Vous êtes sur la page 1sur 22

Support de cours AU 2019-2020

Chapitre I:

CLASSIFICATION, ELABORATION
ET DESIGNATION
DES MATERIAUX

 Identification d’un matériau


 Classification des matériaux
 Elaboration des matériaux : fonte, acier, aluminium, cuivre, Zinc…..
 Elaboration des matières plastiques
 Elaboration des matériaux composites
 Désignation des matériaux

1
Support de cours AU 2019-2020

Plan de cours

Objectifs généraux :
 Définir les propriétés d’un matériau.
 Savoir les différentes classes des matériaux.
 Connaitre les modes d’élaboration des principaux matériaux utilisés.

Objectifs spécifiques :
 Définir les propriétés physiques et mécaniques d’un matériau
 Connaître les principales familles des matériaux
 Déterminer les modes d’élaboration des différentes classes des matériaux et leurs domaines
d’application

Déroulement
Le chapitre sera abordé durant 4 séances de 1h:30min réparties comme suit :

 Première séance : définir un matériau et les déférentes classes des matériaux


 Deuxième séance : élaboration et domaine d’application des matériaux industriels
 Troisième séance : désignation normalisée des matériaux.
 Quatrième séance : évaluation.

Prérequis :
 Notion de chimie et réaction chimique

Evaluation

 Réussir plus de 70% des TD et de la recherche bibliographique « Elaboration des fontes et


des aciers » suivi d’un exposé.

2
Support de cours AU 2019-2020

Chapitre I : CLASSIFICATION ET ELABORATION

DES MATERIAUX

A- Mise en situation :

Les matériaux font partie de la source de la technologie et du monde industriel. L’évolution


technique et le succès commercial d’un produit réalisé dépendent fortement des matériaux choisis.

1- Identification d’un matériau :

Un matériau est une …… matière ………d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne
pour fabriquer des objets et mis en œuvre en vue d'un usage spécifique. Toute matière entrant dans
une construction devient un matériau.

2- Choix d’un matériau :

Sélectionner un matériau particulier ne consiste pas une opération simple vue la grande variété
existante dans le marché. Un tel choix dépend autant du prix que des qualités propres du matériau
et du procédé de mise en ouvre retenu pour la réalisation.

3- Propriétés principales : On distingue :

 Propriétés …………… physiques………………

 Propriétés ……… chimiques des métaux ………

 Propriétés ……………… mécaniques …………

4- Propriétés physiques :

Les principales propriétés physiques qu’on peut citer sont :

4.1 La structure :

C’est à l’état solide que les matériaux métalliques se présentent sous


forme d’un empilement de grains microscopiques dont chacun
constitue un cristal.

 Cristal:

Represente la répétition indéterminée d’un groupe élémentaire appelée


maille pour former un réseau cristallin (ou système)

 La structure cristalline :

Figure I. 1 : structure cristalline

3
Support de cours AU 2019-2020

 C’est la distribution régulière des atomes ordonnées à grande distance (par rapport au rayon
atomique) .
 Cette propriété concerne les métaux, un grand nombre de céramiques, les polymères semi-
cristallins.

Pour les métaux on différencie trois états cristallographiques :

a- Système Cubique Centré CC :

Dans ce système, la maille élémentaire possède un atome à chacun de ses huit sommets et un atome
localisé au centre. Parmi les métaux qui cristallisent dans le système CC on trouve : le fer α, le
Chrome, le Molybdène, le Tungstène et le Vanadium…

b- Système Cubique à Face Centré CFC :


La maille élémentaire est un cube qui possède un atome à chaque sommet ainsi qu’un atome situé
au centre de chacune de ses 6 faces).
Parmi les matériaux métalliques cristallisant dans le système CFC on trouve : Le fer γ, le Nickel, le
Cuivre, l’Aluminium, Or,…..
c- Système Hexagonal Compacte HC:
Dans ce système, les atomes sont localisés aux sommets et au centre des 3 prismes triangulaires
composants un prisme de forme hexagonale de hauteur allant de 1.6 à 1.9 fois le côté de la maille
élémentaire.
Parmi les métaux cristallisant dans le système HC on cite : le Manganèse, le Zinc, le Cadmium et
le titane.
 Structure amorphe :
 C’est une structure dense et peu structurée
 Elle est similaire à celle des liquides
 Elle présente une certaine périodicité à petite distance (par rapport au rayon atomique) .

