme car ces termes abritent plusieurs sujets si l’on songe aux
sémantique puis sémiotique structurale, où il voyait le modes d’énonciation des médias… La fonction poétique
métalangage unificateur des sciences humaines. Mais enfin, cœur et but du fameux schéma, se résume à mettre
sautons à Roman Jakobson, promoteur (avec le Cercle lin- le message – entendons son organisation signifiante – au
guistique de Prague et Nicolaï Troubetzkoï) d’une phono- centre du message, et Jakobson multiplia les affirmations
logie promptement élargie à des questions de poétique et touchant l’autonomie du poème et sa forte structuration
d’anthropologie. Avec les « formalistes russes », Jakobson phonétique ; cette thèse engendra quantité de « lectures »,
s’employa à définir le poème non par ses thèmes ni par les dont celle cosignée par Lévi-Strauss et Jakobson du sonnet
dispositions psychosociales de l’auteur chères à l’ancienne de Baudelaire « Les Chats », sans faire l’unanimité, la fonc-
critique, mais par sa seule forme ; il isola du même coup tion poétique jakobsonienne expliquant mieux des slogans
une fonction poétique qui déborde la littérature et qu’on comme 1 like Ike que les pages d’Alcools ou d’Anabase.
retrouve éparse dans les proverbes, les affiches ou la simple C’est Claude Lévi-Strauss sans doute, entraîné par
conversation. Jakobson, qui donna ses lettres de noblesse au courant
Cette fonction poétique définie par l’autotélie ou structuraliste en effectuant pleinement le passage de la
l’autoréférence s’insère elle-même dans le tableau général linguistique à l’anthropologie. Parmi ses sources figure
(qui pour le coup fit fortune) des six fonctions de la com- aussi Marcel Mauss, pour lequel l’anthropologue rédigea

196 HERMÈS 71, 2015

BAT-Hermes71.indb 196 05/05/15 13:08


Langage et communication

en 1950 une retentissante Introduction qui constitua le mathématique à 1’étude des phénomènes de communica-
manifeste des études structuralistes françaises. Le langage tion » (Ibid.). Et Lévi-Strauss de citer l’ouvrage de Wiener
ne se contente pas d’accompagner, il figure le modèle par paru en 1948, Cybernetics, qui semblait en effet promettre
excellence de la médiation symbolique essentielle à toute une synthèse grandiose pour le traitement mathématique
culture. L’anthropologie sera donc une science des activités des phénomènes de la communication, et une formalisa-
symboliques des hommes, une sémiologie selon le projet tion plus poussée des sciences sociales.
saussurien, dont les concepts forgés par la linguistique et En s’autorisant de l’Essai sur le don, ce sont finale-
la phonologie (différence, opposition, système, arbitraire, ment trois niveaux que l’anthropologue superposera dans
inconscient, etc.) constitueront la clé de voûte. un parallèle scellé par les mots-clés d’inconscient et de
Si Jakobson vérifia l’ouverture saussurienne par communication : « Les règles de la parenté et du mariage
quelques percées prometteuses, Lévi-Strauss formula servent à assurer la communication des femmes entre les
dans toute son ampleur, dès l’Introduction de 1950, le pro- groupes, comme les règles économiques servent à assurer
gramme structuraliste : « Toute culture peut être consi- la communication des biens et des services, et les règles
dérée comme un ensemble de systèmes symboliques au linguistiques la communication des messages. » (Ibid.)
premier rang desquels se placent le langage, les règles Suffit-il de ranger tel échange dans cette très large caté-
matrimoniales, les rapports économiques, l’art, la science, gorie de la communication pour en conclure qu’il est
la religion. […] Ils restent toujours incommensurables ». structuré comme un langage ? Jacques Lacan s’engouffrera
Le moyen terme qui relie ces domaines sans commune dans la brèche ouverte par ce syllogisme, ou ce sophisme.
mesure, et qui fonde le projet d’une anthropologie enfin Ces années où « la communication » se cherchait entre
structurale, c’est l’inconscient cherché du côté de Saussure les sciences sociales par le détour ou la médiation d’une
plus que de Freud – même si la psychanalyse est men- linguistique structurale n’échappaient pas au logocen-
tionnée à plusieurs reprises dans ce texte-programme, qui trisme, elles installaient plutôt le langage comme l’alpha
prépare et met clairement en place les principaux ingré- et l’oméga de toute signification – ou communication ?
dients de la synthèse lacanienne. Le détour par la phono- On doit à Roland Barthes une sémiologie moins durement
logie, qui révèle un petit nombre de relations constantes structurale, ou plus douce.
sous la complexité apparente, semblait mieux remonter Le parcours même de 1’auteur évolue. Dans une pre-
à la structure cachée, et ouvrait la voie d’une mathéma- mière phase scientifique et militante, Barthes s’empara de
tisation progressive des sciences sociales. Les échanges la sémiologie saussuro-hjelmslevienne pour décrire les
examinés par Mauss dans l’Essai sur le don (1923-1924), stéréotypes, les codes et les mythes d’une société qui accé-
autant que les règles de parentés étudiées alors par Lévi- dait à la consommation et à la communication modernes.
Strauss, obéissent à des contraintes formelles précises gou- Manié par lui, le scalpel sémiologique prolongeait et géné-
vernant les cycles de réciprocité, au point que leur étude, ralisait son brechtisme1, comme il appuyait en littéra-
comme en phonologie, semble autoriser le raisonnement ture 1’essor du Nouveau Roman ; sa salubre critique nous
déductif : « En s’associant de plus en plus étroitement avec détachait de l’épaisse glu naturaliste du consensus ou du
la linguistique, pour constituer un jour avec elle une vaste premier regard. La doctrine recueillie dans ses « Éléments
science de la communication, l’anthropologie sociale peut de sémiologie » (1964), résumé toujours opératoire de la
espérer bénéficier des immenses perspectives ouvertes à la méthode d’analyse structurale, aboutit dans son œuvre
linguistique elle-même, par l’application du raisonnement aux études du message publicitaire, de l’urbanisme, de la

