Vous êtes sur la page 1sur 28

Perdus à la fête foraine

Perdus à la fête foraine


L’arrivée à la fête foraine

Aujourd’hui, c’est un jour particulier pour


Mathieu. Ses parents pour la nouvelle année ont
décidé de lui faire un cadeau : ils l’emmènent à la
fête foraine de leur ville : Orléans.

3
« Mathieu, on a une surprise pour toi. Nous allons
à la fête foraine ! Prépare-toi, nous partons tout
de suite.
-Oh ! je vais à la fête foraine ! » crie Mathieu très
surpris de cette nouvelle.
Il est tellement excité qu’il court partout dans
toute la maison.
« Arrête de courir, nous allons partir », disent les
parents.
Mathieu se dépêche de mettre son manteau et ses
chaussures.
« C’est parti en voiture ! » disent ses parents.
Mathieu regarde par la fenêtre de la voiture s’il
voit la fête foraine.
« Papa, maman, est-ce qu’on est bientôt arrivé ?
Je suis tellement content, j’ai hâte de faire le train
fantôme, la grande roue et les montagnes russes
et aussi le labyrinthe.
-Ne sois pas trop impatient et n’oublie pas que tu
ne pourras pas faire certaines attractions,
répondit la maman.

4
-Oh, maman, je suis grand maintenant, je peux
faire toutes les attractions, dit Mathieu.
-Tu n’as que 7 ans mon fils, et je trouve que les
montagnes russes vont trop vite pour toi, répondit
la maman.
-On est arrivé, Mathieu », dit papa.
Mathieu se dépêche de descendre de la voiture et
court vite à l’entrée de la fête foraine.

« Attends-nous, appellent ses parents, c’est un


lieu dangereux et nous pouvons te perdre. »
Les parents arrivent auprès de Mathieu qui s’était
arrêté.

5
Avec ses jolis yeux verts, Mathieu est très
impressionné et émerveillé : il voit plein de
manèges : les boules géantes sur l’eau, le palais
du rire, le chamboule-tout, le tour en poney, les
auto-tamponneuses…
« Mathieu, est-ce que tu veux bien commencer
par le labyrinthe ? demande son papa.
-Oui, super ! J’adore cette attraction surtout que
nous pouvons la faire en famille ! dit Mathieu. »

Chacun choisit un chemin différent. Mathieu est


tout excité et il prend un passage, puis vite tombe
sur une glace. Il fait demi-tour et choisit un autre
chemin. Mais il retombe sur une glace. Il

6
commence à s’énerver parce qu’il ne trouve pas la
sortie. Il regarde à gauche et à droite, tout autour
de lui et ne trouve pas la sortie. Il ne voit pas ses
parents. Il commence à pleurer.
« Oh ! là ! là ! Je ne vois plus mes parents, je ne
peux plus sortir du labyrinthe. En plus nous
venons juste d’arriver à la fête foraine et je n’ai
pas fait beaucoup d’attractions.
Maman ! Maman ! »
Mais sa maman n’est plus là et ne l’entend pas.
Tout d’un coup, Mathieu voit dans le coin du
labyrinthe une peluche. Il s’approche de celle-ci,
c’est un renard et le prend dans ses bras. Mathieu
se sent moins triste, il le prend comme un doudou
et lui fait un câlin.
« Mathieu, pourquoi pleures-tu, demande le
renard.
-Qui parle, demande étonné Mathieu.
- Mais c’est moi, répond le renard.
-Tu parles vraiment ? demande Mathieu.
-Oui, je parle ta langue, répond le renard.

7
-Waou ! Je ne savais pas que les peluches
parlaient. Chez moi, mes peluches ne parlent pas,
dit Mathieu.
-Je suis une peluche un peu spéciale et magique,
répond le renard. Je vais t’aider à sortir du
labyrinthe.
-Est-ce que tu vas m’aider aussi à retrouver mes
parents ? demande Mathieu.
-Oui, mais d’abord tu dessines un mouton pour
moi, demande le renard.
-Je n’ai ni papier, ni crayon dit Mathieu.

