Vous êtes sur la page 1sur 78

Support des cours de Comptabilité Nationale et de Système et Structure de l’économie

Dr YOUAN BI TRAZIE BERTRAND ATHANASE

Enseignant-chercheur

l’UFR-SED Université Alassane Ouattara de Bouaké

2012-2013

1
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Sommaire

Introduction ............................................................................................................................................. 4
COURS DE COMPTABILITE NATIONALE ................................................................................... 5
A. Les agents économiques ............................................................................................................. 5
1. Les sociétés et quasi-sociétés non financières (SQS) .............................................................. 5
2. Les sociétés financières ........................................................................................................... 6
3. Les ménages ............................................................................................................................ 6
4. Les Administrations publiques ................................................................................................ 6
5. Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) ...................................... 7
6. Le Reste du Monde.................................................................................................................. 7
B. Les opérations économiques ....................................................................................................... 7
1. Les opérations sur biens et services......................................................................................... 8
2. Les opérations de répartition ................................................................................................. 12
3. Les opérations financières ..................................................................................................... 13
C. Séquence simplifiée des comptes des secteurs institutionnels .................................................. 15
1-Présentation ............................................................................................................................ 15
2- Compte de production ........................................................................................................... 18
3- Compte de distribution primaire du revenu........................................................................... 18
3-1 Le compte d'exploitation ......................................................................................................... 18
3-2 Le compte d'affectation des revenus primaires ....................................................................... 19
4- Le compte de distribution secondaire du revenu ................................................................... 20
5- Le compte de redistribution du revenu en nature .................................................................. 21
6- Le compte d'utilisation du revenu ......................................................................................... 21
7-Le compte de capital .............................................................................................................. 24
8- Le compte financier............................................................................................................... 25
9- Le compte des autres changements d'actifs ........................................................................... 25
9-1 Compte des autres changements de volume d'actifs ............................................................... 25
9-2 Compte de réévaluation........................................................................................................... 26
10 Les comptes de patrimoine ................................................................................................... 26
COURS DE SYSTÈME ET STRUCTURE DE L’ECONOMIE ...................................................... 27
A. Les différents tableaux de la comptabilité nationale ................................................................ 27
1. Le Tableau Entrées-Sorties (TES) ......................................................................................... 27
1-1 L'analyse des relations entre branches .................................................................................... 28
1-2 Les marges de commerce et de transport .................................................................................... 29

2
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
1-3 Le modèle de Léontieff ............................................................................................................... 30
2. Le Tableau Economique d’Ensemble (TEE) ......................................................................... 35
2-1 Le produit intérieur brut (PIB) ........................................................................................................ 36
L'approche production ................................................................................................................... 36
L'approche demande ...................................................................................................................... 37
2-2 les autres agrégats .......................................................................................................................... 38
B. Le Circuit économique.............................................................................................................. 39
1. Circuit en économie fermée................................................................................................... 40
2. Circuit en économie ouverte .................................................................................................. 42
Annexe I : TD corrigés de comptabilité nationale............................................................................. 44
Annexe II : TD corrigés de système et structure ............................................................................... 54

3
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Introduction
Il est possible de décrire le fonctionnement d’une économie de différentes manières : (i) en
privilégiant l’étude du comportement de chaque agent particulier, producteur ou
consommateur, c’est l’optique de la microéconomie ; (ii) en considérant le fonctionnement du
système économique pris dans son ensemble (vision keynésienne), c’est l’optique de la
macroéconomie. Les comptables nationaux de l’INS (Institut National de la Statistique) ont
choisi l’optique macroéconomique en présentant dans un cadre rigoureux et cohérent toutes
les opérations économiques réalisées chaque année par les différents agents composant la
nation. Il s’agit d’un instrument essentiel de collecte et de recensement de données
quantifiables qui peut s’appliquer à des domaines et des unités économiques très différents.
La compréhension de ce système d’information, plus ou moins élaboré revient d’une part à
définir ce que l’on entend par agents économiques, et à préciser les opérations qu’ils
effectuent (cette étude sera complétée par l’utilisation de comptes emplois-ressources pour
chaque agent économique) (Cours sur la Comptabilité nationale); d’autre part à donner un
mode de représentation conventionnelle de la comptabilité nationale. Les différents tableaux
économiques que sont le TES (tableau Entrées – Sorties), le TEE (tableau économique
d’ensemble) ainsi qu’une approche en termes de flux et de circuit économique nous
permettront d’appréhender de manière synthétique toutes les relations et concepts clés de
l’économie globale (Cours sur Système et Structure économique).

4
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
COURS DE COMPTABILITE NATIONALE

La comptabilité nationale est une « représentation globale, détaillée et chiffrée de l’économie


nationale dans un cadre comptable » (Piriou, 2006, p. 3). Elle recense la plupart des
informations et des notions économiques susceptibles de permettre une analyse de l’économie
nationale. Depuis 1993, le Système de Comptabilité Nationale s’impose à tous les pays
membre de l’ONU. La comptabilité nationale synthétise les opérations réalisées par des
agents économiques dans des comptes (emplois - ressources).

A. Les agents économiques


La comptabilité nationale retient généralement le découpage institutionnel pour représenter
l’ensemble des agents économiques. On parle alors d’unités institutionnelles. Celles-ci sont
des centres de décisions économiques, répondant en principe au double critère suivant : (i)
elles jouissent de l'autonomie de décisions dans l'exercice de leur fonction principale ; (ii)
elles disposent d'une comptabilité complète, avec bilan. Les unités institutionnelles sont
regroupées en secteurs institutionnels. On appelle « secteur institutionnel, un ensemble
d'unités institutionnelles qui ont un comportement économique analogue ». Ce comportement
économique est repéré par la fonction principale, par la nature et l'origine des ressources de
l'unité institutionnelle. Les secteurs ont une réalité concrète, les unités qui les composent une
forme juridique. La comptabilité nationale distingue 6 secteurs institutionnels :

1. Les sociétés et quasi-sociétés non financières (SQS)


Ce secteur institutionnel regroupe les unités institutionnelles dont la fonction principale est de
produire des biens et services non financiers marchands (c’est-à-dire dont le prix est
économiquement significatif) et qui ont pour ressources le produit de leurs ventes. Ce secteur
comprend les sociétés ayant une comptabilité complète et jouissant de la personnalité morale.
Leurs formes juridiques sont variées : société anonyme, SARL, société en nom collectif... Il
comprend également les quasi-sociétés (qui ont une comptabilité complète mais ne jouissent
pas de la personnalité juridique). Leur importance économique est telle (il s’agit des
succursales, des bureaux de vente, sociétés dans le siège est à l’étranger) qu'elles sont décrites
avec les sociétés. En revanche, les entrepreneurs individuels qui n'ont pas de personnalité
juridique distincte de celle de l'entrepreneur, sont exclus de ce secteur institutionnel. Les
Sociétés non financières sont regroupées en trois secteurs selon la nature du contrôle exercé :
les sociétés non financières publiques (contrôlées par l’Etat ou par les collectivités locales,
elles sont juridiquement des administrations, mais elles vendent la majeure partie de leur
production au public) ; les sociétés non financières privées nationales (elles sont gérées pour
le compte d’associés, réunis par un contrat de sociétés) et les sociétés non financières sous
contrôle étranger. Une autre décomposition, plus traditionnelle, classe les sociétés en fonction
de leur activité principale. On distingue ainsi les notions de branche (activité d’une société) et
celle de secteur (activité principale d’une société). Les études en matière de branche
permettent d’appréhender les marchés de produit sous la forme d’un TES (tableau entrées –
sorties). Les études en matière de secteurs facilitent quant à elles l’analyse de variables telles
que l’investissement, le financement…

5
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
2. Les sociétés financières
Ce secteur regroupe les unités institutionnelles dont la fonction principale est de financer,
c'est-à-dire collecter, transformer et répartir les disponibilités financières. Leur rôle est de
mettre en rapport les gens à besoin de financement (qui cherchent des fonds) avec les gens à
capacité de financement (disposés à placer des fonds). Elles exercent une activité
d’intermédiation financière. Les ressources des institutions de crédit sont constituées par les
fonds qu'elles collectent : dépôt à vue ou à terme, obligations... Le secteur se décompose en
trois sous-secteurs. Les institutions financières regroupant les institutions qui ont le pouvoir
de créer de la monnaie. On y distingue la banque centrale (qui a le monopole d’émission de la
monnaie légale) ; les autres institutions de dépôts (banques du second rang qui créent de la
monnaie scripturale) et les autres intermédiaires financiers. Les auxiliaires financiers. Les
sociétés d’assurance (y compris les mutuelles, institutions dont les ressources sont des
cotisations sociales volontaires). Les sociétés d’assurance ont pour fonction principale de
transformer les risques individuels en risques collectifs, en garantissant le paiement d'une
indemnité en cas de réalisation d'un risque. Elles ont comme ressources les primes payées par
les assurés en vertu de contrats librement consentis. Toutefois, depuis les années 90, elles se
sont également engagées dans activités financières, voire bancaires.

3. Les ménages
Ce secteur regroupe les unités institutionnelles dont la fonction principale est de consommer
les biens et services achetés sur le marché. En incluant l'entrepreneur individuel aux ménages,
le système de comptabilité nationale a crée un secteur institutionnel aux comportements très
hétérogènes. Les ressources principales des ménages proviennent de la rémunération des
facteurs de production (travail, capital, terre) et de transferts versés par d'autres secteurs. Au
sein des ménages, on distingue les ménages ordinaires (ensemble de personnes vivant dans un
logement séparé ou indépendant) et les ménages collectifs (maisons de retraite, cités
universitaires, foyers de travailleurs, prisons). Afin de permettre une meilleure analyse des
comportements économiques, une décomposition par Professions et Catégories Socio-
professionnelles (PCS) des ménages est publiée par l’INS. Les PCS servent ainsi à classer les
ménages selon la profession de la personne de référence du ménage. La décomposition des
ménages en PCS repose sur le croisement de plusieurs critères : le critère d'activité (qui isole
les actifs des inactifs), le critère de statut (qui clive les travailleurs indépendants, employés ou
non, et les salariés), le critère de secteur d'activité (qui isole l’agriculture des autres activités),
le critère hiérarchique (il combine revenu, diplôme et notion d'encadrement).

4. Les Administrations publiques


Ce secteur regroupe toutes les unités dont la principale fonction consiste à produire des
services non marchands destinés à toutes les unités ou à effectuer des opérations de
redistribution du revenu ou du patrimoine national. En d'autres termes, elles fournissent des
services collectifs gratuits ou quasi-gratuits, et redistribuent le revenu national. Les ressources
principales sont les prélèvements obligatoires : impôts, cotisations sociales. Ce secteur se
décompose en trois sous-secteurs :

6
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
- l’administration publique centrale (APUC) regroupant essentiellement l'Etat et les
organismes à compétence générale ou spécialisées (Lycées, les Centres Nationaux de
Recherches Scientifiques,..) ;
- les administrations publiques locales (APUL) regroupant les collectivités locales, à
compétence générale étendue à une partie du territoire (régions, départements,
communes), et divers organismes d'administration locale, à compétence spécialisée
(régies, districts, chambre de commerce…) ; les administrations de Sécurité Sociale
rassemblant toutes les unités qui perçoivent les cotisations sociales obligatoires et
distribuent des prestations sociales, et les organismes auxquels ces unités procurent
leurs ressources principales (hôpitaux).

5. Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM)


Elles regroupent des organismes privés sans but lucratif produisant des services non
marchands destinés aux ménages. Il s’agit principalement des associations, des syndicats, des
partis politiques, des églises... Elles sont dotées de la personnalité juridique. Leurs ressources
proviennent de contributions volontaires des ménages et de revenus de la propriété pour plus
de 50% de leurs recettes. Si plus de 50% des recettes proviennent des ventes, les organismes
sans but lucratif peuvent être classés en sociétés. Si plus de 50% des recettes proviennent de
subventions publiques, ils sont classés en administrations publiques.

6. Le Reste du Monde
C'est un regroupement des relations entre les unités économiques étrangères et les unités
économiques nationales. Ce n'est donc pas un véritable secteur institutionnel. Le reste du
monde est ventilé selon la localisation géographique : exemple pays de l’UEMOA et pays
hors UEMOA.

Tableau 1 : Ressources et fonctions des secteurs institutionnels

B. Les opérations économiques


Tous les actes économiques sont ici agrégés en un petit nombre d'opérations présentant une
certaine homogénéité. Ces opérations peuvent être regroupées en trois catégories selon la

7
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
nature de l’activité économique considérée : on retrouve les opérations sur biens et services,
les opérations de répartition, les opérations financières.

1. Les opérations sur biens et services


Ces opérations indiquent d’une part l’origine des biens et services utilisés sur le territoire
national (c’est-à-dire les ressources disponibles pour l’économie), soit la production (P) et les
importations (IMP), et d’autre part leur emploi final. Ces emplois sont généralement au
nombre de 6 : les consommations intermédiaires (CI), la consommation finale (CF), la
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF), le variation de stocks (VS) et les exportations
(EXP). Nous étudierons successivement ces huit opérations sur biens et services.

a. La consommation
Elle se décompose en consommation intermédiaire et en dépense de consommation finale
(CF). La consommation intermédiaire (CI) représente la valeur des biens et services
marchands détruits dans les différents processus de production. Elle se distingue de la
consommation finale car c’est une consommation productive. Elle se distingue également de
la formation brute de capital fixe dans la mesure où elle porte sur des biens dont la durée de
vie est inférieure à la période annuelle. Il est possible de dissocier la consommation
intermédiaire externe (consommation par une branche de produits en provenance d'une autre
branche) de l'intraconsommation (consommation intermédiaire de produits en provenance de
la branche elle-même, exemple du pétrole consommé par une raffinerie).

