Vous êtes sur la page 1sur 68

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ET POLITIQUES

LICENCE 2 EN DROIT PBLIC

DROIT ADMINISTRATIF
FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ET POLITIQUES

Professeur Abdoulaye Dièye

2012/2013

SEMESTRE 3 ET 4
Saisie : A. SENE

1) que doit faire l’administration ?


- assurer les services publiques c.à.d. faire une prestation
- assurer la police administrative
2) quel instrument juridique l’administration doit utiliser ?
- les actes administratifs unilatéraux
3) que doit respecter l’administration en faisant ce qu’elle doit
faire ; c.à.d. les principes juridiques que l’administration
doit respecter ?
- les principes de légalité : tous les actes administratifs doivent
être conformes à la loi
- les principes de la responsabilité : qui est responsable ?
4) Qui précisément de l’administration doit faire ce que
l’administration doit faire ?
5) Qui ne peut pas faire ce que l’administration doit faire ?
Voici les questions auxquelles le cours de droit administratif tentera
de répondre.

Page 2 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
TABLE DES MATIERES
C HAPIT R E INT RO DUCTIF : G EN ERALIT E SU R L E D ROIT A DMIN ISTR ATIF : ............................................. 7

SECTION PREMIER ELEMENTS DE DEFINITION DU DROIT ADMINISTRATIF .......................................................... 7


PARAGRAPHE 1. LA NOTION D’ADMINISTRATION ............................................................................................... 7
PARAGRAPHE 2. CONTEXTE D’APPARITION DU DROIT ADMINISTRATIF [] : ........................................................... 7

1. LE PRINCIPE DE LA SEPARATION DES POUVOIRS. ............................................................................................. 7

2. L’ORIGINE JURISPRUDENTIELLE : ..................................................................................................................... 8


PARAGRAPHE 3. LA VAINE RECHERCHE D’UN CRITERE OBJECTIF D’APPLICATION DU DROIT ADMINISTRATIF : ..... 9

I. UNE DOCTRINE DIVISEE :................................................................................................................................. 9


II. LES CRITERES EN DECLIN : ............................................................................................................................... 9

A. LE DECLIN DE LA NOTION DE PUISSANCE PUBLIQUE :....................................................................................... 9

B. LA CRISE DE LA NOTION DE SERVICE PUBLIC : .................................................................................................. 9


SECTION DEUXIEME LES CARACTERES DU DROIT ADMINISTRATIF....................................................................... 10

PARAGRAPHE 1. UN DROIT AUTONOME ........................................................................................................... 10


PARAGRAPHE 2. UN DROIT D’ORIGINE JURISPRUDENTIELLE : ............................................................................ 11

SECTION TROISIEME LES SPECIFICITES DU DROIT ADMINISTRATIF AFRICAIN ....................................................... 11

PARAGRAPHE 1. DES ELEMENTS DE RUPTURE D’AVEC LE MODELE FRANÇAIS .................................................... 12


PARAGRAPHE 2. UNE MUTATION DANS LA CONTRAINTE .................................................................................. 12
P REMIER P ARTIE . L’ACTION ADMINISTRATIVE ................................................................................................ 14
TITRE I. LE PRINCIPE DE LA LEGALITE ............................................................................................................................. 14
CCCHHHAAAPPPIIITTTRRREEEU
UNN LES SOURCES DE LA LEGALITE ADMINISTRATIVE ............................................................................................... 14
U N
SECTION PREMIER LES REGLES AYANT UNE ORIGINE ETRANGERE A L’ADMINISTRATION : ........................................................ 14
PARAGRAPHE 1. LA CONSTITUTION ................................................................................................................................ 14
PARAGRAPHE 2. LES SOURCES INTERNATIONALES ............................................................................................................. 15
A. LES TRAITES INTERNATIONAUX :................................................................................................................................. 15
B. LE DROIT COMMUNAUTAIRE :.................................................................................................................................... 17
PARAGRAPHE 3. LES LOIS ............................................................................................................................................. 17
PARAGRAPHE 4. LES REGLES D’ORIGINE JURISPRUDENTIELLE : ............................................................................................. 17
A. LES PRINCIPES GENERAUX DU DROIT ........................................................................................................................... 18
B. LES DECISIONS DE JUSTICE ......................................................................................................................................... 18
SECTION DEUXIEME LES REGLES PROVENANT DE L’ADMINISTRATION : LES ACTES ADMINISTRATIFS UNILATERAUX. ........................ 19
CCCHHHAAAPPPIIITTTRRREEED
DEEEUUUXXX LES LIMITES AU PRINCIPE DE LEGALITE : .................................................................................................... 19
D
SECTION PREMIER LES ACTES DE GOUVERNEMENT : ........................................................................................................ 19
PARAGRAPHE 1. LE DOMAINE DES ACTES DE GOUVERNEMENT :........................................................................................... 19
PARAGRAPHE 2. LE REGIME JURIDIQUE DES ACTES DE GOUVERNEMENT : .............................................................................. 20
SECTION DEUXIEME LES CIRCONSTANCES EXCEPTIONNELLES : ............................................................................................. 20
PARAGRAPHE 1. LA THEORIE DES CIRCONSTANCES EXCEPTIONNELLES : UNE ŒUVRE PRETORIENNE ............................................. 20
PARAGRAPHE 2. LES EFFETS DE LA THEORIE DES CIRCONSTANCES EXCEPTIONNELLES : .............................................................. 21
PARAGRAPHE 3. L’ORGANISATION LEGALE DES CIRCONSTANCES EXCEPTIONNELLES : ............................................................... 21
TITRE II. LES PROCEDES DE L’ACTION ADMINISTRATIVE ..................................................................................................... 22
Page 3 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
CCCHHHAAAPPPIIITTTRRREEEUUUNNN L’ACTE ADMINISTRATIF UNILATERAL : .......................................................................................................... 22
SECTION PREMIER LA DETERMINATION ADMINISTRATIVE DE L’ACTE ................................................................................... 22
PARAGRAPHE 1. LE CRITERE ORGANIQUE : ....................................................................................................................... 22
PARAGRAPHE 2. LE CRITERE MATERIEL : .......................................................................................................................... 22
SECTION DEUXIEME LE REGIME JURIDIQUE DE L’ACTE ADMINISTRATIF UNILATERAL : ............................................................... 23
PARAGRAPHE 1. L’ELABORATION DE L’ACTE ADMINISTRATIF UNILATERAL : ............................................................................ 23
A. LES REGLES DE COMPETENCE : ................................................................................................................................... 23
1. LES ELEMENTS D’APPLICATION DE LA COMPETENCE :...................................................................................................... 23
A. LA COMPETENCE RATIONNE MATERIAE : ...................................................................................................................... 23
B. LA COMPETENCE RATIONNE TEMPORIS ........................................................................................................................ 24
C. LA COMPETENCE RATIONNE LOCI : .............................................................................................................................. 24
2. LES ALTERATIONS AUX REGLES NORMALES DE COMPETENCES........................................................................................... 24
A. LES ALTERATIONS DECOULANT D’UNE SITUATION NORMALE : LE RECOURS A LA TECHNIQUE DES DELEGATIONS : ....................... 24
B. L’ALTERATION EXCEPTIONNELLE DES REGLES DE COMPETENCE : ....................................................................................... 25
B. LES REGLES DE FORME ET DE PROCEDURE : ................................................................................................................... 25
1. LES REGLES DE FORME : ............................................................................................................................................ 25
A. LES FORMALITES SUBSTANTIELLES : LA SIGNATURE ET LES CONTRE SEING ........................................................................... 25
B. LES FORMALITES ACCESSOIRES : LES VISAS.................................................................................................................... 25
C. LES FORMALITES TANTOT SUBSTANTIELLES TANTOT ACCESSOIRES : ................................................................................... 25
A. LA PROCEDURE CONSULTATIVE : ................................................................................................................................ 26
B. LA PROCEDURE CONTRADICTOIRE : ............................................................................................................................. 26
PARAGRAPHE 2. L’EXECUTION DE L’ACTE ADMINISTRATIF UNILATERAL :................................................................................ 26
1. LE PRIVILEGE DU PREALABLE : .................................................................................................................................... 27
2. L’EXECUTION FORCEE : ............................................................................................................................................. 27
PARAGRAPHE 3. LA DISPARITION DE L’ACTE ADMINISTRATIF UNILATERAL : ............................................................................ 27
A. L’ABROGATION : ..................................................................................................................................................... 28
B. LE RETRAIT : ........................................................................................................................................................... 28
CCCH HHA APPPIIIT
A TTRRREEEDDDEEEUUUXXX LE CONTRAT ADMINISTRATIF : ................................................................................................. 29
SECTION PREMIER L’IDENTIFICATION DES CONTRATS ADMINISTRATIFS : .......................................................... 29
PARAGRAPHE 1. LES CONTRATS ADMINISTRATIFS PAR DETERMINATION DE LA LOI OU DU REGLEMENT :....... 29
A. LES MARCHES PUBLICS : ................................................................................................................................... 29
B. LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC : ............................................................................................................. 30
PARAGRAPHE 2. LES CONTRATS ADMINISTRATIFS PAR NATURE : ...................................................................... 30
A. LE CRITERE PERMANENT : LA PRESENCE D’UNE PERSONNE MORALE DE DROIT PUBLIC ............................... 30
B. LES CRITERES ALTERNATIFS : .......................................................................................................................... 31
1. LE CRITERE DU SERVICE PUBLIC : .................................................................................................................... 31
2. LE CRITERE DE L’EXORBITANCE : .................................................................................................................... 31
SECTION DEUXIEME L’EXECUTION DU CONTRAT ADMINISTRATIF : ..................................................................... 31
PARAGRAPHE 1. LE POUVOIR DE MODIFICATION UNILATERALE : L’ALEA ADMINISTRATIF : ............................ 31
PARAGRAPHE 2. L’ALEA ECONOMIQUE : L’IMPREVISION : ................................................. 32
PARAGRAPHE 3. L’ALEA PHYSIQUE : LES SUJETIONS IMPREVUES : .................................................................... 32
SECTION TROISIEME LA DISPARITION DU CONTRAT ADMINISTRATIF : ................................................................ 32
D eux ièm e Pa rtie. L e con trô le e t l’ en cad re m en t d e l’a c tion ad m in is tra tiv e : ....................... 34
Titre I. Le contrôle de l’administration : ........................................................................................................ 34
C
C h a p it
Chhaappiittrree Ur e U
Unnn Le contentieux de l’excès de pouvoir : ...................................................................................... 34
Section Premier Les conditions de recevabilité du REP : ................................................................................. 34
Paragraphe 1. Les conditions de recevabilite tenant a la personne du requerant : ......................................... 34
A. L’intérêt à agir des personnes physiques : ................................................................................................... 35

Page 4 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
B. L’intérêt à agir des personnes morales : ...................................................................................................... 35
Paragraphe 2. Les conditions de recevabilité relative à l’acte attaqué : .......................................................... 35
Paragraphe 3. Les conditions de recevabilité tenant à la requête : .................................................................. 36
Section Deuxième Les cas d’ouverture du Recours pour Excès de Pouvoir : .................................................. 37
Paragraphe 1. Les illégalités externes (irrégularité de forme) : ....................................................................... 37
A. L’incompétence : .......................................................................................................................................... 37
B. Le vice de forme et de procédure :................................................................................................................ 38
Paragraphe 2. Les illégalités internes (irrégularité de fond) : ......................................................................... 38
A. La violation de la loi : ................................................................................................................................... 38
B. Le détournement de pouvoir : ...................................................................................................................... 39
C. L’irrégularité de motifs : .............................................................................................................................. 39
C Deeeuuuxxx Le contentieux de pleine juridiction : ....................................................................................... 40
Chhhaaapppiiitttrrreee D
C D
Section Premier La matière administrative : ..................................................................................................... 40
Paragraphe 1. La conception matérielle de la matière administrative :........................................................... 40
Paragraphe 2. La conception organique de la matière administrative : .......................................................... 41
Section Deuxième La portée de la procédure spéciale en matière administratif: l’incidence sur l’issu du
procès : 42
Titre II. Les missions de l’action administrative : ............................................................................................ 42
C
Chhhaaapppiiitttrrreee U
C Unnn
U Le service public : ...................................................................................................................... 43
Section Premier La notion de service public : ................................................................................................... 43
Paragraphe 1. La définition classique : ............................................................................................................ 43
Paragraphe 2. L’évolution de la définition : ..................................................................................................... 44
A. La gestion du service public par des personnes morales de droit privé : .................................................... 44
B. La gestion du service public par de simples particuliers : ........................................................................... 45
Section Deuxième Les modes de gestion des services publics : ......................................................................... 45
Paragraphe 1. La gestion publique du service public :..................................................................................... 45
A. La gestion en régie : ..................................................................................................................................... 45
B. La gestion des services publics par des établissements publics : ................................................................. 46
Paragraphe 2. La gestion privée du SP : ........................................................................................................... 46
A. La délégation de service public : .................................................................................................................. 47
1. La concession de service public : ................................................................................................................. 47
2. La régie intéressée : ...................................................................................................................................... 47
B. Le contrat de partenariat : ............................................................................................................................ 47
C Deeeuuuxxx La police administrative ............................................................................................................ 48
Chhhaaapppiiitttrrreee D
C D
Section Premier Les catégories de police : ......................................................................................................... 48
Paragraphe 1. Police administrative et police judiciaire : ................................................................................ 48
A. Le but poursuivi, critère de distinction : ...................................................................................................... 48
B. Les limites du critère finaliste : .................................................................................................................... 48
Paragraphe 2. Police administrative générale et polices administratives spéciales : ...................................... 49
A. La police administrative générale : .............................................................................................................. 49
1. La trilogie classique :.................................................................................................................................... 49
2. L’extension de la notion : ............................................................................................................................. 49
B. Les polices spéciales ..................................................................................................................................... 49
Section Deuxième Le contrôle des mesures de police : ..................................................................................... 50
Troisième Partie. LA RESPONSABILITE PUBLIQUE: ...............................................................................................50
C
C Unnn Le régime général de la responsabilité : ..................................................................................................51
ChhhaaapppiiitttrrreeeU
U
Section Premier La responsabilité pour faute : .............................................................................................................51
Paragraphe 1. La faute de service : ................................................................................................................................51
Paragraphe 2. La faute personnelle ................................................................................................................................51
Page 5 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Paragraphe 3. Le cumul : ................................................................................................................................................52
Section Deuxième la responsabilité sans faute ...............................................................................................................53
Paragraphe 1. la responsabilité pour risque : ...............................................................................................................54
Paragraphe 2. la responsabilité pour rupture de légalité devant les charges publiques: ...........................................54
C
C Deeeuuuxxx les régimes particuliers de responsabilité administrative : .................................................................54
ChhhaaapppiiitttrrreeeD
D
Section Premier Les membres de l’enseignement public :............................................................................................55
Section Deuxième Le cas des véhicules administratifs : ................................................................................................55

LES GRANDS ARRETS DU DROIT ADMINISTRATIF: ................................................................................... 56

Page 6 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
CHAPITRE INTRODUCTIF : GENERALITE SUR LE DROIT
ADMINISTRATIF :

Section Premier Eléments de définition du Droit Administratif


Toute analyse du droit administratif passe au préalable à la définition de l’administration.

Paragraphe 1. La notion d’administration


Dans le vocabulaire juridique l’administration se confond presque tjrs avec l’administration
publique. Celle-ci peut être appréhendée soit d’un point de vue fonctionnel soit d’un point de vue
organique.

Du point de vue fonctionnel, l’administration est considérée comme un ensemble d’activités qui
se caractérisent à la fois par leurs finalités et par leurs modalités d’exercice. Ces finalités
renvoient en règle Gle au maintien de l’ordre et à la satisfaction de besoins d’intérêts général. Quant
aux modalités d’exercice, elles renvoient à la notion de service public.

Du point de vue organique l’administration est un ensemble d’institutions qui relèvent de


personnes morales et au sein desquelles agissent des personnes physiques. Les personnes morales
sont considérées comme des sujets de droit et d’obligation.

Paragraphe 2. Contexte d’apparition du droit administratif [1] :


Le droit administratif est né d’un principe : le principe de la séparation des pouvoirs (1) et une
œuvre jurisprudentielle (2) ; celle du tribunal des conflits et du conseil d’Etat.

1. Le principe de la séparation des pouvoirs.


La révolution (1789) a voulu distinguer trois pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire. Les
révolutionnaires se méfient de la justice considérée comme un attribut royal. L’activité
administrative considérée comme dépendante du pouvoir exécutif se devait donc d’être distingué de
la fonction judiciaire. Dans le souci de préserver l’indépendance de l’administration on alla jusqu’à
séparer nettement la fonction administrative de la fonction judiciaire. Deux textes consacrent la
séparation des autorités administratives et judiciaires. Il s’agit de la loi des 16-24 Aout 1790 et du
décret du 16 Fructidor 2 an trois (3).

1 Cf. l’Arrêt Blanco, le juge qui décida d’appliquer un droit administratif différent du droit civil
2 2 septembre 1793
Page 7 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
2. L’origine jurisprudentielle :
Le paradoxe réside dans le fait que la loi des 16-24 aout 1790 et le décret précité posent une règle
qui interdit sans proposer une solution palliative. Interdiction a été faite aux tribunaux judiciaires de
connaitre les litiges intéressant l’administration mais aucune juridiction ne les connaissait. De tels
litiges sont alors dévolus à l’administration elle-même. Le conseil d’Etat, conseiller du pouvoir
exécutif a alors été chargé en plus de sa fonction de préparation des lois de résoudre les difficultés
qui pouvaient s’élever en matière administrative. La compétence de juges spécialisés en matière
administrative du conseil d‘Etat prit ainsi forme.

A partir du XIXe siècle dans une longue série d’arrêts du conseil d’Etat et du tribunal des conflits
vont être accumulés des principes nouveaux constitutifs d’un droit administratif Gle avec ses règles
spéciales tant sur le fond que sur la forme et son juge spécialisé. L’arrêt le plus souvent cité parce
que l’un des plus symboliques est l’Arrêt Blanco du tribunal des conflits (8 Février 1873)3 rendu à
propos d‘un problème de responsabilité. Pour cette juridiction « l’action de l’administration ne
peut être régie par les principes qui sont établis dans le code civil pour les rapports de
particulier à particulier »

L’arrêt Blanco consacre l’autonomie du droit administratif. Se pose alors la question du champ
d’application du droit administratif. Quel est le critère de détermination de ce champ d’application
du droit administratif ?

3
Arrêt Blanco-Résumé : 17, 60 Un enfant, qui passait sur la voie publique devant l’entrepôt des tabacs de Bordeaux, a
été renversé par un wagon que les employés de l’Etat ont poussé de l’intérieur de l’établissement ; il a dû subir
l’amputation. - Le père de l’enfant intente une action en dommages-intérêts contre lesdits employés et contre l’Etat
solidairement comme civilement responsable du fait de ses agents par application des articles 1382, 1383, 1384 du
Code civil. L’autorité administrative est-elle seule compétente pour statuer sur la demande d’indemnité en tant que
dirigée contre l’Etat, alors même que cette demande est fondée non pas sur l’exécution ou l’omission de certaines
mesures administratives, - mais bien sur une faute ou une négligence qui serait personnelle aux agents de l’Etat dans
l’emploi auquel ils sont préposés ? - Rés. Aff..La responsabilité, qui peut incomber à l’Etat pour dommages causés aux
particuliers par le fait des personnes qu’il emploie dans le service public, n’est pas régie par les principes établis dans le
Code civil pour les rapports entre particuliers : elle n’est ni générale, ni absolue : elle a ses règles spéciales qui varient
suivant les besoins du service et la nécessité de concilier les droits de l’Etat avec les droits privés.

Page 8 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Paragraphe 3. La vaine recherche d’un critère objectif d’application du droit
administratif :
Le droit administratif a la particularité d’être à la recherche d’un critère permettant de dire de
manière certaine quand le droit administratif est applicable et donc quand le juge administratif est
compétent.

I. Une doctrine divisée :


La doctrine a réfléchie à partir du 19e siècle sur la question posée et qui se rapporte à la définition
du droit administratif. Certains auteurs mettent l’accent sur les moyens utilisés par
l’administration. L’idée est de définir le droit administratif à partir des procédés typiques utilisés
par l’administration. Cette thèse est défendue par l’école de la puissance publique qui avait comme
tête de fil Maurice Hauriou de Toulouse.