HERMÈS 71, 2015 197

BAT-Hermes71.indb 197 05/05/15 13:08


Daniel Bougnoux

mode, et d’abord du texte ; mais avec S/Z (1970) et ­surtout doit beaucoup à l’œuvre de Charles Sanders Peirce (1839-
Le Plaisir du texte (1973), on sent que leur auteur se lasse d’un 1914). À la question de savoir où passe la frontière entre le
appareil théorique trop pesant. Barthes évolua au rebours monde de signes et le monde des choses, Peirce répondit
de son collègue Greimas, qui rêvait d’une sémiotique par une thèse radicale : tout peut servir de signe, il n’y a
conçue comme 1’algèbre des sciences sociales. L’amateur rien qui ne puisse être un signe, et notre pensée n’a accès
de signes, comme lui-même préférait se définir, se défiait qu’à des signes. Jamais nous n’aurons du monde ni des
d’une entreprise de reconstruction du sens, et faisait au autres sujets une connaissance immédiate, la moindre de
contraire ses délices de ce qui pouvait fissurer celui-ci ; au nos intuitions passe par des relations d’interprétation, et
fil de ses dix dernières années, l’écrivain qui avait reçu penser revient à manipuler des symboles.
d’un voyage au Japon, terre promise de la sémiologue, une Interpréter le monde autrement dit, relation ternaire,
secousse décisive (Barthes, 1970) l’emporta sur le théori- est tout autre chose que le subir à la façon (purement binaire
cien. Les signes de l’amour (Barthes, 1977), de la photogra- et physique) du stimulus-réponse ou de l’action-réaction.
phie (Barthes, 1980), du cinéma, de la peinture, du chant Or un vivant n’évolue pas dans le monde des choses, mais
ou de la musique (Barthes, 1982) ne se laissent pas saisir dans la sémiosphère ou parmi les signes. Dans ce monde
avec la même précision que les mots, dont Barthes faisait de l’information, chacun élabore ou traduit un stimulus
en 1964 le cadre ou la clé de toutes nos communications ; A en une réponse, B, qui peut s’avérer très éloignée de A,
le sens qu’il suit partout à la trace est désormais obtus, et au point que la non-réponse peut toujours constituer une
ses derniers essais marquent le désaveu du projet sémiolo- façon de répondre : l’information au sens large, contraire-
gique en explorant ce qu’après Benveniste et Julia Kristeva ment à l’énergie, c’est ce qu’on est libre jusqu’à un certain
il appelle signifiance, cette enfance d’un sens rebelle à point de traiter, voire de laisser tomber. D’une façon géné-
l’ordre oppositionnel-structural autant qu’aux jeux des rale, être vivant consiste à traiter ou interpréter le monde
codes. Les images photographiques examinées dans La à ses propres conditions : tant qu’il y a de la vie, il y a de
Chambre claire (1980) demeurent en deçà, du côté d’une l’interprétation, c’est-à-dire l’interposition d’un monde
sémiologie de l’empreinte indicielle dont l’auteur analyse propre ou d’un espace de traitement – une différance dira
les effets poignants. Antilogique ou primaire au sens freu- Derrida – entre le sujet et les signes qu’il reçoit. Et c’est cela
dien du terme, réel au sens lacanien, il arrive que le détail être un sujet, vivre de l’interprétation des signes plutôt que
fissurant du punctum photographique casse le code ou la sous la pression des choses.
distance représentative au profit d’une conscience aigüe Le cadre de cette pragmatique semble le plus ouvert
de la présence, et d’une mémoire affective. La grandeur de qui soit, puisqu’elle ne limite pas la vie des signes à la classe
Barthes fut d’aller vers ce pôle de confusion des affects, et étroite des messages entre un émetteur et un récepteur
de chercher l’ombilic indiciel des signes, sans rien perdre envisagés par Saussure ou Jakobson, mais l’étend à toutes
en élégante clarté. nos perceptions ou stimuli sensibles, dont l’émetteur peut
être l’univers en général. La sémiosphère est illimitée,
tout – objet, perception ou comportement – fonctionnant
Le tournant pragmatique comme signe, et elle est indépassable ; notre pensée ne se
meut que dans la sémiose et n’en sort jamais, bien loin des
La naissance de la pragmatique, cette nébuleuse qui choses mêmes qu’on ne peut espérer rejoindre. Chaque
étudie le monde interprétatif des relations de sujet à sujet, sujet se situant toujours au carrefour des interprétations,