Elle concerne : les verres minéraux, les verres métalliques, les polymères.

Figure I. 2 .Structure amorphe

4
Support de cours AU 2019-2020

4.2 La couleur :
Cette propriété varie d'un métal à un autre, pour faciliter son identification.
 Cuivre : ……… rouge ……..
 Or : ……… jaune brillant…………..

4.3 Le point de fusion :

La température de ………… fusion ….. D’un métal pur est toujours identique (la même).
 Mercure : ……………… -38°C …………
 Aluminium : ……………660°C …………
 Fer : ……………1539°C ………….
 Acier : ………………?……….….
 Vanadium : ……..….…1910°C …………
 Tungstène : …………3400°C …………..

4.4 MASSE VOLUMIQUE :

Cette caractéristique est de symbole  , elle présente la masse par unité de volume, elle s'exprime
en : (Kg/m3) ou en (Kg/dm3).

Figure I. 3. Masse volumique de quelques matériaux


5- Propriétés chimiques des métaux :

Résistance à la corrosion sous l'action de l'Oxygène :

 Fer : ………… s’oxyde rapidement ………

 Aluminium ; Zinc ; Etain : ………… oxydation superficielle ………

 Nickel ; Chrome ; Or : ………… aucune oxydation…………

6- Propriétés mécaniques :

Elle caractérise le comportement du métal quand il est sollicité à des forces pour le déformer.

6.1 Dureté : c’est la résistance à la pénétration et à l’usure ………………

Elle est déterminée par l’essai de dureté …………

5
Support de cours AU 2019-2020

6.2 Ténacité :

Elle caractérise … la résistance à la rupture ou la résistance aux chocs)……………

Elle est déterminée par l’essai ………… de résilience …………

6.3 Elasticité :

C’est …… la propriété d’un matériau de reprendre la forme initiale après déformation……

Elle est déterminée par l’essai ………… de traction …

6.4 La ductilité :

C’est la capacité des matériaux métalliques à se déformer plastiquement avant la rupture….

Elle est déterminée par essai ………… de traction ………

B- TYPES DE MATERIAUX :

1. Principales familles de matériaux :

Figure I. 4. Principaux familles des matériaux.

2. Matériaux pour outils de coupe :


On trouve :
 Les aciers rapides supérieurs ARS (destinés aux conditions de coupes faibles)
 Les Carbures métalliques (pour des conditions de coupes élevées)
 Les Céramiques (pour des conditions de coupes très élevées)
 Les Diamants (c’est le matériau le plus dur)

3. Matières d’œuvre (Pièces à usiner) : On distingue les grandes familles de matériaux :


 Matériaux ……..métalliques………

6
Support de cours AU 2019-2020

 Matériaux ………. plastiques………


 Matériaux…………composites……

4. Matériaux métalliques :

a. FERREUX: (le fer ; les aciers ; les fontes…)

b. NON FERREUX : sont nombreux comme : (l’Aluminium ; le Cuivre ; le Magnésium ainsi


que leurs alliages)

5. Alliages :

Un alliage est définit comme un mélange d'un métal avec un ou plusieurs autres éléments. Le
métal pur admet des caractéristiques mécaniques partiellement faibles. Le métal primordial est
appelé le métal de base ou la « base ». Les éléments additionnés volontairement sont appelés les
substances d'alliage (ou d'ajout) .

C- ELABORATION DES MATERIAUX :


1. Généralités : La rénovation technique a permis de constituer des matériaux élaborés à partir des
techniques suivantes :

 L’extraction des métaux à partir de minerai

 De les fusionner pour fabriquer des alliages

 D’élaborer des matières plastiques artificielles à partir d’éléments naturels comme le charbon, le
pétrole, le bois ou le gaz naturel.

