Vous êtes sur la page 1sur 21

De l’élaboration du budget communal à son exécution

INTRODUCTION......................................................................................................................3
CHAPITRE I : LE BUDGET......................................................................................................4
1. DEFINITION .....................................................................ERREUR ! SIGNET NON DÉFINI.
2. STRUCTURE DU BUDGET..........................................................................................4
1) Le service ordinaire ................................................................................................4
a. Les dépenses obligatoires ................................................................................5
b. Les dépenses facultatives ................................................................................5
2) Le service extraordinaire ........................................................................................5
3) Schéma budgétaire.................................................................................................6
3. ELABORATION DU BUDGET ......................................................................................7
1) Etablissement ...............................................................Erreur ! Signet non défini.
2) Vote et approbation ................................................................................................7
3) Les douzièmes provisoires .....................................................................................7
4) Publicité ..................................................................................................................8
4. COMPOSITION DU BUDGET ......................................................................................8
1) Le tableau de synthèse...........................................................................................8
2) Le corps du budget .................................................................................................9
3) Les annexes au budget ..........................................................................................9
4) Le rapport annuel....................................................................................................9
5. PRINCIPES BUDGETAIRES........................................................................................9
1) Annalité...................................................................................................................9
2) Universalité ...........................................................................................................10
3) Unité .....................................................................................................................10
4) Spécialité ..............................................................................................................10
CHAPITRE II : L’EXECUTION DU BUDGET .........................................................................12
1. LES DEPENSES ........................................................................................................12
1) L’engagement de la dépense ...............................................................................12
a. Engagement provisoire...................................................................................12
b. Engagement définitif .......................................................................................12
2) L’enregistrement d’une facture entrante ...............................................................13
3) L’imputation aux comptes généraux et budgétaires .............................................13
4) L’ordonnancement et le mandatement .................................................................13
5) Le paiement ..........................................................................................................14
6) Les prélèvements automatiques...........................................................................14
a. Prélèvements d’office .....................................................................................14
b. Prélèvements automatiques ...........................................................................14
2. LES RECETTES.........................................................................................................14
1) Le droit à recette...................................................................................................14
2) Le droit constaté et l’état de recouvrement...........................................................15
3) Recouvrement d’un droit.......................................................................................15
4) Non-valeurs et irrécouvrables...............................................................................15
3. L’ARTICLE BUDGETAIRE .........................................................................................16
1) Le code fonctionnel...............................................................................................16
2) Le code économique ............................................................................................17
a. Les opérations courantes (service ordinaire) :................................................17
b. Les opérations de capital (service extraordinaire) : ........................................17
3) Le numéro d’ordre ................................................................................................17
4) L’exercice d’origine ...............................................................................................18
a. L’exercice propre ............................................................................................18
b. Les exercices antérieurs .................................................................................18

1
4. LIENS AVEC LA COMPTABILITE GENERALE..........................................................18
BIBLIOGRAPHIE....................................................................................................................19
BIBLIOGRAPHIE COMMENTÉE ...........................................................................................20

2
INTRODUCTION

Beaucoup d'entre-nous connaissent le fonctionnement de la comptabilité dans les


entreprises mais peu se sont déjà posés la question sur son fonctionnement à l'intérieur
d'une commune.
Il est cependant intéressant de se pencher dessus car il est sensiblement différent.

De plus, nous sommes concernés au plus haut point par la gestion de notre commune car
une bonne ou une mauvaise gestion se répercutera directement sur notre qualité de vie dans
celle-ci (qualité des infrastructures, taxes communales, activités organisées, …).

La comptabilité communale est régie par l'arrêté royal du 2 août 1990 (M.B. du 03/10/1990)
portant le nouveau règlement général de la comptabilité communale obligeant les
communes à la tenue d’une comptabilité double : une budgétaire et une générale.

Avant, cette comptabilité était quasi uniquement budgétaire, sans tenir compte réellement
des incidences en comptabilité générale.
Ce changement a visé à avoir un impact sur la gestion des communes, afin d’y exercer un
meilleur contrôle.

L'objet de ce travail est de montrer en quoi consiste le budget communal, de son élaboration
et son acceptation par le conseil communal et par la tutelle, à son exécution.

Il y sera ainsi fait mention de la différence entre le budget ordinaire (dépenses et recettes de
fonctionnement) et le budget extraordinaire (achats durables, gros travaux et réalisations,
financés par des emprunts et des subsides).
De même, il y sera décrit la procédure administrative qui entoure ce budget ainsi que les
obligations des mandataires communaux et du receveur quant au respect de son
application.

J’expliquerai ensuite la manière dont est exécuté le budget (recettes et dépenses) et les
spécificités liées à cette exécution, à savoir de l'engagement d'une dépense à l’encodage
de la facture (imputation), de l’exécution du paiement (mandat), de la réception d’une
recette à l’encodage de celle-ci (droit constaté).

