Vous êtes sur la page 1sur 14

PROGRAMME DE GÉNIE DES MATÉRIAUX

COURS ING1035 - MATÉRIAUX


EXAMEN FINAL

du 17 avril 2004

de 13h30 à 16h00

QUESTIONNAIRE

NOTES : ♦ Aucune documentation permise.


♦ Calculatrice non programmable autorisée.
♦ Les nombres en marge indiquent le nombre de points
accordés à la question, le total est de 60 points. La note
maximale de l’examen étant de 50 points, tout point
supplémentaire sera transformé en point de bonus.
♦ Pour les questions nécessitant des calculs, aucun point
ne sera accordé à la bonne réponse si le développement
n’est pas écrit. Utilisez les espaces prévus ou la page
blanche opposée pour vos calculs.
♦ Le questionnaire comprend 14 pages, en incluant les annexes
(si mentionnés) et le formulaire général.
♦ Le formulaire de réponses comprend 10 pages.
♦ Vérifiez le nombre de pages du questionnaire et du formulaire
de réponses.
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 2 de 14
Examen final du 17 avril 2004

Remarque : les 6 premiers exercices sont relatifs aux unités facultatives 8, 9, 10, 11 et 12.
Les exercices suivants couvrent les unités obligatoires (unités 1 à 7)

Exercice n° 1 (Dégradation)
Vous disposez des données suivantes relatives à l'oxydation à haute température du cuivre, dont la réaction est
la suivante:
2 Cu + ½ O2 Æ Cu2O

Données : Masse molaire (g/mole): ACu = 63,54; AO = 16,00


Masse volumique (g/cm3): ρCu = 8,92; ρCu2O = 6,0
a) Quelle est la valeur du rapport ∆ de Pilling - Bedworth pour le cuivre ? (1 pt)

Temps (min) δm (mg/cm2)


Au cours d'essais d'oxydation réalisés à haute température sur des 1 0,071
échantillons de cuivre préalablement polis pour enlever toute trace 5 0,160
d'oxyde, on a obtenu les données suivantes relatives au gain de 10 0,219
masse δm de l'échantillon en fonction du temps d’oxydation: 20 0,314
60 0,530
100 0,710

b) Déterminez de quel type est la cinétique d'oxydation. Cochez la case appropriée sur le formulaire de (2 pts)
réponses et justifiez quantitativement votre réponse.

c) Quelle sera le gain de masse δm obtenu après 500 minutes d'oxydation ? (1 pt)

d) À partir des résultats obtenus aux questions a) et b) ci-dessus, qu'en déduisez-vous pour ce qui est des (1 pt)
caractéristiques de la couche d'oxyde ? Cochez la case appropriée sur le formulaire de réponses.

Exercice n° 2 (Propriétés physiques)


Utilisé pour la fabrication d’un fil conducteur électrique, un cuivre commercialement pur contient les impuretés
suivantes (concentration donnée en ppm atomique) :
Fer (Fe) : 250 Chrome (Cr) : 70 Argent (Ag) : 150 Nickel (Ni) : 25
L’influence de ces impuretés sur la résistivité électrique du cuivre est donnée sur une figure en annexe.
Données: Conductivité du cuivre pur à 20°C: σ0 = 5,97x105 Ω-1.cm-1
Coefficient β de variation de la résistivité du cuivre pur en fonction de la température :
β = 4,27x10-3 °C-1
(1 pt)
a) Quelle est la résistivité ρ (en µΩ.cm) de ce cuivre commercial ?
b) Quelle est la valeur de la résistance R (en mΩ) d'un fil conducteur fait de ce cuivre commercial et qui a une (1 pt)
longueur L = 350 m et un diamètre D = 3 mm ?

c) Si ce fil était fait de cuivre absolument pur, quelle augmentation de température ∆θ (en °C) devrait-on lui (1 pt)
imposer pour qu’il ait la même résistance que le fil fait de cuivre commercial ?