 De créer des matériaux composites de plus en plus employés dans les industries du
transbordement.

Figure I.5. Fabrication des matériaux composites

7
Support de cours AU 2019-2020

2. Modes d'obtention des métaux :

2.1 Elaboration de la Fonte : …… fer + carbone (% C > 2%)………………………

a- Fontes de première fusion : ce type de fonte de base qui est enlevée directement par le
traitement du minerai (Diminution de ce minerai au haut fourneau).

Le déploiement des opérations est le suivant :

 L’extraction du minerai

 Le Concassage, le broyage

 L’Enrichissement pour chasser le plus possible de gangue.

 L’agglomération pour en réaliser des blocs.

. La réduction de ce minerai dans un haut fourneau afin d’enlever la fonte de première fusion.

Figure I.6. Obtention de la fonte de première fusion

b- Fontes de seconde fusion :


Elles sont prises par refusions des gueuses de premières fusions (des retours de fonderie),suivi d’une
opération d’ affinage et de dosage en fonction de la nuance exigée.

8
Support de cours AU 2019-2020

2.2 Elaboration de l’Acier :

 Composition d’un acier : Alliage ferreux à ……2% ……. Carbone maxi.


 Il est mis en ouvre à chaud avec présence volontaire ou non d’éléments métalliques ou de
métalloïdes.
Elaboration : Par deux filières suite à l’affinage :
 de la fonte à l’air ou l’oxygène  le cas d’un acier de base non allié.
 d’un acier (à l’arc électrique)  le cas d’un acier spécial.

Note : enrichissement des connaissances par une recherche sur les


modes d’élaboration des fontes et des aciers suivi par un exposé dans la
classe.
2.3 Elaboration de l’Aluminium :

L’aluminium est le composant métallique le plus prospère de la croûte terrestre. L’important minerai
d’aluminium est la bauxite. Il se trouve sous forme de silicate d’aluminium mais en aucun cas à l’état
libre.

Figure I.7.Préparation et obtention de l’aluminium

L’élaboration de l’aluminium se fait principalement suivant 3 étapes :

9
Support de cours AU 2019-2020

a) Extraction de l’alumine (oxyde d’aluminium), à partir du minerai ou bauxite (oxyde impur


d’aluminium)
b) Fabrication de l’aluminium par électrolyse, a partir de l’alumine, a une température de 950°C

c) Raffinage de l’aluminium.
L’aluminium peut s’allier a un grand nombre des métaux, toutes les alliages sont obtenue par fusion
dans des fours spéciaux
les principaux alliages sont :
 Alpax : c’est l’alliage d’aluminium et de silicium.
 Duralumin : c’est l’alliage le plus utilisé dans l’application mécanique, composition : Cu 4%,
Mn 0,5%, Mg 0,5%.

2.4 Elaboration de Cuivre :

Le cuivre ainsi que ses alliages, en particulier le bronze représentent les premiers métaux utilisés
dans la fabrication d'objets.

a- État naturel :
Modérément abondant dans la croûte terrestre, ce matériau existe à l'état naturel (c'est-à- dire
présent naturellement sous forme métallique).

b- Préparation et production :
C'est dès l'Antiquité que l'on emploi le cuivre. La majorité des minerais profités contiennent
également d'autres métaux, comme le plomb, le nickel et du fer. La sidérurgie du cuivre dépend
de la combinaison du minerai. Le cuivre natif est broyé, lavé et moulé en barre.