La dépense de consommation finale (CF) représente la valeur des biens et services utilisés
pour la satisfaction directe des besoins individuels ou collectifs. Il est supposé que les produits
ne sont pas stockés mais consommés au moment de l’achat, même lorsqu’ils sont durables
(exemple de l’achat d’une voiture ou d’un téléviseur). L’achat de logement bénéficie d’un
traitement particulier, il est associé à un investissement (formation brute de capital fixe).

La dépense en consommation finale des ménages étant trop restrictive (elle écarte les
dépenses de consommation qui bénéficient aux ménages mais qui sont à la charge de la
collectivité, exemple de l’éducation ou de la santé), la comptabilité nationale distingue
désormais la dépense de consommation finale (DF) et la consommation finale effective (CE).
La consommation finale effective (CE) des ménages est égale à la somme de leur dépense en
consommation finale et des consommations individualisables (elles incluent des dépenses
d’éducation et de santé supportées par l’administration pour fournir gratuitement ces services
ou rembourser des dépenses aux ménages).

Pour que la consommation finale effective soit supérieure à la dépense de consommation


finale, il faut que le revenu soit supérieur au revenu disponible brut des ménages. Il suffit,
pour cela, de considérer que les administrations transfèrent des revenus supplémentaires
(prestations sociales) aux ménages.

b. La formation brute de capital fixe


C’est le nom donné à l’investissement. La FBCF est définie comme la valeur des acquisitions
(nettes de cession) d’actifs fixes par les producteurs résidents. L’acquisition n’est pas
nécessairement un achat, elle peut être le résultat d’une production pour emploi final propre

8
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
(entreprise produisant un logiciel pour elle-même). L’actif est fixe parce qu’il peut être utilisé
de façon continue et répétée pendant plus d’un an. Les actifs fixes peuvent être corporels ou
incorporels. Les actifs corporels comprennent les machines, les logements, les bâtiments, les
ouvrages du génie civil (ponts, routes…) ainsi que la valeur des grosses réparations de ces
actifs. Les actifs incorporels comprennent les acquisitions de logiciels, les dépenses de
prospection minière et pétrolière, les acquisitions récréatives, littéraires ou artistiques
originales (y compris audiovisuelles). La FBCF des ménages non entrepreneurs individuels ne
concerne que l’acquisition de logements neufs ou les grosses réparations effectuées sur les
logements existants. La comptabilité nationale exclut de la FBCF, l’intensité en recherche
développement, qui a pourtant des effets positifs pendant plusieurs années sur la production.

c. La variation des stocks


Les stocks comprennent tous les biens d'une durée de vie inférieure à un an détenus à un
moment donné par les unités productrices résidentes. Les stocks sont des produits conservés
en vue d'une utilisation ou d'une vente future. Dans les comptes de flux, la comptabilité
nationale n'enregistre que les variations de stocks au cours de l'année et non leur montant. Par
convention, ni les ménages, ni les branches non marchandes des administrations ne stockent.
La variation des stocks (notée VS) représente la différence entre les entrées en stocks et les
sorties de stocks, évaluées aux prix du marché au jour de la transaction. La variation de stocks
est évaluée au prix d'acquisition, hors TVA déductible comme la FBCF.

d. La production
Selon la Comptabilité Nationale, la production, c'est l'activité économique de créer des biens
et services s'échangeant habituellement sur le marché à partir de facteurs de production
s'échangeant sur le marché. Pour étudier la production, on préfère utiliser les unités de
production homogène plutôt que les secteurs institutionnels. De même que les unités
institutionnelles sont regroupées en secteurs institutionnels, les unités de production
homogène sont regroupées en branches. La production (P) se décompose en production
marchande (PM), en production pour emploi final propre (PEFP) et en autre production non
marchande (APNM).

- La production marchande (PM) : la production est marchande lorsqu’elle s’échange ou est


susceptible de s’échanger sur un marché, à un prix tel qu’on puisse considérer qu’il vise au
moins à couvrir les coûts de production. L’évaluation de la production de biens et services
marchands se fait donc au prix de marché (prix de base). Tous les biens sont considérés par
convention comme marchands. Cependant certains biens ne sont pas destinés à être vendus, ce
sont ceux que le producteur réserve à son propre usage, soit comme consommation
intermédiaire, soit comme consommation finale, soit la production pour compte propre de
biens de capital fixe. L’évaluation de la production marchande requiert quelques précisions
concernant le commerce et les services financiers.

Les services du commerce sont ceux qui font l'objet, ou peuvent faire l'objet, de transactions,
et qui sont produits par une unité dont les ressources proviennent pour la plus grande partie de
la vente de sa production. Ils sont mesurés principalement par les marges commerciales

9
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
(égales à la différence entre la valeur des produits aux prix d'acquisition - hors TVA- et la
valeur aux prix de départ usine).

Les services produits par les banques ou les institutions financières sont très divers. Certains
sont gratuits (utilisation des chèques) et ne correspondent pas à une production mesurée.
D’autres sont payés (cartes bancaires, virements…), les prix et les commissions permettent de
mesurer la production. Mais les banques ont également une activité d’intermédiation bancaire
lorsqu’elles collectent (dépôts à vue, comptes sur livrets…), transforment et répartissent des
liquidités (prêts, placements, prises de participation dans des sociétés…). La comptabilité
nationale considère qu’il y a là une production de services d’intermédiation qu’elle appelle :
services d’intermédiation financière indirectement mesurés (SIFIM).

- La production pour emploi final propre (PEFP) est une production destinée à la
consommation finale ou à la FBCF de l’agent producteur (85% sont imputables aux
ménages). Il s’agit d’une production de services de logements réalisée par les ménages qui
occupent le logement dont ils sont propriétaires (lorsque les ménages louent à un tiers, la
production de services de logement est mesurée par les loyers effectifs et fait partie de la
production marchande). Cette production des propriétaires occupants est mesurée par les
loyers imputés (loyers fictifs), évalués en référence à ceux pratiqués sur le marché pour des
logements équivalents. Les ménages ont également une production pour emploi final propre
lorsqu’ils emploient du personnel domestique salarié. Les ménages produisent alors des
services (évalués par la somme des salaires versés) qui sont directement utilisés sans passage
sur le marché. Enfin, la production pour emploi final propre recouvre la production agricole
autoconsommée.

- L’autre production non marchande (APNM) est définie comme la production qui «est
fournie à d’autres unités soit gratuitement, soit à un prix économiquement non significatif»
(c’est-à-dire qui couvre moins de la moitié des coûts de production). Certains services sont en
effet non marchands. Ils ne peuvent être vendus sur un marché parce qu’ils sont indivisibles
(défense, police, éclairage public…) ou sont vendus à un prix très faible par volonté politique
et parce qu’ils sont à l’origine d’effets externes positifs (éducation). Faute de prix de marché,
ces services non marchands sont évalués par la somme de leurs coûts de production :
rémunération des salariés (fonctionnaires), produits utilisés comme consommation
intermédiaire pour produire ces services, impôts liés à la production, consommation de capital
fixe. La comptabilité nationale considère que les ressources constituées par les services non
marchands (SNM) sont utilisées comme dépenses en consommation finale par les ménages
pour le montant de leurs paiements partiels (droits d’inscription à l’université, ticket
modérateur) et comme des dépenses en consommation finale des administrations (dépenses
individuelles ou collectives).

Si l’on veut mesurer par un chiffre unique la masse de biens et services obtenus à l'issu du
processus de production, il faut pondérer les quantités élémentaires produites par les prix mais
également éviter de comptabiliser plusieurs fois les mêmes produits. En effet, les biens finis
(plus élaborés) sont généralement fabriqués à partir de biens plus rudimentaires (matières
premières, produits semi-finis...). La valeur de ces biens (consommation intermédiaire) fait

10
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
partie du prix des biens finis qu'ils servent à élaborer. D'où un risque de double
comptabilisation, si on additionne sans précaution les prix des divers produits (si on
comptabilise la valeur de la production d’automobiles et la valeur de la production de pare-
brise, on effectue une double comptabilisation puisque le prix du pare-brise est inclus dans le
prix de l’automobile). Pour éviter ces doubles comptes, il faut soustraire de la valeur du
produit, à chaque stade du processus de production, la valeur de la consommation
intermédiaire, afin d’obtenir la valeur ajoutée. Soit

Production – consommation intermédiaire = Valeur ajoutée

La somme des valeurs ajoutées, à tous les stades du processus de production, donne le produit
intérieur brut (PIB). Le PIB est l'agrégat qui représente la masse des biens et services produits
par les unités résidentes et mises à disposition des utilisateurs finaux.

e. Les opérations avec le reste du monde


Les exportations (EXP) représentent la valeur des biens et services fournis par des unités
résidentes à des unités non résidentes. Compte tenu de la définition de la résidence, il n’est
plus nécessaire que les produits franchissent la frontière d’un territoire pour qu’ils soient
exportés. Par importations (IMP), on entend la mise à disposition de biens et services par le
reste du monde à l’économie nationale. Les agents nationaux peuvent alors consommer de
cette manière des produits étrangers. Les exportations sont évaluées Free on Board (FOB),
c'est-à-dire au prix du marché des biens à la frontière ivoirienne. Elles sont évaluées hors
TVA. Les importations sont évaluées CAF (coût, assurance, fret), c'est-à-dire leur valeur FOB
à la frontière du pays exportateur, plus les frais d'acheminement à la frontière ivoirienne. Les
exportations et importations de services marchands comprennent les services de transport,
d'assurance, de communication et autres services évalués aux prix du marché.

L’équilibre comptable des ressources et des emplois d’un produit s’écrit de la manière
suivante :

P + IMP = CI + DF + FBCF ± VS + EXP

Cette équation peut cependant encore être améliorée en procédant à certains ajustements :

- La valeur réellement créée par l’entreprise étant égale à la production moins les
consommations intermédiaires, on obtient alors la valeur ajoutée. La somme des
valeurs ajoutées donne le Produit Intérieur Brut (PIB)
- La Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) est généralement égal à un investissement
(I) effectué sur plusieurs périodes par les agents économiques. De là FBCF = I
- La dépense en consommation finale (CF) est associée à la fonction de consommation
issue des ménages. On la notera consommation (C)

Le nouvel équilibre général emplois-ressources peut s’écrire :

PIB + IMP = C + I ± VS + EXP

11
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Le produit intérieur brut (PIB) est ainsi la somme de la demande intérieure (C + I ± VS) et de
la demande extérieure (EXP – IMP)

2. Les opérations de répartition


Elles décrivent la formation et la circulation des revenus. Elles montrent comment les revenus
circulent entre les agents économiques avant de recevoir un emploi final. Si les opérations sur
les biens et services constituent le début et la fin du circuit, les opérations de répartition -
comme les opérations financières - en sont les maillons intermédiaires. On part de la valeur
ajoutée créée au sein des unités de production. C'est le revenu primaire, qui est réparti entre
les unités institutionnelles. Cette répartition primaire du revenu est décrite dans les comptes
d'exploitation. Les unités institutionnelles se redistribuent ce revenu primaire. Le revenu
disponible (celui dont dispose l'unité après la répartition secondaire du revenu) est décrit dans
le compte de revenu de chaque unité. On observera tout d'abord les opérations de répartition
du revenu, puis celles qui portent sur les éléments du patrimoine : ce sont les opérations de
répartition du capital.

a-La classification des opérations de répartition du revenu


- La rémunération des salariés comprend tous les versements en espèces et avantages fournis
en nature par les employeurs au titre de la rémunération du travail. Cette opération se
décompose en salaires et traitements bruts ; cotisations sociales effectives à la charge des
employeurs et cotisations sociales fictives (elles représentent la contrepartie des prestations
sociales fournies directement, en dehors de tout circuit de cotisations, par les employeurs à
leurs salariés, exemple du maintien du salaire intégral même en cas de maladie).

- Les impôts liés à la production et l'importation : ce sont des prélèvements obligatoires des
administrations publiques qui frappent la production et l'importation de biens et services. Ils
comprennent la TVA grevant les produits, les autres impôts liés à la production (cette
catégorie peu homogène comprend par exemple la taxe d'apprentissage, taxe sur les alcools,
les produits pétroliers...), les droits de douane,

- Les subventions d'exploitation : ce sont les transferts courants versés par les administrations
aux unités productrices dans le but d'abaisser le prix de leurs produits et/ou de permettre une
rémunération suffisante des facteurs de production.

- Les revenus de la propriété et de l'entreprise : ces opérations retracent la répartition d'une


partie de l'excédent brut d'exploitation. Elles sont enregistrées dans les comptes de revenu,
elles comprennent les intérêts et rémunération de certaines créances ; les revenus de la terre
(fermage, métayage) et les actifs incorporels ; les dividendes et autres revenus distribués des
sociétés ; les revenus prélevés par les entrepreneurs de quasi-société ; la participation des
salariés aux fruits de l'expansion de l'entreprise.

- Les opérations d'assurance-dommages comprennent les primes nettes d'assurance-dommages


et les indemnités d'assurance-dommages

- Les transferts courants sans contrepartie comprennent les impôts courants sur le revenu et le
patrimoine (impôt sur le bénéfice, sur le revenu des personnes physiques, impôts locaux,

12
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
vignette payée par les ménages...) ; les cotisations sociales effectives versées soit par les
assurés, soit par leurs employés ; les cotisations sociales fictives (contrepartie des prestations
sociales fournies directement par les employeurs à leurs salariés) ; les prestations sociales ; les
transferts courants entre administrations publiques (transfert de recettes fiscales) ; les
transferts courants aux ISBLSM ; la coopération internationale courante ; les transferts privés
internationaux (exemple du transfert des fonds des migrants) et les transferts courants divers.

b. Les transferts en capital


Les éléments du patrimoine circulent également. Les opérations de répartition du patrimoine
sont des transferts qui influent directement sur le niveau des investissements ou sur la fortune
du bénéficiaire. Ils affectent donc les comptes de capital des secteurs concernés. Les transferts
en capital regroupent les aides à l'investissement destinés à financer les opérations de FBCF,
notamment sous forme d'achats de logement (elles sont enregistrées en emplois du compte de
capital des administrations publiques et en ressources du compte de capital des unités aidées) ;
les impôts en capital versés irrégulièrement (il s'agit des droits de mutation à titre gratuit,
portant sur des successions et sur des donations); les autres transferts en capital regroupant les
dommages de guerre, les primes épargne logement.....

