Vous êtes sur la page 1sur 37

FIN DES TEMPS 

: 22 JUILLET 2021 !
Révélation finale des prophéties bibliques
marquées par un évènement OVNI majeur en Octobre 2021
à Orléans, France.
(annoncé ici avant qu'il n'ait lieu)
par Éric Julien

BRIEFING TO THE QUEEN ELIZABETH II


Vidéo explicative en Anglais
https://youtu.be/uOeXVnUDMPw

ADD ABOUT 2 YEARS TO - ALL - THE DATES MENTIONED IN THE VIDEO ['souls switch': please replace SEP
2019 in the video by OCT 2021]. The right calendar is presented on the still screen. The Orléans UFO Event (predicted
for OCT 2021), starting the end times calendar (July 22nd 2021), is indeed coming AT THE BREXIT EFFECTIVE
DATE (vote in 2016, prophesied in Daniel 9), after Prince Harry's splitting from the British Crown, including from the
Cambridge, to be FINANCIALLY independent (antichrist as the dragon of the Second Beast = City of London's coat of
Arms = financial power) and the COVID-19 crisis start.
Ah, les prophéties !

Lorsque vous avez un projet de voyage, vous ne regardez jamais la météo ou les horaires de transport  ? Les prophéties
bibliques sont les prévisions météo et horaires de Dieu pour le plus important et incontournable des voyages...

La puissance des prophéties bibliques vient de ce qu'elles voient le futur avec une précision redoutable dès lors qu'elles
ont commencé à s'accomplir, telles que je les ai interprétées, interprétation qu'on ne trouvera nulle part ailleurs pour
raisons de préjugés et de conditionnement.

Mais si quelqu'un peut voir le futur (grâce au temps fractal), ces anges qui s'adressent aux prophètes, et missionnés par
Dieu, qu'advient-il du libre arbitre des hommes ?

L'affaire est pourtant simple, d'autant que chacun des hommes peut, et même DOIT faire des choix, et même UN choix,
celui de suivre le Christ à la Fin des Temps, selon ces prophéties, lesquelles le décrivent parfaitement afin de l'identifier
le moment venu...déjà venu.

Le fait est que la description des prophéties concerne le destin de l'humanité dans sa globalité, comme le destin d'une
poignée de personnages historiques qui sont et seront guidés, soit par les circonstances, soit par leur volonté propre de
participer ou de résister au Plan Divin.

Car il y a un Plan préparé de longue date, celui de l'amélioration d'une partie des hommes et des femmes au terme d'un
long cycle d'incarnations. Le reste est recyclé sous forme d'énergie primitive. Pourquoi ? Parce que Dieu est comptable
pour lui-même de l'énergie de l'évolution. L'équilibre doit être atteint au terme d'un grand cycle, tant collectif
qu'individuel.

Donc, parce qu'Il est Sage et Aimant, Il avertit les hommes par le truchement de ses Envoyés, fussent-ils célestes et
immatériels la plupart du temps, du programme, du Plan, afin que chacun fasse le choix de participer ou de résister à ce
programme qui se conclue par un saut quantique dans un nouvel état d'existence pour les élus...à ne PAS confondre avec
le Peuple Élu. On est élu qu'UNE FOIS SAUVÉ ! Et le sauvetage n'a pas encore commencé.

Le Peuple Élu, les Hébreux, ne fut pas élu parce qu'il était supérieur mais pour montrer que Dieu décide de tout en ce
qui concerne l'évolution et le destin, avant comme après la Chute de l'Homme (qui eut lieu il y a quelques 6 000 ans,
bien après l'apparition de l'homme sur Terre, au moment où l'Écriture devint un attribut des hommes, car « au
Commencement était le Verbe »). Les Hébreux furent élus en raison de leur situation géographique ! C'est la FIN qui
explique le début pour un Être omnipotent, et non l'inverse.

C'est parce que la Nouvelle Jérusalem (zone carrée de 2 200 kilomètres de côté dans la zone du Proche-Orient) se
trouvera là où les trois religions du Livre sont nées, à commencer par les Hébreux, origine des deux autres religions,
situation géographique préservée par les bouleversements tectoniques à venir, que Dieu a élu ce peuple, fait de 12
Tribus...qui se sont dispersées sur toute la surface de la Terre depuis des millénaires.

Ainsi donc, les prophéties bibliques donnent-elles une 'road map', une série de séquences historiques et de personnages
permettant de baliser l'Histoire de jalons menant au paroxisme de la Fin des Temps où chaque choix sera comptabilisé.

C'est pourquoi la tentation de juger, pour Dieu, les actes des personnages que les prophéties mentionnent de façon
apparemment cryptée (en tout cas tant que l'on ne possède pas les clés de décryptage) conduit à l'erreur d'interprétation.
L'un des dix Commandements dit : 'Tu ne jugeras point'...

C'est là que chacun peut alors ouvrir son esprit et demander à comprendre, en toute humilité, ce que ces prophéties
racontent. Veut-on vraiment en savoir plus et comprendre ce que ces textes apparemment si complexes et abscons disent
de notre passé et de notre avenir proches ?

Cette capacité à entendre ce que je m'apprête à dire fait malheureusement souvent défaut chez les 'serviteurs' de Dieu, et
leurs adeptes, car leur cœur et leur cerveau sont pré-remplis de certitudes dès lors qu'on les pousse dans leurs
retranchements, se résumant aux dogmes que les siècles ont forgés et non sur les Saintes Écritures elles-mêmes, et plus
particulièrement sur celles comportant les paroles du Christ, celles qui doivent, en principe, les guider, y compris pour
connaître le futur.

Dieu communique avec les hommes depuis des temps immémoriaux au travers de Ses prophètes. Ses avertissements
furent innombrables (il y a quelques 52 prophètes dans la Bible) mais les hommes ne les ont pas pris suffisamment au
sérieux, même lorsqu'Il usa de terribles menaces vengeresses, seule méthode compréhensible des hommes de l'époque.
Alors, il envoya Son Fils Unique, le Christ, dans le corps d'un homme exceptionnel, Jésus, lorsqu'il eût 30 ans, pour
montrer et démontrer tout autant Son amour que Ses pouvoirs.

Mais, là encore, même quelques-uns de ceux qui comptèrent parmi Ses Disciples ignorèrent l'esprit de Ses paroles, et
même le trahirent. Celui qui le trahit le plus ne fut pas Judas car ce dernier ne fut que l'instrument de la destinée du
Christ sur la croix pour marquer l'esprit des hommes pour les deux millénaires à venir. Non, celui qui le trahit vraiment
fut Pierre. Il écarta Marie-Madeleine du groupe, la femme du Christ, et établit une église au nom du Christ, ce que ce
dernier jamais ne demanda.

En effet, le texte biblique lui-même mentionne les paroles du Christ JUSTE AVANT (5 versets d'écart seulement) de
nommer Pierre "Satan" qui ne s'intéressait qu'aux affaires de la Terre (en opposition à celles du Ciel, et après avoir mis
en doute la future cruxifiction de Jésus qui venait de l'annoncer) en disant "tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai
mon Église". Dans Jean 21, après la résurrection du Christ, ce dernier demande même à Pierre s'il l'aimait, à trois
reprises, comme Pierre le renia à trois reprises avant le chant du coq. C'était un avertissement au lecteur !

