Vous êtes sur la page 1sur 510

FRACTURES

OBJECTIFS
• DETECTION DES ZONES FRACTUREES
• EVALUATION DES PARAMETRES

- PHYSIQUES
- PETROPHYSIQUES
- LITHOLOGIQUES

PARAMETRES RELATIFS A CES ZONES PAR LES DIAGRAPHIES


CLASSIFICATION DES ROCHES FRACTURÉES

ROCHES FRACTURÉES

Formations du socle Roches carbonatées Roches clastiques ,


plus de 50% de la origine sédimentaire roches fragmentaires
surface du globe ex : karst ex : grés

Roches cristallines
Roches volcaniques
20% de la surface
ex : basalte
du globe

Roches plutoniques Roches métamorphiques


ex : granite ex: schistes
PORES
INTERGRANULAIRES
« perméabilité primaire »

FRACTURES OUVERTES
« perméabilité
secondaire »
GRÈS FRACTURÉS – USA – A
Porosité
matricielle

Porosité vacuolaire et de fractures


FISSURES OU FRACTURES
- INTERGRANULAIRES
- TRANSGRANULAIRES
Formation de fractures
Formation de fractures
Formation de fractures
Formation de fractures
Formation de fractures
Formation de fractures
Fracture ouverte
COLMATANT ARGILE
ON PEUT DIFFERENCIER ET CLASSER LES PUITS SELON LEUR IF :
Les causes
Les causes

dense
Les figures suivantes présentent
plissées
NOTIONS D’ ANISOTROPIE

Une anisotropie est présente lorsque les propriétés physiques d'un


système sont fonction de la direction.

En géologie on peut avoir une anisotropie due a

•La Conductivité (thermique, électronique, ionique…)


•La Croissance cristalline
•La fracturation
•La Dilatation due a la variation de température
•Un Pléochroïsme
•Un Magnétisme

Anisotropie : Dans un milieu anisotrope, certaines propriétés - couleur, dureté, indice de réfraction, résistivité,
conductivité, …, - varient suivant les directions. On distingue anisotropie continue et anisotropie discontinue.
L’anisotropie

L’anisotropie peut être schématisée par la


figure ci – contre , la forme elliptique est
décrite par des valeurs variables dans les
différentes directions,

L’anisotropie peut être due à la variation


- De la résistivité électrique
- Des vitesses des ondes acoustiques
- De contraintes mécaniques et de
pressions
- Des susceptibilités magnétiques
- De perméabilités
- etc..

En termes de résistivité , la présence de fractures , la schistosité , peuvent induire une anisotropie directionnelle
PLEIOCHROISME
PLEIOCHROISME
OUTILS
OUTILS
OUTILS
DE
DE
DE
DIAGRAPHIES
DIAGRAPHIES
DIAGRAPHIES
BUT
BUT DES
DES DIAGRAPHIES
DIAGRAPHIES
EVALUATION DE PARAMETRES RELATIFS AUX FORMATIONS
TRAVERSEES PAR UN FORAGE ET IL S’AGIT DE :
- PARAMETRES DE FORAGE
- PARAMETRES PETROPHYSIQUES
- NATURE LITHOLOGIQUES
- CALCUL DES RESERVES
- COMPLETION (La qualité de la complétion est souvent vérifié par la
réalisation de plusieurs diagraphies)
- ETC.
PARAMETRES DE FORAGE
Diamètre circulaire ,
EN COURS DE FORAGE ON S’INTERESSENT – ENTRE roche compact et
AUTRES – A LA MESURE DES DIAMETRES DE FORAGE consolidée non
AFIN DE POUVOIR :
fracturée non fissurée
- EVALUER LE VOLUME DE LAITIER DE CIMENT
- REPERER LES ZONES DE FORMATIONS FLUANTES
(CHARBON , ARGILE , AUTRES)
- ETC. Ovalisation obtenue
- ET REPERER DANS CERTAINS CAS LES ZONES au droit des
FRACTUREES : CES DERNIERES SONT REPERABLES formations
PAR UNE GEOMETRIE DES PAROIS TRES
IRREGULIERE sédimentaires ( argile
, grés , etc…

roche compact et
consolidée mais fracturée
et fissurée : diamètre en
dents de scie
OUTILS DE DIAGRAPHIES

ELECTRIQUES

SONIQUES

NUCLEAIRES
BUT : MESURE DES RESISTIVITES

GRACE A LA VARIATION DU
CHAMP ELECTRIQUE

GRACE A LA VARIATION DU CHAMP


ELECTROMAGNETIQUE
CALIPER
Ligne de base Ligne de base
des sables des argiles
Loi d’Archie
Dans la plupart des matériaux, la conductivité électrique se fait principalement par transport ionique à travers
l’eau présente dans les pores de ces matériaux. C’est le phénomène de la conductivité électrolytique. La
conductivité électrique d’un matériau poreux varie ainsi en fonction du volume et de l’arrangement des pores,
ainsi que de la conductivité électrique de l’eau et du volume occupé par l’eau dans les pores. La loi empirique
d’Archie (1942) met en relation la résistivité électrique ρ d’un matériau avec sa porosité Φ, la résistivité
électrique de l’eau interstitielle ρe contenue dans les pores et le degré de saturation des pores Se , pour un
matériau dépourvu d’argile, un sable propre (Telford et al ., 1990):

où a, m et n sont des constantes déterminées empiriquement. Le paramètre m, appelé exposant de


cimentation, peut prendre des valeurs entre 1,3 et 2,5. Plus le degré de cimentation d’une roche est élevé,
plus la valeur de cet exposant est grande. Pour un sable non consolidé, la valeur de m est minimale et
d’environ 1,3 (Archie, 1942). La constante a varie entre 0,5 et 2,5. Le paramètre n est appelé exposant de
saturation et possède normalement une valeur égale à 2 pour les roches (Telford et al ., 1990).
ZE ZV
Lignes de courant