Figure I. 8. Elaboration de cuivre

Le minerai enrichi, mis dans un four chauffé à 1100 0C ainsi que deux couches liquides seront
obtenues:

10
Support de cours AU 2019-2020

 Une couche supérieure est appelée la scorie;


 Une couche en bas d'aspect métallique de teneur en cuivre de 35 à 55% est appelée la matte.
Cette dernière qui est liquide, en présence de silice reçoive une oxydation par un courant d'air
sous pression.
Le convertissage se déroule en deux phases:

 1er phase: oxydation de FeS

 2eme phase: oxydation de Cu2S

Le caractère exothermique de ces deux réactions permet de porter le métal liquide à 1250 °C. Ce
métal, appelé cuivre blister, contient 1% de saletés. Il n'est pas employable, il doit être donc
affiné.

2.5 Elaboration du Zinc :

Le zinc est utilisé aussi depuis l'Antiquité sous la forme mélange avec le
cuivre et l'étain.

a- État naturel :
Le zinc est suffisamment abondant dans la croûte terrestre. Le essentiel
minerai est la blende (ZnS). On le trouve pareillement dans d’autres
minerais : smithsonite (ZnCO3), hémimorphite (ou calamine,
Zn4Si2O7(OH)2,H2O).
La blende c’est un sulfure de zinc : présentant un système cristallin
cubique (en noir le zinc et en gris le soufre).

b- Préparation et production : Figure I. 9.structure de sulfure de zinc

La métallurgie constitue l’art d’extraire les matériaux métalliques de leurs minerais. En tenant
compte du caractère oxydant de l’atmosphère terrestre, les minerais renferment généralement les
éléments métalliques à l’état oxydé : des oxydes, des sulfures des chlorures et des carbonates. Il est à
noter que la préparation des métaux est chimiquement represente une réduction.

Les minerais sont des composés complexes, l’obtention du métal demande en général de nombreuses
stations ; celles qui se déroulent en phase aqueuse composent l’hydrométallurgie.

11
Support de cours AU 2019-2020

Pour le zinc cette méthode de préparation garantis 90% de la production mondiale de métal de
première fusion. On spécifie cinq étapes successives :

 Le grillage
 La dissolution acide appelée lixiviation ;
 La précipitation des ions fer(III) ou fer (II) ;
 Une purification par cémentation ;
 Une électrolyse qui abouti à un métal très pur.

Voici un schéma récapitulatif des étapes de l’hydrométallurgie du zinc :

Figure I.10. Élaboration du Zinc

2.6 Elaboration des matières Plastiques :

Figure I. 11. Domaines d’utilisation des plastiques

12
Support de cours AU 2019-2020

Un polymère represente une macromolécule qui obtenue par la répétition d'une unité constitutive,
ou unité de répétition nommée aussi « motif monomère », comportant un groupe d'atomes liés par des
liaisons covalentes.

Un polymère peut être simplifié par l'enchaînement covalent suivant, dénommé chaîne
macromoléculaire :

–A–A–A–A–A–A–A–

Où -A- représente l'unité constitutive.

Par exemple, pour le polypropylène :

Tableau I.1. Exemple de polymères

a- Les thermoplastiques :

Sous l’action de la chaleur, les thermoplastiques arrivent à une phase pâteuse et peuvent être
moulés. Après solidification complète, ils peuvent aussi être chauffés de nouveau et devenir liquides
ou pâteux. Ils sont nommés des produits recyclables.

13
Support de cours AU 2019-2020

b- Les thermodurcissables :

Sous l’effet de la chaleur, ils ne peuvent pas devenir pâteux qu’une seule fois. Après la
solidification, si on les chauffe de nouveau, ils gardent leur état solide. Ce sont des produits non
recyclables.

2.7 Elaboration des matériaux Composites :

a- Approche industrielle : le matériau composite est composé d'une ossature (carcasse ou structure)
appelée renfort qui garantisse la tenue mécanique et d’un appui appelée matrice qui est généralement
un matériau plastique (résine thermoplastique ou thermodurcissable) et qui favorise la cohésion de la
structure et la retransmission des tensions vers le renfort.

b- Domaine d’application :

Les matériaux composites sont essentiellement utilisés dans le transport aérien, le domaine du
bâtiment, l’aérospatial, les sports, puisque ils possèdent des propriétés mécaniques similaires aux
matériaux homogènes comme l'acier et leur faible masse volumique.

c- Principaux composites :
 Fibres de verre qui sont utilisées surtout dans la fabrication de piscines.
 Fibres de carbone qui sont utilisées dans l'aviation.
 Le béton armé utilisés dans la génie civil.

