Vous êtes sur la page 1sur 3

CRÉATION d’une chorégraphie

Pour amener les élèves à créer leur chorégraphie :

4 phases :
1 EXPLORATION RECHERCHE (> improvisation, à plus haut niveau)
2 COMPOSITION CONSTRUCTION, sélection
3 RÉPÉTITION INTERPRÉTATION, affinement
4 PRÉSENTATION REPRÉSENTATION

Ces 4 phases peuvent se retrouver plusieurs fois au cours d’une même séance, par ex. lorsqu’on
passe d’une recherche individuelle à une production à 2 ou 3 (…jusqu’à 5/ 6 en lycée)

1- EXPLORATION :
De nombreuses « réponses » corporelles émergent.
C’est une phase de recherche, on créée un « brouillon » de notre production finale

La gestuelle, les formes corporelles doivent être reliées aux 4 éléments constitutifs de la danse et
ses multiples combinaisons : espace, temps, énergie, relations entre danseurs

En danse, ces 4 composantes du mouvement sont indissociables, et on ne peut penser le corps que
dans ces relations avec ces composantes. C’est par souci d’analyse et de pertinence dans le choix des
consignes pour les situations d’apprentissage que nous les dissocions.

ESPACE
TEMPS
ENERGIE
RELATIONS entre danseurs
CORPS (utiliser toute les parties de son corps / mobilisation corporelle)

2- COMPOSITION :
On critique et on sélectionne.

C’est le moment des choix parmi les formes, les trajets, les relations.

C’est également le choix de :


- Début / Fin (début / développement / fin)
- Des procédés de composition qu’on souhaite utiliser :
Composition sur le mouvement, ou sur les mouvements entre eux
Composition sur les relations entre danseurs
Composition sur le développement

Enfin, cela peut aussi être des choix de :


- Mise en scène : renforcer le propos chorégraphique par différents outils :
- Costumes, maquillage, accessoires, éclairage
3- RÉPÉTITION - INTERPRÉTATION :
Cette phase est importante, elle va permettre de travailler sur :

LA MEMORISATION :
- Capacité à anticiper ce qui va suivre
- Concentration

L’INTERPRETATION :
- Supprimer (affiner) : supprimer le trop, ou le moins bien
- Sentir : en fermant les yeux, ou en se concentrant sur les sensations que nous renvoie notre
corps. C’est un moment propice au travail du corps.

L’interprétation est liée à 3 éléments :


1. le placement du regard
Placer volontairement son regard, c’est passer du regard papillonnant du débutant au regard
qui projette sur les autres son espace intérieur.
Le regard doit être placé, et ouvert
o Sur un endroit de l’espace scénique
o Sur une partie de son propre corps
o Sur un autre danseur
o Sur les spectateurs
o Loin devant… ou passer de l’un à l’autre, suivant l’intention
2. Lisibilité du mouvement /des actions
o Précision des formes, des trajets, quelle que soit leur vitesse ou leur complexité
o Amplitude
o Suppression de tout geste parasite (tics, rires, bruits, …)
o Relations et contacts sans rupture
3. l’engagement du danseur
o Tenir son « rôle » en restant concentré
o Ecoute : être attentif aux autres dans une production collective
(ex : suivre, rattraper, prendre des infos sur les autres sans que cela ne soit « visible »)

4- PRÉSENTATION :
On se confronte au regard des autres.
Est-ce qu’ils ont perçu ce que j’ai voulu transmettre ?
Est-ce qu’ils ont été surpris par ma production ?
Est- ce qu’ils ont ressenti de l’émotion ? Un état affectif particulier ?

Importance de l’INTERPRETATION lors de la présentation :

Le pire : générer l’indifférence…

EN RESUME :
Pour pouvoir communiquer et retenir l’attention du spectateur,
Pour le surprendre et créer de l’émotion,
Il faut donc travailler en amont sur :
- La composition
- L’interprétation
(ex : si un danseur a bien travaillé sur la composition, mais qu’il se met à rire, à remettre son tee-shirt en place,
ou à se recoiffer….> tout l’univers poétique créé s’effondre ! On retombe dans le quotidien)

Durant cette dernière phase (la PRESENTATION), on saisit bien la relation entre DANSEUR et
SPECTATEUR. Cette phase de présentation, essentielle, a donc plusieurs objectifs :

Pour le DANSEUR :
- se familiariser avec le regard d’autrui
- tenter de toucher la sensibilité du spectateur
- prendre conscience de ses réalisations et de leur adéquation aux consignes, dans un but de
transformation

Pour le SPECTATEUR :
- prendre du recul
- former son regard pour être un spectateur averti

Apprendre à danser, c’est apprendre à devenir un spectateur averti.

OBSERVATION :
Le travail d’observation est essentiel.
Un danseur face à un autre danseur, ou un groupe observe un autre groupe.

Des indicateurs pour l’observation peuvent être donnés, en rapport direct avec les consignes : ils
doivent être concrets, peu nombreux, et lisibles (observables) par les élèves.

(cf exemples de critères : observation et évaluation)