Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

I. Introduction :

Ce chapitre se propose dans un premier temps, de faire quelques rappels sur le transfert
thermique et les propriétés thermiques des matériaux. Dans un second temps, il s’agira de
décrire les différents modèles théoriques et numériques utilisés pour déterminer la
conductivité thermique des matériaux composites. Il est composé de deux parties, dans la
première partie, on s’intéresse aux modèles théoriques. La deuxième partie est dédiée à la
présentation d’une synthèse sur les modèles numériques, ainsi qu’une discussion des
modélisations numériques de plusieurs auteurs, sera présentée.

II. Transfert thermique et propriétés thermophysiques des composites :


II.1. Transfert thermique:

La chaleur est une représentation thermodynamique du transport d’énergie via une différence
de température entre deux substances. Le but de l’analyse des transferts de chaleur est
d’identifier quels sont les modes de transfert mis en jeu au cours de la transformation et de
déterminer quantitativement comment varie la température en chaque point du système au
cours du temps. La chaleur peut être transportée par conduction, convection ou par
rayonnement.

II.1.1. Transfert de chaleur par conduction dans les matériaux (ou les fluides au repos):
Le processus de transfert de chaleur par conduction s’appuie sur un milieu matériel sans
mouvement de matière et est dû à des phénomènes physiques microscopiques. Il peut être vu
comme un transfert d’énergie des particules les plus énergétiques vers les particules les moins
énergétiques, dû aux collisions entre particules.

II.1.2. Transfert de chaleur par convection:

La convection est un mode de transfert de chaleur qui met en jeu, en plus de la conduction, le
mouvement macroscopique de la matière. Ce phénomène se produit au sein des milieux
fluides en écoulement ou entre une paroi solide et un fluide en mouvement. On distingue deux
types de convection : Convection naturelle et Convection forcée.

II.1.3. Transfert de chaleur par rayonnement:

Tout corps matériel émet et absorbe de l’énergie sous forme de rayonnement


électromagnétique. Le transfert de chaleur par rayonnement entre deux corps séparés par du
vide ou un milieu semi-transparent se produit par l’intermédiaire d’ondes électromagnétiques,
donc sans support matériel. Le phénomène d’émission d’un corps correspond à la conversion
25
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

d’énergie matérielle (agitation des électrons constituant la matière dont l’intensité dépend de
la température) en énergie radiative. Le phénomène d’absorption est la conversion inverse.
Dans notre travail seulement le transfert par conduction est pris en compte.

II.2. Propriétés thermophysiques des composites:

D’un point de vue strictement thermique, quatre propriétés intrinsèques caractérisent


un matériau: la conductivité thermique, la capacité calorifique, la diffusivité thermique et
l’effusivité thermique.
Les mesures de flux de chaleur, de densités de flux et de propriétés thermophysiques telles
que la conductivité ou la diffusivité thermique sont essentielles dans l'étude des procédés
thermiques. Elles permettent de prévoir la manière avec laquelle le matériau va réagir face à
un environnement donné [1].

II.2.1. Conductivité thermique:

La conductivité thermique traduit la puissance thermique surfacique transmise par unité de


longueur du matériau soumis à une différence de température d’un Kelvin et s’exprime en
W m−1 k−1. Pour un matériau homogène et isotrope, si ϕ⃗ est la densité de flux thermique et T la
température, la conductivité thermique est définie à partir de la loi de fourrier par :

ϕ⃗ =−λ ⃗
grad T………………..……………………(III.1)

II.2.2. Capacité calorifique:

La capacité calorifique massique à pression constante 𝐶𝑝 s’exprime en J Kg−1 K−1 et peut


être assimilée à la quantité d’énergie à apporter à un kilogramme de matière pour élever sa
température d’un Kelvin. Cette propriété reflète donc l’aptitude du matériau à emmagasiner
de l’énergie et à restituer la chaleur.