3. Les opérations financières


Au sens juridique, elles portent sur des droits financiers qui prennent le nom de créances
quand on les considère du point de vue de leur titulaire et de dettes si on se place du côté de
l'obligé. Les opérations financières sont des opérations qui traduisent les variations des
créances et des dettes des secteurs. Elles sont la contrepartie d'opérations sur biens et services,
d'opérations de répartition, ou d'opérations financières pures. Pour la comptabilité nationale,
la monnaie est une créance pour celui qui la détient, une dette pour l'institution de crédit qui
l'a émise. Les opérations financières montrent comment les secteurs qui ont dépensé plus que
leurs ressources se sont endettés, et comment ceux qui ont dépensé moins que leurs ressources
ont employé cet excédent. Les opérations financières montrent sous quelle forme a eu lieu
cette compensation entre les secteurs ayant un besoin de financement et ceux qui ont une
capacité de financement. Ce sont les tableaux d'opérations financières (TOF) qui, en décrivant
les mouvements de la monnaie et des autres créances, montrent comment se réalise l'équilibre
financier.

a. Les actifs financiers


La nomenclature des actifs financiers permet de distinguer les différents instruments
financiers de la finance directe (l’agent qui a un besoin de financement le satisfait en créant
un titre – action, obligation – et en le vendant directement à un agent qui dispose d’une
capacité de financement) et de la finance indirecte (les agents qui ont des capacités de
financement effectuent des dépôts après des banques, lesquelles consentent des crédits). Les
actifs financiers, au nombre de 7, sont classés par ordre de liquidité décroissante.

- Les moyens de paiement internationaux constituent les réserves de la Banque centrale. L’or
et les droits de tirage spéciaux (DTS) sur le FMI sont considérés comme des créances de la
banque centrale (donc une dette du reste du monde).

13
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
- Le numéraire et les dépôts comprennent tout d’abord la monnaie (monnaie fiduciaire sous
forme de pièces et billets ; monnaie scripturale sous forme de dépôts transférables par chèque,
virement…) ; les autres dépôts qui peuvent être à vue ou à échéance mais ne sont pas
directement transférables (comptes sur livret, épargne logement). Ajoutons que les réserves
obligatoires que les banques du second rang sont tenues de constituer auprès de la Banque
centrale font partie de la monnaie.

- Les titres hors actions regroupent des titres ne donnant aucun droit sur la propriété de l’unité
qui les a émis. Ils sont le plus souvent négociables. On distingue les obligations qui sont des
titres longs, donnant droit à un intérêt annuel (elles sont émises par les sociétés, les
institutions de crédit ou les administrations publiques et sont cotées en Bourse) et les titres de
créance négociables qui sont des titres courts négociables sur le marché monétaire et dont les
noms changent en fonction de la nature de l’émetteur (billets de trésorerie si l’émetteur est
une entreprise ; certificats de dépôts négociables si c’est une banque ; bons du Trésor
négociables si c’est l’Etat). Dans les titres hors actions sont enfin classés les produits
financiers dérivés (Marchés à terme, SWAPS…).

- Les crédits sont décomposés en crédits à court terme (d’une durée inférieure à deux ans, ils
sont destinés à financer les besoins de trésorerie) et les crédits à long terme (d’une durée
supérieure à deux ans, ils sont destinés à financer les investissements des entreprises, des
ménages et des administrations publiques). Sont exclus les crédits commerciaux (ceux
accordés par les fournisseurs à leurs clients).

- Les actions et autres participations. Les actions sont des titres représentatifs d'un droit de
propriété partiel sur une société. Elles ouvrent droit à la perception de dividendes. La
comptabilité nationale les associe à des créances par les détenteurs. A côté des actions cotées
en bourse et non cotées, prennent place les autres participations, c'est-à-dire les parts des
sociétés autres que les sociétés par action (SARL, mutuelles…). Les OPCVM (organismes de
placement collectif en valeurs mobilières) sont des sociétés financières dont la seule fonction
est de placer les fonds qu’elles collectent en émettant des titres appelés parts. Les plus connus
sont les SICAV (sociétés d’investissements en capital variable) et les FCP (fonds communs de
placement). Les OPCVM monétaires sont des titres parfaitement liquides.

- Les provisions techniques d’assurance : en contrepartie des primes qu'elles encaissent, les
entreprises d'assurance sont tenues de constituer des provisions destinées à effectuer des
versements futurs. Ces réserves sont considérées comme des dettes des entreprises d'assurance
et comme des créances de leurs clients. Elles sont relatives à l’assurance vie et à des
opérations d’assurance dommage.

- Les autres comptes à recevoir ou à payer regroupent les crédits commerciaux et les avances
qui retracent les délais de paiement consentis aux acheteurs par les fournisseurs et les avances
des acheteurs aux producteurs. Le poste comprend également les décalages comptables entre
la date de certaines opérations et celle du paiement correspondant.

14
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
b. Utilisation du TOF
Le tableau des opérations financières présente la relation entre les secteurs institutionnels
portés en colonne, et les opérations financières portées en lignes. On retrouve ainsi les six
secteurs, les flux nets de dettes et les flux nets de créances. Les soldes des créances et des
dettes traduisent les besoins et les capacités de financement des divers secteurs. Le TOF
montre comment les secteurs institutionnels ont utilisé leur capacité de financement ou fait
face à leur besoin de financement. Le TOF peut servir à une étude comparative des systèmes
financiers, dans le temps comme dans l'espace. Il peut également servir à éclairer la politique
du crédit (l'art de manipuler la gamme des instruments de placement et de financement), en
faisant varier leur forme et leur coût.

C. Séquence simplifiée des comptes des secteurs institutionnels

1-Présentation

Les comptes d'un agent économique présentent d'abord ses opérations, c'est-à-dire les flux
qu'il décide ou accepte et qui affectent soit le niveau, soit la composition, de sa richesse.

Pour un agent économique, il n'y a que deux moyens d'accroître sa richesse :

 produire des biens et services,


 recevoir des transferts d'autres agents économiques.

Au cours de la période étudiée, l'agent peut utiliser cette richesse de trois manières :

 la consommer, c'est-à-dire la détruire,


 la transférer à d'autres agents,
 l'accumuler, c'est-à-dire la conserver pour une utilisation au cours des périodes
ultérieures.

L'accumulation peut être négative car un agent peut utiliser la richesse qu'il avait accumulée
au cours des périodes précédentes.

La richesse est composée d'actifs, c'est-à-dire de réserves de valeur, et de passifs, c'est-à-dire


de dettes qui viennent en déduction de la richesse. Un agent peut modifier la composition de
sa richesse de deux manières différentes :

 échanger des actifs contre d'autres actifs. Par exemple, une entreprise qui vend un
produit échange un actif produit contre un actif financier qui est, soit de la monnaie
dans le cas d'une vente au comptant, soit une créance sur son client dans le cas d'une
vente à crédit ;
 soit s'endetter, c'est-à-dire accroître ses passifs, soit se désendetter, c'est-à-dire
diminuer ses passifs, avec pour contrepartie une augmentation ou une diminution de
ses actifs.

La comptabilité nationale n'enregistre pas les achats et les ventes d'actifs mais uniquement
leurs variations au cours de la période étudiée.

15
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Le compte d'un agent économique présente l'origine et l'utilisation de ses actifs. Sous sa forme
la plus simple, il se présente de la manière suivante :

La comptabilité nationale va d'abord décomposer la consommation en deux parties :

 la consommation intermédiaire qui correspond aux biens et services détruits lors de la


production d'autres biens et services,
 la consommation finale qui correspond aux biens et services détruits pour satisfaire les
besoins des ménages.

Les transferts sont ensuite décomposés en grandes catégories :

 Transferts courants
o Distribution primaire du revenu
o Distribution secondaire du revenu
 Transferts en capital

Les actifs vont être décomposés en grandes catégories :

 Les actifs non financiers


o Les actifs produits
o Les actifs non produits
 Les actifs financiers

Le compte d'un agent économique se présente donc ainsi :

16
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Pour les besoins de l'analyse économique, le compte de l'agent est décomposé en sous-
comptes faisant apparaître des soldes, ces soldes ne modifient pas l'équilibre général car ils
apparaissent dans la colonne gauche de chaque sous-compte et dans la colonne droite du sous-
compte suivant :

17
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
2- Compte de production

Le compte de production est le premier sous-compte, son solde est la valeur ajoutée et il se
présente ainsi :

Compte de production
Emplois Ressources
Consommation intermédiaire Production
(consommation de capital fixe)
Valeur ajoutée

Si la consommation de capital fixe apparaît en emplois, la valeur ajoutée est nette, sinon elle
est brute.

3- Compte de distribution primaire du revenu

Le compte de distribution primaire du revenu reprend en ressources la valeur ajoutée et les


revenus primaires reçus, en emplois il fait apparaître les revenus primaires versés et son solde,
le solde des revenus primaires. Les revenus primaires sont les revenus du travail et du capital,
ainsi que les impôts et subventions sur la production :

 Rémunération des salariés


 Autres impôts sur la production
 Autres subventions sur la production
 Revenus de la propriété :
o Intérêts
o Revenus distribués des sociétés
o Bénéfices réinvestis d'investissements directs étrangers
o Revenus de la propriété attribués aux assurés
o Loyers

Le compte de distribution primaire du revenu est lui-même décomposé en deux sous-comptes:


le compte d'exploitation et le compte d'affectation des revenus primaires.

3-1 Le compte d'exploitation

Le compte d'exploitation reprend en ressources la valeur ajoutée et en emplois les éléments


qui peuvent être considérés comme des coûts de production. Son solde est l'excédent brut
d'exploitation pour les sociétés et le revenu mixte pour les entreprises individuelles. Le terme
"revenu mixte" s'explique par le fait que dans le cas d'une entreprise individuelle, par exemple
un artisan, le solde du compte d'exploitation rémunère aussi bien le travail de l'exploitant que
son capital. Le compte d'exploitation se présente comme suit :

Compte d'exploitation
Emplois Ressources
Rémunération des salariés Valeur ajoutée
Autres impôts sur la production
Moins autres subventions sur la production
Excédent d'exploitation / revenu mixte

18
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Lorsque la valeur ajoutée est brute, l'excédent d'exploitation devient l'excédent brut
d'exploitation, lorsque la valeur ajoutée est nette, l'excédent d'exploitation devient l'excédent
net d'exploitation,

Le compte d'exploitation montre comment la valeur ajoutée est répartie entre les salariés,
l'État et les entreprises.

3-2 Le compte d'affectation des revenus primaires

Le sous-compte suivant est le compte d'affectation des revenus primaires, il reprend en


ressources l'excédent d'exploitation et le revenu mixte ainsi que les revenus primaires reçus
qui apparaissaient dans le compte précédent en emplois en tant que coûts d'exploitation. Il
ajoute à ces éléments les revenus de la propriété reçus. En emplois, il fait apparaître les
revenus de la propriété versés.

Compte d'affectation des revenus primaires


Emplois Ressources
Revenus de la propriété Excédent d'exploitation / revenu mixte
Rémunération des salariés
Impôts sur la production et les importations
moins subventions
Solde des revenus primaires Revenus de la propriété

Comme l'excédent d'exploitation, le solde des revenus primaires peut être brut ou net.

Le compte d'affectation des revenus primaires est différent selon les agents. Pour les sociétés,
il se présente sous la forme suivante :

Compte d'affectation des revenus primaires des sociétés


Emplois Ressources
Revenus de la propriété Excédent d'exploitation
Revenus de la propriété

Solde des revenus primaires

Pour les administrations publiques, le compte d'affectation des revenus primaires se présente
ainsi :

Compte d'affectation des revenus primaires des administrations publiques


Emplois Ressources
Revenus de la propriété Excédent d'exploitation
Impôts sur la production et les importations
moins subventions
Solde des revenus primaires Revenus de la propriété

Le compte d'affectation des revenus primaires des administrations publiques reprend


également en ressources les impôts et subventions sur les produits qui proviennent non des
emplois du compte d'exploitation mais du compte de biens et services.

19
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Pour les ménages, il devient :

Compte d'affectation des revenus primaires des ménages


Emplois Ressources
Revenus de la propriété Excédent d'exploitation / revenu mixte
Rémunération des salariés
Revenus de la propriété
Solde des revenus primaires

4- Le compte de distribution secondaire du revenu

Le sous-compte suivant est le compte de distribution secondaire du revenu, il montre


comment les opérations de redistribution, c'est-à-dire les impôts courants sur le revenu et le
patrimoine, les cotisations et les prestations sociales ainsi que les autres transferts courants,
affectent le revenu des agents.

Compte de distribution secondaire du revenu


Emplois Ressources
Impôts courants sur le revenu, le patrimoine Solde des revenus primaires
Cotisations sociales Impôts courants sur le revenu, le patrimoine
Prestations sociales Cotisations sociales
Autres transferts courants Prestations sociales
Revenu disponible Autres transferts courants

Le revenu disponible peut être brut ou net. Le compte se présente différemment selon les
agents, ainsi pour les sociétés il devient :

Compte de distribution secondaire du revenu des sociétés


Emplois Ressources
Impôts courants sur le revenu, le patrimoine Solde des revenus primaires
Prestations sociales Cotisations sociales
Autres transferts courants Autres transferts courants
Revenu disponible

Les cotisations et prestations sociales de ce compte se rapportent aux entreprises qui assurent
elles-mêmes des prestations sociales, par exemple la prise en charge des retraites de leurs
salariés.