8
-Mais tu as oublié que je suis magique ! et hop le
matériel apparaît dans les mains de Mathieu.
-Pourquoi te dessiner un mouton ?
- En échange de ton dessin, je te donnerai des
tickets pour faire des manèges.
-Oh oui, je te dessine le mouton tout de suite. »
Mathieu dessine le mouton et tend la feuille au
renard. D’un seul coup, Mathieu et le renard se
trouvent à l’extérieur du labyrinthe et le renard
tend les tickets de manège à Mathieu.

9
La grande Roue

Mathieu avance et regarde autour de lui s’il y a


ses parents. Il attrape des gens par la manche et
il leur demande :
« Est-ce que vous n’auriez pas vu mes parents ?
Mon papa porte un pull vert et il a les cheveux
noirs et maman est toute bouclée et blonde avec
une robe rose. »
Mais tout le monde lui répond « Non ». Mathieu
est désespéré. Alors le renard lui donne un coup
de queue dans les jambes et lui tend des tickets
de manège qu’il tenait dans sa gueule entre ses
dents. Mathieu ne comprend pas ce que le renard
veut qu’il fasse avec ses billets. Mais en regardant
la grande roue, il a une idée :
« Allons dans la grande roue pour voir d’en haut
si j’aperçois mes parents ! »
Mathieu donne les tickets au vendeur et ils
montent dans la nacelle, s’assoient sur le banc et
s’attachent. La grande roue démarre lentement et

10
commence à tourner en montant. Mathieu
cherche partout pour voir si ses parents sont là.

Leur nacelle atteint le sommet de la grande roue.


Tout d’un coup, un grincement métallique retentit,
la grande roue se bloque et s’arrête. Effrayé
Mathieu crie. Alors le renard prend la décision
d’appeler son ami l’aigle royal Omar.
Il glapit : « Omar ! A l’aide ! »

11
Dix secondes plus tard, un
aigle royal géant apparaît
dans le ciel. Il est
magnifique avec ses
plumes brunes et ses
pattes blanches et porte
une couronne dorée sur sa
tête. Son bec est crochu et noir.

Mathieu prend
vivement le renard
dans ses bras, l’aigle
l’attrape par les
épaules et s’envole
au-dessus de
la fête foraine. Omar redescend sur la terre ferme
et les dépose délicatement dans un wagon du
train fantôme qui démarre aussitôt.

12
Le train fantôme

Le wagon entre dans la maison hantée en


traversant un grand rideau noir qui cache l’entrée.
Le train tremble sur les rails et à l’intérieur de la
maison tout est sombre et noir. Mathieu et le
renard ne voient plus rien. Au bout de quelques
secondes, leurs yeux s’habituent à l’obscurité et
ils distinguent une forme qui flotte au-dessus
d’eux. C’est une chauve-souris !

13
Tout à coup, ils traversent quelque chose de
collant et doux comme de la barbe à papa. Mais
juste après Mathieu sent une araignée qui monte
sur sa joue. Il pousse un cri terrible et l’écrase en
se donnant une claque. Sa voix résonne dans les
tunnels. Ils passent à côté d’un cercueil d’où
surgit un squelette qui leur dit « Je vais vous
manger tout cru ! ».

Le wagon prend un virage très serré. Au même


moment, ils entendent des bruits de pas derrière
eux.

14
Soudain, une main vient caresser les cheveux de
Mathieu et lui gratte la tête. Le garçon hurle de
terreur, il se lève du banc mais les mouvements
du wagon lui font perdre l’équilibre. Il tombe par
terre et sa tête cogne contre le banc, du sang
coule sur son front et il s’évanouit. Le renard
renifle l’enfant et lui lèche sa blessure. Mathieu
ouvre les yeux et semble ne pas reconnaître son
ami le renard. Brusquement l’animal saute hors
du wagon et précipite sur une momie qui était
cachée dans un coin, attendant le prochain wagon
pour surgir et faire sursauter des enfants. Il
attrape alors dans sa gueule le bout du bandage
de la momie et tire dessus. Il se retourne et court
vers Mathieu tout en déroulant les bandes de la
momie. La créature se met alors à tourner sur
elle-même comme une toupie.
Le renard entoure la tête de Mathieu d’un
morceau du bandage qu’il coupe avec ses dents.

