Vous êtes sur la page 1sur 5

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

logement avait repris les méthodes d’investissement


d’immeubles élaborées par Georges Cochon au
Semer le trouble: les arts de la résistance
PAR JOSEPH CONFAVREUX début du XXe siècle. L’association pacifiste israélo-
ARTICLE PUBLIÉ LE LUNDI 14 DÉCEMBRE 2020
palestinienne Ta’ayush avait contacté l’ANC pour
Feu de pneus, tactique des parapluies, black bloc ou savoir comment diffuser sa cause à l’intérieur d’une
book bloc… Des anthropologues se sont penchés sur société divisée.
les techniques de lutte contemporaines à travers le Mais ces échanges se sont accentués avec la
monde. mondialisation, y compris pour y résister. Un des
Semer le trouble. Tel est le joli titre d’un articles de la revue prend ainsi l’exemple frappant
numéro spécial de Techniques et culture, la revue du pneu, symbole de l’accélération des échanges et
d’anthropologie de l’École des hautes études en des pollutions afférentes, dont 12 milliards d’unités
sciences sociales (EHESS), dont la couverture donne sont produites chaque année dans le monde. Mais, de
à voir les fameux parapluies déployés par les Fos-sur-Mer à l’Argentine, le pneu, enflammé cette
manifestants de Hong Kong pour se protéger lors fois, est aussi devenu l’incarnation du blocage et
d’affrontements avec la police. de la volonté d’enrayer la course marchande. Dans
la notice qu’il consacre à l’utilisation militante du
feu de pneus, l’anthropologue Yann-Philippe Tastevin
repère toutefois un autre usage, plus récent, consistant
à « faire écran ». C’est ainsi ce que firent les
révolutionnaires d’Alep en 2016 pour dérouter les
avions du régime qui les bombardaient ou le Hamas,
qui organisa à Gaza, en 2018, une « journée des vieux
pneus » pour aveugler les drones israéliens et pouvoir
s’approcher de la muraille de sécurité.

Nuit du 17 au 18 septembre 2019 - “Bataille de l'université


polytechnique de Hong Kong”. © Studio Incendo
Dans un contexte de mobilisation des universités
et des laboratoires contre la loi de programmation Lille, le 27 juin 2017. Un cortège de pompiers
manifeste en brûlant des pneus. © Lamiot cc by sa 4.0
pluriannuelle de la recherche (LPPR) qui fait primer la
performance individuelle sur la recherche collective, En s’intéressant au pneu et à la barricade,
les anthropologues de l’EHESS ont décidé de au « black fax » et aux cartographies
composer un numéro particulier en demandant à autochtones, les auteurs veulent « rematérialiser
plusieurs d’entre eux de s’intéresser, sur leurs terrains la politique » dans un contexte caractérisé par
respectifs, aux « fragments de lutte » et aux techniques des bouleversements écologiques majeurs et des
de résistance qu’ils pouvaient observer. « violences natureculturelles sans précédent » qui
fait dire à la philosophe Donna Haraway qu’il faut
Le résultat est un panorama d’objets et de techniques « habiter le trouble », mais aussi apprendre à le semer.
de luttes utilisées autour de la planète, dont la mise
en relation fait d’autant plus sens que les circulations La revue signale d’emblée deux écueils de ce type
historiques et géographiques sont nombreuses. Ces d’approche de la politique par les techniques de lutte.
emprunts et réappropriations sont aussi anciens que Le premier est constitué par une approche fascinée
les mobilisations politiques. L’association Droit au par les technologies et en conséquence fragile face