3
CHAPITRE I : LE BUDGET

1. DÉFINITION
"Le budget comprend l'estimation précise de toutes les recettes et de toutes les dépenses
susceptibles d'être effectuées dans le courant de l'exercice financier, à l'exception des
mouvements de fonds opérés pour le compte de tiers ou n'affectant que la trésorerie.
Le budget ne mentionne toutefois que le résultat des budgets particuliers des établissements
et services communaux à caractère industriel ou commercial organisés en régies
conformément à l'article 261 §1er de la NLC1 (...)". (RGCC2, Art 5, 1°)

2. STRUCTURE DU BUDGET
"Il est établi au sein du budget une distinction entre le service ordinaire et le service
extraordinaire et, au sein de chacun d'entre eux, entre l'exercice financier proprement dit et
les exercices antérieurs". (RGCC, Art 5, 3°)

1) Le service ordinaire
"Ensemble des recettes et des dépenses qui se produisent au moins une fois au cours de
chaque exercice financier et qui assurent à la commune des revenus et un fonctionnement
régulier, en ce compris le remboursement de la dette". (RGCC, Art 1, 1°,)

Les recettes ordinaires fournissent à la commune des revenus nécessaires au


fonctionnement normal et quotidien de l'administration communale.
Elles comprennent notamment :
- Les recettes fiscales.
- Les produits des redevances et droits établis par la commune à son profit.
- Les produits courants du patrimoine (location, fermage, vente d'arbres, ...).
- Les intérêts de capitaux placés.
- Les interventions de l'Etat, des Régions, des Provinces (subventions).
- Les remboursements par les régies des intérêts contractés pour leur compte.
- Les bénéfices nets d'exploitation de régies.
- …

1
La Nouvelle Loi Communale [NLC], codifiée par A.R. du 24 juin 1988 (M.B.du 03/09/1988), ratifié par
la loi du 26 mai 1989 (M.B.du 30/05/1989 p. 12465, err., M.B.du 30/08/1989, p. 11792).
2
Règlement Général de la Comptabilité Communale [RGCC], A.R. du 2 août 1990 (M.B. du
03/10/1990).

4
Les dépenses ordinaires sont nécessaires au même fonctionnement de la commune et
comprennent :
- Les dépenses annuelles imposées par les lois et les règlements généraux
(traitements, aides.).
- Les frais de fonctionnement des divers services communaux (frais de tél., de
correspondance...).
- Les subsides de fonctionnement accordés par la commune (primes syndicales).
- Le mali éventuel des régies gérées séparément.
- Le remboursement et les intérêts d'emprunts et autres charges de la dette.
- …

Parmi les dépenses ordinaires, on distingue deux sortes de dépenses, les dépenses
obligatoires et les dépenses facultatives.

a. Les dépenses obligatoires


"Dépenses dont l'exécution résulte d'obligations ou d'engagements de toute nature de la
commune et qui doivent faire l'objet d'une inscription d'un crédit au budget”. (RGCC, Art 1,
4°).
Ce sont celles qui sont mises à charge de la commune par les lois, par des décisions
judiciaires ou encore qui résultent de contrats (subventions CPAS, traitements, assurances,
aides...).

b. Les dépenses facultatives


Par opposition aux dépenses obligatoires, ce sont celles que la commune est libre de
s'imposer ou de supprimer par simple inscription ou radiation budgétaire (frais de réception
et de représentation, subsides accordés aux organismes sociaux, culturels et sportifs,...).
Elles ne sont pas le fait d'un texte légal ou réglementaire.

2) Le service extraordinaire
"Ensemble des recettes et des dépenses qui affectent directement et durablement
l'importance, la valeur ou la conservation du patrimoine de la commune, à l'exclusion de son
entretien courant ; il comprend également les subsides et les prêts consentis à ces mêmes
fins, les participations et les placements de fonds à plus d'un an, ainsi que les
remboursements anticipés de la dette”. (RGCC, Art 1er, 2°)

5
Les recettes extraordinaires sont destinées principalement au financement des
investissements communaux et comprennent entre-autre :
- Le résultat budgétaire positif du service extraordinaire des exercices antérieurs.
- Le produit d'aliénation de biens et titres de portefeuilles.
- Les interventions des pouvoirs publics dans des dépenses de nature extraordinaire
(subsides d'investissement).
- Les remboursements des capitaux prêtés.
- Le produit des emprunts.
- …

Tandis que les dépenses extraordinaires sont celles qui accroissent, améliorent ou
conservent de manière durable le patrimoine communal.
Elles sont composées par :
- Le résultat budgétaire négatif du service extraordinaire des exercices antérieurs.
- Le coût des travaux de construction ou de grosses réparations du patrimoine
immobilier.
- Les dépenses importantes d'acquisition de mobilier, de matériel et d'immeubles.
- Les placements à plus d'un an des fonds communaux disponibles.
- Les avances faites aux régies gérées séparément.
- Les remboursements anticipés d'emprunts.
- …

3) Schéma budgétaire

BUDGET

Service Service
Ordinaire Extraordinaire

Recettes Dépenses Recettes Dépenses

Recettes Recettes Dépenses Dépenses Recettes Recettes Dépenses Dépenses


exercices exercices exercices exercices exercices exercices exercices exercices
antérieurs de l'année antérieurs de l'année antérieurs de l'année antérieurs de l'année

"Les recettes et les dépenses, ainsi que leur résultat, sont irrévocablement imputés à un
exercice et à un service". (RGCC, Art 6).