15
Mathieu retrouve ses esprits et se rassoit sur le
banc. Le wagonnet continue de rouler. Ils
commencent à percevoir les voix des visiteurs qui
attendent dehors leur tour. Ils traversent à
nouveau un rideau noir et sont éblouis par la
lumière du soleil.
OUF ! Ils sont soulagés d’être ressortis sain et
sauf de ce train. Mais Mathieu n’a toujours pas
retrouvé ses parents. Il va bientôt faire nuit et il
ne leur reste qu’une seule attraction qui peut les
aider, ce sont les montagnes russes.

16
Les montagnes russes

Mathieu et le renard sortent du train fantôme. Ils


partent vers les montagnes russes. Le renard
donne un ticket à Mathieu. Celui-ci monte dans le
wagon et le renard s’assoit à côté de lui. Mathieu
attache la ceinture au renard et la sienne. Le
wagon démarre lentement et monte tout
doucement la pente. Mathieu et le renard sont
inquiets parce que le wagon monte de plus en
plus haut.

17
Il arrive au sommet, s’arrête et d’un seul coup
redescend à toute vitesse. Mathieu se met à crier
et à faire une grimace.
« J’ai peur ! dit
Mathieu au
renard. J’ai
envie de
descendre.

-Ne t’inquiètes pas, je suis là. Tu ne vas pas


tomber, tu as la ceinture, répond le renard »
Les passagers ont crié comme Mathieu. D’un coup
le wagon remonte une petite pente. Mathieu dit
au renard :
« J’ai moins peur là,
la pente est
plus petite. »

A ce moment, le wagon remonte une plus haute


pente.

18
Mathieu se sent projeté dans le vide, vers
l’arrière. Il a l’impression de s’envoler. Il est
content et se sent comme un oiseau, voire un
super héros.
« C’est génial ! cria Mathieu »
D’un coup, le wagon
se redresse parce
qu’il est en ligne
droite. Il commence
à vibrer. Mathieu
n’est pas à l’aise et
pense qu’il y a un
problème. La roue
commence à se
décaler du rail.
Mathieu dit au renard :
« J’ai un peu peur, que va-t-il se passer ? La roue
n’est plus alignée au rail, nous allons tomber.
– Ne t’inquiètes pas, nous allons trouver une
idée. D’ailleurs, je viens de l’avoir. Je vais utiliser
tes bandages pour retenir la roue. »

19
Le renard commence à prendre délicatement le
bandage de Mathieu qu’il pose sur la roue et le
rail. Il tire de toutes ses forces et la roue se remet
petit à petit sur le rail. Heureusement, à ce
moment-là, le wagon commence la descente et
continue sa route.
Mathieu est arrivé à la fin du manège. Il détache
leurs ceintures. Mathieu et le renard descendent
un peu terrifié par ce qui leur est arrivé.
Le petit garçon est très déçu parce qu’il n’a pas
retrouvé ses parents. Le manège était si terrifiant
et rapide qu’il n’a pas pu regarder où étaient
situés ses parents dans la fête foraine.
« Je ne retournerai plus jamais dans cette
attraction. Elle est trop rapide et trop haute. Mes
parents avaient raison, ce n’est pas un manège
pour un enfant de 7 ans.
-Je suis d’accord avec toi et les parents ont
souvent raison. » répond le renard.