Pour d’autres le droit administratif doit être définit à partir des buts de l’administration.
L’administration a pour but de satisfaire l’intérêt général. Le droit administratif est ainsi définit à
partir de la notion de service public. Cette thèse était défendue par l’école du service public avec
comme tête de fil Léon Duguit de Bordeaux.

II. Les critères en déclin :


L’évolution de la vie administrative a révélé le caractère contingent des critères proposés par la
doctrine.

a. Le déclin de la notion de puissance publique :


A partir de la 1ère guerre mondiale apparaissent des services administratifs dont l’objet est
économique. Ce sont les services publics industriels et commerciaux (SIC) dont l’existence est
reconnue par le Conseil d’Etat et le tribunal des conflits. Ces services de plus en plus nombreux
fonctionnent dans des conditions comparables à des entreprises privées. C.à.d. sans l’emploi de
procédés de puissance publique.

b. La crise de la notion de service public :


Elle est perceptible à travers la rupture de la double relation entre service public et droit
administratif et entre service public et personne publique.

On définit le droit administratif comme étant toute activité d’une personne morale de droit public
en vue de satisfaire un besoin d’intérêt général. L’émergence des SIC fonctionnant dans les
mêmes conditions que les entreprises privées a amené le juge à décider que les litiges nés du
Page 9 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
fonctionnement de ses service et notamment de leur rapport avec les usagers sont de la compétence
du juge judiciaire. [Voir le tribunal des conflits 22 janvier 1921 affaire dite du Bac D’Eloka]

En outre, depuis les Arrêts du Conseil D’Etat (Etablissement Vezia en 1935, Caisse primaire Aide
et Protection en 1938, Magnien en 1969), la structure du droit administratif révèle une forte
implication des personnes morales de droit privé dans la gestion des services publics en portant
l’usage de prérogatives de puissance publique. Autrement dit certaines personnes morales de
[4]
droit privé peuvent exercer des missions d’intérêt général . Cette importante donnée,
perceptible dans l’évolution du droit administratif, a été saisie par le juge sénégalais dans l’arrêt
Dial Diop contre fédération sénégalaise de foot (Conseil d’Etat 27 avril 1994). Le juge estime que
« les actes pris par la fédération dans les limites de la délégation du pouvoir sont des actes
formellement administratifs relevant de la compétence du juge de l’excès de pouvoir ».

Section Deuxième Les caractères du droit administratif


Le droit administratif est né d’une œuvre jurisprudentielle. Ce contexte d’apparition explique les
caractères du droit administratif.

Paragraphe 1. Un droit autonome


L’autonomie du droit administratif signifie que ce droit est constitué par un corps de règles
propres. En effet, l’administration, dans les pays de tradition française a la particularité de mettre en
œuvre un droit spécifique qui régit son propre fonctionnement interne et les rapports avec
l’administré contrairement à ce qui se passe dans les pays anglo-saxons. Dans ces pays
l’administration peut appliquer un droit qui lui est propre distinct du droit privé en ses principes
même et pas seulement par certaines dispositions.

Des raisons historiques et pratiques expliquent cette autonomie. Du point de vue historique, c’est le
principe de la séparation des autorités administratives et judiciaires qui a permis la création des
juridictions administratives qui explique l’autonomie du droit administratif. Du point de vue
pratique l’autonomie découle du fait de la décision de ne pas soumettre l’administration un
même droit que le particulier puisse qu’elle a une activité essentiellement dédiée à l’intérêt général.
Elle doit avoir des prérogatives exceptionnelles de coercition que ne saurait utiliser un particulier.
Par exemple le pouvoir de modifier dans certaines conditions les clauses d’un contrat ou même
d’exproprier un particulier pour cause d’utilité publique.

4L’Etat
délègue des pouvoirs à des associations, à des fédérations qui vont être autorisées de prendre des actes
administratifs.
Page 10 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Il faut alors appliquer à l’administration un droit propre, un droit de privilège apte à lui permettre
de mettre en œuvre la puissance publique tout en respectant les droits fondamentaux du citoyen. En
effet l’administration est en même temps soumise au principe de légalité et à des sujétions
particulières. L’arrêt Blanco consacre l’autonomie du droit administratif. Elle implique l’application
[5]
de règle spécifiques et parfois la compétence de tribunaux spécifiques . Cependant la portée de
cette autonomie n’est pas absolue. L’administration peut dans certaines circonstances se voir
appliquer le droit privé et alors redevable comme les particuliers des tribunaux de droit commun.

Il ne faut pas également perdre de vue la constitutionnalisation de secteurs variés de


l’administration et l’intégration des Etats à un cadre communautaire qui crée des règles qui
s’imposent aux autorités administratives. Exemple les règles communautaires de l’UEMOA.

Paragraphe 2. Un droit d’origine jurisprudentielle :


Le droit administratif n’a pu se développer que par ce que les juridictions administratives ont,
devant la carence du législateur, déterminé elle-même ses notions fondamentales et ses principes
déterminant. Ces juridictions administratives ont progressivement forgé un corps de règles
spécifiques applicable à l’administration en interprétant parfois les lois existantes. C’est dans ces
conditions qu’elles vont déterminer le régime de l’action administrative, le régime gle de la
responsabilité publique, le régime des contrats administratif…

Le droit administratif est né. C’est dire que l’origine jurisprudentielle, trait le plus caractéristique du
droit administratif, résulte de circonstances historiques propres à la France. Ce trait caractéristique
est aujourd’hui limité par la codification du droit dont la vertu principale est de rendre la règle de
droit accessible et claire.

L’œuvre de codification constatée en France est vivement encouragée par le Conseil


Constitutionnel qui se réfère à travers sa décision du 26 juin 2003 au principe de clarté de la
loiqui fonde l’objectif de valeur constitutionnelle d’accessibilité et d’intelligibilité de la loi. C’est
que derrière la codification se profile le principe de sécurité juridique. Cette jurisprudence
encourage le gouvernement à simplifier le droit et à poursuivre sa codification.

Section Troisième Les spécificités du droit administratif africain

5En France ou au Gabon par exemple ils existent les tribunaux administratifs, des cours administratives d’appel.
Dans la cour suprême du Sénégal il existe à l’intérieur des juridictions des sections. Exemple le recours pour
excès de pouvoir est porté devant la Cour Suprême à la section administrative.
Page 11 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Au lendemain des indépendances les pays africain de tradition juridique française n’ont pas rompu
avec le modèle français de droit adm introduit en AOF par le colonisateur. Au contraire, s’est
développé un phénomène du mimétisme consistant à reprendre purement et simplement les règles
du droit administratif français. Par exemple à l’image du droit français, le droit administratif
africain traduit des rapports d’inégalités juridiques entre l’administration et les particuliers.
Cependant dans certains secteurs des efforts sont faits dans le sens de donner au droit administratif
africain une relative spécificité.

Paragraphe 1. Des éléments de rupture d’avec le modèle français


Les efforts fait dans le sens de donner au droit adm africain une relative spécificité sont observables
de prime abord dans le domaine de la codification. Contrairement au modèle français le droit admin
africain est un droit essentiellement écrit. Au Sénégal il faut noter l’existence d’un code des
obligations de l’administration (loi 65-51 du 19 juillet 1965 modifiée) qui codifie pour l’essentiel la
jurisprudence française en matière de contrat et de responsabilité.

Le caractère écrit du droit africain est renforcé par la législation communautaire. C’est le cas de
nombreuses directives et de nombreux règlements de l’UEMOA qui lient l’administration et
exercent une influence certaine sur le droit administratif africain. Il en est également ainsi de
l’adoption du système d’unité de juridiction ; c.à.d. qu’il existe qu’un seul ordre de juridiction
avec les même juges qui sont compétents aussi bien en matière administrative qu’en matière
judiciaire.

Pour préserver la spécificité du droit administratif des règles de procédure spéciales ont été
aménagées. Il en est ainsi enfin par l’existence de règles de fond différentes de celles du droit
français. Il en est ainsi des règles du droit de la famille ou de la législation foncière en droit
sénégalais qui sont différentes du droit français.

Paragraphe 2. Une mutation dans la contrainte


Deux facteurs principaux expliquent les mutations du droit administratif en Afrique. Il y a d’abord
la transformation de l’environnement économique sous la contrainte des bailleurs international,
le désengagement de l’Etat de l’économie et la modernisation de l’administration sont
préconisés dans les programmes d’ajustements structurels. Le désengagement de l’Etat entraine une
réduction du champ d’application du droit administratif avec un rétrécissement de la gestion
publique et du service public. Il y a ensuite les transformations de l’environnement politique
international consécutives à la démocratisation des systèmes politiques des années 90. En effet à
Page 12 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
partir de l’année 1990 il y a eu un contexte (implosion de l’URSS, effondrement du communisme
en Europe oriental et central, discours de La Baule) qui a incontestablement fragilisé les pouvoir
africain. Ce contexte a obligé bon nombre D’Etats africains à résigner par nécessité au pluralisme
politique et à se soumettre à certaine de ses contraintes. Multipartisme, consécration des droits et
libertés …

La protection des droits et libertés comme un peu partout est devenue un élément essentiel dans les
rapports entre l’administration et les administrés.

Page 13 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE

Premier Partie. L’ACTION ADMINISTRATIVE

L’administration a pour raison d’être de satisfaire les besoins d’’intérêt gle. Cette raison d’être
explique qu’elle puisse utiliser des procédés exorbitants de droit commun à travers l’acte
administratif unilatéral et le contrat administratif (Titre II), qu’elle ait pour mission d’assurer le
bon fonctionnement des services publics et d’exercer la police administrative (Titre III).
L’administration a certes des prérogatives de puissance publique mais son activité est limitée par le
principe de légalité (Titre I).

Titre I. Le principe de la légalité


Le principe de la soumission de l’administration au droit est une donnée récente car historiquement
toute limitation de l’Etat et de son administration était considérée comme contraire au principe de
souveraineté. La légalité c’est le caractère de ce qui est conforme à la loi. Mais dans cette
définition le terme « loi » doit être entendu au sens général de droit. La légalité exprime donc la
conformité au droit et est synonyme de la régularité juridique. C’est pourquoi certains auteurs
préfèrent utiliser l’expression « principe de juridicité ».

C
Chhaappiittrree U
Unn les sources de la légalité administrative
Les règles de droit encadrant l’activité de l’administration sont nombreuses et ont des origines
variées. Certaines d’entre elles ont une origine étrangère à l’administration.

Section Premier Les règles ayant une origine étrangère à l’administration :


Aupremier rang figure la constitution.

Paragraphe 1. La constitution
Elle est dans l’ordre interne la norme suprême. Le respect de la constitution s’impose à tous les
organes de l’Etat et notamment à toutes les autorités administratives. L’obligation pour
l’administration de respecter la constitution vaut-elle pour l’ensemble de la constitution et en
particulier pour son préambule?

La question est d’importance car la constitution maintient en vigueur des textes anciens comme
La Déclaration Des Droits De L’homme Et Du Citoyen de 1789 ; la Convention Sur L’élimination
De Toutes Les Formes De Discrimination A L’égard Des Femmes du 18 déc. 1979 ; La Déclaration
Universelle Des Droits De L’homme Du 10 Déc. 1948…
Page 14 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
En France le Conseil d’Etat a indiqué que le préambule de la constitution a une forme
(6).
juridiqueidentique au texte même de la constitution (Conseil D’Etat 12 Fév. 1960, EKY)
Cette démarche du juge administratif a été confirmée par le juge du Conseil Constitutionnel français
dans sa décision du 16 juillet 1971 : « au nombre des principes fondamentaux reconnus par la loi
de la république et solennellement reconnu par le préambule de la constitution il y a lieu de
ranger le principe de la liberté d’association ».

En droit sénégalais le Conseil Constitutionnel, dans une démarche similaire, utilise la même
approche en conférant au préambule une juridicité. (Conseil Constitutionnel 23 juin 1993, Rabat
d’arrêt ; C.C 16 déc. 1993, OHADA). C’est donc la constitution dans son ensemble, qui
constitue une source de la légalité administrative. Tout acte qui méconnait une disposition de
la constitution encourt l’annulation. (Voir Abdourahmane Cissé, Cour Suprême 6 fév. 1974)

Toutefois la constitution comme source de la légalité administrative connait une limite


essentielle. Elle est relative au fait qu’une loi peut être entre la constitution et l’acte
administratif. Or le juge administratif ne contrôle pas la constitutionnalité de la loi. Si donc il est
saisi d’un recours contre l’acte administratif, il ne peut que le contrôler au regard de la loi. Si
celle-ci est contraire à la constitution, il doit considérer comme régulier l’acte administratif alors
même qu’il est lui aussi, par voie de conséquence, contraire à la constitution ; c’est la « théorie de
l’écran législatif ». Le juge s’interdit d’annuler l’acte administratif contraire à la constitution
dès lors qu’il est pris conformément à la loi. (Conseil d’Etat 6 Nov. 1936, ARRIGHI).

Paragraphe 2. Les sources internationales


Elles sont constituées des traités ou accords internationaux (A) et du droit communautaire (B).

A. Les traités internationaux :


On observe depuis quelques décennies un phénomène d’internationalisation des sources de la
légalité. L’explication de cette évolution tient largement à la place donnée à la constitution au droit
international. Aux ternes des dispositions constitutionnelles (art.98 Sénégal et art.55 France) ; « les
traités ou accords internationaux régulièrement ratifiés ou approuvés ont dès leurs publication
une autorité supérieure à celle des lois sous réserve pour chaque accord ou traité de son
application par l’autre partie ». Cette disposition fixe la valeur des engagements internationaux et
leur place dans la hiérarchie des normes. Ils ont une suprématie sur les lois et constituent une source

6 EKY consacre l’autorité de la constitution comme source de la légalité


Page 15 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
de la légalité administrative sous réserve de trois conditions posées par la constitution et réconforté
par le juge (voir Cour Suprême 29 jan.1975, Séga Fall).

Se pose alors un autre problème : qu’en est-il de la hiérarchie des normes entre les engagements
internationaux et la constitution elle-même ? La solution est complexe dans la mesure où elle est
variable en fonction du fait que l’on est dans l’ordre international ou dans l’ordre interne.

Dans l’ordre international, le droit international a une supériorité sur la constitution des Etats.
Le principe est affirmé par les juridictions internationales devant lesquelles peut être engagée la
responsabilité d’un Etat. (cf. CJCE 1964 ; COSTA contre ENEL).

En revanche dans l’ordre interne aussi bien au Sénégal qu’en France la constitution a une
(7)
primauté sur les engagements internationaux (cf. arrêt KONE 3 juillet 1996 ; Saran 30 octobre
1998)

S’agissant de la conformité des actes administratifs au droit international ; le principe posée par
l’arrêt du Conseil d’Etat du 30 mai 1952, Dame KIRKWOOD, permet au juge administratif de
contrôler la conformité des actes administratifs au droit international. Un acte administratif
contraire à un traité international encourt ainsi l’annulation. Il faut toutefois que le traité produise
des effets directs en droit interne.

L’évolution de la jurisprudence sur les rapports entre la loi et les traités internationaux est complexe
et a donné naissance à une contrariété de décision entre diverses juridictions. L’article 55 de la
constitution française dispose que « le traité est supérieur à la loi ». Qu’en est-il en cas de
contrariété entre une loi et un traité international ?

Si la loi est antérieure au traité, ce dernier primait sur la loi et les actes administratifs. Si la loi
est postérieure au traité on note des réponses différentes au niveau des juridictions françaises.

• Le Conseil Constitutionnel s’était déclaré incompétent pour apprécier la conformité


d’une loi par rapport à un traité. Pour le juge constitutionnel les traités ne font pas parti du
bloc de constitutionnalité (C.C le 15 jan. 1975, I.V.G.)

7"L'extradition ne sera pas exécutée si l'infraction pour laquelle elle est demandée est considérée par la partie
requise comme une infraction politique ou comme une infraction connexe à une telle infraction" ; que ces
stipulations doivent être interprétées conformément au principe fondamental reconnu par les lois de la
République, selon lequel l'État doit refuser l'extradition d'un étranger lorsqu'elle est demandée dans un but
politique
Page 16 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
• La cour de cassation a fait primé le traité de Rome sur une loi postérieure contraire
(C.Ca 24 mai 1975 Société Café-Jacques Vabres).
• Le Conseil d’Etat dans un premier temps et sur le fondement de l’ « Ecran législatif »
a refusé de censurer un acte administratif conforme à une loi postérieure mais contraire à un
traité. Pour le juge la loi fait écran entre le traité et l’acte administratif (C.E 1er mai 1968,
Syndicat du fabricant de Semoule).
La jurisprudence a été unifiée avec l’arrêt d’assemblée (C.E le 20 octobre 1989, Nicolo), la question
de l’antériorité ou de la postériorité n’est plus prise en compte. La jurisprudence fait primer le traité
sur la loi. Cette vision a été confirmée par la jurisprudence postérieure (C.E 28 fév. 1992,
ROTHMAN)

B. Le droit communautaire :
L’ordre juridique communautaire comprend les traités constitutifs qui forment le droit
communautaire originaire ainsi que les actes des organes créés par ces traités qui constituent le droit
communautaire dérivé. Celui-ci est constitué :

- Des règlements qui ont une portée générale et obligatoire dans tous leurs éléments. Les
règlements sont directement applicables et obligatoires dans toutes leurs dispositions.
- Des directives qui lient l’Etat que quant aux intérêts à atteindre en laissant aux instances
nationales le choix des moyens. Il appartient à l’Etat de les transposer en droit interne dans le délai
imparti de sorte qu’elles ne peuvent être invoquées directement à l’encontre d’un acte individuel.
Mais elles prévalent en revanche sur les actes législatifs ou règlementaires.
- Des décisions qui sont obligatoires dans tous leurs éléments mais elles ne valent que pour les
destinataires qu’elles désignent.
Paragraphe 3. Les lois
Elles occupent le 3e rang dans la hiérarchie des normes. En droit sénégalais la loi est un acte pris
par le parlement selon une procédure déterminée et portant sur des matières énumérées par la
constitution. La méconnaissance de la loi par un acte administratif entraine son annulation. Le juge
de l’excès de pouvoir exerce un contrôle de régularité formel afin de s’assurer que la loi existe
réellement, qu’elle est bien applicable et qu’elle n’est pas contraire au traité. Exemple voir Nicolo.

Paragraphe 4. Les règles d’origine jurisprudentielle :


Elles sont constituées des principes généraux du droit et des décisions de justice qui s’expriment
sous une forme écrite par le biais de jugements et arrêts.
Page 17 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
A. Les principes généraux du droit
Les PGD sont des principes non écrits dégagés par le juge. Leur respect s’impose à l’administration.
L’arrêt du Tribunal des Conflits du 8 fév. 1873 DUGAVE et Bransiet (le jour même de l’arrêt
Blanco), a été le premier arrêt à avoir reconnu l’existence de PGD. Le C.E s’en inspira
implicitement dans bon nombre solution juridictionnelles (Couitéas C.E 30 nov. 1983, Principe
d’égalité citoyenne devant les charges publiques ; Dame Veuve Trompier-Gravier C.E 5 mai 1944,
Principe des droit de la défense(8). (…). Il jugea Qu’il résulte des PGD applicables même en
l’absence de texte qu’une sanction disciplinaire ne peut être légalement prononcée sans que
l’intéressé ait été mis en demeure de présenter sa défense.

Jusqu’à 1958 la doctrine et la jurisprudence accordait au Principes généraux du droit une valeur
législative. Il s’imposait aux actes administratifs mais non aux lois. Depuis 1958 cette approche a
été abandonnée. La constitution de 1958 ayant consacré l’existence de règlements autonomes non
soumis aux lois, le risque était rand d’en déduire que les PGD ne s’imposaient pas aux règlements
autonomes. Le C.E désamorça ce danger en affirmant en 1959 que les PGD s’imposaient aux
règlements autonomes comme aux autres actes administratifs. (C.E 26 juin 1959 syndicat général
des ingénieurs conseils).

