Vous êtes sur la page 1sur 58

Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

BTS – MAINTENANCE INDUSTRIEL


BTS - ELECTROTECHNIQUE

Thermodynamique Appliquée

UP-Thermodynamique CME Page 1


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Sommaire
CHAPITRE I : INTRODUCTION A LA THERMODYNAMIQUE .......................................................... 4
INTRODUCTION................................................................................................................................................ 6
1. DÉFINITIONS ............................................................................................................................................ 6
1.1. THERMODYNAMIQUE ......................................................................................................................... 6
1.2. TEMPÉRATURE ................................................................................................................................... 6
1.3. PRESSION ............................................................................................................................................ 6
1.4. ÉCHANGES D’ÉNERGIE ....................................................................................................................... 7
1.5. UNITÉS ................................................................................................................................................ 7
1.6. DÉFINITION DU SYSTÈME THERMODYNAMIQUE .............................................................................. 7
1.7. ÉTAT D’UN SYSTÈME .......................................................................................................................... 8
1.8. LA PHASE D’UN SYSTÈME ................................................................................................................... 9
1.9. ÉQUILIBRE THERMODYNAMIQUE D’UN SYSTÈME ............................................................................ 9
2. TRANSFORMATION THERMODYNAMIQUE D’UN SYSTÈME ...................................................... 11
2.1. DEFINITION..................................................................................................................................... 11
2.2. TRANSFORMATIONS PARTICULIERES ........................................................................................ 11
2.3. TRANSFORMATION REVERSIBLE ET IRREVERSIBLE ................................................................ 11
2.4. REPRESENTATION DES TRANSFORMATIONS ............................................................................ 13
3. NOTION DE TRAVAIL D’UN SYSTEME ............................................................................................. 13
3.1. DEFINITION..................................................................................................................................... 13
3.2. TRAVAIL REVERSIBLE .................................................................................................................... 14
3.3. REPRESENTATION GRAPHIQUE .................................................................................................. 15
3.4. CAS DES TRANSFORMATIONS PARTICULIERES ........................................................................ 16
CHAPITRE II : LE PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE ........................................ 19
1. ECHANGE DE TRAVAIL ....................................................................................................................... 20
1.1. GENERALITE ................................................................................................................................... 20
1.2. CAS PARTICULIER DE PRESSION ................................................................................................ 20
1.3. CAS PARTICULIER DU GAZ PARFAIT .......................................................................................... 20
2. ENERGIE INTERNE ET SA VARIATION ............................................................................................. 21
2.1. DEFINITION..................................................................................................................................... 21
2.2. VARIATION DE L’ENERGIE INTERNE .......................................................................................... 21
3. CHALEUR ECHANGEE .......................................................................................................................... 21
3.1. CHALEURS SPECIFIQUES ............................................................................................................. 22
3.2. CHALEURS LATENTES ................................................................................................................... 22
3.3. SENS DE TRANSFERT DE CHALEUR ET CONVENTION DE SIGNES ........................................ 23
3.4. EQUATIONS CALORIMETRIQUES POUR UNE EVOLUTION ELEMENTAIRE REVERSIBLE .. 23
3.5. RELATION ENTRE LES COEFFICIENTS CALORIMETRIQUES .................................................. 24
4. ENONCE DU 1ER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE ............................................................ 26
4.1. CAS D’UNE TRANSFORMATION FERMEE ................................................................................... 26
4.2. EQUATION DE L’ENERGIE DANS LE CAS D’UN SYSTEME FERME ......................................... 27
4.3. EQUATION DE L’ENERGIE DANS LE CAS D’UN SYSTEME OUVERT ....................................... 28
CHAPITRE III : LE FLUIDE DE TRAVAIL .............................................................................................. 31
1. LES FACTEURS THERMIQUES ............................................................................................................ 32
1.1. TRANSFORMATION ISOBARE : P = CONSTANTE ....................................................................... 32
1.2. TRANSFORMATION ISOCHORE : V= CONSTANTE..................................................................... 33
1.3. TRANSFORMATION ISOTHERME .................................................................................................. 33
2. LES GAZ PARFAITS ............................................................................................................................... 34
2.1. DEFINITIONS................................................................................................................................... 34
2.2. ENERGIE INTERNE ET ENTHALPIE D’UN GAZ PARFAIT .......................................................... 35
3. LES GAZ REELS ...................................................................................................................................... 37
3.1. DEFINITION ET EQUATIONS ........................................................................................................ 37
3.2. LE POINT CRITIQUE ...................................................................................................................... 38
3.3. COEFFICIENTS THERMOPLASTIQUES D’UN FLUIDE .............................................................. 40
4. MELANGE LIQUIDE-VAPEUR ............................................................................................................ 41

UP-Thermodynamique CME Page 2


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

4.1. EQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR ..................................................................................................... 41


4.2. CALCUL DES ENERGIES ................................................................................................................ 44
4.3. UTILISATION DES TABLES THERMODYNAMIQUES .................................................................. 45
CHAPITRE IV : EVOLUTION REVERSIBLE ET IRREVERSIBLE ..................................................... 47
1. EVOLUTION ISOCHORE : V = CTE ....................................................................................................... 48
2. EVOLUTIONS ISOBARES : P = CTE ...................................................................................................... 48
3. EVOLUTIONS ISOTHERMES : T = CTE................................................................................................. 48
4. EVOLUTION ADIABATIQUE ............................................................................................................... 49
5. EVOLUTION POLYTROPIQUE ............................................................................................................. 50
6. EVOLUTIONS IRREVERSIBLES .......................................................................................................... 52
6.1. CAS D’UNE DETENTE SANS RESISTANCE ................................................................................... 52
6.2. CAS D’UN DETENDEUR ................................................................................................................. 53
6.3. MELANGE ADIABATIQUE .............................................................................................................. 54
7. EVOLUTION REVERSIBLE D’UN ECOULEMENT PERMANENT ................................................... 54
8. EVOLUTION D’UN ECOULEMENT NON PERMANENT ................................................................... 55
8.1. CAS PARTICULIER DU REMPLISSAGE D’UN RESERVOIR ........................................................ 57
8.2. CAS D’UN DESEMPLISSAGE ......................................................................................................... 58

UP-Thermodynamique CME Page 3


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Chapitre I : INTRODUCTION A LA
THERMODYNAMIQUE

UP-Thermodynamique CME Page 4


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

UP-Thermodynamique CME Page 5


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

INTRODUCTION
Après avoir observé que la vapeur produite par l’eau bouillante dans un récipient clos arrivait
à soulever le couvercle Denis PAPIN (Physicien français) a eu l’idée de construire une
machine pouvant utiliser cette force. C’est ainsi qu’à la fin du 17ème siècle la
thermodynamique en tant que science à vue le jour.

1. DÉFINITIONS
Pour s’approprier la thermodynamique, un ensemble de notions doit être défini, notamment,
température, pression et échange d’énergie.

1.1. THERMODYNAMIQUE

Basé sur les mots chaleur et force, la thermodynamique est une branche de la physique qui
étudie les échanges d’énergie entre un corps et son milieu extérieur. Ainsi dans cette science
les lois de transformation sont étudiées, c'est-à-dire les variations d’énergie d’un système
quelque soit la forme d’énergie mise en jeu (énergie mécanique, thermique, électrique,
chimique…).

1.2. TEMPÉRATURE
La température traduit directement le niveau d’agitation (translation, vibration, rotation,
niveaux d’énergie électronique) des particules constituant la matière. Ainsi à la température
de 0 K (Zéro absolu à -273°C) les atomes et les molécules qui constituent la matière sont
figées. De ce fait l’augmentation de la température induit une augmentation de la vitesse des
molécules et donc leur énergie cinétique. Cette information est captée au moyen d’un
thermomètre. Il peut être à mercure, ou réalisé avec des résistances de platine, ou réalisé avec
les thermocouples.

1.3. PRESSION
Elle se définie comme la résultante des nombreux chocs des atomes ou molécules de la
matière sur les parois du récipient.

UP-Thermodynamique CME Page 6


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

1.4. ÉCHANGES D’ÉNERGIE


La chaleur (Q) ou le travail (W) sont les deux formes possibles d’échange de l’énergie. Ainsi
la chaleur s’interprète à l’échelle microscopique comme une agitation désordonnée des
atomes ou des molécules alors que le travail s’interprète comme une agitation ordonnée.

1.5. UNITÉS
La majorité des unités en Système international [S. I] utilisés dans ce cours sont les suivants :

 Temps : en secondes [s]


 Température : en degré Kelvin [K]
 Pression : en Pascal [Pa] ou [N/m2]
 1 Pa = 1 N/m2 ; 1atm = 1,013bar = 1,013.105 Pa = 760 Torr = 76 cmHg
 1 bar = 105 Pa = 750 Torr
 Energie: en Joule [J] et
 1 calorie = 4,184 Joules
 Puissance : en Watt [W] et 1W = 1 J/s

1.6. DÉFINITION DU SYSTÈME THERMODYNAMIQUE

Un système thermodynamique est une partie de matière (de masse donnée) délimité par
rapport au milieu extérieur. Le milieu extérieur est le reste de l’espace entourant le système.

