Vous êtes sur la page 1sur 4

MISE À JOUR EN NOVEMBRE 2016

Bagages
génétiques et
apprentissages
Un équilibre à trouver pour piloter les comportements et les performances animales

La race des animaux d’élevage est souvent mise en &HWWH ƓFKH QH FKHUFKH SDV ¢ WUDQFKHU GH
ID©RQFDW«JRULTXHHQIDYHXUGHOōLQQ«RXGH
avant pour distinguer des aptitudes de production,
OōDFTXLV/HV«WKRORJXHVRQWGHSXLVORQJWHPSV
des comportements ou des adaptations au terroir.
PRQWU«TXHOHVGHX[VRQWHQLQWHUDFWLRQ(OOH
Pourtant les contradictions entre éleveurs sur les FRQVWLWXHXQHDLGHSRXUQHSDVWRPEHUGDQV
traits supposés de telle ou telle race témoignent Oō«FXHLO GX G«WHUPLQLVPH J«Q«WLTXH (OOH
des difƓcultés que nous avons tous pour distinguer DOLPHQWH OD U«ŴH[LRQ HQ FRQVLG«UDQW TXH OH
réellement ce qui relève de l’inné (le bagage FKRL[GHODUDFHRXYUHFHUWHVGHVSRVVLELOLW«V
génétique) ou de l’acquis (les apprentissages en PDLV TXH FH VRQW OHV SUDWLTXHV GH Oō«OHYHXU
fonction des conditions de vie et des pratiques TXLDFFRPSDJQHQWOōDQLPDOYHUVOōH[SUHVVLRQ
d’élevage). GHFRPSRUWHPHQWVDGDSW«VDX[REMHFWLIVGH
SURGXFWLRQTXōLOVōHVWƓ[«V
s.
ible de faire des choses différente
Avec une même race, il est poss les mêm es chos es.
possible de faire
Avec des races différentes, il est

Pourquoi s’intéresser
ntéresser à ce thème technique ?
• Pour choisir • Pour comprendre • Pour ne pas se cacher • Pour ne pas rater
le type d’animaux certains comportements derrière des idées l’éducation
sur l’exploitation et réussir à exprimer les reçues de ses animaux
Lors de l’installation, les possibilités des animaux La race est souvent prise Le jeune âge est déterminant
éleveurs doivent décider du L’éleveur a devant lui les pour responsable des pour habituer les animaux
type d’espèce, de race ou clés qui permettent de compétences de l’animal à leurs conditions de
de lot d’animaux à élever façonner des animaux à à produire dans certaines vie future et pour les
sur la ferme en fonction la mesure de son système conditions d’élevage et préparer à produire dans
des productions visées, d’élevage. Encore faut-il en pourtant ça ne se passe pas l’environnement de la ferme.
des modes d’élevage et du être conscient et améliorer toujours comme prévu...
contexte local. sa technicité pour le réussir.
Les compétences des animaux d’élevage : un équilibre
subtil entre bagage génétique et apprentissages sous
l’effet de la conduite.
Les compétences d’un animal adulte ne proviennent pas que de son bagage génétique
Il semble impossible de séparer Qu’est ce qui relève plus de la race, de l’espèce ou des pratiques ?
les aptitudes, qui seraient Les éleveurs du réseau ont essayé d’y répondre. En voici le résultat :
déterminées par la génétique,
et les compétences, qui Apprentissages
seraient acquises durant la vie Bagages génétiques
de l’animal. Les deux facteurs Conformation Qualités maternelles Endurance Comportement alimentaire
coexistent et forment les (quantité de lait)
caractéristiques du troupeau Marche
Taille (lourdeur, onglon) Grégarité Comportement maternel
(compétences alimentaires,
physiologie digestive, niveau Saison de reproduction
Marche en pente
de production, etc.). Certaines Résistance au froid
semblent plus liées au bagage Résistance aux maladies
Préhension des aliments
génétique des animaux, et
d’autres semblent davantage A titre d’exemple, un éleveur explique : "ce que j’achète dans le bélier, c’est de la valeur laitière. Le
dépendre des pratiques. comportement maternel des mères, il se construit dans le temps"