Sous-total: 8 pts
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 3 de 14
Examen final du 17 avril 2004

Exercice n° 3 (Propriétés physiques)

Vous désirez réaliser un aimant permanent après avoir


magnétisé un matériau ferromagnétique jusqu’à saturation
et vous avez le choix entre les matériaux C et D dont les
courbes d’hystérésis sont schématisées à la figure ci-
contre.
a) Quel matériau a la plus forte induction à saturation ? (½ pt)
b) Quel matériau a l’induction rémanente la plus (½ pt)
élevée?.
c) Quel matériau a le champ coercitif le plus élevé ? (½ pt)
d) Si, en cours d’utilisation, l’aimant permanent est
soumis à des fluctuations du champ magnétique (½ pt)
extérieur égales à ± 12 000 A/m, quel matériau est le
plus adéquat pour l’application recherchée ?

Exercice n° 4 (Matières plastiques)

La figure ci-contre illustre les trois formes


possibles (a, b et c) sous lesquelles peut se
présenter la chaîne du polypropylène (PP).

Données : Masse atomique (g/mole):


H = 1,008
C = 12,011

a) Quelle est la formule chimique du monomère (½ pt)


(propylène) ?
b) Quelle est la masse molaire (en g/mole) du monomère ? (½ pt)

c) Quelle est la tacticité de chacune des 3 formes possibles du polypropylène ? (½ pt)


d) Quelle est la possibilité de cristallisation de chacune des formes possibles du polypropylène ? (½ pt)

Le tableau ci-contre donne la masse volumique


ainsi que le degré de cristallinité (%) de deux Échantillon Masse volumique (g/cm3) Cristallinité (%)
échantillons de polypropylène. On supposera que 1 0,915 72,7
la masse volumique varie linéairement en
fonction du pourcentage de cristallinité. 2 0,872 32,6

Sous-total : 4 pts
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 4 de 14
Examen final du 17 avril 2004

e) Quelle est la masse volumique (en g/cm3) du polypropylène entièrement cristallisé ? (2 pts)
Le polypropylène entièrement cristallisé a une maille monoclinique ayant les caractéristiques suivantes :

a = 0,666 nm b = 2,078 nm c = 0,6495 nm ; α = γ = 90 ° β = 99,62 °


f) Calculez le nombre de monomères que contient une maille élémentaire de polypropylène totalement (1 pt)
cristallisé.
Données: Volume V d'une maille monoclinique en fonction des paramètres de la maille:
½
V = abc(1 - cos2α - cos2β - cos2γ + 2cos2αcos2βcos2γ)
23 -1
Nombre d'Avogadro NA = 6,022x10 mole
Exercice n° 5 (Céramiques)
Vous avez certainement déjà utilisé – à tout le moins vu – certains ustensiles de cuisine (casseroles, poêles,
chaudrons) faits en fonte émaillée. Une fonte est un alliage de fer contenant de 2,5 à 4% de carbone. La couche
d’émail, aussi appelé glaçure en terme de céramistes, est une céramique contenant une proportion non
négligeable de phase vitreuse afin d’assurer son imperméabilité, de faciliter l’entretien de l’ustensile et de lui
conférer une couleur et un aspect esthétique brillant et agréable à l’œil.
L’émail est un mélange de poudres d’oxydes. Ce mélange de poudres d'oxydes est mis en suspension assez
visqueuse dans un liquide (généralement de l’eau). Plongé dans cette suspension, l’ustensile se recouvre d’une
couche visqueuse. Un fois retiré de cette suspension, l’ustensile est alors porté à haute température afin que,
tout d’abord, le liquide de la suspension s’évapore, puis que les oxydes subissent un frittage conduisant à la
formation d’un mélange biphasé « Liquide + Solide » à la température maximale de cuisson de l’émail.
L’ustensile est alors refroidi et la phase liquide de l’émail se « solidifie » sous forme de verre.
Supposons que l’on émaille des poêles en fonte contenant 3% C (voir diagramme d'équilibre Fe-C en annexe)
avec un mélange de deux oxydes A et B (voir diagramme d’équilibre A-B en annexe). La température maximale
atteinte au cours de la cuisson de l’émail doit être inférieure de 150 °C à la température à laquelle apparaît une
phase liquide dans la fonte. De plus, afin d’assurer une bonne imperméabilité à l’émail, sa composition nominale
C0 doit conduire à la formation d'un pourcentage non négligeable de phase vitreuse après refroidissement.
a) À quelle température maximale (en °C) doit-on réaliser le frittage de l'émail ? (½ pt)
b) À quelle température minimale (en °C) doit-on réaliser le frittage de l'émail ? (½ pt)
c) L'émail devant contenir au maximum 80 %m d'oxyde B, quelle doit être sa composition nominale C0 (en
(1 pt)
%m. B) pour qu'il y ait formation de 52 % de phase vitreuse, formée lors du frittage et ayant une
composition eutectique ?
d) Quels seront les constituants de l'émail après son refroidissement complet ? (1 pt)
Un des inconvénients de ces poêles émaillées est leur sensibilité au choc thermique, en particulier au cours
d’un refroidissement brutal quand l’on plonge, par exemple, la poêle chaude dans l’eau froide pour la nettoyer. Il
y a alors risque de fissuration et d’écaillage de la couche d’émail dont le coefficient de dilatation thermique αe
est toujours inférieur à celui de la fonte. On considèrera qu’au cours d’un tel refroidissement, les deux matériaux
de la poêle (fonte et émail) se refroidissent à la même vitesse.