UP-Thermodynamique CME Page 7


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

La thermodynamique n’examine uniquement que les échanges d’énergie entre ces deux
entités. Ainsi, il est possible de définir 4 types différents de systèmes :

Système homogène : un système est dit homogène s’il ne présente pas de surface de
discontinuité (ex : un gaz). Dans le cas contraire, il est dit hétérogène (ex : équilibre- liquide-
vapeur).

(a) Système isolé : un système isolé est un système qui n’échange ni énergie, ni
matière avec son milieu extérieur (calorimètre).
(b) Système fermé : un système fermé est un système qui n’échange que l’énergie
avec son milieu extérieur (un gaz enfermé dans un cylindre derrière un piston,
pile électrique).
(c) Système ouvert : un système ouvert est un système qui échange de l’énergie et
de la matière avec son milieu extérieur (fluide en écoulement, être vivant).
Convention de signe :

En thermodynamique, on comptera positivement tout ce que le système reçoit du milieu


extérieur et négativement tout ce que le système cède au milieu extérieur.

1.7. ÉTAT D’UN SYSTÈME

L’état d’un système est défini par les valeurs dans un certains nombres de grandeurs
mesurables dites variables thermodynamiques ou variable d’état de nature macroscopique.
Exemple de variables d’état : le volume V, la température T, la pression P l’intensité I, la
densité d, la viscosité , etc.…
L’état d’un système est considéré comme parfaitement connu lorsqu’on a fixé les valeurs
d’un nombre suffisant de variables d’état pour que deux systèmes ayant les mêmes valeurs de
ces variables ne puissent en aucune manière être distingués l’un de l’autre.

a- Variable intensive
Une variable intensive est une variable qui ne dépend pas de l’étendue du système.
Exemple : la température T, la pression P au sein d’un gaz, le potentiel électrique.

b- Variable extensive
Une variable extensive est une grandeur qui dépend de l’étendue du système

UP-Thermodynamique CME Page 8


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Exemple : le volume V, masse m, longueur l, etc.….

Les paramètres ci-dessus sont dépendants les uns des autres. Pour un système homogène,
on aura des couples de variables indépendantes. Dans les cas de la thermodynamique
classique on aura les couples suivants : (P, V) ; (T, P) ; (T, V).

1.8. LA PHASE D’UN SYSTÈME


Souvent, les grandeurs des variables d’états ne sont plus les mêmes en tous les points du
système, pour décrire un tel système on est alors amené à le diviser en portions au sein
desquelles chacune des variables d’état a une même valeur quel que soit l’endroit considéré :
ce sont des portions homogènes ou phases.
Un système avec une seule phase est un système homogène. Un système constitué de
plusieurs phases juxtaposées est un système hétérogène.

1.9. ÉQUILIBRE THERMODYNAMIQUE D’UN SYSTÈME

On dit qu’un système est en équilibre lorsque ses variables d’état ne changent pas de
valeur au cours du temps.
Un système est en équilibre thermodynamique à l'échelle macroscopique lorsqu'il n'existe
plus de variation des paramètres d'état et lorsqu'il n'existe aucun transfert de matière ou
d'énergie avec le milieu extérieur. D’une manière générale on distingue trois sortes
d’équilibres.

a- Equilibre mécanique
Les résultantes des forces exercées sur les parties mobiles du système sont
nulles.
b- Equilibre chimique
Il n’y a pas de réaction chimique à l’intérieur du système et pas de transfert de matière
d’une partie du système vers une autre.
c- Equilibre thermique

UP-Thermodynamique CME Page 9


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

La température de chaque partie du système est uniforme. Ainsi, la température du


système est la même que celle du milieu extérieur.
En thermodynamique classique, on ne s’intéresse pratiquement qu’aux équilibres stables
et aux échanges d’énergie ayant lieu entre le système et le milieu extérieur lors du
passage du système d’un état d’équilibre à un autre état d’équilibre.

Applications
Exercice 1 :
Convertir les températures suivantes en Kelvin puis en degré Fahrenheit ? T1 =
45 °C ; T2 = 120 °C ; T3 = -158°C ; T4 = 300 °C ; T5 = -2,8 °C

Exercice 2 :
Trouver a et b tels que : a(tF +40) = b(tc + 40) pour la correspondance °C vers °F ? Quelle
est la température de congélation en °C de l'eau saturée de sel ?
Pour quelle température a-t-on la même représentation numérique dans les deux systèmes ?

Exercice 3 :
Calculer l'allongement d'une barre de cuivre de 80 cm de long à 15°C quand on la chauffe à
35°C.
On donne : α = 1,5.10-5°C-1 pour le cuivre aux températures considérées.
Exprimer le résultat en %.

Exercice 4
On veut introduire un cylindre de 1 cm de diamètre à 30°C dans un trou percé (diamètre
0,9997 cm) dans une plaque d'acier à 30°C. Sachant que le coefficient de dilatation linéique
de l'acier est α = 1,1.10-5°C-1, à quelle température faut-il chauffer la plaque d'acier ?

UP-Thermodynamique CME Page 10


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

2. TRANSFORMATION THERMODYNAMIQUE D’UN SYSTÈME

2.1. DEFINITION
On dira qu’il y a transformation lorsque, entre deux observations, l’une quelconque des
variables d’états du système évolue. Ainsi le système change progressivement d’un état initial
à un état final en raison d’une modification des contraintes imposées à lui.
a- Transformation fermée
La transformation sera dite fermée si l’état final est confondu à l’état initial.

b- Transformation ouverte
La transformation est dite ouverte si l’état initial est différent de l’état final.

2.2. TRANSFORMATIONS PARTICULIERES


a- Transformation à volume constant
C’est une transformation au cours de laquelle le volume du système reste
constant. Elle est dite aussi isochore.
b- Transformation à pression constante
C’est une transformation au cours de laquelle la pression du système reste
constante. Elle est dite aussi isobare (exemple).
c- Transformation à température constante
C’est une transformation au cours de laquelle la température du système
reste constante. Elle est dite aussi isotherme
d- Transformation sans échange de chaleur
C’est une transformation au cours de laquelle le système n’échange pas de
chaleur avec son milieu extérieur. Elle est dite aussi adiabatique.

2.3. TRANSFORMATION REVERSIBLE ET IRREVERSIBLE


a- Transformation irréversible
D’une manière générale toutes les transformations réelles sont irréversibles. Considérons
l’exemple suivant : Il s’agit d’un cylindre constitué de deux compartiments (I) et (II) de
volumes identiques. Le compartiment (I) contient un gaz dont l’état d’équilibre

UP-Thermodynamique CME Page 11


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

thermodynamique est caractérisé par les variables d’état PA, VA, et TA (état A). Le
compartiment (II) est vide. Les deux compartiments sont séparés par une membrane.

I II

On pratique un trou dans la membrane, spontanément le gaz se détend pour occuper la


totalité du volume du cylindre. Il y a un mouvement d’ensemble des particules du
compartiment (I) vers le compartiment (II). Lorsque l’écoulement du gaz du compartiment
(I) vers (II) aura cessé, le gaz atteint un nouvel état d’équilibre caractérisé par de nouvelles
variables d’état PB, VB et TB (état B).

I II

Remarque :
Dans le plan (P, V) on peut représenter les points A et B car ces deux états sont des états
d’équilibre. Cependant on ne peut représenter Les états intermédiaires entre A et B car ils ne sont
pas des états d’équilibres.
Il n’est pas possible de représenter la transformation A → B par une courbe dans le plan (P,
V). Il s’agit d’une transformation irréversible. Physiquement : le gaz ne peut revenir spontanément à
son état initial A (PA, VA, TA). C’est le cas de toute transformation spontanée ou réelle.

b- Transformation réversible
Une transformation n’est totalement réversible que si la transformation inverse peut être
réalisée en passant rigoureusement par les mêmes états d’équilibres intermédiaires aussi pour
le système que le milieu extérieur.
Une transformation réelle peut s’approcher de la réversibilité si elle est effectuée aussi
lentement que possibles et si les frottements (causes essentielles d’irréversibilité) sont
négligées.
Si les différents états d’équilibre intermédiaires de la transformation sont infiniment
proches les uns des autres, la suite d’états d’équilibre devient continue, de sorte que la

UP-Thermodynamique CME Page 12


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

transformation
A  B peut être représentée dans le plan (P, V) par une courbe.
Il est donc possible, par une évolution en sens inverse des variables d’états, de revenir
de B A en passant rigoureusement par les mêmes états intermédiaires : la
transformation est dite alors réversible.

Remarque :
En toute rigueur, une transformation réversible n’existe pas, (elle est idéale), on considère
comme réversible une transformation très lente où les frottements sont négligés, car causses
essentielles d’irréversibilité.

2.4. REPRESENTATION DES TRANSFORMATIONS

On utilise un diagramme pour représenter les transformations. Le diagramme couramment


utilisé en thermodynamique est le diagramme (P, V) ou diagramme de Clapeyron. Dans ce
diagramme P est porté en ordonnée et V en abscisse.
Une transformation réversible est donc représentée par une ligne continue.
Il est impossible d’effectuer une représentation graphique d’une transformation
irréversible. Seuls les états d’équilibre initial et final sont parfaitement connus.

