Vous êtes sur la page 1sur 13

Apprentissage 360

 
École Marie-Anne
Située au pied du Mont-Pontbriand à Rawdon, l’École Marie-Anne est un
établissement privé accueillant environ 140 enfants d’âge préscolaire et primaire. 

Objectif
L’École Marie-Anne s’est donné comme mission d’offrir une éducation de qualité qui,
en plus de favoriser l’ouverture sur le monde, respecte le rythme de chaque enfant,
lui permet de faire des choix et lui donne les moyens d’explorer des sujets qui le
passionnent. Nous souhaitons développer chez chaque élève le respect, l’ouverture
et l’autonomie. Pour nous, un élève ouvert sur le monde terminera son parcours
primaire en ayant développé des compétences que nous considérons comme
essentielles: sensibilité à ce qui se passe ailleurs dans le monde, connaissance de
plus d’une langue, curiosité intellectuelle, sens critique, culture générale, tolérance et
capacité à partager ses connaissances en communiquant de façon efficace.
De plus, nous sommes particulièrement soucieux de contribuer à la persévérance
scolaire chez chacun de nos élèves, filles ou garçons, certains rencontrant des
difficultés d’apprentissage ou, au contraire, ayant besoin d’être poussés plus loin.
Enfin, nous souhaitons nous assurer que nos élèves développent leur habileté à
consulter des sources variées pour trouver des réponses à leurs questions et qu’ils
apprennent à partager leurs découvertes en utilisant des médias divers.
Pour atteindre ces objectifs, nous avons dû révolutionner notre vision de
l’enseignement et revoir complètement notre mode de fonctionnement. Nous avons
bousculé nos méthodes afin de mettre en place un projet pédagogique novateur. 

Description
Nos élèves évoluent dans un environnement d’apprentissage complètement
nouveau: aux 2e et 3e cycles, les élèves sont accompagnés par des enseignantes
spécialistes de matières selon un horaire personnalisé où chaque enfant se retrouve
dans un groupe mixte et changeant constitué d’élèves de 3e, 4e, 5e et 6e années. À
travers un tour du monde où il fera des escales, chaque élève choisit ses propres
sujets de recherche ainsi que les moyens de diffusion qu’il utilisera pour partager ses
découvertes. Nous misons ainsi sur les intérêts personnels de chaque élève pour le
garder motivé tout au long de l’année. À travers les différentes productions de
l’élève, des objectifs personnels lui sont fixés pour réaliser les différents
apprentissages prévus au programme. L’enseignement magistral a cédé la place à
un apprentissage personnalisé qui se fait au moyen de ressources diverses
permettant de répondre aux besoins des différents styles d’apprenants: vidéos
explicatives, consultation auprès des pairs, documents imprimés, enseignement
individuel ou en petit groupe.
En français, les notions sont apprises en partant du besoin de l’élève de
communiquer plus efficacement, à l’écrit comme à l’oral. Aucune notion n’est
enseignée avant qu’elle ne soit nécessaire à l’élève. Nous évitons ainsi la difficulté
de transférer un apprentissage fait hors contexte dans une production imposée qui
ne correspond pas nécessairement aux intérêts de l’élève. Chaque élève est donc
accompagné individuellement afin qu’il s’améliore d’une production à l’autre, à son
rythme et en respectant ses forces et ses défis. Il bénéficie d’une rétroaction “360
degrés”, c’est-à-dire qu’il reçoit des commentaires constructifs de la part des autres
élèves, de l’enseignante et des parents venus assister à une présentation de projet
pour comprendre ce qu’il a réussi et se fixer des défis pour le projet suivant. Par
ailleurs, en choisissant parmi une infinité de sujets disponibles, il développe une
compréhension “360 degrés” du monde qui l’entoure en élargissant peu à peu sa
conscience du monde et l’interprétation qu’il en fait. Enfin, il est appelé à utiliser un
éventail “360 degrés” de moyens pour se renseigner et pour diffuser ses
découvertes, de l’internet aux applications pour les tablettes, des livres aux vidéos,
de l’entrevue en personne à la diffusion web.
En mathématique, l’élève est appelé à choisir lui-même la notion qu’il travaillera.
Bien qu’il utilise un cahier d’exercices, c’est lui qui détermine la situation qu’il
complétera et il le fait à son rythme. Lorsqu’il a complété les exercices requis, il
passe de lui-même à l’évaluation. Des ressources variées sont là encore disponibles
pour le soutenir dans ses apprentissages: vidéos explicatives, consultation auprès
des pairs, documents imprimés, enseignement individuel ou en petit groupe. Du
soutien individuel est offert à l’élève qui fait face à des défis alors que celui qui
avance rapidement peut participer à des projets d’enrichissement motivants.
Dans toutes les matières, l’élève développe ainsi son autonomie et sa capacité à
s’organiser efficacement.
Madame Anne-Marie Breault, directrice générale de l’École Marie-Anne, a reçu
le Prix d’excellence 2017 de l’Association des directrices et directeurs généraux des
établissements scolaires de l’enseignement privé (ADIGESEP) pour la conception et
la mise en place du projet Apprentissage 360.

