Vous êtes sur la page 1sur 5

Chapitre 1 : Principes ressources de l’ensemble de la LOF.

Ces
sous-ensembles consistent dans :
budgétaires
 budget général ( compte retraçant les
1) Le principe d’annualité
dépenses et les recettes annuelles de
- Le principe d’annualité est un principe l’Etat qui ne font pas l’objet d’une
selon lequel les recettes et les dépenses affectation spéciale)
autorisés par la LOF ne sont valables que  SEGMA (Services de l’Etat Gérés de
pendant une année budgétaire. Manière Autonome)
 comptes spéciaux de trésor
- Le strict respect de l’annualité budgétaire
peut provoquer des comportements 3) Le principe d’universalité
dépensiers peu souhaitables.
- Le principe d’universalité, selon lequel
 Exceptions du principe d’annualité : l’ensemble des recettes couvre l’ensemble
des dépenses.
 crédits d’engagement (ils concernent
aussi bien les dépenses - Selon l’art. 9 : « Il est fait recette du
d’investissement que les dépenses de montant intégral des produits, sans
fonctionnement). contraction entre les recettes et les
 crédits de report (selon l’art 46 de la dépenses, l’ensemble des recettes
lof « ... les crédits de paiment disponible assurant l’exécuution de l’ensemble des
au titre des dépenses d’investissement dépenses ».
sont reportés selon les modalités fixées
par voie réglementaire ... »).  Exceptions de ce principe consistent
principalement dans :
2) Le principe d’unité
 budgets annexes (il décrit les
- Le principe de l’unité du budget répond à opérations financières d’1 service de
l’exigence de l’appareil législatif de voir l’Etat et rend des services donnant lieu
l’ensemble des recettes et des dépenses de au paiement d’1 prix)
l’Etat groupés dans un document unique de
façon à lui permettre d’avoir une vision  SEGMA (ils ne bénéficient ni de la pers.
précise et globale de la situation des morale ni de l’autonomie financière)
finances publiques.
 comptes spéciaux du trésor (ils
- Selon l’art. 11, les ressources de l’Etat reposent sur des recettes fiscale et
comprennent : parafiscales ou sur un soutien direct du
budget général)
 impôts et taxes
 produit des amendes
 contributions pour le financement
 rémunération des services rendus
 produits d’emprunt des dépenses d’intérêt public (il
 ... s’agit des fonds de concours)

- Selon l’art. 12, les charges de l’Etat


comprennent : 4) Le principe de spécialité des
crédits
 dépenses du budget général
 dépenses des budgets des services - Le principe de spécialité vise à assurer
de l’Etat une information suffisante pour permettre
 dépenses des comptes spéciaux du l’exercice d’un contrôle efficace sur
trésor l’exécution du budget de l’État.

- Des sous-ensembles homogènes font 5) Le principe de l’équilibre


ressortir l’équilibre des charges et
- le budget ne doit souffrir d'aucune  direction du trésor et finances
majoration ni minoration des dépenses ou extérieures (prend en charge les
des recettes qui ne seraient pas fondées, et éléments d’information relatifs à la
doit présenter un parfait équilibre entre les dette publique) (elle assure, ainsi, la
recettes et les dépenses. centralisation des domaines émanant
des autres directions).
6) Le principe de sincérité
budgétaire 2) Phase de la préparation
- Le Maroc compte bien renforcer la administrative et des
transparence budgétaire de manière à se arbitrages
rapprocher davantage des meilleurs
standards internationaux.  Elaboration des propositions au
sein des ministères
- Cependant, pour que ce principe marche,
les comptes de l’Etat doivent être réguliers  Conférences budgétaires entre la
et sincères et il faut que les instances direction du budget et les ministres
concernées agissent pour qu’ils aient des (en vue d’arriver à des décisions
rapports d’audit. consensuelles concernant les
enveloppes budgétaires à ouvrir).