- 1970 Fibres de carbone (Rolls Royce) - 1970 skis en composite Rossignol

- 2009 Boeing 787 50% de composite

14
Support de cours AU 2019-2020

d- Renforts :
Les renforts constituent le squelette qui supporte les pressions mécaniques . Il se présente
sous plusieurs formes : fibres courtes ou fibres continues choisi suivant l'application perçue.
 Principaux renforts :
Parmi les fibres les plus adoptées on peut trouver :

 Les fibres de verre.


 Les fibres de carbone.

e - Matrice :

Le principal but de la matrice et de transmettre les efforts mécaniques au renfort. Elle


protège aussi le renfort vis à vis des diverses modalités environnementales.

Les principales matrices utilisées :

On trouve :

 Les résines polyester : sont peu couteuses qui sont généralement employées avec des
renforts comme fibres de verre.
 Les résines thermoplastiques

e- Propriétés spécifiques :

Dans l’aviation ainsi que dans d’autres domaines, la légèreté est un objectif essentiel pour réduire la
consommation d’énergie, et, par suite , réduire les coûts et l’impact environnemental.

Les matériaux employés pour exécuter la structure des avions doivent non seulement être légers,
mais ils doivent être rigides, résistants et résilients.

Le tableau suivant montre toutefois que, généralement, les matériaux plus légers sont aussi les
moins rigides et les moins résistants.

Tableau I.2: quelques caractéristiques des matériaux de structure.

15
Support de cours AU 2019-2020

3. Désignation normalisée des matériaux métalliques :


3.1 Les aciers :

L'acier est défini comme un alliage de fer et de carbone comportant de 0,1 % à 2 % de carbone.
De couleur gris foncé, l'acier est généralement obtenu par affinage de la fonte (diminution de la teneur
en C) suivant divers procédés.

Plus ou moins dur en fonction pourcentage de carbone (on parle d'acier doux avec 0,2 % à 0,3 % de
carbone), l'acier est susceptible d’être allié à des nombreux matériaux modifiant ainsi remarquablement
ses propriétés (les aciers alliés au chrome sont par exemple inoxydables).

De plus les aciers sont susceptibles de recevoir des traitements thermiques (trempe, revenu, etc.) ou
thermochimiques (cémentation, nitruration, etc.) qui modifieront ses propriétés mécaniques. De part son
coût de revient faible, la diversité de ses nuances et ses propriétés mécaniques, l'acier est le métal le plus
utilisé dans la construction mécanique. Ses applications sont nombreuses à être citées sont présentes
dans quasiment tous les secteurs de l'industrie.

Rappel : l’acier non allié est l’acier exclusivement composé de fer et de carbone (il peut contenir du
manganèse dont la teneur étant inférieure à 1%).

3.1.1 Classification par emplois :

Les aciers désignés suivant leurs caractéristiques mécaniques et physiques (aciers pour
façonnage ultérieur) ou les aciers désignés en fonction de leur emploi (fils, tôles, aciers revêtus, ...)

Figure I.12 : différentes formes d’aciers


La désignation débute par la lettre « S » pour l’acier d’usage général et par la lettre « E » pour
l’acier de construction mécanique. Le nombre qui suit la lettre indique la valeur minimale de limite
élastique Re en MPa.

Exemples :

 S235 : un acier d’usage général, dont la limite élastique est 235MPa.


 E320 : un acier de construction mécanique, dont la limite élastique est 320MPa.

Dans le cas d’un acier moulé, la désignation sera précédée de la lettre « G ».