Retombées
Plusieurs consultations ont été faites auprès des élèves afin de vérifier leur
appréciation du projet: les commentaires les plus fréquents soulignent la satisfaction
des élèves de pouvoir choisir eux-mêmes leurs sujets de recherche ou la façon de
diffuser leurs découvertes ou encore la situation mathématique qu’ils complètent. Ils
apprécient également de pouvoir bouger, de changer d’enseignante au cours de la
journée, de travailler à différents endroits et d’avancer à leur rythme.
Tous les intervenants ont observé chez les élèves une hausse phénoménale de la
motivation. De plus, les enseignantes étant devenues spécialistes de matières, elles
apprécient le fait de pouvoir effectuer un suivi des élèves sur plus d’une année, ce
qui leur permet d’individualiser beaucoup plus leurs interventions et d’accompagner
chaque élève au maximum de ses capacités. Par ailleurs, les élèves communiquent
(à l’écrit ou à l’oral) maintenant plus qu’ils ne l’ont jamais fait, car ils enchaînent les
projets sans délai. Ils sont devenus avides de connaissances, allant même jusqu’à
réserver un sujet à l’avance pour s’assurer de pouvoir y travailler. Les compétences
des élèves en lecture progressent de façon spectaculaire, de même que leur
autonomie et leur capacité à s’organiser. Les élèves rencontrant des défis à cet
égard sont probablement ceux qui bénéficient le plus de cette progression.
Toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans ce projet ont été témoins
du bond énorme qu’ont fait les élèves dans leur motivation et leur désir de
persévérer.

Projet Zéro Carbone


 
Collège d’Anjou
Le Collège d’Anjou est une école secondaire mixte dans la région de Montréal qui
compte approximativement 700 élèves.

Objectif
Lorsque le Collège a participé au concours Carbure à l’efficacité 2012-2013, les
élèves ont mené une grande campagne de sensibilisation à l’efficacité énergétique et
ils ont proposé comme projet environnemental durable, une série de moyens pour
rendre le carbone du Collège neutre. Ils ont nommé le projet « Zéro Carbone » qui se
veut un ensemble de recommandations. Ce projet s’articule autour des quatre
grands besoins suivants :
 les élèves participent à de nombreux voyages scolaires. Conscients que les
émissions de dioxyde de carbone émis lors du transport sont considérables, ils
souhaitent compenser leurs émissions de CO2;
 le Collège se situe dans le quartier industriel de l’arrondissement d’Anjou. La
verdure est plutôt rare et le phénomène des îlots de chaleur est omniprésent. Les
élèves veulent aider à combattre ce phénomène;
 soucieux de l’environnement et sensibles à l’efficacité énergétique, les élèves
désirent réduire l’empreinte écologique du Collège en récupérant, réutilisant et
revalorisant les matières recyclables et en compostant tous les résidus compostables
issus de la cafétéria;
 les élèves comprennent que rendre le Collège carbone neutre ne peut se
réaliser sans une importante part de sensibilisation. Informer les élèves, parents,
amis, membres du personnel et membres de leur communauté devient une priorité.
Le projet « Zéro Carbone » ne cesse d’être bonifié depuis sa réalisation. Plusieurs
des activités reliées à ce projet permettent, entre autres, de rendre encore plus
concrètes les différentes notions du cours Science et technologie de l’Environnement
(STE) de 4e secondaire.