6
3. ÉLABORATION DU BUDGET

1) Établissement
"Le collège des bourgmestre et échevins établit le projet du budget après avoir recueilli l'avis
d'une commission où siègent au moins un membre du collège désigné à cette fin, le
secrétaire et le receveur communal.
L'avis de la commission visé à l'alinéa 1er porte exclusivement sur la légalité et les
implications financières prévisibles". (RGCC, Art 12)

Dans la pratique, c'est le secrétaire ou le receveur qui établit le budget.


Il arrive aussi que dans certaines communes, chaque service établisse sa propre proposition
de budget, à charge du service financier de rassembler les informations pour établir le
budget. Il sera ensuite soumis à la commission visée à l'article 12 du RGCC, vu plus haut.

Le budget doit être établi dans le respect d'une circulaire établie chaque année par la Région
wallonne et qui est publiée au Moniteur Belge.

2) Vote et approbation
"Le conseil communal se réunit chaque année le premier lundi du mois d'octobre pour
délibérer sur le budget des dépenses et des recettes de la commune pour l'exercice suivant".
(NLC, Art 241, 1°)

La décision prise lors de ce conseil, il est soumis à l'approbation de l'autorité de tutelle.

L'autorité de tutelle est :


- "la députation permanente du conseil provincial, pour les communes de la région
de langue allemande et les communes énumérées à l'article 7 des lois sur l'emploi
des langues en matière administrative, coordonnées le 18 juillet 1966". (NLC, art
244)
- "le gouverneur de province, pour les communes de Comines-Warneton et de
Fourons". (NLC, Art 244)
- La députation permanente du conseil provincial, pour toutes les autres communes
de la Région wallonne.

3) Les douzièmes provisoires


"Avant l'arrêt définitif du budget, il peut être pourvu par des crédits provisoires aux dépenses
pour lesquelles un crédit exécutoire était inscrit au budget de l'exercice précédent.

7
Toutefois, lorsque le budget n'est pas encore voté, les crédits provisoires sont arrêtés par le
conseil communal et lorsque la loi, le décret ou l'ordonnance l'exige, approuvés par l'autorité
de tutelle". (RGCC, Art 14)

Le crédit provisoire est une autorisation de dépense qui remplace celle du budget lorsque
celui-ci n'est pas encore arrêté définitivement, il est utilisé pour assurer le bon
fonctionnement des services communaux et la continuité du service public.

Plusieurs cas peuvent se présenter :


1. Le budget a été voté par le conseil avant le 31/12 mais n'a pas encore été approuvé par
l'autorité de tutelle => le conseil peut disposer de crédits provisoires sur lesquels il
engagera les dépenses strictement obligatoires. Les crédits provisoires sont limités par
mois au 1/12 du crédit budgétaire de l’exercice en cours si celui-ci est inférieur au crédit
du budget précédent. Le budget doit avoir été transmis à l’autorité de tutelle.
2. Le budget n’a pas encore été voté par le conseil => les crédits provisoires sont arrêtés par
le conseil et approuvés par l'autorité de tutelle. Les crédits provisoires sont limités par
mois au 1/12 du crédit budgétaire précédent.

La limitation par 1/12 n’est pas applicable aux rémunérations du personnel, aux payements
des primes d’assurances et des taxes.
Outre ces trois catégories de dépenses, ne peuvent être exposées dans le régime des
douzièmes provisoires que les dépenses obligatoires.

4) Publicité
"Les budgets et les comptes sont déposés à la maison communale, où quiconque peut
toujours en prendre connaissance sans déplacement.
Cette possibilité de consultation est rappelée par voie d'affiches apposées à la diligence du
collège des bourgmestre et échevins dans le mois qui suit l'adoption des budgets et des
comptes par le conseil communal. La durée de l'affichage ne peut être inférieure à dix jours –
(Loi du 27 mai 1989, art. 7)". (NLC, art 242)

4. COMPOSITION DU BUDGET
1) Le tableau de synthèse
C’est un document essentiellement technique qui ne peut contenir que des constats de
prévisions de recettes en plus ou en moins et des dépenses en moins (en plus uniquement
pour des prélèvements d’office) générées par des faits ou des situations qui sont intervenues

8
en fin d’exercice précédent. Il ne peut servir à apporter de nouvelles modifications aux
crédits budgétaires.

2) Le corps du budget
Le budget doit obligatoirement comprendre l’ensemble des prévisions de recettes et de
dépenses. Il faut joindre à ce budget les annexes.