Matthieu 16 :18 Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du
séjour des morts ne prévaudront point contre elle.

Matthieu 16 :23 Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! tu m'es en scandale; car tes pensées ne
sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes.

Lorsque le Christ affirme qu'il bâtira son Église sur cette "pierre" il songeait à la planète Terre (un gros caillou)...les
affaires de laquelle qualifiaient Pierre comme Satan !

Ainsi donc, Jésus-Christ disait de façon métaphorique que Sa Véritable Église ne viendrait qu'après la Fin des Temps
sur cette "pierre" (la Terre) que Pierre aura souillée de son église ! Ainsi donc, alors que des milliards de gens ont accès
à la Bible contenant cette métaphore, ILS ACCEPTENT ET PERPÉTUENT LA TRAHISON DE PIERRE, y compris
hors de l'église catholique, fondement du Christianisme (avec l'église orthodoxe), religion que le Christ lui-même n'a
JAMAIS appelée de ses vœux, ni commander de créer ! Il demanda simplement à ses Disciples de transmettre Ses
paroles...pour enfin bâtir Sa véritable église dans la Nouvelle Jérusalem à venir dans un lointain futur.

C'est l'aspect "technique et historique". Satan s'est délecté de la tromperie durant des siècles au prix d'une chute à venir
pendant 3,5 ans. D'autres prendront le relais derrière lui pour les éons à venir. Le pouvoir est bien trop séduisant. Des
menaces de condamnations à des années de prison n'empêchent nullement les criminels de perpétrer leurs crimes.

L'aspect plus métaphysique est le libre arbitre. Sans ce dernier, exercé au long des siècles à travers la réincarnation, que
vaudrait l'attitude de quelqu'un qui n'a pas prouvé par lui-même sa nature profonde sans une constante béquille qui ne
serait qu'une peur de Dieu masquée derrière de faux-semblants.

La peur du gendarme fait trop souvent le bon conducteur. Enlevez le gendarme. Que reste-t-il des intentions et
comportements ? C'est ainsi que la sélection s'opère, sur la base d'une confiance naturelle bâtie sur le Vrai, sur la Vérité,
sur la pleine Conscience du Bien. Car une fois les pouvoirs du corps de lumière accessibles, l'homme sera-t-il digne
d'une telle offrande de Dieu ? TEL EST L'ENJEU DU LIBRE ARBITRE...

Mais comme Dieu est compatissant et aimant Il a décidé, comme l'annonça d'ailleurs le Christ lorsqu'il évoqua la Venue
d'un Consolateur avant Lui, d'envoyer les Deux Témoins AVANT les Tribulations... pour prophétiser pendant 1 260
jours...et avertir...À NOUVEAU...et selon les termes du Plan Divin...du choix à faire.

Je l'ai écrit de multiple fois avec tant d'explications. Si peu m'ont entendu...SI je le fus. Je le referai avec plus de pouvoir
dans un monde où la communication est instantanée et globale. Qui m'entendra ?

Ainsi s'exerce le libre arbitre. On accepte ou on refuse...ce qui va à l'encontre de sa propre vision du monde.

L'homme à l'habitude de juger sur le moment, fondé sur une image photographique de l'instant. S'il considérait toutes
les penséees et tous les actes de tel ou tel, comme Dieu peut le faire, de l'ensemble des incarnations d'un individu, il
verrait la somme des expériences...ou leur absence.

L'expérience dans la matière, et sur Terre en particulier, est un programme complet. Tous n'ont pas complété le
programme sans lequel Dieu ne peut juger des réactions au pouvoir, à la détresse, aux opportunités de toutes natures.
Ainsi, certains humains nous semblent illustrer le bien, mais le font-ils en toutes circonstances ?

La croissance de la population mondiale s'explique par la nécéssité de mettre les vieilles âmes à l'épreuve de la fin du
programme (en particulier des 144 000) en "rapatriant" sur Terre de nombreuses personnes venues d'ailleurs, ou même
des créatures passant d'un règne (animal) à un autre (humain), dans les Temps de la Fin. Mais il y a aussi la
multiplication des expériences instantanées, jusqu'à 7 à la fois, pour 7 incarnations différentes au même moment pour
une même personne.

Bref, tout cela pour dire que les âmes apparemment sélectionnables selon nos critères humains instantanés, sans la
vision des vies précédentes, peuvent ne pas être élues aux yeux de Dieu en raison d'un programme incomplet. Et
puisque la mort n'est pas la mort pour Dieu, l'âme poursuivra ici ou ailleurs, si elle est trop inexpérimentée, son
apprentissage et fera ses choix en vertu du libre arbitre, plus grand cadeau que Dieu ait offert à ses créatures de règne
"supérieur".

C'est pourquoi foi et humilité, qui doivent être accompagnées de repentance, sont les fondements du Salut.

Une première remarque. Les prophéties bibliques sont de très loin les plus détaillées, tant dans l'Ancien (religion
Hébraïque) que le Nouveau Testament (religion Chrétienne). J'ai aussi étudié les prophéties Musulmanes qui sont, pour
le moins, vagues. Les prophéties Hindoues et Boudhistes sont, elles aussi, relativement floues et décrivent de grandes
lignes. Peu utiles pour connaître le scénario de la période de transition qui vient.

Une seconde remarque. Les prophéties bibliques sont essentiellement décrites dans deux livres : le Livre de Daniel et le
Livre de l'Apocalypse (Jean de Patmos). Les autres prophètes notables et utiles pour la Fin des Temps sont Ézéchiel,
Zacharie ou Esdras. Bien sûr, il faut y ajouter les chapitres prophétiques des Évangiles Synoptiques de Marc, Matthieu
et Luc (respectivement Marc 13, Matthieu 24 et Luc 21), et de quelques autres de l'Ancien Testament. Il est remarquable
de constater qu'Ancien et Nouveau Testaments décrivent le même futur, et que l'Évangile de Jean, au chapitre 21, dit
subtilement que Jean l'apôtre et l'évangéliste (qui vivra plus longtemps) sera l'auteur du Livre de l'Apocalypse au terme
du premier siècle, c'est-à-dire Jean de Patmos.

Une troisième remarque. Le Livre de Daniel et le Livre de l'Apocalypse disent tous deux que tous les êtres humains sont
concernés par le Salut (l'Enlèvement). L'expression « les quatre vents du Ciel » (introduite dans Daniel 9) parlent des
quatre principales religions de l'humanité, desquelles les élus seront sauvés, associées aux quatre Territoires de l'Empire
Britannique qui, n'existant pas auparavant en tant que tels, selon des frontières nouvelles et arbitraires, devinrent des
Nations (GB, Israël, Inde et Pakistan) célébrant, toutes quatre, des religions différentes : Chrétienté, Judaïsme,
Hindouïsme et Islam.

Cela signifie que la Chrétienté (Jésus n'était pas Chrétien, au passage, mais juif (ce que je ne suis pas, en tout cas pas
dans sa forme moderne)) n'a pas le monopole du Salut et qu'il n'existe qu'un seul Dieu et un seul Sauveur pour
l'ensemble de l'humanité. D'ailleurs, il est remarquable de constater aussi que Kalki, l'équivalent du Christ pour les
Hindous, vient sur un cheval blanc et porte une arme, tout comme le premier Cavalier de l'Apocalypse !