Description
Depuis janvier 2014, pour compenser les émissions de CO2 produits par les voyages
des élèves, ces derniers sèment plusieurs centaines de chênes rouges par année,
qu’ils distribuent pour être replantés.
La construction d’un nouveau pavillon au Collège en 2014 a fourni l’occasion de
mettre en place plusieurs innovations en lien avec le développement durable et
l’efficacité énergétique. Le Collège a obtenu la bourse Carbure à l’efficacité, une
valeur de 10 000 $ tandis que les élèves ont animé un souper-bénéfice et amassé
17 000 $ qui s’ajoutent aux autres subventions et bourses obtenues.
Avec ces fonds et grâce aux propositions des élèves, des améliorations pour réduire
l’empreinte écologique se sont ajoutées au nouveau pavillon. On y a installé des
détecteurs de mouvement pour assurer une économie d’énergie pour l’éclairage. Le
Collège devient la première école privée au Québec à se munir d’un composteur
industriel. Des îlots de tri ont été aménagés pour séparer les matières recyclables,
les matières compostables et les déchets.
À partir de ce moment, l’implication des élèves est décuplée. Lors de l’implantation
des îlots, tous les midis, des élèves « experts » aident les élèves à bien trier leurs
résidus. Les élèves aménagent un Centre de tri pour trier, rincer et comptabiliser
tous les articles pouvant être réutilisés, revalorisés, consignés et recyclés. L’argent
des contenants consignés est récupéré, les contenants de yogourt et compote sont
remis au professeur d’arts, les bouteilles d’eau sont utilisées pour y transplanter les
pousses et les petits chênes. Chaque jour, des élèves comptabilisent et insèrent le
compost ramassé. Les élèves responsables du composteur et du centre de tri
reçoivent un salaire de 8 $/heure. Les membres du personnel approvisionnent le
compost en apportant leurs résidus alimentaires de la maison, ce qui augmente le
nombre de kilogrammes de matières compostées.

Retombées
Il y a cinq ans, l’environnement n’était pas vraiment une préoccupation au Collège et
maintenant près d’une centaine d’élèves réalisent les différentes activités reliées au
projet et ce sont 700 élèves, parents, et 70 membres du personnel qui sont tous
directement touchés.
Le projet a plusieurs retombées factuelles concrètes comme 5300 objets récupérés
et revalorisés au centre de tri, 2300 kg de matières organiques détournées du site
d’enfouissement et 170 kg de compost produit par année.
Le projet « Zéro Carbone » est reconnu et récompensé :
 nomination pour le prix Phénix de l’Environnement et prix Coup de cœur du
public (2014);
 prix Denis-Benoit;
 aide financière de l’organisme EVB-CSQ pour son plan de gestion des
matières résiduelles;
 fonds FAIRE de la Fondation Monique Fitz-Back;
 lauréat de la semaine FORCES AVENIR;
 attribution du niveau 2 du programme ICI ON RECYCLE en septembre 2015.
Les élèves sont fiers de ce qui est accompli au niveau environnemental et leur
sentiment d’appartenance est rehaussé. Les élèves engagés dans le projet au départ
étaient perçus comme des élèves « écologistes-granos-excentriques » mais on
perçoit maintenant nettement le changement. Être un « super écolo » au Collège
d’Anjou en 2017, ce n’est plus hors norme. Nos élèves « super écolos » sont bien
connus des écoles primaires des alentours et sont fiers de s’afficher ainsi lorsqu’ils
participent à des congrès et des rencontres interscolaires. D’ailleurs, quatre élèves
viennent d’être sélectionnés pour participer au Sommet Jeunesse sur les
Changements climatiques.
Notre projet rayonne. Nous développons une expertise dans le domaine
environnemental et nous servons d’exemple pour d’autres écoles. Nous voulons
continuer d’être des leaders. Le Collège n’est pas encore vraiment zéro carbone. Il
nous reste encore du progrès à faire mais les « super écolos » sont prêts à relever le
défi.
La pensée critique en histoire – ludification des
apprentissages en 3esecondaire
Collège Saint-Sacrement
Situé à Terrebonne, le Collège Saint-Sacrement est une école secondaire privée qui
accueille plus de 1500 élèves.
Objectif 
Conçu par un enseignant d’histoire qui désirait exploiter de nouveaux médias pour
diversifier ses stratégies d’enseignement et son approche éducative, ce projet visait
à utiliser la méthode historique et à développer l’esprit critique face à l’histoire
américaine et canadienne des élèves de 3e secondaire. C’est par le biais de diverses
opérations intellectuelles et de médias diversifiés que l’élève se trouvait au centre de
ses apprentissages. Le projet s’est déroulé sur quatre périodes de 60 minutes.

