Vous êtes sur la page 1sur 40

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 1

2 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


LA JBA, UNE IDÉE, UNE RÉALITÉ
C hacun, chaque être se représente
de façon imagée ses aspirations,
ses ambitions, sa réussite dans
plusieurs domaines de la vie.
vous le désirez. Regardez un serpent :
lorsqu’il veut se faufiler dans un trou,
il commence par y introduire sa tête
et quelle que soit la longueur de son
corps (le temps), la queue est finale-
jourd’hui comme un partenaire quoti-
dien de la Jeunesse de la République
l’accompagnant ainsi pas à pas vers
son autonomisation en prônant essen-
tiellement l’entrepreneuriat.
Et chaque idée assortie de cette envie
ment obligé de suivre (réalisations).
d’atteindre le « sommet » est une entité Elle s’intéresse aussi dans la promotion
vivante, c’est un pas subtil qui se pose Comme il avance en décrivant une si- des valeurs citoyennes, démocratiques
sur le chemin de sa quête. Est-ce qu’une nusoïde, sa queue peut donner l’im- et socio-culturelles. L’influence des
idée seule peut suffire ? Une idée reste pression d’aller en sens inverse de sa belles couleurs de son aura s’étend dé-
tout de même une force mise en action tête, mais en réalité elle finit toujours sormais, puisque à ce jour installée dans
quoique non visible, mais son existence par passer là où la tête est passée ; car plusieurs provinces de la République et
ne peut en aucun cas être niée. elles ne sont pas séparées, et la queue pourtant si jeune de 4 ans d’existence.
suit toujours la tête.
Ensuite, il faudrait essayer à tout prix Et si cette dynamique juvénile bénéfi-
payer sa matérialisation et sa réalisa- Symboliquement, la tête représente cie de l’adhésion des jeunes du pays il
tion grâce notamment à une volonté la faculté de réfléchir, de raisonner, de n’y a alors pas autre explication que ce
constante et décidée. prendre telle ou telle orientation et obli- contrat psychologique commun par-
gatoirement le reste du corps, c’est-à- tagé collectivement entre jeunes de
Les idées occupent la première place
dire l’exécution, l’application suit. la nation toute entière. Car un ressenti
parce qu’elles déterminent les actes
personnel peut dans certains cas être
qui s’en suivent et le temps s’interpose L’association Jeunesse, bâtisseuse d’ave-
une aspiration communautaire.
entre les deux. nir « JBA » est justement la concrétisa-
tion d’une initiative, d’une idée datant
Oui, les réalisations profondes ne se font Paul RAMAZANI
conçue ou mis en germe par un groupe (Président National de la JBA)
pas tout de suite, il faut du temps. Si
de jeunes se partageant sur la même
vous maintenez vos bonnes résolutions Kamael KALALA
table d’ambitions, les mets d’un même (vice-Président National chargé des relations
sans cesse présentes dans votre tête,
repas idéologique. La JBA se définit au- publiques)
tôt ou tard, vous finirez par agir comme

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 3


Editeur
JBA
Jeunesse, Bâtisseuse de l’Avenir REVUE MEMENTO
Directeur de publication
Paul RAMAZANI

Redacteur en Chef
Kamaël Kalala

Comité de Redaction
Josué Wembi
Jean de Dieu Korongo
SOMMAIRE

Grace Mansinsa
Danny Gabriel
Mikhaël Olowa

Design
Flory Kongolo
(floray06@gmail.com)
+243 826 454 571

Photographie
Dany M. Esimba

Crédit photos
JBA

4 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


Honorable Jeanine Mabunda
Présidente de l’assemblée Nationale

Après le premier numéro de sa Revue démontré certainement les difficultés


Memento sur l’éveil culturel de la jeu- qu’ils rencontrent eux-mêmes et ont
nesse, la Dynamique JBA, Jeunesse, proposé des solutions. Il est vrai que
Bâtisseuse d’Avenir, en écrit un deu- la RDC a traversé d’énormes périodes
xième sur l’autonomisation des jeunes, tumultueuses de pillages, de guerres et
la transformation des obstacles en op- consorts, ce qui a en conséquence créé
portunités. un décalage socioéconomique. C’est
ainsi que beaucoup se retrouvent dans
En effet, faut-il que je le précise, qu’un
une sorte de vie de modicité. Le pouvoir
deuxième numéro, une deuxième édi-
public, depuis plusieurs années n’est

EDITORIAL
tion, quelle que soit la dénomination,
pas resté silencieux quant à ce. Un ac-
n’est jamais une réimpression du pre-
compagnement est encore à forger.
mier (numéro) ou de la deuxième (édi-
tion). C’est en bien entendu le souci Les solutions pratiques que proposent
pour l’auteur d’approfondir sa réflexion ces jeunes prouvent à suffisance qu’ils
au regard de l’évolution de la société et veulent non seulement leurs propres
de nouvelles technologies. bonheurs, mais ils inspirent leurs pairs
sur des aspects auxquels ils peuvent
Pour la JBA, c’est par le goût de la lec-
s’épanouir ; les investisseurs ne res-
ture et de l’écriture, chose que beau-
teraient pas dubitatifs pour accepter
coup de jeunes congolais ont perdue.
d’épauler ces idées, beaucoup plus
Ceux qui ont perdu cet élan se laissent
dans l’entrepreneuriat.
distraire par le slogan « chance eloko-
pamba ». C’est ainsi que j’applaudis Et ceci vaudrait d’ailleurs un mémoran-
la Dynamique JBA pour cette initiative dum au gouvernement pour assurer la
évolutive… continuité du rajeunissement de l’Admi-
nistration publique, la mise en œuvre
Par ces mots, je remercie personnelle-
d’une bureaucratie juvénile congolaise.
ment les membres de cette association,
sans oublier ceux qui accompagnent Je souhaite la bienvenue à ce numéro,
ces jeunes talents, encore moins ceux et je me félicite d’avoir mis ma plume
qui ont écrit dans le premier numéro. sur cette œuvre. Je sais que la Dyna-
Ceci a élevé la Dynamique JBA sur une mique JBA ne cessera pas de nous épa-
dimension d’éveil et de réveil de jeunes. ter car la suite, c’est au prochain numé-
Il s’en suit alors son deuxième numé- ro…
ro car, après s’être éveillée, la jeunesse
doit se conscientiser et passer à l’action
pour participer à la richesse de la so- Honorable Jeannine MABUNDA
ciété. Présidente de l’Assemblée Nationale
Qu’il me soit permis de réitérer mes
encouragements à ces jeunes qui ont
encore une fois manifesté leurs diffé-
rents talents, spécialement ceux qui
ont écrit dans le présent numéro. Ils ont
JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 5
6 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR
Portrait

AGNÈS MWAAD
C’est sous son mandat que l’INSS devient la CNSS par la loi 016/009 du 15 juil-
let 2016 fixant les règles relatives au régime général de la sécurité sociale et
les innovations y relatives. Elle a agi favorablement dans les reformes il s’agit
notamment de la promotion en grade des agents et cadres répondant aux cri-
tères d’ancienneté et de compétence ainsi que la mise à la retraite de ceux ayant
atteint l’âge de 65ans. Ce mandataire public a réussi à convaincre les employeurs
à travers la Fédération des entreprises du Congo (FEC) de donner les cotisations
sociales de leurs employés.

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 7


JEUNE HANDICAPÉ
AVEC UNE GROSSE ENVIE D’AUTONOMIE

L a vie autonome est bien plus qu’une


philosophie, c’est un mode de vie
par lequel les personnes handica-
pées, malgré les barrières existantes,
sont libres et responsables d’envisager
sans que cela soit imposé ou évalué tuation de handicap de développer
de l’extérieur uniquement par des pro- son autonomie et de passer d’objet
fessionnels.
Ils sont responsables et aptes à
de soins à sujet d’attention, d’objet de
classification à sujet singulier, de per-
sonne vulnérable à sujet responsable.
prendre des décisions concernant
différent choix de vie possible, de faire
leurs vies et peuvent avoir le contrôle UN ACCÈS POUR TOUS !
des erreurs, de connaitre des échecs,
sur le choix du mode de vie.
en un mot d’assumer leur choix. Nous voulons d’une société congo-
Cette liberté de choix repose sur l’offre laise, consciente, des forces et fai-
« Si chaque citoyen du monde vie mal,
des services variés et ajustables et sur blesses de chacun où les obstacles
c’est forcement la faute de son pro-
l’assurance d’un accompagnement architecturaux sois réduis au maxi-
chain »
humain personnalisé et qualifié. mum, il ne s’agit pas de nier les limita-
Cette affirmation peut s’appliquer à tions du jeune handicapé en situation
La création et la gestion de ces activi-
l’endroit de nos frères et sœurs vi- de dépendance mais d’aménager un
tés se basent sur l’expertise des per-
vant avec handicap, qui ont toujours environnement où la personne puisse
sonnes et s’inscrivent dans la vie de
eu besoin de notre affectivité, de notre se développer toute son autonomie à
la collectivité.
amour pour leur épanouissement in- partir de ses aptitudes et malgré ses
tégral sans complexe. Enfin, par le développement de l’en- limitations.
traide mutuelle et de l’échange d’ex-
Les jeunes rencontrant des incapaci- Nos frères ,jeunes handicapés ac-
périence, le jeune handicapé verra sa
tés possèdent, en eux une expertise cèdent difficilement ou même pas
capacité de vie en Autonomie renfor-
liée à leur vécu, de ce fait, ils sont les à certains locaux ou immeubles,
cée.
mieux à même de définir leurs be- moyens de transports ,ainsi nous de-
soins, de considérer ce qui est vital Et si cela est fait, le respect de ses mandons aux autorités compétentes (
pour eux, de connaitre leurs limites, principes permettra au jeune en si- à SE Mr le ministre des ITPR),aux ar-

8 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


‘‘ SI CHAQUE CITOYEN DU MONDE
VIE MAL, C’EST FORCEMENT
LA FAUTE DE SON PROCHAIN ’’

propriée, il serait probable que nous Faire un pas vers nos frères handi-
procédions à une sensibilisation à capés, les aideront à vaincre leurs
la *présence à l’autre * cela nous peurs, allons vers eux, prenons le
épargnerait, d’un fléau, celui du temps de les écouter, pourquoi pas
guide-travailleur, pour qui le jeune faire d’eux nos associés au sein de
handicap se sent obligé de qué- nos différents associations, partis
mander parce qu’il s’attend à une politiques, car il y a tellement du
rétribution négociée. potentiel caché en eux.
Nous sollicitons, en particulier une Venez ; allons les découvrir en-
éthique de l’accompagnement hu- semble. …
main plus respectueux des aspi-
rations exprimées par le jeune en
situation de dépendance, ceci, très Joëlle-Thanya M.
loin d’accuser les guides, un simple
constat est fait, que ces derniers ne
sont pas formés aux spécificités de
l’accompagnement et milite pour
chitectes, constructeurs d’édifice ,de une humanisation des pratiques.
bateaux et d’autres moyens de loco-
Ces jeunes n’ont pas besoin d’être
motion de tout faire pour prendre en
prise en charge que par des ONG,
compte la situation du jeune handi-
asbl, fondations qui ne s’occupent
capé, adapter tout à leur profil (se-
d’elles que pour le manger, mais en
lon la nature du handicap : surdité
dehors du pain, ils ont besoin de la
,cécité ,sensoriel …).
matière grise afin d’être utile, avec
L’accompagnement humain est une le désir d’apporter un plus pour
profession à part entière, que tout l’émergence dans tous nos secteurs
un chacun n’est pas prêt à assumer de développement.
et qui nécessite une formation ap-

Joëlle-Thanya K.
Cofondatrice de « Ta main, mon avenir Asbl »

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 9


BÂTIR SON AVENIR PAR UNE ALCHIMIE
DE RÉSOLUTIONS ET D’ÉTAT
DE CONSCIENCE : DE LA PEUR À L’ENVIE

L e jeune est, mais veut à tout prix être.