II.2.3. Diffusivité thermique:

La diffusivité thermique notée 𝑎 exprimée en m 2 s−1 est la grandeur qui régit le


comportement thermique d’un matériau en régime transitoire Elle caractérise l’aptitude du
matériau à transmettre la chaleur plus ou moins rapidement. Cette grandeur est reliée à la
conductivité thermique et à la capacité calorifique volumique par la relation :
λ
a= .……………….…..……………………(III.2)
ρc

II.2.4. L’effusivité thermique:


26
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

1
L’effusivité thermique E en J K −1 m2 s−( 2 ) traduit la capacité d’un matériau à échanger de la

chaleur avec son environnement. Plus précisément, cette propriété rend compte de la
sensibilité de la température de surface d’un matériau à une variation du flux de chaleur reçu
par cette surface. Cette propriété est reliée à la conductivité thermique et à la capacité
calorifique volumique par la relation :

E=√ λρc ………….………..………………………(III.3)

III. Caractérisation des propriétés thermiques des composites:

III.1. Méthodes expérimentales:

III.1.1. Méthode de mesure de la conductivité thermique:

Les principales méthodes de détermination des conductivités thermiques peuvent être classées
en 2 groupes. Il y a ainsi les méthodes stationnaires et les méthodes transitoires.
Dans les méthodes stationnaires, nous pouvons citer la méthode de la plaque chaude gardée
dont un schéma est donné sur la figure III.1. C’est une technique de mesure très commune
qui a fait l’objet de nombreux développements donnant lieu à plusieurs versions de la
méthode.
Le dispositif de mesure (Figure III.1) est conçu de la manière suivante : deux échantillons
identiques, de forme cylindrique ou parallélépipédique de faible épaisseur e, sont disposés de
part et d’autre d’un élément chauffant (plaque chaude). Un anneau isolant est placé autour de
la plaque chaude, afin de limiter les pertes radiales de chaleur. Les deux échantillons sont
alors refroidis par une plaque froide, mise en contact avec leurs surfaces extérieures.
L’ensemble est isolé thermiquement, pour limiter l’influence agitatrice du milieu extérieur
[2].

27
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

Figure III.1 : Principe de la méthode de la plaque chaude gardée

Le principe de cette méthode est relativement simple et s’appuie sur la loi de Fourier
unidirectionnelle. On obtient la conductivité thermique, k, à partir de la relation :

q.e
K= ……………….…………………(III.4)
S ( T 1−T 2 )
Où:
q: est le flux de chaleur dissipé par la source chaude,
e: l’épaisseur de l’échantillon, S: la surface chauffée
T1 et T2: les températures des faces respectivement chaude et froide de l’échantillon.

III.1.2. Les méthodes de mesure en régime permanent:


En effet, les techniques de mesure en régime permanent sont utilisées habituellement, pour les
matériaux isolants qui ont une faible conductivité thermique comme le bois. La méthode la
plus utilisée est la méthode de la plaque chaude gardée [3]. Le principe de cette méthode
consiste à mesurer le gradient de température d’un échantillon soumis à un flux thermique
constant et connu.
D’autres méthodes en régime variable ont été développées, on résume les principes de ces
méthodes dans les paragraphes suivants :

III.1.3. Les méthodes de mesure en régime variable:

Le principe général consiste à appliquer un flux thermique variable avec le temps à un


échantillon et à mesurer une ou plusieurs températures en fonction du temps. On peut les
classer en trois catégories:
 Méthodes en régime quasi établi:
Dans ces méthodes, on mesure simultanément le flux thermique qui est généralement
constant et la température (variable avec le temps) d’échantillon. Parmi ces méthode, on peut
citer : la méthode des sondes et la méthode de fil chaud [4].
 Méthodes en régime transitoire:
Les méthodes en régime transitoire consistent à appliquer à l’échantillon un flux
thermique variable rapidement avec le temps. La méthode la plus répandue est la méthode
flash, elle est caractérisée par l’application d’une pulsion laser de durée courte sur l’une des
faces de l’échantillon, et les propriétés thermiques peuvent être calculées en mesurant la
température de l’autre face d’échantillon [5].
 Méthodes en régime périodique établi:

28
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

Le principe de ces méthodes est basé sur l’application d’une excitation périodique à un
échantillon, puis la mesure de la température en plusieurs points qui permet d’obtenir le
déphasage entre deux mesures, ou entre une mesure et la source. On distingue par exemple la
méthode photo- thermique, la méthode photo- acoustique [6].

III.2. Modèles théoriques:

La modélisation de la conductivité thermique effective des matériaux hétérogènes ou


composites est d'un intérêt important dans les applications de transfert de chaleur. Ce
paramètre est fortement affecté par la composition et la structure des matériaux hétérogènes
[7].
Plusieurs modèles ont été proposés dans la littérature pour prédire la conductivité thermique
des matériaux composites en fonction de la concentration volumique des charges. Une
synthèse bibliographique de ces modèles de prédiction a été présentée par Gorring et
Churchill [8] et R. C. Progelhof [9]. De nombreux chercheurs ont comparés leurs résultats
expérimentaux aux modèles théoriques. Cependant, seulement quelques modèles prennent en
compte la taille des charges et la résistance de contact entre la matrice et le renfort.

