Vous êtes sur la page 1sur 6

Le son [ʒ] s'écrit j ou g.

-j
Dans tous les cas, la lettre j forme le son [ʒ].
Exemples : Jeter, joindre, justifier, jouet.

-g
Devant les voyelles e, i ou y, la lettre g forme toujours le son [ʒ].
Exemples : Genou ; ils mangent ; vous mangiez ; un gyrophare.

Remarque : lorsque la lettre g précède un h ou les voyelles a, o ou u, on obtient le son "dur"


[g].
Exemples : Ghetto, se garer, un gorille, une guitare.

» A. Les écritures du son [ã]


Il existe quatre écritures principales du son [ã] : an, am, en et em.
Mais plusieurs autres graphies existent si l'on tient compte :

1. de la lettre muette h placée au début du mot


Exemple : Hampe

2. des consonnes muettes -s, -d et -t en finale


Exemples : Sans , allemand , vent , absorbant.

Remarque : Pour retrouver la lettre muette, il faut chercher un mot de la même famille :
Exemples : allemand -> allemande ; vent -> venté.

3. des pluriels dont la lettre finale -s est muette


Exemples : vents , cadrans.

» B. Les règles d'écriture du son [ã]


Pour l'écriture du son [ã] on appliquera la règle du m, b et p.
On écrira donc toujours pour former le son [ã]:

1. toujours em ou am devant les lettres b ou p


Exemples : emmener, emballer, empêcher, ambiance, ampoule.

2. uniquement em devant la lettre m.


En effet, l'écriture am suivie de la lettre m ne forme jamais le son [ã].
Exemple : ammoniaque -> [a]mo/nia[k]

» C. Cas particulier du groupe de lettres aon


Généralement ces lettres successives doivent se prononcer [ã] mais dans certaines régions,
taon peut se prononcer [ã] et devenir un homonyme de thon.
Exemples : faon, paon, taon.
» A. Les écritures du son [ɛ]̃
Le son [ɛ]̃ peut s'écrire : in, im, ain, aim, ein, eim, en, un, yn ou ym
Exemples : indécis, imbécile, train, faim, frein, Reims, chien, un, thym.

» B. Les règles d'écriture du son [ɛ]̃


Le son [ɛ]̃ peut être écrit de plusieurs façons mais l'on peut retenir quelques règles principales.

1. Au début du mot
Tous les mots de la langue française qui commencent par le son [ɛ]̃ s'écrivent in ou im
uniquement devant les lettres b ou p.
Exemples : interdit, indépendant, impossible, imbattable.

Exceptions : Ain (nom propre désignant le département ou la rivière), ainsi (adverbe).

2. A la fin du mot
Peu de mots s'écrivent avec les graphies ym ou aim : daim, essaim, faim, thym.<

» A. Les écritures du son [ɔ]̃


Il existe une seule écriture du son [ɔ̃] : on.
Mais on trouve plusieurs dizaines de graphies différentes si l'on tient compte :

1. de la lettre -h placée au début du mot


Exemples : honte, hongrois.

2. des consonnes muettes -s, -c, -t et -d, en finale du mot


Exemples : partons, tronc, iront, rond.

3. des pluriels en -s dont la lettre finale est muette


Exemples : balcons, bâtons.

» B. Cas particulier du mot taon qui peut se prononcer t[ɔ]̃ .


Généralement ces lettres successives doivent se prononcer [ɑ̃] mais dans certaines régions
taon peut se prononcer t[ɔ]̃ et devenir un homonyme de thon.
Exemples : faon, paaon, taon.
» Règle générale
Le son [s] s'écrit généralement c, ç ou ss.

-c
Placée devant les voyelles y, i ou e, la lettre c forme les sons [si] et [se].
Exemples : Un cygne, un cinéma, un citron, une cérémonie.


La cédille s'utilise toujours devant les voyelles a, o et u pour former le son [s].
Exemples : Un garçon ; je plaçais ; nous avançons ; il a reçu.

Attention : Sans la cédille, les sons obtenus avec les voyelles a, o et u sont [ka], [ko] et [ku].
Exemples : Cahier ; coloré ; cube.

- ss
Si deux s se suivent (ss), ils forment toujours le son [s].
Exemples : Poisson ; pansement.

Remarques :
1. Il faut toujours deux consonnes consécutives pour entendre le son [s].
Exception : On peut parfois entendre le son [z] malgré deux consonnes consécutives, comme
dans le mot balsamique.
2. La lettre s forme toujours le son [z] quand elle est précédée et suivie d'une voyelle.
Exemples : Maison ; raisin.

» Autres écritures du son [s]


Le son [s] s'écrit également t, sc ou x dans des conditions précises.

-t
La lettre t précédant un i suivi d'une voyelle forme toujours le son [s].
Exemples : Une addition ; action ; ambitieux.

- sc
Les lettres sc placées devant un i ou un e peuvent parfois former le son [s].
Exemples : Une scie ; un ascenseur.
Mais dans de nombreux cas, placées devant la voyelle a les lettres sc forment le son [k].
Exemples : Un scandale ; un scarabée.