C’est-à-dire qu’il se conjugue au présent,
mais surtout au futur, proche ou lointain. Le
« sum » (je suis) représente ce qu’il est dans
l’espace-temps existentiel. Mais comme il est
tule que tout coule, tout passe et rien ne de-
meure.
Dans ce sens, il envisage toujours un futur meil-
leur, mieux que son état actuel dans l’échelle
évolutionnaire universelle, et ce, très souvent
constamment appelé à un progrès continuel ;
par pur optimisme, mais cela ne suffit pas !
dans une perspective évolutive, il envisage le «
C’est quoi bâtir son avenir ? Comment le jeune
ero » (je serai).
peut-il s’y prendre ? Sur quelles fondations re-
C’est le monde des ambitions, des rêves, des posera -t-il ?
projections et des fantasmes. Une fois matéria-
Généralement, dans l’utopie du temps, le passé
lisé, le « ero » deviendra à son tour le « sum », et
et le futur sont considérés meilleurs. Mais dans
envisagera de nouveaux « ero ». Le « sum » initial
la trilogie temporelle (passé-présent-futur),
à son tour est évoqué comme « eram » (j’étais).
nous vivons tous en réalité dans un éternel pré-
Ceci fait obéir les états des personnes, ce sent. Ceci implique que le présent d’aujourd’hui
qu’elles étaient, ce qu’elles sont et ce qu’elles est le résultat du présent d’hier (passé) et celui
seront à la théorie d’écoulement perpétuelle, de demain (futur) sera le résultat de celui d’au-
enseignée au IVe siècle avant Jésus-Christ par jourd’hui (présent).
le présocratique HÉRACLITE d’Éphèse, qui pos-

10 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


Mikhaël OLOWA
Membre de la JBA

Les jeunes projettent souvent une fina- objectifs ; et une analyse autocritique sur sa
lité, mais ne mettent pas en œuvre les personne, les moyens, les efforts et les sacri-
moyens nécessaires pour l’atteindre soit fices qu’il a déjà consentis ou qu’il est prêt
par pur pessimisme (considéré très sou- à consentir pour les atteindre. Le développe-
vent comme du réalisme), soit par une ment, c’est justement quitter d’un point A
attitude velléitaire. Sachant que ce sont vers un point B.
les moyens qui conduisent à la fin, celui
Mais avant, il faut constater sa situation ac-
qui n’agit pas pour l’atteindre stagne.
tuelle, s’en révolter, rêver mieux, et travail-
Cette attitude résulte du fait que les ler pour la concrétisation. Ne plus subir les
jeunes de mon pays la République Dé- choses, mais travailler dur pour les changer.
mocratique de Congo ont acquis l’ha- C’est dans cette logique que s’inscrit ma dy-
bitude au fil du temps à être pris en namique dans sa politique de conscientisa-
charge. Alors dès qu’ils se retrouvent tion de la jeunesse Congolaise à l’auto prise
dans une situation qui exige action et en charge et l’autosuffisance, pour le déve-
autonomie de leur part, ils n’agissent
pas, par peur de ne pas être à la hau-
loppement durable du pays.
Bâtir son avenir, c’est faire mieux aujourd’hui
‘‘TOUT COULE,
teur et de ne pas atteindre le but visé.
ce qu’on faisait déjà bien hier, le mieux étant TOUT PASSE
Ma dynamique Jeunesse Bâtisseuse l’ennemi du bien ; c’est se fixer des objectifs
d’Avenir, JBA en sigle, éclaire désor- et œuvrer continuellement pour les atteindre ET RIEN
mais les lanternes avec les nouvelles ; c’est agir autrement, par cette alchimie de
lumières qu’elle apporte à la jeunesse résolutions, de la résolution de subir vers la NE DEMEURE’’
congolaise, notamment l’auto prise en résolution de changer les choses, c’est mo-
charge, l’entrepreneuriat et l’autosuffi- difier son état de conscience, faire le point
sance. régulièrement sur sa situation et revoir ses
objectifs, voire les modifier en tenant compte
En effet, le jeune selon la philosophie de
de sa situation actuelle, par une démarche
la JBA, doit être en mesure de transfor-
rationnelle, critique et autocritique...
mer la peur de l’échec en envie de réus-
sir, la peur de ne pas trouver d’emplois Le jeune Congolais ne doit pas attendre de-
en envie d’en créer. main pour agir, pour faire mieux, mais il doit
agir aujourd’hui « pour demain », car le futur
C’est par cette alchimie transformant
c’est maintenant. A la lumière de toutes ces
peur en envie que le jeune atteindra
valeurs prônées par la Jeunesse Bâtisseuse
l’autosuffisance qui conduira automati-
de l’Avenir, il est d’emblée indéniable et in-
quement à son développement. Il doit
dubitable que faire partie des jeunes de la
émaner de lui-même les matériaux
JBA, c’est déjà bâtir son avenir !
nécessaires à la construction de son
propre avenir, et non attendre que cela Mikhaël O.
ne provienne que de l’extérieur.
Pour réussir, le jeune devra atteindre
un état de conscience supérieur c’est-
à-dire arriver à faire une analyse cri-
tique de sa situation par rapport à ses

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 11


LA CONTRIBUTION DE LA BANQUE DE
FINANCEMENT DES PROJETS DES JEUNES
COMME UN DES MÉCANISMES DE PROMOTION
À L’AUTONOMISATION DES JEUNES EN
RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

La République Démocratique du comme un des facteurs contribuant à Quant à la pauvreté, il s’agit d’une situation
l’autonomie de la jeunesse(III). affectant l’ensemble de la société congo-
Congo demeure certainement l’un laise. Sachant que ce qui est valable pour le
des pays au monde comptant un PROBLÈMES MAJEURS DES tout est valable pour la partie, la jeunesse
JEUNES CONGOLAIS
nombre assez élevé de jeunes. est automatiquement affectée par ce fléau.

Selon les études les plus récentes Les jeunes le plus souvent en Répu-
blique Démocratique du Congo sont
Celui-ci résulte de l’incapacité notoire de
l’Etat à créer des conditions favorables à
, ceux-ci constituent 60% de la confrontés à une pluralité de pro- l’amélioration de la qualité de vie de tous.
population congolaise totale. blèmes qui ne cessent d’avoir un im- Toutes les tentatives de mesures proposées
pact négatif sur leur développement.

E
du moins au niveau national ont jusqu’à
n dépit de ce chiffre combien considé- Ces problèmes remontent à un passé lors produit des effets très mitigés et si la
rable, nous constatons avec amertume lointain et ne semblent pas jusque- tendance ne s’inverse point, cela aura iné-
que cette catégorie de la population là préoccuper ceux qui sont sensés luctablement des répercussions négatives
n’est pas suffisamment encadrée et prise y apporter des pistes de solutions non seulement sur le développement de
en compte par ceux qui le peuvent, ce qui appropriées et durables. tout le pays mais aussi pour sa population.
fait pencher vers le négatif la courbe de
son avenir du point de vue de son dévelop- Globalement, l’on peut retenir deux Cette situation de pauvreté du pays est
pement intégral, et par ricochet, celui du problèmes majeurs auxquels sont présentée par l’Indice de développement
pays. confrontés les jeunes à savoir le chô- humain qui pour son rapport de 2018 place
mage et la pauvreté. la RDC à la 176e sur 189 pays .
Elle est par conséquent désorientée et
souvent désespérée, en quête d’un change- Concernant le premier problème, il Ces deux problèmes relevés à titre
ment susceptible de contribuer à l’amé- convient de souligner que la majorité d’exemple constituent un véritable blocage
lioration de ses conditions de vie. Cette de jeunes congolais n’a pas accès à voire un casse-tête à résoudre pour déblo-
situation révoltante nous pousse à nous un emploi, d’où un taux de chômage quer la situation de la jeunesse et espérer
interroger : pourquoi les autorités du pays très élevé. un avenir meilleur.
ne semblent guère accorder une place im-
Ce problème est causé non seule- LES CONSÉQUENCES DE CES PRO-
portante à cette catégorie de la population
ment par une implication très faible BLÈMES
en vue d’un réel épanouissement ? Au-delà
de l’Etat dans la création d’emplois,
de ceux qui existent déjà, peut-on envi-
mais aussi par certaines antivaleurs Les problèmes majeurs sus-évoqués ont
sager d’autres mécanismes en vue d’une
qui gangrènent notre société. engendré par voie de conséquence plu-
meilleure intégration et l’autonomisation
sieurs situations peu louables dans les-
effective de la jeunesse ? En effet, les critères de recrutement quelles les jeunes se réfugient pour échap-
deviennent de plus en plus parti- per à la fatalité sociale à laquelle ils sont
Pour apporter plus de lumière à ce ques-
culiers, cette particularité comprise apparemment voués :
tionnement, nous cogiterons dans les lignes
dans son acception la plus péjorative,
qui suivent sur trois volets : d’abord, nous
mettant la compétence de côté et se - La première situation est celle des jeunes
présenterons les problèmes majeurs des
basant sur des critères peu objectifs, qui, faute d’emplois et à la recherche du
jeunes congolais (I), ensuite nous parlerons
recrutant soit selon qu’on est recom- pain quotidien, se sont livrés à la merci
des conséquences de ces problèmes(II),
mandé, compétent ou pas ; soit selon des commerçants et autres entrepreneurs
enfin nous essaierons de présenter l’apport
qu’on a les mêmes origines foncières véreux ayant envahi l’espace économique
de la banque de financement des jeunes
(tribalisme)… de la RDC notamment les commerçants

12 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


exigences des banques privées pour
l’octroi des financements demeurent en
outre un motif concourant à la mise en
place de cette institution spécialement
conçue pour le financement des projets
des jeunes.

- Apporter un soutien indéfectible à


l’entrepreneuriat et spécialement aux
activités classiques des institutions de
formation professionnelle telles que l’INPP
ou autres centres de formation permet-
tant aux jeunes non seulement d’avoir
des ressources et moyens en amont pour
y apprendre un métier, mais aussi de
bénéficier d’un appui financier en aval au
sein de ladite institution pour formaliser
leurs projets et en tirer des dividendes
conséquentes.

