Vous êtes sur la page 1sur 18

Chapitre I Position du problème

I.3.COMPOSITION DES FLUIDES PETROLIERS ET DES FRACTIONS


PETROLIERES :
I.3.1.Hydrocarbures :

I.3.1.1.Les gaz :

A-Généralités :

Ce sont des mélanges complexes d'hydrocarbures, contenant essentiellement les premiers


éléments de la série paraffinique, à savoir :

• le méthane CH4 ou C1

• l'éthane C2H6 ou C2

• le propane C3H8 ou C3
Gaz de pétrole liquéfiés (GPL)
• le butane C4H10 ou C4

Ces éléments sont gazeux dans les conditions atmosphériques, ils peuvent contenir en
outre d'autres hydrocarbures, de l'azote, de l'hydrogène, du gaz carbonique et de
l'hydrogène sulfuré.

B-Gaz secs, gaz humides et gaz à condensat rétrograde :

Lorsque la pression s'abaisse, et c'est justement le cas lorsque l'on produit, une partie
du gaz dissous se regazéifie et les bulles de gaz entraînent avec elles l'huile vers la sortie. Le
phénomène est analogue à celui du gaz carbonique qui entraîne le champagne hors de la
bouteille. Quand le gaz s'est échappé à peu près complètement, ou si le pétrole n'en contient
guère à l'état naturel, le puits cesse d'être ou n'est pas éruptif.

Il arrive aussi, qu'un chapeau du gaz (gas cap) libre surmonte la couche imprégnée
d'huile, en ce cas elle-même saturée de gaz dissous.

Ainsi il est fondamental d'analyser l'évolution de l'huile et/ou du gaz entre les
conditions d'origine dans le réservoir et les conditions de surface.

Lors de leur arrivée en surface, certains gaz naturels restent à l'état gazeux. Ils sont alors
principalement constitués de C1, C2, C3, N2, H2 et sont dits gaz secs. Les autres donnent lieu
au dépôt d'une partie de leurs constituants, appelée gazoline. Ils sont dits humides ou à
condensat rétrograde.

6
Chapitre I Position du problème

Parmi ces derniers, il faut distinguer deux classes (Figure I-1) :

1. La première classe comprend les mélanges d'hydrocarbures qui sont toujours à l'état
gazeux dans le réservoir (Tg > Tcc) : ce sont les gaz humides.
2. La deuxième classe comprend des gaz qui, par détente à la température du gisement
(détente isotherme), peuvent déposer dans le gisement un condensat. Ils sont dits gaz à
condensat rétrograde.

Quand on baisse la pression d'un tel gaz (à température constante), il arrive un


moment où une goutte de liquide se dépose (pression de rosée rétrograde); puis la quantité de
condensat augmente, passe un maximum et re-diminue. Elle s'annulerait pour une deuxième
valeur de la pression (pression de rosée). Pour ces gaz : Tc < Tg < Tcc.

Fig I-1 : Diagramme Pression –Température.

7
Chapitre I Position du problème

I.3.1.2.Les huiles :

Les pétroles bruts sont des mélanges d'hydrocarbures lourds. Ils sont
principalement constitués de :

 Pentane C5H12 ou C5

 Hexane C6H14 ou C
6

 Heptane C7H16

 Octane C8H18 ou C
7+

 ………………

Sous pression, c'est-à-dire dans les conditions de gisement, ils contiennent aussi des
éléments plus légers (C1, C2, C3, C4, H2S, CO2, …) qui commencent à se dégazer lorsqu'en
abaissant la pression on atteint la pression de saturation ou pression de bulle. C'est-à-dire
qu'un brut peut abandonner une grande partie des éléments volatils, d'une part dans le
réservoir lui-même au cours de sa vie, d'autre part en cours de production, entre le gisement et
le stockage.

La conséquence de ce phénomène est la suivante (pour une huile monophasique dans le


gisement, y compris lors de la production) :

 Pour récupérer 1 m3 d'huile au stockage, il faut extraire du gisement un volume


supérieur d'hydrocarbures, appelé facteur volumétrique de fond (formation
volume factor ou FVF).
 En même temps que ce mètre cube d'huile de stockage, un certain nombre volume
de gaz a été soit récupéré, soit brûlé. Ce volume mesuré dans les conditions
standard (15 °C, 76 cm de mercure) s'appelle solubilité du gaz dans l'huile, RS, ou
GOR (Gas Oil Ratio) de dissolution.