Surfaces équipotentielles
Avec M on mesure le potentiel La différence de potentiel étant :

Ce qui nous donne :


Et avec N on mesure le potentiel
(**
)

Ayant 04 électrodes AB et MN , on obtient :

Si B est mis a la terre en surface , c’est comme si B se trouvait à l’infini , dans ce cas on
retrouve l’équation (**) car les deux derniers termes tendront vers zéroe; ainsi on aura
comme résistivité :

Où ; d’où
GR (API)

Banc d’argile

hydrocarbures

Zones d’ intérêt MSFL

LLD
EVALUATION DES PARAMETRES
PÉTROPHYSIQUES

•La porosité
•La résistivité des eaux de formation et donc
la salinité
•La saturation en eau et en hydrocarbures
•La perméabilité
•Etc.
Le facteur de formation

a Ro
F = =
 m
Rw

 est la porosité ;

a – disposition mutuelle des grains de la formation entre eux ;

m – degré de cimentation des grains de la matrice de la roche

Ro – résistivité d’un échantillon de roche saturé à 100% d’eau


Si a=1 et m=2 dans ce cas :

a 1
F= =
 m
 2

de là la porosité serait :

Rw
=
Ro
QUELQUES RELATIONS EMPIRIQUES METTANT EN VALEUR L’IMPORTANCE DE
L’EVALUATION DES RESISTIVITES

1. Facteur de formation

2. Saturation en eau

On prend a = 1 , m = 2 et n = 2 dans une première approche


hacinerachid2@gmail.com 71
1

2
3
4

5
6
7
8
Méthode manuelle

On pointe des valeurs


de la microsonde et
de la macrosonde de
résistivité , on les
reporte sur un
graphique ayant des
échelles linéaires , en
prenant le soin de
noter le numéro des
niveaux choisis
La saturation trouvée , au point x , nous
permet d’évaluer le paramètre Ro d’après la
simple relation qui suit

Ro a a
S =
n
w =  Ro = Rt
Rt b b
LES MICROLOGS

MICROLOG R1x1,R2 MICROLATEROLOG Microspherical Focused Log


FOCALISATION DES LIGNES DE COURANT
ZONE 1

ZONE 2
Ceci peut occasionner des problemes dans la detection des reservoirs
SONIQUES

MESURE DE LA LENTEUR

IMAGERIE SONIQUE

ONDES DE STONELEY
QUELQUES TYPES D’ONDES

AFIN DE BIEN IMAGINER LES


MOUVEMENTS DES PARTICULES D’ UN
MILIEU QUE TRAVERSE UNE
DEFORMATION …

IAP - Mars 2007 95


VOLUMETRIC DEFORMATION
FORCE = F

FORCE FORCE

FV
K = BULK MODULUS =
AV
ONDES LONGITUDINALES

IAP - Mars 2007 97


SHEARING DEFORMATION

l

FORCE = F

FORCE = F

F / A F / A Fl
 = SHEAR MODULUS = = =
Tan  l / l Al
ONDES TRANSVERSALES

IAP - Mars 2007 99


SONIC LOGGING
TOOLS
PRESENTED BY Mr HADJ BRAHIM Messaoud

DECEMBER,31 2005
TRACE SISMIQUE

Amplitude
T

temps

Si V est la vitesse des ondes Si T est la période de ces ondes ,


La longueur d’onde serait alors λ = VT
PROPRIETES DES ONDES

•Période •Fréquence
• Longueur •Amplitude
d’ondes
•Vitesse Atténuation
THELES VITESSES D’ONDES
COMPRESSIONAL ANDLONGITUDINALES ET
SHEAR VELOCITIES
D’ONDES TRANSVERSALES
1/ 2
 K + ( 4 / 3)  
vp =  
  

1/ 2
 
vs =  
 
K = BULKMODULE
MODULUS
DE COMPRESSIBILITÉ

 = SHEARMODULE
MODULUS
DE CISAILLEMENT

 = BULKDENSITÉ
DENSITY
GLOBALE
MECHANICAL PROPERTIES OF
DIFFERENT MATERIALS

Rock/ Mineral Density Young’s Bulk Shear Poisson’s


Fluid (gm/cc) Modulus Modulus Modulus Ratio
Sandstone Quartz 2.65 0.92 (Mbars) 0.370 (Mbars) 0.424 (Mbars) 0.09

Limestone Calcite 2.71 0.89 0.732 0.342 0.30


Dolomite CaMg 2.87 1.66 0.820 0.500 0.25
(CO3)2
Oil n( CH2) 0.85 - 0.014 0.0 -
Water H2O 1.00 - 0.023 0.0 -
Gas - 0.001 - 1.5x10-6 0.0 -
RELATION VITESSES ET COEFFICIENT DE POISSON

- COEFFICIENT DE POISSON
xc xf

PRINCIPE DE LA METHODE SISMIQUE


rayon incident ou réfléchi
paroi du puits
rayon réfracté
Β = 90°

En wireline la sonde remonte du fond du puits

Elle doit être centrée

Cet exemple est celui du BHC


( BORE HOLE COMPENSATED)
140 us/ f 40
PROPAGATION DES ONDES ACOUSTIQUES

paroi du puits
ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES ACOUSTIQUES