- Inciter les jeunes à plus de responsabi-


lité et d’engagement en leur permettant
chinois, libanais, et autre indo-pa- la vie de quiconque leur résisterait. de s’associer, formaliser leurs rencontres
kistanais qui, sous l’œil complice de en mettant en avant plan la promotion
l’autorité politique, bafouent impu- Voici brossées succinctement les situations de leurs idées et projets dans le but de les
nément les droits fondamentaux de engendrées par les problèmes majeurs qui aider par des financements adéquats, à les
ces travailleurs en leur octroyant des affectent notre société. Ayant fortement matérialiser, les faisant ainsi sortir de la
salaires de misère à la limite de la cogité sur cette question, nous avons pro- pauvreté et du chômage.
clochardisation. jeté la création d’une institution financière
susceptible d’apporter une aide suffisante - Soutenir effectivement toute politique
- La deuxième situation est celle aux différents projets développés par les ou autre initiative relative à l’emploi des
des jeunes qui se déversent déses- jeunes, comme un palliatif aux problèmes jeunes lancée par l’État ou par un particu-
pérément dans des partis politiques, majeurs sus-évoqués, sachant que si l’on lier dans le but de diminuer sensiblement
agissant le plus souvent avec un mili- supprime la cause, les effets disparaîtront le taux de chômage et de pauvreté.
tantisme de façade ou apparent pour automatiquement.
plaire à l’autorité morale du parti et
en espérant par ce geste trouver un LA MISE EN PLACE DE LA BANQUE DE FI- Ayant suffisamment démontré par cette
emploi au cas où le parti était appelé NANCEMENT DES PROJETS DES JEUNES réflexion que les jeunes congolais sont
à assumer des fonctions de respon- (BFPJ) confrontés à une réelle difficulté ne leur
sabilité au sein du Gouvernement, permettant point de mieux s’intégrer dans
Au regard des problèmes que connaissent
soit dans des entreprises et autres la société,dans la recherche des solutions
les jeunes congolais assortis de leurs
organismes d’Etat dans le cadre du optimales pouvant permettre de baliser la
conséquences nocives telle que présentées
partage équitable et équilibré des voie pour une meilleure intégration de ces
dans cette analyse, nous sommes tentés
postes entre les alliés politiques. jeunes, il nous a paru impérieux de pro-
de proposer l’institution de la banque de
financement des projets des jeunes comme poser la mise en place de la BFPJ. Cette
- La troisième situation est celle proposition loin d’être la solution sine qua
de ceux qui se réfugient dans des non pas une panacée mais un des remèdes
pouvant contribuer d’une manière singu- non mérite d’être analysée et approfondie
communautés religieuses, essayant en vue d’une possible matérialisation afin
de combler par la foi les besoins ma- lière à l’autonomisation des jeunes.
de contribuer d’une certaine manière à at-
tériels non satisfaits faute de moyens, ténuer la souffrance des jeunes congolais
Cette banque pourrait jouer quatre rôles
attendant un miracle tout en restant qui ne demandent pas mieux que la prise
majeurs à savoir :
désœuvrés. en compte de leurs desiderata en vue
- Permettre aux jeunes congolais d’avoir d’une réelle autonomie et un développe-
- La quatrième situation est celle des
un accès direct aux financements pour la ment rapide et intégral.
jeunes qui, dans le but de combattre
réalisation et la matérialisation de leurs
l’oisiveté, se sont lancés dans les Le concours et la participation des au-
projets à impact visible. Il est important de
marchés informels inondant les rues torités actuellement élues en faveur de
rappeler que les jeunes congolais sont dans
de la ville. la première alternance démocratique de
l’ensemble très dynamiques et ambitieux
- La cinquième situation est celle des mais le manque de financements néces- l’histoire s’avèrent requises.
hors-la-loi, des jeunes délinquants, saires pour la réalisation de leurs projets
appelés communément « kuluna », constitue un véritable handicap freinant leur
qui terrorisent les paisibles citoyens élan de décollage. Les difficultés d’accès Junior ISAKWA
en extorquant leurs biens à main nue aux financements par les jeunes au sein des
ou armée, n’hésitant pas à attenter à institutions classiques étatiques comme Spécialiste-Programme / I-AICGD
la SOFIDE, le FPI ou encore les multiples
JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 13
LA LIBERTÉ
La liberté, la liberté ! Ce concept qu’on retrouve déjà dans la bouche d’adolescents revendiquant
moins de contrôle de leurs parents et plus de lassitude pour pouvoir s’amuser montre à quel point
les jeunes aspirent profondément à l’indépendance. Cependant, on a du mal à voir la manifestation
de cette indépendance chez les jeunes tant cette liberté est liée à une autonomie qu’ils ont difficile à
acquérir dans le contexte macro-économicopolitique de notre pays.

O n répète à longueur des


journées que la jeunesse
est l’avenir de demain. La
jeunesse congolaise est certes do-
tée d’un grand potentiel seulement,
et des institutions.
Pour la majorité de la jeunesse, le
processus d’autonomisation vis-à-
vis de la famille d’origine est radi-
? Quelles sont les craintes de ces
jeunes dans la société congolaise
actuelle ? Comment peuvent-ils
transformer leurs peurs en envies
pour avancer ?
calement freiné, et très souvent al-
elle doit dépasser les clivages qui
longé à cause du chômage et du Par ailleurs ceci importe de nous
freinent son développement afin de
sous-emploi. enquérir d’une idée qui peut nous
devenir une force autonome de la
être plus fondamentale : Que veut
société et non plus un amas des Pour une partie par contre, la dé-
dire être jeune ? Que signifie être au-
victimes du système et du sabotage pendance envers les parents est
tonome ?
politique. plus liée à l’obligation de poursuivre
leurs études. Sociologiquement, le terme «jeu-
En effet, force est de constater que
nesse» désigne une interface entre
les jeunes sont encore en grande Que peuvent faire les jeunes pour
«l’enfance» et «l’âge adulte». Ce-
partie très dépendants des familles être autonome ? Quels défis doivent-
pendant, la «jeunesse» en tant que
ils relever pour se prendre en charge

14 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


groupe social est généralement dé- cheurs d’emploi totalement obnu- mettre de concrétiser leur vision à une
finie en termes d’âge chronologique. bilés par l’idée d’intégrer la fonction plus grande échelle.
Les Nations Unies utilisent la catégorie publique ?
La liberté, l’autonomie, l’indépen-
d’âge 15-24 ans pour définir le terme
L’État congolais ne dispose actuel- dance, tels sont de beaux concepts
«jeune», tandis que le Commonwealth
lement pas de moyens pour assurer qui cachent un combat qui doit être
utilise la catégorie d'âge 15-29 ans.
l’insertion professionnelle de tous mené en amont par un double travail.
Quant à l’autonomie, elle est la capa- les diplômés que déversent les uni- D’abord un travail sur soi-même, pour
cité de répondre à ses propres besoins, versités ; Cela est un fait. L’indépen- surmonter ses peurs et phobies mais
de prendre et d’assumer ses décisions, dance des jeunes par l’emploi est aussi un travail sur son environnement
tout en tenant compte de son entou- donc une utopie pour le plus grand afin d’en produire quelque chose de lu-
rage et de son environnement. nombre, que ça soit un emploi dans cratif à même de nous permettre d’ac-
le secteur public que dans le secteur céder à l’indépendance financière, clé
L’autonomie est étroitement liée à l’at-
privé. En plus de cela, il ya aussi le de l’émancipation.
tachement, à l’estime de soi et à la
népotisme qui gangrène la société
confiance en soi. Cette confiance en soi
congolaise.
est un sentiment que l’on peut résu-
Gloria Lembe
mer par la phrase « Je peux tenter des La meilleure issue pour que les
choses ». jeunes accèdent à l’autonomisa- Membre JBA
tion serait donc l’entrepreneuriat. Les
Parler de l’autonomie des jeunes, c’est
jeunes doivent mener des activités
parler de la capacité qu’ont les indi-
rémunératrices dont ils sont eux-
vidus d’une certaine tranche d’âge à
mêmes les initiateurs.
vivre indépendamment financièrement,
leur capacité à assumer leurs décisions Ils doivent commencer, tenter et
; bref, c’est parler de leur émancipation s’engager dans des activités ca-
économique et décisionnelle. pables, surtout à long terme, de les
rendre totalement autonomes.
Le plus grand défi de l’autonomisation
des jeunes est leur autonomisation Malheureusement, beaucoup de
économique. En effet, une autonomi- jeunes n’arrivent pas à franchir le
sation d'abord financière est la clé de pas de l’entrepreneuriat à cause des
l'émancipation. barrières qui formalisent un environ-
nement non propice à leur émanci-
En permettant aux jeunes d'être au plus
pation.
près de leurs capacités et ambitions,
dans un environnement propice à cela, Les deux plus grands obstacles à
à savoir des lois adaptées à l'insertion l’entrepreneuriat des jeunes sont
professionnelle, un système financier à notre avis l’accès aux finance-
en phase avec leurs besoins et une ad- ments mais surtout le manque de
ministration réactive et à l'écoute, on confiance en soi.
leur donne le moyen de s’émanciper
Qui ne tente rien n’a rien, dit-on.
totalement, d’être indépendant.
Nous pensons qu’on devrait encou-
Aujourd’hui, les jeunes ont tendance à rager les jeunes à se dépasser, à sur-
jeter le discrédit sur l’Etat et à incri- monter leurs doutes, leurs craintes
miner les politiques du pays comme et leurs phobies afin de se battre
cause de leur malheur, de leur manque pour leur autonomie. Ils ne devraient
d’autonomie et de leur manque d’in- pas avoir peur de tenter, en ayant à
dépendance. l’esprit que chaque échec sera une
occasion d’apprendre, de s’améliorer
Toutefois, nous devons nous poser ces
et de se remettre en question.
questions-ci: l’Etat dispose-t-il des
moyens pour assurer l’insertion profes- C’est en osant, en mettant du sé-
sionnelle de tous les diplômés sortant rieux dans ce qu’ils entreprennent et
annuellement de nos universités ? La surtout en essayant de se distinguer
formation qu’ils ont reçue a-t-elle fait par la qualité de ce qu’ils proposent
d’eux des cadres concepteurs, pour- qu’ils pourront ouvrir les portes d’un
voyeurs d’emploi ou plutôt des cher- financement à même de leur per-

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 15


LES ÉTUDES A L’ÉTRANGER :
UN RÊVE POUR TOUS LES JEUNES CONGOLAIS

S ouvent, après avoir passé nos de quelques mois mouvementés tions, son éducation, ses principes, sa
épreuves nationales dites Exa- avec les multiples démarches ad- religion et ses croyances Dans ce mé-
mens d’état, la plupart des ministratives avant de commencer lange où des visions de vie opposées
jeunes congolais(es) aspire quitter le l’année académique ; j’ai connu un où différentes se rejoignent, nombreux
pays pour tenter une aventure aca- sérieux problème de langue, bien peuvent facilement s’égarer
démique à l’étranger sans se sou- que le Canada soit un pays bi-
cier préalablement des éventuelles lingue à l’occurrence le français et L’intégration dans une communau-
conséquences pouvant subvenir l’anglais. té nouvelle peut prendre du temps
mais tout dépend de la volonté dont
Je suis Carmen LABANA LUTONDO, C’est en ce moment que l’on prend on fait preuve pour y arriver au plus
j’ai 24 ans, je suis étudiante à l’Uni- conscience d’une part, que notre vite quant à moi, cela s’est passé
versité d’Ottawa en quatrième année vie empreinte une nouvelle forme naturellement bien, et surtout que je
de bac spécialisée en Administration face aux réalités compte tenu de suis arrivée au Canada six mois avant
publique. sa différence culturelle, environne- la rentrée.
mentale, et climatique avec notre
Très jeune,comme tout congolais,
pays d’origine, le rythme de vie
je me suis également nourri de ce
n’est plus quasiment le même
désir d’aller poursuivre mon cursus
universitaire à l’étranger, précisé- Et d’autre part, nous nous rendons
ment au Canada. compte que nous sommes obligés
de transcender ces situations, d’une
MON DEPART
certaine façon, de faire preuve de
En quittant mon pays d’origine, je dynamisme et de souplesse pour
m’étais déjà imaginé ce que sera ainsi s’intégrer dans cette nouvelle
mon quotidien, mes petites habitu- atmosphère.
des, mes fréquentations, mon adap-
L’INCONNU
tation, bref le rêve parfait était sur le
point d’être réalisé. Nous sommes plusieurs à nous
Cependant, la réalité nous rat- fréquenter et chacun de nous ap-
trape très vite. Seulement au bout porte ce qu’il est lui : ses convic-