-x
Placée en fin de mot, la lettre x peut former le son [s].
Exemples : Dix.

Le son [g] s'écrit g ou c.

-g
Lorsque la lettre g précède une consonne ou les voyelles a, o ou u on obtient le son "dur" [g].
Exemples : Garcon, ghetto, se garer, un gorille, une guitare.
-c
Les dérivés du mot second s'écrivent avec un c et forment le son [g].
Exemples : Second, secondaire, secondement, seconder.

» A. La prononciation du son [o]


Le son [o] se prononce de deux façons : ouvert ou fermé.

1. Son [o] fermé


En règle générale, on trouve ce son à la fin d'un mot ou quand la lettre o précède le son
[z].
Exemples : Crapaud, numéro, côte, dos, eaux, rose, poser.

2. So[ɔ]̃ n [ɔ]̃ ouvert


En règle générale, on trouve ce son quand la lettre o est suivie de deux consonnes ou
quand, non accentuée, elle précède les lettres l ou r.
Exemples : Pomme, botte, accoster, la colle, docteur, or, école, sol, parole, Paul.

» B. Les écritures du son [o]


Il existe trois principales écritures des sons [o] et [ɔ̃]: o, au, eau
Mais il existe plusieurs dizaines de graphies différentes si l'on tient compte :

1. De la lettre h placée au début du mot


Exemples : Hauban, hôtel.

2. Des consonnes muettes s, c, t, d placées en finale


Exemples : Dos, croc, assaut, rougeaud.

Remarque : Pour retrouver la lettre muette, il faut chercher un mot de la même famille.
Exemples :
- dos -> adossé ;
- saut -> sauter ;
- croc -> crochet.

3. Des pluriels en -s ou -x dont la lettre finale est muette.


Exemples : Vélos, bateaux.

4. Des mots dont la lettre -o est accentuée


Exemples : Tôt, hôtesse.

5. Des mots d'origine étrangère


Exemples : Football, bungalow, yacht, tomahawk, album.

Remarque : les mots latins ou scientifiques se terminant en -um se prononcent toujours


[omme] comme dans le mot pomme.
Exemples : Un album, un podium, le sébum.
» A. Règle générale
Dans la plupart des cas, le son [k] s'écrit : k, c ou qu.

-k
La lettre k forme toujours le son [k].
Exemples : Un kayak, un koala, un képi, un tank.

-c
La lettre c forme le son [k] dans les situations suivantes :

- quand elle précède une consonne*.


Exemples : Crevette, crapaud, récréaction.

*Attention : Si elle précède la voyelle e ou i, la double consonne cc ne forme pas le son


[k] mais le son [ks].
Exemples : Un accident, un accès.

- quand elle précède l'une de ces trois voyelles : a, o et u.


Exemples : Carotte, chocolat, reculer.

- quand elle se trouve à la fin du mot.


Exemples : Grec, Turc.

-q
La lettre q est presque toujours suivie de la lettre u pour former la graphie qu.
Exemples : Un paquebot, quand, une barque.
Mais on trouve la lettre q seule en finale de deux mots : coq et cinq.

» B. Autres écritures possibles du son [k]


Le son [k] peut aussi s'écrire : ch, ck, cqu ou cch.

- ch
Exemples : Une chorale, le cholestérol.

- ck
Exemples : Un bifteck, un stock.

- cqu
Exemple : Un acquis.

- cch
Exemple : Une ecchymose.
Le son [ks] peut s'écrire x, cc, xc ou ct.
Sans, malheureusement, pouvoir dégager de règle générale, il est cependant possible de
distinguer les différentes écritures par découpage syllabique.

1. -cc
Les lettres cc appartiennent à deux syllabes différentes :
1.1. La première syllabe terminant par le son [k].
1.2. La suivante commençant par le son [s].
Exemples : Accident, accepter.

Remarque : Cette graphie cc du son [ks] n'est possible que lorsqu'elle est suivie des voyelles i
ou e.

2. -ct
Les lettres ct appartiennent à deux syllabes différentes :
2.1. La première syllabe terminant par le son [k].
2.2. La suivante commençant par la lettre t suivie d'un i et d'une autre voyelle.
Exemples : Infectieux, perfection, induction.

3. -xc
Les lettres xc appartiennent à deux syllabes différentes :
3.1 La première syllabe (ex)
3.2. La suivante qui produit deux sons différents :

- Soit le son [k] si le c est suivi d'une consonne ou des voyelles a, o ou u.


Exemples : Une excuse, excommunier.

- Soit le son [s] si le c est suivi des voyelles y, i ou e.


Exemples : excédentaire, exciter, excellent.

-x
Si le découpage n'est pas possible en deux syllabes distinctes, alors on écrit le son [ks] avec la
lettre x.
Exemples : Une connexion, la perplexité.

Vous aimerez peut-être aussi