Une quatrième remarque. Les descriptions des personnages, institutions et situations du futur de ces prophètes
s'appuient sur ce qui les caractérisent le mieux : leurs armoiries ! Parfois même leur physique ! C'est la raison pour
laquelle les créatures décrites, présentes sur celles-ci, font office de pièces d'identité. Une fois ceci compris, la charge
négative ou positive de ces créatures n'a pas lieu d'être. Elles sont ce qu'elles sont comme une femme est une femme, un
enfant est un enfant, etc.

Une cinquième remarque, et non des moindres. C'est le Christ lui-même qui transmet ces informations prophétiques,
sauf cas où l'ange se présente en personne (Gabriel, Michael, etc), que ce soit dans l'Ancien Testament (eh oui !) comme
le Nouveau ! C'est donc ce même Christ qui décrira, dans le Livre de l'Apocalypse, qui il deviendra pour les Temps de
la Fin, et par qui il sera assisté...sur Terre !

Une fois les clés en main, c'est d'une limpidité à couper le souffle. Mais cette limpidité est trop crue pour être crue par
les esprits torturés et imaginatifs des siècles passés et du temps présent qui ont cru et continuent de croire bon d'ajouter
des dogmes et des couches successives d'interprétations fallacieuses à un scénario pour le moins simple et évident, dès
lors que les personnages et situations ont commencé à s'égréner avec les siècles...du deuxième millénaire après Jésus-
Christ.

Alors, que sont ces clés ?

Voici d'abord la « clé bretonne », la première, celle qui dévérouille la première porte.

Avant cela, un petit rappel. Je parlais donc de deux Livres prophétiques majeurs, le Livre de Daniel et le Livre de
l'Apocalypse, ce dernier reprenant les références essentielles du premier, comme les quatre bêtes (les quatre dynasties
de la monarchie Britannique depuis Guillaume le Conquérant, issue de la même famille sans discontinuer).
Le Livre de Daniel est composé de 12 chapitres dont seuls les 6 derniers sont prophétiques, les premiers évoquant les
aptitudes de Daniel à interpréter les visions et songes, en particulier celui, également prophétique, du roi
Nabuchodonosor, mais aussi à garder sa foi en Dieu dans les pires circonstances . Ce rêve, dans le chapitre 2, parle de la
succession de quatre Empires sur les Terres Babyloniennes, plus un cinquième, l'Empire Britannique, par la description
différenciée de la tête d'un colosse, puis de ses bras et torse, de son abdomen, de ses jambes et, enfin, de ses pieds (avec
10 orteils pour 10 rois...Hanovre / Windsor (le 10ème étant encore à venir, William)) pour le cinquième Empire duquel
émergera un être céleste extraordinaire - le Christ - qui étendra son pouvoir sur toute la surface de la Terre, détruisant au
passage tout ce qui a précédé...à la Fin des Temps !

Le chapitre 7 de Daniel est la description de quatre bêtes dont la quatrième verra également émerger en son sein ce
même être céleste extraordinaire avec les mêmes conséquences. Alors, comment apprend-t-on que ces quatre bêtes sont
les quatres dynasties royales Britanniques ? Où est la « clé bretonne » ?

La description de la première bête évoque un lion avec des ailes d'aigle que le lion perd au moment où la vision de cette
bête s'arrête. Il est dit que le lion se tient ensuite debout. Je ne donne ici que les détails 'croustillants', mais tous les
détails sont vérifiés par l'Histoire.

Il se trouve que l'Angleterre s'appelait d'abord 'Britannia', laquelle est issue de 'Britanny' (on l'écrit avec deux 't' ou deux
'n'), la Bretagne. Il se trouve que les armoiries du Duché de Bretagne du Moyen-Âge avaient deux figures principales,
un lion et un griffon. Ce dernier est un lion avec des ailes d'aigle déployées. Lorque Guillaume le Conquérant (William
I) vaincut Harold, autre prétendant au trône d'Angleterre à la suite d'Edouard le Confesseur, à Hastings, la Bretagne était
sous sa « protection », et il enrôla un grand nombre de Bretons qui trouvèrent ensuite Terres et Richesses en Angleterre,
comme promis par le Duc de Normandie. La Bretagne resta longtemps « le territoire » du roi d'Angleterre jusqu'à la
Guerre de Cent Ans, juste avant le règne des York et Lancaster en Angleterre, donc au moment où la vision de cette bête
(le griffon) de Daniel prit fin.

Il se trouve, enfin, que le lion des armoiries de la royauté Anglaise se tint ensuite debout, tel qu'on le connait
aujourd'hui !

Avant d'aborder la seconde bête, sachons que les trois premières bêtes sont décrites en un seul verset chacune, alors que
la quatrième en comporte des dizaines, montrant ainsi à la fois le poids et l'importance de cette dernière qui concerne le
Temps de la Fin. Les quatre dynasties sont de la même famille et ne deviennent nouvelles dynasties que lorsque un
petit-fils, ou arrière petit-fils, du premier de la dynastie précédente, prend la succession du précédent monarque.

Daniel 7, donc, poursuit avec la seconde bête - un ours – représentant Henri VIII dont la stature, la barbe,
l'accoutrement, fait d'abondante fourrure, et le caractère trempé, voire cruel, légendaires, avaient tout d'un ours, absent
toutefois de ses armoiries, contrairement aux autres bêtes / dynasties, pour les raisons invoquées plus bas. A ce propos,
il est étonnant (l'est-ce vraiment ?) de constater que les créatures héraldiques qui définissent les trois autres dynasties
(leur pièce d'identité) se trouvent toutes à droite sur leur blason respectif. Une manière de montrer l'absence de hasard  ?
Cette exception ursine n'est-elle pas aussi une façon de démontrer que nulle intention humaine ne visa à respecter le
choix des armoiries au cours de l'histoire pour coller aux prophéties ? (on aurait alors vu un ours dans les armoiries
d'Henry VII ou VIII). Que ces dernières viennent bien de Dieu et de nul autre ?

Il est dit, pour la seconde bête, qu'elle est issue d'un seul. Or, la dynastie des Tudor, uniquement composée de trois rois
(les reines ne sont jamais mentionnées dans les prophéties, à une seule subtile exception, nous le verrons), commença
par son père, Henri VII. Il est dit aussi que cet ours tient trois côtes dans sa gueule. Or, la seule référence biblique aux
côtes de l'Ancien Testament (religion Hébraïque du temps de Daniel), dans la Genèse, est Ève, la femme d'Adam, créée
avec l'une de ses propres côtes.

Il se trouve qu'Henri VIII eut 6 femmes dont seulement 3 moururent alors qu'elles étaient encore ses épouses au
moment de leur décès, et de son vivant. Deux furent exécutées sur décision du monarque, une mourut des suites d'un
accouchement par trop négligent et irresponsable au plan sanitaire, également de sa part. Donc, les 3 côtes dans la
gueule de l'ours sont les 3 femmes qu'Henri VIII « dévora ».