Description 
Dans un premier temps, les élèves ont fait un retour sur les apprentissages et les
acquis antérieurs dans le but de réactiver leurs connaissances face au siècle des
Lumières et à la Révolution américaine. Le tout fut réalisé dans une période de 60
minutes et donné en devoir en utilisant la stratégie de la cartographie mentale («
mind mapping »).
Dans un deuxième temps, l’utilisation d’une console de jeu vidéo a été sollicitée pour
explorer le quotidien des citoyens de Boston au 18 e siècle. C’est donc sous la forme
d’une visite virtuelle dans le port de cette même ville que fut amené l’élément
déclencheur qui allait susciter la curiosité et le questionnement chez les élèves. Un
montage vidéo a été réalisé par la suite de façon à illustrer de façon animée
quelques faits saillants de cette période effervescente pour clore la deuxième heure
du projet.
Dans un troisième temps, les élèves ont disposé d’une heure pour analyser des
sources primaires et secondaires qui démontraient différents points de vue sur la
Révolution américaine, entre autres, les loyalistes, les britanniques et les marchands.
Ils devaient ainsi faire ressortir les faits saillants de tous les documents pour être en
mesure de les lier entre eux.
Enfin, en utilisant deux vidéos originales créées en partenariat avec la Chapelle des
Cuthbert de Berthier et le musée du Château Ramezay de Montréal, les élèves
devaient déterminer les conséquences de la Révolution américaine sur le Québec.
Des questionnaires interactifs avec la plateforme Edpuzzle ont été utilisés.
Plusieurs outils du web furent utilisés dans le déroulement de cette situation
d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ) : MindMup, Classroom, Edpuzzle, YouTube,
etc. Le web a favorisé le partage de l’ensemble de la SAÉ via des groupes Facebook
et des plateformes comme Twitter avec la communauté des enseignants en histoire
du Québec et du Canada.
Retombées 
« J’ai l’impression que j’ai raccroché des élèves qui étaient désintéressés face au
cours depuis quelques semaines, explique Mathieu Beauséjour, l’enseignant qui a
conçu et implanté ce projet. Je ne suis pas en mesure de lier avec certitude
l’augmentation des résultats aux évaluations sommatives de ces élèves au
déroulement de l’activité, mais je crois que la motivation et l’intérêt des élèves ont
clairement été un vecteur de changement dans la façon de percevoir le cours. »
Des enseignants d’autres écoles ont démontré leur intérêt à l’égard de ce projet et
ont l’intention de l’intégrer dans leur cours.

Collège Reine-Marie
Le Collège Reine-Marie est une école secondaire privée de Montréal qui accueille
plus de 800 élèves, filles et garçons.

Objectif
Le mandat des écoles privées a évolué et le Collège Reine-Marie (CRM) a su y
répondre en présentant une offre de services axée sur l’ouverture et l’accueil, tout en
maintenant une grande qualité d’enseignement et un encadrement d’exception.
Croire que chaque élève présente des forces et des défis variés et ouvrir nos portes
en proposant une expérience humaine sont certainement les forces du Collège.
En nous appuyant sur nos valeurs, nous avons décidé d’affirmer davantage notre
ouverture à des élèves aux profils variés en nous lançant dans le projet de « L’Aile
de la réussite ».
Nous souhaitions :  
 développer une structure simple et efficace pour soutenir nos élèves ayant
des besoins particuliers;
 créer un environnement adapté aux besoins de ces élèves;
 assurer la cohérence dans l’application des mesures d’adaptation offertes;
 développer l’autonomie des élèves.