16 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


Mais, les derniers mois avant le dé-
but des cours ont été les plus dures
mais également les plus passion-
nants il fallait choisir ses dix cours
pour le semestre d’autonome et
d’hiver, il fallait aussi participer à
une séance d’orientation pour étu-
diants étrangers et ensuite visiter
le campus, s’enrichir de certains
témoignages des étudiants ve-
nus d’autres pays en classes su-
périeures c’était excitant comme
expérience à l’universitaire dans le
sens où j’ai pu rencontrer d’autres
étudiants qui faisaient également
cet exercice de nouveauté comme
moi et avec qui j’avais des cours en
commun.
LA CULTURE NOUVELLE
J’étais un peu déboussolée lors de
ma première journée dans l’audi- >>Image d’illustration d’étudiants dans une université française
toire tout d’abord le français qué-
Ce qui est attrayant au Canada voir-faire et un savoir-être, un sa-
bécois et son accent, je ne com-
que l’on remarque tout de suite voir tout court, et qui reste acces-
prenais absolument rien ensuite
dès notre arrivé, c’est que les Ca- sible à tout étudiant.
c’était surtout le tutoiement entre
nadiens sont accueillants et cha-
étudiants et professeurs chose qui A vrai dire, mes trois années
leureux ; on n‘y découvre un pays
ne passe pas forcement au Congo d’études à l’étranger m’ont permis
amical, hospitalier et une culturel
et enfin le fait de parler ouverte- de grandir , de m’ouvrir et d’avoir
canadienne tout à fait unique qui
ment sans censure dans certains une conception différente de la
fait place à la diversité. Que ce soit
cours mais également dans la rue vie, d’être une femme autonome et
dans les centres urbains ou les pe-
des LGBTQ (Lesbiennes, Gais, Bi- responsable.
tites villes, le Canada est considéré
sexuels, Transgenres et en Ques- Cette expérience m’apporte un
comme l’un des pays non seule-
tionnement.) C’était pour moi le bagage culturel diversifié qui me
ment le plus sûr au monde pour
choque de culture dans toute sa permet encore d’évoluer humai-
les étudiants internationaux, mais
splendeur. nement et intellectuellement dans
également il se classe régulière-
Ma difficulté de vivre au canada ment parmi les meilleurs pays au tous les domaines de ma vie en
s’est basée principalement au ni- monde en matière de qualité de vie m’apportant une aptitude relation-
veau de son climat surtout pen- et de qualité du systèmes éducatif nelle et une compréhension cultu-
dant l’hiver que je découvrais. à tous les niveaux. relle très riche.

UNIVERSITÉ De plus, elle me permet de per-


fectionner mon bilinguisme et de
Avec une grande renommée de ses
m’abstenir de certains préjugés.
diplômes au niveau mondial, les
études au Canada nous offrent des Sur ce, Étudier à l’étranger est une
opportunités, un tremplin vers une expérience unique et formidable
prospérité et une carrière profes- peu importe le pays et je souhaite
sionnelle enrichissante pendant et à toute personne de l’expérimenter
après notre bac. tout en gardant ses valeurs et ses
principes afin de vous distinguer du
Le rapport enseignant-étudiant est
lot. Voici comment j’ai pu vaincre
décomplexé. C’est-à-dire, le pro-
mes peurs et les transformer en
fesseur n’est pas particulièrement
envie de réussir.
mis sur un piédestal. Il est avant
tout un expert qui dispense un sa- Carmen Labana

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 17


Portrait

PASCAL NYEMBO
Il a fait de l’éradication de la fraude des diamants, de l’or et du coltan, son cheval
de bataille. Il multiplie des contacts avec les structures correspondants des pays
membres du processus de Kimberley à travers le monde. En effet, c’est grâce à
cette toile, croit-on savoir, que le CEEC pourra disposer d’un regard plus large et
plus orienté vers tous les réseaux Africains et internationaux de contrebande des
diamants Congolais.

18 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


Portrait

JACQUES KYABULA
A 43 ans, Jacques Kyabula Katwe est élu gouverneur de l’une des provinces les
plus riches et les plus vastes de la RDC, le Haut-Katanga.

Pourtant, il y a encore quelques mois, personne ne pariait sur lui et rien ne pré-
destinait cet assistant et doctorant de l’Université de Lubumbashi à une telle
ascension.

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 19


AUTONOMIE DES JEUNES :
TRANSFORMER SES PEURS,
EN ENVIE

« LE XXIE SIÈCLE SERA MYSTIQUE OU NE SERA PAS »,


ANDRÉ MALRAUX, EN MAI 1968 – PARIS – FRANCE.
Nous vivons une époque formidable, car tout, absolument tout
est à réinventer et renouveler. Pour augmenter encore notre >>Image d’illustration
positiver
bien-être et même pour notre propre survie et celle de notre
planète ! De tous les continents des initiatives extraordinaires quel service ou produit commercialiser, quel type de clients,
émergent et sont porteuses d’espoir dans tous les domaines horaires de travail, lieu de travail (domicile, boutique, co-wor-
de la vie. La jeunesse d’aujourd’hui doit faire face à d’immenses king, itinérant, ...).
défis et pour cela, porter des projets innovants ; elle pourra
trouver des forces et des moyens d’agir dans des techniques, Quel que soit le domaine dans lequel nous voulons exercer
des méthodes ancestrales qui ont été renouvelées et adaptées notre activité, l’autonomie d’une entreprise et de son-sa Res-
à notre époque et aux énergies actuelles. ponsable est indissociable d’une coopération.

De plus en plus de personnes entreprenantes, positives, bien- Basiquement parce qu’elle a besoin de clients et de four-
veillantes ont donc envie d’agir et créent des associations nisseurs qui coopèrent directement et indirectement dans le
ou des entreprises en lien avec leur projet de changement de développement de l’entreprise par les échanges d’argent et les
paradigme. Cependant, le sentiment de solitude est le premier échanges humains. Il y a aussi les prospects que nous n’avons
écueil à surmonter quand on démarre un projet associatif ou pas su transformer en clients : c’est une coopération négative,
professionnel. C’est même l’un des aspects les plus difficiles à mais une coopération quand même, car nous apprenons de nos
gérer dans le projet lui-même car il peut être source de peurs échecs ; nous avons besoin d’échouer, de trébucher, de tomber
irrationnelles, invalidantes. pour apprendre donc avancer.

SOLITUDE / AUTONOMIE ET COOPÉRATION A un niveau plus large, la dépendance au marché d’une en-
treprise est très structurante. Pour un-e Chef d’entreprise, la
Solitude :Indispensable pour nous recentrer, nous calmer, re- recherche de nouveaux marchés et leurs conclusions ne peut
prendre des forces, « faire le point », voire même pour « écouter se faire sans coopération, sans réseau de connaissances et
le silence… ». Dans la solitude, nous pouvons élaborer des pro- d’appuis.
jets, lire, écouter de la musique. Il n’y a guère de mouvement
ou d’action vers un objectif précis, mais cette solitude est une Il devient indispensable à ce niveau de créer un réseau pro-
nourriture indispensable pour avancer et concrétiser nos projets fessionnel d’entraide mutuelle. Il convient par exemple de
par la suite. créer des événements, de se rendre aux événements créés
par d’autres, rendre service, demander service, être courtois,
Le sentiment de solitude peut aussi se ressentir dans la vie quo- avenant et aimable. La timidité n’est surement pas propice aux
tidienne : par exemple, nous sommes en couple, donc, pas seul bonnes affaires… d’où l’importance essentielle de désintégrer
; mais nous sommes seul-e-s face à l’autre que nous devons ses peurs au fur et à mesure qu’elles se présentent !
aimer et gérer au mieux : nous ne pouvons compter que sur
nos propres forces. Nous créons une association, une entre- La peur : Cette émotion est en correspondance avec le monde
prise: la solitude est là si nous sommes convaincu-e-s d’être animal. Indispensable aux animaux pour leur survie en milieu
isolé-e-s dans ce monde sans pitié… Dans ce dernier cas, et hostile ou sauvage. En cas de danger -réel-,et grâce à l’adré-
sans aucune intervention positive de notre part, le sentiment de naline libérée dans le corps,la peur provoque un mouvement
solitude est difficilement soutenable et peut mener à l’échec de de fuite, une force accrue et de l’agressivité utilisées suivant les
l’entreprise. Solitude et autonomie ne sont pas synonymes. circonstances.

Autonomie et Coopération : L’autonomie professionnelle répond En revanche, la peur est rarement nécessaire et indispensable
au besoin légitime de liberté et d’indépendance auxquelles aux humains puisqu’ils ont établi des modes de vie où celle-
beaucoup de jeunes gens aspirent. ci n’est pas en danger permanent. La peur chez les humains
s’avère être la plupart du temps relative à un danger irréel(-
L’autonomie n’est pas un but en soi, c’est une exigence forte. peurs imaginatives) et toxique, particulièrement nocive car elle
L’autonomie doit se comprendre comme le droit pour l’individu provoquera fuite ou blocage -plutôt que d’avancer énergi-
de déterminer librement les règles auxquelles il se soumet : quement et positivement dans leur vie- et/ou une agressivité