16
Support de cours AU 2019-2020

3.1.2. Classification par composition chimique :

Nous différencierons quatre cas :

 Les aciers non alliés : avec un pourcentage de manganèse inférieur à 1%


 Les aciers alliés dont la teneur d’au moins un des éléments est supérieure ou égale à
5%.
 Les aciers fortement alliés .
 Les aciers alliés qui sont utilisé comme aciers d’outillage à coupe rapide.
a. Aciers non alliés.

Ils ont un faible pourcentage en carbone. Ils sont très exploités en construction mécanique. La
majorité se trouve sous forme de laminés marchands (profilés, poutrelles, barres, …) avec des
dimensions normalisées.

Figures I.13 : formes des aciers « non alliés »

 Utilisation : ses aciers, dont l’élaboration n’a pas été manœuvrée en vue d’une application
déterminée.
Désignation : une lettre « C » suivie de la teneur en carbone multiplié par 100.
 Exemple :
C 35 : acier avec un pourcentage 0.35% de carbone C.
b. Aciers faiblement alliés :

Dans ces aciers, aucun élément d’alliage ne dépasse 5% en masse.

 Utilisation : ses aciers sont choisis pour une haute résistance souhaitée.

Désignation :

- On commence par un nombre égal à (100 x) la teneur en carbone C.

- Les symboles chimiques des éléments d’alliages dans l’ordre des teneurs décroissantes.

- Les pourcentages des principaux éléments d’alliages multipliés par 4, 10, 100 ou 1000 ( tableau ci-
joint)

17
Support de cours AU 2019-2020

Tableau I.3 : facteur multiplicateur d’éléments d’addition

 Exemple :

35 Cr Mo 4 : un acier faiblement allié contenant 0.35% de Carbone, 1% de chrome, quelques


traces de Molybdène.

c. Aciers fortement alliés :

Ces aciers possèdent au moins un élément d’alliage dont la teneur dépasse 5%


en masse.

 Utilisation : ces aciers sont généralement réservés à des applications


particulières. Par exemple, dans le milieu humide, on utilisera l’acier
inoxydable (fortement allié avec du chrome de % > 11%) .
 Désignation :

- On commence par la lettre « X ».

- Un nombre égal à (100 x) le pourcentage en carbone.

- Les symboles chimiques des éléments d’alliages dans l’ordre des pourcentages décroissants,

- Dans le même ordre, les pourcentages des principaux éléments.

 Exemple :

18
Support de cours AU 2019-2020

X6 Cr Ni Mo Ti 17-12 : un acier fortement allié contenant 0.06% de Carbone, 17% de Chrome, 12%
de Nickel, quelques traces du Molybdène et du Titane.

X4 Cr Mo S 18 : un acier fortement allié contenant 0.04% de Carbone, 18% de Chrome, quelques


traces du Molybdène et du Soufre.

d. Aciers à coupe rapide :

HS 7 - 4 - 2 - 5
Les lettres HS : Ces lettres montrent qu’il s’agit d’un acier à coupe rapide (HS = high speed)

Valeur numérique N°1 : correspond au pourcentage de tungstène.

Valeur numérique N°2 : correspond au pourcentage de molybdène.

Valeur numérique N°3 : correspond au pourcentage de vanadium.

Valeur numérique N°4 : correspond au pourcentage de vanadium la dernière valeur correspond au


pourcentage de cobalt si elle vaut 0, on ne la note pas.

3.2. Les fontes (Alliage de fer avec) :


Les fontes sont des alliages de fer et de carbone (1.67% à 4.2% de C). Elles sont caractérisées par
une bonne coulabilité. Elles permettent donc d’aboutir à des pièces de fonderie (par moulage) avec des
formes complexes. Elles ont un caractère fragile (cassante), péniblement soudables et ont une bonne
usinabilité.
a. Les fontes à Graphite Lamellaire :
Ces fontes, appelées « fontes grises » sont très employées car:
- Elles sont économiques.
- Elles amortissent parfaitement les vibrations.
- Elles ont une bonne coulabilité et une bonne usinabilité.
- Elles sont peu oxydables.
- Elles ont une bonne résistance à l’usure du au frottement.
- Elles résistant bien aux sollicitations de compression.
 Utilisation : les carters, les bâtis, les blocs moteur, les pièces de formes complexes, …
 Désignation :
Après un préfixe « EN », les fontes désignées par le symbole « GJL » sont suivi de la valeur
en MPa de la résistance à la rupture minimale par extension .