0EK¬R¬XMUYIH¬ƙRMXYRTSXIRXMIPƙRMUYIPIWTVEXMUYIWTIYZIRXJEMVITPYWSYQSMRWI\TVMQIV
éristiques acce
es caract ssi Le schéma ci-contre illustre, pour un animal, une race
elo ppe d b
Env r ce tte ra ce ou cette espèc
ou une espèce donné : son potentiel génétique Ɠni (
le

po u e "enveloppe des caractéristiques accessibles pour cette


s

race ou cette espèce") ainsi que la trajectoire prise au cours


de sa vie en fonction des pratiques de l’éleveur et de ses
objectifs. )
En noir,
évolutions possibles Néanmoins, on ne peut pas tout faire avec une race. Des limites
à un âge donné H[LVWHQW (Q HIIHW LO HVW GLIƓFLOH SDU OHV SUDWLTXHV GH UHGUHVVHU
XQHE¬WHTXLQōDSDVGHJ«Q«WLTXHHWLQYHUVHPHQWLOHVWGLIƓFLOH
de freiner une bête qui en a trop. C’est le cas de la production
de lait : "une vache qui a de la génétique pour aller autour de 10
000 litres par lactation peut produire 7000 litres sans difficulté
mais pas 4000".
ce
san Première t
a is mise bas or “Deux troupeaux de races différentes
N On ne peut pas sortir de l’enveloppe M peuvent développer
des caractéristiques similaires “Les caractéristiques
Juvénile Fin de Âge adulte sous l’inŴuence des conditions de vies de ce troupeaux
et des pratiques d’élevage.” n’auraient pas pu être
croissance acquises par les races
Race B ou espèces A et B”
ou Espèce B ou
A Es
ce e A Ra pèce
Raspèc ce
E C C
ou
Le schéma ci-contre explique qu’il peut exister une diversité
de compétences entre les animaux d’une même race selon les
Trajectoir

élevages et inversement des compétences similaires entre les


animaux de deux troupeaux aux races différentes
e

Él e
eu r 2
ré s

ve
ult

3
ur

td
Élev
an

es
pr
at
iqu

r4
es

eu
de

l’é v
e
lev
eu Él
r1
“Les éleveurs 1 et 2 élèvent
la même race, mais les conditions
d’élevage des jeunes conduisent à des troupeaux assez différents”
Les capacités d’apprentissage La trajectoire d’un animal au cours de sa vie
diminuent avec l’âge est construite par l’éleveur
Beaucoup d’éleveurs rapportent que les capacités En observant régulièrement l’attitude et/ou la physiologie
d’apprentissage sont plus élevées chez les jeunes et qu’elles des animaux, il est possible de décider d’ajustements dans
diminuent avec l’âge. Les sciences animales l’expliquent par le la conduite pour ne pas subir mais choisir leurs futurs
fait que le jeune a plus d’attrait que de peur pour la nouveauté comportements. Ces ajustements ne peuvent pas toujours se
(cf la forme du fond noir du schéma ci-contre). situer dans une logique de produire "plus et plus vite". Des
Cette difƓculté à évoluer à l’âge adulte est encore plus criante ralentissements de la croissance ou de la production laitière,
pour les caractéristiques qui sont liées au développement permettent de construire pour l’avenir des compétences à
anatomique. Par exemple la taille du rumen (future capacité produire "bien" (qualité du lait ou de la viande) ou "moins cher"
d’ingestion de l’animal pendant toute sa carrière), ou encore (limitation des achats, diminution de la mécanisation).
l’aptitude à la marche (future capacité de l’animal pour se
déplacer) sont généralement acquises avant la Ɠn de la A titre d’exemple, si un troupeau de chèvres est sorti d’un parc
dès qu’il exprime les premiers signes de lassitude, leur attente de
croissance : "il y a certains moments clés dans la vie de l’animal, si tu les changement de parc est renforcée. Il est conclu que "les chèvres" ne
réussis,c’est gagné à vie !" SHXYHQWMDPDLVƓQLUXQSDUF2UFōHVWOōDFFRUGWDFLWHHQWUHOō«OHYHXUHW
ses animaux qui construit progressivement la capacité du troupeau à
DFFHSWHUGHƓQLUXQSDUFDYDQWGHSDVVHU¢XQDXWUH

Et la sélection dans tout ça ? Diversité dans le troupeau : atout/contrainte ?


Elle détermine la gamme des compétences Selon le système et les objectifs de production, une gamme de caractéristiques
accessibles pour une race. La modiƓcation des sont jugées "acceptables". Les caractéristiques inacceptables sont alors
critères de sélection permet de faire évoluer utilisées pour réformer. Selon les priorités des éleveurs (production, docilité,
l’éventail des caractéristiques de l’animal, fertilité, âge...), leur nombre et leur nature varient.
illustrée ci-contre par l’enveloppe en pointillés
(allure et taille). Les scientiƓques ont montré des Malgré un bagage génétique et des pratiques semblables, il existe une
héritabilités variables selon les critères (exemple : diversité entre les individus d’un même troupeau. Certains éleveurs
croissance très héritable, résistance à une considèrent que cette diversité n’est pas un handicap mais un atout et
maladie peu héritable) et des corrélations ou décident d’une gamme très large de caractéristiques. Cela peut aller jusqu’à
antagonismes entre certains d’entre eux (exemple constituer des troupeaux multi-races ou multi-espèces pour jouer sur leur
: quantité de lait inversement corrélée au taux complémentarité. D’autres adoptent des stratégies de réforme plus strictes,
protéique ; taux protéique corrélé au taux butyreux). recherchant des caractéristiques très homogènes au sein du troupeau.
Enrichissement de quelques idées Des ressources
pour aller plus loin
Cette Ɠche fait partie de la