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES ACOUSTIQUES

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES ACOUSTIQUES

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS 70 s after
T transmitter fire
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
S
P
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T 80 s after
ARROWS ONLY
SHOW WAVE transmitter fire
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM

P S
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TOETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T 110 s after
ARROWS ONLY
SHOW WAVE transmitter fire
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM

s
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM

TOTAL REFLECTION
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM

TOTAL REFLECTION
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM

TOTAL REFLECTION
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM

TOTAL REFLECTION
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM

TOTAL REFLECTION
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM

TOTAL REFLECTION
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
PROPAGATION DES ONDES
SONIC WAVE ACOUSTIQUES
PROPAGATION

ANGLES ARE
EXAGGERATED
TO BETTER
EMPHASIZE
PROCESS
T
ARROWS ONLY
SHOW WAVE
DIRECTION, NOT
PROPAGATION
MECHANISM
rayon incident ou réfléchi
paroi du puits
rayon réfracté
Β = 90°

En wireline la sonde remonte du fond du puits

Elle doit être centrée

Cet exemple est celui du BHC


( BORE HOLE COMPENSATED)
140 us/ f 40
140 us/ f 40
140 us/ f 40
CENTRALIZED TOOL
tR2= A+B+D+E
tR1 =A+B+C
T A
A,B,C,D,E,=TRAVEL TIMES
tR2 - tR1 = A+B+D+E -(A+B+C)
B
tR1 tR2 - tR1 = D+(E-C)
C ASSUME
R1 D
E t E=C
R2
R2 tR2 - tR1 = D
INVERSE
PHASE t R2 − t R1 D
SLOWNESS
TRANSIT TIME = Δt = =
VELOCITY spacing 2 ft
ACOUTIC SIGNAL AT TWO RECEIVERS

THE ZERO CROSSING THRESHOLD TECHNIQUE


SONIC WAVE PROPAGATION

ip
T is
Is=CRITICAL ip =CRITICAL
SHEAR COMPRESSIONAL
ANGLE ANGLE

CRITICALLY t s
REFRACTED
R1 t p
COMPRESSIONAL R2
AND SHEAR S wave
WAVES P wave
Généralement dans un puits , l’outil sonique compensé ( AL
ou BHC ou autre) enregistre 03 types d’ondes :

- Ondes P
- Ondes s
- Et ondes de Stoneley

t , µs

Ondes p Ondes S ondes de Stoneley


VITESSE DES ONDES DE
STONELEY POUR DE
BASSES REQUENCES

IN TERME DEOF t
EN TERMS

2  mud t s 2
t stoneley =ttube = t mud +
b


ONDES DE STONELEY

Ces ondes sont générées le long du puits comme


consequence de l’interaction entre la paroi de la
formation et le fluide se trouvant dans le puits.
Ces ondes dites – parfois – ondes de tube
TOTAL ACOUSTIC WAVEFORM
Normal Mode

Leaky mode

P wave S wave Stoneley


wave
time
TOTAL ACOUSTIC WAVEFORM
Porosity Mode

Leaky mode

P wave S wave Stoneley


wave
time
TOTAL ACOUSTIC WAVEFORM
Permeability Mode

Leaky mode

P wave S wave Stoneley


wave
time
---- SHEAR WAVE

STONELEY WAVE
VF peut être plus grand que VS pour des
formations de faibles vitesses tel que :

➔Argiles
➔Sables non consolidés
➔Sables argileux
➔Diatomites
➔Charbon

Pour de telles formations, nous n’obtenons pas le mode normal et parfois pas de cisaillement.
PROPAGATION
DES ONDES DE
STONELEY
LE FLUIDE EST COMPRESSE CE QUI CAUSE
UN MOUVEMENT DANS LA FORMATION

BOREHOLE

MUDCAKE
VITESSE DES ONDES DE STONELEY

IN TERMS OF t

2  mud t s 2
t stoneley =ttube = t mud +
b
LES RAISONS POUR UN USAGE DE
SONDES COMPENSÉES

TR A A

B B
C C
D D
R1
E E
R2

TOOL TILT
CAVED HOLE
EQUATION DE WYLLIE

MATRIX FLUID
1

1-  
EQUATION DE WYLLIE

 t lo g =  t f  +  t m a ( 1 −  )
soD’
lvin
où gla porosité
fo r p o ro
estsity
ainsi donnée

 t lo g −  t m a
 = s =
 t f −  tm a

Le fluide dans la zone d’interet est


pris comme etant le filtrat de boue
tf est consideré egal à 189 usec/ft
CORRECTION de COMPACTION

  t log −  t ma  1
s =  
  t fluid −  t ma Cp

t Shale
Cp =
100
TYPICAL DELTA-t MATRIX VALUES
 t ma (  s / ft )
Lithology
•Sandstone 55.6
•Limestone 47.5
•Dolomites 43.5
POROSITE PRIMAIRE ET SECONDAIRE

En considerant que Ø D est la porosité totale et ØS est la


porosité primaire , la porosité secondaire est alors déduite
comme suit :

 D =  S +  secondary
 secondary =  D −  S
ÉVALUATION DE LA VITESSE DANS L’ EFFLUENT
MESURE DU DIAMÈTRE DU TUBING
hacinerachid2@gmail.com 194
MISE EN ŒUVRE DE L’UBI DANS UN PUITS DIRIGÉ