3. NOTION DE TRAVAIL D’UN SYSTEME


3.1. DEFINITION
Le travail est une énergie défini comme le produit d’une force et d’un déplacement dans la
direction de cette force. Il implique un déplacement ou une déformation de l’objet qui le

UP-Thermodynamique CME Page 13


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

reçoit. Il n’est jamais contenu dans un corps ou posséder par un corps, on dit que le travail est
une énergie de transition.
Quand une frontière d’un système fermée se déplace dans la direction de la force agissant
sur lui alors le système donne ou reçoit du travail de son entourage.
Par convention, W sera compté positivement s’il est reçu par le système et négativement s’il est
cédé.
Le travail désigne simplement le transfert d’énergie entre le système et le milieu extérieur. Il se
mesure en Joule (J) dans le système international. On l’exprime parfois en Erg (1erg = 10-7 J) ou
en kilowattheure (1 kWh = 3600 kJ).

3.2. TRAVAIL REVERSIBLE


Le travail sera dit réversible si l’évolution permettant d’obtenir ce travail est elle-même
réversible.
 
F ext dl  MM '

Wext  F ext  dl  F ext  dl cos F ext , dl 


     

M’ M  

Fext  Fext
Wext  Fext  dl car cos F ext , dl   1
 
On note

 
dl  dl

Fext = P.S ; Wext = P.S.dl = P.dV


 P est la pression absolue et est donc toujours positive.
 Si dV < 0, le système reçoit du travail de son milieu extérieur
Alors Wext> 0, par conséquent Wext = - PdV
si dV > 0, le système cède du travail à son milieu
Donc Wext< 0 soit Wext =– PdV
De manière générale le travail w entre le système et le milieu extérieur au cours d’une
transformation élémentaire est donnée par : Wext = - PdV

Au cours d’une transformation permettant au système de passer d’un état 1 à un état 2


2
W1  2    PdV : ceci n’est valable que si P est une fonction définie,
1

continue, dérivable et intégrale.

UP-Thermodynamique CME Page 14


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

On désigne par w le travail par unité de masse ou travail spécifique :


W = mw avec m : la masse du système
2
w1  2    Pdv avec v : le volume spécifique, ou le volume par unité de
1

masse.
V = m.v
Le travail W est exprimé en joule.
Le travail d’un joule est égal au déplacement d’une force d’un newton sur un mètre :
1 J = 1N x 1m
l’unité légale de la pression P est le Pascal, noté Pa. La pression occasionnée par une force
d’un newton sur une surface d’un mètre carré est le Pascal :
1N
1 Pa 
1m 2
Les multiples du Pascal sont :
- 1 bar = 105 pascals
- 1 atmosphère = 1,013.105 pascals. On notera par la suite une atmosphère par 1
atm.
L’unité légale du volume est le m3 :

3.3. REPRESENTATION GRAPHIQUE


a Cas d’une transformation ouverte.

P1 1

P2 2

V
V1 V2

Le travail W12 est représenté par l’aire hachurée sous tendue entre la représentation de
l’évolution réversible 12 et l’axe des abscisses c’est à dire des volumes V.

UP-Thermodynamique CME Page 15


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

b- Cas de transformations fermées.

- W Positif
1
- W Positif - W Négatif
1
- W Négatif

4 Schéma 2

2
2
4 Schéma 1
3
3

V1 V2 V4 V3
V1 V4 V2 V3 V

 Schéma 1 ; Wcycle = Wtot = W12 + W23 + W34 + W41et Wcycle< 0


 Schéma 2 : Wcycle = Wtot = W12 + W23 + W34 + W41 et Wcycle> 0

 Si le cycle est décrit dans le sens des aiguilles d’une montre Wcycle est négatif. Le
cycle est dit cycle moteur. C’est le cas des cycles des moteurs thermiques.
 Si le cycle est décrit dans le sens trigonométrique, le travail du cycle est positif. Le
cycle est dit cycle récepteur. C’est le cas du cycle des réfrigérateurs.

3.4. CAS DES TRANSFORMATIONS PARTICULIERES


3.4.1. Transformation isochore : V est une constante
2
W1 2    pdV or V est une constante donc dV = 0
1

W12 = 0
Le travail échangé au cours d’une transformation isochore est nul.

3.4.2. Transformation isobare : P est une constante.

2
W1 2    pdV or P est une constante
1

UP-Thermodynamique CME Page 16


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

W12   P  dV  W12   P V2  V1 


2

W12  P V1  V2 

3.4.3. Cas d’une transformation isotherme : T est une constante.


2
W1 2    pdV de façon générale, cette relation reste valable quel que soit le type du
1

fluide.
Si le fluide est un gaz parfait, il obéit à la loi Boyle- Mariotte ; c’est-à-dire que le produit
C
PV est une constante. Soit PV=C P 
V
2 2
V 
  C ln V2  ln V1    C ln  2   C ln 1
dV V
W1 2    pdV   C 
1 1 V  V1  V2

or PV = C ; soit P1V1 = P2V2 = C


V1 P
W12  P1 V1 ln  P1 V1 ln 2
V2 P1

3.4.4. Cas d’une transformation Adiabatique : Q = Constante

Une transformation adiabatique se produit dans un système extrêmement bien isolé, ou


dans un processus se déroulant avec une telle rapidité que la chaleur n’a pas le temps ni
d’entrer, ni de sortir.
Pour ce type de transformation le fluide évolue suivant la loi PVγ = constante,
Pour γ = 1 : (revoir le cas) PV = Cste
2
2 𝑉 1−𝛾
Pour γ ≠ 1 : alors 𝑊1→2 = −𝐶 ∫1 𝑉 −𝛾 𝑑𝑉 = −𝐶 [ 1−𝛾 ]
1
𝐶 1−𝛾 1−𝛾 𝐶 1−𝛾 1−𝛾
𝑊1→2 = − (𝑉2 − 𝑉1 ) = (𝑉2 − 𝑉1 )
1−𝛾 𝛾−1
𝛾 𝛾
Or PVγ = Cste, ce qui permet d’écrire que 𝑃1 𝑉1 = 𝑃2 𝑉2 = 𝐶
Soit
1−𝛾 1−𝛾 𝛾 1−𝛾 𝛾 1−𝛾
𝐶 (𝑉2 − 𝑉1 ) 𝑃2 𝑉2 𝑉2 − 𝑃1 𝑉1 𝑉1
𝑊1→2 = =
𝛾−1 𝛾−1

𝑃2 𝑉2 − 𝑃1 𝑉1
⟹ 𝑊1→2 =
𝛾−1

UP-Thermodynamique CME Page 17


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

3.4.5. Cas d’une transformation Polytropique : PVn = Constante

Les transformations réelles sont souvent intermédiaires entre les transformations


isothermes et les transformations adiabatiques. On introduit alors la transformation
polytropique qui correspond à une modification de l’état thermodynamique d’un système avec
échange thermique partiel entre ce dernier et son environnement. Pour ce type de
transformation PVn = constante, où n est le coefficient polytropique, empirique 1 < n < γ
- Si n = 1 revoir le cas isotherme (T=Cte)
- Si n  1, alors
2
V 1n   C 1n
   
2
C
W12   C  V dV   C 
n
  V2  V11n  V21n  V11n
1 1  n  1 1  n n 1

Or P.Vn = constante. Donc aux points 1 et 2 on a :


P1V1n  P2V 2n  C
Soit
C V 21 n  C V11 n P2V 2n V21 n  P1V1nV11 n P V  P1V1
W1 2    W1 2  2 2
n 1 n 1 n 1

UP-Thermodynamique CME Page 18


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Chapitre II : LE PREMIER PRINCIPE


DE LA
THERMODYNAMIQUE

UP-Thermodynamique CME Page 19


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

1. ECHANGE DE TRAVAIL
1.1. GENERALITE
Considérons un système thermodynamique non isolé, lors de son évolution, il peut
échanger avec le milieu extérieur : soit du travail, soit de la chaleur.
W représente le travail effectué entre le système et le milieu extérieur. Supposons une

force F effectuant, lors de l’évolution du système de l’état A à l’état B, des déplacements
  
élémentaires dl , le travail élémentaire correspondant est : W  F  dl . Le travail total
B  
W   F  dl . B
A



dl
F

1.2. CAS PARTICULIER DE PRESSION

 
F   F ex t
 
W  F . dl   Fext dl   PSdl soit
W   PdV
La pression est P > 0 donc,
Si dV > 0, c’est une détente W< 0 W = -PdV.
Si dV > 0, c’est une compression W > 0W = -PdV

1.3. CAS PARTICULIER DU GAZ PARFAIT

2
W    PdV or l’équation d’un gaz parfait
1

PV = mrT ou PV = nRT
mrT
P
V

UP-Thermodynamique CME Page 20


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

2 2
mrT T
W   dV  mr  dV
1
V 1
V
2
dV V  V 
W  mrT   mrT ln  2   W  mrT ln  1 
Si T = cte, 1
V  V1   V2 

V1  V1  P 
W  mrT ln  P1V1 ln    P2V2 ln  2 
V2  V2   P1 

2. ENERGIE INTERNE ET SA VARIATION


2.1. DEFINITION
On appelle énergie interne d’un système, l’énergie intrinsèque de ce système du seul fait de
ses propriétés thermodynamiques. On note l’énergie interne par U. L’énergie interne est donc
une propriété du système. C’est donc une fonction d’état.