20 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


notre corps et notre psyché ! ne nous « coupent » en aucun cas du
monde matériel ; bien au contraire.
PEUR ET PRUDENCE : NOUS POU-
Ces exercices spirituels millénaires
VONS confondre les deux. Or, la pru-
pratiquées par toutes les traditions du
dence est à l’opposé de la peur. La peur
monde reviennent en force à l’heure
« bloque », fait renoncer, fuir ; la pru-
actuelle. En effet, les conséquences
dence élabore une stratégie de mise en
bénéfiques au niveau matériel, humain,
œuvre du projet. La prudence ne nous
social, … ont été clairement perçues
permet pas de « foncer pas tête baissée
par les dirigeants d’entreprises qui
» mais au contraire, nous recenserons
proposent des séances de méditation
calmement les forces et faiblesses du
au sein de leur entreprise pour eux-
projet et de nous-même, nous balise-
mêmes et leurs salariés ; dans les
rons les étapes pour sa réalisation pleine
écoles également, même pour les tous
et entière ainsi que sa pérennité ; nous
petits. A titre individuel ou en groupe,
choisirons des associés ; établirons un
chez soi ou dans la nature, cette pra-
planning de mise en œuvre, etc.
tique est gratuite et efficace pour aug-
Comment surmonter, transformer, dé- menter la confiance en soi, surpasser,
sintégrernos peurs : désintégrer nos peurs et oser avancer
dans nos vies.
Acceptation
https://www.huffingtonpost.fr/2014/11/17/meditation-tra-
Il est normal et habituel d’avoir peur vail-dirigeants-chefs-entreprise-entrepreneurs_n_6133290.
html:« Méditation au travail: pourquoi les dirigeants, chefs
quand on entreprend quelque chose : d’entreprise et entrepreneurs doivent s’y mettre. »
souvent hors de propos et destructrice peur d’échouer, du ridicule, de perdre de
http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/ces-patrons-qui-se-
socialement et humainement. l’argent, décevoir, répéter nos erreurs. Ca mettent-a-la-meditation-080415-95971 : « Ces patrons qui se
nous brouille l’esprit. Nous ne sommes mettent à la méditation »
Les humains sont des créatures par- pas les premiers à ressentir ce genre de https://www.nippon.com/fr/views/b06101/ : « Steve Jobs et le
venues à un stade plus évolué que choses, et nous les ressentirons encore. zen – un intérêt mondial »
celui des animaux, mais dont la part Autant accepter et regarder tranquille-
animale est toujours forte et active. ment ces peurs et cultiver nos forces
Cependant, certaines de nos caracté- intérieures, celles acquises et celles à
ristiques humaines nous donnent la développer.
possibilité, la capacité, la puissance de
dominer nos peurs -cette part de notre PRIÈRE - MÉDITATION
nature animale-afin de nous réaliser Le règne humain se différencie du règne
pleinement en tant qu’être humain. SUITE EN PAGE 22
animal, notamment par notre capacité
Notre devoir premier est de nous réali- à nous lier consciemment à notre Moi
ser en tant qu’être humain. intérieur, au Ciel, à notre Créateur, à
Quelles peurs ? Avant tout, il est néces- notre Père céleste. La simple volonté de
saire de prendre conscience des peurs se lier consciemment à Lui nous permet
qui nous tenaillent et nous paralysent. de rétablir l’harmonie en nous-mêmes.
Cela demande un vrai effort personnel, Nous puisons par la prière des forces
mais une fois celles-ci conscientisées, spirituelles ; nous nous élevons intérieu-
clairement définies, il devient possible rement et cette élévation nous permet
de les dominer, de les maîtriser, de les de nous dégager émotionnellement
contrôler aux moyens de méthodes d’une situation complexe, de l’appré-
connues pour leur efficacité. hender autrement, de la voir sous un
angle nouveau et apaisé ; la situation
Comment les dénicher ? Quel que soit complexe apparait ainsi beaucoup plus
le domaine de vie où la peur nous do- simple qu’il n’y semblait quelques mi-
mine à un moment donné, elle se ma- nutes plus tôt.
nifeste toujours par les mêmes symp- Sabine FAUDOT
tômes : incapacité d’agir, blocage, fuite, Se lier au Ciel, à notre Moi intérieur
nous permet d’augmenter notre lumière Entrepreneure dans le domaine des
agressivité. Bouger, avancer, progresser énergies renouvelables.
dans la direction choisie nous est intérieure et rétablir l’harmonie en nous.
impossible ; nous nous donnons alors Le calme augmente, la capacité de
toutes les bonnes raisons du monde, réflexion avec, ainsi que notre capa-
qui sont autant d’excuses pour ne cité empathique, nous permettant de
rien faire ; l’imagination n’a ici aucune trouver des solutions équilibrées aux
limite pour nos bloquer ; pire ! nous différentes questions que la vie nous
mettons tout en œuvre pour éviter pose ; l’obscurité intérieure générant
l’action, afin de ne surtout pas bouscu- nos peurs s’efface au fur et à mesure
ler, contrarier cette peur, éviter à tous que notre sagesse et notre compassion
prix de ressentir les désagréables effets augmentent.
toxiques d’un excès d’adrénaline dans La prière et la méditation bien menées

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 21


AUTONOMIE
DES JEUNES :
TRANSFOR-
MER...
SUITE DE LA PAGE 21
..............................................................

RESPIRATION
Une autre pratique efficace, millénaire,
gratuite, à la portée de chacun est la res-
piration consciente. Respirer consciem- >>Image d’illustration
transformation du
ment procure de nombreux bénéfices :
corp l’humain
oxygéner le sang et le cerveau, rétablir
le calme intérieur, donner au corps une
posture plus naturelle et saine et ainsi,
Auteurs :The Green – European Free méthodes ancestrales -améliorées grâce
permettre à nos énergies et fluides inté-
Alliance in the EuropeanParliament – à ses expériences- totalement naturelles,
rieurs de circuler librement, harmonieu-
donc gratuites, accessibles à tous et
sement, d’augmenter la confiance en soi Le rapport complet ici :
toutes !
et la prise de décision. https://www.greens-efa.eu/files/doc/docs/5ef5ca0ab2977b051f-
caf6e373e2a8bf.pdf https://lefaso.net/spip.php?article89970
La respiration consciente revient en force
également car ceux qui la pratiquent A la clef : l’exercice de nombreux métiers •ou Pierre Rabhi agriculteur, conféren-
constatent qu’elle améliore grandement dans tous les domaines d’activité, la cier et écologiste français, fondateur du
leur vie. création de dizaines de milliers d’entre- mouvement Colibris et figure représenta-
https://www.sanaturopatheenligne.fr/la-respiration-consciente/ prises, de millions d’emplois, d’innom- tive du mouvement politique et scienti-
brables opportunités d’avenir, l’aide de la fique de l’agroécologie en France.
https://www.sanaturopatheenligne.fr/la-respiration-complete/
Communauté internationale. Ainsi que la Son site internet regorge de bonnes
https://www.nana-turopathe.com/respiration-abdominale-se-de-
tendre-5-minutes/ régénération de l’air, des sols, des forêts, idées, de conseils et d’aides à tous
des océans, lacs et rivières, des terres à niveaux.
https://www.sanaturopatheenligne.fr/la-respiration-renale/
nouveau fertiles, un environnement rede-
https://www.colibris-lemouvement.org/. La page Facebook du
On peut également coupler méditation venu propre et sans pollution visuelle. Le Mouvement des Colibris est très riche d’informations également.
et respiration pour une efficacité aug- Rwanda par exemple, malgré le désastre
https://www.facebook.com/MouvementColibris/
mentée. humain de la fin du XXème siècle est
en passe de réussir ce pari grâce à la Intelligence, bienveillance et actions
Green New Deal - Ecologie : une réelle
convergence d’efforts tant du Gouverne- des peuples et de leurs gouvernements
opportunité économique pour l’Afrique
ment que de la population. changeront la face du monde. Les
-et pour le monde !
(https://www.consoglobe.com/afrique-rwanda-ecologie-cg).
gouvernements sont les reflets exacts
« Nous sommes face à la convergence de des peuples qu’ils dirigent : de façon
multiples crises économiques, environne- La RDC est très active également, tant négative, ils vont là où la population ne
mentales et sociales, qui appellent une pour la préservation de ses forêts que la refusent pas d’aller ; de façon positive, ils
réponse mondiale. Dans les années 30, le protection des sols,entre autres nom- vont là où massivement, la population
président Roosevelt a lancé son ambi- breux exemples. veut aller. Il s’agit donc de créer indivi-
tieux « New Deal » pour sortir l’Amé- https://www.jeuneafrique.com/mag/373366/societe/proteger-len- duellement et collectivement les condi-
rique de la Grande dépression, stopper vironnement-afrique-figures-de-lecologie-repondent/ tions propices pour une action gouver-
l’effondrement des marchés et enrayer nementale énergique en faveur de l’éveil
la hausse du chômage. Aujourd’hui, la des consciences écologique, humain,
crise n’est pas uniquement économique De nombreuses initiative personnelles et spirituel. Les méthodes et les moyens
et elle ne peut être combattue que par associatives ont vu le jour, comme : sont à notre disposition ; il ne suffit que
une approche politique intégrée : UN de les utiliser. Oser.
• Yacouba Sawadogo, l’homme qui fait
GREEN NEW DEAL. Cela a été reconnu
reculer le désert-Prix Nobel Alternatif
comme un défi mondial par le Secrétaire
2018- ou le paysan-tradi-thérapeute
général des Nations unies, Ban Ki Moon, Sabine F.
auprès de qui les plus grands savants
et le programme des Nations unies pour
du monde entier viennent étudier les
l’environnement (PNUE). ».

22 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 23
La lutte contre le cancer en RDC,
c’est POSSIBLE !
La Fondation Bomoko, structure préventive de lutte contre le cancer, existe de-
puis 2017 en RDC. Sa mission : prévenir par l’information et le dépistage précoce
de plusieurs types de cancer.

Initiée par Mélissa AmisiSharufa, la comme moi ; victime d’un décès lié au - L’accès au dépistage pour tous
Fondation Bomoko poursuit l’objectif cancer mais surtout et plus pour les per- : En partenariat avec les centres
de réduire la mortalité liée au can- sonnes qui n’ont pas à vivre cette triste hospitaliers, nos contrats de col-
cer en RDC, à travers la sensibilisation, expérience pour comprendre que cette laboration permettent aux ma-
l’accès au dépistage et l’orientation au maladie existe et qu’elle nous concerne lades de bénéficier des coûts
traitement des malades. TOUS, malgré toutes les croyances tradi- réduits pour les examens de dé-
tionnelles. pistage ainsi que les traitements
A l’annonce d’un deuxième décès lié (chimiothérapie, chirurgie, etc.)
au cancer dans ma famille, je décide LA FONDATION BOMOKO
de m’engager dans la lutte contre - L’orientation et le suivi des ma-
cette terrible maladie, car j’avais pris BOMOKO qui signifie unité en lingala, lades : Tout patient a droit à un
le temps de comprendre un peu plus l’une des langues nationales de la RDC, suivi psychologique gratuite-
ce que représentait cette maladie et a été sélectionnécomme nom de notre ment. Nous assistons également
choisir entre celle qui devait conti- structure car face au cancer, nous de- les plus vulnérables avec un
nuer à subir ou faire finalement partie vons être unis et surtout, solidaires. appui financier pour leurs traite-
de ceux qui initient le changement. En Depuis 2017, nous avons initié, sous 3 ments.
effet, je venais d’apprendre que notre axes d’intervention, des activités tant
oncle venait de décéder d’un cancer Nous sommes focalisés sur 5
sur terrain que sur le plan administratif, types de cancer, pour le quin-
qui, s’il était détecté à temps, aurait national et international. A ce jour, nous
pu être traité et il pouvait vivre encore quennat 2017-2021, qui sont :
jouissons d’une notoriété montante dans
quelques années de plus à nos côtés. la lutte contre le cancer en RDC. - Le cancer du sein
« Face à la vie, deux choix s’imposent. NOS 3 AXES D’INTERVENTION SONT : - Le cancer du col de l’utérus
Le faire ou le subir, jamais entre les
deux. » - L’accès à l’information pour tous : Par - Le cancer de la prostate
la sensibilisation et l’organisation des
J’ai donc entrepris les démarches pour ateliers dans les milieux ruraux, estu- - Le cancer du côlon
mettre en place une structure ASBL diantins et professionnels - Les leucémies
afin de venir en aide aux personnes

24 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


Lors des premiers mois, nous
fonctionnions sur fonds propres
mais depuis 2019, nous sommes
financés par notre chaîne de soli-
darité composée de plus de 250
donateurs.
Notre message central est :« Le
cancer n’est pas tabou. En adop-
tant un mode de vie sain, privi-
légiant une alimentation équili-
brée et une activité physique, et
une discipline médicale (dépis-
tage pour les personnes à risque >>Melissa Sharufa
Initiatrice
et à partir d’un certain âge), il
est possible de s’en sortir et de
mieux vivre. »
Sur Mélissa AmisiSharufa
Actuellement, je suis une consul-
tante indépendante bilingue
(français et anglais) en commu-
nication et événementiel depuis
près de 5 ans.
Master en communication (ECS)
et licenciée en Économie de dé-
veloppement, option Finances de
l’Université Catholique du Congo,
je débute ma carrière profes-
sionnelle comme assistante du
Vice-Consul dans le départe-
ment juridique, section élections
de l’Ambassade du Royaume de
Belgique en fin 2012.
Après cette expérience, j’émerge
rapidement vers différents sec-
teurs tels que le secteur pétro-
lier, l’hôtellerie et la banque pour
enfin me focaliser sur la com-
munication interne & externe des
entreprises et particuliers ainsi
que l’organisation (gestion des
participants – inscription, paie
et satisfaction des participants
; coordination des activités et
VHR) des événements.
Rejoignez la communauté de laFondation
Bomoko :
Twitter/Facebook/Instagram/Youtube: @
FondationBomoko
www.fondationbomoko.org
Pour en savoir plus sur Mélissa AmisiSha-
rufa :
LinkedIn : Melissa Amisi Sharufa
Twitter : @Sharufa_
www.masconsulting.info

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 25


Portrait

PATIENT SAYIBA
Il est l’homme de la situation à l’ogefrem avant sa prise des fonctions, la situa-
tion n’était pas reluisante. En voici les clichés :
Grogne et tensions sociales exacerbées par un climat de travail délétère, clivage
tribal et régional, deux à quatre mois de retard des salaires, pécules de congé
non payés, absence de l’office dans les rencontres internationales, trésorerie né-
gative.
Dès ses débuts, Patient SAYIBA a retroussé ses manches pour ramener la paix
sociale au sein de l’office en mettant fin aux clivages qui rompaient l’unité, il a
remobilisé le personnel. Il a apuré et payé dans le délai les salaires, les pécules
de congés, les impôts, les soins médicaux, les cotisations et autres droits dus aux
travailleurs. Il a relancé les projets de l’office en veilleuse, ainsi qu’amorcer l’exé-
cution des accords et contrats conclus avec des partenaires.