3) Les annexes au budget


- Les budgets des régies communales (avec le dernier compte d’exercice approuvé
par la tutelle), le cas échéant.
- Le tableau figurant (normalement) en tête du budget et portant des renseignements
généraux sur la commune.
- L’évolution des réserves et provisions.
- La liste nominative des locataires et fermiers.
- Le programme d’investissements et voies et moyens de financement.
- Le tableau des emprunts communaux, présenté par emprunt, avec récapitulation.
- Le tableau d’évolution de la dette communale (couvrant 6 exercices, 2 avant et 3
après l’exercice courant) qui ne peut se limiter au tableau remis par la ou les
banques mais doit intégrer les prévisions d’emprunts futurs et leur remboursement.
- Le tableau du personnel communal (rémunérations…).
- Le tableau d’évolution des charges de dette échues depuis cinq ans.
- La liste des garanties de bonne fin accordées par la commune à des tiers (toute
personne physique ou morale…).
- Le tableau des intérêts créditeurs perçus par la commune.

4) Le rapport annuel
"Le rapport qui a trait au budget définit la politique générale et financière de la commune et
synthétise la situation de l’administration et des affaires de la commune ainsi que tous les
éléments utiles d’informations". (NLC, Art.96)

5. PRINCIPES BUDGÉTAIRES
1) Annalité
"L'exercice financier des communes correspond à l'année civile.
Sont considérés comme appartenant à un exercice, les droits acquis à la commune et les
engagements pris à l'égard de ses créanciers pendant cet exercice, quel que soit l'exercice
au cours duquel ils sont soldés". (RGCC, Art 238)

9
En d'autres termes, le budget ne peut reprendre que des recettes et des dépenses à
contracter au cours de l’année qui donne son nom à l’exercice.
Une recette se rattache à un exercice dès le moment où le droit est constaté.
Une dépense se rattache à un exercice dès le moment où la dépense est engagée.

2) Universalité
"Le conseil communal est tenu de porter annuellement au budget des dépenses toutes celles
que les lois mettent à la charge de la commune (…)". (RGCC, Art 255, 1°)

"Le conseil communal est tenu de porter annuellement au budget, en les spécifiant, toutes
les dépenses de la commune, ainsi que celles que la loi lui attribue et les excédents des
exercices antérieurs". (RGCC, Art 259)

Le budget comprend toutes les recettes et toutes les dépenses.


Toute compensation est interdite.

3) Unité
a. Il n'y a qu'un seul budget
N’importe quelle recette peut en principe servir à payer n’importe quelle dépense.
Exception au service extraordinaire : le principe de la spécialisation des ressources est la
règle; les subsides sont généralement des recettes affectées.

b. Il n'y a qu'une seule comptabilité


On y retrouve l’ensemble des recettes et des dépenses.

c. Il n'y a qu'une seule encaisse


Celle-ci donne la situation financière de la commune.

4) Spécialité
"Les crédits de dépenses ne peuvent être utilisés à d'autres fins que celles que leur assigne
le budget.
Ils sont limitatifs, à l'exception de ceux relatifs à des dépenses prélevées d'office.
La limitation visée à l'alinéa 2 s’applique, pour les dépenses obligatoires du service ordinaire,
au total des crédits portants les mêmes codes fonctionnel et économique, chacun limité aux
trois premiers chiffres". (RGCC, Art 10)

10
Les recettes et dépenses doivent être individualisées tant dans leur montant que dans leur
libellé.
Les articles sont également classés soit au service ordinaire, soit au service extraordinaire.
Le boni du service extraordinaire ne peut pas servir à financer le déficit du service ordinaire.
La commune est tenue de suivre le plan comptable établi par le ministre de l’Intérieur.
Il est interdit les dépassements de crédit ainsi que les transferts d’un article à l’autre.

5) Équilibre budgétaire
Les recettes budgétaires doivent couvrir les dépenses. Un boni important au compte devrait
amener les autorités communales à revoir la fiscalité à la baisse. Inversement, une meilleure
adaptation des recettes et des dépenses doit avoir lieu en cas de mali.

6. MODIFICATION BUDGÉTAIRE
On appelle modification budgétaire :
"Toute décision adoptée par le conseil communal (ou de l'aide sociale) après l'arrêt du
budget et ayant pour effet de créer, supprimer ou modifier un ou plusieurs crédits
budgétaires". (RGCC, Art 1, 3°)

"Les modifications budgétaires sont soumises aux mêmes procédures que celles applicables
au budget. Elles sont dûment justifiées pour chaque crédit budgétaire". (RGCC, Art 15)

On y retrouve les crédits non prévus au budget initial, les crédits qui doivent être modifiés,
les crédits nécessaires à la couverture de dépenses impérieuses et urgentes, ainsi que les
crédits des prélèvements d'office.
Un prélèvement d'office est un prélèvement sur l'encaisse de la commune sans l'intervention
du receveur; il ne peut se faire que si la loi ou le règlement le prévoit. Dans ce cas le
receveur n'est pas tenu par la limitation du crédit (charges d'emprunts, frais bancaires,
prélèvement du précompte mobilier sur les intérêts de placements...).