2.2. VARIATION DE L’ENERGIE INTERNE


Lors de l’évolution du système, ces propriétés thermodynamiques subissent une variation
son énergie interne aussi. On note sa variation élémentaire par du , et ne dépend que de l’état

initial et de l’état final. Lors d’une évolution réversible passant le système d’état 1 à un état 2,
la variation de son énergie interne :
2
u  u2  u1   du
1

Un système dont l’énergie interne augmente stocke l’énergie. Inversement un système dont
l’énergie interne diminue libère de l’énergie.

3. CHALEUR ECHANGEE

La chaleur est une forme d’énergie. On distingue deux sortes de chaleurs :


- la chaleur sensible, c’est une chaleur qui, fournie à un système permet d’élever
sa température.

UP-Thermodynamique CME Page 21


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

- la chaleur latente, c’est une chaleur qui, fournie à un système à température


constante lui permet de changer de phase.

3.1. CHALEURS SPECIFIQUES

Supposons un échange de chaleur Q suivant un processus quasi statique (qui tend


vers la réversibilité) entre le système et le milieu extérieur. L’échange se faisant sans apport
de travail et entraînant une variation dT de la température du système au cours d’un processus
défini (par exemple à P= cte ou à V = cte). On admet que Q et dT sont proportionnels et on
pose :
Q = CdT
Avec C, la capacité calorifique du Système pour le processus défini
par exemple C= Cp pour une évolution à pression constante ;
C = Cv pour une évolution à volume constant.
Aussi appelé capacité thermique, elle représente la quantité de chaleur à fournir au système
pour élever sa température de 1°C.

Pour une masse unité, c est la chaleur spécifique massique et pour une mole unité, c est la

chaleur spécifique molaire.

3.2. CHALEURS LATENTES


Supposons maintenant un échange de chaleur sans (apport de travail) qui au lieu d’élever
la température du corps y produit un changement de phase (fusion- vaporisation). On
admet alors une proportionnalité entre la quantité de chaleur Q et la masse dm du corps
affectée par cette transformation (masse de glace fondue ou masse de liquide évaporisée).

Q = L.dm
L : est la chaleur latente massique pour les processus défini.
Si on se refaire plutôt au nombre de nombre de mole, on définit la chaleur latente molaire.

UP-Thermodynamique CME Page 22


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

3.3. SENS DE TRANSFERT DE CHALEUR ET CONVENTION DE


SIGNES
La chaleur va toujours spontanément du corps le plus chaud vers le corps le plus froid c’est
à dire de la température la plus élevée vers la température la plus basse ; ceci est connu sous le
nom du principe zéro de la thermodynamique.
La quantité de chaleur Q échangée est :
Q > 0 si le système reçoit de la chaleur ;
Q < 0 si le système cède de la chaleur.

3.4. EQUATIONS CALORIMETRIQUES POUR UNE EVOLUTION


ELEMENTAIRE REVERSIBLE
Supposons que l’état thermodynamique d’un système quelconque, soit parfaitement défini
par les trois variables d’état T, P, V. A l’équilibre il existe une fonction f telle que :
f (T, P, V) = 0
On sait que, pour un système homogène qui subit une transformation réversible, les trois
variables T, P ,V sont indépendantes deux à deux et varient. Si l’on suppose qu’une quantité
unitaire de matière subit une transformation élémentaire réversible au cours de laquelle une
quantité élémentaire Q de chaleur est échangée avec le milieu extérieur ; étant donné que
P,V,T sont susceptibles de varier d’une quantité dP, dV, dT alors Q peut s’exprimer de trois
manières différentes mais équivalentes et selon le choix du couple de coordonnées (P,V) ;
(T,V) ; (T,P). Ainsi pour une quantité unitaire de matière, on aura les trois équations
équivalentes suivantes :
q = c v dT +  dv  (T,v)
q = c pdT +  dp  (T,P)
q =  dp +  dv  (P,v)
On voit donc apparaître six coefficients calorimétriques.
- cp et cv sont les chaleurs spécifiques respectivement. à pression constante et à volume
constant.
-  est la chaleur latente de détente isotherme.
-  est la chaleur latente de compression isotherme.
-  est coefficient calorimétrique de variation de pression à volume constant.
-  est coefficient calorimétrique de variation de volume à pression constante.

UP-Thermodynamique CME Page 23


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

3.5. RELATION ENTRE LES COEFFICIENTS CALORIMETRIQUES


Les coefficients calorimétriques ci-dessus ne sont pas indépendants entre eux. cp et cv sont

mesurables expérimentalement. Les autres pouvant être exprimés en fonction de cp et ou cv et


les variables d’état.

P = P(T,V) ; V = V(P,T) ; T = T(P,V)


 P   P 
dP    dT    dV a 
 T V  V T
 V   V 
dV    dT    dP b 
 T  P   P T
 T   T 
dT    dP    dV c 
 P V  V  P
 vV 
 
dV  T  P
de b  dP   dT ; donc
 V   V 
   
 P T  P T
 V 
 
 T  P dV
dP   dT 
 V   V 
   
 P T  P T
Par identification avec (a) on aura :
 V 
 
 P   T V  P   V   V   P  1
           et   
 T V  V   T V  P  T  T  P  V  T  V 
   
 P  T  P  T
 P   V   T 
       1 c' est la relation de REECH
 T V  P  T  V  P

q  cv dT  ldv 1
q  c p dT  dp 2
q  dp   d  3
 v   v   v   v  
Nous savons que dV    dT    dP d’où dq  cv dT     dT    dP
 T  P  P T  T  P  P T 

UP-Thermodynamique CME Page 24


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

  v    v 
Soit donc dq  cv     dT    dP
  T  P   P T

 T 
Par identification avec l’équation (2) on obtient :   c p  cv   de même on montre que
 v  P

 T 
   c P  cv  
 P  v
En remplaçant dv dans l’équation (3) par son expression précédente on obtient :
 v   v    T 
dq  dP     dT    dP et par la suite on aboutit à   cP   et
 T  P  P T   v  P

 T 
  cv   .
 P v
Une autre méthode plus simple consiste à écrire les trois équations calorimétriques pour une
évolution à volume constant par exemple. On obtient :
dq  cv dT
dq  c P dT  dP
dq  dP
Par les différentes identifications on aboutit aux expressions :
 T 
  cv  
 P  v
 T 
  (c P  cv ) 
 P  v
De même pour une évolution à pression constante on retrouve les expressions de  et  .

Application : En admettant que cP  cv  r (relation de Robert Mayer pour un gaz parfait, r


étant la constante massique du gaz considéré) et que l’équation massique d’un gaz parfait
est Pv  rT , donnez les expressions de  ,  ,  et  pour un gaz parfait.
Solution :
L’équation d’un gaz parfait étant Pv  rT on aura :

UP-Thermodynamique CME Page 25


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

d ( Pv)  d (rT )
Pdv  vdP  rdT
 T 
   ...............
 v  P
 T 
   ...............
 P  v
 T   T 
Or   c p  cv   , soit   r   d’où   P .
 v  P  v  P

 T   T 
De même   c P  cv   , soit   r   d’où   v .
 P  v  P  v

 T  v  T  P
  cv   , soit   cv , de même   cP   , soit   cP .
 P v r  v  P r

4. ENONCE DU 1ER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE


4.1. CAS D’UNE TRANSFORMATION FERMEE
Prenons le dispositif suivant

Expérience de Chatelet

eau

Gi m
W = mgH
palette
H
W+Q=0

Le dispositif est constitué d’un récipient contenant de l’eau dans laquelle sont plongées des
palettes dont l’axe est solidaire à une poulie. Sur la poulie se trouve enrouler une corde dont
l’extrémité porte une masse, la corde étant supportée par une deuxième poulie. Les deux
poulies sont des poulies à simples effet c’est à dire sans frottement. La chute de la masse
entraîne une élévation de la température de l’eau de T1 à T2. Après un certain moment, l’eau
revient à son état initial. Tout revient à croire que la variation de son énergie totale est nulle.
Soit donc :
- W + Q = 0.
- W : le travail fourni au système

UP-Thermodynamique CME Page 26


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

- Q : la chaleur dissipée par le système pour regagner son état initial.


De façon générale, lorsqu’un système fermé qui n’échange que du travail et de la chaleur
avec son milieu extérieur subit une transformation fermée, la somme du travail et de la
chaleur échangée est nulle :
W+Q=0 en d’autres termes,
W = -Q c’est le principe de l’équivalence. Ceci montre qu’il y a équivalence
entre le travail W et la quantité de chaleur Q.