26 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


MON INDIGNATION
M on indignation est le fruit
de mon observation. C’est
cette peur de rester un
éternel dépendant.
préalablement les fondements qui
la rend prouesse. Il n y a pas de but
atteint sans processus.
Mon indignation, C’est face à la
Mon indignation c’est d’avoir les perversion d’une jeunesse sans
bras croisés pendant que les autres repère. Mais courage à ceux qui
retroussent les manches. luttent étant jeunes, amoureux de
Mon indignation c’est quand la l’excellence, dont le credo est « non
jeunesse se sent confortable au à l’abandon » en toute circonstance.
farniente.Oui je suis indigné face laMon indignation, c’est quand
jeunesse procrastinatrice. les politiques deviennent le
Mon indignation, c’est l’attitude bouc-émissaire d’une situation
qu’adopte la jeunesse face à l’échec abâtardie par la paresse de certains.
;qui devrait être un élan nouveau Jeune, lève-toi et travaille.
ARSENE M’PERENG
pour affronter les épreuves de la Mon indignation est le fruit de mon (JBA)
vie,braver les montagnes. observation.
Mon indignation, c’est quand la Dis mois ce que tu fais aujourd’hui,
jeunesse congolaise inéxploite les je te dirai ce que tu seras demain.
potentialités empaquetées en elle. Une jeunesse autonome est une
Oui, je suis indigné face à cette garantie sûre d’une vieillesse aisée
expression saugrenue : si jeunesse et placide.
savait, si vieillesse pouvait. A toutes et à tous bon vent !
Mon indignation c’est lorsqu’on
parle d’autonomisation sans placer
JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 27
OSER SES IDÉES POUR BRISER LA LOI DU
SILENCE, C’EST FAIRE VALOIR SES CAPACITÉS
ET QUALITÉS POUR TRANSFORMER SES PEURS
EN OPPORTUNITÉS
Par la présente réflexion, nous
nous inspirons d’une pensée
de René Descartes « cogito
ergo sum » (je pense, donc je
L a pensée pousse l’homme à agir.
La pensée oriente les actions que
l’homme (dans ce contexte, on
parlerait des jeunes) veut poser. Gé-
néralement, ces pensées viennent en
vrions-nous faire attention à ce que nous
affectons d’être ». Cette affectation c’est
bien évidemment les leçons, les ensei-
gnements, les conseils qui orientent
l’avenir de l’homme.
suis). Si la personne humaine termes d’idées, et ces idées génèrent
parvient à penser, au moins une des envies, et ces envies poussent à
Tout jeune qui étudie désire devenir une
personnalité dans un domaine précis.
seconde, c’est une preuve de la trouver des opportunités, pour la re-
Ceux qui étudient les sciences médicales
vie, une capacité pour elle d’agir cherche du bien-être social.
désirent devenir des médecins, des infir-
dans la société. Celui qui ne Bref, c’est les ambitions que chaque miers, etc. ; ceux qui font les sciences ju-
pense pas, qui ne réfléchit pas, jeune a pour s’épanouir. Cela peut ridiques désirent devenir des magistrats,
est semblable à un mort, à celui être traduit par l’expression latine « fie- des avocats, des conseillers juridiques ou
dont les fonctions vitales sont ri cupio » (je désire devenir). En effet, des jurisconsultes, etc. ; certains veulent
définitivement arrêtées. pour Kurt Vonnegut, « nous sommes être des bureaucrates, d’autres entrepre-
ce que nous affectons d’être, aussi de- neurs, etc. Chacun a sa vision.

28 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


Seulement, quelques apories sociales
ne permettent pas aux jeunes de mettre
en œuvre leurs ambitions. En d’autres
termes, les différents problèmes de
la société ne permettent aux jeunes
de mettre en exécution les différentes
connaissances qu’ils ont dans leurs do-
maines.

Parmi ces problèmes, il y a le manque


d’offres d’emploi. Les pouvoirs publics,
même aussi des organisations privées,
ne permettent plus un accès à l’emploi
de façon équitable. Parfois même il y
a des offres de façon symbolique alors
que les employeurs ont déjà des candi-
dats présélectionnés.

Vu sous cet angle, les jeunes appa-


raissent comme des personnes qu’on
invite à dîner alors que le restaurant est
fermé. Ce qui traduit l’hypothèse selon
laquelle les concours et les tests d’ad-
mission ne servent que d’une masca-
rade. Josué WEMBI LOW’OKEDI
Activiste de la Jeunesse
Et c’est ce qui fait que dans les grandes Rapporteur Général de la Dynamique J.B.A.
entreprises, les jeunes se découragent
parfois d’aller postuler. C’est le contexte,faire le « carpe diem » car, pour celui qui de fignoler ses projets, et c’est une
le sens et l’essence de ‘‘la loi du si- travaille, même pour celui qui ne tra- expérience de plus. Les bonnes
vaille pas, le temps passe de la même
lence’’. Ils préfèrent ne pas aller car ils se idées non mises en œuvre sont
mettent en tête que les inégalités dans manière pour tout le monde. Les Saintes inutiles. Pourtant, elles – les idées
les recrutements constituent un obstacle Écritures disent d’ailleurs, dans 2 Rois 7 – serviraient à l’avancement de la
aux ambitions. :8 « … si nous gardons le silence et si nous société et à l’épanouissement des
attendons jusqu’à la lumière du matin, le peuples.
Par ailleurs, ceux qui veulent entre- châtiment nous atteindra… »
prendre seuls, se disent parfois que tous « Cum Manu Dei, victoria certa est
les secteurs étatiques sont déjà occu- L’heure est donc arrivée pour que les !!! » (Avec La Main de Dieu, la vic-
pés, et qu’il n’y a rien d’autre nouveauté jeunes revalorisent les talents enfouis toire est certaine !)
qu’ils peuvent apporter ; parfois même, en eux, pour oser de faire entendre « Deo juvante, vincamus !!! » (Dieu
ils ont des idées novatrices mais re- leurs propres voix, et faire un maximum aidant, nous vaincrons !)
noncent tout simplement parce qu’ils d’efforts possibles pour sortir du cercle
ne savent ni comment commencer, ni vicieux. Il faut, comme nous pensons, « Avec Dieu, nous ferons des ex-
comment se faire accompagner. OSER SES IDES EN BRISANT LA LOI DU SI- ploits !!! » (Psaumes 60 :14 ; 108 :14)
LENCE.
Ces quelques problèmes bloquent les Nous espérons que renaisse cet
avancements des jeunes. Ils sont aban- QUE CONCLURE PAR CETTE RÉ- espoir dans la jeunesse, afin que le
donnés à leur triste sort. Ils restent sans FLEXION ? monde reconnaisse la force qu’a
voix. Ils attendent alors qu’une autre Aucun homme ne vise perdre ; tout la jeunesse !!!
personne parle à leur place… « La voix homme veut gagner, être donc un ga-
des sans voix ». gnant. Pour Nelson Mandela « un ga- Josué W.
Or, la jeunesse n’est qu’une étape de la gnant est un rêveur qui n’a jamais aban-
vie qui, à un moment donné, laisse la donné ». Celui qui n’abandonne pas,
place à la vieillesse. Pourtant, il faudrait même après un échec, a une possibilité
JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 29
JEUNESSE CONGOLAISE :

RELEVER LE DÉFIS
La République Démocratique du Dans les lignes qui suivent, nous al- monde se retrouve en Droit, Eco-
Congo est un pays de grande lons tenter de répondre à ces ques- nomie, Médecine, Polytechnique…
tions en se basant sur quelques nous connaissons tous cette réalité.
potentialité, nonobstant le fait notions, tirées de l’observation de
que sa situation est chaotique ceux qui ont pu réussir dans le Le second problème est celui des
: taux de chômage de près de contexte très difficile de notre pays. débouchés professionnels. Prenons
l’exemple d’un Cadre de Direction
80%,63% de la population vit Si ces notions sont bien appréhen-
exerçant dans une banque de la
dées, elles aideront certainement
sous le seuil de la pauvreté, place qui, au début des années
tout jeune à s’en sortir.
classé 176ème sur 188 pays au 2000, comptait s’inscrire en Poly-
classement IDH, etc. Certes, il y a beaucoup à dire, mais technique par passion.
pour raison concision nous ne nous

D ans ce contexte très diffi- attelleront que sur les éléments Malheureusement, il était évident
cile, une grande partie de la repris ci-dessous. que les études qu’il allait entre-
population congolaise est prendre ne lui garantiraient guère
composée de jeune - près de 63% L’ORIENTATION d’emploi sûr, une fois son diplôme
ont entre 0 et 25 ans et près de obtenu. Il s’est donc orienté vers
L’un des premiers problèmes aux- des études en Economie, par
22% ont entre 15 et 25 ans. Et pour quels plusieurs jeunes en Répu-
ces jeunes, la grande question est défaut. Et c’est encore le cas de
blique Démocratique du Congo font plusieurs jeunes dans notre pays.
de savoir comment s’en sortir dans face est celui de l’orientation. En
ces difficultés actuelles. Comment La question qui se pose est donc
effet, le système éducatif congo- de savoir que faire : S’accrocher à
trouver du travail et s’épanouir du- lais est peu adapté aux réalités et
rablement ? sa passion ou être réaliste ? Dans
besoins du monde actuel, et ses ce même contexte, serait-il utile à
options sont peu variés. Tout le