Dans ce travail, seulement quelques modèles de prédictions de la conductivité thermique


seront présentés.

III.2.1 Modèle de Maxwell:


L'approche de Maxwell est l'un des modèles couramment utilisés pour la prédiction de la
conductivité thermique des matériaux composites. Initialement, ce modèle a été associé à un
problème de la conduction électrique dans un matériau hétérogène constitué de sphères
dispersées dans une matrice [10]. La conductivité est alors donnée par la relation:

2 k m +k f −2 φ (k m −k f )
k =k m ………………………(III.5)
2 k m +k f +φ (k m −k f )
Où:
k m, k f conductivité thermique de la matrice est de la fibre respectivement, φ la concentration
volumique des fibres.

III.2.2 Modèle de Hashin et Shtrikman:

Hashin et Shtrikman développent un modèle de prédiction de la conductivité thermique


effective pour les matériaux composites macroscopiquement homogène, isotrope et constitués

29
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

de deux phases [11]. Selon Hashin et Shtrikman la conductivité s’exprime par la relation
suivante :

k 1+( d−1)φβ
= ……..…………………………(III.6)
km 1−φβ

Et
k f −k m
β= ……..…….………………(III.7)
k f +( d−1)k m

d est un paramètre qui représente la dimension du système et définit la forme des charges.
Dans le cas d’une inclusion sphérique (x=y=z) d=3 , pour les cylindres d=2 et donné par
l’équation (III.8) dans le cas d’une ellipse [12].

1 1 1
d=
( x ) + ( )+( )
y z
………….…..……………(III.8)
1
( )
x

Une modification du modèle de Hashin et Shtrikman a été proposée afin de prendre en compte
la résistance de contact [13]. La conductivité thermique effective du matériau composite est
définie par:
1+(d−1)φ β
E= …………………………………(III.9)
1−φ β
Avec

1 C
−(1+ )
D D
β= ………………………………(III.10)
1 C
+ ( d−1 ) (1+ )
D D

Où C représente la résistance de contact, D le rapport entre la conductivité de la matrice et de


la fibre.

III.2.3 Modèle de Hata et Taya:

30
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

En 1985, Hatta et Taya développent une méthode de prédiction de la conductivité thermique


effective pour des fibres courtes de différentes orientations. Cette approche prend en compte
la forme et les interactions entre les fibres de différentes orientations. L’équation de Hatta et
Taya est donnée par:

( k f −k m )( 2 S33 +S 11 ) +3 k m .…………………(III.11)
k =k m (1+ φ )
j

k 2m
J=3 ( 1−φ ) ( k f −k m ) S 11 S 33+ k m ( 3 ( S11 + S 33) −φ ( 2 S 11 + S33 ) ) +3 ……(III.12)
k f −k m
Et
L
D
S11 = 3
¿ ………………(III.13)
L 2
2
(( ) )
D
−1 2

Avec: L: longueur de la fibre, D: diamètre de la fibre.

III.2.4. Modèle de Hasselman:

Hasselman et Johnson présentent également l'effet de l'interface entre la matrice et les fibres,
et la taille des renforts qui peut être cylindrique ou sphérique dans le modèle de la
conductivité thermique [14]. Ils obtiennent la relation suivante:

[ k f (1+2 ξ ) +2 k m ] +2 φ [ k f ( 1−ξ )−k m ]


k =k m ……………………(III.14)
[ k f ( 1+2 ξ )+ 2k m ]−φ [ k f ( 1−ξ ) −k m ]
et
Rk k m
ξ= ………….…………..……………(III.15)
а
Où R la résistance de contact et a variable d'espace.

III.2.5. Modèle de Nielsen:

Lewis et Nielson ont modifié et ont adapté l'équation de Halpin-Tsai y compris l’effet de la forme des
particules, l’orientation et le type de compactage de ces particules [15]. Ils ajoutent aussi dans
le modèle un paramètre lié à l’effet maximal de compactage (ou de l’empilement) ∅ max des
inclusions. Le modèle semi empirique de Nielsen s’écrit:

31
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

kffe 1+
UA φ hc
)III.16(.………………………………… =
k m 1− ψU φhc
Avec

khc
−1
km
U=
)III.17(………………………..………………
khc
+A
km

1− φxam
)III.18(..………………………………ψ= 1+
(φxam2 )
φhc

φ max : représente la fraction volumique maximale de l’empilement des inclusions.