Pour les administrations publiques, le sous-compte de distribution secondaire du revenu se


présente ainsi :

Compte de distribution secondaire du revenu des administrations publiques


Emplois Ressources
Impôts courants sur le revenu, le patrimoine Solde des revenus primaires
Prestations sociales Impôts courants sur le revenu, le patrimoine
Autres transferts courants Cotisations sociales
Revenu disponible Autres transferts courants

20
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Pour les ménages, il se présente ainsi :

Compte de distribution secondaire du revenu des ménages


Emplois Ressources
Impôts courants sur le revenu, le patrimoine Solde des revenus primaires
Cotisations sociales Cotisations sociales
Prestations sociales Prestations sociales
Autres transferts courants Autres transferts courants
Revenu disponible

Les cotisations sociales qui apparaissent en ressources et les prestations sociales qui
apparaissent en emplois dans ce compte se rapportent aux entreprises individuelles qui
assurent elles-mêmes des prestations sociales.

5- Le compte de redistribution du revenu en nature

Pour les administrations publiques et les ménages, le compte de redistribution du revenu en


nature permet de calculer le revenu disponible ajusté qui tient compte des transferts sociaux
en nature. Pour les administrations publiques, il se présente ainsi :

Compte de redistribution du revenu en nature des administrations publiques


Emplois Ressources
Transferts sociaux en nature Revenu disponible

Revenu disponible ajusté

Pour les ménages, le compte de redistribution du revenu en nature se présente ainsi :

Compte de redistribution du revenu en nature des ménages


Emplois Ressources
Revenu disponible
Transferts sociaux en nature

Revenu disponible ajusté

6- Le compte d'utilisation du revenu

Le compte d'utilisation du revenu montre comment le revenu disponible est utilisé pour
consommer et épargner. L'épargne peut être brute ou nette. Pour les sociétés, ce compte se
présente simplement sous la forme suivante :

Compte d'utilisation du revenu disponible des sociétés


Emplois Ressources
Ajustement fonds de pension Revenu disponible

Épargne

21
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
L'ajustement pour variation des droits des ménages sur les fonds de pension est rendu
nécessaire parce que les fonds de pension sont traités dans les comptes non financiers comme
des régimes de sécurité sociale recevant et versant des transferts, c'est-à-dire des opérations ne
générant ni dettes ni créances, alors qu'ils sont traités dans les comptes financiers comme des
institutions financières s'endettant auprès de leurs clients.

Pour les administrations publiques et les ménages, le compte d'utilisation du revenu possède
deux versions selon que l'on considère la dépense de consommation finale ou la
consommation finale effective. Le compte d'utilisation du revenu disponible calcule l'épargne
à partir du revenu disponible et de la dépense de consommation finale. Il se présente de la
même manière pour les administrations publiques et les ménages :

Compte d'utilisation du revenu disponible


Emplois Ressources
Dépense de consommation finale Revenu disponible
Ajustement fonds de pension

Épargne

Le compte d'utilisation du revenu disponible ajusté calcule l'épargne à partir du revenu


disponible ajusté et de la consommation finale effective. Il se présente de la même manière
pour les administrations publiques et les ménages :

Compte d'utilisation du revenu disponible ajusté


Emplois Ressources
Consommation finale effective Revenu disponible ajusté
Ajustement fonds de pension

Épargne

L'existence de deux séries de comptes s'explique par le traitement des dépenses


individualisables des administrations publiques qui sont des dépenses payées par
l'administration mais qui profitent, en fait, à des ménages qu'il est possible d'identifier. Deux
options sont possibles :

 ces dépenses sont considérées comme faisant partie de la dépense de consommation


finale des administrations publiques et elles n'apparaissent pas dans le compte des
ménages ;
 ces dépenses sont considérées comme des transferts des administrations aux ménages
appelés "transferts sociaux en nature". Elles sont alors déduites du revenu disponible
des administrations et de leur consommation finale pour être ajoutées au revenu
disponible et à la consommation finale des ménages.

La première option correspond au compte de distribution secondaire du revenu associé au


compte d'utilisation du revenu disponible, la seconde au compte de redistribution du revenu
en nature associé au compte d'utilisation du revenu disponible ajusté. Ainsi, pour les
administrations publiques, on a :

22
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Dépense de consommation finale des administrations publiques = Consommation finale
effective + Transferts sociaux en nature

Et pour les ménages :

Dépense de consommation finale des ménages = Consommation finale effective − Transferts


sociaux en nature

Le compte d'utilisation du revenu disponible montre comment le revenu disponible se partage


entre l'épargne et la dépense de consommation finale :

Pour passer du revenu disponible au revenu disponible ajusté et de la dépense de


consommation finale à la consommation finale effective, il suffit d'introduire les transferts
sociaux en nature. Pour cela, dans le compte des ménages on remplace la dépense de
consommation finale par la différence entre la consommation finale effective et les transferts
sociaux en nature ; dans le compte des administrations publiques, on remplace la dépense de
consommation finale par la somme de la consommation finale effective et des transferts
sociaux en nature :

23
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Et finalement :

7-Le compte de capital

Le compte de capital montre l'épargne et l'investissement des agents. Il est tenu non en
"ressources" et en "emplois" mais en "variations des passifs et de la valeur nette" et en
"variations des actifs". En effet, la formation brute de capital, par exemple, est égale à la
différence entre les acquisitions et les cessions d'actifs fixes, un traitement en "ressources" et
"emplois" aurait amené à classer les acquisitions en "emplois" et les cessions en "ressources".
Le compte de capital se présente de la même manière pour tous les agents :

Compte de capital
Variations des actifs Variations des passifs
Formation brute de capital fixe (moins Épargne
consommation de capital fixe) Transferts en capital à recevoir moins
Variation des stocks transferts en capital à payer
Acquisitions moins cessions d'objets de
valeur
Acquisitions moins cessions d'actifs non
produits
Capacité de financement

24
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
La consommation de capital fixe doit être déduite uniquement lorsque l'épargne est nette,
lorsque l'épargne est brute il n'y a pas lieu de la déduire. Les actifs non financiers non produits
correspondent, par exemple, aux terrains et à des actifs incorporels comme les brevets et
licences.

8- Le compte financier

Le compte financier montre l'acquisition nette d'actifs financiers des agents et l'accroissement
net de leurs passifs. Son solde est le même que celui du compte de capital, c'est-à-dire la
capacité de financement. Sous sa forme simplifiée, il se présente de la manière suivante :

Compte financier
Variations des actifs Variations des passifs
Acquisition nette d'actifs financiers : Accroissement net des passifs :
Or monétaire et DTS Numéraire et dépôts
Numéraire et dépôts Titres autres qu'actions
Titres autres qu'actions Crédits
Crédits Actions et autres participations
Actions et autres participations Provisions techniques d'assurance
Provisions techniques d'assurance Autres comptes à payer
Autres comptes à recevoir Capacité de financement

9- Le compte des autres changements d'actifs

La valeur du patrimoine d'un agent économique ne varie pas uniquement du fait de ses
opérations, c'est-à-dire des actions qu'il a décidées ou acceptées, il peut aussi varier du fait
d'événements qu'il ne contrôle pas. En comptabilité nationale, ces événements sont regroupés
en deux grandes catégories :

 les autres changements de volume


 les gains et pertes de détention

À chacune de ces catégories correspond un compte.

9-1 Compte des autres changements de volume d'actifs


Compte des autres changements de volume d'actifs
Variation des actifs Variation des passifs
Apparition économique d'actifs non produits Destructions d'actifs dues à des catastrophes
Apparition économique d'actifs produits Saisies sans compensation
Croissance naturelle des ressources Autres changements de volume d'actifs et de
biologiques non cultivées passifs financiers n.c.a.
Disparition économique d'actifs non produits Changements de classement ou de structure
Destruction d'actifs due à des catastrophes Variations de la valeur nette dues aux autres
Saisies sans compensation changements de volume d'actifs
Autres changements de volume d'actifs non
financiers n.c.a.
Autres changements de volume d'actifs et de
passifs financiers n.c.a.

25
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Changements de classement ou de structure

9-2 Compte de réévaluation


Compte de réévaluation
Variation des actifs Variation des passifs
Gains/pertes nominaux de détention Gains/pertes nominaux de détention
Actifs non financiers Passifs
Actifs financiers Variations de la valeur nette dues aux
gains/pertes nominaux de détention

10 Les comptes de patrimoine

Les comptes de patrimoine présentent la valeur des actifs et des passifs d'un agent
économique, leur solde est la valeur nette. Deux comptes de patrimoine sont présentés, le
compte de patrimoine d'ouverture qui présente la situation du patrimoine de l'agent au début
de la période considérée et le compte de patrimoine de clôture qui présente la situation à la fin
de la période. Ces deux comptes se présentent sous la même forme, leur solde est la valeur
nette.

Compte de patrimoine
Actifs Passifs et valeur nette
Actifs non financiers Passifs
Actifs non produits
Actifs non produits
Actifs financiers Valeur nette

26
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
COURS DE SYSTÈME ET STRUCTURE DE L’ECONOMIE

La comptabilité nationale s’appuie sur deux types de représentation : les tableaux (TES, TEE)
synthétisant l’information économique (opérations sur biens et services, opérations de
répartition, opérations financières) relative aux différents secteurs institutionnelles ; le circuit
économique insistant sur les différentes interdépendances entre les agents économiques.

A. Les différents tableaux de la comptabilité nationale


La comptabilité nationale synthétise l’information économique dans deux tableaux. Le tableau
entrées-sorties donne une description de l’interdépendance entre les branches (approche par
les produits). Le tableau économique d’ensemble est une juxtaposition des comptes de tous
les secteurs institutionnels (approche par les revenus).

1. Le Tableau Entrées-Sorties (TES)

Le tableau entrées-sorties est une présentation du système de production mettant en évidence


les relations entre les produits et les branches de l'économie. Il repose sur une décomposition
par produits du compte de biens et services :

Compte de biens et services


Ressources Emplois
Production Consommation intermédiaire
Importations Consommation finale
Impôts sur les produits Formation brute de capital fixe
Moins subventions sur les produits Variation des stocks
Acquisitions moins cession d'objets de valeur
Exportations

Il se présente sous la forme de trois grands blocs :

 une matrice des ressources ventilant par produits les ressources du compte de biens et
services ;
 une matrice des consommations intermédiaires ventilée par produits et branches, elle
est associée à une matrice ventilant par branches la valeur ajoutée et la production ;
 une matrice des emplois finals ventilant par produits les emplois finals du compte de
biens et services.

27
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Une branche est un regroupement d'unités élémentaires de production. Dans le système des
comptes, deux conceptions des branches sont définies :

 la branche d'activité qui regroupe les unités d'activité économique au niveau local
exerçant la même activité économique principale ; une branche d'activité peut avoir
des activités secondaires différentes ;
 la branche homogène qui constitue un regroupement d'unités de production homogène,
c'est-à-dire des unités produisant un seul produit ; les unités de production homogène
ne sont généralement pas observées directement mais reconstituées à partir de données
statistiques.

1-1 L'analyse des relations entre branches

Pour simplifier l'exposé, nous supposerons que les comptables nationaux ont défini trois
branches homogènes : l'agriculture, l'industrie et les services. Au niveau national, il est
intéressant de montrer les relations entre ces trois branches. Chacune des branches utilise pour
sa consommation intermédiaire des produits provenant des autres branches. Par exemple,
l'agriculture utilise des engrais provenant de l'industrie et des services comme des services de
location ou des services vétérinaires. L'agriculture utilise elle-même ses propres produits
comme consommation intermédiaire, par exemple les semences. Ces relations peuvent être
montrées dans un tableau de synthèse faisant apparaître pour chaque branche la nature des
consommations intermédiaires. Ce tableau est la matrice des consommations intermédiaires
dont un exemple numérique simple est présenté ci-dessous :

Dans ce tableau les colonnes correspondent aux branches et les lignes aux produits. Ainsi, si
nous considérons la colonne "Agriculture", 100 représente la consommation intermédiaire de
la branche agriculture en produits de l'agriculture, 200 la consommation intermédiaire de la
branche agriculture en produits de l'industrie, 100 la consommation intermédiaire de la
branche agriculture en produits des services, 400 est le total de la consommation intermédiaire
de la branche agriculture. Si nous considérons la ligne "Industrie", 200 est la consommation
intermédiaire en produits de l'industrie par la branche agriculture, 500 la consommation
intermédiaire en produits de l'industrie par la branche industrie, 300 la consommation
intermédiaire en produits de l'industrie par la branche des services, 1000 le total de la
consommation intermédiaire en produits de l'industrie de l'ensemble de l'économie.

Ce tableau peut être complété par deux autres pour faire apparaître l'ensemble du compte de
biens et services. Ainsi, à gauche nous pouvons ajouter un tableau montrant les ressources du
compte de biens et services, c'est-à-dire la production, les importations, les impôts moins les
subventions sur les produits. Pour simplifier la présentation de notre exemple numérique,
nous supposerons qu'il n'y a ni impôts ni subventions sur les produits.

28
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
A droite, nous pouvons ajouter un tableau montrant les différents emplois finals, c'est-à-dire
la consommation finale, la formation brute de capital fixe, les variations de stocks, les
acquisitions de biens de valeur et les exportations. Pour simplifier la présentation nous
négligerons les variations de stocks et les acquisitions de biens de valeur.