20
Le retour à la maison

Mathieu et le renard partent en direction du


carrousel.
« Ah ! je vais m’asseoir sur le cheval, je suis
fatigué de tous ces manèges.
-Moi aussi ! » dit le renard.
Ils donnent leur ticket et vont profiter des
chevaux.
Pendant tout ce temps, les parents cherchent
Mathieu dans tous les manèges de la fête foraine
mais ne le trouvent pas. Ils sont de plus en plus
inquiets. Désespérés, ils décident d’aller voir la
voyante, Mme Erya. Ils lui expliquent qu’ils ne
retrouvent plus leur enfant, perdu dans la fête
foraine. Mme Erya leur demande à quoi ressemble
leur enfant.
« C’est un garçon de 7 ans aux cheveux noirs et
aux yeux verts. Il porte un pantalon bleu et une
chemise rouge. »
La voyante cherche dans sa boule de cristal et
dit :

21
« Je vois un enfant qui ressemble au vôtre dans le
carrousel. » Les parents la paient et la
remercient. Ils courent à toute vitesse en
direction du carrousel. De loin, ils reconnaissent
Mathieu et l’appellent.
« Mathieu ! Mathieu ! Descends vite !
-Qui m’appelle ? se demande l’enfant
-Regarde au loin, il y a deux personnes qui
t’appellent. N’est-ce pas tes parents ? dit la
peluche.

-Oui, je crois bien que ce sont mes parents.


Excusez-moi, monsieur, pouvez-vous arrêter le
manège, je dois descendre, demande Mathieu.
-Mais, pourquoi ? répond le monsieur du manège.
-J’ai retrouvé mes parents. Je les avais perdus au
labyrinthe.

22
-Bien sûr, si c’est pour retrouver tes parents, »
accepte l’homme.
Mathieu et le renard descendent du manège et
courent voir les parents. Mathieu fait un gros câlin
à ses parents.
« Tu as dû être très inquiet et triste. Mais qui est
cette peluche ? Tu l’as gagnée à un jeu ?
-C’est mon ami le renard, il peut bouger et parler
et m’a aidé à vous chercher. Je suis tellement
heureux de vous retrouver, vous m’avez trop
manqué.
-Nous aussi, nous sommes contents de te
retrouver. Tu nous as manqué. Comment le
renard a-t-il fait pour t’aider ?

23
-Il est magique. Il est resté à côté de moi pour
me rassurer et m’aider. Quand nous avons fait
des manèges et que des situations dangereuses
arrivaient, il m’a aidé. Je suis vraiment désolé
maman, mais j’ai fait les manèges que tu m’avais
défendus. Je les ai faits pour vous retrouver. Je
comprends maintenant pourquoi tu me les avais
interdits.
-J’ai eu si peur, répond sa mère. Nous allons faire
le carrousel ensemble comme tu n’avais pas fini
ton tour. »
Les voilà tous les quatre sur les chevaux en bois.
Ils s’amusaient comme des petits fous et n’ont
pas vu le temps passé.
Aux 12 coups de minuit de l’horloge le renard dit :
« Abracadabra que les chevaux vivent et que le
carrousel devienne carrosse ! »
Les chevaux à ce moment se libèrent du manège
et le carrousel se transforme en carrosse. Le
renard devient un cocher et ils s’envolent tous
dans les airs.

24
Mathieu s’est endormi dans les bras de ses
parents. Ils arrivent devant chez eux.
« Merci renard d’avoir aidé Mathieu. Il risque
d’être triste de ne plus te voir.
-Moi aussi je suis triste, soyez prudents la
prochaine fois. Au revoir chers amis. » répond
l’animal.
Les parents sortent du carrosse avec Mathieu
dans leur bras. Ils s’approchent de la porte de
leur maison. Mathieu se réveille. Il se retourne et
voit le carrosse déjà parti loin dans le ciel.

25
« Je suis triste de quitter mon ami », dit-il.
-Je pense qu’il sera toujours avec toi. » répond
son papa.

26
Perdus à la fête foraine

École élémentaire Élèves


Nécotin Hind Agnass
Kerim Alpay
Classe CE1 Mayssen Azzabi
Daycha Banga
Enseignante Thérèse Beba Mubenga
Sandrine Hume Ayoub Bechrouri
Maëlys Bialy

Illustratrice Suleyman Cosgun

Rose Luxey Clarisse Da Fonseca Pires


Imène Hocine
Noah Machy
Ilyès Mazouz
Isabella Oliveira Rodrigues
Noah Ortava
Margot Simonnet
Mohamed Tachfint
Janna Tayebi