Le coefficient A dépend de la géométrie et de l’orientation des particules ; Nielsen donne des
valeurs de A pour différents types d’inclusions (voir le tableau III.1):

Tableau III.1 : Différents types d’inclusions données par Nielson [16].

Types d’inclusions Direction du flux A


Cubes Quelconque 2.0
Fibres aléatoires Quelconque 1.58
Collectif de sphères Quelconque 3.5/( φ max -1)
Fibres perpendiculaire 0.5

III.3. Simulation numérique :

Le développement des méthodes numériques a ouvert des champs d'applications très divers et
plus particulièrement celui de la détermination des caractéristiques des matériaux hétérogènes.
Parmi les méthodes numériques les plus connues et les plus répandues pour la résolution des
équations différentielles, décrivant des phénomènes ou des structures électromagnétiques, on
peut citer la méthode des éléments finis (MEF), la méthode des différences finis (MDF), la
32
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

méthode des équations intégrales de frontière (MEIF), la méthode des différences finies dans
le domaine des temps (FDTD)[17].

Au cours de ces dernières années, la méthode des éléments finis (FEM) a été souvent utilisée
pour étudier le transfert de chaleur dans les matériaux composites [18]. La méthode FEM est
une méthode générale qui s'applique à la majorité des problèmes rencontrés dans la pratique:
problèmes stationnaires ou non stationnaires, linéaires ou non linéaires, définis dans un
domaine géométrique quelconque à une, deux ou trois dimensions [19].

III.1. Travaux réaliser pour la modélisation des propriétés thermique des


composites :

Eric W. Tiedje et al. [20], ont étudié l’influence de la forme et de l’orientation des particules
sur la conductivité thermique de composites par une simulation numérique en deux
dimensions, en utilisant Flex PDE qui est basé sur la méthode des éléments finis (FEM). Ils
ont supposé qu’il n’y a pas d’interaction entre les particules. Cette hypothèse limite
l'application de ce modèle pour les composites avec des concentrations de particules
relativement faibles. Deux géométries ont été observées : une seule particule (figure III.2) et
plusieurs particules (Figure III.3).

Figure III. 2: Représentation schématique d'une simulation


.de composite de particule unique, rectangulaire [20]

33
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

Figure III.3: Illustration du système de distribution de particules [20].

La simulation d’Eric W. Tiedje et al. [20], montre que la conductivité thermique de tels
composites est influencée non seulement par la concentration volumique et la conductivité des
inclusions, mais aussi par leur forme générale, et l'orientation par rapport à la direction du
flux de chaleur. Selon les études de Thanh Hung Pham et al. [21], le tenseur des conductivités
thermiques de béton de chanvre a également été estimé par une méthode éléments finis en
utilisant le logiciel ABAQUS® [21]. Les deux maillages adoptés pour cette étude sont
présentés sur la Figure III.4: l'un représente le cas où l'orientation des particules de chènevotte
est selon une direction donnée (Figure III.4 a) et l'autre matérialise une orientation aléatoire
en 2D (Figure III.4 b). Pour une orientation parfaitement alignée (Figure III.4 a), la
conductivité longitudinale, selon la direction principale des particules, et la conductivité
transverse, selon la direction orthogonale à la précédente, sont calculées.

Figure III.4. Maillages utilisés pour les résolutions par éléments finis : (a)orientation
unidirectionnelle alignée ; (b) orientation aléatoire en 2D.

Leur étude montre que la méthode des éléments finis pour des orientations alignées avec un
flux de chaleur appliqué transversalement donne de meilleures prédictions de la conductivité
thermique du composite. Dilek Kmlutas et al [22] ont étudié numériquement et
expérimentalement la conductivité thermique d’un composite à matrice polymère (HDPE)
chargée de sphères métalliques (Sn). L’étude numérique a été réalisée en utilisant la méthode

34
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

des éléments finis sous le programme ANSYS. Dans ce même travail, les auteurs ont
comparés les résultats obtenus avec les modèles de prédiction théoriques. Ils ont montré que
pour les faibles concentrations en charges l’estimation numérique est en bon accord avec les
résultats expérimentaux et avec les modèles théoriques (Figure III. 5).