IAP - NOVEMBRE 2009 197


DETECTION DES FRACTURES ET COMPARAISON AVEC LES CAROTTES

IAP - NOVEMBRE 2009 198


DETECTION DES FRACTURES ET COMPARAISON AVEC LES CAROTTES

IAP - NOVEMBRE 2009 199


Image de faille en temps réel

Faille ouverte à
l’écoulement de
fluides

IAP - NOVEMBRE 2009 200


IAP - NOVEMBRE 2009 201
Carottes virtuelles

Et Carottes réelles
IAP - NOVEMBRE 2009 202
IAP - NOVEMBRE 2009 203
D
Diagrammes en flèches
representant l’orientation des
fissures et des fractures
Rose – diagrammes montrant le nombre et
l’orientation de fractures dans les réservoirs
argilo - greseux
Enregistrement des ondes acoustiques par CBIL
OUTIL CBIL
Analyse des carottes : La meilleure méthode pour
détecter des fractures de réservoir est par l'observation
des carottes de la zone d'intérêt, à condition que la
fracturation n'est pas assez intense pour empêcher la
récupération des carottes.
PATIN

SONDE
PATIN

SONDE
Pour un calcul précis des angles d’orientation des fissures ainsi que
DIAGRAPHIES
NUCLEAIRES
RAYONNEMENTS ET PARTICULES

Ra 226
88 → Rn222
86 + He
4
2
Potassium Uranium et Thorium
• Le potassium se désintègre en deux isotopes stables (l'argon et le
calcium) qui ne sont plus radioactifs et ses rayons gamma ont une
énergie de 1,46 MèV.
• Par contre, l'uranium et le thorium se désintègrent en produits de
filiation instables (radioactifs).

EXEMPLE
Une représentation en 3D où
le troisième axe représente la
masse des noyaux permet
d’illustrer les transformations
nucléaires jusqu'à atteindre
l’état de stabilité maximal, en hacinerachid2@gmail.com 235
fond de vallée.
CE SIGNE EST LA , POUR MONTRER LE DANGER
Lorsqu'ils se propagent , les rayonnements gamma interagissent avec la matière
selon trois effets :

1. Effet Compton
2. Effet de production de paires ioniques : électron positron
3. Effet photoélectrique : phosphorescence de la matière

IO

I < IO

Effet
è

photon
Effet
photoélectrique
e+
EFFET DE PRODUCTION DE PAIRES
• Le détecteur à gaz ou chambre d’ ionisation , se présente sous différentes
formes
• Leur inconvénient tient en leur faible pouvoir de résolution
DÉTECTEUR À SCINTILLATIONS

700 – 1500 V
Rayons
GR

Volume d’argile

GR log - GR min
Vsh =
GR max - GR min

GR min
GR log

GR max
DIAGRAPHIES DE
DENSITE
Par analogie avec la loi de désintégration radioactive ,
on peut déduire la décroissance de l’intensité d’un
rayonnement radioactif gamma

I – est l’intensité mesurée

Io – est l’intensité initiale (donc ce qui est issu de la source

d – distance sur laquelle on obtient une absorption

μ – coefficient d’ absorption
METHODE
GAMMA – GAMMA DENSITE

FDC
LDT
LDL …
On peut transformer ceci en l’expression suivante :

Où 𝑐 – coefficient de calibrage
𝛿 – est la densité du milieu
𝑙 – espacement ou distance émetteur récepteur
Par exemple , si la matrice est celle des
grés , dans ce cas là , pour une densité
globale lue de 2,25 g/cm3 , la porosité-
densité serait :
Une fois la porosité sonique ou primaire déduite et
que la porosité densité est déterminée , on peut alors
calculer la porosité secondaire comme la différence
entre ces deux paramètres :
Crossover
RHOB-DELTA
T
Crossover
RHOB-DELTA
T
AUTRES METHODES

ESTIMATION DE
LA DENSITE
DANS LES PUITS DE FORAGE
les mesures sont réalisées à des intervalles
de profondeurs discrets

La densité est directement calculée à partir


des différences de pesanteur et de
profondeurs

Après les corrections de latitude appliquées sur g on obtient


L’outil proposé par
SCINTREX ne dépasse
pas la taille d’une balle de
golf
• Il n’existe pas de
neutrons libres dans la
nature

• La durée de vie d’un


neutron libre est de 15
mn

Le neutron est une particule qui fait


partie du noyau des atomes
La masse du neutron est mn = 1,674 928 6 × 10—27 kg

NB. Les électrons possèdent tellement d'énergie que la réaction p + e → n + ν


devient possible. Tous les protons et les électrons se transforment en neutrons.
HYDROGENE

ray gamma

capture
Source de neutrons

Une des sources que l’on peut citer est la source Béryllium – Alpha
SONDE
NEUTRONS
NEUTRONS THERMIQUES ET
EPITHERMIQUES

ENERGIE MOYENNE

NEUTRONS
RAPIDES

SONDE NEUTRON – D’APRES KEYS1990


Les collisions avec l’ hydrogène
sont des chocs élastiques qui
ralentissent les neutrons