1/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

aux « risques éthiques liés à un examen des manières les postures de luttes individuelles et silencieuses du
d’agir en les disjoignant de la cause défendue ». moins en apparence, telles qu’elles ont notamment été
Cette dimension est, notamment, analysée par une explorées par l’anthropologue James C. Scott ?
contribution qui s’interroge sur les façons d’introduire
au musée des objets issus des mouvements sociaux,
comme on le voit de plus en plus souvent.
Le second est de juger les techniques de lutte
seulement ou principalement à partir d’un critère de
« violence ». Les auteurs se réfèrent à la célèbre phrase
de Brecht – « on dit d’un fleuve emportant tout qu’il
est violent. Mais on ne dit jamais rien de la violence
des rives qui l’enserrent » – qui souligne la dimension
relationnelle, voire systémique de la violence, pour ne
pas se laisser aveugler par ce qui est le plus visible :
destructions, heurts, pillages…
Une originalité du projet est de se démarquer,
dans l’analyse des techniques de lutte, de la notion
hégémonique de « répertoire d’action », forgée par
Équipement de protection individuelle d'un "street
le sociologue Charles Tilly, pour appréhender les medic" à Paris, 25 février 2019. © Lily Blue
mobilisations politiques non électorales. En étudiant les actes de résistance diffus qualifiés
Cette conception présente plusieurs défauts aux yeux d’infrapolitiques, ce dernier distinguait un « texte
des auteurs de la revue. D’abord, « associer actions public », parfois impossible à exprimer, et un « texte
et performances contestataires au sein d’un répertoire caché » restituant aux subalternes une agentivité
incline à minorer leur potentiel de changement certaine, même lorsqu’elle n’était pas énoncée dans
social ». Surtout, la thèse du répertoire d’action l’espace public. James C. Scott définissait ainsi des
tend, pour eux, à « ne distinguer que les modes de « arts de la résistance » et des techniques de lutte plus
contestation visibles, hétérogènes et saillants ». variées qui se reflètent dans le numéro de la revue, par
exemple avec une analyse des « stratégies taoïstes de
Que deviennent alors les « résistances de l’ombre, la lutte », de la Gamarada, dispositif de résilience et
les formes contestataires érigées en modes de vie incubateur de résistance des Aborigènes d’Australie,
(tels les squats artistiques ou militants) » ou encore ou encore des compétence de soins de rue développées
par les street medics.
« Là où l’historiographie du répertoire d’action incite
à limiter le “stock” de moyens de lutte et à en fermer
le répertoire, la technologie culturelle s’intéresse au
contraire au jeu et à l’ouverture qui caractérisent le
registre matériel des mobilisations », jugent ainsi les
auteurs de Techniques & Culture.
« Résistances électriques »
Ce numéro 74 de la revue d’anthropologie de l’EHESS
alterne des notices relativement courtes sur des objets
ou techniques de lutte, et des percées diachroniques
et plus longues. Ainsi de l’étude du sabotage qui

2/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

ouvre le numéro et s’étend des conflits dits du Plug notamment avec le « book bloc », apparu à la fin
Plot (« complot des bouchons ») en 1842, pendant de la décennie 2000, lors de grèves étudiantes en
que la Grande-Bretagne est traversée par une crise Italie, ce dernier consistant à se munir de boucliers
économique et que des ouvriers sabotent les machines renforcés et décorés telles des couvertures de livre,
à vapeur en retirant une pièce essentielle qui bloque et « allégorisés comme des attaques à l’encontre du
leur utilisation, pour faire pression sur les « maîtres savoir en général ».
de la vapeur », jusqu’à la diffusion de cette pratique à
La notion puise sa philosophie au début du XXe
la fin du XIXe siècle, sous l’impulsion notamment du siècle, à la fois dans les analyses du médecin
syndicaliste anarcho-révolutionnaire Émile Pouget. et sociologue Gustave Le Bon, théoricien de la
Pour ce dernier, cette pratique de lutte est pensée « psychologie des foules » qui soulignait la nécessité
comme une arme complémentaire de la grève et s’en de décapiter les foules révoltées en ciblant leurs
prend au processus de production, davantage qu’aux meneurs supposés, et du philosophe et figure du
machines elles-mêmes, ce qui suppose de ne pas la syndicalisme révolutionnaire de la Belle Époque
saisir comme un simple re-jeu des pratiques luddites Georges Sorel, qui résumait au contraire l’équation
du début du XIXe siècle. Le sabotage perd de son de l’autonomie ouvrière en valorisant le bloc au sens
aura au cours du XXe siècle avec l’institutionnalisation où, pour lui, le « syndicalisme n’a pas de tête avec
du syndicalisme, avant de retrouver, ces derniers laquelle on puisse faire utilement de la diplomatie » et
temps, une pertinence « auprès de celles et ceux juguler les soulèvements. Comme le « bloc jaune » lors
qui souhaitent faire dérailler le système productif de l’insurrection des gilets de cette couleur l’a encore
contemporain, accusé de conduire à un effondrement montré.
social et environnemental », dans un contexte de Si certaines techniques de luttes analysées par la revue
déclin du syndicalisme organisé. sont très, voire trop connues pour apporter en quelques
pages des éléments vraiment nouveaux, à l’instar de
la barricade ou du die in, d’autres se démarquent
au contraire par leur originalité. Ainsi des flacons
de « parfums de solidarité » vendus par les ouvriers
de l’usine Bourgogne Application plastique en Côte-
d’Or pour soutenir leur grève contre la fermeture du
site en 1996.