4.2. EQUATION DE L’ENERGIE DANS LE CAS D’UN SYSTEME


FERME

1
2
B
A
a

Supposons un système fermé qui au cours d’une évolution quelconque passe d’un état A à
un état B. Le passage de l’état A à l’état B peut s’effectuer par deux évolutions notées 1 et 2.
L’évolution de B à A s’effectue suivant a. Nous avons ainsi des transformations fermées (voir
schéma).
En appliquant le principe d’équivalence on a :
W AB1  Q AB1  WBaA  QBa
A
0


W AB1  Q AB1   W BaA  Q Ba
A

W AB2  Q AB2  WBaA  WBaA  0 W AB2  Q AB2  W A
Ba  Q Ba
A

soit
WAB1  QAB1  WAB2  QAB2  WAB  QAB
On voit donc que la somme du travail et de la quantité de chaleur ne dépend pas du chemin
suivie par le système. Mais dépend de l’état initial et l’état final du système. A cette somme
on va faire correspondre la variation d’une fonction d’état. Le système étant fermé, cette
fonction d’état n’est rien d’autre que l’énergie interne. On a :

WAB  QAB  U B  U A de façon générale.

UP-Thermodynamique CME Page 27


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Et ceci selon le 1er principe, la somme du travail et la quantité de chaleur échangée par le
système fermé avec son milieu extérieur est égale à la variation de son énergie interne. On
écrit :
W + Q = U
Dans le cas d’un système évolution élémentaire réversible :

dU = Q + W

U : fonction d’état (énergie interne)

Q et W : fonctions qui dépendent du chemin suivi (ce ne sont pas des fonctions d’état)

Remarque : On introduit la première loi de Joule qui dit que la variation de l’énergie interne
(U) d’un gaz parfait ne dépend que de sa température, ainsi U=mCvT.

4.3. EQUATION DE L’ENERGIE DANS LE CAS D’UN SYSTEME


OUVERT

D’une manière générale, le 1er principe de la thermodynamique n’est rien d’autre que le
principe de la conservation des énergies.
On supposera l’écoulement permanent, c’est à dire que le débit massique reste constant :
  . . A1C1 A2C2
m1  m2  1 V 1   2 V2 soit 1 A1C1  2 A2C2 ou encore 
v1 v2

A1
+


m1
-
C1, u1
v1, P1
z1
q

A2
m2

W
u2, P2, v2, C2
z2

UP-Thermodynamique CME Page 28


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

A l’entrée de l’écoulement la pression est supposée constante. L’effort à vaincre par les
particules fluides est donné par : P1v1 à l’entrée et P2 v2 à la sortie pour une masse unité de
fluide.
 
La quantité de chaleur introduite pendant l’évolution est donnée par : Q  m q
1
u1 , C12 , q, gz1 , P1v1 à l’entrée du système
2
1 2
u2 , C2 , W ' , gz2 , P2 v 2 à la sortie du système
2
En appliquant le principe de la conservation des énergies on a :
1 1
u1  P1v1  C12  q  gz1  u2  P2v2  C22  gz2  w'
2 2
On pose h = u + Pv : avec h l’enthalpie massique. La fonction h est une fonction d’état.

q  w  h2  h1  
1 2
2

C2  C12  g z2  z1 

Équation des énergies avec w = -w’



Pour un débit de matière m s’écoulant dans le système on aura :

 

 
m q  w  m h2  h1  C 22  C12  g z 2  z1 
1
 2 
    
Q W   H   E C   E P
h est fonction d’état car u et Pv sont aussi des fonctions d’état.
L’écoulement est permanent ou stable si :
   
m  m  1 V1   2 V 2
m v 1 1
 et v   
v m m 
v
1 
 et v  A  C
v
A1C1 A2C2

v1 v2

W : débit de travail.

Q : débit de chaleur.

 H : débit de variation d’enthalpie.

UP-Thermodynamique CME Page 29


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique


 E C : débit de variation d’énergie cinétique.

 E P : débit de variation d’énergie potentielle.

Remarque : On introduit la deuxième loi de Joule qui dit que la variation de l’enthalpie (H)
d’un gaz parfait ne dépend que de sa température, ainsi H=mCpT.

UP-Thermodynamique CME Page 30


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Chapitre III : LE FLUIDE DE TRAVAIL

UP-Thermodynamique CME Page 31


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

En thermodynamique le fluide de travail (ou fluide thermodynamique) à la particularité de


pouvoir être réchauffé, refroidit, compressible ou détendable de sorte à échanger de
l’énergie avec l’extérieur. Par exemple dans les centrales à vapeur ce fluide sera l’eau,
pour les turbine à gaz ce sera air et du gaz brulé et dans le réfrigérateur on utilisera des
fluides frigorigènes. De plus il pourra se présenter sous trois formes :
- Les liquides : Ce sont des corps qui ont une forme propre mais qui n’ont pas
de volume propre. Ils prennent la forme de volume du récipient qui les contient.
- La vapeur
Sont des corps qui n’ont ni forme propre, ni volume propre.
- Le gaz
Ils occupent tout le volume qui leur est disponible.

1. LES FACTEURS THERMIQUES


Nous appelons facteur thermique, toute grandeur adimensionnelle dont la définition ne
fait intervenir que les fonctions d’état thermique : pression, température et volume. Soit un
système défini par P1, T1, V1 à l’état (1). Supposons que ce système subit une évolution
élémentaire réversible l’amenant dans un état voisin :
P = P1 + P, T = T1 + T ; V = V1 + V

1.1. TRANSFORMATION ISOBARE : P = CONSTANTE


L’échauffement à pression constante d’un fluide fait augmenter son volume. On admet au
premier degré près que le volume V peut se mettre sous la forme :

V  V1 1  1 T  T1  
Avec 1, le coefficient de dilatation donné par :

1  V  V1  1 V
1    
V1  T  T1  V1 T

On définit le coefficient de dilatation vrai,  par la limite de 1 quand T tend vers zéro.
1  V 
On note :   lim  1   
T 0 V  T  P

UP-Thermodynamique CME Page 32


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

1.2. TRANSFORMATION ISOCHORE : V= CONSTANTE


L’échauffement à volume constant d’un fluide fait augmenter sa pression. On admet au
premier degré près que la pression peut se mettre sous la forme :
P = P1 (1+1(T-T1))
Avec 1, le coefficient d’augmentation de pression

1  P  P1  1 P
1    
P1  T  T1  P1 T
On définit le coefficient d’augmentation de pression vrai , par la limite de 1 quand T
tend vers zéro. On note :

1  P 
  lim 1    
T  0 P  T V

1.3. TRANSFORMATION ISOTHERME


Comme précédemment, on définit le coefficient de compressibilité isotherme par :
1  V 
T    
V  P T
Le signe moins (-) tient compte de la variation du volume ou de la pression :
, , T sont toujours positifs.
Application :  trouver une relation entre , , et T
 Que devient , , T pour un gaz parfait
Résolution :
D’après la relation de REECH on a :
 P   V   T 
        1
 V  T  T  P  P  v

P    V T    1   1
 V 
T 
P 1  P
  T
PV = mrT
d(PV) = d(mrT)  VdP + PdV = mrdT ; à P=Cte on a :
PdV = mrdT

UP-Thermodynamique CME Page 33


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

P  T 
 
mr  V  P

1  V 
  
V  T  P

1  T  mr 1
    
V  V  P PV T
PdV + VdP = mrdT, pour V=Cte on a :
VdP = mrdT, soit
V  T 
 
mr  P V
 P  mr
  
 T V V

mr mr 1
P    
V pV T
PdV + VdP = mrdT
PdV + VdP = 0
p  P 
  
V  V T
 P  1 P 1 1
      T 
 V T  VT V VT P

2. LES GAZ PARFAITS


2.1. DEFINITIONS
Un gaz parfait est un système au sein duquel atome ou molécule sont contenus dans un
volume suffisamment grand à une température assez élevée (loin de la température de
liquéfaction) pour que les énergies d’interaction entre les particules soient négligeables vis à
vis de l’énergie totale. Un tel gaz obéit aux lois :
- de Boyle- Mariotte PV = constante (à T = cte)
1
- de Gay- Lussac- Charles 0 = 0 =
T0

0, 0 étant respectivement les coefficients de dilatation et de variation de pression à zéro


c’est à dire 273,15°K.