Description
En 2013, avec un changement de direction générale, deux nouvelles priorités de
travail se sont dessinées :
 modifier le processus d’admission afin de s’appuyer encore plus sur nos
valeurs d’accueil et d’ouverture;
 améliorer les services offerts aux élèves ayant des besoins particuliers.
Ainsi, malgré le fait que le CRM n’ait jamais sélectionné ses élèves en fonction des
résultats scolaires élevés, la passation de tests de sélection faisait tout de même
partie du processus d’admission. En 2013, un virage à 180° s’opère. Dorénavant,
l’organisation choisit de mettre en place un système d’entrevue avec l’enfant et ses
parents. La direction générale rencontre systématiquement chaque famille
individuellement. On analyse les bulletins de 4 e et de 5e année, portant ainsi un
regard global sur l’enfant, on discute avec lui et ses parents afin de bien comprendre
les attentes et l’on statue par la suite. Cette approche permet d’une part d’avoir un
regard plus large sur les forces et les défis des enfants et, d’autre part, de diversifier
les profils d’élèves que nous accueillons.
De plus, le Collège Reine-Marie développe des services de soutien aux
apprentissages depuis août 2013. Depuis, nous sommes passés de quelques plans
d’intervention en 2012-2013 à 155 plans d’intervention cette année. Les élèves qui
ont un plan d’intervention sont dans les classes ordinaires. Nous priorisons une
approche « inclusive ».
Cette aide, apportée à nos élèves ayant des besoins particuliers, a été possible
grâce à la création de nouveaux de postes. Le Collège compte maintenant sur trois
ressources à temps plein qui supervisent l’accompagnement de ces élèves.
Outre l’investissement en ressources humaines, le Collège a investi près de
1 600 000 $ pour construire le pavillon que nous appelons « l’Aile de la réussite », un
espace de 7200 pieds carrés, pour soutenir les élèves qui ont un plan d’intervention
et ceux qui ont besoin d’aide à un moment ou l’autre de leur parcours scolaire. On y
retrouve un local pouvant accueillir 140 élèves. C’est à cet endroit que nos élèves
peuvent bénéficier de plusieurs mesures d’adaptation, dont des heures
supplémentaires pour faire leur évaluation et la possibilité d’utiliser un ordinateur
avec des logiciels d’aide puisque chaque place possède une prise de courant. De
plus, l’Aile de la réussite comprend un autre local à vocation particulière. Le Salon
étudiant est un endroit supervisé par un enseignant, du lundi au jeudi, de 15 h à
17 h. C’est une version moderne de l’aide aux devoirs que nous offrons gratuitement
à nos élèves.
En somme, deux actions… un investissement en temps, énergie et ressources
humaines et un investissement financier.
À nos yeux, le processus d’admission, sous forme d’entrevue, est certainement
original, nouveau et créatif. Nous croyons fermement que le citoyen de demain doit
se retrouver dans une mixité sociale et nos approches répondent certainement à
cette vision. L’hétérogénéité des profils d’élèves que nous accueillons crée un milieu
diversifié d’une grande richesse. Non, ce n’est pas un seul « moule », mais plusieurs
« moules », permettant ainsi à tous les élèves de faire partie de la famille.
La cohérence que nous mettons en place dans la coordination des mesures
d’adaptation, le local si exceptionnel et adapté et nos ressources humaines dédiées
représente certainement une approche nouvelle.
Finalement, il nous apparaît important de mentionner que les familles qui bénéficient
de nos services de soutien à l’apprentissage ne sont pas facturées pour ceux-ci. Ils
font partie de l’offre globale du Collège.

Retombées
Revoir le processus d’admission et investir argent, temps et ressources humaines
afin de mieux soutenir les élèves ayant des besoins particuliers positionnent
clairement le Collège Reine-Marie comme une école privée qui prend de réels
moyens pour accueillir des jeunes qui n’ont pas nécessairement de la facilité en
classe, mais qui sont motivés à se dépasser et à réussir.
Mieux coordonner les périodes d’évaluation, offrir un environnement adapté à la
passation des évaluations, créer un climat propice à la concentration, reconnaître la
valeur des élèves par nos choix organisationnels… autant de retombées positives
pour nos jeunes.
Finalement, on ne peut pas passer sous silence la croissance que connaît le Collège
Reine-Marie depuis 2013. Le nombre d’élèves est passé de 430 élèves en 2013 à
plus de 1000 élèves en septembre 2017, ce qui confirme manifestement l’intérêt des
familles pour une école privée inclusive, bien structurée et outillée pour amener à la
réussite des élèves aux profils variés, y compris des élèves ayant des besoins
particuliers.
Programme Victoria
 
Collège Nouvelles Frontières
 
Au Collège Nouvelles Frontières, nous croyons que tous les élèves ont le potentiel
de réussir, peu importe leur profil. Ainsi, septembre 2018, nous avons accueilli notre
premier groupe de 20 élèves au Programme Victoria, programme unique et novateur
qui répond aux besoins d’élèves ayant un profil d’apprenant particulier. D’origine
latine, le nom du programme Victoria signifie réussite et victoire.
Le programme Victoria est une équipe multidisciplinaire dévouée qui mise sur la
réussite de l’élève. Les enseignants volontaires ont tous suivi un programme précis
de formations (troubles d’apprentissage, les fonctions exécutives, l’évaluation
autrement, etc.). L’équipe est également formée d’une TES (temps plein en classe),
d’une orthopédagogue (50 % tâche), de la direction des services pédagogiques et de
cycle, ainsi que de professionnels externes tels qu’un orthophoniste et une
orthopédagogue professionnelle (ponctuellement). L’équipe se rencontre une fois par
cycle pour assurer un suivi pédagogique efficace.

