Vous êtes sur la page 1sur 10

TER

ECOLE NORMALE SUPERIEURE


-----------------------------------
UER – SCIENCE ET TECHNOLOGIE
-------------------------------------------
DEPARTEMENT DE SCIENCES PHYSIQUES

MASTER PROFESSIONNEL

Présenté par :

--- Sous la direction de :


NGOHANG Franck Estimé
-
Maître-assistant CAMES
Chimie Analytique, Chimie de
l’Environnement

Libreville, Décembre 2020


1 TER

Table des matières


1. Introduction...............................................................................................................................2
2. Causes et conséquences............................................................................................................2
3. Les équipements expérimentaux permettant de l’étudier.........................................................3
4. Les données concernant les 800 Km de côté Gabonaise............................................................5
5 .conclusion..................................................................................................................................6
6. Référence bibliographique.........................................................................................................7

1
2 TER

1. Introduction

Il s'agit tout d'abord d'un champ de recherche très récent (une dizaine d'années au plus)
qui se base sur plusieurs certitudes mais aussi plusieurs hypothèses et laisse actuellement, en
fait, beaucoup de questions sans véritables réponses. Nous avons là un domaine de recherche
multidisciplinaire par excellence qui lie chimie, paléontologie, biologie, écologie, bio géochimie,
modélisation, innovations technologiques et sciences sociales[1].

2. Causes et conséquences
Depuis le début de la révolution industrielle, les océans ont absorbé environ un tiers des
émissions de dioxyde de carbone (CO02) d’origine anthropique. Cet apport massif de CO 2
entraîne des changements radicaux dans l’équilibre chimique océanique, notamment dans la
concentration en carbonates. Ces changements sont collectivement désignés par l’expression «
acidification des océans », dans la mesure où une augmentation du CO 2 dissout dans l’eau de
mer abaisse son pH (et accroît donc son acidité). Les mécanismes chimiques à l’œuvre dans ce
phénomène d’acidification étant bien cernés, les projections sont relativement simples en ce
qui concerne les eaux de surface en pleine mer pour une trajectoire donnée de CO 2
atmosphérique. Celles qui reposent sur les scénarios du Groupe d’experts intergouvernemental
sur l’évolution du climat (GIEC) tablent sur une réduction moyenne du pH de la surface des
océans entre 0,14 et 0,35 unité d’ici la fin du XXI e siècle, soit un niveau de pH de surface de 7,8 1
en 2100 [2]. Par ailleurs, « les impacts sur l’acidification des océans continueront de s’aggraver
pendant des siècles, même si les émissions cessent » [3].

Bien que le CO2 atmosphérique soit la principale cause de l’acidification des océans
globalement, deux autres facteurs connus ou possibles ont été identifiés :

- l’acidification des eaux côtières provoquée par d’autres polluants : les rejets agricoles,
industriels et humains d’azote et de phosphate. Déterminer l’importance relative de
chacun de ces polluants – ainsi que leur importance par rapport au CO 2 atmosphérique
nécessite encore des recherches, mais il semblerait que les pollutions côtières puissent
avoir localement un impact significatif sur l’acidification de l’eau de mer, à des échelles
de quelques dizaines voire centaines de kilomètres ;
- la dissolution des hydrates de méthane : à l’heure actuelle, ils sont stockés sous forme
solide sous le plancher océanique, avec le risque que l’augmentation de la température
de l’eau ne mène à ce que des quantités importantes de méthane soient relâchées dans
les océans , – puis éventuellement dans l’atmosphère. Le volume de méthane ainsi
libéré pourrait être suffisamment important pour provoquer l’acidification des eaux
profondes avec, selon les estimations, des baisses régionalement circonscrites de pH
allant jusqu’à 0,25 unité. En raison de l’inertie thermique des océans et de la
pénétration retardée de la chaleur dans les sédiments, le processus de libération du
méthane serait irréversible et se prolongerait sur un laps de temps considérable, même
si le réchauffement climatique était finalement stoppé.