30 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


une personne d’obtenir un diplôme CONSIDÉRER LES RÉALITÉS DE mencer.
en Ingénierie Aérospatialeen RDC L’ENVIRONNEMENT DANS LE-
? Quelles opportunités d’emploi QUEL L’ON VIT. Comme disait Winston Churchill «
lui procurerait un tel diplôme au … l’échec n’est pas fatal : c’est le
Congo ? Personnellement, je pense Pour cela, il faut s’informer sur courage de continuer qui compte
qu’il faut traiter ce sujet de façon le pays, sa situation économique, ».L’expérience professionnelle
rationnelle et être réaliste. ses secteur d’activités, car ceux-ci prouve qu’aucune personne qui,
impactent directement les opportu- ayant obtenu son diplôme par
Les recommandations suivantes nités d’emploi présentes et futures. des moyens illicites, n’en vienne à
s’imposent : devenir cadre dans une entreprise, à
A titre d’exemple, à la fin des an- l’échelle des normes.
IDENTIFIER SES APTITUDES. nées quatre-vingt-dix, les opportu-
nités d’emploi pour les ingénieurs Tous ceux qui excellaient dans la
Tout être humain est doté d’aptitu- (en système, en infrastructures, etc.) tricherie, la légèreté et la fraude à
des innées, le parcours académique étaient très limitées. l’université, ne se limitent qu’à des
n’est qu’un moyen permettant de positions d’entrée. Ils ne peuvent
développer ces dites aptitudes. Mais aujourd’hui, la présence des aller plus haut parce qu’ils n’ont
sociétés de télécommunication, pas pris soin se donner une bonne
Dans le monde professionnel on notamment, a occasionné des dé-
recourt souvent au terme anglais « bouchés professionnels pour cette base. Alors, Pendant que vous en
skills » pour présenter ces aptitudes, catégorie de métier. avez encore l’occasion, travaillez
habilitées, compétences, talents, dur.
dont certains sont innés et qui ex- Et demain, les projets de réhabili- LA RÉUSSITE
pliquent le développement indivi- tation, de construction d’infrastruc-
duel des personnes. Il est important tures au niveau national, bref, les Réussir dans ce que nous faisons,
pour chacun d’arriver à les identifier. grands-travaux, créeront logique- c’est ce que nous poursuivons
ment des opportunités d’emploi chaque jour de notre vie. Nous vou-
Ce n’est certes pas un exercice fa- non négligeables. lons réussir à l’école, à l’université,
cile, ni spontané. Cette identification au travail, dans le mariage... Mais
se fait au fil du temps, de connais- SE METTRE AU TRAVAIL pourquoi cherchons-nous à réussir
sance de soi et par les autres. ? Simplement à cause des privi-
Les études en sont justement le
A titre d’exemple, une personne point de départ. Nombreux sont lèges et bénéfices que nous procure
qui est très forte en lecture et en ceux qui ne prennent pas leurs la réussite.
rhétorique peut facilement s’orien- études au sérieux. C’est en partie à Cette logique s’explique : Lorsqu’on
ter vers le droit, le journalisme ou la cause de la distorsion de la société réussit à l’école par exemple, les
communication en générale. Grâce congolaise qui a perdu ses re- bonnes notes assurent des privi-
à ses aptitudes cette personne peut pères et induit les jeunes en erreur. lèges comme, la reconnaissance
se donner plusieurs options pour Analysons ensemble la comment ou le respect des autres, passer à
son orientation. la société congolaise d’aujourd’hui une classe supérieure, être diplômé,
perçoit la réussite. etc. Cette réussite à l’école procure
L’influence des « skills » est très vi-
sible dans le monde professionnel, Au Congo, la réussite recherchée est aussi des bénéfices matériels, qui
car ils sont la raison pour laquelle celle « vue des yeux ». Pour cela, sont souvent le moyen permettant
deux personnes qui occupent le certains jeunes (souvent sous l’in- à l’entourage d’exprimer sa satis-
même poste ont des performances fluence de leurs familles) préfèrent faction (Cadeaux, fêtes, …).
différentes. s’adonner à des voies frauduleuses Ainsi, privilèges et bénéfices maté-
pour passer de promotion ou pour riels ne sont rien d’autres que des
Ces personnes peuvent avoir été obtenir un diplôme, plutôt que de
à la même université, poursuivis conséquences de la réussite.
reprendre l’année.
les mêmes cours, peut-être même
atteint des scores semblables, mais Car reprendre l’année est perçu
n’auront pas la même performance comme un échec, et une honte
dans le monde professionnel. Ce surtout. Cependant, l’échec,
sont les skills, les aptitudes, les quoique difficile à vivre, procure à
habilités, les talents qui vont faire la l’étudiant l’opportunité de mieux SUITE EN PAGE 29
différence. D’où l’importance de les construire sa base, et provoque
identifier. aussi un éveil mental, permet de
s’assumer et d’apprendre à recom-
JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 31
JEUNESSE
C’était une grande responsabilité car la masse sala-
riale mensuelle équivalait à plusieurs centaines de
millier de dollars américains. Mais il n’était payé que
près de 350 dollars américains le mois. Quoique cela

CONGOLAISE : fût révoltant, il fit le choix de ne jamais franchir la ligne


de l’intégrité, de ne pas « prendre ce qui n’est pas à
lui », d’user de méthodes frauduleuses pour se faire

RELEVER LE
plus d’argent. Il préféra continuer à travailler et à at-
tendre son jour. Aujourd’hui, les 350 dollars américains
ne correspondent même pas au frais de transport de
sa rémunération actuelle.

DÉFI C’EST ENCORE POSSIBLE


Rien n’est perdu pour ceux qui sont diplômés de disci-
plines qui ne leurs offrent pas d’opportunités de travail
SUITE DE LA PAGE 29 dans le pays. L’adaptation est la solution. Nombreux
sont ceux qui dans le monde professionnel réussissent
Mais, comme renseigné plus haut, cette notion de la réus- dans des domaines qui ne correspondent pas aux
site est tordue en RD Congo, et surtout à Kinshasa, sa études qu’ils ont faites. A l’image de ce Cadre de Di-
capitale, où l’on considère la réussite comme les privi- rection de Banque, aujourd’hui Directeur Commerciale
lèges et les bénéfices matériels. « Je suis diplômé, donc mais qui est pourtant diplômé en Droit ; ou encore de
j’ai réussi » ; « Je m’habille chèrement donc j’ai réussi » ; « ce Directeur Général Adjoint de banque, ayant à la base
J’ai acquis un Toyota Land Cruiser Prado, donc j’ai réussi » un diplôme d’Ingénieur Agronome. Ces personnes ont
; « Je suis devenu Ministre donc j’ai réussi ». commencé par des postes d’entrées, et ce sont ap-
pliquées dans leur travail, ont grimpées les échelons
George S. Clason dans son livre The Richest Man in Ba-
par mérite et sont restées intègres. Aujourd’hui, elles
bylonexplique que la réussite est « Toutes les réalisations
jouissent des privilèges et des bénéfices que leurs ont
qui sont fruits de nos propres efforts et aptitudes. Et une
procuré leurs réussites.
bonne préparation est clé à toute réussite ». A la lumière
de cette définition, si les réalisations qui nous ont procu- Les études académiques en réalités ne nous rendent
ré privilèges et bénéfices n’ont pas été les fruits de nos pas plus intelligents, mais nous développent et épa-
propres efforts et aptitudes, nous n’avons pas réussi. nouissent intellectuellement. C’est cet épanouisse-
ment intellectuel qui permet ce changement de do-
Cette définition de la réussite est très importante et nous
maine à certaines exceptions près.
conduit donc à deux notions essentielles : le travail et
l’éthique. Le travail exige de s’appliquer dans ce que l’on A cela, ces personnes ont rajouté la motivation pro-
fait, d’y mettre beaucoup d’efforts et de sacrifice. fonde qu’ils ont su identifier dans leurs fonctions. La
motivation profonde est cet amour que l’on éprouve
L’éthique bannit les mauvaises pratiques comme la cor-
pour ce que l’on fait, comme le disait Steve Jobs par
ruption, la tricherie, l’escroquerie… et prône l’intégrité,
son « Do what you love », repris dans le livre « The Inno-
l’honnêteté, le respect de la Loi, etc. La combinaison de
vation Secrets of Steve Jobs » écrit par Carmine Gallo.
ces deux notions, en plus d’une bonne préparation nous
garantit une réussite saine et durable, quel que soit l’en- En conclusion, réfléchissons avec intelligence sur notre
vironnement dans lequel nous nous retrouvons. avenir, soyons réaliste et informons-nous ; combinons
travail, éthique et patience, trouvons notre motivation
LA PATIENCE
profonde, et seulement alors nous pourrons réussir et
Un élément très important, car son absence peut annihiler jouir des conséquences saines et durable de la réus-
tout ce que nous aurions entrepris en amont. Par manque site.
de patience, plusieurs personnes compromettent leur
avenir parce qu’elles sont pressées de trop gagner, soit
en se mêlant à des pratiques frauduleuses, ou encore Lucien Kabuya M.
en choisissant le travail qui paie bien et vite mais qui à Professionnel RH
long terme, n’épanoui pas. Ne soyez pas presser de trop Membre de l’ACPRH
gagner, cela s’acquiert avec le temps. A l’exemple d’un
cadre de la place qui, il y a près de 10 ans, était en Chef
du personnel de son entreprise et gérait la paie des sa-
laires de près de 150 personnes.
32 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR
CHERS NDEKO JEUNES,
APPRENONS À CRÉER DU NEUF…
Il ne sert de rien d'être jeune sans complexité, le grec en a trouvé deux Quand sonnera le glas pour l’âge
être belle, ni d'être belle sans être : Chronos, pour parler du temps qui adulte, chacun sera confronté à cette
coule (celui qu’indique le calendrier question de Dieu à Adam à laquelle il
jeune. ou l’horloge) et le Caïros, pour dé- s’évertuera de répondre devant le tri-

S ’écriait Duc de la Rochefoucauld noter le temps qu’il fait, le temps fort bunal de sa conscience : Qu’as-tu fait
dans ses Maximes. L’élan de disons. de ta jeunesse ? A l’aune de ce qui
cœur de cet auteur met en par- vient d’être dit, nous assignons aux
Ce temps peut sourire ou pas aux jeunes la tâche de créer du neuf.
faite relation la jeunesse et la beauté.
jeunes pour transformer leur destin
La jeunesse nous parait comme une
en destinée, pour les rendre respon- LES JEUNES FACE AU TEMPS QU’IL
étape.
sables. La sentence de Rochefoucauld FAIT
Qui dit étape dit temps qui passe. que nous avons empruntée invite la
jeunesse à la beauté. Nous suggérons que la folie dont
Ce temps ne peut pas passer dans
on accuse la jeunesse soit une folie
l’oisiveté. C’est un temps transitoire. La
Un autre auteur Alain disait la règle du d’inspirations, de rêves pour un avenir
jeunesse est transition entre l’en-
beau n’apparaît que dans l’œuvre. Il meilleur. Pour cela, il nous revient,
fance et l’âge adulte. C’est durant la
vise en fait l’harmonie entre le projet chers Ndekos jeunes, de sonder les li-
jeunesse que l’on apprend à deve-
et le fait. La beauté attire toujours mites des possibles, de nous aventurer
nir responsable. Le devenir est une
l’homme. La beauté nous apparait là où personne n’a jamais osé. Néan-
dynamique, c’est le passage de la
toujours une nouveauté. moins, il nous revient d’avoir à l’esprit
puissance à l’acte pour emprunter le
certaines valeurs qui nous échappent
langage philosophique, ou le passage Les jeunes appelés à la responsabilité dans le monde de ce temps.
des rêves à la réalité dans le langage sont conviés à cette beauté qui est
des communs des mortels. Le deve- aussi bien une bonté qu’une vérité. Espérant donner au monde des
nir se réalise dans la duréeou dans le Invitée à la beauté, la jeunesse n’est raisons de vivre et d’espérer, nous
temps. plus à concevoir comme une étape voulons prendre en considération cet
qui passe, mais une étape qui doit amalgame de méfaits qui inondent
Si le français n’a que le mot temps
être vécue. notre temps. SUITE EN PAGE 34
pour désigner le temps dans sa