Les objectifs du programme


 Travailler et transmettre des stratégies, particulièrement au niveau des
fonctions exécutives (gestion du temps, inhibition, l’activation, l’attention,
l’organisation, la planification, le monitoring, la flexibilité, le contrôle des émotions et
la mémoire du temps).  Il s’agit des fondations du programme Victoria.
 Octroyer à l’élève des outils nécessaires pour évoluer et apprendre dans un
milieu d’apprentissage exigeant. 
 Développer l’autonomie de l’élève.
 Assurer un suivi individualisé de chaque élève du groupe.
Le programme s’adresse aux élèves du 1er cycle du secondaire seulement. Les
élèves y travaillent dans un environnement de classe flexible. Ces élèves éprouvent
tous des difficultés scolaires souvent reliées à un trouble d’apprentissage et/ou
d’attention (TDAH, dyslexie, dysorthographie, etc.) En 3 e secondaire, les élèves
seront outillés pour bien réussir dans les groupes de leur niveau scolaire.

Alphabétisation numérique et robotique


 
École des Premières Lettres
 
Alors que certains se sentent parfois dépassés par le rythme du progrès, force est de
constater que la technologie est omniprésente dans notre quotidien et que les
citoyens de demain devront être habiles avec celle-ci. À l’EPL, nous croyons qu’être
habile avec la technologie ne se limite pas à être capable de l’utiliser; il faut
l’apprivoiser et savoir s’en servir de façon responsable et positive!
En adoptant une approche innovatrice, l’EPL a lancé, en septembre 2018, un
nouveau programme d’alphabétisation numérique et robotique.

Les grandes lignes du programme :


Triple objectif
1. Développer des compétences du 21e siècle et intégrer des concepts pertinents
pour l’avenir;
2. Favoriser l’apprentissage et la création en s’appuyant sur de nouvelles
matières captivantes;
3. Renforcer les connaissances des matières de base.
Description
 Intégration à la grille horaire pour tous les élèves de la maternelle à la 6e
année;
 Activités hebdomadaires adaptées à chaque niveau et à la dynamique du
groupe;
 Concepts approfondis de robotique, d’électronique, de programmation, de
jeux sérieux et d’imprimerie 3D;
 Spécialiste interne : technopédagogue responsable du développement du
programme, de son suivi et du matériel technologique utilisé;
 Appui externe de professeurs universitaires et de programmeurs.

Impacts positifs
 Engagement de toute la communauté de l’EPL dans un projet porteur;
 Grande implication, motivation et fierté des élèves;
 Créativité dans les défis à relever en équipe;
 Consolidation des matières de base et mise en pratique de notions abstraites;
 Développement d’une approche confiante, créative et critique des enfants
face à leur utilisation de la technologie;
 Mise à jour et enrichissement de l’enseignement traditionnel;
 Intégration du contenu et du matériel pédagogique du programme, dans les
activités d’un camp de jour gratuit accueillant les enfants défavorisés du Grand
Montréal
 Découverte de nombreuses possibilités d’études et de carrières.
Bazar étudiant
 
Collège de Lévis
 
Le Bazar étudiant est une jeune coopérative fondée en 2015 au Collège de Lévis. À
l’origine, le Bazar étudiant était une friperie scolaire qui avait pour mission d’assurer
la collecte des vêtements de la garde-robe scolaire afin de les revendre à moindre
prix. Cette année, le Bazar étudiant diversifie ses activités en inaugurant, à la fin du
mois de mars, une machine distributrice à matériel scolaire et produits d’hygiène.
Le développement de l’autonomie et de l’esprit de coopération des élèves est au
cœur du projet du Bazar étudiant. Depuis sa fondation, ce sont les élèves qui
assurent les opérations courantes du Bazar étudiant ainsi que son développement.
Chaque année, douze élèves de première à cinquième secondaire sont élus par une
assemblée de membres afin de former le conseil d’administration. À même ces
administrateurs, cinq élèves sont élus gérants : présidence, secrétariat, finances,
communications et gestions des ressources humaines et matérielles. Toutes les
décisions sont prises de façon démocratique.