 Arbitrage des points litigieux et des


points de divergences (s’ils existent).
Chapitre 2 : Préparation du  Mise en forme du budget de la LOF
budget de la LOF
Il se déroule selon 4 phases principales :

1) Phase exploratoire 3) Phase de l’approbation


- Les organes contribuant à la préparation gouvernementale
du budget :
 Approbation du conseil des
 direction des études et des ministres (pour communiquer la
prévisions financières (s’occupe de la version définive du projet de la LOF)
conjoncture économique nationale et  Approbation du conseil de
internationale). gouvernement (en vue du dépôt du
projet dans l’une des chbr. du
 administration des douanes et parlement).
impôts indirects & direction gén.
des impôts (traitent les recettes dont 4) Phase parlementaire
ils sont chargés).
- Le calendrier du vote du projet de la LOF
(dispo dans art. 33 & 34 de la LOF).
 direction des entreprises publiques
(se charge des prévisions des recettes
et de dépenses pour le budget de l’Etat
ainsi que des opérations de
privatisation).

 direction du budget (s’occupe des


prévisions liées au budget de
fonctionnement et des prévisions de
recettes ne relevant pas de la
compétence des autres).
ministres / sous-ordonnatuers :
gouverneurs et chefs des services
extérieures des ministères)
 le comptable est gardien de la
régularité des opérations comptables
de recettes et de dépenses ou de
maniement de titres.

II. L’exécution du budget au niveau


des recettes

- Cette exécution passe par 3 phases :

 liquidation : Elle a pour objet la


vérification de la réalité de la recette
et d’arrêter le montant de la dépense
correspondante.

 émission d’orde des recettes :


Elle est faite sur la base des résultats
des opérations de constatation et de
liquidation et n’appartient qu’aux
ordonnateurs.
Chapitre3 : Exécution du
    recouvrement des créances
budget publiques :
 soit à l’amiable
 soit par voie de recouvrement
I. Cadre juridique forcé

- L’exécution du budget s’effectue


conforméments aux règles de la
comptabilité publique.

- La comptabilité publique repose sur 2


principes : III. L’exécution du budget au niveau
des dépenses publiques
 Principe de la mise des opérations
financières sous la responsabilité de 2 - Cette exécution passe par 2 phases :
ordres d’agents : 1) mise des recettes à la
 ordonnateurs disposition des ordonnateurs au
 comptables niveau central et déconcentré.

2) utilistation effective des crédits,


 Principe de la séparation des qui se déroule en 4 étapes :
ordonnateurs et des comptables dont
les fonct° sont incompatibles :  engagement (créer ou
constater une obligation de
 l'ordonnateur des dépenses et
nature à entraîner une charge)
recettes engage, constate, liquide
ou ordonne le recouvrement d’une  liquidation (vérifier la réalité
recette ou le paiement d’une dette.
des dettes et arrêter le
(ordonnateurs principaux : les
montant de la dépense)
 contrôle de l’inspection générale
 ordonnancement (donner des finances
l’ordre de payer la dette de  contrôle de la cour des comptes
l’organisme public)  les cours régionales des comptes

 paiement (libère l’organisme 3) contrôle parlementaire :


public de sa dette)
- Il peut prendre la forme d’une action
permanete et répétitive qui précède ou
accompagne l’exécution des LOF comme
c’est le cas pour :

 le vote de la LOF
 les questions orales et écrites

- Il peut également prendre la forme


d’actions ponctuelles comme c’est le cas
pour :

 les commissaires parlementaires


d’enquêtes

Chapitre 4 : Contrôle de
l’exécution du budget
Chapitre 5: Dépenses
- Ce contrôle est effectué au sein de publiques
l’administration publique. il revêt 3 formes :

1) contrôle à priori :
I. Définition des dépenses
- Il s’effectue à 3 niveaux : publiques
 au niveau de l’ordonnateur
 au niveau du contrôle général - les dépenses publiques sont l’ensemble
des engagements de dépenses des dépenses réalisées par les
 au niveau du comptable administrations publiques.

2) contrôle à postériori : - Leur financement est assuré par les


recettes publiques (impôts, taxes et
(voir cours pour plus de détails) cotisations sociales).
- Il s’effectue à 3 niveaux :
II. Justifications des dépenses
publiques IV. Classification des dépenses
publiques
- les dépenses publiques ont 3 fonctions :
1) classification administrative :
1) redistribution des revenus et
permet de situer la responsabilté des
patrimoines
ordonnateurs et des comptables.
2) régulation macro-économique
(choisir le bon financement de ces 2) classification économique :
dépenses). permet de fournir les données
indispensables pour analyser
3) impôt ou emprunt (selon la l’influence des organismes de l’Etat
situation conjoncturelle). sur l’économie ainsi que de faciliter
les discussions budgétaires et le
III. Caractéristiques des dépenses
contrôle.
publiques
- Le Maroc a adopté cette classification
1) caractère monétaire commode qu’on trouve dans la plupart des
2) la dépense pub. doit être présentations budgétaires.
effectuée par une personne (Etat,
collectivité locale, ...)

Vous aimerez peut-être aussi