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 33


CHERS NDEKO
JEUNES,
APPRENONS
À CRÉER DU
NEUF…
SUITE DE LA PAGE 33

SALEM ALUMBA
En effet, nous sommes tous citoyens Etudiant PH.
du monde. La nouvelle technologie
avec les réseaux sociaux, la télévi-
sion, la géopolitique du monde actuel avons, nous pouvons faire mieux. C’est arriver à ce stade dans notre contexte,
opèrent un brassage des cultures. Ce en ce sens que nous appelons les il faudra balayer toutes ces leurres qui
métissage culturel n’est de loin mau- jeunes à créer du neuf. Dans le célèbre font croire que le destin est fatal en
vais. film de Dieudonné Ngangura et Benoit RDC et que l’herbe est seulement ver-
C’est un fait relevant de l’intersubjec- Lamy La vie est belle qui a marqué doyante ailleurs. Il est certes vrai que
tivité, mais à un niveau étatique et ci- notre enfance et qui ne cesse de nous le contexte de crise dans lequel nous
vilisationnel. Là où le bât blesse c’est subjuguer, Papa wemba nous a légué nous situons nous enlève tout espoir.
que ce brassage altère les valeurs de une belle leçon : travaillez, prenez de Cependant, nous pouvons nous enga-
certaines cultures. Le Congo n’en est la peine, c’est le fonds qui manque le ger à créer du neuf par nos potentiali-
pas exonéré. moins, nabeta libanga mpo’te nazwa tés innées et acquises. Tout au fond de
Mosolo, na motoki na yonde ozui lifuta. ton âme il ya une flamme qui s’endort,
La célèbre campagne érotique dite La vie est belle avec un effort. La réus- où la vie peut jaillir… s’écriait Lokwa
Phénomène Ujana prouve cela. En plus site dans la vie s’obtient par un effort Kanza dans I believe in you.
de ce fait qui a été l’enchantement soutenu. Na kimobange te nde tokosa-
des réductionnistes sexualistes, nous • LE CORPS : Dans ce contexte de pé-
la ba carrière yango, chantait Reddy
pouvons citer bien d’autres venus de nurie d’emplois, les jeunes chosifient
Amisi dans Profitez. Le point suivant
nulle part qui élisent domicile dans leurs corps. Une mauvaise philosophie
précisera certains points que nous ju-
notre Kin La belle : les jeunes hors-la- du plaisir véhiculée par les cris et la
geons importants pour l’autonomisa-
loi dits Kuluna, la mendicité accompa- musique s’installe. Le fameux phéno-
tion des jeunes.
gnée d’encensement appelée Matolo, mène Ujana illustre cela. Etant en-
les fumeurs des chanvres et boissons II. POUR UN AVENIR EMPREINT core dans le toit parental, les jeunes
fabriquées au pays (AGUENE), les dé- DU NEUF DES JEUNES DE NOTRE s’adonnent à la procréation sans assu-
bats autour de la musique inoculant TEMPS mer leurs rôles des parents. Le corps
plus d’antivaleurs que des valeurs, porte le mystère de l’être. C’est en ce
Les notions ci-dessous peuvent nous
l’école buissonnière, ainsi que bien des sens que Gabriel Marcel disait Je suis
permettre de créer ce neuf que nous
méfaits dans les milieux universitaires mon corps. Par le corps on habite le
promouvons :
comme le PST (point sexuellement monde et on est en interaction avec
transmissible)pour ne citer que ce- • AUTONOMIE : Du grec auto, soi- les autres. Le corps en lien avec l’âme
lui-là , etc. même, et nomos : loi, ce terme dé- permet les opérations qui puissent va-
signe le fait d’être soi-même sa propre loriser l’homme. Il revient au préalable
Tous ces méfaits entravent la réalisa- norme. L’autonomie sociale ou éco- à l’âme d’être saine. Pour développer
tion effective de profondes ambitions nomique diffère de l’autonomie mo- nos forces physiques, intellectuelles,
de bien des jeunes. Nous pouvons lire rale en ceci que celle-là est la capa- morales et spirituelles, il nous faut un
dans le discours des jeunes la déso- cité qu’a un individu de s’administrer corps tempérant et une âme saine. Il
lation, la perte d’un avenir meilleur alors que celle-ci est un caractère de ne sert à rien de tuer son corps par
au travers des expressions comme : la volonté de s’imposer une loi confor- tous les plaisirs du monde que l’on
Mbok’oyo batek’ango kaka, ;Yo mutu mément à son essence, à laquelle on ne finira jamais. On se souviendra de
okobongisa mbok’oyo… Hélas ! Nous devra se soumettre. L’autonomie qui Freud qui parlait de l’insatiabilité de
oublions qu’avec le peu que nous nous concerne est la première. Pour l’être humain et Conatus de Spinoza

34 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


(Tendance à persister dans l’existence). pital dans la réalisation de la vie hu- la position médiane ; dans ce cas le
maine. Il faut nourrir sa volonté par courage.
• LE TRAVAIL : il n’est pas anodin d’af-
un effort soutenu et quotidien jusqu’à
firmer que l’homme est un être des Bref, apprendre à créer du neuf est un
changer les habitudes en nature. C’est
besoins. Ces derniers sont notamment message que nous lançons à nos Nde-
le premier pas qui coûte, à l’ardeur de
satisfaits par le travail. Au lieu de prôner kos jeunes pour atteindre notre auto-
commencer il faudra ajouter la persé-
une révolution du prolétariat comme le nomisation. Il nous revient de prendre
vérance d’achever.
pensait Karl Marx, nous suggérons aux le relais. La vie est un compte à re-
jeunes de se créer d’entreprises et d’y Un homme courageux est un homme bours, une année qui passe est une
mettre le sérieux. Les travaux sont lé- qui a une confiance en lui-même. opportunité de bonheur qui s’enfuit
gion : les maisons de communication, D’après Aristote dans son Éthique à Ni- dans l’abîme du passé. Saisissons le
les salons de coiffure, la maçonnerie, comaque, le courage est une médiété temps pour ne pas dire dans la vieil-
l’agriculture et l’élevage,etc. Ceux qui entre la peur et la témérité. La peur est lesse : Soki nayebaki…
sont dans de telles entreprises peuvent un état affectif consistant à redouter
Salem A.
encore créer du neuf, aller au-delà de une chose. Le peureux cache ses po-
ce qu’ils possèdent. tentialités, par ricochet les tue alors
que la témérité est le caractère de ce-
• LE COURAGE: nous associons à ce
lui qui pousse son courage à l’extrême.
thème la volonté. En effet, celle-ci
peut être conçue comme le moteur Le téméraire abuse de ses qualités
qui pousse l’intellect à se porter vers croyant ne jamais les perdre. Entre
ce qu’il désire. C’est un élément ca- deux extrêmes, il vaut mieux choisir

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 35


FONDATION KULISHA
QUI SOMMES-NOUS : Il pousse et devient majestueux et NOTRE MISSION :
plus grand que tout ce qui est autour
Fondée en décembre 2016, et ayant - Réduire le taux de délinquance ju-
de lui.
été lancée officiellement le 31 mars vénile
2017, la fondation Kulisha, est une as- Les produits qui en dérivent sont aussi - Éduquer la jeunesse congolaise
sociation sans but lucratif. De carac- variés que nombreux. - Réduire le taux d’analphabète
tère humanitaire, elle œuvre principa- - Sensibiliser au dépistage préventif de
Kulisha voit en toutes ces jeunes per-
lement : certaines pathologies,
sonnes ayant besoin d’aide comme
- Dans l’accès à l’éducation des des noix de palme tombées dans un Pour contribuer à redonner de l’es-
jeunes (tout sexe confondu) à l’école endroit peu fertile où il est difficile de poir à la jeunesse congolaise, nous
primaire et secondaire, croître. saisissons toutes les opportunités qui
s’offrent à nous, ainsi que les bonnes
- Dans l’accès au soin de santé, La traduction française du mot Kulisha
volontés qui se manifestent pour
est « nourrir ».
- Au dépistage précoce de certaines nous épauler.
pathologies (drépanocytose et cancer Nous avons pour but de nourrir l’intel-
du sein) et endémies (sida, tubercu- lect de la jeunesse Congolaise, afin de Twitter : @FondationKLSH
Instagram : @Kulishafondation
lose). leur garantir un avenir meilleur. Page Facebook : Fondation Kulisha
Youtube : Fondation Kulisha
Elle a comme emblème le palmier Nourrir la jeunesse de l’espoir d’un Email : contact@fondationkulisha.net
à huile. Arbre royal, il symbolise la lendemain meilleur, telle est notre WhatsApp : + 243 900 900 729
richesse, l’abondance et résiste aux devise.
choques de la nature (intempéries).

36 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


1. LE CANCER DU SEIN : initiative des fondations Bomoko
et Kulisha, décide de lutter contre
Le cancer du sein est le cancer dont
le cancer du sein en informant, en
le diagnostic est le plus fréquent
dialoguant et en mobilisant le plus
chez les femmes dans le monde.
NOS CAUSES d’hommes et de femmes possible
Sa présence augmenter avec l’âge
contre ce fléau.
A. EDUCATION : mais il peut toucher les jeunes
femmes vu que le un quart des cas 2. LA DRÉPANOCYTOSE :
Elle est un droit fondamental que tous les sont diagnostiqué avant l’âge de
jeunes congolais devraient avoir. A travers cinquante ans. La fondation Deo Gratias GBALIGA-
l’éducation, le jeune congolais peut s’intégrer ZA, à qui nous nous sommes alliés,
facilement et sans complexe dans la société, Nos Campagnes : vise à l’affectation irrévocable des
se forger un caractère et trouver son identi- a) Ruban Rose : Le Ruban Rose est le mentalités et de la société sur le
té loin de la criminalité. Pour que le dévelop- symbole international que les per- problème épineux de la drépano-
pement de la République Démocratique du sonnes voulant sensibiliser contre cytose qui laisse aujourd’hui encore
Congo soit intégral, nous devons rendre sa le cancer du sein portent. Notre en ce 21ième siècle, plus d’une
jeunesse qui représente 60% de la population campagne a pour but de sensibi- personne indifférente et insensible.
du pays, plus épanouie, dynamique, bien for- liser au dépistage préventif du can- La fondation prend en charge les
mée et entreprenante. Sur ce nous avons un cer du sein en mettant un accent enfants drépanocytaires de 0 à 18
programme de parrainage pour les enfants sur l’importance d’une autopalpa- ans.
qui suivent tion régulière du sein.
Deux campagnes nous permettent de scolari- L’autopalpation regroupe un en- Plus de 18 projets réalisés et 150
ser des enfants : semble de gestes simples, permet- enfants scolarisés.
1. En parrainant un enfant à Kinshasa, tant de détecter toute anomalie
et de la signaler à votre médecin.
2. En finançant un rattrapage scolaire à Lubu- Elle ne se substitue pas à une visite Andréa Moloto
mbashi régulière auprès de votre médecin
traitant mais il constitue un atout
B. SANTE
de plus pour la santé.
La santé n’a pas de prix, savons-nous si bien.
b) OCTOBRE ROSE RDC :
A Kulisha, nous pensons qu’il serait mieux de
prévenir au lieu de guérir. Nous organisons tout Le mois d’octobre est le mois dé-
le long de l’année des compagnes de sensibili- dié à la lutte contre le cancer du
sation contre certaines pathologies. sein. Octobre Rose RDCongo, une

JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 37


Portrait

MAURICE TSHIKUYA
Plébiscité meilleur mandataire du premier semestre de l’année 2018 par les kinois
grâce au sondage réalisé par l’institut les points, Il a relevé l’INPP et lui a donné
un élan pour son envol notamment par la construction des infrastructures de
l’institut dans la capitale et en provinces. C’est à son arrivée à la tête de cette
institution que l’on entend de nouveau les échos de l’INPP. Fils maison, Maurice
TSHIKUYA, c’est grâce à sa vision managériale que tous les partenaires tradition-
nels sont revenus de nouveau appuyer, aider cette institution à se redresser, et le
résultat est plus que satisfaisant.

38 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR


JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR I 39
40 I JEUNESSE BATISSEUSE D’AVENIR