7. DÉPENSES URGENTES ET IMPRÉVUES


"Le conseil communal peut toutefois pourvoir à des dépenses réclamées par des
circonstances impérieuses et imprévues, en prenant à ce sujet une décision motivée.
Dans le cas où le moindre retard occasionnerait un préjudice évident, le collège des
bourgmestre et échevins peut, sous sa responsabilité, pourvoir à la dépense, à charge d’en
donner sans délai connaissance au conseil communal qui délibère s’il admet ou non la
dépense.

11
Les membres du collège des bourgmestre et échevins qui auraient mandaté des dépenses
payées en exécution des alinéas ci-dessus mais rejetées des comptes définitifs, sont
personnellement tenus d’en verser le montant à la caisse communale". (RGCC, Art 249)

Il est évident que les décisions prises doivent figurer dans la ou les modifications
budgétaires.

CHAPITRE II : L’EXÉCUTION DU BUDGET

1. LES DÉPENSES
Pour qu’une dépense puisse être payée, certaines formalités doivent être respectées.

1) L’engagement de la dépense
Les engagements n’ont aucune influence sur la comptabilité générale.

a. Engagement définitif
"Le collège des bourgmestres et échevins est seul habilité à procéder à des engagements.
L’engagement procède d'une obligation résultant de la loi, d'une convention ou d'une
décision unilatérale de l'autorité de la commune.
L'engagement réserve tout ou partie d'un crédit budgétaire à une fin exclusive de toute autre
destination.
L'engagement mentionne:
1° le nom du créancier ou de l'ayant droit;
2° le montant présumé;
3° l’exercice et l'article budgétaire". (RGCC, Art 57)

Cet engagement constate un lien contractuel entre la commune et un tiers.

b. Engagement provisoire
"L’engagement d’une dépense peut être effectué à titre provisoire si le collège des
bourgmestre et échevins décide d’affecter tout ou partie d’un crédit budgétaire à l’exécution
d’une obligation prévisible de la commune.
Cet engagement est acté dans les articles budgétaires ; il est remplacé en tout ou en partie
par un engagement définitif et, en tout cas, annulé à la clôture de l’exercice". (RGCC, Art 59)

Cet engagement ne constate aucun lien contractuel entre la commune et un tiers.

12
Dans la pratique, les dépenses sont engagées lors de la réalisation d’un bon de commande
visé par le collège des bourgmestres et échevins.

2) L’enregistrement d’une facture entrante


Lors de la réception d’une facture, celle-ci est vérifiée, contrôlée et visée par le responsable
du service qui a pris l’engagement.
Elle est ensuite transmise au receveur, avec tous les documents justificatifs, pour être
imputée sur l’article budgétaire concerné.

3) L’imputation aux comptes généraux et budgétaires


L’imputation comptable est l’enregistrement par le receveur aux comptes budgétaires et
généraux des factures et autres pièces de dépenses qui lui sont transmises avec tous les
documents justificatifs de la régularité de la dépense qu'elles entraînent.

"L'imputation aux comptes généraux consiste à enregistrer la charge et les mouvements du


bilan liés à la dépense et à contre-passer l'enregistrement passé par le gestionnaire
imputateur.
L'imputation aux comptes budgétaires consiste à porter la somme réellement due en suite de
l'engagement et, s'il échet, à corriger l'engagement". (RGCC, Art 64, § 3 et 4)

Le gestionnaire imputateur est celui qui procède immédiatement à l'enregistrement


temporaire des factures ou documents en tenant lieu des comptes généraux y afférents.

4) L’ordonnancement et le mandatement
L’ordonnancement est une opération qui consiste pour le collège des bourgmestre et
échevins à ordonner la liquidation d’une somme à une personne nommément désignée.
Le mandatement est l’établissement des mandats de paiement à transmettre au receveur en
exécution de l’ordonnancement (reconnaissance de l’exactitude de la dette par le collège).
Le mandat est l’ordre donné au receveur de procéder au paiement et peut être collectif ou
individuel. Il doit comporter certaines mentions obligatoires, telles que la date d’émission,
l’exercice en cours, l’article du budget, l’exercice d’origine, la nature de la dépense, le
numéro d’engagement, les ayant droits et la somme à payer (cfr RGCC, Art 65, §1er).
Il doit être revêtu de la signature du bourgmestre, d'un échevin ainsi que du contreseing du
secrétaire.
Certaines dépenses peuvent être liquidées sans mandats, telles que :

13
- Les prélèvements que les organismes financiers effectuent sur les comptes courants de
la commune en l’application de l’article 139, dernier alinéa de la NLC, ou d’autres
dispositions légales ou réglementaires (ex : redevance due pour service d’incendie, …).
- Les dépenses minimes acquittées par les fonctionnaires détenteurs d’une provision à cet
effet.
- Les sommes versées à la commune en faveur de tiers qui transitent par le budget pour
ordre (ex : passeports, bus de la mobilité, …).