La doctrine « braivant principalement à déduire de l’arrêt de 1959 qu’il aurait implicitement admis
la valeur constitutionnelle des PGD », cette interprétation a été repoussée. La position de René
Chapus a finalement semblé valoir. Pour lui l’arrêt de 1959 a implicitement consacré la valeur infra
législative et supra décrétale des PGD. Depuis lors cette solution a été rendue caduque par l’attitude
du juge constitutionnel qui a entrepris avec sa décision du 26 juin 1969 (protection des sites) de
dégager lui aussi les PGD. Mais a surtout accordé à certaines d’entre eux une valeur
constitutionnelle (voir principe de continuité des services publics, C.E 25 juillet 1979, droit de
Grève à la Fm et à la tv.

B. Les décisions de justice


Elles s’expriment par le biais des arrêts et jugements rendues par les différentes juridictions. Les
décisions de justice sont revêtues de l’autorité de la chose jugée. Lorsqu’elles ont acquis un
8 Considérant qu'il est constant que la décision attaquée, par laquelle le préfet de la Seine a retiré à la dame veuve Trompier-
Gravier l'autorisation qui lui avait été accordée de vendre des journaux dans un kiosque sis boulevard
Saint-Denis, à Paris, a eu pour motif une faute dont la requérante se serait rendue coupable ;
Cons. Qu’eu égard au caractère que présentait dans les circonstances susmentionnées le retrait de l'autorisation et à la
gravité de cette sanction, une telle mesure ne pouvait légalement intervenir sans que la dameveuve Trompier-Gravier
eût été mise à même de discuter les griefs formulés contre elle ; que la requérante, n'ayant pas été préalablementinvitée
à présenter ses moyens de défense, est fondée à soutenir que ladécision attaquée a été prise dans des conditions irrégulières
par le préfet dela Seine et est, dès lors, entachée d'excès de pouvoir… »
Page 18 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
caractère définitif du fait par exemple de l’épuisement ou du non usage des voies de recours.
L’administration est tenue d’exécuter les décisions de justice. Les juges en règles générale
n’appliquent que les textes existants. Toutefois en cas d’inexistence ou d’obscurité des textes, le
juge fait œuvre constructive car il est dans l’obligation de juger s’il ne veut pas se rendre coupable
de déni de justice. La légitimité des règles jurisprudentielles comme source de droit découle de cet
état de fait. L’administration a l’obligation de les respecter (CE sn 25 nov. 1999, LDMPT).

Section Deuxième Les règles provenant de l’administration : les actes administratifs


unilatéraux.
L’AAU est l’acte juridique adopté unilatéralement par une autorité administrative qui s’impose aux
administrés indépendamment de leur consentement. (ci-dessous)

C
Chhaappiittrree D
DeeuuxxLes limites au principe de légalité :
Par limite du principe il faut entendre les hypothèses dans lesquelles l’administration peut ne pas
respecter la légalité et n’encourt aucune sanction du juge. Il s’agit notamment de certains actes
insusceptibles de tout recours et de la théorie des circonstances exceptionnelles. Pour ces
dernières il importe de préciser qu’elles agissent sur la légalité en rétrécissant son domaine. Pour
autant la légalité ne disparait pas.

Section Premier Les actes de gouvernement :


Un acte de gouvernement est un acte prit par le pouvoir public et qui est insusceptible d’être
disputé par voie contentieuse. Aucun juge ne sanctionne ni ne contrôle l’acte de gouvernement.
C’est sur ce rapport qu’il constitue une limite au principe de légalité. A l’origine l’acte de
gouvernement échappait au control du juge en raison des mobiles politiques qui les inspiraient.

Paragraphe 1. Le domaine des actes de gouvernement :


Il s’agit en fait de deux domaines marqués par la raison d’Etat. Tout d’abord le domaine des
relations de l’exécutif avec les autres pouvoirs constitutionnels. Ainsi le juge administratif se
déclare incompétent pour connaitre la décision de recourir à l’art.16 de la constitution de 1958 (C.E
2 Mars 1962 ; Rubin de Servens). La décision du président de recourir au référendum (C.E Sénégal,
4 jan. 2001, PS et URD contre l’Etat du Sénégal), la nomination d’un membre du C.C. il en est ainsi
des décisions de dissoudre l’assemblée nationale, de saisir le CC ; de promulguer la loi…

Il s’agit ensuite de certains acte qui ne sont pas détachables aux relations internationales. Le juge
administratif ne s’estime pas compétent pour apprécier l’activité diplomatique du gouvernement. Il
Page 19 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
en est ainsi de l’élaboration et de la signature d’accords et de traités internationaux de la décision
de la république française de reprendre les essais nucléaires (CE 29 sep. 1995, association Green
Peace), de celle d’engager des 5 juillet 2000, Mégret et Mékhantar).

Paragraphe 2. Le régime juridique des actes de gouvernement :


Les actes de gouvernement bénéficient d’une immunité juridictionnelle absolue. Cela signifie
qu’il n’est pas impossible d’intenter un recours contre une action pour contester leur légalité
ou pour engager la responsabilité de l’administration. Le juge saisi se déclare incompétent.

L’existence des actes de gouvernement constitue une faille dans le principe de légalité et semble
incompatible avec les exigences de l’Etat de droit. C’est pourquoi on assiste à une restriction très
sensible des cas d’immunité diplomatique n’empêche que les actes de gouvernement sont encore
très présent.

Il faut noter qu’en dehors des actes de gouvernement d’autres actes de l’administration bénéficient
d’une immunité juridictionnelle. Tel est le cas des mesures d’ordre intérieur.

Section Deuxième Les circonstances exceptionnelles :


Une autre limite de la légalité administrative concerne l’hypothèse dans laquelle des circonstances
rendent particulièrement difficile le respect du principe de la légalité. Cette théorie des
circonstances exceptionnelles a été élaborée par le juge administratif à l’occasion de la première
guerre mondiale.

Paragraphe 1. La théorie des circonstances exceptionnelles : une œuvre prétorienne


Pendant la première guerre mondiale, la jurisprudence du conseil d’Etat a consacré l’idée selon
laquelle le respect du principe de légalité n’a pas le même contenu dans les périodes de crise et dans
les périodes normales. Dans deux arrêts (HEYRIES2 juin 1918 et Dame Dol et Laurent C.E 28 fév.
1919) le conseil d’Etat précise qu’ « il appartient au juge … de tenir compte dans son
appréciation, des nécessité provenant de l’Etat de guerre selon les circonstances de lieu, de
temps, la catégorie des individus visés et la nature des périls qu’il importe de prévenir »

Dans l’arrêt HEYRIES le juge s’appuie sur des circonstances exceptionnelles pour autoriser au
gouvernement de suspendre l’application d’une disposition légales (celle du 22 avril 1905 à la
communication des dossiers) par un décret (celui du 10 sep. 1914).

Page 20 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Dans l’affaire Dame Dol et Laurent le CE a reconnu la régularité en temps de guerre d’une mesure
de restriction de la prostitution. Dame Dol et Laurent attaquent la décision en disant qu’elle porte
atteinte à la liberté d’aller et de venir. Le C.E admet ces limitations de liberté au nom des
nécessités provenant de l’Etat de guerre.

Paragraphe 2. Les effets de la théorie des circonstances exceptionnelles :


Lorsqu’elle est confrontée à des circonstances anormalement graves l’autorité a la faculté de se
soustraire au respect des règles ordinaires qui entraveraient son action. Elle peut prendre des
décisions qui, en temps normal, seraient déclarées illégales. Elle peut être dispensée de
l’observation des règles de forme et de procédure. Ainsi de simples particuliers peuvent se
substituer à l’autorité administrative défaillante et devenir des fonctionnaires de fait (C.E 25 mars
1948, Marion). On considère en outre que les atteintes graves aux libertés individuelles n’ont plus le
caractère de voie de faite. Ces agissement se transforment en simple illégalité (T.C 27 mars 1952
Dame la Murette).

Toutefois cet assouplissement du principe de légalité ne s’opère pas en dehors du droit. Bien au
contraire les mesures prise par l’administration sont contrôlées par le juge qui met en place une
sorte de légalité de crise. Bien que l’administration puisse s’affranchir du respect des règles, elle
n’échappe pas à la vigilance du juge. Ce dernier contrôle d’une part si la situation était réellement
exceptionnelle et d’autre part si l’administration était vraiment dans l’impossibilité d’agir dans le
respect des règles normalement applicables. Et enfin si les mesure de crise adoptées sont
proportionnelles à la gravité de la menace encourue (C.E 14 jan. 1959, Société Française
D’Ornement).

Paragraphe 3. L’organisation légale des circonstances exceptionnelles :


À côté de la théorie des circonstances exceptionnelles qui est purement prétorienne, il existe aussi
des textes régissant des situations de crise particulièrement difficiles. Il est possible de mentionner à
ce propos les rédime de l’Etat de siège et de l’Etat d’urgence. Fixé par l’article 69 de la constitution.

L’Etat de siège est destiné à transférer l’autorité civile à l’autorité militaire pour faire face à un
péril imminent résultant par exemple d’une insécurité à main armée ou d’une guerre étrangère. Ce
transfert est opéré par décret pour une durée de 12 jours. La prorogation de l’état de siège au-delà
de cette période est autorisée par le parlement.

Page 21 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Le régime de l’état d’urgence concerne quant à lui des hypothèses d’atteinte grave à l’ordre public
ou de calamité publique. Prononcé par décret pour une durée de 12 jours (avec une prorogation
possible par le par le parlement), l’état d’urgence se traduit par un renforcement des pouvoir de
police, des autorités dépendantes du ministère de l’intérieur.

Parallèlement à ces deux régimes d’exception l’article 52 de la constitution (16 France) prévoit
aussi la possibilité pour le président de s’arroger des pouvoirs exceptionnels.

Titre II. Les procédés de l’action administrative


L’administration utilise deux procédés classiques : l’acte administratif unilatéral et le contrat. Mais
d’une manière différente que les particuliers et avec un régime juridique spécifique.

C
Chhaappiittrree U
Unn L’acte Administratif Unilatéral :
C’est une manifestation unilatérale de volonté émanant d’une autorité administrative en vue de
modifier l’ordonnancement juridique.

Section Premier La détermination administrative de l’acte


Deux critères sont utilisés pour déterminer le caractère administratif de l’acte. Il s’agit du critère
organique et du critère matériel.

Paragraphe 1. Le critère organique :


L’acte administratif a été toujours considéré comme appartenant au droit public interne. Il est
définit a contrario. L’acte administratif n’est ni un acte de l’organe législatif statuant en la forme
législative ni un acte de juridiction. L’acte administratif est une mesure prise par l’autorité publique
autre que le législateur ou le juge. Il est pris par un démembrement de l’exécutif (personne morale)

Paragraphe 2. Le critère matériel :


La possibilité reconnue aux personnes morales de droit privé de prendre des actes administratifs
s’explique par le recours au critère matériel qui s’attache au contenu et à l’objet de l’acte. L’arrêt
Montpeurt (C.E, assemblée, 31 juillet 1942) reconnait pour la première fois qu’un acte
administratif peut émaner d’une personne privée. L’équivalent de cet arrêt au Sénégal est l’arrêt
Dial Diop ou le juge sénégalais a reconnu aux personnes morales de droit privé de prendre des actes
administratifs.

Page 22 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Dans le second sens il convient de remarquer que tous les actes administratifs n’ont pas un contenu
décisoire c.à.d. modifiant l’ordonnancement juridique et donc faire l’objet de recours pour excès de
pouvoir.

Section Deuxième Le régime juridique de l’acte administratif unilatéral :


Par régime juridique il faut entendre les règles qui s’appliquent à l’élaboration de l’acte, à son
exécution ainsi qu’à son application dans le temps.

Paragraphe 1. L’élaboration de l’acte administratif unilatéral :


Les actes administratifs unilatéraux sont élaborés par les autorités administratives suivant un certain
nombre de règles décrites par les textes et les principes généraux du droit. Ceux-ci englobent
certaines règles de compétence et la procédure administrative non contentieuse.

A. Les règles de compétence :


La compétence s’analyse comme une aptitude juridique conférée à une autorité pour prendre un acte
ou ne pas le prendre. Elle suppose un titre juridique habilitant une autorité à agir, à s’abstenir. Par
exemple la constitution comprend des dispositions relatives à la répartition des compétences entre
les autorités de l’Etat. Voir les articles 67 et 76 de la constitution. Ces articles déterminent le
domaine de la loi et celui du règlement.

Le respect des règles de compétence s’impose à toutes les autorités publiques d’autant plus qu’elles
ont un caractère d’ordre public. C.à.d. que même si le requérant ne relève pas l’inégalité d’une
décision fondée sur l’incompétence, le juge doit le soulever d’office. (Cour Suprême 27 Mai 1981,
Amadou Lamine Ba).

La compétence est appréciée en fonction d’un certain nombre d’éléments. Elle peut faire cependant
l’objet d’un aménagement qui perturbe les règles normales de répartition des compétences.

1. Les éléments d’application de la compétence :


Ils sont au nombre de trois (3) : la compétence rationne materiae ; la compétence rationne temporis,
la compétence rationne loci ou l’élément territorial.

a. La compétence rationne materiae :


Elle confère à l’autorité un pouvoir de décision en fonction de la matière considérée. Une autorité
administrative ne peut également intervenir que dans une matière qui lui a été attribuée (Cour
Suprême 5 juillet 1979, Aminata Sall et autres).

Page 23 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
b. La compétence rationne temporis
Elle détermine le moment ou une autorité administrative peut prendre un acte administratif. Ce
moment part de l’investiture jusqu’à la cessation de ses fonctions. Un acte administratif est donc
illégal lorsqu’il est pris prématurément par une autorité qui n’a pas encore été investie de ses
nouvelles fonctions ou s’il a été pris tardivement par une autorité qui ne l’est plus.

Toutefois la nécessité d’assurer une contrainte continue de l’action administrative peut conduire
l’autorité désinvestie à prendre certaines décisions dans le but d’expédier des affaires courantes
(C.E assemblée 4 avril 1952, syndicat régional des quotidiens de l’Algérie).

c. La compétence rationne loci :


Elle détermine le champ géographique des pouvoirs de l’autorité administrative. Les autorités
centrales ont une compétence qui concerne l’espace territoriale sénégalais alors que le maire n’a
qu’une compétence limitée à sa commune (Cour Suprême 29 jan. 1975, Séga Seck Fall)

2. Les altérations aux règles normales de compétences


Elles procèdent soit d’une situation normale soit de circonstances exceptionnelles. Dans tous les cas
l’ordre normal des compétences est perturbé.

a. Les altérations découlant d’une situation normale : le recours à la technique des


délégations :
Deux modes de délégation sont distingués. Il s’agit de la délégation de pouvoir et la délégation de
signature.

La première est une technique administrative par laquelle une autorité administrative
supérieure confère à une autorité inférieure un pouvoir de décision. Dans ce cadre l’autorité
délégante se dessaisie pour les matières déléguées tant que dure l’acte de délégation. Cette modalité
de la délégation vise non pas une personne nommément mais le titulaire à une fonction.

La seconde est conférée intuitu personae. C’est simplement la tache matérielle de signature qui
est délégué, ce qui ne fait pas obstacle à l’intervention du délégant ou les matières pour lesquelles
sa signature est déléguée.

Les deux modalités de la délégation obéissent à des règlescommunes. D’abord les délégants sont
autorisés par un texte. Ensuite la décision de délégation doit préciser son étendu et le titulaire de la
délégation. Enfin les actes de délégation doivent être publiés.

Page 24 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
b. L’altération exceptionnelle des règles de compétence :
C’est principalement le cas d’application de circonstances exceptionnelles qui permettent
d’étendre les règles de compétence des autorités administratives. L’altération la plus manifeste (…)
la notion de « fonctionnaire de fait » (C.E 05 Mars 1948, Marion).

B. Les règles de forme et de procédure :


L’acte administratif pour être valable, doit, en vertu du principe de légalité respecter certaines règles
de formes et de procédure.

1. Les règles de forme :


Elles sont variées et ne présentent pas trop d’importance. Certaines sont qualifiées de
« substantielles » ; ce sont les règles dont la violation entraine l’illégalité de l’acte. D’autres sont
dites accessoires parce qu’au contraire leur violation n’affecte pas la légalité de l’acte. D’autres
enfin sont tantôt substantielles tantôt accessoires. Ce sont là les éléments que le requérant peut avoir
pour saisir le juge d’un excès de pouvoir pour illégalité.

a. Les formalités substantielles : La signature et les contre seing


Lorsqu’un texte exige qu’un acte administratif unilatéral soit écrit, le défaut de signature de la part
de l’auteur de la décision est une source d’annulation de celle-ci. Le contreseing est une signature
supplémentaire apposée par une autorité administrative à la suite de celle de l’autorité compétente à
titre principal pour édicter un acte administratif.

b. Les formalités accessoires : les visas


Les visas sont les références aux textes en vertu desquels l’acte administratif unilatéral est pris.
Exemple : « vue la constitution, vue la loi n°… » . Ils précèdent généralement déclinée en article
qui constitue le dispositif de l’acte.

La jurisprudence considère que ni l’inexactitude, ni leur omission pure et simple n’ont la moindre
incidence sur la légalité de l’acte. (C.E 06 Mars 1957 ; Saint André)

c. Les formalités tantôt substantielles tantôt accessoires :


Des textes ou la jurisprudence peut parfois exiger le respect de certaines formalités. Tel est le cas
s’agissant par exemple de la forme écrite ou la motivation. La motivation c’est l’inscription des
motifs dans les décisions même. On dit d’un acte qu’il est motivé lorsque la simple lecture de la
décision renseigne sur les raisons de droit et de faite qui ont amené l’autorité administrative à
prendre cette décision. Ainsi les motifs et les motivations ne se confondent pas. Le problème de la
Page 25 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
motivation de l’acte administratif a toujours soulevé l’interrogation suivante : est-elle obligatoire ?
La réponse à cette question est attribuée au juge français dans un arrêt rendu le 30 avril 1880,
HAROUEL a estimé que la motivation n’est pas une obligation pour l’administration.Elle ne
s’impose à elle que quand un texte le prévoie. Il s’agit là du principe « pas de motivation sans
texte ». Le juge sénégalais d’abord fidèle à ce principe, a fini par étendre sans qu’aucun texte ne le
prévoit le champ de la motivation obligatoire allant même jusqu’à imposer à l’administration une
forme de motivation. C’est ainsi que le juge a de son propre chef élargit le domaine d’application de
la motivation obligatoire à propos des décisions de sanctions disciplinaires d’agents publics. Mais
aussi des décisions qui restreignent l’exercice des libertés publiques ; il l’a clairement signifié dans
l’affaire LDMPT.

2. Les règles de procédure :


L’adoption de l’acte administratif conduit souvent à l’accomplissement de procédures plus ou
moins complexes. On en retiendra deux : la procédure consultative et la procédure contradictoire

a. La procédure consultative :
L’acte administratif, avant d’être pris, peut être précédé de la consultation d’un organisme appelé à
émettre un avis sur la décision à prendre. On distingue traditionnellement trois sortes d’avis. L’avis
peut être soit facultatif soit obligatoire soit conforme.

• L’avis facultatif : l’administration n’est pas obligée de le prendre encore moins de le suivre.
• L’avis obligatoire : l’administration est tenue de le prendre mais peut ne pas le prendre.
• L’avis conforme : l’administration est tenue de demander mais aussi de suivre l’avis de
l’organe consulté.
b. La procédure contradictoire :
Elle permet à la personne, préalablement à la décision, de présenter ses observations. Elle est
destinée à garantir les droits de la défense (C.E 05 mai 1944, Dame veuve, Trompier- Gravier)

Paragraphe 2. L’exécution de l’acte administratif unilatéral :


La décision administrative déploie des effets à partir de son entrée en vigueur.

A. L’entrée en vigueur :

L’acte administratif fait son entrée en vigueur dans le monde juridique dès son émission. C.à.d. dès
sa signature. Autrement dit l’existence d’un acte administratif n’est pas subordonnée à sa
publication ou à sa notification. Il peut faire donc objet d’un recours pour excès de pouvoir dès
Page 26 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
sa signature (C.E 19 décembre 1952, Mattei). Cependant l’acte se sera opposable aux administrés
qu’à partir de l’accomplissement des formalités de la publicité.