H2

n n
Emission gamma de
capture

H2

n Capture d’un neutron


neutron
SOURCE DE NEUTRONS

SECTIONS DE CAPTURE

Cd 48 1550
Un détecteur à neutron ralentis , utilisant comme
gaz : l’ dans une enceinte en verre ; ayant une
assez bonne section de capture , cet élément en
captant un neutron se transforme en tritium en
libérant un proton , les collisions du proton avec les
autres atomes d ’ hélium libèrent des électrons ,
créant ainsi une décharge qui donne une impulsion
électrique à la sortie du tube
Source de
neutrons

neutrons
tritium
hélium
proton
Les neutrons réagissent plus avec l’ hydrogène

l’ hydrogène est contenu dans les pores de la roche (eau, huile, gaz)

d’où la diagraphie neutron, grâce à l’indice d’ hydrogène, donne la


porosité des formations
0.45 -0.15
Trois cas peuvent se présenter :

Neutrons rapides

Neutrons ralentis

Gamma ray de capture

Neutrons rapides
AZIMUTAL
DENSITY MWD
AZD & TNP
MWD
LWD
CROSS OVER
DENSITE -
POROSITE
CROSS OVER
DENSITE -
POROSITE
LES CROSS - PLOT
ANALYSE DES DEBLAIS
Porosité vraie 12,5%
Cross – plot : lithologie et porosité vraie
TNPH / RHOB
Interval : 7801. : 7802.
SGR
2. 150.
40 135.
40
2.2 40 120.
30
30
105.
20 30
2.4 20 90.
RHOB

10 75.
20
10
2.6 60.
SS 0 45.
LS 0 10
2.8 30.

DOL 0 15.
(SWS) Density Neutron(TNPH) Overlay, Rhofluid = 1.19 (CP-1f 1989)
3. 0.
-0.05 0.08 0.21 0.34 0.47 0.6
TNPH
3 points plotted out of 3
Well Depths
(1) Test Well 1 7801.F - 7802.F
M-N-
PLOT
M-N plot
M-N-PLOT sur IP
Si le M-N-PLOT Concerne le calcul et la présentation de
deux paramètres M et N pour une identification
lithologique à l’aide d’un abaque , le MID – plot , qui
utilise trois abaques , permet l’évaluation de la lithologie
et de la nature de la matrice , remarquez que pour ce
dernier point on utilisera les paramètres apparents , c’est
la raison pour laquelle les deux premières abaques
donnent la lithologie et les paramètres apparents .

Les abaques d’évaluation lithologiques sont de divers


types :
Basés sur les
Logs de spectrométrie gamma
Logs : densité – porosité neutron et lenteur – porosité
neutron
Etc. …
MID - PLOT
MID - PLOT
Abaque QCD sur IP
SPECTROMET
RIE
Indicateurs de la lithologie sont :
Gamma ray (GR)
Densité LDT (RHOB i.e. densité globale)
Neutron CNL (porosité neutron Ф)
Sonique Δt (temps de transit)
Une formation est dite perméable si elle se laisse traverser par un fluide (huile, eau ou gaz)

Plusieurs relations existent, celle de Darcy si le débit Q est :

la perméabilité est donnée par

Formule de TIMUR 1968

Formule très proche de WILLY et ROSE

C = 79 pour le gaz et 250 dans le cas des huiles de moyenne densité


EXEMPLES
PARAMETRES
PETROPHYSIQUES
POROSITE DES ROCHES

Grains Ciment

Solide Pores

Pores

hacinerachid2@gmail.com 376
DISTRIBUTION DE PORES EN FONCTION DE LA
DISTRIBUTION DES GRAINS

hacinerachid2@gmail.com 377
hacinerachid2@gmail.com 378
Texture de carbonate

Du côté gauche, une dolomite cristalline avec  = 47% et m = 1.95. Du côté


droit, un échantillon bioclastique avec l = 36% et m = 3.27.

Cette grande variation de m illustre l'importance de la texture de roche dans


l'évaluation pétrophysique .

Images du microscope à balayage électronique,


hacinerachid2@gmail.com 379
hacinerachid2@gmail.com 380
Porosité des grés
Porosity in Sandstone
Pore Typically is Lower Than
That of Idealized Packed
Spheres Owing to:
Quartz Variation in Grain Size
Grain Variation in Grain Shape
Cementation
Mechanical and Chemical
Compaction
Dissolution
Scanning Electron Micrograph
Norphlet Sandstone, Offshore Alabama, USA
(Photograph by R.L. Kugler)

hacinerachid2@gmail.com 381
Pore Throats in
Sandstone May
Be Lined With
A Variety of
Cement Minerals
That Affect
Petrophysical
Properties

Scanning Electron Micrograph


Tordillo Sandstone, Neuquen Basin, Argentina (Photograph by R.L. Kugler)

hacinerachid2@gmail.com 382
POROSITE

Grains de sable

hacinerachid2@gmail.com 383
DIFFERENTES POROSITES :

POROSITE PRIMAIRE OU
INTERGRANULAIRE
POROSITE TOTALE = +
POROSITE SECONDAIRE

hacinerachid2@gmail.com 384
hacinerachid2@gmail.com 385
FORME DES GRAINS DE LA MATRICE
hacinerachid2@gmail.com 386
DIAGRAPHIES DE POROSITE

DIAGRAPHIE SONIQUE

DIAGRAPHIE DE DENSITE

DIAGRAPHIE NEUTRON

hacinerachid2@gmail.com 387
POROSITE A PARTIR DU LOG SONIQUE

hacinerachid2@gmail.com 388
POROSITE D’APRES LA DIAGRAPHIE DE DENSITE :

ET DENSITE DU FLUIDE:

- Est supposée être la porosité totale de la formation


hacinerachid2@gmail.com 389
Dans ce cas la porosité secondaire est la
différence entre la porosité densité et la
porosité sonique
SATURATION
SATURATION

hacinerachid2@gmail.com 391
Les saturations

les roches réservoirs peuvent contenir les


fluides suivants :

