Vous êtes sur la page 1sur 80

Gestion des Déchets Solides

Collecte, Transfert et traitement

Azeddine Baddi
azz.baddi@gmail.com
MONA DEVELOPPEMENT

Etudes
Audits
techniques
(Environnement et, énergétiques et
gestion des environnementaux
déchets, études de
(industrie, bâtiment …)
faisabilité, PCD…)

Assistance Formation
technique et (Environnement,
suivi des Efficacité énergétique,
travaux systèmes de
management,
Informatique)

« Une ingénierie au service de l’environnement et


du développement durable »
Introduction
Quelques définitions « selon la loi »

Déchets : tous résidus résultant d'un processus d'extraction, exploitation, transformation, production,
consommation, utilisation, contrôle ou filtration, et d'une manière générale, tout objet et matière
abandonnés ou que le détenteur doit éliminer pour ne pas por ter atteinte à la santé, à la salubrité
publique et à l'environnement;

Déchets agricoles : tout déchet organique généré directement par des activités agricoles ou par des
activités d’élevage ou de jardinage ;
Déchets ultimes : tout résidu résultant de déchets traités ou ceux qui ne sont pas traités selon les
conditions techniques et économiques actuelles.
Déchets industriels : tout déchet résultant d’une activité industrielle, agroindustrielle, ar tisanale ou
d’une activité similaire.
Déchets dangereux : toutes formes de déchets qui, par leur nature dangereuse, toxique, réactive,
explosive, inflammable, biologique ou bactérienne, constituent un danger pour l'équilibre écologique
tel que fixé par les normes internationales dans ce domaine ou contenu dans des annexes
complémentaires.

Déchets inertes : tout déchet qui ne produit pas de réaction physique ou chimique tels les déchets
provenant de l’exploitation des carrières, des mines, des travaux de démolition, de construction ou de
rénovation et qui ne sont pas constitués ou contaminés par des substances dangereuses ou par
d’autres éléments générateurs de nuisances;
Introduction
Gestion rationnelle : le Concept
Introduction
Le contenu de nos poubelles

Population : 33 848 242 millions


Génération de déchets solides municipaux : 6.9 millions de tonnes
Génération de déchets solides par tête :
- Surfaces urbaines 0.76 kg/jour
- Surfaces rurales 0.3 kg/jour
Croissance de la génération de déchets : 1.36 %
Introduction
Le contenu de nos poubelles

Chiffres clés 2014:


 Augmentation du taux des déchets enfouis dans les centres d’enfouissement et de
valorisation pour atteindre 1 966 928T/an, soit 37 % des déchets ménagers produits,
contre 10 % avant 2008.

 Taux de collecte professionnalisée des DMA dans les centres urbains 80%

 Coût moyen du service professionnalisé de collecte d'une tonne de DMA 411 DH

 Coût moyen de mise en décharge contrôlée d'une tonne de 76 DH

 15 centres d’enfouissement et de valorisation sont réalisées (Fes, Oujda, El Jadida,


Essaouira, Rabat, Berkane, Figuig, Guelmim, Al Hocaima, Agadir, Nador, Dakhla,
Mohammedia-Benslimane, Laâyoune, Khouribga).

 8 sont en cours de construction (Ifrane, Tanger, Marrakech, Casablanca, Safi,


Meknès, Tata et Ouarzazate)
Introduction
Introduction

Exposés à la pluit, les


déchets libèrent des
polluants et des agents
infectieux
Introduction

Impacts sur l’air:


• Production du méthane par fermentation
• Brulage des déchets
• Odeurs...etc.
Introduction
Loi n° 28-00 : Gestion et l’élimination des déchets
 Décret n° 2-09-253 du 18 juillet 2008 por tant classification des déchets et fixant la liste des déchets
dangereux.
 Décret n° 2-07-139 du 21 mai 2009 relatif à la gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques.