UP-Thermodynamique CME Page 34


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

- de Joule : l’énergie interne et l’enthalpie d’un gaz parfait est donnée par :
 PV  mrT R
 avec r 
 PV  nrT M
P: Pression en Pascal (Pa)

V: Volume en mètre cube (m3)


R: constante molaire des gaz parfait (R= 8,31JK-1mol-1)
M: masse molaire moléculaire du gaz considéré
n: nombre de moles
T: Température en Kelvin (K)

2.2. ENERGIE INTERNE ET ENTHALPIE D’UN GAZ PARFAIT


2.2.1. Energie interne
D’après le 1 principe de la thermodynamique
er

dU = Q + W
Pour une unité de masse, on a :
du = cvdT + ldv – Pdv  du = cvdT + (l-P)dv

 u   u 
   cv et   lP
 T v  v T
Or d’après la 1ère loi de joule u = f (T)
 u 
  0lP 0l  P
 v T
T2 T1

u   cv dT  cte ; u2  u1   cv dT   cv dT
0 0

Si cv est fonction de la température T on définit la moyenne de cv par

 
T2
1
T2  T1 T1
cv  cv dT

Si cv est une constante par rapport à la température on aurait :


u2 - u1 = cv (T2 - T1)
et pour une masse quelconque m :
U2-U1 = m cv (T2 – T1)

UP-Thermodynamique CME Page 35


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

2.2.2. Enthalpie
La fonction enthalpie est définie par :
H = U + PV ; dH = dU + d(PV)
Or selon le 1er principe :
dH = Q – PdV + PdV + VdP = Q + VdP
pour une masse d’unité :
dh = cpdT +  dP + vdP = cpdT +(  +v)dP
 h 
   cp
 T  p
 h 
     v or d ' après la 2 loi de
ème
joule h  f T 
 T T
 h 
     v  0    v
 P  T

h   c p dT  cte

En générale cp est une fonction de température T.

c 
2 T
1
T1 T2    c p dT
T2  T1 T1
P

c 
P T1 T2 
h2  h1
T2  T1

et si cp est une constante par rapport à T alors h2 –h1 = cp(T2-T1)


Pour une masse quelconque m on a :
H2 –H1 = mcp(T2-T1)
Pour une masse unité de gaz parfait :
h = u + Pv = u + rT
dh  du rdT
Relation de
c p dT  cv dT  rdT  c p  cv  r Robert Mayer

On définit le coefficient d’adiabatique par


cp
 > 1 car cp> cv
cv

cp
d’où cp – cv = r  cv (  1)  r
cv

UP-Thermodynamique CME Page 36


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

cv ( - 1) = r
r
soit cv 
 1
cp
   c p  cv
cv
Soit
 r
cp 
 1

2.2.3. Loi de la place

En thermodynamique, la loi de Laplace est une relation reliant la pression et le volume d’un
gaz parfait subissant une transformation adiabatique et réversible.

Une évolution adiabatique est telle que Q  0 (ou Q  0 ).

En utilisant le 1er principe de la thermodynamique, il revient que : Q  dU  W  0 .

Si l’évolution est réversible ou quasi statique, W   PdV

nR dV
Si de plus le gaz est parfait : dU  nCV dT  dT et W  nRT
 1 V

nR nR dV
On en déduit : Q  dT  PdV  dT  nRT 0
 1  1 V

dT dV
  (  1) 0
T V
 ln T  (  1) ln V  cste ou TV  1  cste
Ainsi, lors d’une évolution adiabatique quasi statique, un gaz parfait suit les lois de
Laplace :
TV  1  cste

PV   cste
T  P ( 1)  cste

3. LES GAZ REELS

3.1. DEFINITION ET EQUATIONS


Un gaz réel est un gaz pour lequel les énergies d’interaction des particules ne sont pas
négligées vis à vis de l’énergie totale du système. Un tel gaz peut occuper n’importe quel

UP-Thermodynamique CME Page 37


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

volume à n’importe quelle température sous n’importe quelle pression. Dans l’étude des gaz
PV PV
parfaits : R  lim une mole de gaz. On peut donc écrire que pour le gaz parfait  1 ou
P0 T RT
PV
 1 (pour masse unité de gaz).
rT
PV pv
De façon générale désignons par Z  ou Z . Pour un gaz réel Z  1,
RT rT
l’équation d’un gaz réel est donnée :
(P + ) (v – b) = rT pour une masse d’unité.
-  : pression interne ou la suppression due aux interactions des particules.
- b : covolume c’est à dire le plus petit volume que peut occuper tout le gaz.
Il existe d’autres variantes de cette équation générale ; les plus utilisées sont :
- l’équation de VAN DER WALLS
 a
 P  2  v  b   rT (pour une masse d’unité)
 v 
avec a, b, r des constantes qui dépendent de la nature du gaz.
- l’équation de Berthelot :
 a' 
 P  2  v  b   rT (une masse d’unité)
 Tv 

a’, b et r des constantes qui dépendent de la nature du gaz.

3.2. LE POINT CRITIQUE

fusion
SOLIDE
C
solidification
Les états de la matière

vaporisation
courbe de pression
condensation
ou liquéfaction
 Courbe de vaporisation
GAZ
sublimation

sublimation inverse

UP-Thermodynamique CME Page 38


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Le point  est le point triple, c’est à dire où il y a coexistence des trois phases de la
matière. Le point C est le point critique c’est à dire le point au delà du quel on n’observe plus
le changement de phase liquide – vapeur. Les isothermes tracées dans le diagramme de
Clapeyron donnent les allures suivantes :

 a
 P  2  v  b   rT
 v 
rT a
P  2
P vb v

PC C
TC

T < Tc

VC v

La courbe en pointillée est la courbe de saturation. L’isotherme Tc qui passe par le point c
présente une tangente horizontale au point d’inflexion c. Comme l’isotherme Tc une tangente
horizontale en c :
rT a
P  2
vb v
 P   P  rT 2a
  0 ;     3
 v Tc  v T v  b  v
2

 2P   2P  2rT 6a


 2   0  2    4
 v Tc  v T v  b  v
3

au point c on aura :
 rTc 2a rTc 2a
 3 0  3 (1)
vc  b  vc
2
vc  b  vc
2

2rTc 6a 2Tc 3a
 4 0  4 (2)
vc  b  vc
3
vc  b vc
3

UP-Thermodynamique CME Page 39


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

en supposant que a, b et r sont connus, exprimons les grandeurs caractéristiques que sont
Tc, Vc et Pc en fonction de ces constances.
rTc 2a
(1) vc  b  vc3
2
rTc vc  b 3 2a vc4
     3
(2) rTc 3a vc  b 2 rTc vc 3a
vc  b  vc
3 4

2
vc  b  vc  3vc  3b  2vc donc vc  3b
3

de l’équation  on tire :
2av c  b  2a3b  b 
2 2
8ab 2 8a
Tc    T   Tc 
r 3b 
c
rv c3 3
27 rb 3 27br

3.3. COEFFICIENTS THERMOPLASTIQUES D’UN FLUIDE


3.3.1. Coefficient de dilatation thermique à pression constante
(isobare)

Le coefficient de dilatation isobare α représente la dilatation relative du fluide, c’est-à-dire


la variation du volume relative en fonction de la température, la pression restante constante. Il
s’exprime par :
1  V 
  
V  T  P

3.3.2. Coefficient de compressibilité isotherme

Le coefficient de compressibilité isotherme  T représente l’influence relative de la


pression sur le volume, à température constante. Il s’exprime par :
1  V 
T    
V  P  T

3.3.3. Coefficient de compressibilité isochore

Le coefficient de variation de pression à volume constant  représente l’influence relative


de la température sur la pression, à volume constant. Il s’exprime par :
1  P 
  
P  T V

UP-Thermodynamique CME Page 40


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Application
Exercice1 :
CP
On note   la constante pour un gaz donné.
CV
En utilisant la relation de Mayer, déterminer les expressions des capacités calorifiques C V et CP
d’un gaz parfait en fonction de la quantité de matière n, de R et  .

Exercice2
Calculer le volume occupé par une mole de gaz parfait sous une pression de 1bar à la
température T = 298 K.

Exercice3
On mélange dans un ballon de volume V = 10 L, à la température T = 298,15 K :
5g d’Hélium (MHe =4gmol-1), 4g de Néon (MNe =10gmol-1), et 7g de Diazote (MN =7gmol-1).
Tous les gaz sont considérés comme parfaits et le mélange est supposé idéal : déterminer les
pressions partielles des différents gaz et la pression totale.

4. MELANGE LIQUIDE-VAPEUR
4.1. EQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR

Manomètre M Les liquides sont


incompressibles

Dioxyde de carbone CO2

T  TC
Eau à la t° T
piston
TC (CO2) = 32°C

Mercure Hg

Liquéfaction du CO2

Prenons le dispositif ci-dessus, dispositif constitué d’un tube en U dont l’une des
extrémités est enfermée par un piston en contact avec du mercure. L’autre extrémité est

UP-Thermodynamique CME Page 41


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

terminée par un manomètre. Le tube étant rempli d’un CO2 dont la température est maintenue
constante par une chemise d’eau l’entourant.

P
B

PV V
L

PG G

VL VV VG V

Si nous enfonçons doucement le piston, on constate sur le manomètre une augmentation de


la pression au sein du gaz CO2 ; Le volume du gaz diminuant, à l’apparition de la 1ère goutte
de liquide. On note le point V, le manomètre indique la pression PV. En continuant d’enfoncer
le piston, on constate que la pression P reste constante et égale à PV ; le volume du gaz
diminue mais la quantité de liquide augmente. En continuant cette action, on atteint le dernier
bulbe de gaz et on note le point L. La pression au sein du liquide est toujours P V. En
continuant d’enfoncer le piston, la pression augmente avec une faible variation de volume
(incompressibilité des liquides).
L’action inverse permet d’atteindre le 1er bulbe de gaz au point L la pression étant PV. Si
on continue de tirer sur le piston, on constate que la pression reste constante et égale à PV
jusqu’à la dernière goutte de liquide. On note le point V. Puis si nous continuons notre action,
le volume augmente à mesure que la pression diminue pour retrouver le point G (dilatation
des gaz ou détente dans le gaz).