Il y a deux modalités de publicité : la notification (utilisée pour les AAU individuels) et la


publication (utilisées pour les actes règlementaires ou les actes individuels susceptible d’intéresser
les tiers).

A. L’autorité de l’acte administratif unilatéral :

Si l’acte administratif unilatéral a force exécutoire en raison du privilège du préalable, il ne fait pas
nécessairement l’objet d’une exécution forcée.

1. Le privilège du préalable :
En matière administratif, la décision administrative est source d’obligation et doit être
immédiatement exécutée. Le privilège du préalable signifie que les décisions administratives sont
présumées régulières tan qu’elles n’ont pas été déclarées nulles par le juge. Autrement dit,
l’administration peut poursuivre l’exécution de ses décisions en dépit d’un recours déposé contre
elle.

Le privilège peut être remis en cause par le biais du sursis à l’exécution demandée par l’administré
au juge. Celui-ci peut accéder à cette demande et prononcer le sursis s’il estime les moyens
suffisamment sérieux et le préjudice que l’exécution entrainerait, difficilement réparable.

2. L’exécution forcée :
Dire que la décision administrative a force exécutoire ne signifie pas que l’administration a la force
pour exécuter ses décisions. L’exécution forcée (Le recours à la force) est en effet l’exception. Le
T.C l’a rappelé et a précisé les cas dans lesquels le recours est possible (T.C 2 Déc. 1902, Société
immobilière Saint-Just).

Paragraphe 3. La disparition de l’acte administratif unilatéral :


Ors la volonté de l’administration, la disparition de l’AAU peut résulter de son annulation pour
illégalité par le juge de l’excès de pouvoir, du décès des destinataires, de la survenance du terme
exprimé dans l’acte. Par sa volonté l’administration peut révoquer la disparition d’un acte de l’ordre
juridique par deux moyens : l’abrogation qui n fait disparaitre que les effets de l’acte pour l’avenir
(A) et le retrait qui entraine la disparition rétroactive des effets de l’acte (B)

Page 27 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
A. L’ABROGATION :

C’est le procédé normal de l’administration. Elle peut être expresse pou tacite. On distingue
l’abrogation des actes réguliers et celle des actes irréguliers.

• L’abrogation des actes réguliers : pour les actes réguliers non créateurs de droit l’abrogation
est une faculté que l’administration peut, à tout moment, sur simple opportunité sans
condition de légalité utilisée. Pour les actes réguliers non créateurs de droit l’abrogation est
en principe impossible. Elle n’est envisageable que dans les hypothèses identifiées par le
juge soit lorsque le titulaire des droits concernés en fait la demande (C.E 30 juin 2006,
Société neuf Télécom) soit dans les cas et aux conditions prévues par les textes (C.E
6novembre 2002, Mme Soulier). Par exemple la nomination régulière d’un fonctionnaire ne
peut être abrogée que dans les hypothèses et selon les procédures prévues par le statut
général des fonctionnaires (révocation, mise en retraite).
En tout état de cause le juge estime depuis 2009 dans un souci de sécurité juridique, que
« l’administration ne peut… abroger une décision expresse individuelle créatrice de droit
que dans le délai de quatre mois suivant l’intervention de cette décision si elle est
illégale » (C.E 6 mars 2009, Coulibaly).

• L’abrogation des acte irréguliers : qu’il soit créateur de doit ou non, l’administration a
l’obligation d’abroger les actes devenus illégaux du fait d’un changement de droit ou de
circonstances sur simple demande de l’intéressé (C.E 1930, Despujol).
L’autorité administrative est tenue d’abroger expressément tout règlement illégal ou sans
objet (Loi n° 2007-1787 du 20 déc. 2007, France)

B. LE RETRAIT :

Le retrait permet comme l’annulation de l’acte par Le juge, d’effacer rétroactivement les effets des
actes administratifs en fonction du caractère régulier ou irrégulier des actes. Mais aussi en fonction
du fait qu’ils ont oui ou non créé des droits le régime du retrait change.

• Retrait des actes individuels réguliers : lorsque les actes n’ont créé aucun droit leur retrait
est impossible. Par exemple la jurisprudence a admis le retrait pour certains cas
limitativement énumérés sur demande du bénéficiaire lorsque les textes le prévoient,
l’exécution d’une décision de justice, le retrait d’une révocation de fonctionnaire.

Page 28 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
• Retrait des actes individuels irréguliers : lorsque ces actes n’ont créé aucun droit, le retrait
est possible à tout moment. Lorsque ces actes ont créé des droits la règle traditionnelle issue
de la jurisprudence Dame Cachet (C.E 3 nov.1922) voulait que l’administration due retirer
l’acte illégal tant que le juge de l’excès de pouvoir était compétent pour l’annuler dans un
délai de deux mois. Ce délai a aujourd’hui évolué, il est de quatre mois depuis l’arrêt Ternon
(2001).

C
Chhaappiittrree D
Deeuuxx LE CONTRAT ADMINISTRATIF :

Contrairement au contrat de droit privé fondé sur le principe l’égalité entre les parties
contractantes, les contrat administratifs mettent en œuvre un intérêt général et sont soumis à un
régime exorbitant de droit commun. Se pose alors la question de savoir à quels signes reconnait-on
qu’un contrat est administratif. Autrement dit quels sont les critères du contrat administratif ?

Section Premier L’IDENTIFICATION DES CONTRATS


ADMINISTRATIFS :

Dans certains cas les textes prennent expressément la question des critères de reconnaissance du
contrat administratif. La loi ou le règlement peut à tout moment attribuer la qualité de contrat
administratif à une catégorie de conventions auxquelles une personne morale de droit public est
partie.

En dehors de ces contrats administratifs par détermination de la loi c’est la jurisprudence qui, en
France, s’efforce de résoudre le problème et de définir les critères des contrats administratifs par
nature ; c’est cette jurisprudence qui a été codifiée au Sénégal.

PARAGRAPHE 1. LES CONTRATS ADMINISTRATIFS PAR


DETERMINATION DE LA LOI OU DU REGLEMENT :

Au Sénégal les marchés publics, les conventions de délégation de service public et les contrats de
partenariats constituent des contrats administratifs aux termes des dispositions de l’article 10
nouveau de la loi n°2006-16 modifiant la loi n°65-61 du 19 juillet 1965 portant COA.

A. LES MARCHES PUBLICS :

Le marché public est un contrat à titre onéreux donnant lieux au payement d’un prix.

Page 29 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
B. LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC :

Au Sénégal le COA, en son art.10 nouveau dispose : « les forme de délégation de service public
comprennent la concession de service public, la régie intéressée et le contrat de partenariat ». La
régie intéressée est un procédé contractuel par lequel un cocontractant assure le service public qui
lui est délégué moyennant le versement d’une redevance déterminée par la personne publique qui a
réalisé les investissements initiaux.

La concession de service public est un contrat de gestion par lequel le concessionnaire se rémunère
à partir de redevances perçues du service qu’il gère à ses risques et périls.

Le contrat de partenariat est un contrant emportant de larges obligation du cocontractant pour une
période déterminée. Entre autre obligations non exhaustives, le financement de la réalisation, la
construction, la réhabilitation, l’entretien et l’exploitation. Ce cocontractant est rémunéré sur une
durée bien déterminée.

PARAGRAPHE 2. LES CONTRATS ADMINISTRATIFS PAR


NATURE :

En dehors des hypothèses où la qualification administrative du contrant découle de la loi ou le


règlement, le contrat administratif peut résulter de la réunion de certains nombres de critères. Il est
généralement est généralement exigée la réunion de deux conditions pour qu’il ait contrat
administratif : le contrat repose avant tout sur un critère permanent ; c’est la présence d’une
personne morale de droit public. A côté de ce critère ils existent deux critères alternatifs dont l’un
combiné au critère permanent suffit pour donner naissance au contrat administratif.

A. LE CRITERE PERMANENT : LA PRESENCE D’UNE PERSONNE


MORALE DE DROIT PUBLIC

Le CA est généralement imprimé aux personnes morales de droit public. Cela veut dire que la
qualification administrative d’un contrat présuppose l’existence d’une PMDP comme partie au
contrat. La convention entre deux PMDP constitue un contrat administratif. A contrario un contrat
conclu entre deux personnes privées reste en principe un contrat de droit privé sauf si l’une des
personnes privée a agi pour le compte d’une personne publique en vertu d’un mandat expressément
donné (TC 8 juillet 1963, Société entreprise Peyrot)

Page 30 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
B. LES CRITERES ALTERNATIFS :

La présence d’une personne morale de droit public ne suffit pas à elle seule pour imprimer au
contrat un caractère administratif. Il faut ensuite pouvoir déceler l’un des deux critères suivants :

1. Le critère du service public :

Il se dédouble en deux branches :

• que le contrat de par son objet assure la participation du cocontractant à l’exécution d’une
mission de service (C.E 20 avril 1956 Epoux Bertin).
• Que le contrat constitue une modalité d’exécution du service public (C.E 20 avril 1956,
ministre de l’agriculture contre Consorts Grimouard)

2. Le critère de l’exorbitance :

Il se dédouble lui aussi en deux branches. Selon le premier un contrat est administratif lorsqu’il
comporte une ou plusieurs clauses exorbitantes de droit commun (C.E 31 juillet 1912, Société des
Granits Porphyroïdes des Vosges). Selon la seconde branche un contrat est administratif même s’il
ne contient pas de clauses exorbitantes lorsqu’il a été conclu dans une ambiance de droit public
(C.E 19 janvier 1973, société d’exploitation Electrique de la Rivière du Sant).

Section Deuxième L’EXECUTION DU CONTRAT ADMINISTRATIF :

Le contrat est généralement conclu en vue de l’exécution d’une mission de service public. Il est dès
lors indispensable de reconnaitre à l’administration des pouvoirs lui permettant de faire prévaloir
l’intérêt général. Les pouvoirs exorbitants de l’administration sont nombreux et variés. C’est un
pouvoir de direction de contrat, de modification et même de sanction unilatérale. Il s’y ajoute les
pouvoirs reconnus à l’administration du fait de la survenance de faits nouveaux susceptible de
rompre l’équilibre financier originel du contrat administratif.

PARAGRAPHE 1. LE POUVOIR DE MODIFICATION


UNILATERALE : L’ALEA ADMINISTRATIF :

L’expression « fait du prince » renvoie à l’hypothèse d’une mesure législative ou règlementaire qui
intervient a posteriori et affecte les stipulations du contrat, c’est l’aléa administratif. Ce pouvoir de
modification de modification unilatérale va devoir causer un préjudice direct et certain. Un acte

Page 31 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
imprévisible et imputable à une autorité publique doit être à l’origine du préjudice (C.E 21 mars
1910, Compagnie Générale des Tramways).

PARAGRAPHE 2. L’ALEA ECONOMIQUE : L’IMPREVISION :

Elle résulte d’un bouleversement de l’économie du contrat. C’est une situation imprévisible
entrainant un déficit quasi insurmontable (C.E 30 mars 1916, Gaz de Bordeaux). L’aléa économique
peut être une dépréciation monétaire ou une inflation généralisée.

PARAGRAPHE 3. L’ALEA PHYSIQUE : LES SUJETIONS


IMPREVUES :

Constitue une sujétion imprévue, un fait matériel extérieur ne pouvant être raisonnablement
envisagé au moment de la conclusion du contrat. La sujétion imprévue entraine une difficulté
anormale d’exécution. Elle bouleverse pas l’économie du contrat mais rend son exécution onéreuse.

Quelle que soit l’imprévisibilité des cas énumérés le cocontractant est tenu d’exécuter ses
engagements contractuels sur le fondement du principe de la continuité du service public. Toutefois
le cocontractant a des droits qui se ramènent à l’équilibre financier du contrat.

En cas d’exercice de modification unilatérale il est prévu une réparation intégrale au profit du
cocontractant. L’indemnité couvre aussi bien le préjudice subit que le manque à gagner. En cas
d’imprévision la réparation est partielle (C.E 9 décembre 1932 Compagnie des Tramways de
Cherbourg). En cas de sujétions imprévues il y a réparation intégrale pour le cocontractant.

Section Troisième LA DISPARITION DU CONTRAT ADMINISTRATIF :

Cinq (5) situations peuvent entrainer la disparition du contrat administratif :

• Le contrat peut prendre fin lorsque les obligations des parties ont été exécutées ; on
parle de réalisation de l’objet du contrat. Exemple livraison du produit dans le cas d’un
marché de fourniture.
• Le contrat prend fin à la survenance de son terme.
• Les parties peuvent à tout moment mettre fin à un contrat en cours exécution ; c’est
une résiliation conventionnelle.
• L’administration dispose d’un pouvoir de résiliation unilatérale d’un contrat
administratif ; c’est une manifestation de prérogatives exorbitantes de droit commun. Elle
Page 32 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
est prononcée pour faute imputable au cocontractant ou sans faute lorsque les clauses du
contrat sont devenues inutiles et inadaptées.
• Le contrat peut enfin disparaitre sur décision du juge. Il peut s’agir du juge du plein
contentieux à la demande du cocontractant (en cas de force majeure, de modification
excessive de l’objet du contrat, ou de faute grave de l’administration) ou même du
concurrent évincé (CE Ass. 16 juillet 2007 Société Tropic-Travaux-Signalisation). il peut
également s’agir du juge de l’excès de pouvoir soit à la suite d’un déféré du représentant de
l’Etat exercé contre un contrat passé par une collectivité décentralisée. Soit à la suite d’un
REP formé par un tiers contre le recrutement d’un agent territorial (CE 30 octobre 1998,
Ville de Lisieux).

Page 33 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE

Deuxième Partie. LE CONTROLE ET L’ENCADREMENT DE


L’ACTION ADMINISTRATIVE :

TITRE I. LE CONTROLE DE L’ADMINISTRATION :

L’administration exerce des missions d’intérêt générale qui lui permettent d’utiliser de procédé
exorbitants de droit commun en contrepartie un droit de regard s’exerce sur elle. Dans un Etat de
droit l’administration est soumise au droit commun comme tout particulier ceci en vertu du principe
de la prééminence du droit. L’administration est surveillée à la fois par des juridictions des autorités
politiques ou administrative et de plus en plus par des autorités administrative indépendantes.

S’agissant du contrôle juridictionnel, on distingue le contentieux de l’excès de pouvoir et le


contentieux de pleine juridiction.

C
Chhaappiittrree U
Unn LE CONTENTIEUX DE L’EXCES DE POUVOIR :

Le recours pour excès de pouvoir est un recours contentieux par lequel tout intéressé peut demander
au juge compétent l’annulation d’un acte administratif pour violation de la légalité. Au Sénégal, le
REP est consacré par la constitution mais aussi par la loi constitutionnelle 200-33 du 7 aout 2008 et
également par la loi organique 2008-35 portant création de la cour suprême. La CS est juge en
premier et dernier ressort de l’excès de pouvoir des autorités exécutives.

Section Premier Les conditions de recevabilité du REP :

Les conditions sont relativement nombreuses et variées. Il importe de les regrouper en trois
rubriques : les conditions de recevabilité tenant à la personne du requérant, les conditions tenant à la
nature de l’acte attaqué et les conditions tenant à la requête elle-même.

PARAGRAPHE 1. Les conditions de recevabilite tenant a la personne du requerant :

Pour être pour être recevable il faut que le requérant ait la capacité d’agir et un intérêt à agir. La
capacité d’agir est appréciée dans les termes du droit commun. La condition relative à l’intérêt à
agir soulève plus de difficulté. La jurisprudence distingue entre l’intérêt à agir des personnes
physique et l’intérêt à agir des personnes morales.

Page 34 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
A. L’intérêt à agir des personnes physiques :

En ce qui concerne les personnes physique, l’acte doit avoir lésé moralement ou matériellement
l’intérêt du requérant. Entre le requérant et l’acte, doit exister un lien évident (CE 25 Aout 1993,
Professeur Iba Der Thiam). Pour justifier d’un intérêt à agir, au sens du juge français, l’auteur d’un
REP doit monter que l’acte attaqué lui fait grief. Ce grief doit exister peu importe qu’il soit
matériel ou moral et il doit être certain et non éventuel.

B. L’intérêt à agir des personnes morales :

L’intérêt à agir des groupements soulève des problèmes beaucoup plus délicats. En principe les
personnes morales ne doivent agir normalement que pour la défense des intérêts collectifs de leurs
membres. La responsabilité de leur action a été admise (CE 28 déc.1906, Syndicat des Patrons
Coiffeurs de Limoge). Au regard de cette jurisprudence « les personnes morales ne peuvent
attaquer les actes individuels concernant un de leur membre sauf si elles ont reçu un mandat
spécial » ; C.E 29 Juin 2000association Des Handicapés Moteurs Du Sénégal contre Etat. Dans
cette affaire mandat a été donné à AHMS par le sieur Fadiya qui introduit un recours en annulation
de la décision d’un jury ayant écarté la candidature du sieur Fadiya à l’épreuve d’admission au
motif que l’infirmité dont il est atteint est incompatible avec la fonction de volontaire de
l’enseignement. Ce dernier, handicapé physique, avait été classé 2e sur une soixantaine
d’admissible. Le C.E a déclaré la requête recevable et annulé la décision du jury.

PARAGRAPHE 2. LES CONDITIONS DE RECEVABILITE RELATIVE A


L’ACTE ATTAQUE :

Le REP n’est en principe recevable que si l’acte contre lequel il est dirigé est un acte administratif
unilatéral. En plus il faut qu’il s’agisse d’un décision c.à.d. un acte susceptible de modifier
l’ordonnancement juridique pris par une personne morale de droit public ou une personne morale de
droit privé gérant une mission de service public emportant l’usage de prérogative de personne
publique. (Magnien, Dial Diop). Cela signifie que le REP formé contre une mesure d’ordre
intérieur (destiné à régir l’organisation et le fonctionnement interne des services), un acte
préparatoire (avis, renseignement), un acte commissoire (injonction d’agir ou de pas agir dans un
sens ; exemple une mise en demeure) sont irrecevables.

Page 35 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
En ce qui concerne le contrat administratif l’on a fini par admettre qu’un REP puisse être dirigé en
dehors des actes détachables (CE 4 Aout 1905, MARTIN) contre les clauses règlementaires du
contrat (CE Ass. 10 juillet 1996, Cayzeele).

En outre, dans le cadre de la décentralisation, le procédé du déféré permet au représentant de l’Etat


de saisir le juge d’un recours dirigé contre un contrat administratif.

PARAGRAPHE 3. LES CONDITIONS DE RECEVABILITE TENANT A LA


REQUETE :

La requête doit être présenté sous une certaine forme, comporter certaines mentions et être
introduite dans un délai bien déterminé.

La requête doit être écrite et signé par un avocat ou par un ministre ou un fonctionnaire habilité à
ester en justice au nom de l’Etat ou par le président du conseil régional, un maire ou un président de
communauté rurale (art.34 de loi organique 2008-35 portant création de la Cour Suprême. Il faut
noter qu’aux termes de cette même loi l’art.73 dispose : « le demandeur est dispensé du ministère
d’un avocat »).

Elle doit comprendre certaines mention relative au nom, domicile du requérant, et contenir un
exposé sommaire des fait et des moyen ; c.à.d. les circonstances qui sont à l’origine du recours et
les arguments juridiques qui soutiennent la requête. Le juge déclare irrecevable une requête dans
laquelle il n y a pas un exposé des moyens (CS 27 Mai 1981, Aboubacar Sylla). La décision
contestée doit être jointe à la requête (Art.34 LO 2008-35).

La requête doit être introduite dans un délai de deux mois à partir de la notification de l’acte ou de
la publication. En ce qui concerne les actes individuels intéressant les tiers, le point de départ du
délai est la publication pour les tiers intéressés et la notification pour les destinataires. Le juge peut
appliquer la théorie de la connaissance acquise. Au regard de cette théorie le point de départ du
délai est déterminé à partir de la date à laquelle le requérant, en posant certains actes, révèle qu’il a
eu connaissance de la décision. Une décision implicite nait du silence gardé par l’administration
pendant un certain délai. Le délai du recours pour excès de pouvoir commence à courir à partir de
l’expiration de ce délai ; 4mois en droit sénégalais [CS 5 jan.1978, Cheikh Anta Diop ; CE 25
avril.1994, Ousmane Kane Camara] ; deux mois en principe en droit français aux termes de l’art.21
de la loi 12 avril 2000.