Enfin, cette seconde bête prit la tête de sa propre Église (raison de cette exception héraldique) dans un bain de sang,
ainsi que le suggère très bien le verset afférent. Depuis Henri VIII, le monarque, d'abord Anglais puis Britannique, tient
le rôle de David ou Salomon (son fils), à la fois roi et pape (pouvoir temporel et intemporel) que Dieu a mis sur le trône
pour le représenter, dans la seule période de l'Histoire où la Judée, au Sud, et Israël, au Nord, étaient un seul...Royaume
Uni ! D'où l'importance de l'ours, hors héraldique.

La troisième bête - un léopard – est tout aussi impressionnante de caractéristiques collant à la perfection à l'Histoire. Il
s'agit de la dynastie des Stuart. En héraldique (née au Moyen-Age en Europe, pour mémoire), un lion devient un léopard
lorsque sa tête regarde l'observateur, qu'il soit couché ou debout. C'est sa définition même en France, origine de la
première bête et de l'héraldique. Or, le lion est devenu léopard, à droite sur les Armoiries des rois Stuart. Il possède
quatre mèches poilues sur sa queue à l'arrière du corps, ressemblant à quatre ailes d'oiseaux que mentionne le verset de
cette bête.

Cette dernière possède quatre têtes. Or, les rois Stuart légitimes furent quatre : James I, Charles I, Charles II et James II.
Encore une fois, les reines ne sont pas comptées dans les prophéties bibliques, en référence à David et la promesse que
Dieu lui fît (continuité royale masculine au sein de sa propre famille jusqu'à la Fin des Temps).

Enfin, le verset indique que cette bête prend le pouvoir d'une façon singulière. Or, pour la première fois de l'histoire de
l'Angleterre, ce furent des rois écossais qui régnèrent sur l'Angleterre !

Indiquons que la Bretagne resta indépendante au temps des premiers rois Normands / Plantagenêt. C'est cette même
indépendance (vis-à-vis de l'Union Européenne) qui désormais régit le Royaume-Uni pour le retour du Christ, dans
l'année même de cet évènement ! L'indépendance ! C'est même la raison pour laquelle les Armoiries du Duché de
Bretagne (avec ce fameux griffon à droite de ce blason) servirent de repère majeur dans la description de la première
bête. Ainsi une boucle se referme. Il faut prendre le point de vue du ciel qui cherche à définir l'origine Française (cas du
1er roi moyen-âgeux (William)...et dernier roi moderne (futur William) de cette longue dynastie), et en particulier
Bretonne, des quatre bêtes. Guillaume le Conquérant recruta un très grand nombre de guerriers et seigneurs bretons
aventuriers à qui il promit Terres et Richesses en Angleterre. C'est bien ce qu'il advint.

Donc, non seulement 'Britannia' (Angleterre) tira son nom de 'Britanny' (Bretagne), dû à des incursions initiales, mais,
de plus, les puissants bretons devinrent de puissants Anglais car William I leur concéda de nombreux territoires Anglais,
pris souvent par le pillage, d'ailleurs. Ainsi, lorsque j'indique que la Bretagne était 'possession' Anglaise c'est parce
qu'elle était possession de ces Anglais-là, lesquels étaient soumis aux rois d'Angleterre de cette époque particulière
depuis William I.

Il faut indiquer ici que la description du colosse dans le rêve de Nabuchodonosor voit défiler, de la tête aux pieds, les
empires de Babylone, de Perse, de Grèce et de Rome, avant celui de Grande-Bretagne (tous les cinq ayant dominé
Babylone, cœur de la future Nouvelle Jérusalem, avec des Empires croissants en taille). Or, Rome appela la Grande-
Bretagne « Britannia », et la conquit. Il y a donc bien une logique dans la démarche chronologique et descriptive que le
Ciel respectera jusqu'au bout des prophéties. Mais aussi géographique. La fin explique le début puisque Babylone est
l'objectif de la conquête de la Terre par le Ciel pour y installer ce fameux Territoire de la Nouvelle Jérusalem (appelée
« Cité de Dieu »).

Revenons à nos moutons. Ces Bretons Anglais apportèrent puissance et richesse à la Bretagne. C'est grâce à cela que
cette dernière maintint son indépendance. Ceci exlique cela, et non l'inverse. D'où le fameux point de vue du Ciel. Ainsi,
l'Angleterre perdit la Bretagne au cours de la Guerre de Cent Ans qui vint dans le giron du roi de France, alors qu'elle
était sous influence anglaise jusqu'à présent, grâce à ces Bretons Anglais. Le verset de la première bête dit clairement
que la vision de celle-ci s'arrête à ce moment-là, juste avant l'accession au trône d'Angleterre des York et des Lancaster,
juste avant cette guerre centenaire. Le simple fait de le mentionner (« la vision s'arrête »), alors que c'est forcément le
cas aussi pour les autres bêtes, indique que la description de la première bête n'est pas complète et exclue donc toute
autre hypothèse, tel le lamassu assyrien.

Or, les York et les Lancaster appartiennent, eux aussi, à la lignée familiale des Normands / Plantagenêt, mais « n'ont »
plus la Bretagne....et ses armoiries. Cette césure dans la vision est déterminante pour identifier ce blason. Les quatre
bêtes de Daniel sont donc à la fois un roi particulier (ici Guillaume le Conquérant, puis Henri VIII, puis Jacques I, puis
George I) et une dynastie de rois, tous de la même famille, avec des sauts de générations aux changements de dynasties.

Intermède avant la quatrième bête.

Pour éviter toute confusion, j'indique dès à présent que la quatrième bête de Daniel – la dynastie des Hanovre / Windsor
- est la première de Jean dans l'Apocalypse, ce dernier mentionnant les trois bêtes précédentes en un seul verset au
chapitre 13 en reprenant leur identité à l'inverse de Daniel, du plus proche dans le temps (des Hanovre / Windsor) au
plus éloigné, à savoir léopard (Stuart), ours (Tudor) et lion (Normands / Plantagenêt). Ces trois bêtes sont aussi « les
bêtes sauvages » associées au quatrième Cavalier de l'Apocalypse, celui de « Mort » et « Hadès » (que je définirai plus
tard), dans le chapitre 6 de Jean de Patmos. Ces bêtes sont en effet des animaux sauvages de la nature, contrairement à
la quatrième bête (la mythique licorne), beaucoup mieux définie par Jean que par Daniel.

La seule présence des trois premières bêtes (lion, ours et léopard) dans l'Apocalypse, au chapitre 13, prophétie post-
christique, exclue de fait l'interprétation usuelle, mais fausse, des empires babylonien, perse et grec, pré-christiques.

La plupart des gens ignorent, ou oublient, qu'il y a une seconde bête dans l'Apocalypse, non indiquée comme telle par
Daniel. Ce n'est que celle-ci qui est associée à l'antéchrist ! Elle est l'horreur même. LE MAL ABSOLU POUR LE
CIEL ! Et cette seconde bête de Jean est aussi définie par ses propres armoiries ! La confusion vient de ce que
l'antéchrist est aussi issu de la première bête de Jean par le lien familial, mais PAS par sa pièce d'identité (armoiries).