Figure III.5 : Comparaison des résultats numériques, expérimentaux et théoriques


de la conductivité thermique.

Dans un autre travail, Wenying Zhou et al [23] ont appliqués les modèles: Bruggeman,
Maxwell, Agari pour étudier le comportement de la conductivité thermique du composite
Polyéthylène/Boron Nitride pour différentes concentration en charges. Les résultats sont
présentés dans la figure III.6.

35
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

Figure III.6 : Variation de la conductivité thermique en fonction de la concentration


]23[

Haddadi et al. [24] ont appliqués les modèles, Hata et Taya, Bruggeman, pour prédire la
conductivité thermique de composites BaTiO3 (1) et BaTiO3 (2) en fonction de la
concentration en charges. Ils ont comparés des valeurs expérimentales et numériques avec ces
modèles. Les résultats obtenus avec la méthode des éléments finis sur Les figures III.7-III.8,
elles présentent l’évolution de la conductivité thermique numérique, expérimentale et
théorique.

Figure III .7 : Comparaison de la conductivité thermique du composite BaTiO3(1)


aux modèles théoriques et aux valeurs expérimentales[24]

36
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

Figure III.8 : Comparaison de la conductivité thermique du composite BaTiO3(2)


aux modèles théoriques et aux valeurs expérimentales[24]

D’après ces figures, pour les faibles concentrations en charges (φ<10%) tous les modèles de
prédiction ainsi que les valeurs numériques donnent une bonne estimation de la conductivité
thermique pour tous les composites. Le modèle de Hata et Taya est en accord avec les
résultats numériques pour les faibles concentrations en charges (φ<30%).Au-delà de cette
dernière valeurs le modèle ne prédit pas correctement la conductivité thermique des
composites. Par ailleurs, modèle de Bruggeman est le modèle qui donne la meilleure
estimation de la conductivité thermique des composites par rapport aux autres prédictions
données par les autres modèles théoriques. De plus, les valeurs de la conductivité thermique
obtenue par le modèle numérique développé pour cette étude sont en bon accord avec les
valeurs expérimentales. Toutefois, ces valeurs numériques restent inférieur aux valeurs
expérimentales, ceci est peut être due à la distribution des charges dans le composite.

IV. Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons présenté une étude bibliographique sur le transfert thermique et
les différents modèles théoriques et numériques qui peuvent être utilisés pour la détermination
de la conductivité thermique des composites. Plusieurs modèles théoriques ont été proposés
pour prédire la conductivité thermique des matériaux hétérogènes. Néanmoins, ces modèles
parfois, ne sont pas valables surtout pour les matériaux qui ont une géométrie complexe, ils ne
peuvent pas prédire la conductivité thermique avec précision. Pour cela, les méthodes
numériques offrent un champ d’application plus large, notamment, dans la détermination des
propriétés thermiques des composites.