 Décret n° 2-09-284 du 8 décembre 2009 fixant les procédures administratives et les prescriptions
techniques relatives aux décharges contrôlées.
 Décret n° 2-09-538 du 22 mars 2010 fixant les modalités d’élaboration du plan directeur national de gestion
des déchets dangereux.
 Décret n° 2-09-285 du 6 juillet 2010 fixant les modalités d’élaboration du plan directeur préfectoral ou
provincial de gestion des déchets ménagers et assimilés et la procédure d’organisation de l’enquête publique
afférente à ce plan.
 Décret n° 2-09-683 du 6 juillet 2010 fixant les modalités d’élaboration du plan directeur régional de gestion
des déchets industriels, médicaux et pharmaceutiques non dangereux, des déchets ultimes, agricole et iner te
et la procédure d’organisation de l’enquête publique afférente à ce plan.
 Décret n°2-09-85 du 6 septembre 2011 relatif à la collecte, au transpor t, et au traitement de cer taines huiles
usagées.
 Décret n°2-12-172 du 12 joumada II 1433 fixant les prescriptions techniques relatives à l’élimination et aux
procédés de valorisation des déchets par incinération.
Introduction
Classification des déchets : Décret n° 2-09-253
Catalogue Marocain des Déchets (CMD)

Code Déchets agricoles

Déchets provenant de l'agriculture, de l'horticulture, de l'aquaculture, de la sylviculture, de la


02 chasse et de la pêche ainsi que de la préparation et de la transformation des aliments

02 01 04 Déchets de matières plastiques (à l'exclusion des emballages)


02 01 06 fèces, urine et fumier (y compris paille souillée), effluents collectés séparément et traités hors site
02 01 07 Déchets provenant de la sylviculture
02 01 10 Déchets métalliques
Déchets provenant de la préparation et de la transformation des fruits, des légumes, des céréales,

02 03 deshuiles alimentaires , du cacao, du café, du thé et du tabac, de la production de conserve, de la


production de levures et d'extraits de levures, de la préparation et de la fermentation de mélasses

Code Déchets ultimes


Déchets provenant des installations de gestion des déchets , des stations
19 d'épuration des eaux usées hors site et de la préparation d'eau destinée à la
consommation humaine et d'eau à usage industrie
Déchets de compostage
19 05
19 05 02 Fraction non compostée des déchets animaux et végétaux
19 06 Déchets provenant du traitement anaérobie des déchets
19 12 Déchets provenant du traitement mécanique des déchets (par exemple, tri,
broyage, compactage, granulation) non spécifiés ailleurs
Introduction

Loi cadre n° 99.12 portant CNEDD du 20 mars 2014


Loi n° 30.05 relative au transport par route de marchandises dangereuses du 30 juin
2011

Documents prévus par les textes DD :

Le bordereau de suivi
Le registre
Le rapport mensuel d’activité
Le certification d’acceptation préalable
La fiche de sécurité
La déclaration d’expédition
Le certificat d'agrément
Le rapport annuel
Le plan interne de gestion
Le certificat d’élimination ou de valorisation
Introduction

Exemple procédure ECOVAL-HOLCIM


Loi n° 28-00 : Gestion et l’élimination des déchets
Les acteurs
La Collecte

Elle désigne l’ensemble des opérations au cours desquelles le contenu des


récipients est déversé dans les bennes de ramassage pour évacuation vers le lieux de
traitement.
Le choix de l’un ou l’autre type de mode dépend du découpage administratif, de la
topographie du site, la densité des populations, leurs habitude et le type de voirie.

Collecte en mélange « porte-à-porte »


Collecte traditionnelle : sacs plastiques ou tous autres récipients
(poubelles en forme de lessiveuse, cartons, petits containers, etc.)
contenant des ordures non triées, déposés devant les maisons et
ramassés à jours fixes.

■ Contraintes
Le personnel, sans formation particulière, doit obligatoirement disposer
d’une bonne condition physique.
■ Avantages
Le coût est faible pour la collectivité.
■ Inconvénients
Il est très difficile, voire impossible, d’effectuer un tri sélectif a posteriori
et donc d’obtenir une valorisation des déchets
La Collecte

Collecte séparative « porte-à-porte » : effectué à jours fixes, permet de collecter


séparément une partie des déchets, faciles à identifier par leur producteur,
et qui ont été stockés dans des containers différents
■ Contraintes
L’utilisation obligatoire de plusieurs containers avec double voire triple manipulation entraîne des
frais de transport et de personnel plus importants
■ Avantages
Double avantage : responsabilisation du grand public vis-à-vis de la sauvegarde de l’environnement
réduction des coûts de traitement des déchets triés.
■ Inconvénients
Le coût est plus élevé que pour la collecte en mélange.

Collecte à l’aide d’un réseau enterré


Système entièrement souterrain, permet de collecter les déchets à l’aide
de bornes de sans containers exposés sur les trottoirs, sans bruits de
collecte et sans nuisances olfactives.
La Collecte

Collecte séparative avec apport volontaire : il utilise des bennes ou des colonnes, réparties
dans les villes à des endroits où elles ne génèrent pas trop d’inconvénients et où elles sont
faciles d’accès pour les usagers et pour les engins d’enlèvement.