I.3.2.Non-Hydrocarbures :

 Eau.

 Sulfure d’hydrogène + Anhydride carbonique Gaz acides.

 Azote, Hélium, Argon.

 Mercure, Arsenic Contaminants métalliques toxiques.

8
Chapitre I Position du problème

Le tableau (I-1) représente les différentes structures des hydrocarbures de fluide de réservoir :

Noms Composition Etat de l'hydrocarbure pur P=1 atm, T= 25C°

Méthane CH4 Gaz

Ethane C2H6 Gaz

Propane C3H8 Gaz

n-Butane C4H10 Gaz

Isobutane C4H10 Gaz

n-Pentane C5H12 Liquide

Iso pentane C5H12 Liquide

n-Hexane C6H14 Liquide

Cyclohexane C6H12 Liquide

Benzène C6H6 Liquide

n-heptane C7H16 Liquide

n-octane C8H18 Liquide

n-Nonane C9H20 Liquide

n-Decane C10H22 Liquide

n-Hexadecane C16H34 Liquide

Naphtalène C10H8 Solide

n-Elcosane C20H42 Solide

n-Tetracosane C24H50 Solide

Tableau I-1 : Différents structures de composition de fluide de réservoir.

9
Chapitre I Position du problème

I.4.PROPRIETES PVT :

Le calcul des réservations dans un gisement de pétrole et de la détermination de son


exécution et sciences économiques exige une bonne connaissance les propriétés physiques de
fluides. La pression de bulle (Pb), la solution GOR, le facteur de volume de formation d'huile
(Bo) et la compressibilité (Co) sont d'importance primaire dans le calcul d'équilibre de matière,
tandis que la viscosité joue un rôle important dans l'interprétation d'essai de production et
dans l'analyse de problème de puits.

Les propriétés physiques et chimiques de pétroles bruts varient considérablement et


dépendent de la concentration des divers types des hydrocarbures et de constituants mineurs
actuels.

Une description précise des propriétés physiques de pétroles bruts est d'importance
considérable dans les domaines de la science appliquée et théorique et particulièrement dans
la solution des problèmes de technologie de réservoir de pétrole (Tableau I-2).

Il est fondamental que tous les calculs de performance des réservoirs pétroliers,
notamment, les opérations de production et la conception et l’évaluation de la formation sont
fortement liées aux propriétés PVT utilisées.

D’une manière générale, les propriétés PVT sont déterminées au laboratoire à partir
des études sur des échantillons prélevés au fond du puits de forage ou à la surface. Les
résultats expérimentaux sont cependant très coûteux à obtenir. Par conséquent, la solution la
plus utilisée est d’étudier le comportement thermodynamique du pétrole à partir des équations
d’état et de développer des corrélations empiriques et/où semi-empiriques.

10
Chapitre I Position du problème

Propriétés PVT Pour l’huile Pour le gaz


Pression Pression de bulle (Pb) -
Solubilité en gaz Rs, GOR -
Bo, à la pression du bulle (Bob),
Facteur de volume de formation, FVF Bg
totale (Bt).
Coefficient de compressibilité isotherme Co -
Densité ρo ρg
Gravité spécifique γo γg
sous saturation (µo) ; saturée (µob) ;
Viscosité μg
morte (µod)
Masse moléculaire apparente - Ma
Coefficient de compressibilité isotherme - cg
Volume spécifique - v
Facteur de compressibilité - Z
Facteur d’expansion - Eg

Tableau I-2 : les propriétés PVT essentielles pour l’huile et pour le gaz.

I.4.1.La pression de point de bulle (pression de saturation) :

La pression de bulle est (Pb) la pression à laquelle la première bulle du gaz évolue. De la
pression de bulle est empiriquement corrélée en fonction de la solution GOR, de la densité de
gaz, de la densité d'huile et de la température.

I.4.2.Facteurs de volume de formation FVF: (B)

Ce facteur est le rapport de volume du l’huile, du gaz ou d’eau aux conditions du réservoir à
le volume de même nature aux conditions de surface. En pratique, les FVF s'écrivent Bo pour
l'huile (et Bg pour les gaz). Les Bo et les RS varient beaucoup suivant les types d'huiles :
légère, moyenne et lourde.