L’idée de la machine distributrice à matériel scolaire et produits d’hygiène a été


amenée par notre gérante des ressources matérielles et humaines. Par la création
de cette « antenne » du Bazar étudiant, les administrateurs souhaitent répondre aux
besoins des élèves qui ont tendance à oublier leur matériel.
Chaque année, le Bazar étudiant fait assez de profit pour verser un salaire aux
élèves qui travaillent lors des périodes de ventes, offrir une ristourne aux
administrateurs et développer l’entreprise. Le reste des profits est investi dans le
développements de projets communautaires au Collège, par exemple le Conseil des
élèves, la nuit des sans-abri, le transport pour Kitcisakik, etc. En collaboration avec le
Conseil des élèves, le Bazar étudiant offrira cette année des bourses de leadership à
des élèves qui organisent, au Collège, des activités qui répondent aux valeurs
coopératives de notre entreprise.

Inc. (Jeunes entrepreneurs salésiens)


 
Le Salésien
 
Pourquoi l’entrepreneuriat ?
Il s’agit d’un prétexte. Un prétexte pour travailler avec un plus haut degré
d’autonomie et de responsabilité. Tout au long de l’année scolaire, les jeunes
entrepreneurs salésiens doivent concevoir et piloter une entreprise. Ceux-ci
expérimentent, dans un cadre plus souple, la réalisation d’idées qui sont les leurs.
Avec un cours d’entrepreneuriat, un élève apprend à se connaitre lui-même comme
agent de changement dans son milieu. Il devient conscient de ses aptitudes à
diagnostiquer des problématiques dans son environnement ainsi qu’à proposer des
solutions innovantes.  
Au final, c’est l’essence même de l’éducation, c’est-à-dire « conduire hors de soi »,
qui se voit mise en œuvre dans les projets des jeunes entrepreneurs salésiens.

Une pédagogie active


Le cours d’entrepreneuriat s’articule autour de la pédagogie par projet. Il privilégie la
matière vécue en situation ainsi que les apprentissages réalisés dans le cadre de la
résolution de problèmes dans l’action. Ainsi, les connaissances sont disponibles et à
la portée des élèves, mais il importe davantage de les contextualiser dans des
projets qui touchent les aspects organisationnels, financiers, publicitaires et de
production.
Une relation pédagogique tripartite
En plus de recourir au cadre de « Sensibilisation à l’entrepreneuriat » du Programme
de formation de l’école québécoise et à une abondante littératie en psychologie,
communication, gestion et finance, plusieurs acteurs des milieux professionnels sont
sollicités pour former les jeunes entrepreneurs salésiens. Par exemple, le cours
d’entrepreneuriat a établi des partenariats avec un incubateur local d’entreprises, un
directeur marketing, un comptable, un notaire, un avocat, une organisatrice
d’évènements et un producteur vidéo.  Ainsi appuyés, la matière proposée et surtout
les projets que vivent les élèves deviennent plus concrets et significatifs.

Simon et Bee-Bot sauvent la planète


 
Académie Michèle-Provost
 
L’année dernière, nous avons reçu des abeilles Bee-Bot pour les classes de
maternelle à l’Académie Michèle- Provost. Cette année, nous avons eu l’opportunité
de les utiliser au quotidien : routines, ateliers, etc. Aussi, nous avions le désir de
créer un projet de coopération avec cet outil technologique. De là est né le projet «
Simon et Bee-Bot sauvent la planète ». Il s’agit d’un livre interactif créé par toutes les
classes de maternelle. À travers ce projet, nous avions comme objectif de
sensibiliser les jeunes aux bons gestes pour la planète tout en les familiarisant avec
les différentes commandes de la programmation.
Le projet s’est déroulé selon les étapes suivantes :
 Discussion avec tous les élèves sur l’environnement à l’aide d’une vidéo.
 Rédaction d’une page par classe, portant sur des gestes à éviter afin de
préserver la planète.
 Création d’un tapis de jeu pour la Bee-Bot sur lequel les élèves doivent
trouver la solution écologique pour chacune des pages.
 Expérimentation en classe avec l’enseignant (il raconte l’histoire et les élèves
programment la Bee-Bot jusqu’au geste voulu).
 Par la suite, les élèves pourront jouer de façon autonome en jeux libres ou en
ateliers. Comme les images seront amovibles sur le tapis de jeu, il sera possible de
modifier le parcours de la Bee-Bot au fil du temps. De cette façon, les élèves
pourront réellement développer leurs compétences de programmeur.