UP-Thermodynamique CME Page 42


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

TC
C
L1
L
M X=1
PV
V
X=0
L2

PG

VL VM vV V

En reprenant les mêmes expériences on obtient le réseau de courbes ci-dessus. Ces courbes
sont des isothermes. Pour T = Tc on obtient l’isotherme Tc dont le palier est réduit en un seul
point.
La courbe des points L est la courbe d’ébullition.
La courbe, lieu des points V est la courbe de rosée. L’ensemble de la courbe d’évolution
constitue la courbe de saturation. La courbe de G à V est le lieu de la vapeur surchauffée c’est
à dire la vapeur ne contenant aucune goutte de liquide. La courbe de V à L est le palier
d’équilibre liquide- vapeur. Il y a coexistence liquide et vapeur. On dit qu’on a un mélange
Liquide vapeur. De L à B nous avons la phase liquide.
Pour un mélange de 1 kg de liquide- vapeur, on désigne par x la part en vapeur et par 1-x la
quantité de liquide. x est appelé le titre de la vapeur.
vM  1  x vL  x.vv

vM  v L
x
vv  vL

masse de vapeur
x
masse du mélange liquide  vapeur
ou graphiquement

LM LM
x 
LV LV

UP-Thermodynamique CME Page 43


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Si M = L x = 0, tous les points de la courbe d’évolution ont pour titre x = 0


Si M = V x = 1, tous les points de la courbe rosée ont pour titre x = 1
0x1
La notion de titre n’est valable que pour la vapeur humide.

4.2. CALCUL DES ENERGIES

4.2.1. Cas de la vapeur humide


La vapeur humide est caractérisée par sa pression ou sa température de saturation et son
titre x
* Energie interne
uM = (1-x) uL + xuV
uM = uL + x (uV - uL)
u étant relative à l’unité de masse.
*L’enthalpie
h l’enthalpie massique,
hM = (1 – x) hL + xhV = hL + x (hV – hL)
hM = hL + xLv

avec LV = hV – hL

4.2.2. Cas de la vapeur surchauffée


On appelle vapeur surchauffée, la vapeur se trouvant sur la courbe de rosée à qui on
apporte une certaine quantité de chaleur.
On appelle degré de surchauffe ou la surchauffe la différence t = t – tS avec t la
température de la vapeur surchauffée et tS la t° de saturation de cette vapeur.
* Energie interne
t
u D  uV   cv dt
tS
t
u D  u L  uV  u L    cv dt
tS

UP-Thermodynamique CME Page 44


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

* Enthalpie
t
hD  hV   c P dt
'

tS
t
hD  hL   c P dt
'

tS

4.3. UTILISATION DES TABLES THERMODYNAMIQUES

Les valeurs uL, uV, uD, hL hV , hD et même vL, v et vD sont données dans les tables
thermodynamique. Celle que nous allons utiliser donne les notations suivantes :
uL, = uf hL = hf
uV, = ug, hV = hg hv – hL = hg – hf = Lv = hfg
uD = u hD = h
de même vL = vf ; vv = vg et vD = v
Des fois les valeurs données dans les exercices ne figurent pas dans les tables
thermodynamiques. Ainsi pour résoudre de tels problèmes on fait des interpolations linéaires.
Nous rappelons ci-après le principe de l’interpolation linéaire :
Soit g la grandeur dépendant de la variable f. g1= g(f1) et g2 = g(f2). g étant une fonction
linéaire de f. g(f) = af + b
INTERPOLATION LINEAIRE

g =af + b ; g1 = af1 + b ; g2 = af2 + b

g2 – g1 = a (f2 – f1) ;
g2 g 2  g1
a
f 2  f1
g
b  g1  af1 ;
g1 g 2  g1 g g
g f  g1  2 1 f1
f 2  f1 f 2  f1
g 2  g1
g  g1   f  f1 
f1 f f2 f 2  f1
g  g1 f  f1

g 2  g1 f 2  f1

UP-Thermodynamique CME Page 45


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Exemple
Utilisez la table thermodynamique pour déterminer les paramètres suivants, on donne vfg =
0,3565 m3 / kg.
1- Déterminez le volume massique de la phase gazeuse saturé à 5 bar ?
5 bars  vg = 0,3748 m3 / kg } vfg <vg
2- À la température de 151°C, déterminez le volume de la phase liquide ( v f ) ?

4,760 < 5 bars < 6,181


vf1 = 0,1091.10-2 < vf < vf2 =0,1102.10-2
 5  4,76 
0,1091 .10  2   
 0,1109 .10  3  0,1091 .10  2 
A.N : vf =  6,1  4,76 
3
v f  1,09.10  3 m
kg
3- Calculez la proportion massique de la phase vapeur ( x ) ?
v  vf
x
vg  v f

0,3565  1,09.10  3 0,3565


x  x  0,95 ; x   0,95
0,3748  1,09.10  3 0,3748
v
pour tout x > 0,70, x  on négligera les valeurs de vf.
vg

UP-Thermodynamique CME Page 46


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Chapitre IV : EVOLUTION
REVERSIBLE ET IRREVERSIBLE

UP-Thermodynamique CME Page 47


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

1. EVOLUTIONS REVERSIBLES
Nous avons vu dans les chapitres précédents qu’une évolution réversible est une
transformation dans laquelle tous les états intermédiaires étaient des états d’équilibre. Une
telle transformation peut être représentée graphiquement.
Une transformation totalement réversible est une transformation idéale dont les effets
pourraient être entièrement effacés.

1.1. EVOLUTION ISOCHORE : V = cte

Selon le 1er principe de la thermodynamique


U = Q + W
comme V = cte  W = 0
Q = U
La chaleur fournie à volume constant à un système sert à accroître son énergie interne. si
le système est un gaz parfait :
Q = mCvT

1.2. EVOLUTIONS ISOBARES : P = cte


er
Selon le 1 principe :
U = Q + W avec W = P(V2 –V1) entre 1 et 2
Q = U – W = U2 –U1 – P(V1 –V2)
Q = U2 + PV2 – (U1 + PV1)
Q = H2 – H1 = H
La chaleur fournie à pression constante à un système permet d’accroître son enthalpie. Si
le système est un gaz parfait :
Q = mcpT

1.3. EVOLUTIONS ISOTHERMES : T = cte


er
Selon le 1 principe :

U = Q + W

Si le système est un gaz parfait, à T = cte

UP-Thermodynamique CME Page 48


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

U = 0  Q = -W or PV = mrT pour T = cte, PV = C

V  P
Q  P1V1 ln  2   P1V1 ln  1 
 V1   P2 

avec P1V1 = mrT1

1.4. EVOLUTION ADIABATIQUE

Une évolution adiabatique se fait sans échange de chaleur avec le milieu extérieur.
Q=0
Selon le 1er principe :
U =Q + W comme Q = 0
U = W
Pour une détente, le travail W fournie par le système est prélevé sur son énergie interne.
Pour une compression, le travail W fourni au système permet d’accroître son énergie
interne.
Dans le cas d’un gaz parfait et pour une évolution élémentaire réversible on aura :
dU = Q + W Q =dU - W
Pour une unité de masse.
q = du - w = cvdT + Pdv
Comme l’évolution est adiabatique q = 0
cvdT + Pdv = 0, si le système est un gaz étant parfait, on a
Pv = rT
rT
P
v
rT
cv dT  dv  0
v
 dT r dv  D’après Robert Mayer r = Cp -
Tcv   0
 T cv v  Cv

dT r dv r
  0   1
T cv v Cv
Cp
   1  0
dT dv
avec  
T v Cv

UP-Thermodynamique CME Page 49


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

En intégrant cette expression :

ln T  ln v 1  cte
 
ln T  v 1  cte  Tv 1  cte Équation adiabatique pour (T,v)

Pv
comme Pv = rT  T =
r

Pv  1 Équation de poisson
 v  cte  Pv  rcte Équation de l’adiabatique
r
Pv  cte pour (P,v)

1.5. EVOLUTION POLYTROPIQUE

Prenons le graphique suivant pour illustrer la notion de l’évolution polytropique.

P
k
 PV1 = cte T = cte
0k 1 1k
k= 
C
k=1 2
P
P2 V

PV  cte
C
P 
V=cte V

P1 1 K=
K=0

V
V2 V2 V2 V1

PVk = cte si k = 0 on a P = cte


On voit donc que toutes les évolutions classiques peuvent se mettre sous la forme PVk = cte
*Pour une évolution isochore V = cte k =  ; en effet

PV   cte 
1 1 1
k k
k  cte P k  V  cte si k   v  cte.