2
3 TER

Les conséquences de l’acidification des océans sur les sociétés dépendront des
interactions parmi et entre espèces et écosystèmes, qui réagissent tous à un rythme et
avec une intensité différentes, mais aussi de l’interaction entre acidification et autres
facteurs de stress des océans ainsi que des réponses de chacun des groupes humains
affectés. Il semble malgré tout évident que, par sa rapidité et son ampleur, le
phénomène de l’acidification menace de nombreux écosystèmes et espèces marins. Les
organismes qui se développent en fixant le carbonate de calcium, comme les récifs
coralliens, les crustacés et le zooplancton, font partie des premières victimes
potentielles. On comprend dès lors que l’acidification des océans aura des
répercussions sur différents secteurs d’activité (la pêche, l’aquaculture ou le tourisme
par exemple) et sociétés littorales, sachant qu’elle pourra également avoir des effets
indirects sur des pans nettement plus vastes de l’économie et de la population
mondiales. Il est donc important de recenser et d’étudier les options dont nous
disposons, en termes de gestion et de politiques publiques, malgré les incertitudes
entourant encore les impacts exacts de ce phénomène.

3. Les équipements expérimentaux permettant de l’étudier

Ainsi lLa communauté internationale dispose déjà du projet eFOCE ( ), dont l’objective
principale est de développer, valider et mettre en œuvre des systèmes expérimentaux
permettant d'étudier les effets de l’acidification in situ sur les communautés marines
benthiques (vivant sur ou à proximité du fond). En 2013 le projet été réalisé en collaboration
avec le Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI), lequel a récemment développé
quelques prototypes, et en partenariat avec des laboratoires européens impliqués dans les deux
projets cofinancés par la commission européenne (EPOCA et MedSea).Sur une période de 3 ans,
ils avaient visés à développer et à tester des systèmes qui seraient utilisés pour des
expérimentations de longue durée (> 6 mois) en Méditerranée. Les perspectives à

Plus long terme seraient de multiplier le nombre de ces systèmes et de les mettre à la
disposition de la communauté scientifique internationale dans le cadre d’un réseau mondiale
similaire à Mesoaqua.

Il s’agit d’une « cage » sous-marine dans laquelle les conditions d’acidité pourront être
modulées, selon les besoins de la recherche, afin de simuler l’acidité que pourrait connaître
l’océan si les émissions de gaz à effet de serre continuent sur les tendances actuelles induites
par les activités humaines.

3
4 TER

FIGURE 1. Aperçu expérimentale du projet eFOCE

4
5 TER

FIGURE 2. Exemple D’un système déployé en Australie

4.Les données concernant les 800 Km de côté Gabonaise


À proprement dit nous n’avons pu accéder directement aux données concernant les 800 km de
cote Gabonaise sur l’acidification. mMais les données faites par les a nations unies montrent
qu’il ne s’agit pas d’un problème lié à une partie du monde mais il s’agit d’un problème à
l’échelle mondiale., Aainsi les données mondiale prennent en compte le cas du Gabon et nous
disent que En effet. Ll’abaissement du PpH lié à la combinaison du CO02 avec de l'eau est
dépendant de plusieurs facteurs dont pluis particulièrement la température et dans une
certaine mesure de la salinité. Plus la température est faible, plus la combinaison du C O02 avec
de l'eau est forte, donc l'émission de protons H + intense et donc égaiement l'acidification
égaiement. Ceci explique que ce sont les mers froides, et souvent dessalées, des hautes
latitudes des hémisphères nord et sud qui vont être tes plus vite touchées, Par ailleurs le
phénomène est majeur dans les eaux de surface,

la figure ci-dessus donne une estimation de l'évolution du pH de surface de la mer entre


l'époque préindustrielle (1700) et la fin des an· nées 1990. Elle nous et montre une acidification
plus intense aux hautes latitudes. (Global Ocean Data Analysis project, World Ocean Atlas, "C02
in Seawater: Equilibrium, Kinetics, Isotopes" (Elsevier 2001) by Zeebe and Wolf·Gladrow). Les 4
cartes ci-dessous expriment l’estimation du pH moyen des eaux de surface pour 1875, '995,
2050 et 2095, d'après le modèle ((SM3 du Centre National pour ta Recherche Atmos-phérique
(d'après Feely et al, Oceanography, 2009). Les récifs coralliens sont identifiés en blanc[X].