- Les hydrocarbures liquides


- Les hydrocarbures gazeux
- l’eau de formation salée

hacinerachid2@gmail.com 392
La saturation en eau
La saturation en eau est définie
comme étant le rapport du volume
occupé par l’eau dans les pores au
volume total des pores exprimé en
pourcentage

Sw % = (Vw / Vp) * 100 %


Vw = Volume de l’eau .
Vp = Volume des pores
hacinerachid2@gmail.com 393
• So = (Vo /Vp)*100%

• Sg = (Vg/Vp )*100%
So: Saturation en huile
Sg : Saturation en gaz .
Vo : Volume d’huile .
Vg : Volume de gaz .
Vp : Volume des pores

hacinerachid2@gmail.com 394
Saturations en hydrocarbures

C’est le rapport du volume occupé par


les hydrocarbures (huile ou gaz) dans
les pores par rapport au volume total
des pores , exprimé en pourcentage

hacinerachid2@gmail.com 395
Saturation irréductible Swirr
• La majorité des réservoirs d’hydrocarbures
contiennent de l’eau .
• Par conséquent même dans les zones
totalement saturées en huile ou en
gaz , nous retrouvons une quantité
d’eau qui entoure les grains et
adhère à leurs surfaces
• Swirr – est un facteur de qualité pour un
réservoir
• On l’appelle saturation en eau interstitielle ou
irréductible . (Swirr).
• disposition des fluides dans
un réservoir

• Les fluides se séparent en fonction de


leur densité
• L’eau est toujours présente dans les
gisements.
• On peut trouver du gaz sans huile ou de
l’huile sans gaz libre.
hacinerachid2@gmail.com 397
Saturation en fluides

Vo Vg Vw
So = Sg = Sw =
Vp Vp Vp

• So = saturation en huile
• Sg = saturation en gaz
• Sw = saturation en eau
• Vo = volume d’huile dans la roche
• Vg = volume de gaz
• Vw = volume d’eau dans la roche
• Vp = volume de pores dans la roche
Saturation en eau
• Définition
– La fraction de pore
contenant de l'eau
• Sw = Vw / 
Est lié dans un réservoir au
• déplacement vertical du
contact huile-eau
• à la mouillabilité

hacinerachid2@gmail.com 399
La résistivité est une mesure des plus répandue
a Rw
S
n
• Dans les réservoirs avec = m
w
 Rt
l'eau interstitielle salée, une
variation de saturation de près
d’un ordre de grandeur, pour une variation
de résistivité de deux ordres de grandeur
• Mesures plus faciles à faire et moins couteuses
– Jusqu'ici difficile en trou fermé(cased hole)
• Différentes profondeurs d’investigation
• wireline, LWD, slikline ,laboratoire

hacinerachid2@gmail.com 400
Selon Archie (1942)
• En grès propres avec des dépôts de sel, la résistivité de la roche est
proportionnelle à la salinité . La constante de proportionnalité
s'appelle le facteur de formation :F = R0 / Rw .
• Le facteur de formation varie à l’inverse de la porosité. F = 1 /  2 .
• L'index de saturation dans un réservoir Rt/Ro) varie l'inverse de la
saturation. I = 1 / Sw2.

hacinerachid2@gmail.com 401
Formules d‘Archie

hacinerachid2@gmail.com 402
hacinerachid2@gmail.com 403
EVALUATION DE

1. DEGRE DE CIMENTATION

2. EXPOSANT DE LA
SATURATION

hacinerachid2@gmail.com 404
Archie
F , en fonction de la géométrie des pores

hacinerachid2@gmail.com 405
hacinerachid2@gmail.com 406
POUR CELA UN CERTAIN
NOMBRE DE MESURE
EST NECESSAIRE SUR
DIFFERENTS PLUGS

hacinerachid2@gmail.com 407
1. DEGRE DE CIMENTATION

hacinerachid2@gmail.com 408
Différentes pressions
=
différentes dépendances

hacinerachid2@gmail.com 409
Différents grés

hacinerachid2@gmail.com 410
- m = - 2,8

hacinerachid2@gmail.com 411
hacinerachid2@gmail.com 412
hacinerachid2@gmail.com 413
2. EXPOSANT DE LA SATURATION

hacinerachid2@gmail.com 414
hacinerachid2@gmail.com 415
Si on a trois phases dans la roche , dans ce cas

hacinerachid2@gmail.com 416
Pour les trois phases séparément ,
on aurait donc :

EAU
HUILE
GAZ

hacinerachid2@gmail.com 417
MESURE DE LA MASSE DE FLUIDE
mw = d V
w w DANS LES PORES

mo =m -m
L w

m L - masse du liquide extrait de l’ échantillon

• le volume de pores étant déjà déterminé en évaluant la porosité


• les saturations en eau et en huile sont calculées par les expressions ci-
dessus , grâce à quelques pesées

NB – En utilisant l’eau distillée , on peut faciliter les calculs


hacinerachid2@gmail.com 418
VARIATION EN FONCTION DU TYPE DE ROCHE

hacinerachid2@gmail.com 419
Saturation en eau interstitielle
hacinerachid2@gmail.com 420
hacinerachid2@gmail.com 421
Saturation en eau interstitielle
hacinerachid2@gmail.com 422
hacinerachid2@gmail.com 423
hacinerachid2@gmail.com 424
EXEMPLE D’EVALUATION DE PARAMETRES PETROPHYSIQUE