* Pour une évolution isobare c’est à dire P = cte k = 0

UP-Thermodynamique CME Page 50


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

* pour une évolution (cas de gaz parfaits PV = cte k = 1

* pour une évolution adiabatique (cas des gaz parfaits PV= cte k = )

Dans le cas d’évolution réelle, nous sommes dans des conditions classiques. Cependant,
toutes les évolutions thermodynamiques ont pour équivalence, PVk = cte avec k . Par
analogie avec l’évolution adiabatique PV = cte, les évolutions d’équation PVk = cte avec k 
P2V2  P1V1
1 donnent comme expression du travail W 
k 1

 k 1
  k 1

mrT1  P  k PV  P 
 2   1  1 1  2  k  1
W 
k 1  P   k  1  P  
 1    1  

mrT1  V k 1  PV  V 
k 1

W   1   1  1 1  1   1
k 1  V2   k  1  V2  

en d’autres termes :
U = Q + W  Q = U – W
Dans le cas de gaz parfaits :

Q  mcv T2  T1   T2  T1 


mr
k 1
 r r   k 1  1 
Q  mT2  T1      mr  T2  T1 
   1 k  1    1k  1 
Q  mr
k    T  T 
  1k  1 2 1
k   mr
Q  T2  T1 
 1  k 
1
  
W

k 
Q W  Q  W k 
 1 avec  
 1

k   mr
Q  T2  T1   k    mr T2  T1   m  k    cv T2  T1   k  
 1 k 1 k 1  1 k 1 k 1
k 
 mck T2  T1  avec ck  cv Chaleur spécifique poly tropique
k 1

UP-Thermodynamique CME Page 51


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

k  k 
Q ; Qm cv T2  T1 
 1 k 1

Les différents cas particuliers peuvent se résumés comme suit :

 l’évolution est adiabatique k =  ; Q=0

 l’évolution est isochore k = 


Q = mcv (T2-T1)
 l’évolution est isotherme, k = 1 Q = -W.

 l’évolution est isobare, P = cte k=0

 
Q W  
mr
T2  T1     mrT2  T1 ; Q  mcp T2  T1 
 1  1 k 1  1

2. EVOLUTIONS IRREVERSIBLES
En fait les cas d’évolutions réversibles que nous avons étudiés sont des approches idéales.
Aucun système ne peut évoluer de façon rigoureusement réversible. En générale les
évolutions s’accompagnent de pertes de chaleurs ou d’échauffement difficiles à suivre.

2.1. CAS D’UNE DETENTE SANS RESISTANCE

Prenons un système composé de deux récipients rigides reliés par un tuyau de section
négligeable. Ce système est isolé thermiquement par rapport au milieu extérieur.

robinet

A B

W=0 (récipient rigide)

UP-Thermodynamique CME Page 52


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

Q=0 (isolé thermiquement) U = 0  U2 =U1

Initialement, A contient un certain gaz et B est vide. Lorsqu’on ouvre le robinet, le gaz
contenu dans A se détend et occupe le volume V = VA + VB et ceci de façon irréversible.

D’après le 1er principe de la thermodynamique :


U = W + Q W = 0 et Q = 0
U = 0  U2 = U1
Si le gaz est parfait T1 = T2

Ceci constitue la 1ère expérience de Joule.

2.2. CAS D’UN DETENDEUR

C2
C1

Le système est ouvert et l’équivalence de l’énergie est donnée par :

1 1
h1  C12  gz1  q  h2  C22  gz2  W ' .
2 2
or z1  z2 ; c1  c2 ; q  0 W  0
donc h1  h2

Si le gaz est parfait alors T1 = T2

Ceci est la 2ème expérience de Joule.

UP-Thermodynamique CME Page 53


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

2.3. MELANGE ADIABATIQUE

T
 m el
C Pm el

m m el


m1
C P1
T1
Sortie du système

m2
CP 2
T2
       '
H e  E Pe  EC e  Q  H S  E P S  EC S  W
Equation d’énergie  
He  HS
  
m1 h1  m2 h2  mmel hmel

  
avec la loi de conservation des masses m m el  m1  m 2

si les fluides sont des gaz parfaits :

 
 

m1 cP1T1  m 2 cP 2T2   m1  m 2  cP mel Tmel.
 
 
m cP1  m 2 cP 2
CP mel   
m1  m 2

3. EVOLUTION REVERSIBLE D’UN ECOULEMENT PERMANENT


Quand bien qu’au cours d’un écoulement, l’évolution soit irréversible, on peut par la
pensée supposée que pour un observateur se trouvant dans le fluide en évolution que
l'équation d’adiabatique reste valable. Soit : Pv = cte.

Cependant l'équation de l’énergie d’une telle évolution est donnée par :


1 1
h1  C12  q  h2  C22  w'
2 2

UP-Thermodynamique CME Page 54


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

comme q = 0

w  h2  h1   
1 2
2
C2  C12 
avec w = -w’
Ce travail est bien différent de celui d’un système fermé évolution de façon adiabatique :

 
rT1  T2  rT1   P2   1 
w  u 2  u1  cv T2  T1     1     1
  1  T1    1   P1  
 
Application : Une turbine à gaz reçoit les gaz d’une chambre de combustion qui sort à 7
bars et 650°C. Leur vitesse étant 9 m /s. Les gaz s’échappent de la turbine à 1 bar avec une
vitesse de 45 m /s. En supposant que la détente est adiabatique et réversible dans le cas idéal.
Calculer le travail accompli 1 kg de gaz.
On donne : = 1.33 ; Cv = 1,11 kJ /kg

4. EVOLUTION D’UN ECOULEMENT NON PERMANENT


Prenons le système suivant :

Dans ce dispositif la quantité de fluide qui rentre dans le système est différente de celle qui
sort du système.

Q


P1v1 P2v2
d m1 , µ1 dm2


C1 m2
 
W’
m1  m2
W = f(t) ; Q = f(t) E = f(t) avec t : temps d’évolution.
Si au cours d’un écoulement, le débit de matière à l’entrée est différent de celui de la sortie
et que les différentes formes d’énergie échangée dépendent du temps alors ce système sera dit
en écoulement non permanent.

Si pour un temps élémentaire dt on aune quantité élémentaire de chaleur q échangée pour


dm1 entrant dans le système et dw’ avec dm2 sortant du système, on aura :

UP-Thermodynamique CME Page 55


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

-Energie entrant dans le système,

1 2
Q + dm1(u1 + C1  gz1  P1V1 )
2

-Energie sortant du système ;

 1 
w'  dm2  u2  C22  gz2  P2V2 
 2 

Ainsi, selon le 1er principe de la thermodynamique, on aura :

 1    1 
Q  dm1  u1  P1V1  C12  gz1   W '  dm2  u2  P2V2  C22  gz2   dE
 2    2 

Pour un intervalle de temps t donné, on a :

Q = Q ; w’ = w’

    
2 2 2
1 1
Q   dm1  u1  P1V1  C12  gz1   W '  dm2  u2  P2V2  C22  gz2    dE  DE
1  2   1  2  1

 
Q +  dm1 u1  P1V1  C12  gz1   W '  dm2  u2  P2V2  C22  gz1   mU ' 'mU ' '
2 2
1 1
1  2   1  2 

m’’ : quantité de matière contenu dans les limites du système à la fin de l’évolution

u” : énergie interne massique à l’état final.

m :’ quantité de matière contenue dans les limites du système au début de l’évolution

u’ : l’énergie interne massique à l’état initial.

Selon la loi de la conservation de la masse :

2 2

 dm   dm
1
1
1
2  m' 'm' (variation de la masse à l’intérieur du système)

UP-Thermodynamique CME Page 56


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

4.1. CAS PARTICULIER DU REMPLISSAGE D’UN


RESERVOIR
Limite virtuelle du système

réservoir
alimentation

Volume d’alimentation
Dans ce cas précis, dm2 = 0, on aura :

 
2
1
Q   dm1  h1  C12  gz1   W 'm' '  ' 'm'  '
1  2 

1 2
En pratique les termes C1 et gz1 sont négligeables devant h1.
2

2
Q   h1dm1  W ' m' '  ' '  m'  '. h1  cte 
1
2
Q  h1  dm2  W ' m' '  ' 'm'  '.
1

En générale, les évolutions étant rapides Q = 0. Au cour du remplissage il n’y a pas de


production du travail, W’ = 0.

On a :

t2 t2
h1  dm1  m' ' u ' 'm' u ' or  dm1   dm2  m' 'm'
t1 t1

h1 m' 'm'  m' ' u ' 'm' u '

UP-Thermodynamique CME Page 57


Année académique 2020/2021

Cours de Thermodynamique 1ème année Techniciens Supérieurs Électrotechnique

4.2. CAS D’UN DESEMPLISSAGE

Dans ce cas dm1 = 0

 1 
Q  W '  dm2  h2  C22  gz2   m' '  ' 'm'  ' '
 2 

En cas général W’ = 0

 
t2
1
Q   dm2  h2  C22  gz2   m"  "m'  '
t1  2 

La résolution d’un tel problème reste complexe car C2 , z2 h2 varient à la fois et m’, ’’, m’,
’ dépendent aussi de cette variation. Cependant, des hypothèses simplificatrices permettent
une résolution acceptable. Par exemple, on supposera que le reste du fluide à l’intérieur du
réservoir évolue de façon adiabatique si le désemplissage se fait rapidement et qu’on ferme
aussitôt la vanne. Ainsi, on essaiera de déterminer dans ces conditions la quantité de matière
échappée.

UP-Thermodynamique CME Page 58

Vous aimerez peut-être aussi