Page 36 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Le calcul du délai communément appelé computation du délai est dit « franc » car ne sont comptés
dans le délai, ni le jour de la notification ou de la publication, ni le jour du terme du délai. Les jours
fériés et non ouvrables ne sont pas comptés dans la computation du délai. Généralement le délai de
recours peut être prolongé pour deux raisons :

- Une décision explicite intervient au-delà de la période des 4 mois. Dans ce cas aux termes
des dispositions de l’art.73 al.1 de la loi précité : « la décision explicite intervenue
postérieurement à la période de 4 mois … fait courir un nouveau délai de deux mois ».
- La saisine d’une juridiction incompétente proroge le délai du REP qui commence à courir à partir
de la notification de la déclaration d’incompétence de la juridiction saisie à tort (C.S 9 fèv.1966,
Dame Fatou Diop).

Section Deuxième LES CAS D’OUVERTURE DU RECOURS POUR EXCES


DE POUVOIR :

On appelle cas d’ouverture du REP ou encore moyen d’annulation les cinq (5) éléments suivants du
principe de la légalité :

- L’irrégularité quant à l’auteur (incompétence) ;


- L’irrégularité quant à la forme (vice de forme ou de procédure) ;
- L’irrégularité quant aux motifs (illégalité ou inexistence de motifs) ;
- L’irrégularité quant au but (détournement de pouvoir).
Ces cinq éléments sont regroupés sous deux catégories d’illégalité externe et d’illégalité interne.

PARAGRAPHE 1. LES ILLEGALITES EXTERNES (IRREGULARITE DE


FORME) :

Les moyens susceptible d’être invoqué et concernant la légalité externe se ramènent au vice
d’incompétence de forme et de procédure.

A. L’incompétence :

On dit qu’il y a vice d’incompétence lorsque l’auteur de l’acte administratif n’avait pas pouvoir
légal de le prendre. Le vice d’incompétence est d’ordre public car le juge peut se saisir d’office.

L’incompétence revêt généralement deux formes : la première consiste en la violation de l’élément


matériel, temporel ou territorial de la compétence. La deuxième forme qui est la plus grave consiste
Page 37 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
à une usurpation de fonction. Celle-ci donne lieu à application de la théorie de l’inexistence. L’acte
accomplit par l’usurpateur n’est pas seulement illégal mais il est inexistant. Le cas le plus fréquent
est celui d’un acte pris par une personne n’ayant pas la qualité d’autorité administrative. Le juge
peut déclarer l’acte légale en application de la théorie de fonctionnaire de fait.

B. Le vice de forme et de procédure :

Le vice de forme a été longtemps confondu avec le vice de procédure. Celui-ci affecte le processus
de l’élaboration d’une norme tandis que le vice de forme concerne le contenant d’une norme par
opposition au contenu.

Les règles de forme concernant les actes administratifs sont assez peu nombreuses. On peut citer la
signature de l’acte par son auteur, la motivation de l’acte, les contre seing. Toute violation d’une
règle de forme par un acte n’entraine pas son annulation. La jurisprudence distingue les formalités
substantielles dont la violation entraine l’annulation de l’acte et les formalités non substantielle dont
la violation peut être sans effet sur la légalité de l’acte.

Il y a vice de procédure quand l’irrégularité concerne le processus d’élaboration de la décision qui


doit garantir les libertés fondamentales des administrés comme le respect des droit de la défense,
consultation préalable (CS 23 mars 1975, Souleymane Sidibé).

PARAGRAPHE 2. LES ILLEGALITES INTERNES (IRREGULARITE DE


FOND) :

La légalité interne est relative à l’objet au but et au motif de l’acte. Ces éléments peuvent être
entachés des vices suivants : violation de la loi ; détournement de pouvoir ; irrégularité de motifs.

A. La violation de la loi :

Peut constituer une violation de la loi la méconnaissance du principe de la légalité. Le principe de la


légalité formelle implique le respect de la hiérarchie des normes juridiques. L’autorité
administrative ne doit pas donner à son acte administratif un contenu contraire à celui des actes
supérieurs (CS 26 mai 1965, Ibrahima Seydou Ndaw).

Page 38 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE

B. Le détournement de pouvoir :

Il y a détournement de pouvoir lorsque l’autorité administrative a utilisé ses pouvoirs dans un but
autre que celui pour lequel ils lui sont confiés pour des motifs étranger l’intérêt public en vue
duquel ils ont été octroyés.

Deux hypothèses doivent être distinguées :

- En prenant l’acte l’autorité n’a prévu aucun but d’intérêt général. Elle a en réalité obéit à
des préoccupations d’ordre privé (CE 14 Mars 1934, Demoiselle Rault).
- En prenant l’acte, l’autorité administratif a poursuivi un bu d’intérêt général différent de
celui qui aurait été visé (CE 26 nov.1875, Pariset ; CE 5 fév.1986, Mously Wagne).
Le vice de détournement de pouvoir est assimilé parfois au vice de détournement de procédure. Il y
a détournement de procédure lorsque l’autorité administrative, au lieu d’utiliser la procédure prévue
pour l’élaboration de l’acte, utilise une procédure aménagée pour un autre acte pour atteindre un
résultat qui serait impossible ou plus difficile à atteindre avec l’utilisation de la procédure normale
(CE 24 juin 1960, Société Frampar).

C. L’irrégularité de motifs :

Il peut s’agir des motifs de fait ou de droit. Pour Les motifs de droit il y a irrégularité lorsque l’acte
n’a pas de base légale ; l’autorité a fondé son acte sur une règle juridique inapplicable. Une règle
juridique peut être inapplicable pour 4 raisons :

- Elle n’est plus en vigueur ;


- Qu’elle n’est pas en vigueur ;
- Elle n’existe pas ;
- Elle est illégale
Il y a aussi illégalité lorsque l’autorité a fondé sa décision sur une règle juridique applicable mais
elle s’est trompée sur ce que celle-ci permettait ou imposait de faire ; il y a une mauvaise
interprétation.

Pour les motifs de faits il y a irrégularité soit lorsque les fait qui ont justifié la prise de la décision
n’existent pas ; on parle d’inexactitude matérielle des faits (CE 1916, Camino ; CS 1963, Amadou
Alpha Kane). Soit lorsque les faits invoqués ne correspondent pas à ceux pour lesquels l’autorité
Page 39 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
administrative a reçu compétence ; on parle d’erreur dans la qualification juridique des faits.
Exemple une situation pas grave qualifié de trouble à l’ordre public et qui justifie une décision.

Qualifier juridiquement un fait revient à le loger dans des catégories juridiques préexistantes. Une
mauvaise ou une erreur dans la qualification juridique des faits entraine l’illégalité de l’acte (CE
1914, Gomel).

C
Chhaappiittrree D
DeeuuxxLE CONTENTIEUX DE PLEINE JURIDICTION :

Le contentieux de pleine juridiction ou plein contentieux est un procédé de règlement de litige


administratif portant sur la reconnaissance, l’étendu et les limite d’un droit subjectif opposant
l’administration à un administré. Le contentieux de pleine juridiction est constitué pour l’essentiel
du contentieux de la responsabilité publique et du contentieux des contrats. Il englobe d’autres
types de litiges qui se rattachent au contentieux fiscal et au contentieux électoral.

La structure du contentieux de pleine juridiction est dominée par le choix de l’unité de juridiction
mais également par la spécificité de la matière administrative. L’unité de juridiction procède de
l’art.3 de la loi 84-17 du 2 fév.1984 modifié qui abroge la loi 60-56 du 14 nov.1960 fixant
l’organisation judiciaire du Sénégal. Le choix de l’unité de juridiction présente des avantage
certains liés au fait que le requérant est dispensé de la douloureuse question de la détermination du
juge compétent. Toutefois si le modèle l’économie de la détermination du juge compétent ; il laisse
subsister le problème du droit applicable qui conditionne la procédure administrative d’où la
nécessaire recherche de la matière administrative qui conditionne l’application de la procédure
administrative contentieuse. Il s’agit de sauvegarder la spécificité du contentieux administratif.

Section Premier LA MATIERE ADMINISTRATIVE :

Elle ne fait pas l’objet d’une définition légale même si elle est formellement consacrée par le CPC
en ses articles 729 à 733 intitulé de la matière administrative. La matière administrative est
déterminée à partir de deux critères : le critère matériel et le critère organique.

PARAGRAPHE 1. LA CONCEPTION MATERIELLE DE LA MATIERE


ADMINISTRATIVE :

La matière administrative est circonscrite aux litiges soulevant des problèmes spécifiques de droit
administratif. Elle correspond à une conception restrictive de la matière administrative. Elle reste le

Page 40 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
premier critère utilisé par le juge sénégalais (voir tribunal de première instance de Dakar, 23 mai
1970, Abdourahmane Ndoye). Un an auparavant la même juridiction, après avoir dégagé dans
l’affaire Sékou Badio (1er mars 1969) que le litige en question devait être résolu sur la base du droit
public n’avait pas exigé le respect de la procédure spéciale. Le juge a fait application du critère
matériel dans plusieurs autres affaires (TPI Dakar 04 mai 1977 et Cour d’Appel de Dakar 20 mai
1977, Mor Tall ; TPI 11 mai 1982 et C.A 18 fév. 1983, Héritiers Abdou Lo contre Etat du Sénégal).

Au regard de la conception matérielle la matière administrative regroupe l’ensemble des litiges dont
la solution doit être trouvé dans l’application des règles du droit administratif. Le critère matériel
comporte un certain nombre de contraintes :

Pour le requérant la recherche du droit applicable constitue une difficulté majeure avec les
risques d’erreur, source d’irrecevabilité.

Pour le juge ces contraintes se situent au niveau de la recherche nécessaire du droit applicable avant
la décision sur la recevabilité. Cette contrainte explique certainement les difficultés du juge dans
certaines affaires (Mor Tall et Héritiers Abdou Lo).

PARAGRAPHE 2. LA CONCEPTION ORGANIQUE DE LA MATIERE


ADMINISTRATIVE :

Selon cette conception on est dans la matière administrative chaque fois qu’il y a présence dans le
litige d’une personne morale de droit public. Elle correspond à une conception large de la matière
administrative.

Aujourd’hui on note en droit sénégalais une application tendancielle du critère organique. La C.A
de Dakar a été la première à privilégier le critère organique (Cour d’Appel 14 juillet 1978,
Abdoulaye Diack contre municipalité de Nioro du Rip). Le juge d’appel considère la municipalité
de Nioro comme une personne morale de droit public. Ainsi l’action du requérant aurait dû suivre la
procédure décrite aux art.729 et suivants du CPC. Dans l’affaire Dieynaba Diallo, le tribunal
régional de Dakar (17 oct.1986) retient le critère organique. Pour le Juge « la notion de matière
administrative rendant impératif le recours administratif hiérarchique sentant non pas
seulement les litiges dans lequel le droit applicable quant au fond est le droit administratif mais
encore et surtout de l’ensemble des litiges dans lesquels une personne publique est partie ».

Page 41 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Dans une 2e affaire la consécration du critère organique est sans équivoque (Cour d’Appel de
Dakar 29 avril 1993, TDI Cassala). L’art.729 est applicable « aux litiges auxquels l’Etat est
partie même lorsqu’il relève du droit privé ».

La conception organique un certain nombre de limites :

- Une limite légale : l’exclusion des personnes morales de droit privé chargées d’une
mission de service public.
- Une limite pratique : le risque de l’hypertrophie du contentieux administratif.

Section Deuxième LA PORTEE DE LA PROCEDURE SPECIALE EN MATIERE


ADMINISTRATIF: L’INCIDENCE SUR L’ISSU DU PROCES :

Dans la jurisprudence Abdourahmane Ndoye, le requérant avait été débouté pour non-respect de la
procédure spéciale. Dans certains cas le juge admet la recevabilité de la requête introduite sur le
fondement de l’article 729 du CPC alors qu’elle soulevait des questions de droit privé. Il en a été
ainsi dans l’affaire Babacar Gueye contre Etat du Sénégal le 28 nov.1970. Dans cette affaire, une
demande assignant l’Etat par le fait d’un membre de l’enseignement public avait été introduite
avec respect de la procédure spéciale. Ces fluctuations ont semblé disparaitre avec un arrêt de la CA
le 18 fév.1983, Etat du Sénégal contre héritiers Abdou Lo dans lequel la cour consacre le caractère
d’ordre public de l’art.729. Cela signifie que l’omission de la formalité doit être soulevée d’office
et entrainer le rejet de l’action. Cet espoir a été déçu dans la mesure le juge a adopté une démarche
contraire dans l’affaire CA 7 avril 1989, Etudiants de l’UCAD conte Etat du Sénégal. Dans cette
décision le juge n’a pas sanctionné l’absence de recours administratif préalable. Dans la même
perspective le C.E en cassation (31 mars 2005, direction générale des impôts et domaines conte
Kamel Badrédine) délimite la procédure de l’art.729. Selon le juge cassation, l’irrecevabilité de la
requête pour non-respect des règles spéciales de la procédure doit être soulevée devant le juge du
fond. Le C.E en cassation, 3 avril 2008, société UNIPLAST, précise que le recours administratif
préalable n’est pas une condition de l’action en justice dans le contentieux de l’assiette des impôts
et des taxes.

TITRE II. LES MISSIONS DE L’ACTION ADMINISTRATIVE :

L’action de l’administration a pour raison d’être de satisfaire les besoin du public. C’est cette raison
d’être qui explique qu’on lui ait confié les deux missions fondamentales d’assurer des prestations

Page 42 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
aux administrés à travers la bonne marche des services public (Chap. I), de veiller au maintien de
l’ordre (Chap. II)

C
Chhaappiittrree U
Unn LE SERVICE PUBLIC :

Section Premier LA NOTION DE SERVICE PUBLIC :

Le service public a été la notion fondatrice et centrale du droit administratif puisque dans son arrêt
Blanco le TC en faisait le critère de la compétence du juge administratif. Par la suit il va permettre
avec l’école du service public de Duguit d’expliquer et de justifier l’ensemble du droit administratif
mais également de déterminer le champ d’application du droit administratif. Ce n’est que plus tard
que d’autres concepts comme celui de puissance publique seront utilisés. La définition classique du
service public a beaucoup évolué aujourd’hui.

PARAGRAPHE 1. LA DEFINITION CLASSIQUE :

La notion classique du service public peut être définie comme une activité d’intérêt général assurée
par une personne publique aux moyens de procédés exorbitants de droit commun. Cette définition
revoie à trois éléments :

• Un élément organique : il permet de désigner l’organe c.à.d. la personne morale de droit


public qui gère une activité d’intérêt général. Exemple le service des impôts et domaine.
• Un élément matériel : des activités de prestation développées dans un but d’intérêt général.
Exemple service public de la justice.
• Un élément d’ordre juridique : l’existence d’un régime de droit public. Cela se justifie
par le fait que le SP correspond à un besoin intérieur.
La définition classique se caractérise par la prééminence du critère organique ; la qualification du
SP dépend en effet essentiellement de la nature juridique de l’organe qui gère l’activité. Cet organe
doit être une personne publique c.à.d. l’Etat, une collectivité décentralisée ou un EPA.

Au Sénégal on semble faire prévaloir le critère organique. En effet l’article 11 du COA dispose :
« Est considéré comme service public toute activité d’une personne morale de droit public en vue de
satisfaire un besoin d’intérêt général ».

Page 43 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
PARAGRAPHE 2. L’EVOLUTION DE LA DEFINITION :

L’interdiction de principe faite au personne privées de gérer un service public ne pouvait ne


pouvait pas résister au besoin de service public qui a crue dans des proportions telle que les
personnes publiques s’étaient senties incapable d’y répondre seules. L’Etat a été dans l’obligation
de confier certaines activités d’intérêt général à des personnes privées et même plus tard à des
simples particuliers.

A. La gestion du service public par des personnes morales de droit privé :

Confronté à des services public effectivement gérer par des personnes privées, le C.E a dû
reconnaitre que ces dernières étaient bien investies de véritables missions de service public. Dans
un premier temps, le C.E va admettre que des personnes privées puissent être investies de
prérogatives de droit public en l’occurrence le droit d’expropriation CE 29 déc.1935,Etablissements
VEZIA). Il finit par admettre quelques années plus tard qu’une personne privée puisse, en dehors
de tout contrat de concession de gérer un service public (CE 13 mai 1938, CAISSE PRIMAIRE
AIDE ET PROTECTION). Dans la foulée de cette jurisprudence, de nombreuses catégories de
personnes privées se verront reconnaitre la même possibilité (CE 31 juillet 1943, Montpeurt ; CE 2
avril 1943, Bouguen). Le juge, dans ces différents arrêts a omis de préciser dans quelles conditions
l’activité d’une personne privée est un service public. C’est pourquoi il a fallu attendre les années
1960 et les Arrêts Magnier (CE 13 jan.1961) et Narcy (CE 28 juin 1963) pour les connaitre avec
certitude. Ces deux arrêts font en effet apparaitre que trois conditions doivent être réunies pour que
l’activité d’une personne privée soit un service public. Il faut que cette activité ait un objet d’intérêt
général, qu’elle s’effectue sous le contrôle d’une personne publique, et qu’elle nécessite la mise en
œuvre de prérogative de puissance publique.

Au Sénégal la consécration par l’art.11 du COA de la conception organique constitue en principe


un obstacle pour la gestion par des personnes morales de droit privé d’une mission de service
public. Cependant l’utilisation de la technique de la délégation de pouvoir a permis au juge de
reconnaitre à certaines personnes privées l’existence d’une mission de service public (voir Dial
Diop).

En outre le procédé législatif peut toujours être utilisé dans le but de reconnaitre à l’activité prise en
charge par une personne morale de droit privé un caractère de service public. Il en est ainsi de la
mission des sociétés nationales.

Page 44 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
B. La gestion du service public par de simples particuliers :

L’exemple classique est celui du procédé de la concession qui permet à une collectivité publique de
confier à un particulier la gestion d’un service public (CE 4 mars 1910, Théron). Le juge considère
qu’à travers la concession accordée au sieur Théron, de capturer et mettre en fourrière les chiens
errant, la ville de Montpellier a eu pour but d’assurer un SP.

En dehors de la concession des particuliers peuvent être chargés d’une mission de service public ;
c’est ce qu’a reconnu le CE qui a qualifié à travers l’arrêt Terrier de mission de service public la
tache de destruction d’animaux nuisibles qu’un département avait confié à ses habitants. Il en va de
même de l’engagement pris par de simples particuliers (en l’espèce les Epoux Bertin 1956) pour
assurer la nourriture des ressortissants soviétique hébergé par l’Etat dans un centre en attendant leur
rapatriement dans leur pays d’origine.

Section Deuxième LES MODES DE GESTION DES SERVICES PUBLICS :

Les modes de gestion du service public sont divers. On peut les regrouper en deux grandes
catégories : la gestion publique du SP et gestion privée du SP

PARAGRAPHE 1. LA GESTION PUBLIQUE DU SERVICE PUBLIC :

Parmi les modes de gestion publique on distingue la gestion en régie et la gestion par une personne
publique spécialisée.

A. La gestion en régie :

Elle est définie comme le procédé par lequel la personne publique assure la gestion du service
public par ses propres moyens. Les services publics gérés en régie sont dépourvus de personnalité
juridique. Il s’agit essentiellement des administrations classiques. Ils sont rattachés à une
collectivité publique, ce qui signifie qu’ils sont organisés de la même manière que cette dernière. Il
appartient à la collectivité de rattachement e leur procurer les moyens matériels et humains ont-ils
ont besoin. Leurs actes, selon le cas se confondent avec ceux de l’Etat ou de la collectivité. Le droit
qui leur est applicable est le droit administratif

Page 45 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
B. La gestion des services publics par des établissements publics :

C’est une personne morale de droit public, dotée ‘une autonomie financière et administrative,
chargée de la gestion d’un service public, sous le contrôle de la collectivité qui l’a créée.
L’établissement public est un service public institutionnalisé. La formule de l’établissement public
offre une certaine commodité de gestion, c’est pourquoi elle est très prisée des pouvoirs publics. Il
existe plusieurs catégories d’établissements publics, on peut les classer suivant leur taille (certains
ont une dimension nationale et d’autres une taille plus réduite). On peut les classer suivant leur
finalité (on distingue alors les établissements publics à caractère administratif, EPA, qui ont une
vocation purement administrative, des établissements publics à caractère industriel et commercial,
EPIC, qui ont une mission essentiellement économique).