PARAMETRES Puits 1 Puits 2 Puits 3 Puits 4 Puits 5 Puits 6 Puits 7

Rt 127 11.5 19 35 78 109 85

Ro 0.5 0.88 0.98 1.6 0.9 2.7 3.2

Rw 0.3 0.2 0.21 0.05 0.08 0.18 0.32


Sw
SHC
VHC / Vt
Vw / Vt

hacinerachid2@gmail.com 425
Quelques valeurs …

hacinerachid2@gmail.com 426
Experience d’ Archie
ELECTRODES DE MESURE

ELECTRODES
DE COURANT

ECHANTILLON DE ROCHE
ENTREE
EAU
HUILE

hacinerachid2@gmail.com 427
*Sw
*(1-Sw)
Hydrocarbures

Eau

Matrice

(1-)

*Sw = volume d ’ eau par unité de volume de roche


*(1-Sw) = volume d’hydrocarbues par unité de volume de roche

1-Ф fraction solide

hacinerachid2@gmail.com 428
Saturation

Sw fraction de pores
occupée par l’eau.
water
oil

water
S w = S w irr + S w "free"
Matrix

S o = S oresidual + So
"free"

hacinerachid2@gmail.com 429
hacinerachid2@gmail.com 430
hacinerachid2@gmail.com 431
Zone envahie
n aR mf
Sxo = m
 R xo
Equation Simandoux de la Saturation
L'effet de la présence de l'argile dans la
roche a été au commencement expliqué avec
la loi d‘ Archie pour un modèle d’argile
laminé entre les lamelles de schiste.

m n
1  e  Sw Vcl
= 1 - Vcl +
Rt m R cl
1 - Vcl . a . Rw

hacinerachid2@gmail.com 432
m = « degré de cimentation »,
n = « exposant de saturation »,
a = constante, arrangement des grains

Deux ensembles de nombres communs pour ces constantes sont :


Dans un carbonate simple, les paramètres sont simplifiés :
m = 2, n = 2, a = 1
Dans un grès ils deviennent :
m = 2.15, n = 2, a = 0.62

hacinerachid2@gmail.com 433
En utilisant les valeurs standards a = 1 , m = 2 et n = 2 et on
peut resoudre l’équation d’Archie relativement à la saturation
en eau
Zone vierge

Zone envahie

hacinerachid2@gmail.com 434
PERMEABILITE

hacinerachid2@gmail.com 435
L

hacinerachid2@gmail.com 436
D’après O, Serra ,
Diagraphies tome 2

hacinerachid2@gmail.com 437
Plus de vide que de solide ou bien plus de solide que de vide ?

hacinerachid2@gmail.com 438
hacinerachid2@gmail.com 439
La pierre ponce

hacinerachid2@gmail.com 440
hacinerachid2@gmail.com 441
La PERMEABILITE

PROPRIETE D’UNE ROCHE DE SE LAISSER TRAVERSER PAR UN FLUIDE


ON DISTINGUE
- LA PERMEABILITE ABSOLUE , SI ON ETUDIE LA CIRCULATION D’UN SEUL FLUIDE Ka

- LA PERMEABILITE EST EFFECTIVE SI UN SECOND FLUIDE EST PRESENT Ke

- LA PERMEABILITE RELATIVE EST LE RAPPORT ENTRE LA PERMEABILITE EFFECTIVE ET CELLE


ABSOLUE

hacinerachid2@gmail.com 442
Porosité
Capacité de stockage

Perméabilité de « débiter »
un fluide

Sortie du fluide Entrée du fluide

hacinerachid2@gmail.com 443
La loi de Darcy
p2 L p1

q
A
Direction of flow

q L • L = longueur
k= •
A ( p1 − p 2) • q = débit
• p1, p2 = pressions
k = permeability • A = section
(measured in darcies) •  = viscosité
hacinerachid2@gmail.com 444
hacinerachid2@gmail.com 445
Mesure de la perméabilité

hacinerachid2@gmail.com 446
hacinerachid2@gmail.com 447
PERMEAMETRES
hacinerachid2@gmail.com 448
hacinerachid2@gmail.com 449
hacinerachid2@gmail.com 450
Unités de mesure

Quelques valeurs de perméabilité

hacinerachid2@gmail.com 451
hacinerachid2@gmail.com 452
PERMEABILITE vs POROSITE sans tenir compte de la taille des pores

hacinerachid2@gmail.com 453
PERMEABILITE vs POROSITE tenant compte de la taille des grains

hacinerachid2@gmail.com 454
Unités de mesure

-12 2
Ou bien 0,97 10 m

Quelques valeurs de perméabilité

hacinerachid2@gmail.com 455
A partir de données de perméabilité, les
pétroliers ont défini différentes classes de
réservoirs :

hacinerachid2@gmail.com 456
PROPRIETES DES ROCHES RESERVOIRS

SI LA POROSITE RETIENT LES FLUIDES


LA PERMEABILITE LEUR PERMET DE CIRCULER
LA PERMEABILITE EST UNE PROPRIETE DYNAMIQUE QUI CHANGE
AVEC LA SEDIMENTATION

PORES N -
CONNECTES

VOIE D’ECOULEMENT 457


hacinerachid2@gmail.com 458
CAPILLARITE

hacinerachid2@gmail.com 459
hacinerachid2@gmail.com 460
CIRCULATION DE FLUIDES

hacinerachid2@gmail.com 461
CIRCULATION DE FLUIDES

hacinerachid2@gmail.com 462
HUILE DEPLACEE PAR L’EAU

hacinerachid2@gmail.com 463
CIRCULATION D’EAU / HUILE RESIDUELLE

hacinerachid2@gmail.com 464
hacinerachid2@gmail.com 465
Le rapport entre la saturation et la permeabilité

hacinerachid2@gmail.com 466
hacinerachid2@gmail.com 467
L’unité de base est le Darcy 1/1000 de Darcy est le millidarcy
(mD) –
la perméabilité des grés peut varier entre 0,01 à 1000 mD