5
6 TER

5 .conclusion
Cette étude met en évidence la nécessité d'accorder une attention accrue à la conception, à la
performance, à l'analyse et au compte rendu des procédures expérimentales utilisées lors des
expériences de manipulation d'acidification des océans. Il est encourageant que la plupart des
études suivent le «Guide des meilleures pratiques pour la recherche sur l'acidification des
océans et la communication des données [4]» pour manipuler la chimie des carbonates d'eau
de mer, et que cela s'améliore également pour les mesures de la chimie des carbonates d'eau
de mer.; nousNous recommandons que la même rigueur dans l'utilisation des unités
expérimentales dans la conception expérimentale soit suivie pour éviter les artefacts liés à une
réplication et une randomisation inappropriées. L'acidification des océans est un domaine de
recherche relativement nouveau, et si des lignes directrices plus strictes sont suivies dans les

6
7 TER

recherches futures, alors de plus grandes inférences peuvent être tirées d'études, améliorant
notre capacité à prédire avec précision comment les changements dans la chimie des
carbonates océaniques affecteront les espèces et les écosystèmes à l'avenir. Ce rapport traite
spécifiquement de la l’acidification des mers et des océans. Cependant, d'autres considérations
méthodologiques doivent également être prises en compte dans la recherche sur l'acidification
des océans pour améliorer les informations pouvant être tirées de ces études. Les recherches
futures seraient également améliorées si la durée des expériences augmentait ou si elles
incorporaient des augmentations graduelles du CO 2 plutôt qu'une exposition rapide [5]. Les
études futures devraient également se concentrer sur l'amélioration du réalisme
environnemental utilisé dans les expériences de laboratoire, par exemple en essayant de
simuler le mouvement de l'eau écologiquement réaliste et les cycles diélectriques à la lumière
et au pH (le cas échéant). Dans l'idéal, ce réalisme supplémentaire ne serait pas sacrifié pour
tenter d'augmenter le nombre d'unités expérimentales, ce qui met en évidence les complexités
auxquelles seront confrontées les futures recherches sur l'acidification des océans. Un grand
nombre d'études ont montré que l'acidification des océans aura probablement un impact
négatif sur la calcification ou la croissance des invertébrés calcifiants, des coccolithophores, des
macro algues calcifiantes et des coraux [9] , [12; 13] et influencent les caractéristiques
comportementales des invertébrés et des poissons [14; 15; 16]. Des changements ultérieurs
dans la structure et la fonction de l'écosystème sont susceptibles de se produire en raison des
effets biologiques directs sur de nombreuses espèces écologiquement importantes [17; 18; 19].
Pourtant, des méta-analyses et des revues d'études publiées révèlent que les effets de
l'acidification des océans sont variables, parfois contraires au résultat attendu, et qu'ils
dépendent des espèces et du contexte, interagissant avec les changements d'autres facteurs de
stress environnementaux de manière synergique et additive [20; 21; 22; 23]. La prévision des
effets précis de l'acidification des océans sur les organismes marins nécessitera de nouvelles
méta-analyses capables de ré-analyse avec précision les résultats publiés. L'examen de la
mesure dans laquelle l'attribution inappropriée d'unités expérimentales a influencé notre base
de connaissances actuelle et d'autres sources potentielles de biais (comme l'utilisation de HCl
sans ajout de DIC) impliquera des méta-analyses qui incorporent la vraie variance des réponses
des espèces. À l'acidification des océans d'après toutes les études publiées antérieurement.
Accomplir cette tâche, puis maintenir les normes dans la publication de la recherche sur
l'acidification des océans permettra des prévisions plus solides et plus précises concernant l'état
de nos futurs écosystèmes marins. Sans le maintien des normes dans la recherche sur
l'acidification des océans, il y a un risque de recueillir un nombre toujours croissant de résultats
non interprétables [24] et de mal interpréter les résultats futurs probables. Cependant, il faut
faire preuve de prudence lors de la classification de la recherche comme ayant utilisé des
méthodes inappropriées lorsque les détails sont incomplets (comme dans 34% des études ici),
car elles pourraient être tout aussi solides que celles avec des méthodes complètes [25]. Nous
recommandons fortement que les futures recherches rapportent suffisamment de détails pour
que leurs méthodes soient claires et reproductibles. Notre capacité à prédire avec plus de
précision l'ampleur et le contexte des effets de l'acidification des océans repose sur la poursuite
de l'amélioration des meilleures pratiques tant dans la conception expérimentale que dans la
mesure et la manipulation de la chimie des carbonates d'eau de mer.