Contraintes
Le système doit rester simple, et nécessite plusieurs types de
containers.

Avantages : proches de ceux qui ont été évoqués pour la collecte


séparative en porte-à-porte.
Le tri est généralement plus « soigné »
Le rapport bénéfice/coût devient ainsi acceptable.
Points de sensibilisation

Inconvénients
Inaccessible pour les personnes qui ont des difficultés pour
se déplacer
La Collecte
La Collecte
La Collecte

Déchèterie : espace aménagé, clôturé et gardienné, où les particuliers, artisans et


commerçants (mais pas les grandes entreprises) peuvent apporter certains déchets en les
répartissant dans les conteneurs spécifiques, en vue d’éliminer les premiers et de valoriser
les seconds.
La Collecte
Planification et dimensionnement des points de collecte

Nombre de personnes ı Par zone dont l’emplacement de conteneurs doit


 être planifié, par exemple par quartier, lotissement, commune, etc.
Quantité de déchets

par habitant et par an


 Des ratios kg/hab.jr
 A partir des statistiques communales sur les déchets.
Poids spécifique (densité)
 Selon les valeurs empiriques de la commune.
 Rations généraux
 Degré de remplissage des conteneurs des points de collecte <100%
Vidages par jour ou par semaine : 7/7, 5/7, 1/7..etc.

Volume des conteneurs


 Conteneurs roulants en matière plastique : 140 l, 240 l, 360 l, 770 l
 Conteneurs roulants en acier zingué : 800 l
 Conteneurs des points de collecte : volume typiquement entre 1600 l et 3300 l
 Conteneurs enterrés : volume typiquement entre 3000 et 5000 l
La Collecte
Planification et dimensionnement des points de collecte

La solution idéale consiste à choisir pour chaque cas le volume le plus important possible et
de réduire ainsi la fréquence des vidages.
Coût ! Nuisance !

Il faut tenir compte de la distance séparant le point de collecte du domicile des différents
résidents. (350 mètres acceptable)

Accessibilité du point par les usagers.

Certaines zones d’implantation peuvent poser problème :


• Proximité immédiate d’un cimetière : sensibilité et acceptabilité par la population.
• Proximité immédiate d’une école : horaires de levée des conteneurs heures de =/=
sortie/passage des enfants
• Proximité immédiate d’une zone industrielle : déchets industrielles déposées
• Point limitrophe entre plusieurs communes : tourisme de déchets !!
La Collecte
Planification et dimensionnement des points de collecte

Exemple de dimensionnement d’un point de récupération de surface 2 000 habitants


La Collecte
Planification et dimensionnement des points de collecte

Exemple de dimensionnement d’un point de récupération de surface


La Collecte
Optimisation des circuits de collecte
La Collecte
Optimisation des circuits de collecte
Coût de transport associé au véhicule k

dij: distance euclidienne entre le nœud i et le


nœud j, si dij = ∞ alors le chemin entre i et j
n’existe pas (impasse, rue piétonne,…)

= 1si le véhicule k voyage du noeud i vers j


= 0 Sinon

chaque nœud n’est Quantité à traiter au nœud


servi qu’une seule
fois par un et un seul
véhicule
Quantité présente dans
le véhicule k visitant le
nœud i
non dépassement de
la disponibilité d’un
véhicule.
Un véhicule ne sort
du dépôt et n’y revient Capacité du véhicule k,
qu’une seule fois.
La Collecte
Optimisation des circuits de collecte

Généralisation
Modes de gestion

Mode de gestion possible

Groupement intercommunal

Convention de partenariat

Gestion publique par une commune et contribution financière des communes participantes

Gestion publique par chaque commune, de façon autonome

Création d’une société de développement local SDL, les communes sont les principaux actionnaires

Gestion privée (appel d’offres), participation financière des communes


Transfert des déchets
Transfert des déchets
Transfert des déchets
Tri et recyclage
Tri et recyclage

 Les déchets ont une vie, comme nous; mais certains sont recyclés (ex : les
bouteilles, les emballages …)

 D'autres seront incinérés (ex : les pots de yaourt, les sacs plastiques …)

 Les épluchures et les coquilles peuvent être compostées pour faire de l’engrais.
Si elles ne sont pas compostées, elles sont incinérées.
Tri et recyclage

L’idéal !!
Que met-on dans le bac bleu ?