Nous obtenons ainsi un tableau appelé tableau entrées-sorties (TES) par les comptables
nationaux. Ce tableau est directement tiré des travaux de l'économiste W. Léontieff qui avait
publié en 1939 un tableau similaire présentant le système de production des Etats-Unis. Sous
une forme très simplifiée, le tableau entrées-sorties se présente sous la forme suivante :

Chaque ligne de ce tableau montre les ressources et les emplois de chaque groupe de produits.

La production se retrouve à la fois dans la première colonne et dans la dernière ligne, dans la
colonne il s'agit de la production par produits et dans la ligne il s'agit de la production par
branches. Dans notre exemple numérique nous retrouvons les mêmes valeurs parce que nous
avons supposé que les branches sont homogènes, c'est-à-dire que chaque branche ne produit
qu'un seul produit.

1-2 Les marges de commerce et de transport

Par définition, un commerçant achète des biens pour les revendre sans les transformer, il
diffère en cela des autres producteurs qui détruisent des biens ou des services (la
consommation intermédiaire) pour en produire d'autres. Le commerçant ne détruit pas les
biens qu'il achète, il se contente de les revendre dans le même état qu'il les a achetés. Ainsi,
les achats de biens par les commerçants ne peuvent pas être considérés comme correspondant
à une consommation intermédiaire et, par voie de conséquence, la production de services de
commerce ne peut être assimilée au chiffre d'affaires.

La comptabilité nationale définit la production des services du commerce par la marge


réalisée sur les ventes, c'est-à-dire la valeur des ventes moins leur coût d'acquisition.

Un équilibre ressources-emplois se présente alors sous la forme suivante :

Equilibre ressources-emplois
Ressources Emplois
Production Consommation intermédiaire
Importations Consommation finale
Impôts sur les produits Formation brute de capital fixe
Moins subventions sur les produits Variation des stocks
29
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Marges de commerce Acquisitions moins cessions d'objets de
valeur
Exportations

L'équilibre ressources-emplois correspondant aux services de commerce est assez particulier


puisqu'il y a une production mais pas d'emplois. La valeur des services de commerce est, en
effet, incluse dans la valeur d'acquisition des autres produits. Aussi, pour assurer l'équilibre, la
production est compensée par une marge négative. Le tableau entrées-sorties se présentera
alors de la manière suivante :

Il est également nécessaire de tenir compte des marges de transport. Les coûts de transport
entre le producteur et l'acquéreur sont un élément du coût d'acquisition.

Les marges de transport doivent, comme les marges de commerce, être ajoutées à la
production dans l'équilibre ressources-emplois d'un produit. Elles doivent également être
traitées de la même manière que les marges de commerce, c'est-à-dire apparaître négativement
dans l'équilibre ressources-emplois des services de transport. Le tableau entrées-sorties se
présentera alors de la manière suivante :

1-3 Le modèle de Léontieff

Le tableau entrées-sorties provient essentiellement des tableaux de l'économiste W. Léontieff.


Celui-ci avait analysé l'économie américaine en la décomposant en branches d'activités
comme le fait le tableau entrées-sorties. Pour simplifier la présentation, nous utiliserons un
petit TES simplifié d'une économie fermée, sans importations ni exportations.

30
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
La notion de "coefficients techniques de production" joue un rôle fondamental dans le modèle
de Léontieff. Ces coefficients sont obtenus en divisant chaque poste du compte de production
détaillé par la valeur de la production. Ils représentent la part de chaque poste de coûts dans le
total de la production. Par exemple, pour la branche "Agriculture" les coefficients techniques
sont obtenus en divisant les différents postes de la première colonne par 1000.

Le tableau des coefficients techniques est donc le suivant :

Le modèle de Léontieff repose sur une hypothèse de constance des coefficients techniques,
c'est-à-dire par exemple, que pour produire 1F.CFA de produits de l'agriculture, il faut
toujours consommer 0,1F.CFA de produits de l'agriculture, 0,2F.CFA de produits de
l'industrie et 0,1F.CFA de services. Ceci s'entend, bien entendu, à prix constants car, l'idée de
départ est que pour produire une unité d'un bien donné il faut toujours les mêmes quantités de
biens intermédiaires. Par exemple, pour produire un pain il faut toujours la même quantité de
farine, de sel, de levure, etc.

Ce qui est vrai pour un bien donné reste approximativement vrai pour l'ensemble des biens et
services produits par une branche donnée, du moins tant que la structure des productions à
l'intérieur de la branche ne varie pas trop. Dans le cas contraire, la stabilité des coefficients
techniques n'est plus assurée.

L'hypothèse de constance des coefficients techniques suppose également une stabilité des
techniques de production dans le temps, ce qui n'est jamais totalement vérifié, mais peut
raisonnablement être accepté dans des études de court et moyen termes.

Exprimée d'une autre manière, l'hypothèse de stabilité des coefficients techniques signifie tout
simplement que si la production double ou triple, alors les consommations intermédiaires et la
valeur ajoutée doubleront ou tripleront également.

Les modèles de Léontieff peuvent être utilisés dans deux types d'applications :

 l'étude de l'impact d'une variation de la demande finale d'un produit sur l'ensemble du
système de production ;
31
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
 l'étude des effets d'une hausse du prix des produits importés ou de celui d'un élément
de la valeur ajoutée sur l'ensemble des prix.

Pour étudier l'impact d'une augmentation de la demande finale sur le système de production,
supposons, par exemple, que la demande de produits industriels augmente de 400. Pour la
satisfaire l'industrie devra augmenter sa production de 400, c'est-à-dire de 10%. Sous
l'hypothèse de constance des coefficients techniques cela implique que l'industrie devra
également augmenter ses consommations intermédiaires et sa valeur ajoutée de 10%. Le
compte de production de l'industrie devient donc :

Branche Industrie
CI agriculture 330
CI industrie 550
CI services 220
CI produits importés : 110
Valeur ajoutée 3300
Production 4400

Ainsi, un accroissement de la production se traduit par une augmentation des consommations


intermédiaires des différents produits, c'est-à-dire par une demande supplémentaire qui doit
être, elle aussi, satisfaite par un accroissement de la production des branches. Par exemple, la
consommation intermédiaire de produits de l'agriculture passe de 300 à 330 ce qui implique
que l'agriculture augmente de 30 sa production. Celle-ci étant à l'origine de 1000, il doit y
avoir une augmentation de la production de l'agriculture de 3% . Cette augmentation nécessite
une augmentation de 3% des consommations intermédiaires de cette branche dont le compte
de production devient :

Branche agriculture
CI agriculture 103
CI industrie 206
CI services 103
CI produits importés : 110
Valeur ajoutée 618
Production 1030

Nous voyons que commence un processus où chaque augmentation de la production induit


une augmentation des consommations intermédiaires, donc de la demande de produits et par
suite un nouvel accroissement de la production. Ainsi, un accroissement de la demande finale,
initialement localisé à une seule branche, va se propager à l'ensemble des branches. Ce
processus est convergent, c'est-à-dire que les augmentations deviennent de plus en plus petites
et que le système finit par se stabiliser à un certain niveau.

Ce problème peut se résoudre mathématiquement. Supposons que, finalement, la production


de l'agriculture soit multipliée par un coefficient p1, celle de l'industrie par p2 et celle des
services par p3. Puisque nous avons supposé les coefficients techniques constants, l'ensemble
du compte de production de chacune des branches sera multipliée respectivement par p1, p2 et
p3. La demande finale de produits de l'industrie ayant augmenté de 400, elle passe à 4400. Le
TES devient alors :

32
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Le total des trois lignes est égal à la production. Nous obtenons ainsi les trois équations
suivantes :

100.p1 + 300.p2 + 0.p3 + 600 = 1000.p1

200.p1 + 500.p2 + 10.p3 + 3650 = 4000.p2

100.p1 + 200.p2 + 100.p3 + 1600 = 200.p3

Ce qui donne un système linéaire de trois équations à trois inconnues que l'on peut résoudre
facilement, soit en utilisant le calcul matriciel, soit directement en combinant entre elles les
différentes équations ou bien encore en faisant appel à des méthodes itératives adaptées à
l'usage d'un tableur sur un micro-ordinateur.

Dans notre exemple on trouve les résultats suivants :

p1 = 1,039

p2 = 1,117

p3 =1,014

Ainsi, une augmentation de 10% de la demande de produits industriels a provoqué une


croissance de 3,9% dans l'agriculture, de 11,7% dans l'industrie et de 1,4% dans les services.
La croissance de l'industrie a finalement été supérieure à 10% car il a fallu satisfaire non
seulement directement la demande finale mais également la demande des autres branches qui
ont fourni les consommations intermédiaires de l'industrie. Le T.E.S. final s'écrit :

Le deuxième type d'utilisation concerne la mesure de l'impact d'une augmentation du prix des
produits importés ou de celui d'un élément de la valeur ajoutée sur l'ensemble des prix. Nous
traiterons ici le cas d'une augmentation des salaires, celui d'une augmentation du prix des
produits importés se traitant de manière très similaire.

33
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Reprenons donc notre exemple initial en supposant que la valeur ajoutée se décompose
uniquement en salaires et excédent brut d'exploitation, les comptes de production et
d'exploitation des différentes branches se présentant ainsi :

Agri. Indus. Services


Agriculture 100 300 0
Industrie 200 500 50
Services 100 200 100
Total 400 1000 150
Salaires 200 1500 1000
EBE 400 1500 850
VA 600 3000 1850
Production 1000 4000 2000

Supposons que les salaires augmentent de 10% et que les entreprises puissent répercuter
intégralement dans leurs prix, c'est-à-dire que leur excédent brut d'exploitation reste inchangé.
Nous supposerons également que la production de chaque branche ne varie pas en quantité.
Prenons le cas de l'industrie, ses salaires s'élevaient à 1500, après l'augmentation ceux-ci
croissent de 150. L'industrie compensera son surcoût de 150 en augmentant de 150 la valeur
de sa production qui passera de 4000 à 4150, soit une augmentation de 3,8%.

L'augmentation des salaires induit donc une première augmentation des prix de production
dans chaque branche, mais cette première augmentation va se répercuter sur les prix de
production de chacune des autres branches par l'intermédiaire des consommations
intermédiaires qui verront leur prix croître. Ainsi, l'augmentation de 3,8% du prix des produits
de l'industrie se répercute sur les consommations intermédiaires de chaque branche et
provoque une nouvelle augmentation des prix de production des branches concernées.
Comme dans le modèle précédent, on assiste à un processus où toute augmentation dans une
branche se répercute sur les autres branches. Là encore ce processus est convergent, c'est à-
dire qu'il finit par se stabiliser après un certain temps, les augmentations de prix devenant de
plus en plus faibles à chaque étape.

Pour résoudre mathématiquement ce modèle nous désignerons par p1, p2 et p3 les coefficients
par lesquels sont multipliés, après l'augmentation des salaires, les prix de production d'origine
de l'agriculture, de l'industrie et des services. Les salaires ont augmenté de 10% et passent
respectivement à 220, 16500 et 1100. Ils ne varieront plus dans la suite du processus sous
l'hypothèse que l'augmentation des prix n'a pas de répercussion sur le niveau des salaires. Les
comptes de production et d'exploitation finaux s'écrivent :

Agri. Indus. Services


Agriculture 100.p1 300.p1 0.p1
Industrie 200.p2 500.p2 50.p2
Services 100.p3 200.p3 100.p3
Total 400 1000 150
Salaires 220 1650 1100
EBE 400 1500 850
VA 620 3150 1950
Production 1000.p1 4000.p2 2000.p3

34
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Nous obtenons les trois équations suivantes en écrivant que la production est égale à la
somme des consommations intermédiaires, des salaires et de l'excédent brut d'exploitation :

100.p1 + 200.p2 + 100.p3 + 220 + 400 = 1000.p1

300.p1 + 500.p2 + 200.p3 + 1650 + 1500 = 4000.p2

0.p1 + 50.p2 + 100.p3 + 1100 + 850 = 2000.p3

Ce système de trois équations à trois inconnues peut se résoudre simplement. Les solutions
sont les suivantes :

p1 = 1,039

p2 = 1,0491

p3 = 1,054

Ainsi, une augmentation de 10% des salaires se traduit par une augmentation de 3,9% du prix
des produits agricoles, de 4,9 % des produits de l'industrie et de 5,4% des services. Ce modèle
est bien entendu très simplifié mais il peut être sophistiqué en modifiant certaines hypothèses
de base. Il peut être très utile pour mesurer, par exemple, l'impact mécanique d'une
augmentation des prix du pétrole sur les prix intérieurs. Il montre également comment les
hausses des prix se répercutent de branche en branche, mettant en évidence, là encore,
l'interdépendance de toutes les branches de l'économie nationale.

2. Le Tableau Economique d’Ensemble (TEE)


Le TEE récapitule tous les comptes de flux de la comptabilité nationale. On retrouve en
colonnes, les secteurs institutionnels et en lignes, les opérations. Chaque colonne (emploi-
ressource) correspond à un compte de secteur, chaque ligne à un compte d'opérations. Les
comptes de secteurs sont équilibrés, le besoin ou la capacité de financement est égal ou
symétrique au solde des créances et dettes. Les comptes d'opérations regroupent la séquence
des comptes de secteurs : production, exploitation, affectation des revenus primaires,
distribution secondaire du revenu, utilisation du revenu, capital, financier. Chaque ligne est
équilibrée.