11
Chapitre I Position du problème

Le facteur de volume de formation est calculé par la formule suivante :

(I-1)

Bo : le facteur de volume de formation de pétrole, est le volume dans les barils occupés dans
le réservoir, à la pression et à la température régnante, par un baril courant de réservoir d'huile
plus son gaz dissous.

Bg : le facteur de volume de formation de gaz, qui est le volume dans les barils qu'un pied
cube standard de gaz occupera en tant que gaz libre dans le réservoir à la pression de réservoir
et à la température régnantes.

Aux conditions standard : 60 °F et 14,7 psia (15,5C° et 1 bar) les valeurs de FVF sont :
Bo =facteur de volume de formation d’huile. ~ 1,2.
Bg = facteur de volume de formation de gaz. ~ 0,005.

I.4.3.Rapport gaz – huile de solution (Rs) :

Le rapport de gaz-huile de solution (ou dissous), qui est le nombre de pieds cubes
standard de gaz qui se dissoudront dans un baril courant de réservoir d'huile quand tous les
deux sont pris vers le bas au réservoir à la pression de réservoir et à la température régnantes.
Il est nommé solution GOR ('unités- [scf. gaz/ stb], Huile, [m3/m3]).

12
Chapitre I Position du problème

Fig I-2 : Facteurs de volume de formation(FVF).

I.5.PROPRIETES DES COMPOSANTS PURS ET DES MELANGES

SIMPLES :

I.5.1.Fluide saturé = fluide monophasique aux conditions de P et T, mais qui coupe en 2


phases si une petite variation de pression ou de température est appliquée vers l'intérieur de
l'enveloppe de phase.

Dans la plupart des cas, la pénétration à l'intérieur de l'enveloppe de phase crée une
nouvelle phase, mineur, avec une composition et une densité différentes, alors que la phase de
préexistence est presque inchangée.

Le point de bulle = la nouvelle phase est une phase de gaz, qui est mineure (les petites
bulles).

Le point de rosée = la nouvelle phase est une phase liquide, qui est mineure (brume ou
gouttelettes minuscules).

13
Chapitre I Position du problème

I.5.2.Diagrammes PV et PT :

On peut représenter sur un diagramme "Pression-Volume spécifique" le comportement


d'un mélange à différentes températures (Figure I-3).

Considérons une pression et une température telles que le mélange soit à l'état liquide,
abaissons la pression en gardant la température constante ; nous observons les faits suivants :

1. En phase liquide, le volume augmente, mais peu ; les liquides sont très peu
compressibles. Pour une pression, pression du point de bulle (Pb), une bulle de gaz
apparaît, à partir de ce moment, la quantité de vapeur augmente et celle du liquide
diminue. La dernière goutte de liquide disparaît au point de rosée ; la pression du point
de rosée (Pr) est inférieure à (Pb).
2. En phase vapeur, une faible variation de pression provoque une importante variation
de volume ; les vapeurs sont très compressibles.

Le lieu des points de bulle s'appelle courbe de bulle, le lieu des points de rosée courbe de
rosée. Ces deux courbes se raccordent au point critique (Pc-Tc), l'ensemble s'appelle courbe de
saturation. Entre la température critique (Tc) et une température critique de condensation
(Tcc), on peut liquéfier partiellement le mélange. Au-dessus de la température critique de
condensation, il ne peut y avoir de phase liquide.

Fig I-3 : Diagramme PV.(IFP,2006)

14
Chapitre I Position du problème

Fig I-4 : Diagramme PT.(IFP,2006).

Analysons ce qui se passe dans l'intervalle des températures Tc et Tcc. Partons d'un
mélange représenté par le point M (gaz) et faisons décroître sa pression à température
constante. En A apparaît une goutte de liquide ; la pression est alors la pression de rosée
rétrograde correspondant à T. Si l'on continue à abaisser la pression, la quantité de liquide
augmente jusqu'à R, où l'isotherme est tangent à une courbe d'égal pourcentage de
liquide, puis diminue et la dernière goutte de liquide disparaît en B ; la pression est alors la
pression de rosée pour T. Le mélange redevient ensuite gazeux. (Figure I-4).

Un complexe initialement monophasique dans un gisement (liquide ou gaz) peut donc,


au cours de la baisse de pression isotherme due au soutirage, devenir diphasique. Il est
important, pour exploiter correctement un gisement, de savoir quand cela se produira, ainsi
que l'évolution des volumes des deux phases en place.