Ecoulements de fluides
Une formation est dite perméable si elle se laisse traverser par un fluide (huile, eau ou gaz)

Plusieurs relations existent, celle de Darcy si le débit Q est :

la perméabilité est donnée par

Formule de TIMUR 1968

Formule très proche de WILLY et ROSE

C = 79 pour le gaz et 250 dans le cas des huiles de moyenne densité


hacinerachid2@gmail.com 471
Résonnance magnétique
. L’outil CMR ( ) a
seulement 14ft [4.3 m] de longueur, il est
de plus combinable avec d’autres outils
de diagraphie Schlumberger. Le senseur
est monté sur un patin pour éviter l’effet
de mud cake et pour assurer un bon
contact avec la formation ceci
indépendamment du diamètre du puits. Le
contact est obtenu par un bras
d’excentralisation ou par les calipers des
autres outils de diagraphie. Deux d’opérer dans des puits ayant une
puissants aimants permanents assurent certaine rugosité de la même manière
un champs magnétique statique (direct). que les outils de densité. L’antenne agit à
Par conception, le volume de mesure de la fois comme transmetteur et récepteur -
l’outil est une région de 0.5 in à 1.25 in transmettant la séquence de la pulsion
[1.3 cm a 3.2 cm] dans la formation et magnétique et recevant les pulsions des
s’étale sur une longueur de 6 in, assurant échos de la formation.
à l’outil une excellente résolution verticale.
L’aire en face de l’antenne ne contribue
pas au signal, ce qui permet à l’outil
Un proton – dont la
charge est positive – peut
être assimilé à un aimant
élémentaire
Pore de faibles
dimensions
Cours temps de
amplitude relaxation

Temps en msec
Pore de grandes
dimensions

Long temps de
amplitude relaxation

Temps en msec
Mesure de la viscosité NMR

hacinerachid2@gmail.com 480
hacinerachid2@gmail.com 484
Les observations suggèrent :

Par conséquent :

hacinerachid2@gmail.com 485
Saturation en fluides

Vo Vg Vw
So = Sg = Sw =
Vp Vp Vp

• So = saturation en huile
• Sg = saturation en gaz
• Sw = saturation en eau
• Vo = volume d’huile dans la roche
• Vg = volume de gaz
• Vw = volume d’eau dans la roche
• Vp = volume de pores dans la roche
hacinerachid2@gmail.com 486
MOUILLABILITÉ
C’est une caractéristique non propre à la surface du
solide, mais à une combinaison un peu plus « subtile ».

- Le résultat est sous la forme de la goutte de liquide


déposée sur le substrat (la roche).

- Plus la goutte va s'étaler plus on décrète que la surface


est mouillable .

hacinerachid2@gmail.com 487
MOUILLABILITE
ANGLES

hacinerachid2@gmail.com 488
hacinerachid2@gmail.com 489
hacinerachid2@gmail.com 490
TRAVAIL SUR CAROTTES
PARAMETRES PETROPHYSIQUES
• POROSITES
• SATURATIONS
• PERMEABILITES
BIBLIOGRAPHIE
1- KHELIFA Cherif – Ouargla 2011 - Les réservoirs fracturés et impact des fractures sur la production.
Étude comparative de différents cas

2- D. Roubinet – Echanges fractures matrice

3 - David Picard* ,** — Dominique Leguillon**— Claude Putot* - 2001Développement des fractures
géologiques sous l'effet de la contrainte lithostatique

4- Elodie LARIVE – 2002 – Etude expérimentale des roches à très faible perméabilité

5 – B, Feuga et P, Vaubourg – 1980 – Principales méthodes de reconnaissance des milieux fissurés

6 - Loic Bazalgette. Relations plissement/fracturation multi échelle dans les multicouches


sédimentaires
EXEMPLES
CALCUL DU TOTAL ORGANIC CARBONE ( TOC)
La teneur en matière organique peut être évaluée selon les expressions
suivantes :

𝑅
𝛥𝑙𝑜𝑔𝑅 = log + 0.02 ∗ (𝛥𝑡 − 𝛥𝑡𝑏𝑎𝑠𝑒𝑙𝑖𝑛𝑒 )
𝑅𝑏𝑎𝑠𝑒𝑙𝑖𝑛𝑒

TOC=(ΔlogR)*10^((2.297-0.1688*LOM))

LOM – level of organic maturity

NB, Les valeurs Baseline sont prises là où les courbes DT et Rt sont très proches ou se superposent
Y=f(x): TOC = -5.0493 + 6.2945 * Log(M2R9) R2= 0.9777
M2R9 / TOC GR
150.

135.

120.

105.
2
90.
1,6
75.
1,2
TOC

60.
150
0,8 135
120 45.
0,4 105
90
75GR 30.
0 60
45
15.
30
M2R9
15
100 0.

132 points plotted out of 132


Well Depths
LE 7 3290.M - 3300.M

Vous aimerez peut-être aussi