e) Quelle doit être la valeur minimale (en 10-6 °C-1) du coefficient de dilatation αe de l’émail pour que celui-ci ne
(2 pts)
risque pas la fissuration si l’on soumet la poêle à un refroidissement brusque ∆θ = 250 °C?

Données : Fonte : Coefficient de dilatation thermique αf = 12x10-6 °C-1


Émail : Résistance à la traction RmT = 80 MPa; Résistance à la compression RmC = 157 MPa;
Module Ee = 86 GPa
Coefficient f(ν) = 0,82

Sous-total : 8 pts
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 5 de 14
Examen final du 17 avril 2004

Exercice n° 6 (Composites)
Dans la structure de la navette spatiale, plusieurs éléments tubulaires (entretoises, raidisseurs) sont faits en
matériau composite. Ce composite est une matrice d'aluminium renforcée de fibres continues et alignées de
bore. Les propriétés mécaniques de ces deux composants sont données au tableau ci-dessous.

Composant E (GPa) Re (MPa) Rm (MPa) A (%)


Aluminium 70 400 400 1
Bore 400 na 3 600 nd*
*nd = non disponible
Supposons que la fraction volumique de renfort Vf soit égale à 35 %.
a) Quelle est la valeur (en GPa) du module d'Young EC du composite ? (1 pt)
b) Quelle est la valeur du rapport EC/Em, où Em est le module d'Young de la matrice ? (1 pt)
c) Quelle est la valeur (en MPa) de la limite d'élasticité ReC du composite ? (1 pt)
d) À la limite d’élasticité du composite, quelle est la valeur du rapport r = Ff/Fm de la force Ff supportée par les (1 pt)
fibres à la force Fm supportée par la matrice ?
e) Quelle est la valeur (en %) de l'allongement relatif final à la rupture AC du composite ? (1 pt)

Sous-total : 5 pts
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 6 de 14
Examen final du 17 avril 2004

Remarque : Les exercices suivants couvrent les unités obligatoires (unités 1 à 7)

Exercice n° 7

Un composé LixBiy est formé d’atomes de lithium


(Li) en insertion dans le réseau constitué d’atomes
de bismuth (Bi). La maille élémentaire de cette
structure est représentée à la figure ci-contre.

Données :

Nombre d’Avogadro : NA = 6,022x1023 mole-1


Masse atomique (g/mole) :
Li = 6,94 Bi = 208,98

a) Quel est le réseau de Bravais de ce composé ? (½ pt)

b) Quels sont les indices de la direction qui est l’intersection des plans (1 1 1 ) et (1 1 1 ) ? (½ pt)

c) Quels sont les indices de Miller du plan contenant les directions [1 10] et [011] ?
(½ pt)
d) Quelle est la valeur du rapport de la densité surfacique d’atomes de bismuth (Bi) à la densité surfacique des
atomes de lithium (Li) dans le plan (1 1 0) ? (1 pt)

e) Quel type de site occupe l’atome de lithium (Li) noté X et qui est encadré sur la figure ci-dessus ? (½ pt)
f) Quelle est la proportion (en %) de ces sites appartenant en propre à la maille, qui sont occupés par les
(1 pt)
atomes de lithium (Li) ?
g) Quelles sont les valeurs de x et de y dans la formule chimique du composé LixBiy? (1 pt)

h) Quelle est la masse volumique théorique ρ (en g/cm3) du composé LixBiy ? (1 pt)

Sous-total : 6 pts
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 7 de 14
Examen final du 17 avril 2004