5) Le paiement
"Le receveur communal est chargé, seul et sous sa responsabilité, d'effectuer les recettes
communales, d'acquitter sur mandats réguliers les dépenses ordonnancées (…)". (NLC, Art
136, al 1)

En possession d’un mandat régulier, le receveur doit procéder au paiement de ce dernier.


"Le receveur communal renvoie au collège des bourgmestre et échevins tout mandat non
régulier, en faisant connaître les motifs pour lesquels il refuse le paiement". (RGCC, Art 68)

Le receveur doit donc vérifier la régularité et la légalité des mandats.

6) Les prélèvements automatiques

a. Prélèvements d’office
Ce sont les prélèvements imposés par la loi sans autorisation de la commune, tels que les
remboursements d’emprunts et intérêts.
Ils ne sont pas de la responsabilité du receveur.

b. Prélèvements automatiques
Ce sont les prélèvements effectués pour faciliter les transactions, telles que le paiement de
l’ONSS.
Ils sont de la responsabilité du receveur.

2. LES RECETTES
Chaque recette veut que certaines formalités doivent être respectées.

1) Le droit à recette
Le droit à recette est "toute somme due à la commune de manière certaine, par un tiers
précisément désigné, au cours d’un exercice déterminé". (RGCC, Art 1, 12°)

14
Il résulte de règlements établissant les impositions, de prestations donnant lieu à
redevances, de contrats, de promesses fermes de subsides, …
Chaque droit à recette doit faire l’objet d’une pièce justificative ou, à défaut, d’un document
intitulé « État de recouvrement » établi par le collège des bourgmestre et échevins.

2) Le droit constaté et l’état de recouvrement


"Seul le collège des bourgmestre et échevins constate les droits à recette". (RGCC, Art 45,
§1er).
Le droit constaté est un droit à recette ayant fait l’objet d’un enregistrement comptable.
"Lorsque le droit n'est pas établi par la loi ou par un document faisant foi, le collège des
bourgmestre et échevins établit un état de recouvrement et le transmet au receveur avec
toutes les pièces justificatives du droit et de sa constatation". (RGCC, Art 45, §2)
L'état de recouvrement mentionne le nom et l'adresse du redevable, la nature et le montant
de la créance, ainsi que l'exercice et l'article budgétaires.

Certaines recettes peuvent être perçues par le receveur sans droit ni justificatif préalable.
"Lorsque la recette est perçue sans droit ni justificatif préalable, le receveur communal
soumet au collège des bourgmestre et échevins un état de recouvrement en double
exemplaire, dont le collège lui restitue un exemplaire signé pour accord". (RGCC, Art 46, §3)

3) Recouvrement d’un droit


Il est de la compétence exclusive du receveur communal.
"Le receveur communal comptabilise les droits à recette recouvrés (…)". (RGCC, Art 54, §1)
Les recouvrements sont effectués dans le grand livre des opérations budgétaires.

4) Non-valeurs et irrécouvrables
"§1er. Le receveur communal porte en non-valeur les dégrèvements et remises dûment
autorisés par le collège des bourgmestre et échevins qui lui notifie les autorisations.
§2. Le receveur porte en irrécouvrables :
1° les sommes dues par les redevables dont l'insolvabilité est établie par toute pièce
probante;
2° les droits constatés tombant en annulation du chef d'erreurs matérielles.
Les impositions frappant des contribuables insolvables ne peuvent être portées en
irrécouvrables qu'à la date de prescription du rôle". (RGCC, Art 55)

15
3. L’ARTICLE BUDGÉTAIRE
Le plan comptable budgétaire est constitué de l’ensemble des articles budgétaires qui
reposent sur une double classification : le code fonctionnel (3 à 5 chiffres : FFFff) et le code
économique (3 chiffres : EEE).
L’article budgétaire comporte également un numéro d’ordre (2 chiffres : NN) à la suite du
code économique et l’exercice d’origine (2 ou 4 chiffres : (AA)AA).

Il s’exprime ainsi sous la forme suivante : FFFff / EEENN . (AA)AA

1) Le code fonctionnel
Ce code range les dépenses en fonction du domaine dans lequel s’exerce l’intervention de la
commune et les recettes se rapportant à une fonction bien déterminée.

Il est composé obligatoirement de trois chiffres mais peut en comporter cinq.


Il existe trois types de codes fonctionnels :
- Les codes fonctionnels minimaux : obligatoire, déterminés par le Ministère de l’Intérieur.
- Les codes imposés : déterminés par le Ministère de l’Intérieur auxquels la commune peut
se déroger moyennant l’accord des autorités de tutelle.
- Les codes facultatifs : créés par la commune pour couvrir des dépenses particulières,
soumis à l’accord de l’autorité de tutelle.