Les EPA répondent à une volonté de décentralisation par services, leur individualité fait qu’ils sont
indépendants du point de vue de leur gestion et de la personne publique de rattachement. De tels
établissements sont, pour l’essentiel soumis aux règles du droit public. Leurs agents sont
fonctionnaires et ils utilisent les deniers publics.

Les EPIC sont soumis, pour l’essentiel, aux règles du droit civil et commercial (Code des
Obligations Civiles et Commerciales). Ils emploient un personnel non fonctionnaire, sauf exception,
et ne sont pas soumis aux règles de la comptabilité publique.

Comment distinguer les deux catégories d’EP ? La qualification de l’EP est du ressort de l’autorité
de création. Mais il arrive que la qualification donnée ne recoupe pas toute la réalité de
l’établissement. Un EP peut être baptisé EPIC alors qu’il poursuit une mission essentiellement
administrative, on parle alors d’EP à visage renversé. Il arrive que le texte institutif qualifie de
service public administratif alors que l’activité poursuivie par l’EP présente des aspects
commerciaux, on parle alors d’EP à visage double. En l’absence de texte institutif, tout service
public est présumé être de nature administrative. Il appartient au juge de recourir à la méthode dite
« pluraliste » ou « faisceau d’indices », de donner une qualification au service public.

PARAGRAPHE 2. LA GESTION PRIVEE DU SP :

L’Etat peut décider de ne pas assurer lui-même l’exécution d’un service public mais de le confier à
une personne privée. Aux termes de l’art.10 nouveau du COA« la participation d’un
cocontractant à un SP est réalisée par voie de délégation de service public ou sur la base d’un
contrat de partenariat »
Page 46 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
A. La délégation de service public :

Il s’agit d’une convention par laquelle une personne morale de droit public confie pour une période
déterminée la gestion d’un service public à un délégataire. Le COA s’inspirant de la directive
communautaire n°4 de l’UEMOA retient deux formes de délégation de SP : il s’agit de la
concession de service public et de la régie intéressée.

1. La concession de service public :

Le contrat de concession de service public se présente comme une convention par laquelle une
personne publique (concédant) charge une personne privée (concessionnaire) de faire fonctionner
un service public à ces frais, risques et périls en se rémunérant sur les redevances perçues sur les
usagers.

En droit sénégalais, le concessionnaire peut être chargé soit d’exécuter un ouvrage public ou de
réaliser des investissements relatif à un tel ouvrage et de l’exploiter, soit uniquement d’exploiter un
ouvrage ou des équipements publics en vue d’assurer un service.

2. La régie intéressée :

C’est mode de gestion mixte du service public qui s’appuie sur le concours extérieur de
professionnels privés contractuellement chargés de faire fonctionner le service public, moyennant
de versement d’une redevance déterminée par la personne publique qui a réalisé les investissements
initiaux.

La rétribution (rémunération) comprend une redevance fixe et une partie variable en fonction des
résultats de l’exploitation.

B. Le contrat de partenariat :

Il s’agit d’un contrat par lequel une personne publique confie à un tiers, pour une période
déterminée, une mission globale comprenant le financement et la réalisation d’investissements
matériels ou immatériels ainsi que leur entretien, leur exploitation ou leur gestion et le cas échéant,
d’autres prestations qui concourent à l’exercice par la personne concernée de la mission de service
public dont elle est chargée.

Page 47 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE

C
Chhaappiittrree D
DeeuuxxLA POLICE ADMINISTRATIVE

C’est une activité administrative qui a pour objet de protéger ou de restaurer l’ordre public. Ils
existent différentes catégories de police qu’il faut distinguer.

Section Premier LES CATEGORIES DE POLICE :

PARAGRAPHE 1. POLICE ADMINISTRATIVE ET POLICE JUDICIAIRE :

Il est important de distinguer ces deux sortes de police pour des raisons liée à la compétence
juridictionnelle. En principe le critère de distinction de ces deux types de police est simple. Il est
relatif aux fins poursuivies. Toutefois dans certaines opérations relativement complexes le critère
peut être d’une utilisation délicate.

A. Le but poursuivi, critère de distinction :

Pour la jurisprudence (CE 11 mai 1951, Consorts Baud et TC 07 juin 1951 Dame Noualek) la
police judiciaire a un but répressif. Elle est l’activité qui vise à rechercher les auteurs d’une
infraction déterminée et à les déférer aux tribunaux. Alors que police administrative a un but
préventif. Elle a pour objet une mission générale de protection de l’ordre public. Elle cherche à
empêcher que le désordre ne se produise. Apparemment simple en théorie le critère finaliste
entraine parfois de réelles difficultés d’appréciation qui révèlent ses limites.

B. Les limites du critère finaliste :

Une même opération peut être source de diverses interprétations ou se transformer en cours
d’exercice. Une opération de police administrative peut se transformer en opération de police
judiciaire (ainsi des contrôles d’identité). Une opération peut également se décomposée en plusieurs
phases qui font apparaitre les deux types de police (le mise en fourrière des véhicules).

Page 48 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
PARAGRAPHE 2. POLICE ADMINISTRATIVE GENERALE ET POLICES
ADMINISTRATIVES SPECIALES :

A. La police administrative générale :

Elle remplit une mission de protection de l’ordre public. Pour définir l’ordre public on recourt
classiquement à une trilogie : sureté, tranquillité et salubrité publique. Cette trilogie classique a
aujourd’hui été élargie.

1. La trilogie classique :

Par sureté publique il faut entendre la sécurité dans la rue pour les personnes qui y circule : la
sécurité routière, la sécurité des immeubles ou la sécurité des produits que l’on consomme. La
tranquillité publique est une notion proche de la sureté puisqu’il s’agit ici d’assurer une vie paisible
à tous donc à prévenir les agressions et les nuisances multiples. La lutte contre le brut par exemple
relève de cet objectif. Enfin la salubrité publique correspond à la notion d’hygiène publique. A ce
titre sont prise des mesures d’assainissement, des mesures nécessaires à la préservation de la qualité
de l’air et de l’eau.

2. L’extension de la notion :

La moralité constitue la première extension des composantes classiques de l’ordre public. Le CE a


estimé en 1959 qu’un maire peut interdire la représentation d’un film dès lors que sa projection est
« susceptible d’entrainer les troubles sérieux » dans sa commun (CE 18 déc.1959, Société les films
Lutécia ; CE 26 juillet 1985, Ville D’Aix en Province). La dignité humaine constitue une autre
extension. Le C.E a affirmé que « le respect de la dignité de la personne humaine est une des
composante de l’ordre public » (CE 27 oct.1995, Ville D’Aix en Province et commune de Morsang-
sur-Orge). Le principe de précaution est considéré depuis la décision du CE 22 fév.2002, Société
Pétroles Shell, comme une composante de l’ordre public local.

B. Les polices spéciales

Comme la PG les PAS sont des activités de surveillance qui visent à maintenir la paix sociale. Mais
alors que la 1ère remplit cette mission en protégeant l’ordre public en gle les secondes la remplissent
en régissant certaines activité (affichage, cinéma) ou certaines catégories d’administrés (étrangers
par exemple avec la police des étranger) en poursuivant des but particuliers (protection de
l’environnement ou du patrimoine culturelle).
Page 49 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Section Deuxième LE CONTROLE DES MESURES DE POLICE :

Les mesures de police doivent émaner de l’autorité compétente et avoir été prise selon les formes et
procédures prescrites. Sur le plan de la légalité interne le juge contrôle particulièrement le but et les
motifs invoqués. Il doit instaurer un équilibre entre les exigences de l’ordre public et le respect des
libertés. La CS , pour déclarer illégale l’arrêté ayant interdit le rassemblement pacifique programmé
à Dakar à la place de l’obélisque le 24 déc. 2010 par la RAHDO en vue de réclamer le départ du
président GBAGBO la CS a ; dans son arrêt du 13 oct. 2011 Alioune Tine, considéré que « s’il
incombe à l’autorité administratif compétent de prendre les mesures qu’exige le maintien de
l’ordre, elle doit concilier l’exercice de ce pouvoir avec le respect de la liberté de réunion garantie
par la constitution ».

La police administrative a pour but de prévenir les atteintes à l’ordre public. Si elle répond à un
autre objectif, il y a détournement de pouvoir. Et la mesure de police administrative sera annulée
par le juge qui exerce un contrôle de plus en plus approfondie sur les mesures de police. Ce contrôle
est dit de proportionnalité ; il s’agit d’un control maximum à travers lequel le juge vérifie le respect
des compétences, des formes et des procédures, la régularité des buts et des motifs de droit et de
fait. S’agissant de ces derniers, ils contrôlent l’exactitude matérielle des faits et la qualification
juridique. C.à.d. qu’il se demande si la menace de désordre est bien de nature à justifier la mesure
de police. Il s’interroge sur le fait de savoir si la menace de désordre est en l’espèce assez grave
pour imposer la décision qui a été prise. C’est dire que la juge exerce un véritable contrôle de
proportionnalité (voir CE 19 mai 1933, Benjamin). La CS dans son arrêt du 24 déc.2009, AJ-
PADS, a déclaré la mesure de fermeture provisoire du siège par le gouverneur de Dakar illégale.
Pour se faire, il a considéré « qu’il ne ressort pas des éléments du dossier que le risque de
télescopage allégué au siège du parti AJ/PADS entre les partisans de L.Savané et ceux de M.D.
Decroix fut de nature à menacer l’ordre public dans des conditions telles qu’il ne put être paré
au danger par des mesure de police appropriées , lesquelles pouvaient être prises en l’espèce sans
aller jusqu’à la mesure extrême de fermeture du siège du partie ».

Troisième Partie. LA RESPONSABILITE PUBLIQUE:

Elle désigne la responsabilité extracontractuelle des personnes publique en la matière il s’agit


de répondre à la question suivante :

- qui sera responsable ? Le fonctionnaire et ou la collectivité ?


Page 50 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
- est-il nécessaire que la faute soit commise par l’administration pour qu’il ait réparation ?
- la puissance publique peut-elle être amenée à réparer des dommages causés par ces
agents ?
Il existe deux grands régimes de responsabilité de l’administration : il s’agit du régime général, fruit
d’une construction jurisprudentielle et des régimes spéciaux.

C
Chhaappiittrree U
Unn LE REGIME GENERAL DE LA RESPONSABILITE :

La RA peut être engagé sous deux conditions. Soit une faute est commise ; c’est la resp pour faute ;
soit il y a absence de faute, c’est la resp sans faute.

Section Premier LA RESPONSABILITE POUR FAUTE :

Elle comporte trois dimensions : la faute de service, la faute personnelle et le cumul de fautes et de
responsabilités.

PARAGRAPHE 1. LA FAUTE DE SERVICE :

Le juge dans l’arrêt Mor Diaw, CA Dakar 9 jan.70 définit la faute de service comme un
fonctionnement défectueux du SP par rapport à son fonctionnement normal. Aux termes de l’art.142
du COA ce fonctionnement défectueux s’apprécie « en tenant compte de la nature du service,
des difficultés qu’il rencontre et des moyen dont il dispose » ; la faute des services est anonyme ;
elle est imputable à la mauvaise organisation ou au fonctionnement défectueux du service.

PARAGRAPHE 2. LA FAUTE PERSONNELLE

La jurisprudence (arrêt Pelletier, TC 30 juillet 1873) distingue entre :

- La faute personnelle commis à l’occasion de l’exercice des fonctions et qui engage la


responsabilité de l’administration
- Et la faute personnelle de l’agent détachable du service et qui engage la responsabilité de
son auteur en application du droit privé.
A l’occasion de l’exercice des fonctions la faute personnelle peut résulter de préoccupation d’ordre
privé. Elle est intentionnelle et a pour but en général un intérêt personnel. C’est le cas de
l’utilisation des véhicules administratifs à des fins privées de promenade (CS 8 juin 1968,
Abdoulaye Gueye).

Page 51 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Hors de l’exercice des fonctions ils existent deux situations :

• Les fautes personnelles commises en dehors du service mais non dépourvu de tout lien avec
celui-ci. Pour savoir si la faute personnelle est non dépourvue de tout lien avec le service,
trois critères sont utilisés :
- le critère matériel ; l’instrument ayant servi à commettre la faute a été remis à l’agent par
le service même (CE 26 oct.1973 Sadoudi.) un policier tue accidentellement une
personne avec son arme de service.
- le critère temporel ; la faute a été commise pendant les heures de service. Exemple voir
Abdoulaye Gueye.
- Le critère géographique ; la faute a été commise à l’intérieur du service.
• Les fautes dépourvues de tout lien avec le service. Dans cette hypothèse la faute a un
caractère détachable du service. Exemple un agent en uniforme blesse mortellement une
personne avec qui il avait un différend d’ordre personnel.

PARAGRAPHE 3. LE CUMUL :

L’inconvénient majeur de la jurisprudence Pelletier est d’empêcher la victime d’une faute


personnelle d’engager la responsabilité de l’administration. Elle la contraint en effet si elle veut
obtenir réparation de son préjudice à engager la responsabilité personnelle de l’agent fautif avec
tous les risques d’insolvabilité que cela comporte. Pour y remédier trois solutions ont été
successivement explorées.

Le cumul de faute désigne l’hypothèse dans laquelle un même préjudice est causé à la fois par
une faute de service et une faute personnelle (CE 3 fév.1911 Anguet : la fermeture prématurée
d’un bureau de poste (faute de service) a contraint Mr Anguet de sortir à partir une porte interdit au
public. Pris pour un voleur, deux agents le jetèrent violemment dehors de telle sorte qu’il se cassa la
jambe).

Le cumul de responsabilité dérivant d’une faute personnelle détachable du service mais non
dépourvue de tout lien avec l’administration. La victime a alors le choix entre deux actions en
responsabilité. C’est l’arrêt Epoux Lemonnier (CE 26 juillet 1918) qui est à l’origine de cette
théorie. Un promeneur avait été blessé par un coup de feu tiré à l’occasion d’une épreuve de tire
organisée dans le cadre d’une fête foraine communale : faute perso (négligence du maire) qui
n’avait pris aucune mesure de sécurité bien qu’il eut été averti du danger. La victime attaque non

Page 52 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
pas le maire mais la commune. Le CE accepta au nom du cumul de responsabilité et condamnant
celle-ci à réparer le dommage.

Le cumul de responsabilité en cas de faute personnelle commise en dehors du service mais non
dépourvu avec tout lien de celui-ci. La victime peut engager la responsabilité de l’administration
plutôt que celle de l’agent (CE 18 nov.1949, Demoiselle Mimeur) dans cette affaire le conducteur
d’un camion militaire ayant perdu le contrôle du véhicule avait violemment heurté l’immeuble de la
Demoiselle Mimeur. Sur le chemin de retour d’une mission il s’était écarté de son itinéraire normal
pour des raisons indépendantes de l’intérêt du service (voir sa famille). Le juge a considéré que
l’accident litigieux survenu du fait d’un véhicule qui avait été confié à son conducteur pour
l’exécution d’un service public, ne saurait dans les circonstances de l’affaire, être regardé comme
dépourvu de tout lien avec le service.

Jusqu’à 1951 l’administration condamné à réparer un dommage causé par une faute perso en
application des jurisprudences Anguet Lemonnier et Mimeur ne pouvaient pas intenter ensuite une
action récursoire contre l’agent fautif afin de récupérer tout ou partie de l’indemnité versée (CE 28
mars 1924, Pousines). Ce n’est qu’en 1951 que le C.E à travers les arrêts Laruelle et Delville opéra
un revirement de jurisprudence. Dans la première affaire le sieur Laruelle, utilisant en dehors du
service pour des fins personnelles la voiture militaire dont il était le conducteur a renversé la Dame
Marchand. Pour le juge l’autorité militaire n’avait pas pris des mesures suffisant pour assurer un
contrôle de la sortie des voitures gardées dans le garage. Pour ce motif il a condamné l’Etat à
réparer entièrement le préjudice subi par la dame mais également estimé que l’Etat était fondé à
demander au sieur Laruelle qui a commis une faute personnelle le remboursement de la
totalité de l’indemnité payée par l’Etat à la dame Marchand. Depuis cette date l’administration
condamnée peut exercer une action réquisitoire pour récupérer la moitié de la somme versée
(jurisprudence Anguet) ou sa totalité (Lemonnier et Mimeur). Cette JP a été reprise par l'art.145 du
COA.

Section Deuxième LA RESPONSABILITE SANS FAUTE

Elle a la particularité d'emporter trois conséquences.

- la victime n'a pas à prouver la faute de l'administration pour être indemniser; il lui suffit de
démontrer un lien de causalité entre le dommage et une activité imputable à
l'administration.

Page 53 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
- l'administration ne peut pas s'exonéré en prouvant qu'elle n'a pas commis de faute. Elle ne
peut être exonérée qu'en cas de force majeure ou de faute de la victime.
- la responsabilité sans faute est d'ordre public. le juge peut la soulever d'office lors d'un
procès
La responsabilité sans faute se décline en deux grandes catégories: la responsabilité pour risque et la
responsabilité pour rupture de l'égalité devant les charges publiques

PARAGRAPHE 1. LA RESPONSABILITE POUR RISQUE :

On distingue plusieurs cas de responsabilité sans faute sur la base de risque:

- la responsabilité du faite des choses, des méthodes et des situations dangereuses. sont
considérés comme des situations dangereuses, les explosifs (CE 28 mars 1919 Regnault-
Desrosiers, explosion de munitions entreposées dans un fort :
- la responsabilité du fait des collaborateurs du service public: aux termes de l'art.144 du
COA, le dommage subit par les personnes participant à l'activité du service public, soit en
vertu de leur fonction, soit en cas d'urgence, de leur propre initiative ouvrent droit à
réparation à moins qu'il ne soit établi que ce dommage est due à une cause étrangère à
l'administration.
- la responsabilité du fait des dommages et travaux publics: une distinction est opérée au
niveau du COA entre les tiers et les usagers. ce n'est qu'à l'égard des tiers qu'un régime de
responsabilité sans faute est retenu.

PARAGRAPHE 2. LA RESPONSABILITE POUR RUPTURE DE LEGALITE


DEVANT LES CHARGES PUBLIQUES:

les tiers peuvent obtenir réparation d'une partie du dommage anormal et spécial qui leur est causé
par l'intervention d'une loi ou d'un règlement régulier lorsque le législateur n'a pas exclu
explicitement toute réparation et que la mesure bien que prise dans l'intérêt général a pour effet
d'avantager anormalement un groupe de particuliers et de désavantager gravement un autre.

C
Chhaappiittrree D
Deeuuxx LES REGIMES PARTICULIERS DE RESPONSABILITE
ADMINISTRATIVE :

Le COA a institué des régimes particuliers de resp administrative. Il s’agit respectivement de la resp
des membres de l’enseignement public et la responsabilité des faits des véhicules administratifs.
Page 54 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
Section Premier LES MEMBRES DE L’ENSEIGNEMENT PUBLIC :

Cette responsabilité est prévue par l’article 146 COA qui dispose : « la responsabilité de l’Etat est
substituée à celle des membres de l’enseignement public en raison des dommages subis ou causés
par les élèves placés sous leur surveillance. La responsabilité ne peut être demandée qu’à l’Etat ».
Celui-ci peut intenter une action réquisitoire contre l’auteur du dommage. C’est le droit privé qui est
applicable. Si en France ce sont les tribunaux judiciaires qui sont compétents, au Sénégal c’est le
tribunal régional qui est juge de droit commun en toute matière.

Section Deuxième LE CAS DES VEHICULES ADMINISTRATIFS :

Aux termes de l’art.147 COA, le droit à réparation des dommages causés par un véhicule ou moyen
de transport utilisé par l’administration est régi par le droit commun de la responsabilité et par…
règles concernant les faits des choses et des animaux. L’action est dirigée contre l’auteur du
dommage mais la responsabilité de l’administration est substituée à l’égard des tiers à celle de
l’agent agissant à l’occasion de l’exercice de ses fonctions.

