Vous êtes sur la page 1sur 3

Partie1 

1) On distingue deux catégories de fichiers :


Les fichiers textes : les informations sont stockées sous forme de
caractères lisibles par tout éditeur de texte. Les fichiers binaires : les
informations sont stockées en binaire et ne peuvent être lues qu'avec le
logiciel adéquat.

2) Un format propriétaire est fermé, en opposition aux formats ouverts : soit ses


spécifications ne sont pas connues, auquel cas il est difficile de développer
des logiciels qui puissent lire ou écrire ce type de format, soit ses spécifications
ont été diffusées, mais des restrictions légales associées à son utilisation existent
(par exemple à travers un brevet logiciel dans certains pays, mais pas en
France), et son évolution reste contrôlée par son propriétaire.
L'avantage pour le propriétaire d'un tel format est que celui-ci n'est parfaitement
lisible qu'avec un logiciel particulier ou une famille de logiciels. Ainsi, il augmente
le coût de la migration de ses clients vers d'autres solutions logicielles et
maintient une emprise sur eux.
De plus, si le format est accepté comme standard, le propriétaire peut obliger ses
concurrents à lire et/ou écrire son format, rendant leurs logiciels plus complexes,
tout en s'assurant que leurs performances seront moindres aux yeux des
utilisateurs.
Le format de fichier constitue souvent un enjeu commercial important pour lequel
de fortes sommes d'argent sont mobilisées.
La rétroingénierie est une technique coûteuse permettant de retrouver, en partie
ou totalement, les spécifications d'un format propriétaire.

3) Un format ouvert (aussi appelé standard ouvert, norme


ouverte, spécification ouverte ou format libre1,2) est défini comme « tout
protocole de communication, d'interconnexion ou d'échange et tout format de
données interopérable et dont les spécifications techniques sont publiques et
sans restriction d'accès ni de mise en œuvre »3.
Les formats ouverts sont mis en opposition avec les formats propriétaires,
ou formats fermés, dont les spécifications sont gardées secrètes (ou en accès
limité) par les entreprises les ayant développés. C'est le cas par exemple des
formats .doc de Microsoft et de .psd d'Adobe.
4) Cette option se trouve en haut à gauche de la fenêtre de Word et
permet d'ouvrir une fenêtre contextuelle. Sélectionnez Exporter. L'option
Exporter se trouve dans la colonne d'options sur la gauche. Cliquez
dessus pour afficher plusieurs nouvelles options au milieu de la fenêtre.

Partie 2 :
1) Une image vectorielle (ou image en mode trait), en informatique, est
une image numérique composée d'objets géométriques individuels, des
primitives géométriques (segments de droite, arcs de cercle, courbes de
Bézier, polygones, etc.), définis chacun par différents attributs
(forme, position, couleur, remplissage, visibilité, etc.) et auxquels on peut
appliquer différentes transformations
(homothéties, similitude, rotations, écrasement, mise à
l'échelle, extrusion, inclinaison, effet miroir, dégradé de
formes, morphage, symétrie, translation, interpolation, coniques ou bien les
formes de révolution). Elle se différencie en cela des images
matricielles (ou images bitmap), qui sont constituées de pixels.

2) Une image matricielle, ou « carte de points » (de l'anglais


bitmap), est une image constituée d'une matrice de points colorés.
C'est-à-dire, constituée d'un tableau, d'une grille, où chaque case
possède une couleur qui lui est propre et est considérée comme
un point.

Partie 3 :
1)