Non seulement l'identification que j'ai faite des dynasties royales Anglaises et Britanniques pour les 4 bêtes de Daniel
respecte à la lettre les descriptions respectives, ce que TOUTES les autres interprétations échouent à produire (et j'en ai
lu des interprétations), dépassant de très loin les probabilités les plus folles, au sens mathématique du terme, mais
l'identification que j'ai faite de cette « cinquième » bête, la seconde chez Jean de Patmos, respecte aussi en tous points la
description qui en est faite avec une remarquable précision et logique.

Que dit Daniel de cette quatrième bête, associée à la licorne ? Qu'elle a 10 cornes sur une tête (unité de la dynastie) et
que trois d'entre elles sont « déracinées »...avant que « la petite corne » (l'antéchrist) ne survienne, suivie par la venue
d'un être remarquable (le Christ) soutenu par des millions d'anges pour détruire tout ce qui précède, venant dans une
« nuée » pour conquérir et régner sans partage sur toutes les nations. Son royaume sera éternel et jamais détruit.

Cette quatrième bête est terrifiante et très puissante. Elle est différente des autres. Et surtout elle est du même royaume
que les précédentes !

Comme Daniel ne comprend pas ce qu'il a vu jusqu'alors, l'ange lui explique que les 4 bêtes sont 4 rois (William I,
Henri VIII, Jacques I et George I), donc premiers de leur lignée (avec l'exception ursine). Il lui dit aussi que les 10
cornes de la quatrième bête sont 10 rois (pas présidents ou nations)...du MÊME royaume ! La « petite corne »
(l'antéchrist) va soumettre 3 rois, prononcera des paroles blasphématoires contre Dieu et opprimera les serviteurs du
Christ. Enfin, à la fin, ce dernier vaincra et étendra son royaume pour l'éternité.

On voit ici, d'ores et déjà, que, contrairement à une fausse idée répandue chez les Chrétiens, le royaume du Christ, dont
il est question dans ce récit prophétique particulier, est sur Terre et non dans le Ciel, sinon il n'aurait pas besoin de le
fonder après la chute de l'antéchrist puisqu'il existerait déjà dans le Ciel dans le cas contraire. Et ceci n'exclue pas cela.

Donc nous avons une bête à dix cornes sur la tête, dont trois sont « déracinées ». Troublant et fort énigmatique...

Ayant décrypté les trois premières bêtes, présentées dans un ordre strictement chronologique, la logique voudrait que la
quatrième du même royaume soit la dynastie suivante, les Hanovre / Windsor. Notons au passage qu'Esdras (Ancien
Testament, venant après Daniel) vient, dans les chapitres 11 et 12 de son Livre prophétique, mettre tout le monde
d'accord (mais trop d'exégètes l'ont oublié).

Il y dit très clairement que l'ange (en fait le Christ lui-même) lui indique que cette bête mentionnée chez Daniel (sic) est
une succession de rois venant les uns après les autres ! Mieux, il lui dit que ce sont en fait 12 monarques (et non 10
issus du dragon rouge dont les reines ne peuvent se prévaloir), selon l'interprétation de la vision qu'il lui offre à titre
personnel, y ajoutant donc EXCEPTIONNELLEMENT 2 REINES (Victoria et Elizabeth II) puisque l'ange de Daniel ne
parlera, jusqu'au bout du chapitre 12 de son Livre, que des rois (en référence à la promesse faite à David par Dieu d'une
lignée ininterrompue de...rois).

Le plus fort est sans doute ce que l'ange ajoute à l'oreille d'Esdras. Le deuxième monarque, sous-entendu parmi les deux
« rois » additionnels, aura le règne le plus long parmi les douze ! Or, Elizabeth II a, depuis septembre 2017, le règne le
plus long des monarques de la Maison Hanovre / Windsor !

Donc, toutes les interprétations évoquant 10 nations, ou 10 leaders d'origines diverses, pour définir ces 10 cornes sur
une tête, existant au même moment de l'histoire (selon ces interprétations), sont complètement erronées (par
ignorance ?), si ce n'est maléfiques, pour cacher à ce point la vérité des textes prophétiques dans lesquels les (10/12)
rois se succèdent !

Mais pourquoi 10 cornes ? Et pourquoi 3 d'entre elles sont-elles « déracinées » ?

Nous le découvrons chez Jean de Patmos, dans l'Apocalypse. En effet, la quatrième bête de Daniel, la première de Jean,
est créée par un dragon rouge dont elle est issue. Il se trouve que le symbole du Pays de Galles est un dragon rouge. Il se
trouve que les Princes de Galles sont tous devenus monarques de Grande-Bretagne. L'Angleterre est devenue la Grande-
Bretagne, plus exactement le Royaume-Uni, après les trois premières bêtes, et se différencie d'elles (« différente des
précédentes ») par l'existence du Parlement, c'est-à-dire qu'elle est devenue une monarchie constitutionnelle.

Ce titre de Prince de Galles, dont les armoiries possèdent les mêmes figures (lion et licorne) que le monarque de
Grande-Bretagne, est même octroyé UNIQUEMENT à l'héritier de la couronne Britannique, ce que l'Apocalypse
mentionne en disant que le BUT du dragon rouge est de donner le pouvoir à la bête (monarchie Britannique). Mieux !
Le dragon rouge lui donne le pouvoir pour UNE HEURE !
Voilà qui ajoute au mystère...sauf lorsqu'on comprend que « l'heure » en question est celle de Dieu, d'abord mentionnée
dans le chapitre 8 dans « presque une demi-heure » au verset 1, dû à la structure particulière du Livre de l'Apocalypse
que j'aborderai un peu plus tard. En réalité, si « un Jour de Dieu » vaut 1 000 ans (indiqué dans deux versets, un dans les
Psaumes, l'autre dans le Livre de Pierre), « une Heure de Dieu » vaut 16,666 ans (1 000 ans / 60), dû à la base 60
utilisée à Sumer pour définir le temps (d'où 60 minutes et 60 secondes), Sumer d'où les Hébreux, le calcul et l'écriture
sont originaires. Plus loin, je préciserai plus encore la valeur exacte de cette « Heure de Dieu ».

Il se trouve que la durée moyenne de règne des 10 rois à compter de leur couronnement ( « autorité donnée à la bête »
dans le texte) est de 16,7 ans (un peu moins en comptant dans le détail, laissant au 10ème roi à venir, celui qui doit
« régner pour peu de temps » dans le chapitre 17, 9 mois de couronnement pour atteindre exactement 16,666 ans (étant
entendu qu'Edouard VIII compte pour zéro année puisque non couronné)). Notons qu'il n'y a qu'une seule tête à 10
cornes. La moyenne des règnes est donc justifiée par l'unicité de la tête de cette bête (monarchie Britannique). Et
l' « Heure » de Dieu, Dieu dont la manifestation est représentée par la licorne comme nous le verrons, est justement
cette même durée qui viendra plus tard pour détruire la mystérieuse Babylone.

Bref, d'où viennent ces 10 cornes ?

Elles sont la corne unique de la licorne blanche à droite sur les armoiries de la royauté Britannique des Hanovre /
Windsor (et donc des Princes de Galles successifs)...fois 10 monarques, puisque les cornes sont 10 rois (reines exclues
puisqu'aucune ne fut Princesse de Galles). Mais la première bête de l'Apocalypse est aussi définie comme 7 têtes
couronnées et 10 cornes (aussi couronnées) chez Jean, à travers le dragon rouge qui l'engendre. Nous venons de voir les
cornes. Qu'en est-il des 7 têtes ?