reçues collection d’outils techniques


éditée par le réseau
Pâtur’Ajuste mettant en valeur
les savoir-faire des éleveurs
autour de la valorisation des
Les compétences au pâturage entre des individus de deux espèces prairies naturelles et des
HMJJ¬VIRXIWTIYZIRX­XVITPYWVIWWIQFPERXIWUYŞIRXVIHIWMRHMZMHYW parcours dans les systèmes
d’élevage.
HŞYRIQ­QIVEGI
0MWXIHIWEYXVIWƙGLIW
Attribuer la consommation des végétations
• Comprendre et piloter
ligneuses exclusivement aux chèvres est un
les préférences alimentaires
réŴexe expliqué soi-disant parce qu’elles ont au pâturage
un régime alimentaire plus adapté. Or, dans
• Comprendre et utiliser
les territoires, il n’est pas rare de trouver le report sur pied des
des chèvres dont la ration est composée végétations
exclusivement d’herbe et des vaches qui • Savoir clairifer ses objectifs
pâturent la broussaille. Par ses pratiques,
• Concevoir la conduite
l’éleveur arrive à diminuer l’écart entre
technique à l'échelle
les aptitudes innées des espèces. Seules parcellaire
quelques caractéristiques semblent très
• Réussir sa mise en herbe
déterminées par la génétique des espèces,
et ne peuvent donc pas être changées par • Bagages génétiques
et apprentissages
les éleveurs : la taille des animaux et la
préhension des aliments. • Les refus au paturage

Pour en savoir plus :


www.paturajuste.fr

Un animal ne naît pas rustique, il le devient,


si les conditions d’élevage le permettent
L’achat de béliers d’une race rustique dans alimentaires, les relations sociales dans le Faites part
les organismes de sélection pour améliorer troupeau ou encore la mémoire des lieux de votre expérience…
Vous pouvez contribuer à cette
les aptitudes de la descendance des jeunes et des rythmes d’activités. Ainsi, un animal
Ɠche en ajustant certaines
est souvent pratiqué dans les élevages. de race rustique, par son mode d’élevage pratiques chez vous.
Néanmoins, force est de constater, qu’une avant d’arriver sur les fermes, peut être tout Ne négligez pas l’intérêt de
fois arrivé sur la ferme, le bélier va regarder à fait incompétent à valoriser le milieu qu’il faire un suivi des moyens mis
en l’air pendant plusieurs jours et arrêter de découvre. Il va mettre environ deux ans à se en œuvre et des résultats, et
grandir avant de comprendre que ce qu’il y construire des habitudes de consommation, de transmettre votre expérience
a par terre se mange. Les comportements de digestion, etc. pour devenir apte à vivre au réseau à l’adresse :
des animaux d’élevage sont dictés par leurs dans son environnement. contact@paturajuste.fr
expériences précoces, leurs habitudes
Pour découvrir des retours
d’expérience d’éleveurs :
Rendez-vous sur notre site,
rubrique "Parlons technique"
%YƙREPGSQQIRXGLSMWMVYRIIWT«GIIXYRIVEGIPSVWHIWSRMRWXEPPEXMSR#
Une espèce, une race se choisit :
• dans un 1er temps par rapport à leur attrait • et dans un 2ème temps par rapport au mode
(empathie, esthétique, territoire d’origine, d’élevage voulu par l’éleveur :
etc.) :
" Quand on aime bien une race, il faut essayer de
" On choisit une race parce qu’on aime cette race. l’adapter à son système. Si ça ne fonctionne pas, il
Après, il y a aussi le côté facilité locale, les surfaces faut passer à une autre. "
et le fourrage dont on dispose, la commercialisation
voulue... "
Rédaction : SCOPELA,
avec la contribution des
éleveurs ayant participé
à l’atelier SCOPELA
Conseil et formation

du 3 novembre 2016.
Agriculture et environnement

En partenariat avec

Édition : crée en novembre 2016


par SCOPELA,
73340 Bellecombe en Bauges
c.agreil@scopela.fr
paturajuste.fr

Création graphique : $WHOLHU&RQƓWXUH0DLVRQ