Page 55 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
LES GRANDS ARRETS DU DROIT ADMINISTRATIF :

CE 1873 Pelletier Le juge opère une distinction fondée sur le critère de la détachabilité par rapport aux
fonctions. Si la faute est détachable des fonctions de l'agent, elle est personnelle et la juridiction judiciaire
est compétent. Si la faute n'est pas détachable des fonctions, c'est alors une faute de service. Pas
d'application des règles de droit civil pour l'engagement de la responsabilité administrative. La faute
personnelle révèle l'homme avec ses faiblesses, ses passions, ses imprudences.
TC 1873 Blanco Principe de la responsabilité de l’État personne publique pour les fautes commises par ses
agents dans le cadre de leur mission de service public.
CE 1875 Pariset Détournement de pouvoir: c'est un acte dont le but n'est pas la recherche d'un intérêt
général.
CE 1875 Prince Napoléon La réduction du champ des actes de gouvernement par l'abandon du mobile
politique.
TC 1899 Association syndicale du canal de Gignac La présence de prérogatives de puissance publique
comme critère de l'établissement public. Il y a aussi le faisceau d'indice : il faut savoir qui est à l'initiative de
la création de la personne morale, la nature de ses compétences, règles d'organisation et de
fonctionnement, origine des ressources et PPP.
CE 1901 Casanova L'intérêt à agir d'une personne physique doit être directe et personnelle. Le seul fait
d'être un contribuable donne intérêt à agir contre les actes engageant les finances de la collectivité à
laquelle on contribue. Les activités professionnelles ne peuvent être exercés que par des personnes privées
donc on ne peut les subventionner sauf circonstances exceptionnelles.
CE 1902 Compagnie nouvelle du gaz de Deville-lès-Rouen Le principe de mutabilité des contrats
administratifs.
CE 1902 Commune de Néris-les-bains Théorie du concours de police: une autorité de police administrative
générale d'une sphère géographique plus petite ne peut qu'aggraver les mesures prises par une autorité de
police administrative générale d'une sphère géographique plus grande. Une autorité publique peut
contester en justice la légalité d'actes pris par une autre autorité publique sous la tutelle de laquelle elle est
placée.
TC 1902 Société immobilière de Saint Just Les administrations ne peuvent contraindre par la force les
administrés à exécuter la décision, sauf si urgence ou si le législateur confère ce pouvoir.
CE 1903 Lot Recours d'une autorité inférieur contre les actes d'une autorité supérieure (autorité
hiérarchisée). L'agent subordonné n'est jamais recevable à attaquer les décisions par voie du REP car il
contesterait l'appréciation de l'intérêt public faite par son supérieur hiérarchique.
CE 1903 Terrier Le contentieux contractuel des collectivités locales appartient au contentieux administratif.
Tout ce qui concerne l'organisation et le fonctionnement des SP proprement dit, généraux ou locaux
constitue une opération administrative qui est par sa nature du domaine de la juridiction administrative.
CE 1905 Martin. Une Personne morale peut introduire un REP contre un acte détachable du contrat
intervenant en amont de la conclusion du contrat (ex: décision de passer le contrat…).
CE 1905 TomasoGrecco Principe d'irresponsabilité de l'administration abandonné au profit de la réparation
Saisie : A. SENE
en cas de faute lourde. Responsabilité de la police administrative.
CE 1906 Croix-de-Seguey-Tivoli Le simple fait d'être usager d'un service public donne intérêt à agir contre
toute mesure concernant l'organisation ou le fonctionnement d'un service public. Un REP peut être fait
contre un acte détachable du contrat intervenant en aval de la conclusion du contrat.
CE 1906 Syndicat des Patrons-Coiffeurs de Limoges La personne morale peut agir pour la défense des
intérêts collectifs qu'elle représente ou dont elle a la charge contre les actes règlementaires ou contre un
acte individuel favorable. Mais la personne morale ne peut attaquer ni une mesure n'entrant pas dans son
objet statutaire (principe de spécialité), ni une décision purement individuelle.
CE 1907 Compagnie des chemins de Fer de L'Est Critère organique: la nature d'un acte juridique est
déterminée exclusivement par la qualité de son auteur. Le Président de la République est une autorité
administrative. Le recours pour excès de pouvoir est ouvert contre les règlements d'administration publique.
Le gouvernement n'épuise pas ses pouvoirs en adoptant un premier règlement, il peut toujours le modifier
ou l'abroger en adoptant un règlement ultérieur.
CE 1908 Feutry (voir Terrier)
CE 1909 Abbé Olivier Le pouvoir de police générale du maire ne peut s'exercer que dans le respect des
libertés garanties par la loi, et toute réglementation de police trouve sa justification dans les nécessités du
maintien de l'ordre.
CE 1909 Compagnie des Messageries maritimes
CE 1910 Thérond( voir Terrier)
CE 1910 Compagnie générale française des Tramways
CE 1911 Anguet S’il y a cumul de faute de service et de faute personnelle, la victime choisit. Une faute
personnelle peut se cumuler avec une faute de service et cette dernière est de nature à engager la
responsabilité de l'administration.
CE 1912 Société des granits porphyroïdes des Vosges Soumission des SP au droit privé possible. Le
contrat est administratif si il y a des PPP. Clauses exorbitantes.
CE 1912 Abbé Bouteyre Principe de neutralité (issue du principe d'égalité) du service public.
CE 1913 Téry Consécration du droit de la défense devant la juridiction administrative. Reconnaissance du
Conseil supérieur de l'instruction publique comme étant une juridiction administratif.
CE 1914 Gomel Contrôle de la qualification juridique des faits par le juge de l'excès de pouvoir.
CE 1916 Camino Erreur sur l'exactitude matérielle des faits..
CE 1918 Heyriès Autorités publiques peuvent se prévaloir de circonstances exceptionnelles pour se
dispenser du respect de certaines règles légales quand elles prennent des actes administratifs.
CE 1918 Epoux Lemonnier Réparation de la faute pour cumul de responsabilités. Une faute unique de
l'agent du essentiellement à son fait personnel entraîne la responsabilité du service ainsi que celle de
l'agent. Passage du cumul de faute au cumul de responsabilité pour une même faute.
CE 1919 Labonne Le détenteur du pouvoir règlementaire général est aussi autorité de police général. Le
chef de l'État a en dehors de toutes délégation législative et en vertu de ses pouvoirs propres, le soin de
pouvoir de déterminer les mesures de police applicables à l'ensemble du territoire, compétence exercée par
les maires et les préfets au niveau local.

Page 57 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
CE 1919 Dame Dol et Laurent Théorie des circonstances exceptionnelles justifie des mesures qui en tant
normal seraient illégales.
CE 1919 Regnault-Desroziers Cf.: CE, 1895, Cams
CE 1919 Brincat Lorsque le législateur ne précise pas la nature de l'établissement qu'il a crée, on ne peut
pas se servir du texte à valeur législative mais l'on doit recourir à la technique du faisceau d'indice.
CE 1921 Commune de Monségur Un travail ne peut être considéré comme public que s'il est accompli par
ou pour le compte d'une personne publique.
TC 1921 Société commerciale de l'Ouest Africain Reconnaît pour la première fois qu'il existe
des SP intégralement soumis au droit privé: les SPIC.
CE 1923 Couitéas Si le préfet considère que ne pas envoyer les forces de l'ordre est moins dangereux pour
l'ordre public, il ne commet pas de faute (défaut d'exécution d'une décision de justice). Engagement de la
responsabilité pour rupture de légalité devant les charges publiques (resp. sans faute).
CE 1930 Despujol L'abrogation des actes règlementaires est obligatoire, si l'acte est devenu illégal du fait
d'un changement de circonstances de droit.
CE 1932 Ville de Castelnaudary Le pouvoir de police est une SP mais par sa nature ne peut se déléguer.
CE 1933 Benjamin Contrôle de proportionnalité: vérification de l'adéquation entre la mesure de police,
l'atteinte à une liberté fondamentale et les risques de trouble à l'ordre public.
CE 1935 Etablissement Satan La police générale ne peut qu'aggraver une mesure prise par une mesure de
police spéciale.
TC 1935 Action française La saisie comportant une mesure de police administrative doit être justifiée par
l'urgence sinon elle est constitutive d'une voie de fait.
TC 1935 Thépaz Ni une infraction pénale ni même une voie de fait ne constituent dans tous les cas une
faute personnelle.
CE 1936 Jamart Les ministres disposent du pouvoir règlementaire dans le cadre de leur mission de chef de
service.
CE 1936 Arrighi Le CE n’est pas compétent pour contrôler la constitutionalité d'une loi.
CE Ass. 1938 Caisse primaire "Aide et Protection" Rupture d'égalité devant les charges publiques
découlant d'une loi est indemnisée si préjudice grave, anormal et spécial. Introduit la notion d'organisme
privée gérant un SP par disposition législative ou règlementaire.
CE Ass. 1938 Société anonyme des produits laitiers "La Fleurette" Recours de plein contentieux pour
obtenir réparation d'un préjudice occasionné par une rupture d'égalité devant les charges publiques.
Engagement de la responsabilité du fait des lois.
CE 1942 Montpeurt Des organismes dotés de prérogatives de puissance publique et chargés d'une mission
de service public peuvent ne pas être des établissements publics, mais des organismes de droit privé. Les
personnes privées chargées d'une mission de service public peuvent édicter des actes administratifs
unilatéraux relevant du juge administratif.
CE 1943 Bouguen
CE 1944 Dame Veuve Trompier-Gravier Réapparition des PGD, emploi du terme "principe". PDG droit de la
défense.

Page 58 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
CE 1945 Aramu Réapparition des PGD, emploi du terme "principe général". PGD droit de la défense.
CE Ass. 1946 Commune de Saint-Priest-la-Plaine Responsabilité sans faute de l'administration pour les
risques aux collaborateurs bénévoles et occasionnels si trois conditions: présence d'un service public,
participation nécessaire du collaborateur qui n'est ni usager ni agent de ce SP.
CE 1947 d'Aillières CE reconnaît une juridiction administrative par la méthode du faisceau d'indices.
CE 1947 Dame Veuve Aubry Conditions de la demande préalable dans le cas des préjudices subi par les
personnes. La demande préalable doit avoir lieu dans les 4 ans qui suivent la connaissance du dommage.
CE 1947 Compagnie Générale des Eaux Conditions de la demande préalable dans le cas des préjudices
subi par les biens. La demande préalable doit avoir lieu dans les 4 ans qui suivent l'extinction de la cause
du dommage.
CE 1948 Société du Journal l'Aurore L'entrée en vigueur d'un acte n'a d'effet que pour le futur.
CE 1949 Demoiselle Mimeur Faute personnelle commise hors du service mais non dépourvue de tout lien
avec le service. La responsabilité de l'administration est engagée.
CE Ass. 1949 Consorts Lecomte Responsabilité sans faute, régime de responsabilité pour risque en cas
d'usage d'arme à feu.
CE 1950 Dehaene Principe de continuité du SP. Il est mis en balance avec le droit de grève.
CE 1950 Dame Lamotte Possibilité de faire un REP.
CE 1950 Quéralt Le recours hiérarchique reconnu.
CE 1950 Stein Définition de la clause exorbitante de droit commun: c'est une clause interdite en droit privée
ou une clause inégalitaire au profit de l'administration.
CE 1951 Consorts Baud Le but poursuivi sert de critère à la distinction entre police administrative et police
judiciaire. Ici judicaire.
CE 1951 Daudignac Impossibilité de soumettre à autorisation préalable. Principe de liberté du commerce et
de l'industrie.
CE 1951 Société "Concerts du Conservatoire" Principe d'égalité devant le SP = PGD.
CE 1951 Dame Noualeck Le but poursuivi sert de critère à la distinction entre police administrative et police
judiciaire. Ici administrative.
CE 1951 Laruelle et Delville Des actions récursoires peuvent se dérouler dans les deux sens: agent
condamné peut se retourner contre son employeur. La responsabilité personnelle des agents vis-à-vis de
l'administration lorsqu'elle a dû indemniser les victimes pour les fautes personnelles commises par eux peut
être engagée sous le contrôle du juge administratif.
CE 1952 Quotidien d'Algérie PGD selon lequel un gouvernement démissionnaire ne peut procéder qu'à
l'expédition des affaires courantes.
CE 1952 Demoiselle Mattéi Un acte signé qui n'est pas entré en vigueur existe selon la théorie de l'acte
existant.
CE 1952 Mme Grau Responsabilité de l'administration aux risques sur les tiers s'ils ont subi un préjudice
anormal, grave et spécial.
CE 1952 Dame Kirkwood Les traités s'imposent aux actes.
CE 1954 Département de la Guadeloupe Le gouvernement a compétence liée (obligation) de prendre les

Page 59 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
décrets d'application des lois.
CE 1954 Institution Notre Dame du Kreisker Les circulaires interprétatives sont différentes des circulaires
règlementaires. Les secondes sont susceptibles de REP.
CE Ass. 1954 Barel L'effort de la juridiction administrative doit tendre à faire prévaloir la réalité sur les
apparences, à restituer aux actes leurs natures véritables. Le juge va rechercher les véritables motifs d'un
acte derrière ceux invoqués par l'administration.
CE 1955 Silberstein Le retrait des actes non règlementaires, non créateurs de Droit est possible à tout
moment en cas d'acte illégal, obtenu suite à une fraude.
TC 1955 Effimieff
CE 1956 Union syndicale industrielle aéronautique Tout SP est présumé SPA sauf si trois critères
cumulatifs sont réunis: recherche de profits, une comptabilité privé, activité financée par une redevance
pour service rendu
CE Sect. 1956 Epoux Bertin et Grimouard Est administratif le contrat par lequel une personne confie à son
cocontractant l'exécution même d'une mission de service public quelque soit le SP (SPA/SPIC)
CE 1957 Jalenques de Labeau Relations SPIC agents relèvent du droit privé sauf pour le directeur du
service et le chef comptable s'il a la qualité de personne publique.
CE Ass. 1957 Barrot Le juge recherche dans l'organisation et le fonctionnement de l'établissement en
cause la densité des règles de droit public. Si celles-ci ne sont pas importantes, cela signifie pour lui que
l'intention du législateur était de créer un établissement privée. Le contraire abouti à la reconnaissance d'un
établissement public.
CE 1958 Société distillerie de Magnac Laval L'administration peut résilier un contrat pour un motif d'intérêt
général.
CE 1958 Syndicat des propriétaires de forêts de chènes lièges d'Algérie Exception au principe d'égalité, en
l'espèce l'exception est prévue par la Loi..
CE 1959 Sieur Doublet Obligation de prendre des mesures pour l'autorité de police administrative dans le
cas ou à raison de la gravité du péril résultant d'une situation particulièrement dangereuse pour le bon
ordre, la sécurité ou la salubrité publique. Le préfet doit donc se substituer au maire s'il ne fait rien.
CE 1959 Syndicat général des Ingénieurs-conseils Valeur du PGD = infra réglementaire, supra décrétale.
Le pouvoir règlementaire est soumis aux PGD (même autonome).
CE 1959 Freyssinet Une même circulaire peut-être tantôt règlementaire, tantôt interprétative.
CE Sect. 1959 Société "Les Films Lutécia" Critère organique de la police administrative spéciale. La
moralité rentre dans l'ordre public.
CE 1960 Société Eky CE compétent pour contrôler la constitutionnalité d'un acte réglementaire.
CE 1960 S.A.R.L. Restaurant Nicolas Le détenteur du pouvoir règlementaire général est aussi autorité de
police générale. En l'espèce le 1er ministre.
CE Ass. 1960 Société Frampar Cf.: CE, 1954, Barel
CE 1961 Lagrange Théorie de l'erreur manifeste d'interprétation.
CE Ass. 1961 Consorts Letisserand Le juge admet la réparation du préjudice moral.
CE Sect. 1961 Magnier Une personne privé qui gère un SPA prend des actes unilatéraux si PPP.

Page 60 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
CE 1962 Canal, Robin et Godot L'ordonnance référendaire est un acte administratif susceptible de REP.
CE 1962 Rubin de Servens Ni la décision de recourir à l'article 16 ni les mesures qu'il permet au Président
de prendre comme législateur n'ont un caractère administratif et ne peuvent être déférés au juge
administratif. Les actes de nature législative pris dans le cadre de l'article 16 sont insusceptibles de REP
tandis que les actes de nature règlementaire pris dans le cadre de l'article 16 sont susceptibles de REP.
CE 1962 Sicard Un décret pris hors conseil des ministres, mais signé par le Président de la République est
valable. "le contreseing du 1er ministre vaut seing", le 1er ministre sera l'auteur. La signature de l'autorité
compétente purge le texte de son vice.
CE 1963 Commune de Gavarnie Engagement de la responsabilité de l'administration sur le fondement de
la rupture d'égalité devant les charges publiques pour les mesures de police positives ou négatives
imposant à des administrés une charge spécial et anormal.
CE 1963 Syndicat des praticiens de l'art dentaire du département du Nord Quand une personne privée
conclue un contrat avec un personne publique, il n'existe pas de présomption la nature de ce contrat.
CE 1963 Mme de Abelson Pour les usagers d'ouvrages ou de travaux publics, présomption de faute de
l'administration.
CE sect. 1963 Narcy Faisceau d'indices: critère finaliste (mission d'intérêt général), critère organique (droit
de regard de l'administration sur les modalités d'exécution de la mission), prérogatives de puissance
publique.
TC 1963 Société Entreprise Peyrot Un contrat ne peut en principe être administratif que s'il est passé par
une personne publique ou au moins pour son compte.
CE 1964 Simmonnet L'abrogation des actes règlementaires est obligatoire, si l'acte est devenu illégal du fait
d'un changement de circonstances de fait.
CE 1966 Ville de Royan Reconnaissance de l'intérêt général dans l'exploitation d'un casino.
CE 1966 Société de crédit commercial et immobilier Les ministres disposent du pouvoir règlementaire dans
le cadre d'une délégation du 1er ministre.
CE Ass. 1966 Compagnie Générale d'énergie radio-électrique Rupture d'égalité devant les charges
publiques découlant d'une convention internationale est indemnisée si préjudice grave, anormal et spécial.
CE 1967 Département de la Moselle Risque découlant de l'utilisation par l'administration de méthodes
dangereuses.
TC 1968 Compagnie Air France c/ Epoux Barbier Si le règlement d'un SPIC est relatif à l'organisation du
SPIC il relève du droit administratif; s'il est relatif au fonctionnement du SPIC il relève du droit privé.
CE 1969 Société distillerie Brabant Les ministres ne disposent pas du pouvoir réglementaire général
CE 1969 Sieur Vincent Quelque soit le SPA, en application du principe d'égalité (loi de Rolland), le principe
de gratuité n'est jamais obligatoire.
CE 1969 Société Lassailly et Bichebois Théorie de la causalité adéquate: le préjudice est attribué à celui
des faits dont on peut estimer d'après l'expérience qu'on a du cours normal des choses qu'il a vocation
particulière à le provoquer.
CE 1970 Nobel-Bozel Un bien ne peut constituer une dépendance du domaine public que, si d'abord, il est
la propriété d'une personne publique.