Les armoiries de la royauté Britannique (et des Princes de Galles / du dragon rouge) comportent également un lion à
gauche portant couronne sur la tête, alors que la couronne de la licorne blanche est autour de son cou, respectant la
description de Jean. Il se trouve que la dynastie des Hanovre / Windsor eut 10 rois (dont 1 reste à venir comme l'indique
le chapitre 17) dont 7 se nommèrent George (dont 1 reste à venir comme l'indique le chapitre 17). Les 3 autres rois
furent William IV, Edouard VII et Edouard VIII. Ce sont ces mêmes trois rois qui furent « déracinés » dans Daniel 7
puisque les quatre premiers rois de cette quatrième dynastie étaient des rois George, origine de cette quatrième bête
chez Daniel (première bête dans l'Apocalypse). Donc, comme chez Daniel, il s'agit de 10 rois (cornes) dont 7 (têtes)
sont nommés George, corne (licorne) et tête (lion) étant sur le même blason résistant au temps à travers les siècles !

Le chapitre 17 de l'Apocalypse indique que 5 têtes (rois George) sont tombées, 1 existe et 1 autre est à venir, mais qui
doit régner pour peu de temps. Il indique, tout comme le chapitre 13, que ces têtes portent un nom de blasphème.
Pourquoi donc serait-ce un blasphème de s'appeler George ? Et qu'est-ce qui définit l'avant, le pendant et l'après des
règnes successifs au « milieu » de ceux-ci ?

La réponse est à la fois extrêmement simple et inattendue par le commun des mortels. La venue du Christ sur Terre est
la référence temporelle du avant, pendant et après. C'est l'événement, seul pivot essentiel autour duquel s'articulent le
passé, le présent et le futur de cette dynastie. Mais surtout le Christ moderne s'appelle George et appartient à cette même
famille dynastique ! Il s'agit du Prince George, premier né des Cambridge, né au cours du règne d'Elizabeth II. Mais, car
il y a un « mais », l'affaire est plus subtile qu'il n'y paraît. J'y reviendrai.

Disons pour l'heure que les cinq rois George (les 5 têtes) qui sont tombés sont George I, II, III, IV et V. Le roi George
VI est présent, au moment de la Venue du Christ, à travers sa fille, l'actuelle monarque, la reine Elizabeth II, avec le
règne le plus long de l'histoire de cette dynastie, sachant que les reines ne sont pas comptabilisées chez Daniel et Jean
(exception faite donc d'Esdras à qui une interprétation personnalisée lui est confiée (12 monarques) selon les termes de
l'envoyé céleste qui lui parle, le Christ).

Mais alors pourquoi le Prince Charles ne serait-il pas le septième roi George, venant à la suite d'Elizabeth II dans l'ordre
de succession ? (d'autant que « George » est parmi ses prénoms).

Pour la simple raison que le chapitre 12 de l'Apocalypse décrit la venue d'un enfant mâle qui règnera sur les Nations...et
qui sera pris vers le Ciel pour y être présenté devant le trône de Dieu...après sa naissance. Les conditions de cette
naissance définissent clairement celle du Prince George et désigne le père (William) comme la septième tête ! J'y viens.

Disons immédiatement que la grande majorité des exégètes tient pour acquis que ce chapitre 12 décrit la venue du
Christ il y a 2 000 ans. Mais il s'agit d'une erreur fondamentale puisque, dans le chapitre 22, le Christ lui-même avertit
qu'il ne faut ni soustraire ni ajouter le moindre mot à cette prophétie - le Livre de l'Apocalypse – sous peine de se voir
exclu des promesses faites aux élus dans cette même prophétie. Elle fut transmise par le Christ et écrite par Jean à la fin
du premier siècle APRÈS Jésus-Christ. C'est le seul texte que le Christ ait jamais commandé à quiconque d'être écrit
(dès le chapitre 1), les apôtres compris, même de son vivant. Donc, si c'est une prophétie à la fin du premier siècle après
Jésus-Christ, il est plus que logique que tout ce qui y est mentionné concerne le futur, au-delà de cette fin de premier
siècle.

Autrement dit, la majorité des Chrétiens dogmatiques sera exclue du Plan de Sauvetage !

Puisque les trois bêtes de Daniel, celles qui précèdent la quatrième, abondamment décrite dans le Livre de l'Apocalypse,
sont également dans ce même texte prophétique (léopard, ours et lion indiqués en un seul verset au chapitre 13), il est
clair qu'elles ne sont pas les Empires (Babylone, Perse et Grèce) que la grande majorité des prédicateurs pensent leur
correspondre avec moult circonvolutions. Même si la confusion semble possible avec les quatre premiers Empires
(Babylone, Perse, Grèce et Rome) du colosse de Nabuchodonosor, ces mêmes « experts » oublient que ce rêve du
chapitre 2 de Daniel comporte cinq parties anatomiques du colosse, la cinquième étant les pieds  ! Ce songe précise
même 10 orteils (tout le monde sait qu'il y en a dix aux pieds), c'est-à-dire 5 à chaque pied. Or, il y eut 5 rois Hanovre,
et il y aura 5 rois Windsor, Prince William compris !

Bien ! Que dit le début du chapitre 12 de Jean ? Il y a un grand signe dans le Ciel. Lequel ? On sait qu'il est associé à
une femme qui donne naissance à un enfant mâle qui règnera sur le monde et qui sera pris dans le Ciel pour y être mis
devant le trône de Dieu après sa naissance. Combien de temps après ? On ne le sait pas. On sait aussi que cette femme a
une couronne de douze étoiles sur la tête et la lune à ses pieds. On sait qu'elle enfante dans la douleur.

Indiquons ici que le début du chapitre 12 présente DEUX Signes dans le Ciel. En tant que tels (les signes précèdent
toujours ce qu'ils annoncent), annonçant des personnages à venir, ils précèdent, dans l'ordre chronologique des
évènements, mais pas dans celui de la structure du Livre, la venue des DEUX Témoins du chapitre 11 car ces témoins
seront précisément les deux personnages associés aux signes...personnages que l'on trouve dans la suite de ce chapitre
12 fuyant le dragon (blanc)...après le ministère des Deux Témoins qui se sont relevés après leur assassinat ! Ces signes
servent donc à identifier ces Témoins se tenant debout devant le Seigneur de la Terre, l'enfant mâle une fois transformé !

Ainsi, le jour de la naissance du Prince George, le 22 juillet 2013, est un jour de pleine lune. La lune se leva donc, à
l'horizon, littéralement à ses pieds (orientation du lit). La princesse Catherine, Duchesse de Cambridge, est Britannique.
À cette époque le Royaume-Uni appartenait à l'Union Européenne dont le drapeau comporte 12 étoiles circulaires, en
forme de couronne. C'est donc une princesse européenne, « portant » la couronne à 12 étoiles. C'est même la princesse
vivante la plus connue au monde. Elle forme avec William le couple le plus connu dans le monde, et leur fils sera le
petit garçon le plus connu dans le monde (naissance suivie par plus de 2 milliards de téléspectateurs). Elle enfanta dans
la douleur car elle refusa la péridurale, chose curieuse à notre époque.