Exercice n° 8

Au cours de la fabrication du fût d’un canon, un défaut, assimilable à


une fissure, s’est formé sur la surface interne du fût, tel que schématisé
à la figure ci-contre. Le fût a un diamètre intérieur Di et un diamètre
extérieur De. La fissure, de profondeur initiale a0 = 0,70 mm, a un facteur
géométrique α égal à 1,17:

Lors d’un tir du canon, la contrainte nominale de tension σnom s’exerçant perpendiculairement au plan de la
fissure est donnée par la relation suivante : σnom = PRi/e , où Ri et e sont respectivement le rayon interne et
l’épaisseur du fût, P est la pression interne s’exerçant dans le fût du canon au cours du tir d’un obus. Au cours
d’un tel tir, cette pression P est égale à 250 MPa.
Données:
Canon : Diamètre intérieur : Di = 70 mm Diamètre extérieur : De = 140 mm
Propriétés mécaniques de l’acier du fût :
Re0,02 = 1000 MPa Rm = 1200 MPa KIC = 80 MPa.m½
Seuil de propagation en fatigue : ∆KS = 4.5 MPa.m½
Relation de Paris caractérisant le comportement de cet acier en fatigue-propagation :
-11 3.0
da/dN (m/cycle) = 4x10 ∆K

a) Quelle est la valeur de la contrainte nominale de tension σnom (en MPa) s’exerçant perpendiculairement au (1 pt)
plan de la fissure au cours du tir d’un obus ?
b) Est-ce que la fissure peut se propager lorsque le canon est mis en service ? (1 pt)
c) Quelle sera la profondeur critique a* de la fissure (en mm) qui entraînera la rupture brutale (apparemment (1 pt)
fragile) du fût ?
d) Quelle est la valeur du rapport R caractérisant le chargement en fatigue du fût au cours des tirs du canon ? (1 pt)
e) Si la fréquence de tir du canon est de 40 tirs par jour, au bout de combien de jours de tir se produira la
(3 pts)
rupture brutale du canon, si la fissure n’a pas été préalablement détectée au cours des inspections
préventives du canon ?
Exercice n° 9
La figure donnée en annexe (Annexes, Exercice n° 9) illustre l’effet de trois méthodes permettant d’améliorer la
limite d’élasticité Re0,2 d’un acier doux (acier ordinaire au carbone contenant 0,1 %m. C).
a) Associez chacune des courbes (a), (b) et (c) de cette figure à la méthode d’amélioration de la limite (3 pts)
d’élasticité que cette courbe illustre.
Après un laminage à chaud et refroidissement à l’air, cet acier doux à 0,1 %m C a une taille de grain d égale à
20 µm.
b) Quelle est la valeur (en MPa) de la limite d’élasticité Re0,2 de cet acier ? (1 pt)
Pour améliorer cette limite d’élasticité, vous décidez d’ajouter 0,8 %m de manganèse (Mn) à cet acier au
moment de son élaboration. Pour les mêmes conditions de laminage et de refroidissement de l’acier, on sait que
cette addition de manganèse a pour effet de diminuer la taille de grain de l’acier à 15 µm et que l’effet du
manganèse sur la limite d’élasticité Re0,2 est directement proportionnel au pourcentage (%m) de manganèse
ajouté.
c) Quelle sera alors la valeur (en MPa) de la limite d’élasticité Re0,2 de cet acier contenant 0,8 %m de (2 pts)
manganèse ?

Sous-total : 13 pts
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 8 de 14
Examen final du 17 avril 2004

Exercice n° 10
Vous disposez d’un acier (alliage « fer – carbone ») dont vous ignorez la teneur en carbone. Cependant, après
avoir chauffé cet acier à 850 °C et l’avoir laissé refroidir lentement au four jusqu’à la température ambiante, vous
constatez, sur une métallographie, qu’il contient 50 % de ferrite α et 50 % de perlite. Comme vous disposez du
diagramme d’équilibre « fer – carbone » (voir en annexe), il vous est alors aisé de répondre aux questions
suivantes :
a) Quelle est la composition nominale C0 (%m) en carbone de cet acier ? (1 pt)
b) À 724 °C et à l’équilibre, quelles sont les phases en présence, leur composition (en %m C) et leur fraction (2 pts)
massique respective (en %m) ?
Connaissant maintenant la composition nominale de l’acier, vous mettez la main sur son diagramme TTT et sur
sa courbe de revenu après trempe (voir en annexe). En appliquant un traitement thermique de cet acier, vous
désirez obtenir une dureté de 44 HRC.
c) Proposez deux traitements thermiques différents permettant d’obtenir une telle dureté. Sur le formulaire de
(6 pts)
réponses, donnez, pour chacun de ces traitements, les caractéristiques (température, durée) de chacune
des étapes du traitement proposé,