198 HERMÈS 71, 2015

BAT-Hermes71.indb 198 05/05/15 13:08


Langage et communication

la relation pragmatique entre les sujets est elle-même 1953). Mais si d’autre part nous ne pouvons penser hors
imprévisible en son fond, les mondes propres de chacun des signes, nous ne pouvons pas davantage et pour la
demeurant inscrutables ou tout aussi indécidables que la même raison penser seuls : toute acquisition de connais-
relation-signe. Contrairement au monde technique des sance est un processus collectif, notre savoir ne reflète
relations sujet/objet, le monde pragmatique des relations pas nos états mentaux mais relève d’habitudes et de dis-
sujet/sujet ne se laisse pas instrumenter, ou pour le dire positions héritées, l’individu isolé ne peut s’ériger en juge
autrement : nous reconnaîtrons une action communica- absolu de la vérité, il n’est ni un point de départ ni une
tionnelle à ceci qu’elle peut toujours échouer, errer dans cause mais le produit d’interactions publiques, un maillon
des traductions imprévues ou réussir brillamment sans dans une chaîne de facteurs biologiques, psychologiques,
qu’on puisse programmer d’avance la trajectoire des inter- sociaux, techniques, sémiotiques, langagiers… Ces thèses
prétations. ou intuitions de Peirce retournaient Descartes comme
Un autre mérite de cette pragmatique est de rompre un gant ; ce que celui-ci avait mis dedans (le cogito, les
avec le logocentrisme en examinant, à côté des signes évidences rationnelles), lui le projetait au dehors, dans le
verbaux ou qu’on dira arbitraires (l’ordre des symboles, réseau indéfiniment mouvant de nos relations.
selon Peirce), l’immense domaine des signes analogiques Ce primat de la relation constitue le grand motif
où il distingue l’icône et l’indice. Toute cette sémiologie d’une pragmatique en général, tandis qu’une autre dis-
s’articule à bonne distance des choses (voire sans elles), tinction, du token et du type, anticipait directement 1’une
elle indique d’assez loin le monde et ses jeux débordent des plus nobles conquêtes des sciences du langage post-
largement la seule fonction référentielle. Il n’y a que dans structuralistes, la paire de l’énoncé et de l’énonciation.
la sémiosphère que nous pouvons jouer, échafauder des Étude de l’énonciation et des contextes d’usage, inflexion
hypothèses, apprécier un film, mentir ou multiplier les de la parole en direction moins de la connaissance que de
mondes en marge du réel. Il semble en conclusion, comme routines d’influence et d’action, primat enfin de la rela-
Barthes y a insisté et comme toute l’œuvre de Peirce l’avait tion : ces trois axes peirciens se retrouvent échelonnés
affirmé, que cette sémio-pragmatique serve d’abord à dans la mouvance pragmatique telle qu’elle court depuis
critiquer l’illusion référentielle et les évidences immé- les années 1960 – depuis, disons, la théorie des actes de
diates de la nature : en dédoublant le monde, la sémio- langage initiée par J. L. Austin jusqu’aux développements
logie aiguise notre esprit critique en nous rappelant dans de l’École de Palo  Alto – pour analyser les conditions
tout processus de communication 1’épaisseur signifiante, concrètes de l’interlocution et de l’acheminement du sens,
les médiations en chaînes, la cascade des traductions et en complément aux études structuralistes des codes, et en
la trame inlassable des codes. Interprétation, traduction, réaction contre l’impérialisme du logocentrisme. Logos,
action deviennent les maîtres-mots de cette pragmatique dans sa triple acception de langage, logique et raison, ne
qui redonne au sujet (de la communication) les coudées résume ni nos performances de communication ni a for-
franches, et une complexité refusée à l’homme étriqué du tiori toute pensée ; l’articulation langagière a toujours su
structuralisme un temps dominant. composer avec d’autres canaux, visuels ou mimo-gestuels,
En envisageant les signes en acte et en répétant que pour le plus grand bien de nos échanges.
leur sens réside dans l’usage, cette sémio-pragmatique Mal famée, la communication désigne en fait une
dynamique annonçait clairement les thèses du « second réserve de sens, et un défi pour de prochaines ouvertures
Wittgenstein » (celui des Investigations philosophiques de disciplinaires qui seront autant de clairières trouant une

