Vous êtes sur la page 1sur 11

République Algérienne Démocratique et Populaire.

Ministère de L’Enseignement Supérieur et de la Recherche


Scientifique.

Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou.


Faculté du génie de la construction.

Département Génie Civil


3eme année

Compte rendu TP TMC


ESSAI DE
CISAILLEMENT A LA
BOITE

Réalisé par :
 Hamezaoui Yasmine groupe : A4
 Hamdane Hamid
 Hadj –Arab safia

Section A

Année universitaire : 2019/2020


INTRODUCTION
L’élaboration et l’exécution des projets -tel que les structures
(bâtiment) ou l’infrastructure (tracer routier)- en site neuf nécessitent une
bonne connaissance des terrains traversés. Pour cela, la connaissance
géotechnique constitue une source d’information indispensable.
- L'étude de sa capacité portante.
- L'étude des différents types de fondations que l'on peut préconiser… .

Ces caractéristiques se traduisent en général par deux paramètres très


important qui sont:
• L'angle de frottement interne des grains "Φ" .
• La cohésion du sol "C".

Afin de déterminer ces deux paramètres, nous avons recours à un essai en


laboratoire très sollicités par les ingénieurs qui est "L'essai de cisaillement
rectiligne" ou "L'essai de cisaillement à la boite" proposé Mr. Alexandre
COLLIN (1846) et mise au point par le Pr. CASAGRANDE.
BUT DE L'ESSAI :
 Comme nous l'avons souligné précédemment, nous devons déterminer les
deux paramètres qui sont "C" et "Φ" déduits graphiquement à partir de la
courbe intrinsèque du sol  =F ( )
   tgj  représente la  pente de la courbe.
 C représente t à   0 (lorsque  = 0 bars).
 Donc en premier lieu nous devons tracer cette courbe.

Quelques définitions :
 Sol pulvérulent : (sol grenue):
Les sols pulvérulents regroupent le gravier, le sable et le silt. Ils sont
constitués de particules volumineuses, et leur résistance au cisaillement est
assurée par le frottement et l’enchevêtrement des particules.
 Sol cohérent : (sol fin)
Les sols cohérents sont constitués de particules d’argile en forme de
feuillet, et leur résistance au cisaillement provient du frottement et de
l’enchevêtrement des particules, ainsi que de la cohésion entre les
particules.
 L’angle de frottement « φ » :
Angle que fait la réaction du sol avec la normale de l’ouvrage. Cet
angle dépend de la rugosité de la surface et de son déplacement relatif par
rapport au sol.
 La cohésion « C » :
Aussi appelée forces de cohésion est la résistance au cisaillement d’un sol
sous une contrainte normale nulle.
Les matériaux "normaux" résistent aussi à la traction et ont une certaine
cohésion. Cette cohésion est liée à la présence, des particules d’argile,

 la consolidation : la consolidation si le phénomène qui ne permet


dissiper l'eau en fonction de temps.
Remarque : le temps qu'il prend l'eau pour sortir de sol se défaire d’un
matériau à l'autre exemple le sable et l'argile prend plus de temps pot pour
permettre à l'eau de sortir car elle est fine dans elle absorbe beaucoup d'eau
et le sable permet le passage de l’eau donc si un matériau draineur.
 Drainer : drainer c'est savoir si notre matériaux et là la capacité
De refoulé l'eau à l'intérieur sans prendre le facteur temps en
considération.

PRINCIPE DE L’ESSAI:
L’essai de cisaillement donc, consiste à placer un échantillon de sol dans
demi boites qui peuvent glisser d’une par rapport à l’autre est soumis sur
l’élément supérieur à une contrainte normal (σ=N/S) puis à un effort de
cisaillement T jusqu'à la rupture toute en mesurant le déplacement
horizontal de la demi boite.
Trois échantillons identiques doivent-être testés pour trois contraintes
normales différentes. Les valeurs des contraintes de cisaillements (τ=T/S)à
la rupture sont représentées en fonction des contraintes normales τ=f(σ) .
Cette représentation est la traduction graphique de l’équation de Colomb.
τ rupture= C + σtgφ.

Comparateur

Schéma de la boite au cisaillement


Types d’essais à la boite:
Trois types d'essais peuvent être définis suivant qu'il y a drainage ou non,
consolidation ou non :
 Type non consolidé – non drainé (essai UU) :

L’éprouvette ne subit aucune consolidation, ni aucun drainage préalable,


sous la contrainte normale de l'essai, C’est un essai rapide, le plus
couramment utilisé pour l’étude des sols (fondation) on utilise donne se
essai 2 plaques étanche.
 Type consolidé – non drainé (essai CU) :

Chaque éprouvette de sol est consolidée avant l'expérience, sous la même


contrainte normale σ que celle qu'elle subira pendant l'essai. La contrainte
de cisaillement est suffisamment rapide pour que le drainage n'ait pas le
temps de s'effectuer, donc pour que la pression interstitielle de l'eau ne
puisse pas se dissiper en cours d'essai on utilise donne se essai 2 plaques,
étanche et perforer.