37
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

Références :
[1] C. Profeta and M. Thouvenin,"Mesure Des Proprietes Thermophysiques," Projet de
mécanique 1ère année Ecole des Mines de Nancy, pp. 1-25, 2004
[2] M. Tlijani. Contribution à la caractérisation thermophysique de matériaux bio-isolants :
valorisation des déchets de bois de palmier. Génie des procédés. Université Paris-Est, 2016.
Français.
[3] A. Chehma, HF. Longo, and A.Siboukeur, "Estimation du tonnage et valeursalimentaire
des sous produits du palmier dattier chez les ovins," RechercheAgronomique, vol. 7, pp. 7-15,
2000.
[4] C. F. Benziouche Salah Eddine, "La Conduite du Palmier Dattier Dans les Palmeraies des
Zibans (Algérie) Quelques éléments d’analyse," European Journal of Scientific Research, vol.
42, pp. 644-660, 2010.
[5] R. A.-J. H.H. Abdel-Rahman, F.Ahmad, I. Alam, "Physical, mechanical and durability
characteristics of date palm frond stalks as reinforcemet in structural concrete," international
Journal of Cement Composites and Lightweight Concrete, vol. 10, pp. 175-181, 1988.
[6] Ahmad Alawar, Ahmad M. Hamed, and K. Al-Kaabi, "Characterization of treated date
palm tree fiber as composite reinforcement," Composites: Part B 40, pp. 601–606, 2009.
[7] A. Djoudi, M. M. Khenfer, and A. Bali, "Etude d'un nouveau composite en plâtre renforce
avec les fibres végétales du palmier dattier," SBEIDCO - 1st International Conference on
sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries ENSET Oran
(Algeria) – October 12 14, 2009.
[8] J. Wang, J. K. Carson, M. F. North, and D. J. Cleland, "A new approach to modeling the
effective thermal conductivity of heterogeneous materials," International Journal of Heat and
Mass Transfer, vol. 49, pp. 3075-3083, 2006.
[9] R. L. Gorring and S. W. Churchill, "Thermal conductivity of heterogeneous materials,"
Chemical Engineering Progress, vol. 57, pp. 53-59, 1961.
[10] R. C. Progelhof, J. L. Throne, and R. R. Ruetsch, "Methods for Predicting the Thermal
Conductivity of Composite Systems," Polymer Engineering and Science, vol. 16, pp. 615-
625, 1976.
[11] K. Wattanakul, H. Manuspiya, and N. Yanumet, "Thermal conductivity and mechanical
properties of BN-filled epoxy composite: effects of filler content, mixing conditions, and BN
agglomerate size," Journal of Composite Materials, vol. 45, pp.1967–1980, 2010.
[12] A.Boudenne, L.Ibos, and Y.Candau, Handbook of Multiphase Polymer Systems, ed. By
A. Boudenne, L. Ibos, Y. Candau and S. Thomas (John Wiley & Sons, Ltd, Chichester, UK,
2011) ed.
38
Chapitre III Caractérisation thermique des matériaux composites

[13] J. Floury, J. Carson, and Q. T. Pham, "Modeling Thermal Conductivity in


Heterogeneous Media with finite Element Method," Food Bioprocess Technol, pp. 161-170,
2007.
[14] J. K. Carson, S. J. Lovatt, D. J. Tanner, and A. C. Cleland, "Thermal conductivity bounds
for isotropic, porous materials," Int. J. Heat Mass Transfer, vol. 48, pp. 2150- 2158, 2005.
[15] R. C. Progelhof, "Methods for predicting the thermal conductivity of composite systems:
a review," Polymer engineering and science, vol. 16, pp. 615-625, 1976.
[16] A. Boudenne, "Etude Expérimentale et Théorique des Propriétés Thermophysiques de
Matériaux Composites à Matrice Polymère," Université Paris XII Val de Marne, 2003.
[17] M. Karkri, A. Boudenne, L. Ibos, B. Garnier, and Y. Candau, "Numerical and
experimental study of thermophysical properties of spheres composite materials," High
Temperatures-High Pressures, pp. 1-24, 2011.
[18] H. Hatta and M. Taya, "Effective thermal conductivity of a misoriented short fiber
composite," J. Appl. Phys, vol. 58, pp. 2478-2486, 1985.
[19] T. Behzad and M. Sain, "Measurement and Prediction of Thermal Conductivity for
Hemp Fiber Reinforced Composites," Polymer Engineering And Science, pp. 977-983,2007.
[20] E.W.Tiedje and P. Guo, "Modeling the influence of particulate geometry on the thermal
conductivity of composites," J Mater Sci, vol. 49, pp. 5586-5597, 2014.
[21] T. H. Pham, J. Férec, V. Picandet, P. Tronet, J. Costa, and P. Pilvin, "Etude
expérimentale et numérique de la conductivité thermique d’un composite chaux– chanvre,"
pp. 8-9, 6 au 8 juin 2012.
[22] D.Kumlutas and I.H. Tavman, A numerical and experimental study on thermal
Conductivity of particle filled polymer composites, vol.19, 2006.
[23] W. Zhou, Q. A. S. Qi, H. Zhao, and a. N. Liu, Thermal conductivity of boron nitride
reinforced polyethylene composites, vol.42, pp.1863-1873, 2007.
[24] M. Haddadi, Etude numérique avec comparaison expérimentale des propriétés
thermophysiques des matériaux composites à matrice polymère, mémoire de master,
université de Batna, 2011.
Sites Web
 https://jeretiens.net/les-3-transferts-thermiques/
 https://www.superprof.fr/ressources/physique-chimie/terminale
s/thermodynamique/transfets-thermiques.html
 https://fr.wikibooks.org/wiki/Transferts_thermiques/Convection

39

Vous aimerez peut-être aussi