HERMÈS 71, 2015 199

BAT-Hermes71.indb 199 05/05/15 13:08


Daniel Bougnoux

profuse forêt. « Communiquer » se conjugue largement à aussi vitale et inconsciente que la respiration. De même il
l’intransitif, et à l’impersonnel : ça communique ; l’opéra- y a de la sorcellerie dans nos milieux, chez les médiums ou
tion consiste moins à mettre en circulation un objet qu’à dans nos médias, qui ne sont pas tout à fait des objets et
instaurer une cause commune, du commun ou du lien entre dont nos sciences, fussent-elles « de l’information et de la
sujets décidément « autres ». Comment ce commun pro- communication », peinent à prévoir les effets.
gresse-t-il en cette époque de globalisation et d’échanges Dès lors, une communication transparente, pro-
planétaires ? Peut-on espérer que ceux-ci ne soient pas grammable ou « clés en main » ne serait-elle pas, quoi
seulement de survol ? La plupart de nos communications qu’en disent tant de spin doctors et en raison même des
demeurent somnambuliques, et dans cette mesure heu- éclaircissements avancées supra, une contradiction dans
reuses, on ne sait pas vraiment expliquer cette fonction, les termes ?

N ote

1. Roland Barthes a consacré à Brecht plusieurs articles incisifs,


dont deux recueillis dans Essais critiques (1964).

R éférences bibliographiques

Barthes, R., Essais critiques, Paris, Seuil, 1964. Lévi-Strauss,  C., « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss »,
in Mauss, M., Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universi-
Barthes,  R., « Éléments de sémiologie », Communications, n°  4,
taires de France, 1950, p. IX-LII.
1964, p. 91-135.
Mauss, M., « Essai sur le don », L’Année sociologique, nouvelle série
Barthes, R., L’Empire des signes, Genève, Skira, coll. « Les sentiers
I, 1923-1924, p. 30-186.
de la création », 1970.
Saussure, F. (de), Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1916.
Barthes, R., S/Z, Paris, Seuil, 1970.
Wiener,  N., Cybernetics : Or Control and Communication in the
Barthes, R., Le Plaisir du texte, Paris, Seuil, 1973.
Animal and the Machine, Paris/Cambridge, Hermann/MIT Press,
Barthes, R., Fragments d’un discours amoureux, Paris, Seuil, 1977. 1948.
Barthes,  R., La Chambre claire, Paris, Seuil/Les Cahiers du Wittgenstein, L.  (von), Investigations philosophiques, Paris,
cinéma, 1980 ­ allimard, 1961.
G
Barthes, R., L’Obvie et l’obtus, Paris, Seuil, 1982.
Jakobson, R., Essais de linguistique générale I. Les fondations du
langage, Paris, Minuit, 1963.

200 HERMÈS 71, 2015

BAT-Hermes71.indb 200 05/05/15 13:08