Sous sa forme la plus simplifiée, le tableau économique d'ensemble se présente sous la forme
suivante :

Adminis- Adminis-
Sociétés Ménages Sociétés Ménages
tration tration

Production 700 200 100


430 100 150 Répartition 80 600
200 150 400 Consommation
150 50 150 Accumulation 80 20

35
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
780 300 700 Total 780 300 700

La partie droite du tableau montre l'origine de la richesse, la partie gauche son utilisation. Par
exemple, les sociétés ont produit 700 et augmenté leur passif de 80, elles ont distribué 430,
consommé 200 et accumulé 150. Les ménages ont produit 100 et reçu 600 au titre des
opérations de répartition, soit un total disponible de 700. Cette richesse disponible a été versée
pour 150 au titre des opérations de répartition, consommée pour 400 et accumulée pour 150,
soit également un total de 700. Ainsi, le compte de chaque agent est équilibré et le tableau
respecte bien les deux contraintes globales.

L'utilisation du TEE permet d'analyser l'activité économique récente et passée. Ces


comparaisons peuvent être facilitées par le calcul, à partir du TEE, d'agrégats ou de ratios. Les
agrégats sont des grandeurs synthétiques qui mesurent le résultat de l'activité économique de
l'ensemble des secteurs résidents. Les principaux agrégats de la comptabilité nationale sont :

2-1 Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité
nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale elle-même. Depuis des
années, il est reconnu comme le meilleur indicateur de l'activité économique, si bien que ce
sont ses évolutions que l'on suit pour surveiller l'état de santé de l'économie, mesurer sa
croissance ou détecter les récessions. Il est vrai que le lien entre l'évolution du produit
intérieur brut en volume et des variables aussi fondamentales pour tous que l'emploi en fait un
indicateur dont il est difficile de se désintéresser totalement.

Le produit intérieur brut est principalement utilisé pour des comparaisons :

 calcul de ratios avec le déficit public et la dette publique dans le cadre du suivi des
politiques budgétaires publiques ;
 mesure de la croissance de l'activité économique en comparant les PIB des différentes
périodes exprimés en volume, c'est-à-dire après élimination de l'impact des variations
de prix ;
 comparaison de la richesse des différents pays, soit directement par leurs PIB
exprimés dans une même monnaie, soit par leurs PIB corrigés du pouvoir d'achat de
leur monnaie nationale.

D'une manière très synthétique, le produit intérieur brut vise à mesurer la richesse créée par
les hommes dans un pays pendant une période donnée, le plus souvent une année ou un
trimestre. Cette création de richesse peut être considérée selon trois points de vue différents,
appelés les trois approches du produit intérieur brut : l'approche production ; l'approche
revenu ; l'approche demande.

L'approche production

Dans l'approche production, le produit intérieur brut est calculé à partir de la valeur ajoutée,
c'est-à-dire de la différence entre la production et la consommation intermédiaire. En effet, la
36
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
production mesure la création de richesse et la consommation intermédiaire sa destruction au
cours du processus de production. La valeur ajoutée mesure donc la richesse effectivement
mise à la disposition de l'économie par le système productif.

Produit intérieur brut = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits - subventions
sur les produits

L'approche revenu

La production est également l'occasion d'une répartition de la richesse produite entre les
salariés, les entreprises et l'Etat. L'approche revenu met en évidence cette répartition. Le
calcul du produit intérieur brut selon cette approche dérive directement de la précédente, il
suffit d'utiliser la décomposition de la valeur ajoutée provenant du compte d'exploitation :

Rémunération des salariés


+ autres impôts sur la production
Valeur ajoutée =
- autres subventions sur la production
+ excédent d'exploitation / revenu mixte

En remplaçant dans le calcul du PIB selon l'approche production la valeur ajoutée par ses
différents éléments on obtient :

Rémunération des salariés


+ impôts sur les produits
+ autres impôts sur la production
Produit intérieur brut =
- subventions sur les produits
- autres subventions sur la production
+ excédent d'exploitation / revenu mixte

En constatant, d'une part, que la somme des impôts sur les produits et des autres impôts sur la
production correspond aux impôts sur la production et les importations, d'autre part, que la
somme des subventions sur les produits et des autres subventions sur la production correspond
aux subventions, on obtient :

Rémunération des salariés


+ impôts sur la production et les importations
Produit intérieur brut =
- subventions
+ excédent d'exploitation / revenu mixte

L'approche demande

L'approche demande montre comment la richesse créée a été utilisée. Le calcul du produit
intérieur brut qui lui correspond peut se déduire du compte de biens et services. Celui-ci se
présente sous la forme suivante :

37
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Consommation intermédiaire
Production Consommation finale
Impôts sur les produits Formation brute de capital fixe
- Subventions sur les produits Variation des stocks
Importations Acquisitions moins cessions d'objets de valeur
Exportations

Il suffit de faire passer les importations dans la colonne de droite et la consommation


intermédiaire dans la colonne de gauche pour faire apparaître dans la colonne de gauche le
PIB selon l'approche production. Ainsi, le calcul du produit intérieur brut selon l'approche
demande se présente ainsi :

Consommation finale
+ Formation brute de capital fixe
+ Variation des stocks
Produit intérieur brut =
+ Acquisitions moins cessions d'objets de valeur
+ Exportations
- Importations

L'approche demande est, en fait, celle qui permet de présenter le plus simplement le calcul du
produit intérieur brut et elle peut, de ce point de vue, être considérée comme l'approche de
référence. En effet, il n'est pas facile de justifier la présence des impôts et droits sur les
importations dans les deux autres approches et tout particulièrement dans l'approche
production.

Si le PIB est l'agrégat de la comptabilité nationale le plus connu, il est également le plus
critiqué. On lui reproche généralement de ne pas mesurer le bien-être ou le bonheur, de ne pas
intégrer les activités domestiques des ménages, de croître avec les catastrophes ou encore de
ne pas tenir compte de la dégradation de l'environnement.

En fait, le PIB est victime de son succès. Puisqu'il est considéré comme le meilleur indicateur
de performance d'une économie et qu'il est très largement diffusé, nombreux sont ceux qui
souhaitent voir le PIB tenir compte d'un domaine qui leur paraît essentiel. Ceux qui pensent
que l'argent ne fait pas le bonheur vont demander d'intégrer au PIB des mesures du bien-être,
ceux qui se s'inquiètent des conséquences négatives de l'activité économique demanderont
que le PIB tienne compte de la dégradation de l'environnement.

2-2 les autres agrégats

Pour établir certaines comparaisons internationales, les statisticiens ont cependant été amenés
à calculer le Produit intérieur net (PIN) et le Produit National Brut (PNB).

38
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
- Le revenu national au prix du marché est la somme des revenus reçus par les unités
résidentes et des impôts liés à la production et l’importation, nets de subventions. Il s’identifie
au produit national net. Il est égal au (PIB au prix du marché - consommation de capital fixe +
revenus du travail, de la propriété et de l’entreprise reçus du reste du monde - revenus du
travail, de la propriété et de l’entreprise versés au reste du monde). Dans le revenu national au
prix du marché, il y a deux éléments distincts, d’une part la somme des revenus primaires des
unités résidentes, d’autre part les impôts liés à la production et à l’importation nets de
subventions d’exploitation.

- Le revenu national des facteurs ne comprend que des revenus, il est donc égal au (revenu
national au prix du marché - Impôts liés à la production et à l’importation + subventions
d’exploitation). Le revenu national des facteurs peut se décomposer en rémunération des
salariés et revenus de la propriété et de l’entreprise.

- Le Revenu National Brut Disponible (RNBD) au prix du marché se calcule quant à lui à
partir de trois méthodes.

. RNBD = Σ des revenus disponibles bruts des différents secteurs (c’est en fait le solde
des comptes de revenu)

. RNBD = Consommation finale nationale + Epargne brute nationale

. RNBD = PIB + Revenus courants du reste du monde nets des revenus de même nature
versés au reste du monde.

L’examen de l’évolution économique peut être facilité par le calcul des rapports (ratios) entre
deux opérations du tableau économique.

B. Le Circuit économique
La représentation que se donne la comptabilité nationale de la réalité économique est celle du
circuit. Il s’agit en fait de présenter les relations (prenant la forme d’opérations) qui existent
entre les différents agents économiques. Dans le cas d’une économie à deux agents (les
39
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
ménages et les entreprises), le circuit décrit comment les entreprises créent simultanément des
biens et des services (flux réels) et des revenus (flux monétaires). Ces revenus sont perçus par
les ménages en échange de facteurs de production (terre, travail, ou capital) qu'ils ont fournis
aux entreprises et qui constituent un flux réel. Les ménages dépensent une partie de leurs
revenus en achetant des biens et des services produits par les entreprises (on parle de
consommation) et gardent l’autre partie sous forme d’épargne.

1. Circuit en économie fermée


a. Circuit à deux agents
Dans une économie fermée, restreinte à deux agents (les ménages et les entreprises), la
comptabilité nationale présente les opérations économiques de la manière suivante. Les
ménages emploient une partie de leur revenu pour acheter les biens vendus par l’entreprise, C,
et l’autre pour épargner, S. Leur revenu, R, peut donc se décomposer ainsi: R = C + S. Les
entreprises, quant à elles, pourront produire, Y, grâce aux investissements qu’elles ont
préalablement effectués, I. Les entreprises produisent des biens de consommation C mais
également des biens de production (machines...) I.

Soit Y = C + I.

Dès lors, pour qu’il y ait équilibre économique (offre = demande) et bouclage du circuit, il
faut que l’épargne soit égale à l’investissement, soit S = I. Le schéma ci-dessous retrace les
opérations effectuées entre les ménages et les entreprises.

40
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
b. Circuit d’ensemble de l’économie nationale
Lorsque l’on passe d’une économie à deux agents à l’ensemble de l’économie nationale, le
circuit se complexifie quelque peu par l’intégration des Institutions Financières et des
Administrations.

- Le rôle des Institutions Financières consiste à servir d’intermédiaire financier entre les
entreprises et les ménages. Elles interviennent sur deux grandes variables économiques :
l’investissement et l’épargne. Les entreprises peuvent financer leurs investissements par
l’autofinancement (amortissement plus bénéfice non distribué), mais également par le recours
au crédit (dans ce cas l’entreprise devra verser des intérêts aux banques) ou encore grâce au
marché financier (émissions de titres : actions, obligations). Les ménages peuvent utiliser leur
épargne pour acquérir des actifs monétaires (billets, pièces, dépôts à terme), des actifs
financiers (titres émis sur le marché financier par les entreprises) ou encore des actifs réels
(or, argent, immeubles...). L’épargne des ménages est généralement rémunérée sous forme
d’intérêts par les banques.

- Les administrations telles que l’Etat, les collectivités locales et la Sécurité Sociale, financent
leurs Dépenses Publiques (DP) grâce aux prélèvements obligatoires (Fiscalité, Cotisations
Sociales) qui touchent les ménages et les entreprises. Les Dépenses Publiques permettent aux
administrations d’acheter des biens et services aux entreprises (équipements, matériels...), de
verser des salaires aux ménages (exemple : fonctionnaires), de faire réaliser par les entreprises
de grands ouvrages (travaux publics, voiries...), et d’effectuer des dépenses de transfert vers
les agents économiques qui en ont besoin (allocations familiales pour les ménages,
subventions pour les entreprises...). Dans le cas où les prélèvements obligatoires ne sont pas
suffisants pour couvrir les dépenses publiques, on parle de déficit budgétaire (notons que
l’une des caractéristiques des administrations, est un besoin chronique de financement). Dans
ce cas, les administrations doivent se financer en émettant des titres sur le marché financier
(bons du Trésor, obligations) ou en recourant au crédit bancaire.

41
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
2. Circuit en économie ouverte
En économie ouverte, il faut introduire le reste du monde. Les relations entre une économie
nationale et le reste du monde ne se limitent pas aux exportations (comptabilisées comme un
emploi : c’est l’emploi d’une certaine production) et aux importations (comptabilisées comme
une ressource : notamment lorsque la production nationale est insuffisante par rapport à la
demande). Dans leur ouvrage, Globalisation financière : l’aventure obligée, Aglietta et
Brender (1990) montrent que le reste du monde et l’économie nationale sont étroitement liés
du fait du développement des marchés financiers internationaux et des nombreuses
connexions établies au sein des institutions financières.

Les différentes économies nationales étant de plus en plus dépendantes à l’égard de


l’extérieur, il est possible de mesurer cette dépendance en calculant un coefficient de
dépendance. Ce dernier revient à rapporter la somme des importations et des exportations au
PIB (richesse crée par la nation). On peut remarquer cependant que l’interdépendance entre
diverses économies peut être de nature très différente selon que les échanges sont des
échanges de produits, capitaux…

42
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
43
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Annexe I : TD corrigés de comptabilité nationale
Université Alassane Ouattara de Bouaké

Chargé de cours : Youan Bi Athanase

TD n°1 :

Exercice 1 :

Les opération effectuée par un secteur institutionnel au cours d’année se présente comme
suit :

1- impôts sur le revenu versés 65


2- FBCF 46
3- Intérêts et dividendes reçus 15
4- Salaires versés 25
5- Consommations intermédiares 130
6- Salaires reçus 170
7- Variation nette du capital investi en actions 50
8- Consommation finale 110
9- Intérêts versés 8
10- Production totale 190
11- Prestations familiales reçues 20
12- Emprunts réalisés 160
13- Variations nettes des avoirs en monnaie 135
14- Prêts accordés 80
15- Impôts liés à la production 6
1- Classer les différentes opérations par grandes catégories
2- Reconstituer les différents comptes du secteur institutionnel.