Pour les communes, le premier des trois chiffres représente une des neuf fonctions
principales, à savoir :
0 Recettes et dépenses non imputables
1 Administration générale
3 Ordre public et sécurité collectif
4 Communications
5 Commerce, industries et classes moyennes
6 Agriculture, pêche et ravitaillement
7 Enseignement, culture, loisirs et cultes
8 Action sociale et santé publique
9 Logements sociaux et aménagement du territoire

Les deux autres chiffres correspondent à respectivement une fonction et une sous fonction.
Une liste de ces fonctions, sous fonctions est d’ailleurs reprise à l’Art 1 de l’Arrêté ministériel
portant exécution de l’Art 44 de l'arrêté royal du 2 avril 1990.

16
Les deux chiffres facultatifs servent à détailler encore plus les sous fonctions.

2) Le code économique
Ce code range les dépenses et les recettes en fonction des moyens utilisés par et pour la
commune.

Il est composé obligatoirement de trois chiffres dont le premier indique la nature principale, le
second la nature et le troisième la sous nature.

Il existe neuf natures principales réparties dans deux types d’opérations bien distinctes.

a. Les opérations courantes (service ordinaire) :


1 Recettes et dépenses courantes de biens et services
2 Intérêts, pertes et profits des entreprises
3 Transferts de revenus dus à un autre secteur que le secteur public
4 Transferts de revenus à l’intérieur du secteur public

b. Les opérations de capital (service extraordinaire) :


5 Transferts de capitaux de et vers des autres secteurs que le secteur public
6 Transferts de capitaux à l’intérieur du secteur public
7 Investissements
8 Octroi de crédits et participations
9 Dette publique et prélèvements

Le second chiffre, la nature, indique s’il s’agit d’une dépense (1 à 5) ou d’une recette (6 à 9).

Le troisième chiffre, la sous nature, indique les moyens utilisés.

3) Le numéro d’ordre
Les codes économiques et les codes fonctionnels ne sont pas toujours suffisants pour
distinguer une opération, le numéro d’ordre à donc pour but de distinguer les articles ayant
un même code fonctionnel et un même code économique.

Il est composé de deux chiffres, notés de 01 à 99.

17
4) L’exercice d’origine
Selon le principe d’annalité, il est important de distinguer l’exercice propre des exercices
antérieurs.

a. L’exercice propre
Comme son nom l’indique, il s’agit de l’exercice en cours et est référencé par deux (05) ou
quatre chiffres (2005).
Lors de la clôture du compte, les opérations effectuées sur les articles de l’exercice propre
entrent en ligne de compte dans le calcul du résultat budgétaire et du résultat comptable.

b. Les exercices antérieurs


L’on trouve au début du budget tous les articles budgétaires des années précédentes pour
lesquels des dépenses ont été engagées (mais non imputées) ou des recettes dont les
crédits ont dû être reportés ou créés.
Ces articles sont distingués par deux ou quatre chiffres correspondant à l’année de
référence de la dépense ou de la recette.

Lors de la clôture du compte, les opérations effectuées sur les articles des exercices
antérieurs n’ont une incidence que sur le résultat comptable.

4. LIENS AVEC LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE


Le choix du code économique génère une écriture en comptabilité générale, à un numéro du
plan général auquel il est lié. Ainsi, à un compte économique correspond un seul compte
général, tandis qu’à un compte général peuvent correspondre plusieurs codes économiques.

Toutes les opérations n’ont pas toujours un impact sur la comptabilité générale.
Ainsi, créer un droit constaté provisoire, engager ou encoder une facture ne mouvemente
aucun compte général.
Seuls les droits constatés définitifs et les imputations ont un impact sur un de ceux-ci.

De même, certaines écritures de régularisation, sans mouvements de trésorerie, ne


mouvementent que des comptes généraux.

Il s’agit des amortissements, des réductions de valeur sur immobilisations, des réductions de
valeur sur stock, des variations de stock, des provisions, des réductions de subsides
d’investissements, des redressements des remboursements et des récupérations
d’emprunts, et des travaux internes.

18
BIBLIOGRAPHIE

FOCQUET Jean-Pierre, MAGERUS Michel. N.C.C. et éléments d’analyse financière –


perfectionnement. Bruxelles : Ecole d’Administration du Brabant Wallon, 2004, 55 p.

KHROUZ Faska, POTVIN Georget. Le budget. In : La nouvelle comptabilité communale.


Tome 1. Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 1992, p.33-49.

KHROUZ Faska, POTVIN Georget. Le fonctionnement de la comptabilité budgétaire. In : La


nouvelle comptabilité communale. Tome 1. Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles,
1992, p.51-80.

KHROUZ Faska, POTVIN Georget. Le plan comptable budgétaire. In : La nouvelle


comptabilité communale. Tome 1. Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 1992,
p.81-94.

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE. Circulaire relative au budget pour 2005 des


communes de la Région wallonne à l'exception des communes de la Région germanophone
[en ligne]. Moniteur belge du 19 octobre 2004. Disponible sur :
<http://www.inforum.be/images/0196001-0198000/197458.pdf> (consulté le 04.05.2005).