6. Référence bibliographique
[1] Bœuf, Gilles (2017). «L'acidification de l’océan». Taikona (paris), p. 15.

7
8 TER

[2] Orr JC (2011) Recent and future changes in ocean carbonate chemistry. In: Gattuso J-P,
Hansson L (eds) Ocean acidification, Oxford University Press, Oxford, pp 41-66.

[3] Joos F, et al. (2011) Impact of climate change mitigation on ocean acidification projections.
In: Gattuso J-P, Hansson L (eds) Ocean Acidification, Oxford University Press, Oxford, pp 273-28.

[4]. Gattuso, J. P., Gao, K., Lee, K., Rost, B., and Schulz, K. G. (2010) .Approaches and tools to
manipulate the carbonate chemistry.InGuide to best practices for ocean acidification research
and datareporting, pp. 41–51. Ed. by U. Riebesell, V. J. Fabry, L. Hansson,and J. P. Gattuso.
Publications Office of the European Union,Luxembourg.

[5]. Kamenos, N. A., Burdett, H. L., Aloisio, E., Findlay, H. S., Martin, S.,Longbone, C., Dunn, J.,et
al.(2013). Coralline algal structure ismore sensitive to rate, rather than the magnitude, of ocean
acidification. Global Change Biology, 19: 3621–3628.

[6]. Munday, P. L., Warner, R. R., Monro, K., Pandolfi, J. M., and Marshall, D.J. (2013)
.Predictingevolutionaryresponsestoclimatechangeinthesea. Ecology Letters, 16: 1488–1500.

[7].Munguia, P., and Alenius, B. (2013). The role of preconditoning in oceanacidification


experiments: a test with the intertidal isopodParadelladianae. Marine and Freshwater
Behaviour and Physiology, 46:33–44.

[8]. Gaylord, B., Kroeker, K. J., Sunday, J. M., Anderson, K. M., Barry, J. P.,Brown, N. E., Connell,
S. D.,et al.2015. Ocean acidification throughthe lens of ecological theory. Ecology, 96: 3–15.

[9]. Riebesell, U., Zondervan, I., Rost, B., Tortell, P. D., Zeebe, R. E., andMorel, F. M. M. 2000.
Reduced calcification of marine phyto-plakton in response to increased atmospheric CO2.
Nature, 407: 364–367.

[10].Gazeau, F., Quiblier, C., Jansen, J. M., Gattuso, J. P., Middelburg, J. J.,and Heip, C. H. R.
2007. Impact of elevated CO2on shellfishcalcification. Geophysical Research Letters, 34: doi:
10.1029/2006GL028554.

[11]. Anthony, K. R. N., Kline, D. I., Diaz-Pulido, G., Dove, S., andHoegh-Guldberg, O. 2008.
Ocean acidification causes bleachingand productivity loss in coral reef builders. Proceedings of
theNational Academy of Sciences, 105: 17442–17446.

[12].Wood, H. L., Spicer, J. I., and Widdicombe, S. 2008. Ocean acidificationmay increase
calcification rates, but at a cost. Proceedings of theRoyal Society B: Biological Sciences, 275:
1767–1773.