Exercice 2 :

TEN : Territoire économique nationale

RDM : reste du monde

IPSBL : Intitutions publiques sans but lucratif

IC : institution de crédit

AP : Administration publuques

SA : Société d’Assurance

44
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
1- Reconstituer le compte du reste du monde (RDM)
2- Calculer le solde du compte capital et financement des SQS (Société ou quasi
société)

Exercice 3 :

Etablir les comptes suivants :

45
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
1- Production
2- Exploitation
3- Répartition
4- Capital

Exercice 4

46
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
1- Dresser les comptes des SQS
2- Dresser les comptes des menages
3- Calculer la valeur ajoutée brute spécifique des ménages

Exercice 5

Exercice 6

RS : Rémunération salariale

47
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Rpe : Revenu de la propriété et de l’entreprise

Rpr : Revenu du produit

TCNC : Transfert Courant non contractuel

Exercice 7

48
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Antai : Achat net de terrain et d’actifs incorporels

Correction TD n°1

3- Classement des opérations


a- Opérations sur biens et services : 2, 5, 8, 10
b- Opérations financières : 7, 12, 13, 14
c- Opérations de répartitions : 1, 3, 4, 6, 9, 11, 15
4- Etablissement des comptes

49
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
ILP : Impôts liés à la production

Correction exercice 2

1)

2)

Exercice 3

50
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Exercice 4

51
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Exercice 5

Exercie 6

52
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Exercice 7

53
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Annexe II : TD corrigés de système et structure

Université Alassane Ouattara de Bouaké

Chargé de cours : Youan Bi Athanase

TD 1 : Agrégats et Equilibre emplois - ressources

Pourquoi le PIB n’est-il pas évalué à partir de la somme des productions des
différentes branches ?

Exercice 1: PIB et RNB

54
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
On donne les informations suivantes relatives à l’économie française en 2007. FBCF = 406,3 ;
DCF=1510,0 ; variations de stocks = 12,3. Rémunérations des salariés versées par les sociétés
= 672,1 (dont 1,4 versées à des unités non résidentes), par les APU et les ISBLSM = 261,1,
par les ménages = 43,2. EBE de l’ensemble des secteurs institutionnels = 537,7 et revenu
mixte des entrepreneurs individuels = 123,7. Exportations = 501,9 ; Importations = 538,3.
Impôts sur la production et les importations = 289,7 (dont 4,9 versés aux institutions de
l’UEMOA) ; subventions = 35,3 (dont 9,2 versées par les institutions de l’UEMOA).
Rémunérations salariales versées par le reste du monde à des unités résidentes = 9,6 ; revenus
de la propriété versés par des unités résidentes à des unités non résidentes = 164,4 ; revenus
de la propriété reçus du reste du monde = 161,8.

a) Calculer le PIB 2007 de deux façons différentes.

b) Calculer le RNB 2007.

Exercice 2 : Equilibre emplois / ressources d’un produit

A partir des données suivantes (en milliards de F.CFA), établir l’équilibre ressources-emplois
pour 2006 des produits l’Industrie Agro-alimentaire (IA). En déduire le montant de la
production nationale de produits de l’industrie Agro-alimentaire, le solde extérieur en produits
de l’IA et la consommation effective des ménages en produits de l’IA.

L’ensemble des branches de l’économie a consommé, à titre intermédiaire, 19,4 de produits


de l’industrie Agro-alimentaire. Pour produire, la branche Agro-alimentaire a utilisé 4,6 de
consommations intermédiaires. La Côte d’Ivoire a importé pour 16,5 de produits de l’IA et en
a exporté pour 21,2. Les marges commerciales sur les produits de l’IA se sont élevées à 18,6
et les marges de transport à 0,7.

Les ménages ont dépensé pour 10,8 de produits de l’IA et les administrations de Sécurité
Sociale en ont remboursé pour 23,4. Les impôts sur les produits de l’IA ont été de 1,45 dont
0,82 de TVA. Il n’y a pas de subvention sur les produits de l’IA. Les stocks de produits de
l’IA ont augmenté de 0,45.

Exercice : 3 Equilibre Emplois – Ressources

On étudie une économie dans laquelle une seule entreprise, la société Ordiplus,
produit des ordinateurs. Cependant, cette économie importe également des ordinateurs.
Ordiplus vend ses ordinateurs au prix de 10 € à des commerçants spécialisés en
matériel informatique (qui les revendent ensuite aux ménages) ainsi qu’à des entreprises
nationales et étrangères. Les entreprises nationales achètent 20 ordinateurs à Ordiplus et
3 ordinateurs à des entreprises du reste du monde au prix de 10 €. Les commerçants
achètent 8 ordinateurs à Ordiplus et 2 ordinateurs (au prix de 10 €) au reste du monde. Ces 10
ordinateurs sont revendus aux ménages à un prix qu’il va falloir déterminer. La marge

55
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
commerciale des commerçants est de 2 € par ordinateur vendu. Ordiplus exporte 7
ordinateurs vers le reste du monde. Ordiplus verse 20 € de rémunérations salariales.
Ses consommations intermédiaires sont de 20 €. Les stocks d’ordinateurs d’Ordiplus
n’ont pas bougé durant la période considérée.

1. Sachant que la TVA est de 3 € par ordinateur, déterminer le prix d’acquisition d’un
ordinateur pour les ménages puis leur DCF en ordinateurs.

2. Pourquoi les consommations intermédiaires en produit « ordinateurs » sont-elles nulles ?

3. En utilisant l’équilibre emplois – ressources du produit « ordinateurs », déterminer la


production d’Ordiplus.. On rappelle que les entreprises ne payent pas la TVA sur leurs achats
d’ordinateurs.

4. Calculer la VAB d’Ordiplus.

5. On apprend qu’Ordiplus utilise en fait dans ses propres services 4 ordinateurs


qu’elle a ellemême produits. Quels postes de l’équilibre emplois – ressources sont
modifiés ? Expliquez.

56
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
TD 2 : TES

Exercice 1 :

On considère une économie fermée produisant des fruits et des vêtements. Ces biens
sont produits par des agriculteurs et des artisans. Ils sont ensuite vendus dans des centres de
grande distribution.

La consommation de fruits est de 25, celle de vêtements de 15 (au prix d’acquisition dans les
deux cas). Les marges commerciales sont de 5 pour les fruits, de 3 pour les vêtements. La
TVA collectée est de 2 pour chaque de ces deux biens. Dans cette économie, il n’a pas de
subventions sur les produits ni de marges de transport.

Reproduire puis remplir le tableau ci-dessous :

Production Impôt sur les Marge Dépense de


Produits Commerciale Consommation
Finale
Produit 1
Produit 2
Produit 3
Total

Exercice 2

1. Transformer le tableau des "Entrées Intermédiaires" en une matrice de coefficients


techniques.

2. Écrire les égalités Emplois-Ressources pour les produits A et B à l'aide des coefficients
techniques

3. De combien les emplois finals peuvent-ils varier sous contrainte d'une production de
A<220 et d'une production de B < 500. Interprétez les résultats obtenus.
57
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Exercice 3

On étudie une économie comprenant 3 branches : A (agriculture), B (industrie), C (services).


Les CI en produits B sont de 5 pour la branche A, de 12 pour la branche B. Les intra-
consommations de la branche A sont de 2. Les coefficients techniques de la branche C sont de
0 en produit A et 0,2 en produit B et de 0,1 en produit C. Les consommations en produits A et
C de la branche B sont respectivement de 1 et 6. La VAB de la branche A est de 9 et sa
production de 20. La production de C est de 30. La TVA est de 5 sur les produits A, de 7 sur
les produits B et de 4 sur les produits C. Les subventions sur les produits sont de 1 pour B et 0
pour C. Les emplois finals sont de 12 en produits A et de 7 en produits B.

a) Construisez le TES de cette économie.

b) En déduire le PIB de cette économie

58
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
TD 3 : TEE

Exercice 1

La consommation intermédiaire des administrations est 100, leur rémunération des salariés 300, leur consommation de capital fixe 200. Leurs
services sont vendus pour une valeur de 100 aux ménages.

Complétez le tableau économique d'ensemble suivant :

Emplois Biens et Opérations Ressources Biens et


Sociétés Admin. Ménages services Sociétés Admin. Ménages services Total
Total
Production 1200 0
300 0 Consommation intermédiaire
Valeur ajoutée
600 0 Rémunération des salariés
Excédent brut d'exploitation
50 0 0 Dividendes 0 0
150 0 300 Impôts sur le revenu
Revenu disponible brut
Dépense de consommation finale
Épargne brute
Variation des actifs Compte de capital Variation des passifs
Épargne brute
200 100 0 Formation brute de capital fixe
Capacité de financement

Exercice 2

Les administrations publiques sont composées de 4 ministères dont les opérations sont décrites dans le tableau ci-dessous :
59
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Consommation Rémunération Consommation Ventes de
intermédiaire des salariés de capital fixe services
Défense nationale 20 50 30 0
Affaires étrangères 10 50 20 0
Education nationale 30 100 70 20
Santé 40 100 80 80

Complétez le tableau économique d'ensemble suivant :

Emplois Biens et Ressources Biens et


Sociétés Admin. Ménages services Total Opérations Sociétés Admin. Ménages services Total
Production 1200 0
300 0 Consommation intermédiaire
Valeur ajoutée
600 0 Rémunération des salariés
Excédent brut d'exploitation
50 0 0 Dividendes 0 0
150 0 300 Impôts sur le revenu
Revenu disponible brut
Dépense de consommation finale
Transferts sociaux en nature
Revenu disponible ajusté brut
Consommation finale effective
Épargne brute
Variation des actifs Compte de capital Variation des passifs
Épargne brute
200 100 0 Formation brute de capital fixe
Capacité de financement

Exercice 3

60
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
La production de l'entreprise est de 1000 hors TVA. L'administration collecte 200 de TVA. Seuls les ménages supportent la TVA. Les sociétés
payent 100 d'autres impôts sur la production et 50 d'impôts sur le revenu.

1) Calculer la consommation de capital fixe des administrations publiques

2) Calculer les ventes de services des administrations publiques

3) Complétez le tableau économique d'ensemble suivant :

Emplois Biens et Ressources Biens et


Sociétés Admin. Ménages services Total Opérations Sociétés Admin. Ménages services Total
Production 600 0
300 100 0 Consommation intermédiaire
Valeur ajoutée
600 350 0 Rémunération des salariés
Impôts sur les produits
0 0 Autres impôts sur la production
Excédent brut d'exploitation
50 0 0 Dividendes 0 0
0 250 Impôts sur le revenu
Revenu disponible brut
550 Dépense de consommation finale
Épargne brute
Variation des actifs Compte de capital Variation des passifs
Épargne brute
200 100 0 Formation brute de capital fixe
Capacité de financement

61
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Correction TD 1

Le PIB n’est pas la somme des productions car sinon certaines productions seraient comptabilisées plusieurs fois : à chaque fois qu’une
production fait l’objet d’une CI, elle entre dans la valeur de la production d’un autre bien (ou service). Il faut donc ne compter que la valeur des
productions qui font l’objet d’une utilisation finale. Pour calculer cela, on fait somme des productions moins somme des CI.

Exercice 1 :

a. PIB = FBCF (406,3) + DCF (1510) + Var. Stocks (11,3) + Exp. (501,9) – Imp. (538,3) = 1892,2 milliards de F.CFA. ou :

PIB = RS versés par éco nationale (672,1 + 261,1 + 43,2) + Impôt sur production et importations (289,7) – Subventions (35,3) + EBE et revenu
mixte (537,7 + 123,7) = 1892,2 milliards de F. CFA.

b. RNB = PIB (1892,2) – Revenus versés au RDM (du travail (1,4), de la propriété (164,4), impôts sur la production et les imp. (4,9)) + Revenus
reçus du RDM (du travail (9,6), de la propriété (161,8), subventions (9,2)) = 1902,1 milliards de F. CFA.

Exercice 2 : Equilibre emploi ressources des produits de l’IA :

Production (X) + Imp (16,5) + MC (18,6) + MT (0,7)+ IP (1,45) + Subv P(0) = CI (19,4) + DC (10,8 + 23,4) + FBCF (0) + EX (21,2) + Var
Stocks (0,45) = 75,25.

Production = 38 (75,25 –16,5 – 18,6 – 0,7 – 1,45)

Solde extérieur X – IMP = 21,2 – 16,5 = 4,7

CE des ménages = DC ménages (10,8) + DC APU (23,4) = 34,2

Exercice 3

1. Prix d’acquisition = Prix de base (10) + MC (2) + MT (0) + IP (3) – SP (0) = 15 €.

62
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Les ménages achètent 10 ordinateurs : leur DCF vaut 10*15 = 150 €.

2. Les ordinateurs sont des dépenses d’investissement (FBCF) pour les entreprises, pas des CI.

3. P + IM + MC + MT + IP – SP = DCF + CI + FBCF + VS + EX

IM = [3 (entreprises) + 2 (commerçants)]*10 = 50

MC = 10*2 = 20 (10 ordinateurs vendus par les commerçants ; marge de 2 € par ordinateur)

MT = 0

IP = 10*3 = 30 (TVA sur les 10 ordinateurs vendus au ménages)

SP = 0

DCF = 150 (question 1)

FBCF (des entreprises nationales) = (20 + 3)*10 = 230

VS = 0

EX = 7*10 = 70

Donc P = DCF + CI + FBCF + VS + EX – (P + IM + MC + MT + IP – SP)= 150 + 0 + 230 + 0 +70 – (50 + 20 + 0 + 30 – 0) = 450 – 100

P = 350

4. VAB = P – CI = 350 – 20 = 330

5. Il s’agit de PEFP, réinvestie directement dans la société Ordiplus. Côté ressources, la Production augmente de 4*10 = 40 de même que la
FBCF, côté emploi.

63
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Correction TD 2

Exercice 1

Rappelons simplement que, pour la branche « commerce », la production est égale aux marges commerciales, soit P = MC.

Production Impôt sur les Marge Dépense de


Produits Commerciale Consommation
Finale
Produit 1= fruit 18 2 5 25
Produit 2= 10 2 3 15
vêtement
Produit 3= 8 0 -8 0
service de
commerce
Total 36 4 0 40 4 0 40

Exercice 2

Rappel de quelques principes de lectures d'un TES : Posons :

Xj : la production de la branche j [ici production de la branche A = 200 et production de la branche B = 400]

Cij : la consommation intermédiaire du produit i par la branche j [ici, 20 est la consommation intermédiaire du produit A par la branche A ; 100
est la consommation intermédiaire du produit A par la branche B...]