Exercice n° 11
Sur le formulaire de réponse, dites lesquelles des affirmations proposées sont fausses. Répondez par F dans la
(6 pts)
case appropriée.
Attention : une mauvaise réponse annule une bonne réponse !

Pour l’équipe de professeurs, le coordonnateur: Jean-Paul Baïlon

BO
B NN
ON ES
NE VA
S V CA
AC NC
AN ES
CE S !!

Sous-total : 16 pts
Total : 60 pts
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 9 de 14
Examen final du 17 avril 2004

ANNEXES

0
1 000 10 000 100 00
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 10 de 14
Examen final du 17 avril 2004

ANNEXES
Exercice n° 2 : Influence du pourcentage atomique d’impureté
sur la résistivité électrique du cuivre pur

0,50
Variation ∆ρ de la résistivité du cuivre pur

Fe
0,40
Cr
Ni
Ag

0,30
∆ρ (µΩ .cm)

0,20

0,10

0,00
0 100 200 300 400 500

-0,10
Composition (ppm at.)
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 11 de 14
Examen final du 17 avril 2004

ANNEXES
Exercice n° 5 : Diagrammes d’équilibre
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 12 de 14
Examen final du 17 avril 2004

ANNEXES
Exercice n° 9 : Méthodes d’amélioration de la limite d’élasticité
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 13 de 14
Examen final du 17 avril 2004

ANNEXES
Exercice n° 10 : Diagramme TTT et courbe de revenu de l’acier XY

900
Acier XY
4140
γ

HRC
800 A3
A1
10
700
α+C 20
600 γ+α 29
Température (OC)

50 % 29
500 29
γ+α+C
37
400
MS 44

300 M50 51
M90 γ+M
200

100
61
0
0,5 1 10 100 103 104 105
Temps (s)

60
Acier XY
Trempé Huile
55 Dureté initiale: 61 HRC
Revenu : 2h
50

45
Dureté HRC

40

35

30

25

20
100 200 300 400 500 600 700
Température de revenu (°C)
Cours ING1035 MATÉRIAUX Questionnaire Page 14 de 14
Examen final du 17 avril 2004

εx =
1
E
[
σ x − ν (σ y + σ z ) ] da
dN
= C∆K n

εy =
1
E
[
σ y − ν (σ x + σ z ) ] m=
Ai corr t
nF

εz =
1
[
σ z − ν (σ x + σ y ) ] (m a )ox ρ M
∆=
E (m a )M ρ ox
E ρl
G= R=
2 (1 + ν ) S

2Eγ s σ = n e e µe
R th =
a0
σ = (n e e µ e + n t e µ t )
hx ky lz
1= + +  − Eg 
na nb nc σ = σ 0 exp  
 2kT 
r = ua + vb + wc
(
E = E 0 0,9 P 2 −1,9 P +1 )
 a 
σ y = σ nom 1 + 2 
 r  Rm = (Rm )0 e − nP
 

F Rm . f (v )
τ= cos θ cos χ ∆θ* = R1 =
S0 Eα

G b E
τth = R3 =
2π a R . f (v )
2
m

Re 0.2 = σ 0 + kd −1 / 2 Eγ S
R4 = = γ S R3
R . f (v )
2
m
2E γS
lc =
π σ2 (Rm )c = V f (Rm ) f + (1 − V f ) σ m

KC = α σ π a (Rm )C = V f σ f + (1 − V f ) (R )
m m

f S C S + f L C L = C0 EC = V f E f + Vm E m

 Q  3
D = D0 exp  − 0  EC ≅ V f E f + Vm E m
 kT  8

σt   K 2 t  (Rm )C = kV f (Rm ) f + Vm σ m
ε vel = 1 − exp  − 
K 2   η 2 

Vous aimerez peut-être aussi