[13]. Byrne, M., Ho, M., Wong, E., Soars, N. A., Selvakumaraswamy, P.,Shepard-Brennand, H.,
Dworjanyn, S. A.,et al.2010. Unshelledabalone and corrupted urchins: development of marine
calcifiersin a changing ocean. Proceedings of the Royal Society B: BiologicalSciences, 276: 1883–
1888.

[14]. Munday, P. L., Dixson, D. L., Donelson, J. M., Jones, G. P., Pratchett,M. S., Devitsina, G. V.,
and Døving, K. B. 2009. Ocean acidificationimpairs olfactory discrimination and homing ability of
a marinefish. Proceedings of the National Academy of Sciences, 106:1848–1852.

[15]. Appelhans, Y. S., Thomsen, J., Pansch, C., Melzner, F., and Wahl, M.2012. Sour times:
seawater acidification effects on growth, feedingbehaviour and acid-base status ofAsterias
rubensandCarcinusmaenas. Marine Ecology Progress Series, 459: 85–97.

8
9 TER

[16]. Nilsson, G. E., Dixson, D. L., Domenici, P., McCormick, M. I., Sørensen,C., Watson, S. A., and
Munday, P. L. 2012. Near-future carbondioxidelevelsalterfish behaviourbyinterfering with
neurotransmit-ter function. Nature Climate Change, 2: 201–204.

[17]. Hall-Spencer, J. M., Rodolfo-Metalpa, R., Martin, S., Ransome, E., Fine,M., Turner, S. M.,
Rowley, S. J.,et al.2008. Volcanic carbon dioxidevents show ecosystem effects of ocean
acidification. Nature, 454:96–99.

[18]. Fabricius, K., Langdon, C., Uthicke, S., Humphrey, C., Noonan, S.,De’ath, G., Okazaki, R.,et
al.2011. Losers and winners in coralreefs acclimatized to elevated carbon dioxide
concentrations.Nature Climate Change, 1: 165–169.

[19]. Kroeker, K.J., Gambi, M.C., andMicheli, F.2013a.Communitydynam-


icsandecosystemsimplificationinahigh-CO2ocean.Proceedingsofthe National Academy of
Sciences, 110: 12721–12726.

[20]. Fabry, V. J., Seibel, B. A., Feely, R. A., and Orr, J. C. 2008. Impacts ofocean acidification on
marine fauna and ecosystem processes.ICES Journal of Marine Science, 65: 414–432.

[21]. Po ̈rtner, H. O. 2008. Ecosystem effects of ocean acidification in times ofocean warming: a
physiologist’s view. Marine Ecology ProgressSeries, 373: 203–217.

[22]. Hofmann, G. E., Barry, J. P., Edmunds, P. J., Gates, R. D., Hutchins,D. A., Klinger, T., and
Sewell, M. A. 2010. The effect of ocean acidifi-cation on calcifying organisms in marine
ecosystems: anorganism-to-ecoystem perspective. Annual Reviews in Ecology,Evolution, and
Systematics, 41: 127–147.

[23]. Kroeker, K. J., Kordas, R. L., Crim, R. N., Hendriks, I. E., Ramajo, L.,Singh, G. G., Duarte, C.
M.,et al.2013b. Impacts of ocean580C. E. Cornwall and C. L. HurdDownloaded from acidification
on marine organisms: quantifying sensitivities andinteraction with warming. Global Change
Biology, 19: 1884–1896.

[24]. Moran, D. 2014. The importance of accurate CO2dosing and measure-ment in ocean
acidification studies. Journal of ExperimentalBiology, 217: 1827–1829..

[25]. Munday, P. L., Watson,S -A., Chung, W-S., Marshall, N.J.,and Nilsson,G. E. 2014. Response
to ‘The importance of accurate CO2dosingand measurement in ocean acidification studies’.
Journal ofExperimental Biology, 217: 1827–1829.

[X] Bœuf, Gilles (2017). «L'acidification de l’océan». Taikona (paris), p. 15.