15
Chapitre I Position du problème

I.6.TYPES DE FLUIDES DE RESERVOIR

I.6.1.Définitions de base :

a) Huile : fluide de gisement montrant un point de bulle à la température du réservoir, quand


la pression diminue dans le gisement, le fluide est monophasique jusqu’à ce qu’on
atteigne la pression de bulle ; en dessous, une phase gazeuse se développe
progressivement.

Cas particulier : une huile morte est une huile contenant si peu de gaz dissous qu’aucun
point de bulle n’est observable.il s’agit le plus souvent d’huiles lourdes.

b) Gaz : fluide de gisement montrant soit un point de rosée à la température du gisement (on
parle alors de gaz à condensat), soit aucune transition de phase à cette température.

I .6.2.Classification des réservoirs et des fluides de réservoir :

Des réservoirs de pétrole sont largement classifiés comme réservoirs de pétrole ou de


gaz. Ces larges classifications sont encore subdivisés selon :

1. La composition du mélange d'hydrocarbure de réservoir.

2. Pression et la température de réservoir initiales.

3. Pression et la température de la production extérieure.

Généralement des réservoirs sont commodément classifiés sur la base de l'endroit du


point représentant la pression de réservoir initiale Pi et la température T en ce qui concerne le
diagramme de P-T du fluide de réservoir. En conséquence, des réservoirs peuvent être
classifiés dans fondamentalement deux types (Figure I-5) :

 Des gisements de pétrole si la température de réservoir, T, est moins que la


température critique, Tc, du fluide de réservoir, le réservoir est classifié comme
gisement de pétrole.
 Des gisements de gaz si la température de réservoir est plus grande que la température
critique du fluide d'hydrocarbure, le réservoir est considéré un réservoir de gaz.

16
Chapitre I Position du problème

Fig I-5 : Répartition des gisements. (IFP, 2006)

17
Chapitre I Position du problème

A. Classification des gisements de pétrole brut :

Selon la pression de réservoir initiale, Pi, gisements de pétrole peut être sous-classifié dans les
catégories suivantes :

1. Le gisement de pétrole sous saturé si la pression de réservoir initiale, Pi, est plus
grande que la pression de point de bulle-point, Pb, du fluide de réservoir, le réservoir
est un gisement de pétrole sous saturé.

2. Le gisement de pétrole saturé quand la pression de réservoir initiale est égale à la


pression de point de bulle du fluide de réservoir, le réservoir est un gisement de pétrole
saturé.

3. Le réservoir de Gaz-chapeau si la pression de réservoir initiale est au-dessous de la


pression de point de bulle du fluide de réservoir, le réservoir est un gaz-chapeau ou un
réservoir biphasique, en lesquels une phase de pétrole est la base de gaz ou de la phase
vapeur.

Les pétroles bruts couvrent un éventail en propriétés physiques et compositions


chimiques, et il est souvent important de pouvoir les grouper dans de larges catégories
d'huiles relatives. Tableau (I-3) représente la classification générale des pétroles bruts :

Types de Rs Bo
GOR API Couleur
d
gisements [cf/b] [scf/STB] [bbl/STB]
Huile noire brune à vert-
100-2500 0,83-0,88 15-40 200 - 700 -
(Figure I-6) foncé.
Noir ou
Huile Léger
3000 0,78-0,83 < 35 < 200 < 1,2 profondément
(Figure I-7)
coloré

Tableau I-3. Classification générale des pétroles bruts.

18
Chapitre I Position du problème

Fig I-6 : Diagramme de P-T (Huile noire)

Fig I-7 : Diagramme de P-T (Huile léger).

19
Chapitre I Position du problème

B. Classification des gisements de gaz :


Généralement si la température de réservoir est au-dessus de la température critique du
système d'hydrocarbure, le réservoir est classifié comme réservoir de gaz naturel. Des gaz
naturels peuvent être classés par catégorie sur la base de leur diagramme de phase et de l'état
actuel de réservoir dans quatre catégories :
GOR API Rs [scf/STB] Couleur
Types de gisements Densité
[mcf/b]
blanc d’eau ou
Gaz – Condensat
5-100 0,7-0,78 50< 8000 - 70.000 légèrement
(Figure I-8)
coloré
Gaz humide
100 0,7-0,78 60< 60000 - 100000 blanc d’eau.
(Figure I-9)
Gaz secs
- 100000< -
(Figure I-10)

Tableau I-4 : Classification des gisements de gaz.