Figure I.14 : exemple d’usage de fonte à graphite


lamellaire

19
Support de cours AU 2019-2020

 Exemple :
EN-GJL-300 : c’est une fonte à graphite lamellaire de résistance Re mini = 300MPa.
b. Les fontes malléables à Graphite Sphéroïdale :
Elles sont obtenues par l’ajout d’une faible quantité de magnésium avant le moulage. Elles
sont plus légères et elles ont une meilleure résistance mécanique comparée aux fontes grises.
 Utilisation : les étriers de freins, les culbuteurs, les vilebrequins, les tuyauteries soumises à
hautes pressions.

Figure I.15 : Exemple d’usage des fontes à graphite sphéroïdale.

 Désignation :
Après un préfixe « EN », ces fontes sont désignées par le symbole (GJMW, GJMB, GJS) et
suivi de la valeur en MPa de la résistance minimale à la rupture par extension Re mini et du pourcentage
de l’allongement après rupture A%.
 Exemple :
EN-GJS-400-18 : c’est une fonte à graphite sphéroïdale dont la résistance Re mini = 400MPa et un
allongement A% = 18%
3.3.L’aluminium et ses alliages :
L’aluminium est élaboré à partir d’un minerai nommé bauxite. Il s’agit d’un materiau léger
(densité = 2.7), un bon conducteur d’électricité et de chaleur. De faible résistance mécanique, ductile ,
facilement usinable et résistant à la corrosion.
 Utilisation : dans le domaine aéronautique suite à sa légèreté .

Figure I.16 : exemple d’usage de l’aluminium

 Désignation : la désignation de l’aluminium utilise un code numérique. De même on trouve


une désignation utilisant les symboles des éléments chimiques.

 Exemple :

EN-AW-2017 (Al Cu 4 Mg Si) : c’est un alliage d’aluminium contenant 4% de cuivre, quelques


traces de Magnésium et du Silicium .

20
Support de cours AU 2019-2020

3.4. Le cuivre et ses alliages :

On trouve nombreux alliages de cuivre, les plus connus sont :

Figure I.17 : les alliages de cuivre commerciaux les plus connus.

 Les laitons : ils sont faciles à usiner, de bonne résistance à la corrosion. Ils sont adaptables
au moulage ou au forgeage.
 Les bronzes : ils ont une bonne résistance à la corrosion, un faible coefficient de frottement
facilement moulés. A titre d’exemple ils sont utilisés pour réaliser des coussinets et des
bagues de frottement.

 Désignation : par un code numérique. De même on trouve une désignation utilisant les
symboles chimiques.

 Exemple :

CW612N (Cu Zn 36 Pb 3) : c’est un alliage de cuivre contenant 36% de Zinc et 3 % de Plomb.

Figure I.18 : exemple d’usage de cuivre

21
Support de cours AU 2019-2020

TD chapitre 1

Exercice N°1 :

Donner la signification des désignations normalisées suivantes :

- CuZn15:………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………..…
- EN-GJMB-380-12 :………………………………………………………………………………....
……………………………………………………………………………………………………………
- E 250 :……………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………
- 35NiCrMo16 :………………………………………………………………………………….……
……………………………………………………………………………………………………………
- EN-AB-AlSi10Mg :……………………………………………………………………..…………...
………………………………………………………………………………………………………….…

Exercice 2 :

Compléter le remplissage du tableau suivant :

Désignation Signification
Acier faiblement allié contenant 0,51% de Carbone, 1% de Chrome et 0,1% de
Vanadium (V).

EN-GJL 350-22

C40

Alliage d’aluminium moulé contenant 1% de Magnésium et quelques traces de


Silicium.

X 5 Cr Ni 18-10

On donne :

22