Aluminium : canettes, bombes aérosols et emballage aluminium


Acier : boite de conserves
Carton (emballages et boîte en carton)
Papier (divers)
Briques alimentaires
Plastiques : bouteilles (transparentes, colorées et opaques) et bidons
Que met-on dans le bac gris ?

Matières organiques : épluchures


Autres : chaussures, ampoules
Plastiques souillés : pots de yaourt et bouteilles d’huile
Poches plastiques
Que met-on dans le récup-verre ?

Bouteille en verre (toutes les couleurs)


Pots et bocaux en verre
Centre de tri ?

Cops creux : verres,


plastiques, acier,
aluminium,..etc.
Corps plats: journaux
et magazines, papiers,
cartons,
plastiques...etc. Différentes formes de tri mécanique :
• ouvreur de sacs ou pré broyeur
• séparation magnétique : métaux ferreux (acier)
• machines à courant de Foucault : métaux non
ferreux (aluminium);
• cribles (vibrant, rotatif, etc.) ;
• tri aéraulique : en fonction de la densité.
La pesée des camions

 Après leurs tournées, les camions sont pesés avant d’être


déchargés ; toutes les données du camion sont enregistrées.
La réception et le début du tri

Les camions déchargent les déchets Tapis roulant alimentant l’usine


dans une aire de stockage

Les déchets sont placés sur un tapis


Cabine de pré-tri : les gros cartons et
roulant
les éventuelles ordures ménagères
sont retirés à la main
Le tri mécanique

Le trommel est une machine qui L’overband est un aimant géant qui
sépare les corps plats des corps creux retire les objets métalliques
Le tri manuel

Le tri manuel consiste à séparer manuellement les déchets


qui n’auront pas été retirés au tri mécanique (les
canettes à « l’overband » et les petits papiers et les
petits cartons au « trommel ».

PREMIER TAPIS (devant)  bouteilles et briques alimentaires


DEUXIEME TAPIS (milieu)  divers papiers
TROIXIEME TAPIS (fond)  grands et moyens papiers
(les gros cartons volumineux sont enlevés au début)
La mise en balles

 Les balles sont des cubes de bouteilles plastiques transparentes, colorées


et opaques ; de briques alimentaires et de canettes. Elles sont transportées
vers une usine de recyclage.
La vie des déchets

 Briques alimentaires  compactées  broyées  papier recyclé


 Emballages carton  compactés  broyés  emballages recyclés
 Journaux, magazines  compactés  broyés  papier recyclé
 Verre  concassé  fondu  verre recyclé
 Aluminium  fondu  lingots  aluminium recyclé
 Acier  compacté  fondu  tôle  acier recyclé
 Plastique P.E.T.  compacté  paillettes  plastique recyclé, pull
 Plastique P.E.H.D  compacté  paillettes  plastique recyclé
Recyclage des déchets au Maroc
Recyclage des déchets au Maroc
Recyclage des déchets au Maroc
Mise en décharge

La place de la décharge dans la gestion des déchets


Mise en décharge

Décharges sauvages
Mise en décharge

Principe d’EIE
Mise en décharge

Loi n° 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination Titre VII
- Chapitre 1er: Décharges contrôlée
L’Art. 48 définit 3 classes de décharges selon le type de déchets admis :

Classe 1 : pour Déchets ménagers et assimilés


Classe 2 : pour Déchets industriels, médicaux et pharmaceutiques non
dangereux, déchets agricoles, déchets ultimes et inertes
Classe 3 : pour Déchets dangereux (DD)
Mise en décharge
Le principe des « barrières de sécurité multiples »
Mise en décharge
Mise en décharge

Qu’est-ce qu’une « décharge contrôlée » ?


Mise en décharge
Mise en décharge
Mise en décharge

Exploitation d’une décharge contrôlée

Un manuel d‘exploitation doit être élaboré avant la mise en service du site :


 description des installations d’exploitation
 les mesures à prévoir en exploitation normale pour l'entretien de la décharge, en cas
de pannes, et pour la sécurité de l'exploitation
 la description des mesures à prévoir en cas d'urgence (accidents, incendies etc.)
 l'organigramme des responsabilités des différents services de l’exploitation
 les tâches et les secteurs de responsabilité du personnel
 la description des postes de travail et les consignes de travail
 les mesures de contrôle et de maintenance à prévoir
 les obligations en matière d'informations, d'élaboration de rapports et d'archivage