Il devrait préciser que les classifications énumérées des fluides d'hydrocarbure


pourraient être également caractérisées par la composition initiale du système. McCain (1994)
propose que les composants lourds dans les mélanges d'hydrocarbure aient l'effet le plus fort
sur les caractéristiques liquides.

Fig I-8 : Diagramme de P-T (Gaz-condensat).

20
Chapitre I Position du problème

Fig I-9 : Diagramme de P-T (Gaz humide).

Fig I-10: Diagramme de P-T (Gaz sec).

21
Chapitre I Position du problème

I.7.ETUDE DU COMPORTEMENT DU RESERVOIR :

Le comportement de phase est le comportement de la vapeur, du liquide et des solides


en fonction de pression, de la température et de la composition. En cette monographie, de la
« vapeur » est employée l'un pour l'autre avec le « gaz », le « liquide » se rapporte au pétrole
et à l'eau et les « solides » incluent des hydrates, des asphaltènes et la cire.

L'étude du comportement de la vapeur et du liquide dans des réservoirs de pétrole et


en fonction de pression(P), de volume(V), de température (T) et de la composition.

La plupart des réservoirs sont produits par l'épuisement dans lequel la pression de
réservoir diminue pendant que des fluides sont récupérés. La température de réservoir reste
pratiquement constante dans la plupart des méthodes de rétablissement. La variable principale
qui détermine le comportement des fluides, sous le réservoir conditionne, pendant
l'épuisement est, donc, la pression de réservoir. Par conséquent, des essais relativement
simples qui simulent des processus de rétablissement sont effectués en variant la pression du
liquide.

L'importance des données de PVT précises pour des calculs des équilibres de matière,
parmi ces propriétés PVT est la pression de point de bulle (Pb), le facteur de volume de
formation de pétrole (Bo), qui est défini comme volume d'huile de réservoir qui produirait un
baril courant de réservoir. La prévision précise de Bo est très importante dans le réservoir et
les calculs de production.

Le comportement de phase d'un fluide est généralement décrit les propriétés physiques
spécifiques des fluides tels que le facteur de volume de formation (Bo), la pression de
saturation (Pb) ou le gaz d'huiler le rapport (GOR), GOR est défini comme proportion de gaz
avec l'huile du fluide de réservoir dans les conditions extérieures (1 barre, 15°C).

Le comportement précis et fiable de phase et les données volumétriques sont les


éléments essentiels pour la gestion appropriée des réservoirs de pétrole. L'information est
exigée pour évaluer des réservations, pour développer le plan de rétablissement optimum et
pour déterminer la quantité et la qualité de produire fluides.

22
Chapitre I Position du problème

I.8.ÉTUDES PVT :

Le but d’une telle étude appelée communément analyse PVT est double : il est d’une
part, de déterminer les caractéristiques volumétriques et de changements d’état du fluide et, de
part, de simuler les transformations qui l’affectent au cours de son mouvement dans le
réservoir et jusque dans les installations de production en surface.

Les données du comportement PVT de propriété physique et de phase fournissent les


informations nécessaires pour contrôler correctement et bien gérer la production de réservoir.
Les premières mesures de la compressibilité des fluides et facteurs de retrait sont nécessaires
pour :

 Déterminer l'huile et de gaz en place.


 Fournir des données pour des estimations de recouvrement.
 Evaluer les calculs réservoir de bilan matières.
 Le comportement des fluides influe à la fois de récupération et les coûts.

L’analyse de la composition et les propriétés physiques mesurées sont utilisées pour :

 Comprendre le comportement de phase.


 D'évaluer différents scénarios de production.
 Optimiser la production de réservoir et la récupération du pétrole.
 Maximiser la récupération ultime.
 Optimiser les économies de production.

Les essais de séparation simulent la séparation de gaz et de liquide d'un fluide de


réservoir aux conditions de la surface. Résultats générés incluent rapport gaz / pétrole pour
chaque étape de séparation, facteur de retrait de liquide et les propriétés du gaz évolué à
chaque étape. Ces données sont souvent utilisées dans un simulateur d’équation d’état et
d'optimiser les conditions de séparation pour la maximisation de la production pétrolière.

L'analyse de base de PVT exigée pour relier la production extérieure au retrait


souterrain pour un réservoir d'huile est nécessairement due plus complexe à la présence, au-
dessous de la pression de point de bulle, de pétrole liquide et de phase gazeuse libre dans le
réservoir.

23