Quel est donc ce signe dans le Ciel ?

Il se trouve que ce 22 juillet 2013 la configuration astrologique (le Ciel) vit l'ensemble des planètes du système solaire
former une étoile de David ! Or, le Christ martèle à plusieurs reprises dans l'Apocalypse qu'il est issu du roi David et
qu'il vient comme sa descendance! Cette étoile est celle de ce roi, proche, dans sa forme, du sceau de Salomon, son fils.

Presque tout le monde pense que le signe dans le Ciel est la femme elle-même, alors que les deux points « : » qui
suivent « signe dans le Ciel », et avant « la femme », n'existent pas dans le texte original puisque la ponctuation
n'existait pas en Grec ancien, langue de ce Livre. « Signe dans le Ciel » et « femme » sont de natures strictement
différentes puisque la femme accouche vraiment d'un enfant mâle, et, ce, dans la douleur ! Et elle ne le fait pas dans le
Ciel ! Même pour Jésus il y a deux mille ans...

Il se trouve aussi que ce 22/7, en 2013, fait écho à la situation géographique des 7 Églises des chapitres 2 et 3 de Jean de
Patmos que le Christ lui décrit. Ces églises, représentant les 7 périodes fractales qui séparent son Ascension, il y a 2 000
ans, de son Retour dans les temps modernes, loi mathématique (les fractales) permettant le calcul de la vitesse de la
lumière, à l'échelle du soleil, « lumière du monde » que lui-même dit être, à Jean l'évangéliste à deux reprises, ces 7
Églises, donc, forment géographiquement la lettre grecque PI, dans l'ordre exact donné par celui-ci. Il se trouve que 22
divisés par 7 égalent 3,14. Il se trouve que le Prince George est né juste après 16 heures locales à Londres. Soit 3,1416,
c'est-à-dire PI, très exactement.

Qu'en est-il du second signe dans le Ciel de ce chapitre 12 ?

C'est là, généralement que le lecteur se perd. Ce signe dans le ciel est celui du dragon rouge avec 7 têtes et 10 cornes
(William n'est pas encore roi à cet instant, celui de la naissance du Prince George). Bien sûr, avec l'imagerie
moyenâgeuse qui perdure dans les esprits, nul n'ira imaginer, voire admettre, qu'il s'agit simplement du père terrestre de
cet enfant (pas encore) divin, cet enfant mâle, venant naturellement après la mère. Il faut dire que le vocable
« dévorer » dans l'expression « le dragon rouge se tint devant la femme pour dévorer l'enfant mâle » a de quoi
inquiéter. Or, il ne s'agit que d'une situation on ne peut plus banale chez les royaux. Le Prince William assista, dans les
faits, à l'accouchement du Prince George. Il assista donc sa femme.
Mais plus encore, le terme « dévorer », comme partout où il est utilisé dans les prophéties, signifie « inclure », « faire
appartenir à », comme dans le cas des Territoires dans l'Empire Britannique que Daniel 7 et 8 exposent au moment de
leur conquête. Donc, le Prince William, Prince de Galles (en qualité de fils de ce dernier), se contenta d'accueillir le
futur Christ (inconscient toutefois de le faire) comme l'un des Princes Windsor ! Il fut prince avant d'être nouveau-né et
« intégré » avant d'être accueilli. Le seul fait de naître en fit un futur roi !

Mais le second « signe dans le Ciel » lui-même est décrit comme « le tiers des étoiles tombant du ciel à l'aide de la
queue de ce dragon rouge ». La queue n'exprime que le caractère final de la lignée des Princes de Galles étant devenus
rois du Royaume-Uni. C'est donc le dernier roi Britannique légitime à venir...avant le Christ lui-même !

Le tiers des étoiles est simplement l'espace qu'occupe dans le ciel les Perseïdes, cette pluie d'étoiles filantes tombant de
mi-juillet à mi-août chaque année, période de la naissance de l'enfant mâle. D'ailleurs, contrairement au signe dans le
Ciel de la femme (étoile de David), qualifié de « grand », pour son caractère hautement symbolique, celui-ci ne l'est
pas.

Clairement, il ne peut y avoir qu'un seul individu, au monde et à travers l'Histoire, étant à la fois le 10ème roi Hanovre /
Windsor et le 7ème roi George de la dynastie, tout en étant encore à venir. Puisque c'est le père de celui qui s'appelle
George, nom qui devient « blasphème » chez les rois George en raison du futur statut Christique de l'enfant mâle du
même nom, il ne peut s'agir que du Prince William. Le Prince Charles est donc tout simplement exclu de la succession
au trône de Grande-Bretagne. Comment ? Cela reste encore à définir.

La beauté de cette prophétie est que William doit devenir George VII. Mais ce nom, George, n'est pas dans la liste de
ses prénoms, liste de laquelle les rois choisissent, selon une coutume usuelle, mais non obligatoire, leur nom régalien.

Et c'est là que cela se corse.

Mais avant de corser cette affaire, cette prophétie hors norme, littéralement, je dois évoquer la structure du Livre de
Daniel et de celui de l'Apocalypse. J'aurais pu commencer par là mais rien de tel qu'un voyage immédiat dans le monde
étrange de Dieu et de Sa Volonté ! Il ne choisit pas une royauté puissante au milieu des républiques du monde par
hasard. C'est même le signal majeur du destin de l'humanité...puisque son Fils Unique est ROI des rois !

Le Livre de Daniel, comme je l'ai indiqué, n'est prophétique au sens traditionnel que dans ses six derniers chapitres sur
douze. Nous avons vu le chapitre 7 et sa description des quatre bêtes. Il recouvre donc une très longue période de
l'Histoire, plus exactement notre dernier millénaire, à compter de Guillaume le Conquérant et sa « clé bretonne ».

Le chapitre 8, dont je tairai ici les détails de décodage tellement ils sont évidents une fois les quatre bêtes définies et la
période moderne identifiée (20ème siècle), parle de la Seconde Guerre Mondiale. On y trouve :

1) les deux derniers rois Persans (Shahs d'Iran) qui sont défaits par l'Empire Britannique au cours de cette guerre,
rappellant au passage l'actualité d'alors de Babylone et d'Israël (tous deux sous mandat international Britannique), et de
Daniel avec Nabonidus et Cyrus,

2) la fin de cet Empire Britannique par la dispersion de ses Territoires en Nations indépendantes, dont les quatre déjà
évoquées (GB, Israël, Inde et Pakistan) ayant la particularité de représenter les quatre grandes religions du monde
(« quatre vents du Ciel » desquels les élus seront issus), mais aussi les quatre seules nations nucléaires issues de
l'Empire,

3) le rôle central d'Hitler désigné d'une part par l'entremise de l'évocation fort subtile de la famille Saxe-Cobourg-Gotha
d'origine allemande, devenue ensuite Windsor sous George V au cours de la Première Guerre Mondiale, dynastie royale
de l'une des quatre Nations mentionnées, et d'autre part par ses alliances avec l'Espagne et l'Italie ( « Sud ») et le Japon
(« Est »), l'holocauste et l'arianisme,

4) et enfin, une période de « 2 300 matinées et soirées », d'une rigoureuse et extraordinaire précision prophétique, entre
le Traité d'Alliance avec l'Iran (29 janvier 1942), donc le début de la vision, et la Déclaration d'Indépendance de l' État
d'Israël (15 mai 1948), tenant compte, bien sûr de l'ensemble des fuseaux horaires de l'Empire Britannique.