Suite à cette activité, nous avons remarqué plusieurs retombées positives chez nos
élèves. Ainsi, nous avons réalisé que leurs compétences de programmation se sont
nettement améliorées. Ils ont aussi développé un vocabulaire thématique en lien
avec la programmation et l’environnement. Ils sont désormais conscientisés aux
bons gestes envers la planète. Nous le remarquons au quotidien (jeter les déchets
au bon endroit, utiliser l’entièreté du papier pour dessiner, etc.). Finalement, ils ont
été initiés à la résolution de problèmes et aux étapes d’écriture d’une histoire.
Projet d’accès à l’éducation pour tous les enfants au Mali
Contexte : 
Au Mali, le système éducatif ne garantit pas pour le moment l’atteinte de l’objectif
d’éducation primaire universelle à la fin 2015. La situation par rapport aux enfants hors école
est inquiétante. Bien que le Mali ait connu, depuis 2000, une diminution du nombre d’enfants
non scolarisés en âge de fréquenter l’école primaire, les progrès observés sont faibles
comparés aux autres régions du monde et stagnent, sinon ralentissent, depuis 2008. Près d’un
enfant sur quatre en âge de fréquenter l’école primaire (23%) n’a jamais été scolarisé ou a
quitté l’école sans terminer le cursus primaire. La région de Mopti fait partie des 3 dernières
régions dont les performances sont largement inférieures à la moyenne nationale. Dans cette
région, le développement du système éducatif est tributaire de trois problématiques majeures
que sont :

 Faible accès/accessibilité à l’éducation du niveau primaire


 Faible qualité des apprentissages au niveau primaire
 Faible capacités de pilotage des structures déconcentrées et décentralisées de
l’éducation.

Objectif : 
 Accroître l’accès à l’éducation du niveau primaire de qualité des élèves des
écoles coraniques reformées/transformées
 Accroître l’accès à l’éducation du niveau primaire de qualité des enfants
vivants dans une aire géographique de 3 km sans école ou de faible densité
de population
 Accroître l’accès à l’éducation du niveau primaire de qualité des enfants des
communautés nomades
 Accroître l’accès à l’éducation du niveau primaire de qualité des enfants
issus des ménages les plus pauvres
 Accroître l’accès à l’éducation du niveau primaire de qualité des enfants trop
âgés pour intégrer à l’école primaire classique
 Accroître l’accès à l’éducation du niveau primaire de qualité des enfants
vivants dans des communautés ayant des écoles surchargées
 Accroître l’accès à l’éducation du niveau primaire de qualité des enfants en
situation de handicap

Principales activités : 
 Appui à la rénovation des écoles coraniques
 Appui aux écoles à classe unique
 Appui aux écoles mobiles pour les enfants des communautés nomades à une
éducation primaire de qualité
 Mise en place de centres à passerelle
 Développement d’une école inclusive et appareillage des enfants à besoins
éducatifs spéciaux
 Formation des enseignants à l’enseignement de la lecture/écriture et aux
spécificités pédagogiques des alternatives éducatives.

Résultats attendus :
 Amélioration des taux de scolarisation
 Amélioration du rendement scolaire

Partenaires : 
Ministère de l’Education Nationale – Académie d’Enseignement de Mopti
-Fondation Education Above All – Education Development Center

Lieu du projet / Académie de Mopti, CAP de Djenné, Mopti, Sévaré, Sofara


Académie de Ségou, CAP de Tominian et San, 
Région / Mali
Domaine / Gouvernance locale participative de l'éducation
Durée / 2016 - 2019
Le projet concerne / Cibles directes : 30 070 répartis comme suit : 3 020 enfants
des écoles coraniques ; 4 050 enfants à l’âge scolaire (6-7ans) vivants dans des
hameaux de faible densité de population ; 5 000 enfants des communautés
nomades ; 3 600 enfants (8 à 11 ans) trop âgés pour intégrer à l’école primaire
classique ; 14 160 enfants issus des ménages les plus pauvres ; 240 enfants en
situation de handicap - Cible indirecte : 44 communes ; 536 comités de gestion
scolaire ; 249 Enseignants ; 02 DAE et 6 CAP
Chef de projet / Bayri SIDIBE ; Directeur Pays Mali ; sidibe.bayri@aide-et-
actio