Le manuel d’exploitation doit être tenu à jour tout au long de l’exploitation du site.
Mise en décharge

Un plan d‘exploitation doit être élaboré avant la mise en service du site


Il comprend :
 l'organisation et le calendrier de réalisation des différentes phases d'exploitation (y
compris les phases de travaux des différents casiers réalisés et la fermeture de ceux-ci
après saturation)
 les plans en fonction des différents états d'exploitation: casiers d’enfouissement en
construction / en service / fermé ; remplissage final
 les stratégies à adopter pour réduire la production de lixiviats (consignes de
remplissage pour chaque casier, compactage et couverture des déchets)

 Directives pour l‘enfouissement spécifique de déchets dangereux sur des


emplacements spéciaux
Le plan d’exploitation doit être tenu à jour tout au long de l’exploitation du site.
Mise en décharge

Un règlement interne doit être élaboré avant la mise en service du site et être affiché de
manière visible pour tous les visiteurs à l’entrée du site

Il doit préciser :
le cadre légal
•le responsable d’exploitation (avec nº de tél. et adresse)
•Les personnes habilitées à pénétrer sur le site
•Types de déchets admis, avec liste des déchets et redevances à payer
•les conditions de livraison pour chaque type de déchets
•les horaires d'ouverture
•les consignes de circulation des véhicules;
•la conduite à suivre au droit des installations d'élimination/traitement et lors de la
•livraison des déchets;
•les modalités d’utilisation du pont-bascule;
•les modalités d’enregistrement des déchets livrés;
•les dispositions de sécurité, d’exclusion de responsabilité;
•les redevances et droits;
•les responsabilités de chacun;
•que chaque personne entrant sur le site reconnait le règlement interne
•la date de l'entrée en vigueur du règlement interne

Le règlement interne doit être tenu à jour tout au long de l’exploitation du site.
Mise en décharge

Un journal d’exploitation doit être tenu et rempli chaque jour :


Il y est enregistré pour chaque livraison de déchets (1/2) :
Cadastre des déchets (Art. 15 du Décret nº 2-09-284)
Masse, code déchet et désignation des déchets :
• Nom et signature du contrôleur ayant vérifié la conformité des déchets
• Date et heure du déchargement des déchets
• Nom et adresse du ou des transporteurs des déchets
• Numéro d’immatriculation des véhicules ayant servi au transport des déchets
• Lieu de mise en décharge et/ou d'enfouissement (plan d'inventaire avec
indication du n° du casier/de l’alvéole)
• Type de mise en décharge et/ou d’enfouissement
• Date de l'enfouissement

Un rapport annuel doit être élaboré chaque année


Mise en décharge

L’exploitation contrôlée d’une décharge implique :


• Le contrôle et l’enregistrement des déchets à l‘entrée (conditions d’admission, pesée
sur pont-bascule)
• Le guidage des camions de livraison sur la décharge
• L’enfouissement des déchets selon le plan d’exploitation et les règles de l’art (couches
successives, compactage, garantie de la stabilité, recouvrement journalier des
déchets, fermeture rapide des casiers pleins)
• La séparation de la collecte des eaux de pluie et des lixiviats
• Le contrôle des émissions: enregistrement et évaluation des quantités et de la qualité
des gaz et des lixiviats
• La surveillance des chiffonniers, l’extinction à temps des feux, la réaction rapide aux
événements spéciaux
• Le nettoyage, la maintenance et la réparation régulière de tous les engins et de
toutes les installations
Mise en décharge
Mise en décharge

Estimation de la surface d’une décharge


Mise en décharge

Estimation de la surface d’une décharge


Recherche des
sites
Méthanisation
Méthanisation
Compostage
Compostage

•Le criblage : 20% éliminés


•On mélange ce compost brut avec 30% de déchets verts broyés.

•On propose de constituer un andain par lot de compost,. Chaque andain sera
dimensionné de cette façon: 1,5 mètre de haut sur 2 mètres de large et 16 mètres de
long
=> La surface totale
Compostage
Compostage
Schéma de principe d’une usine d’incinération

6
2 3 5
1
4
Schéma de principe d’un incinérateur

2
3

4
5
Traitement des Boues
Découvrez nos programmes ICI

MONA DEVELOPPEMENT SARL AU


Tél : 0617131708 /Fax : 0537322126
E-mail : mona.developpement@gmail.com

Vous aimerez peut-être aussi