 Type consolidé – drainé (essai CD) :

Cet essai est mené comme l'essai du type consolidé - non drainé, mais la
vitesse de cisaillement est suffisamment lente pour que la pression
interstitielle de l'eau puisse se dissiper et être considérée comme nulle à
chaque instant (u = 0), on utilise donne se essai 2 plaques perforer.
APPAREILLAGE :
Nous pouvons diviser l’appareillage en deux :
Appareillage spécifique :
1-Interrupteur général,
2-Boitier de commande,
3-Manivelle de déplacement manuel,
4-Manette de sélection de l’avancement manuel (4A) ou motorise
(4B),
5-Piston de compression,
6-Comparateur de mesure d’affaissement de l’échantillon (vertical),
7-Comparateur de mesure du déplacement de la demi- boite inférieur
(horizontal),
8-Bras de réaction,
9-Ecrou de blocage de l’axe du dynamomètre,
10-Anneau dynamométrique de 3KN,
11-Ecrou de réglage de la position de l’anneau dynamométrique,
12-Levier porte poids en position de repos,
13-Attaches du porte-poids en position de charge directe,
14-Support de la boite de cisaillement,
15-demi boite supérieure,
16-demi boite inférieure,
17-entretoise,
18-vis de fixation de la demi- boite inférieur sur le support,
19-vis pour blocage de la demi- boite supérieur avec la demi- boite
inférieur,
20-pierre poreuse,
21-échantillon à tester,
22-pierre poreuse,
23-piston,
24-fond de boite,
25-plaque de drainage
Appareillage d’usage courant :
-Une trousse coupante pour tailler l’échantillon,
-Une balance électronique de précision pour mesure les teneurs en
eau,
-Une étuve,
-Deux comparateurs pour mesures Δhet Δl,
-Un couteau,

Figure I : Boites de cisaillement Figure II: Dispositif complet


DEROULEMENT DE L’ESSAI :
Après avoir préparé l’échantillon et l’avoir mis dans la boite de
cisaillement ;
• Appliquer sur la face supérieure de l’échantillon un effort vertical
(N), résultant des poids placés sur le plateau, engendrant ainsi une
contrainte normale σ = (1.2.3) bars, maintenue constante tout le long de
l’essai ;
• Mettre tous les comparateurs à zéro ;
• Régler la vitesse de la machine de façon à imposer un déplacement
horizontal relatif entre les deux demi-bottes constant ;
• Démarrer la machine et prendre les lectures des trois comparateurs
simultanément à des intervalles de temps réguliers ; toute les 15secondes ;
• La rupture est atteinte lorsqu’un pic ou un palier est obtenu du graphe
τ = f (ΔL/L), ce qui permet d’arrêter l’essai après quelques lectures
décroissantes ou stabilisées, sinon on ira jusqu’à la fin de la course ;
• Toutes les lectures obtenues par les comparateurs sont converties en
unités de calcul.
Nota :
Dans notre cas, le matériau utilisé s’agit du tuf.
L = longueur de la boite de cisaillement, L =6cm= (60mm) ;
ΔL : déplacement horizontal mm ;
Sc : la section corrigée, Sc = L (L-ΔL) (mm2) ;
La variation de volume en pourcentage : (ΔV/V) ; Avec ΔV : déplacement
volumique vertical mm3 La contrainte tangentielle τ = 𝑇/𝑆𝑐 ; Avec
T : force de cisaillement
Coef anneau K = 0 ,0162
Présentation des résultats

Dimension de la boite : 6cm×6cm .


1kg/cm^2=0.981 bar
Calcul de la contrainte de cisaillement a la rupture :
τ =¿ (LA X k)/(SC) bar Section corrigée : SC=l(l-∆ l x10-3) cm2
τ max=¿C’est la contrainte Maxe.

 τ ma x 3= 0.202kg /cm^2 = 0.198 bar → DL3= 0.6 cm


 τ ma x 2= 0.14066kg/ cm^2 =0.137bar → DL2= 0.625 cm
 τ ma x 1= 0.11095kg/cm^2 = 0.108bar → DL1= 0.525 cm
 σ1= 0.525bar σ1=1/DL1
 σ2=1.6 bar σ2=2/DL
 σ3=1.666bar σ3=3/DL
a) La courbe : t=f (∆ l)

Observation générale pour les 3 courbe : une augmentation des valeurs de


déformation de l’anneau en fonction de déplacement jusque a attendre le
max (le point de rupture) âpre il Ya une diminution âpre une constante.

La courbe intrinsèque :
τ r=f(σ ¿.
Dans notre essai l’utilisation du sol cohérent montre que
cohésion(c=1.568),
sa courbe intrinsèque qui est défini par la contrainte tangentielle (τ) en
fonction de la contrainte normale(σ) qui passe pas par l’origine “0“et
l’équation de coulomb prend
La forme suivante : τ= σ tanϕ+c.
m) Les caractéristiques de rupture de sol :
a. L’angle de frottement : φ
τ =c+σtg (φ)Loi de coulomb
A partie de la courbeτ =f (σ ¿ on détermine
tg (φ)=∆ τ / ∆ σ
Tg (¿=¿-τ 1)/ (σ 3−σ 1)
tg( φ )=0.0788

φ=4.505 °

b. La cohésion : C

en tire c de graphe
C=1.568
Conclusion :
La boîte de Casa grande, malgré ses imperfections, elle est le
seul dispositif à cisaillement direct utilisé dans la pratique
courante pour la détermination de la résistance au cisaillement des
sols.
-L’essai à la boite de Casa grande nous permet de tracer la courbe
intrinsèque de la variation de la contrainte de cisaillement en
fonction de la variation de la contrainte de compression ‘σ’ afin de
déduire les caractéristiques mécaniques du sol étudié, à savoir la
cohésion du sol C et l’angle de frottement interne φ.
Et Par définition les paramètres qui influasse la résistance au
cisaillement c est l’angle de frottement et la cohésion, car plus
l’angle de frottement et la cohésion seront grands, plus la
résistance au cisaillement devrait être grande.
Par conséquent dans notre essai en a utilisé un sols cohérents sa
cohésion(c=1.568) donc c’est un sol qui une résistance moyenne
au cisaillement et sa l angle de frottement φ=4.505 ° se pendent il
y a lieu de faire attention sur la manière de confectionné et de
dimensionné notre fondation pour se type de sol.