64
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Yi : la demande finale du produit i [ici : 80 : demande finale du produit A et 270 demande finale du produit B]

L'équilibre emplois-Ressources peut s'écrire sous la forme suivante :

consommation intermédiaire + consommation finale = production

C11+ C12+ … + C1n+ Y1= X1 Ici production de la branche A : 20 + 100 + 80 = 200

C21+ C22+ … + C2n+ Y2= X2 Ici production de la branche B : 80 + 50 +270 = 400

Cn1+ Cn2+ … + Cnn+ Yn= Xn Ici : 100 + 150 + 350 = 600

- La branche A utilise donc 20 + 80 = 100 de consommation intermédiaire et produit pour 200 ; sa valeur ajoutée est donc de : 200 – 100 = 100

- La branche B utilise donc 100 + 50 = 150 de consommation intermédiaire et produit pour 400 ; sa valeur ajoutée est donc de : 400 – 150 = 250

1- On appelle coefficient technique le rapport entre la consommation intermédiaire d'un produit par une branche et la production totale de la
branche : aij= Cij/ Xj donc ici :

aAA= CAA/XA : la branche A utilise 20 unités de produit A comme consommation intermédiaire (CAA), afin de produire 200 unités de bien A
(XA); le coefficient technique est donc de 20/200 = 0,1 ;

- aBA= CBA/XA elle utilise aussi 80 unités de bien B ( CBA)comme consommation intermédiaire, afin de produire 200 unités de bien A ( XA) ;
le coefficient technique est donc de 80/200 = 0,4

65
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
2. L'équilibre emplois-Ressources à l'aide des coefficients techniques:

Comme aij= Cij/ Xj alors Cij= aij. Xj

On obtiens alors :

a11.X1+ a12.X2+ … + a1n.Xn+ Y1= X1

a21.X1+ a22.X2+ … + a2n.Xn+ Y2= X2

an1.X1+ an2.X2+ … + ann.Xn+ Yn= Xn

Ici : - Pour le produit A : (0,1 x 200) + (0,25 x 400 ) + 80 = 200

- Pour le produit B : (0,4 x 200) + (0,125 x 400) + 270 = 400

3.- Le TES permet d'étudier les effets d'entraînement inter-branches. A partir du TES, il est possible de prévoir comment une variation de la
demande d'un produit donné se répercute sur l'ensemble des entreprises du fait des fournitures qu'elles s'échangent les unes par rapport aux

66
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
autres. Le TES permet également de prévoir l'impact d'une variation des coûts de production dans une branche particulière sur l'évolution des
prix à la consommation.

- Reprenons les éléments posés plus haut :

a11.X1+ a12.X2+ … + a1n.Xn+ Y1= X1

a21.X1+ a22.X2+ … + a2n.Xn+ Y2= X2

an1.X1+ an2.X2+ … + ann.Xn+ Yn= Xn

- Dans ce système il y a n équations et 2n inconnues (n en X et n en Y). Pour le résoudre, il faut donc considérer comme variable exogène soit le
vecteur de X soit le vecteur des Y. Sous la forme matricielle on écrit : [A].X + Y = X avec

A : la matrice des coefficients techniques ;

X : le vecteur des productions des branches

Y : le vecteur des emplois finals des produits

Deux types de prévisions sont alors possibles :

- soit on se donne le vecteur X, autrement dit on connaît par branche les capacités de production maxima pour une période donnée. Compte tenu
des consommations intermédiaires nécessaires que reste-t-il pour les emplois finals ?

- soit on se donne le vecteur Y, on anticipe la valeur de la consommation des ménages et les perspectives d'investissement et on en déduit le
vecteur X nécessaire pour répondre à cette demande.

Ici, on nous demande de combien les emplois finals peuvent varier sous contrainte d'une production de A < 220 et d'une production de B < 500.
Le sujet nous donne donc le vecteur X (la production de la branche A est inférieure ou égale à 220 et celle de la branche B inférieure ou égale à
500). On peut donc calculer quelles seront les consommations intermédiaires de chaque branche pour atteindre de tels niveaux de production :

67
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
220 0.1x220=22 0.25x500=125 → 147

Production = matrice coefficients =

500 0.4x220=88 0.125x500=62.5 → 150.5

Emplois finals =

220 – 147 = 73

500 – 150.5 = 349.5

Pour réaliser leur production, les branches A et B consommerons 147 unités de bien A et 150,5 unités de bien B. Étant donné le niveau de
production totale, l'emploi final du produit A va baisser (il passe de 80 à 73) alors que celui du produit B va augmenter (il passe de 270 à 349,5)

68
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Correction TD 3

Correction exercice 1

Emplois Biens et Ressources Biens et


Sociétés Admin. Ménages services Total Opérations Sociétés Admin. Ménages services Total
1800 1800 Production 1200 600 0 1800
300 100 0 400 Consommation intermédiaire 400 400
900 500 0 1400 Valeur ajoutée 900 500 0 1400
600 300 0 900 Rémunération des salariés 900 900
300 200 0 500 Excédent brut d'exploitation 300 200 0 500
50 0 0 50 Dividendes 0 0 50 50
150 0 300 450 Impôts sur le revenu 0 450 450
100 650 650 1400 Revenu disponible brut 100 650 650 1400
500 600 1100 Dépense de consommation finale 1100 1100
100 150 50 300 Épargne brute
Variation des actifs Compte de capital Variation des passifs
0 Épargne brute 100 150 50 300
200 100 0 300 Formation brute de capital fixe 300 300
-100 50 50 0 Capacité de financement

Correction exercice 2
69
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Emplois Biens et Ressources Biens et
Sociétés Admin. Ménages services Total Opérations Sociétés Admin. Ménages services Total
1800 1800 Production 1200 600 0 1800
300 100 0 400 Consommation intermédiaire 400 400
900 500 0 1400 Valeur ajoutée 900 500 0 1400
600 300 0 900 Rémunération des salariés 900 900
300 200 0 500 Excédent brut d'exploitation 300 200 0 500
50 0 0 50 Dividendes 0 0 50 50
150 0 300 450 Impôts sur le revenu 0 450 450
100 650 650 1400 Revenu disponible brut 100 650 650 1400
500 600 1100 Dépense de consommation finale 1100 1100
320 320 Transferts sociaux en nature 320 320
100 330 970 1400 Revenu disponible ajusté brut 100 330 970 1400
180 920 1100 Consommation finale effective 1100 1100
100 150 50 300 Épargne brute
Variation des actifs Compte de capital Variation des passifs
Épargne brute 100 150 50 300
200 100 0 300 Formation brute de capital fixe 300 300
-100 50 50 0 Capacité de financement

Consommation Rémunération des Consommation de Ventes de Production Dépense de


intermédiaire salariés capital fixe services conso. finale
Défense nationale 20 50 30 0 100 100

70
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Affaires étrangères 10 50 20 0 80 80
Education nationale 30 100 70 20 200 180
Santé 40 100 80 80 220 140
Services collectifs 30 100 50 0 180 180
Services individuels 70 200 150 100 420 320

Correction exercice 3

1) La consommation des administrations est égale à la différence entre leur production et la somme de la consommation intermédiaire et de
la rémunération des salariés, c'est-à-dire 600-100-350=150

2) Les ventes de services des administrations sont égales à la différence entre leur production et leur dépense de consommation finale, c'est-
à-dire : 600-550=50.

Le TEE est le suivant

Emplois Biens et Ressources Biens et


Sociétés Admin. Ménages services Total Opérations Sociétés Admin. Ménages services Total
1600 1600 Production 1000 600 0 1600
300 100 0 400 Consommation intermédiaire 400 400

71
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
700 500 0 1200 Valeur ajoutée 700 500 0 1200
600 350 0 950 Rémunération des salariés 950 950
200 200 Impôts sur les produits 200 200
100 0 0 100 Autres impôts sur la production 100 100
0 150 0 150 Excédent brut d'exploitation 0 150 0 150
50 0 0 50 Dividendes 0 0 50 50
50 0 250 300 Impôts sur le revenu 0 300 300
-100 750 750 1400 Revenu disponible brut -100 750 750 1400
550 550 1100 Dépense de consommation finale 1100 1100
-100 200 200 300 Épargne brute
Variation des actifs Compte de capital Variation des passifs
Épargne brute -100 200 200 300
200 100 0 300 Formation brute de capital fixe 300 300
-300 100 200 0 Capacité de financement

72
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Exercice 1 : Circuit économique

On considère une économie ouverte à trois agents : les entreprises, les ménages et le Reste du
Monde (RdM).

Les ménages consomment 75% de leur revenu et épargnent le reste.

Les entreprises reversent l’intégralité de la valeur ajoutée aux ménages sous forme de salaires et de
profits pour des montants respectifs de W  1800 et P  200 . Elles réalisent des investissements
pour un montant I  0 .

Les entreprises ne réalisent pas de consommations intermédiaires.

Le Reste du Monde (RdM) achète des biens et services à la nation pour un montant X=300.

La nation achète au Reste du Monde des biens et services pour un montant M >0. La nation a un
déficit commercial : X-M=-100.

1) Calculer les principaux agrégats de cette économie (Production, Consommation, Épargne,


Investissement et Importations). Justifier vos calculs.

2) Représenter les flux monétaires sur le circuit économique (en annexe) et commenter.

Dans le reste de l’exercice on suppose que la nation a un solde commercial excédentaire d’un
montant de +100. Les valeurs des salaires, des profits, de la propension moyenne à
consommer et des exportations sont inchangées.
3) Calculer à nouveau les principaux agrégats (Y, C, S, I et M) compatibles avec les nouvelles
hypothèses. Justifier vos calculs.
4) Représenter les flux monétaires sur le second circuit économique (en annexe). Expliquer les
différences entre les deux circuits.

Annexe

73
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Ménages Services

Productifs

Reste Marché
Du Financier
Monde

Biens et
Entreprises
Services

74
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Correction exercice 1

1) Principaux agrégats

W  1800 ; P  200  Y  W  P  2000

C  0.75  2000  1500 ; S  Y  C  500

- Calcul des importations :

Les exportations sont de 300 et le déficit commercial de 100

Soit X  M  100  M  300  100  400

- Calcul de l’investissement :

a) À partir de l’équilibre emplois-ressources

Y  M  C  I  X  I  Y  M  C  X  2000  400  1500  300  600

b) À partir de la relation entre épargne et investissement

S  M  I  X  I  S  M  X  500  400  300  600

 Si M  X alors S  I

Un déficit commercial correspond à une épargne du reste du monde. Celle-ci vient combler
l’insuffisance d’épargne domestique pour financer l’investissement des entreprises nationales :
S  S RdM  I avec S RdM  M  X  100 ; S  500 ; I  600

2) Circuit économique avec déficit commercial

Marché des services productifs


75
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
Les ménages vendent des services productifs aux entreprises. En contrepartie les entreprises leur
versent un revenu composé de salaires et de profits.

Marché des biens et services

Les ménages demandent 1500 de biens de consommation, les entreprises 600 de biens
d’investissement. Le RdM paye 300 en contrepartie des biens qu’il achète et reçoit 400 pour les biens
que les agents résidents lui achètent. Les entreprises résidentes reçoivent 2000 comme résultat de
leurs ventes aux ménages, à elles-mêmes (investissement), et au reste du monde.

Marché financier

Les entreprises pour financer un investissement de 600 émettent un montant équivalent de titres
financiers qui, pour 500 sont achetés par les ménages résidents, et pour 100 par les agents non
résidents.

Circuit économique avec déficit commercial

W+P=2000
Ménages Services

S=500 Productifs
C=1500

SRdM=100
Reste Marché
W=1800
Du Financier 500+100=600
Monde P=200
M=400

X=300 I=600

Biens et
Entreprises
Y=2000
Services

76
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
3) Le solde commercial de la Nation devient excédentaire pour un montant de +100.

 D’après l’équilibre emplois-ressources, (Y+M=C+I+X), un excédent commercial signifie que la


demande intérieure (C+I) est inférieure à la production nationale (Y) : X  M  Y  C  I

Les valeurs de la production et des exportations étant inchangées (Y=2000 et X=300), un excédent
commercial de +100  M=400

La propension moyenne à consommer est inchangée  C=1500 et S=500

Montant de l’investissement :

Y-(C+I)=X-M  Y=2000 ; C=1500 et X-M=+100  I=400

Calcul de l’investissement à partir de la relation épargne – investissement

Un excédent commercial représente une capacité de financement de la Nation : l’épargne des


ménages est supérieure aux besoin de financement des entreprises nationales (leur investissement
ici)  le surplus d’épargne nationale vient combler le besoin de financement du Reste du Monde.
S  M  I  X  X  M  I  S  I  400

L’excédent commercial est de 100  l’épargne des ménages excède le montant de l’investissement
des entreprises résidentes de +100 : S= 500  I=400.

4) Circuit avec excédent commercial

77
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé
W+P=2000
Ménages Services

S=500 Productifs
C=1500

Reste CFNation=100 Marché


W=1800
Du Financier
500-100=400
P=200
Monde M=200

X=300 I=400
Biens et
Entreprises
Services Y=2000

Différences entre les deux circuits :

- les entreprises résidentes ont réduit leur investissement  la demande intérieure (C+I) est devenue
inférieure à la production (C+I<Y)

- ceci s’est traduit par un excédent commercial (C+I<Y  X>M) et une capacité de financement de la
Nation.

78
youanbi@gmail.com/ Université Alassane Ouattara/Université Jean Lorougnon Guédé