Parfums de solidarité (1996). © Archives nationales du monde du travail


(Roubaix). Photographie de Mélody Fernandez. Fonds Jean-Luc Moulène.
How to Guide - Book Bloc Shield. Illustration by Marwan
Kaabour, Barnbrook. © Victoria and Albert Museum, London.
Ainsi encore de « l’offensive des poubelles » menée
Ce numéro s’intéresse aussi à la notion de bloc en par les Young Lords, un groupe révolutionnaire
politique. Cette technique de lutte contemporaine, portoricain né à Chicago ayant essaimé notamment à
initialement baptisée d’après une catégorie policière, New York, actif de 1969 à 1976. Inspirés des Black
le «schwarzer block », qui a donné son nom au « Panthers et de leur slogan « servir le peuple », ils
black bloc », et qui a ensuite été maintes fois déclinée, font le constat que le peuple d’El Barrio, ghetto du

3/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

Spanish Harlem, revendique avant tout le droit à des Par le biais de branchements sauvages et d’un
rues propres, alors que les services municipaux ne s’y contrôle capillaire du territoire, il gère désormais
aventurent que peu ou pas. l’infrastructure électrique dans 15 régions du Chiapas,
Munis de bérets guévaristes, les Young Lords empêchant la compagnie nationale, CFE, et les
commencent à nettoyer les rues : une action qui concessionnaires privés de couper le courant grâce
bascule dans l’antagonisme frontal quand les services à la formation systématique d’électriciens, dont un
municipaux refusent de leur fournir des balais. Les millier ont acquis des compétences techniques très
Young Lords et les habitants du quartier finissent spécialisées, « leur permettant de travailler à la place
par bloquer la circulation avec ces poubelles qui, de CFE, sur les câbles et les transformateurs moyenne
enflammées, deviennent des barricades. et basse tension ».
« En transformant la basura, symbole des Un savoir-faire acquis grâce à une transmission
discriminations subies par les habitants du Barrio, en « subversive » émanant à l’origine de travailleurs du
levier de mobilisation, puis en arme, les Young Lords Syndicat des électriciens mexicains (SME) et à la
se sont révélés comme une force locale crédible », constitution de harnais de sécurité fabriqués en tressant
note l’auteure de la notice qui avait déjà consacré un des cordes de cuir doublées avec des bâtons de bois,
ouvrage à ce groupe de militants latinos. pour monter sur les pylônes, et de perches isolantes
construites avec des bâtons de bois, au bout desquels
est ancré un support en PVC.
Un des aspects les plus intéressants de cette
pratique est de combiner une logique anticapitaliste
et altermondialiste affirmée, que l’on peut retrouver
sous d’autres latitudes, avec les cosmovisiones mayas
"Émeutes des poubelles", un des incendies,
jugeant que la nature et la Terre-mère sont habitées et
été 1969. © Revue Palante 2 (6), juillet 1970. non possédées, et que par conséquent leurs fruits, dont
L’une des expériences étudiées dans la revue, qui fait partie la lumière, doivent pouvoir bénéficier à tous
combine désobéissance civile, transmission de savoir- et ne peuvent être soumis à la tyrannie de la propriété
faire et combat politique général, est celle des et du profit.
« résistances électriques » du mouvement « Luz En postulant que les techniques de lutte ne peuvent se
y Fuerza del Pueblo » au Chiapas. Ce groupe à réduire ni aux fiches bricolage variées produites par
composante essentiellement paysanne et indigène, les mouvements, ni se laisser saisir par les grandes
réunissant notamment des peuples tojolabal, ch’ol, notions de « répertoire d’action » ou de « capital
mam, tzotzil, q’anjob’al et chuj, descendants des militant », les auteurs de Semer le trouble dessinent
anciens Mayas, a été créé en 2004 et se bat pour l’accès les éléments d’une « technologie de la contestation »
à l’électricité. permettant de faire d’une idée un arsenal, en passant
par une anthropologie du corps et des techniques.

4/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

5/5