PROAGEC. Programme d’amélioration de la gestion communale : Formation à la Nouvelle


Comptabilité Communale destinée aux fonctionnaires communaux de la Région Wallonne :
Formation de base. Tome 2. Liège : Hautes Etudes Commerciales, 1996, 45 pages.

UNION DES VILLES ET COMMUNES DE WALLONIE ASBL. La loi communale [en ligne].
Disponible sur :
<http://www.uvcw.be/matieres/institutions/loi_communale/index.cfm#sommaire> (consulté le
04.05.2005).

19
BIBLIOGRAPHIE COMMENTÉE

Les références ci-après sont le complément idéal au sujet développé par le présent travail,
elles permettront au lecteur d’approfondir ses connaissances en la matière.

BOLLEN S. Le bourgmestre [en ligne]. Les liens internet ci-dessus sont intéressants
Union des Villes et Communes de Wallonie à consulter, car ils expliquent clairement le
asbl, 2000. Disponible sur : rôle des différents acteurs qui interviennent
<http://www.uvcw.be/matieres/institutions/fic directement dans le fonctionnement d'une
hes/bourgmestre/index.cfm> (consulté le commune.
04.05.2005).

BOLLEN S. Le collège des bourgmestre et


échevins [en ligne]. Union des Villes et
Communes de Wallonie asbl, 2000.
Disponible sur :
<http://www.uvcw.be/matieres/institutions/fic
hes/college/index.htm> (consulté le
12.04.2005).

BOLLEN S. Le conseil communal [en ligne].


Union des Villes et Communes de Wallonie
asbl, 2000. Disponible sur :
<http://www.uvcw.be/matieres/institutions/fic
hes/conseil/index.cfm> (consulté le
10.04.2005).

BOLLEN S. La tutelle administrative [en


ligne]. Union des Villes et Communes de
Wallonie asbl, 2000. Disponible sur :
<http://www.uvcw.be/matieres/institutions/fic
hes/tutelle/index.cfm> (consulté le
04.05.2005).

DAMBERMONT Buno. Comptabilité Cet ouvrage décrit l'arrêté royal portant le


communale : Analyse par article du nouveau règlement général de la comptabilité
règlement général – Textes légaux. 3e Ed. communale, en détaillant et explicitant article
Brugge : La Charte Brugge, 1999, 441 p. par article. Il donne également les textes
légaux.
Il reprend cependant moins d'exemples que
celui de Messieurs KHROUZ et POTVIN et
donne une explication plus théorique à cet
arrêté royal.
KHROUZ Faska, POTVIN Georget. La Cet ouvrage explique par de nombreux
nouvelle comptabilité communale. Tome 1. exemple le fonctionnement complet de la
Bruxelles : Éditions de l’Université de comptabilité communale, de son organisation
Bruxelles, 1992, p. 95-660. (budgétaire et générale) aux opérations de
clôture et de fin d’exercice. Les auteurs
proposent de nombreux exercices permettant
une assimilation rapide de cette matière.
KHROUZ Faska, POTVIN Georget. Cet ouvrage, en complément du tome 1,
Troisième partie – Le bilan de départ. In : La décrit les opérations d’inventaire du bilan
nouvelle comptabilité communale. Tome 2. communal.
Bruxelles : Éditions de l’Université de
Bruxelles, 1992, p.661-740.

20
KHROUZ Faska, POTVIN Georget. La Cet ouvrage reprend les outils ayant servi à
nouvelle comptabilité communale. Tome 3. l’élaboration des deux précédents tomes, à
Bruxelles : Éditions de l’Université de savoir l’arrêté royal portant règlement général
Bruxelles, 1992, 134 p. de la comptabilité communale (RGCC) du 2
août 1990, ainsi que les différents arrêtés
ministériels ou royaux modifiant celui-ci. Il
est une mise à jour des outils d’analyse repris
dans le tome 2.
PROAGEC. Programme d’amélioration de la Cet ouvrage explique la philosophie de la
gestion communale : Formation à la nouvelle comptabilité communale ; il rappelle
Nouvelle Comptabilité Communale destinée et explique les grands principes et les
aux fonctionnaires communaux de la Région obligations légales liées à toute comptabilité.
Wallonne : Formation de base. Tome 1.
Liège : Hautes Etudes Commerciales, 1996,
85 p.
PROAGEC. Programme d’amélioration de la Cet ouvrage décrit ce qu’est la comptabilité
gestion communale : Formation à la budgétaire communale et effectue le lien
Nouvelle Comptabilité Communale destinée avec la comptabilité générale. Il passe
aux fonctionnaires communaux de la Région également tous les postes du bilan en revue
Wallonne : Formation de base. Tome 3. en expliquant brièvement toutes les
Liège : Hautes Etudes Commerciales, 1996, spécificités liées à ceux-ci.
104 p.

21