Page 61 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
.
CE Sect. 1970 Crédit Foncier de France Une directive est un acte administratif unilatéral impersonnel qui ne
fait que donner des orientations donc ne peut pas faire l'objet d'un REP.
CC 1971 71-44
CE 1971 Damasio Intérêt à agir du fait des répercussions négatives de l'acte sur la situation professionnel
du requérant.
CE Ass. 1971 Ville Nouvelle Est En cas de contestation d'une DUT qui permet l'expropriation le juge
applique la théorie de bilan coût/avantage.
CE 1973 Peynet PGD selon lequel l'administration ne peut révoquer une femme enceinte.
CE 1973 Dalleau Responsabilité sans faute de l'administration qui fait courir à ses usagers d'ouvrages
publics des risques particulièrement dangereux.
CE 1974 Denoyez et Chorques Principe d'égalité devant le service public. Exception : possibilité de traiter
de manière différente des personnes qui sont dans une situation différente au regarde d'une
réglementation, ou si la loi le prévoit, ou dans le but de satisfaire un intérêt général.
CE 1974 Dame David PGD sur la justice. Principe de la liberté des débats judiciaires.
CC 1975 I.V.G. Le fait qu'une loi soit contraire à un traité ne veut pas dire qu'elle soit contraire à la
constitution. Suprématie des traités sur les lois.
CE 1976 Ville d'Amiens L'administration peut résilier un contrat si son cocontractant a commis une faute
lourde.
CE Ass. 1976 SAFER d'Auvergne c/ Bernette
CE 1977 Chambre de commerce de La Rochelle Application du critère de mutabilité de la Loi de Rolland en
matière sociale.
CE Ass. 1977 Société "Librairie François Maspéro" Théorie de l'erreur manifeste d'interprétation.
CE 1978 ADASA du Rhône Une personne privée qui gère un SPA sans PPP prend des actes de droit privé.
CE 1978 GISTI PGD sur les étrangers. Principe selon lequel tout homme a le droit de mener une vie
familiale normale.
CE 1978 Cohn-Bendit Impossibilité d'invoquer directement une directive dans le cadre d'un REP contre un
acte individuel. Mais possibilité de soulever l'exception d'illégalité contre un acte règlementaire de
transposition.
CE 1978 Lebon Pose la distinction entre pouvoir discrétionnaire et compétence liée. Le pouvoir
discrétionnaire en mis en oeuvre quand l'administration a le choix entre au moins 2 décisions également
conformes à la légalité. La compétence liée est quant à elle la situation où l'administration ne peut mettre en
oeuvre qu'une seule solution conforme à la légalité.
CE 1980 Rigal L'abrogation des actes non règlementaires, créateurs de Droit est possible si cette
abrogation est motivée (loi du 11 juillet 1979). En l'espèce, vice de forme.
CE 1980 Dame Bonjean Principe de continuité du SP reconnu PVC. Continuité pendant les heures
d'ouverture.
CE Ass. 1981 Retail Le médiateur de la République est une autorité administrative mais sans PPP.
CE 1982 Association Auto-défense Le détenteur du pouvoir règlementaire général est aussi autorité de

Page 62 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
police général. En l'espèce le 1er ministre.
CE 1982 Association Foyer de ski de fond de Crévoux En principe une autorité de police générale ne peut
pas soumettre à autorisation l'exercice d'une activité professionnelle sauf si c'est prévu par le législateur ou
si il y a un risque imminent de trouble à l'ordre public.
CE 1982 Huglo Décision de l'administration d'impose par elle-même et crée des droits et obligations.
CE 1983 Commune de Guidel La Déclaration d'Utilité Publique (DUP) n'est pas un acte individuel.
TC 1983 UAP Un contrat entre personnes publiques est a priori administratif, sauf si eu égard à son objet, il
ne fait naître entre les parties que des rapports de droit privé.
CE 1984 Centre d'études marines avancées Intention du législateur claire.
CE 1984 Mansuy Les EPICS peuvent détenir un domaine public.
CE 1984 Confédération nationale des sociétés de protection des animaux de France REP contre les actes
règlementaires de transposition: tout acte règlementaire se doit d'être conforme aux objectifs d'une directive
même non transposée.
CE 1985 Syndicat communautaire d'aménagement de l'agglomération nouvelle de Cergy-Pontoise Les
présidents des exécutifs locaux disposent du pouvoir réglementaire.
CE 1985 Association France Terre d'Asile Décret d'application doit se cantonner à la prescription législative
(le décret ne doit pas être en contradiction avec la loi qu'il est sensé appliquer)
CE 1987 TV6 Lorsque l'administration résilie un contrat pour un motif d'intérêt général, le juge vérifiera si
l'intérêt général invoqué par l'administration est réel et pourra accorder une compensation financière à
l'entreprise pour tenir compte de l'investissement.
TC 1987 Kessler La faute personnelle est cantonnée à quelques cas qui marquent un excès de
comportement de gravité telle qu'il se détache du service: un agent frappe un usager.
CE 1988 Mme Pascau et autres Fédération agrée (article 16 de la loi du 16 juillet 1984), gère un SPA mais
ne dispose pas de PPP. Ses actes relèvent du droit privé.
CE 1988 Bereciartua-Echarri PGD sur les étrangers. Principe selon lequel on ne peut expulser un étranger
ayant obtenu l'asile politique sauf si il porte atteinte à l'ordre public.
CE 1988 Belkacem Les droits de la défense doivent être observés à l'exception des cas d'urgence.
CE 1989 Compagnie Alitalia L'abrogation des actes règlementaires est obligatoire, si l'acte est
originairement illégal (ab initio)
CE 1989 Nicolo Un règlement pris en application d'une loi contraire à un traité doit être écarté.
CE 1989 Allain Dissoudre l'Assemblée Nationale est un acte de gouvernement.
CE 1989 Morin L'abrogation des actes non règlementaires, non créateurs de Droit est possible à toute
époque si l'acte est illégal
CE 1989 Commune de Montgeron Le détenteur du pouvoir règlementaire général est aussi autorité de
police générale. En l'espèce le Maire.
CE 1990 Association les verts L'abrogation des actes non règlementaires, non créateurs de Droit est
possible à toute époque si l'acte est devenu illégal du fait d'un changement de circonstances : obligation
d'abroger.
CE 1990 Commune de Champagne de Blanzac Le détenteur du pouvoir règlementaire général est aussi

Page 63 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
autorité de police général. En l'espèce le Président du Conseil Général
CE 1990 Confédération nationale des associations familiales catholiques et autres Le juge vérifie si le traité
a bien été publié et ratifié. La CESDH s'impose aux lois. Les règlements l'emportent sur toutes les lois,
même les lois postérieurs et contraires.
CE 1990 M. Bourgeois Necessite d'une faute lourde pour voir la responsabilité de l'administration engagée
en matière fiscale pour les opérations fiscales complexes.
CE Ass. 1990 GISTI Le juge administratif peut interpréter un traité, le renvoi ministériel est facultatif.
CE 1991 Pain L'abrogation des actes non règlementaires, créateurs de Droit est possible dans les
conditions de CE, Fourré-Cormeray et de CE, Rigal, 1980, si elle intervient dans les 2 mois qui suivent
l'entrée en vigueur de l'acte.
CE 1991 Commune de Sainte-Marie REP contre un contrat possible quand le préfet exerce un déféré
préfectoral dont les contrats des collectivités locales dans le cadre du contrôle de légalité.
CE 1991 Belgacem Contrôle de proportionnalité d'une mesure d'expulsion par rapport à la CEDH.
CE 1991 Brasseur Le préfet peut refuser de faire droit à une demande de déféré préfectoral provoqué car
c'est un pouvoir discrétionnaire du préfet. Son refus est inattaquable. Le recours contentieux est dés lors
prorogé.
CE 1991 Union nationale de la propriété immobilière Si REP contre un acte qui repose sur une directive, on
peut soulever l'exception d'illégalité de cette directive.
CE Sect. 1991 Confédération des associations familiales catholiques et autres Les mises en demeure ne
sont décisoires que lorsqu'elles contiennent une menace de sanction.
CJCE 1991 Andréa Francovitch Responsabilité de l'Etat si la transposition d'une directive n'a pas eu lieu
dans un délai raisonnable en cas de préjudice survenu à un tiers.
CE 1992 Meyet Le président peut faire examiner en Conseil des ministres les décrets qu'il souhaite même
si ces derniers n'ont pas à y passer.
CE 1992 Ville de Chevreuse Ordre public, mesure visant à assurer la tranquillité.
CE 1992 Société Textron Une personne privé qui gère un SPA prend des actes de droits privés lorsqu'elle
ne fait pas usage de PPP.
CE 1992 S.A. Rothman's international France et S.A. Philipp Morris France Les directives l'emportent sur
toutes les lois même les lois postérieures contraires.
CE 1992 Société Arizona Tobbacco Product Responsabilité de l'Etat si la transposition a été mal réalisée
en cas de préjudice causé à tiers.
CE Ass. 1992 Epoux V. La simple faute suffit pour engager la responsabilité de l'hôpital publique. La faute
lourde du service n'implique pas qu'il y ait faute personnelle de ses agents.
CE 1993 Gouverneur du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord et Gouverneur de la
colonie royale de Hong-Kong Le refus d'extrader un étranger résident sur le sol français est un acte
détachable des relations internationales, et susceptible de REP dans la mesure ou il concerne l'ordre
public.
CE 1993 Bianchi Pour obtenir réparation sur la responsabilité sans faute pour risque médical, cinq
conditions doivent être réunies: acte médical ou chirurgical nécessaire au diagnostic ou au traitement,

Page 64 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
préjudice = conséquence directe de l'acte médical ou chirurgical, préjudice n'a pas de rapport avec l'état
initial du patient ou avec son évolution prévisible, risque doit être connu mais de réalisation exceptionnelle,
préjudice doit être exceptionnellement grave.
CE 1993 IFOP Les circulaires interprétatives peuvent faire l'objet d'un REP si l'interprétation méconnaît le
sens et la portée de la norme sensée être interprétée et si elle contrevient aux exigences inhérentes à la
hiérarchie des normes.
CE 1994 Société Codiam Contrat ayant pour objet l'exécution d'un service public, c'est un contrat
administratif.
CE 1994 Préfet de la Haute Savoie c/ Mme Diallo Le retrait des actes non règlementaires, non créateurs de
Droit est possible à tout moment mais il faut que l'intéressé puisse faire connaître ses observation, respect
du droit de la défense.
CE 1994 Epoux Lopez Lorsque l'acte détachable est annulé et que c'est l'acte détachable d'un contrat
privé, cela n'a pas d'effet sur le contrat. Le juge peut condamner l'administration à une astreinte journalière
jusqu'àu moment où elle saisira le juge judiciaire afin qu'il vérifie la légalité du contrat.
CE 1995 Morsang-sur-Orge Ordre public, mesure visant à assurer le respect de la dignité de la personne
humaine.
CE 1995 Yonathan Koen Principe de laïcité du SP.
CE 1995 Consistoire Central Israëlite de France Principe de laïcité du SP.
CE 1995 Assemblée territoriale de Polynésie Française Le recours gracieux (dit recours administratif)
proroge le délai du recours contentieux.
CE 1995 Monsieur Contremoulin Définition du principe d'égalité: a situation égale, traitement égale, à
situation différente, traitement différent.
CE 1995 S.A. Lilly France L'administration ne peut se servir d'une directive non transposée.
CE Ass. 1995 Hardouin et Marie Les mesures d'ordre intérieures sont limitées aux décisions qui répondent
à trois critères cumulatifs: ne portent pas atteinte aux libertés, faible gravité, pas de conséquences
juridiques ultérieures pour les intéressés.
CE 1996 Société France Affichage Vaucluse Le maire peut règlementer mais ne peut pas soumettre en
principe à une autorisation préalable.
CE 1996 Conseil inter professionnel du vin de Bordeaux Une lettre de mise en garde peut-être non
décisoire et donc insusceptible de recours.
CE 1996 Moussa Koné Le CE peut proclamer des Principes Fondamentaux Reconnu par les Lois de la
République (PFRLR) et peut déterminer la hiérarchie des règles juridiques entre l'ordre interne et l'ordre
international. En l'espèce, l'interdiction d'extrader des étrangers dans un but politique.
CE 1996 Cayzeele Peut faire un REP contre une clause réglementaire du contrat.
CE 1996 Commissaire de la République d'Ile-et-Vilaine Dans le déféré préfectorale, la lettre d'observation
(recours gracieux) proroge le délais de recours contentieux.
CE 1996 S.A. Cabinet Revert et Badelon Possibilité d'invoquer l'illégalite de toute norme, y compris une loi,
qui serait contraire aux objectifs d'une directive même non transposée.
CE 1996 Union des consommateurs Force Ouvrière Dérogation au principe d'égalité devant le SP justifié

Page 65 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
par l'IG.
CE 1996 Commune de Taverny Lorsque l'autorité de police spéciale n'est pas intervenue alors l'autorité de
police générale peut intervenir si un risque de trouble à l'ordre public existe.
CE Ass. 1996 Société Lambda Le juge administratif fait application des dispositions du droit civil, du droit
pénal, du droit de la concurrence, du droit de la consommation entant qu'ils déterminent la légalité à
laquelle l'administration est soumise.
CE 1997 Association collectif anti-péage et de défense du service publique La Déclaration d'Utilité Publique
(DUP) n'est pas un acte règlementaire.
CE 1997 M. Boudin Les ministres disposent du pouvoir réglementaire si la loi le prévoit.
CE 1997 Société Ekin Critère organique de la police administrative spéciale. En matière de publication
étrangère, substitution du contrôle normal au contrôle restreint antérieur.
CE 1997 Theux Le SP des urgences voit sa responsabilité engagée sur simple faute.
CE 1997 Joseph Imbert d'Arles Allège l'arrêt Bianchi: la condition de l'acte médical ou chirurgical
nécessaire au diagnostic ou au traitement n'est plus que facultative.
CE 1997 Aquarone Les coutumes internationales ne l'emportent pas ur les lois postérieures contraires.
CE 1997 GISTI Les parties de traités ne comportant que des grands principes ne s'imposent pas aux actes.
CE 1998 Ville de Lisieux REP contre un contrat possible quand il s'agit d'un contrat de recrutement d'agents
publics.
CE 1998 Sarran, Levacher et autres En droit interne, le bloc de constitutionnalité prime sur les traités
internationaux.
CE 1998 Ameon Passage à la faute simple pour les secours en mer (activité de police).
CE 1998 Commune de Hannapes Passage à une faute simple pour les services de lutte contre l'incendie
(police).
CE 1998 Tête Quand la directive n'a pas été transposée dans le delai, le citoyen peut l'invoquer.
CE 1998 S.A.R.L. du parc d'activité de Blotzheim Le juge vérifie comment s'est effectué la ratification.
CE 1998 Tête On peut invoquer une directive dans le cadre d'un REP si elle n'a pas été transposée dans le
délai imparti. C'est un revirement partiel de Cohn-Bendit dans la mesure où il ne concerne qu'une
hypothèse.
TC 1998 Bergas Un contrat n'ayant pas pour objet l'exécution du SP n'est pas un contrat administratif.
CC 1999 99-422 Traité portant statut de la Cour pénale international En cas de contradiction entre le traité
et le bloc de constitutionnalité, il faut changer ce dernier.
CE 1999 M. Naudière Le délai prévu par la loi pour prendre les décrets d'application n'est qu'à titre indicatif.
Le décret pris après ce délai sera quand même valable (mais obligation d'un délai raisonnable)
CE 1999 M. Arteaga-Romero Un avis est non décisoire et donc insusceptible de recours.
CE 1999 Président de l'Assemblée nationale Avancée du contrôle des actes législatifs par le juge
administratif.
CE 1999 Société des aubettes Si le préfet au cours d'une procédure contentieuse faisant suite à un déféré
préfectoral provoqué se retire, il n'y a pas de prorogation du REP.
CE 1999 Meyet Evolution de CE, 1990, Confédération des associations familiales catholiques et autres: la

Page 66 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
théorie des changements de circonstance de droit (et non de fait) s'applique au contrôle de conventionnalité
de la loi CE.
CE 1999 Chevrol-Benkeddach Appréciation de la réciprocité entraîne un sursis à statuer et une question
préjudicielle au ministre des affaires étrangères dont l'avis tient le juge.
CE Sect. 1999 Rolin S'il n'y a pas d'intérêt général, il n'y a pas de service public. Les caractéristiques des
jeux de hasard ne revêtent pas le caractère d'une mission de service public.
CE Sect. 1999 Association Ornithologique et Mammalogique de Saône-et-Loire. Suprématie des
engagements internationaux sur la loi.
TC 1999 Union des groupements d'achats publics (UGAP) c/ Société SNC Auto Activ
CC 2000 2000-434 Loi relative à la chasse
CE 2000 S.A.R.L. Plage "Chez Joseph" Critère de l'intérêt général dans la définition d'un service public.
CE 2000 M. Colombeau Une lettre n'ayant qu'une valeur informative n'est pas décisoire.
CE 2000 Torrent
CE 2000 Consorts Telle Le juge admet la réparation de la perte d'une chance sérieuse.
CE 2000 Commune de Saint-Florent La responsabilité de l'État ne peut être engagée que si le préfet, dans
le cadre du contrôle des actes des collectivités territoriales ou des établissements publics, a laissé passer
une illégalité manifeste et a commis une faute lourde.
CE 2000 Bamba Dieng Certains traités doivent être ratifiés par une loi. Le décret qui les publie ne peut
intervenir avant cette ratification.
CE 2000 M. Paulin Les PGDI ne s'imposent pas aux lois postérieures contraires.
CJCE 2000 Tanja Kreil Le droit communautaire (y compris directives) l'emporte sur le bloc de
constitutionnalité.
CE 2001 Ternon Le retrait des actes non règlementaires, créateurs de droit contenus dans des décisions
explicites si ils sont illégaux, peut être fait dans les 4 mois après la prise de décision.
CE 2001 Confédération nationale des radios libres Conditions cumulatives nécessaires à un référé
suspension: doute sérieux quand à la légalité de l'acte, urgence.
CE 2001 Frérot Les mesures d'ordre intérieures ne sont pas susceptibles de REP
CE 2001 Syndicat national de l'industrie pharmaceutique Le bloc de constitutionnalité l'emporte sur le droit
communautaire. Les PGDE s'imposent à toutes les lois y compris les lois postérieurs et contraires.
CE 2002 S.A.R.L. Delplanque SP et PPP sont des critères cumulatifs.
CE 2002 Union Nationale de l'Apiculture française L'acte non règlementaire, créateur de
Droit lorsqu'il est devenu illégal du fait d'un changement de circonstances doit obligatoirement est abrogé
sans délai.
CE 2002 Duvignères Énumère la liste des circulaires interprétatives pouvant faire l'objet d'un REP et qui
sont de fait décisoires: les dispositions impératives à caractère général, le refus d'abroger ces dispositions
impératives, les circulaires interprétatives comportant une règle nouvelle entachée d'incompétence, un
circulaire comportant une interprétation contraire aux normes censées être expliquées, les circulaires qui
réitères une règle contraire à une norme supérieure.
CE 2002 Villemain Une circulaire interprétative peut faire l'objet d'un REP si elle contient une interprétation

Page 67 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.
Saisie : A. SENE
effectuée au moyen de dispositions impératives ou si cette interprétation méconnaît le sens et la portée des
normes censés être expliquées. Reconnaissance du préjudice subi par la cosignataire du PACS.
CE 2002 Monsieur Magiera PGD effectivité du recours. La faute lourde est exigée dans le pour la
reconnaissance de l'atteinte du PGD effectivité du recours.
CE 2002 Commune de Porta Le CE ne vérifie pas la constitutionnalité d'une loi portant ratification d'un
traité. Il ne contrôle pas l'opportunité du contenu du traité ni sa conformité par rapport à un autre traité, il ne
contrôle pas la compétence de l'autorité étrangère qui a signé le traité..
CE 2002 Rodrigues Pour l'indemnisation du préjudice, l'appréciation se fait à la date où le juge examine le
recours.
CE 2002 Mr. Hoffer Ordonnance, après habilitation et publication a valeur réglementaire; après ratification a
valeur législative.
CE Sect. 2002 Mme Soulier (cf.: CE, 2001, Ternon) Parmi les actes purement financiers ceux qui accordent
un nouveau droit sont créateurs de droits acquis et ceux qui liquident un droit précédemment acquis ne sont
pas créateurs de droit acquis.
CE 2003 Garde des Sceaux, Ministre de la justice c/ M. Remli Le placement à l'isolement d'un détenu
contre son gré constitue, eu égard à l'importance de ses effets sur les conditions de détention, une décision
susceptible de faire l'objet d'un REP.
CE 2003 Chaba La simple faute suffit pour engager la responsabilité des services pénitenciers.
CE 2003 Mme MoyaCaville Responsabilité sans faute de l'administration qui fait courir à ses agents
d'ouvrages publics des risques particulièrement dangereux. Le préjudice est remboursé intégralement et
non plus forfaitairement.
CE 2003 M. Aggoun Le CE peut être sasi par voie d'exception, à l'occasion d'un litige mettant en cause
l'application d'un traité, d'un moyen tiré de l'irrégulière ratification de celui-ci.
CE 2003 M. Uran Les accords financiers conclus entre deux Etats n'ont pas d'effet direct sur les particuliers.

Page 68 sur 68
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cette création à des fins commerciales.