Peu de temps après, au terme de cette période survient le règne de la reine Elizabeth II en 1952, le plus long qui soit
parmi les douze monarques de la dynastie Hanovre / Windsor indiqués dans Esdras 12...dans l'Ancien Testament !

Le chapitre 9 de Daniel est, comme le chapitre 12 de l'Apocalypse, l'occasion de voir les fausses interprétations se
déverser dans les poubelles intellectuelles de l'Histoire. En effet, il est question d'un Oint mis à mort. Tout le monde
pense à Jésus-Christ d'il y a deux mille ans. Mais, comme on le comprend désormais, il s'agit de notre période moderne
puisque les chapitres du Livre de Daniel s'égrènent de manière strictement chronologique...et que le chapitre 8 qui
précède mentionne deux fois le « Temps de la Fin » !

Bref, et pour faire court, ce chapitre 9 évoque la venue d'un roi oint par le Ciel, un leader céleste, mis à mort et remplacé
par un autre roi, un autre leader, mais cette fois diabolique, tous deux issus du même peuple, dans une fenêtre
temporelle relativement précise. Cette dernière est définie en nombre de « semaines », sachant qu'une telle « semaine »
dure 7 ans. Il est question de 70 x 7 ans avant que le lieu le plus sacré – la Nouvelle Jérusalem – ne soit ouvert aux élus.
Il est aussi question de la venue de cet Oint APRÈS 7 x 7 ans et 62 x 7 ans (conditions temporelles).

Enfin, l'un des derniers versets dit que le second leader « confirmera » une alliance d'une « semaine » (7 ans) qu'il
rompra au milieu de cette période.

Le collégien additionnera alors 62 + 7 + 1 et trouvera 70 « semaines ». C'est dans cette logique que se sont engouffrés
les prédicateurs de tous poils, mais aussi les « experts » les plus illustres au sein des institutions religieuses
« reconnues ». Mais quelle erreur ! Pour définir 70 « semaines », il faut se concentrer sur le « temps décrété » indiqué.

Or, le calendrier, aujourd'hui universel, de l'humanité, ET décrété au cours de l'Histoire, est le calendrier Grégorien,
désormais adopté par tous les pays du monde, même si, bien sûr, des calendriers parallèles subsistent localement ici ou
là. Ce calendrier a été adopté le 15 octobre 1582. 490 ans plus tard (70 x 7 ans) est l'année...2072 !

Mais il s'agit-là de l'émergence officielle de la Nouvelle Jérusalem (« The Most Holy Place » en Anglais). Entre temps,
et bien avant, survient la venue de l'Oint et leader qui sera mis à mort. Il arrivera, selon ce chapitre 9, APR ÈS les 49 ans
(7 x 7 ans) qui suivent l'adoption de la loi Israélienne d'unification de Jérusalem le 28 Juin 1967 (juste après la Guerre
des Six Jours), ET 434 ans (62 x 7 ans) ! Incompréhensible, n'est-ce pas ? SAUF si on fait démarrer AUSSI ces 434 ans
au 15 octobre 1582...puisque la référence venait d'être donnée deux versets plus haut et que l'échelle de grandeur est
similaire (62 proche de 70).

Il se trouve que nous obtenons, pour la même année 2016, les 49 ans (28 juin) ET les 434 ans (15 octobre)  ! Le chapitre
9 dit donc qu'à partir de 2017 doit venir le roi oint, suivi de l'antéchrist. Mais combien de temps APRÈS ? QUAND ?

Nous sommes en 2020 (au moment de la rédaction de cet essai) et cet événement doit encore survenir. Si c'est dans cet
ordre (arrivée puis mort de l'Oint), et puisque c'est notre époque, l'Oint n'est pas le Christ, mais quelqu'un
d'autre...QUI ?

On ne peut s'empêcher de faire des ponts, des connections entre Livre de Daniel et Livre de l'Apocalypse tant ils sont
imbriqués l'un dans l'autre. Le chapitre 11 de l'Apocalypse parle de Deux Témoins désignés par Dieu, et se tenant
debout devant le Seigneur de la Terre (le Christ), qui prophétiseront pendant 1 260 jours, environ 3,5 ans, et seront tués
(par l'antéchrist...à Jérusalem)...exactement comme l'Oint de Daniel 9 !

3,5 ans est bien le milieu de 7 ans, une « semaine », celle que la plèbe, comme les experts, ajoutent aveuglément à 62 et
7 (69) pour obtenir 70. Nous avons vu que ces chiffres ne s'additionnent pas mais se complètent pour mieux définir
l'année pivot 2016 au-delà de laquelle viendra l'Oint, vu ici comme l'un des Deux Témoins, envoyés par Dieu, comme
l'est le 7ème roi George dans Apo 5 ! Qu'est-ce que 2016 eût de particulier ? Un indice : un événement d'importance en
Grande-Bretagne. LE VOTE DU BREXIT !

Qu'est-ce que l'année 2021 a de particulier ? LE BREXIT !...effectif et plein au 31 décembre 2020. L'indépendance du
Royaume-Uni ! Mais c'est aussi l'année de la fin des 7 périodes fractales des 7 Églises mentionnées par le Christ et
formant la lettre grecque PI.

La particularité de ces Deux Témoins est leurs pouvoirs (de tuer ceux qui les menacent, d'arrêter la pluie et de créer des
fléaux), ces mêmes pouvoirs que possèdent « Mort » et « Hadès » dans le chapitre 6 de l'Apocalypse, dans le verset du
quatrième Cavalier de l'Apocalypse ! (Épée, famine et fléaux). Il se trouve qu' « Hadès » suit de près « Mort »...comme
le veut le protocole royal s'agissant de la reine consort derrière le monarque ! Les Deux Témoins seront donc le couple
royal « amélioré » (explications à venir), Prince William et Princesse Catherine, Duc et Duchesse de Cambridge, se
tenant debout devant le Prince George, futur Christ revenu.

C'est donc bien l'Oint, le futur Prince William (l'actuel est né en 1982, bien avant 2016), une fois transformé et présent
sur Terre, qui établit une « alliance avec plusieurs », un pacte....que confirmera d'abord le futur antéchrist pour 7 ans,
mais qu'il réfutera lorsqu'il assassinera les Deux Témoins, et donc l'Oint, au milieu du terme de celui-ci. Ce traité, ce
pacte entre plusieurs nations, est relatif au banissement des armes nucléaires, et nous verrons pourquoi.

Mais de quoi les Deux Témoins seront-ils témoins ?


On notera que les personnages de la Fin des Temps sont très peu nombreux : le Christ, l'antéchrist et les Deux Témoins.
A ces trois personnages on peut ajouter deux autres figures : les frère et sœur du Christ, eux aussi venant du Ciel,
comme les trois autres. Sauf que l'antéchrist sera jeté sur la Terre dans la Guerre dans le Ciel que mènera l'archange
Michael, en l'absence du Christ dans le Ciel puisqu'il sera sur Terre (!), ainsi que l'indique le chapitre 12 de
l'Apocalypse, tout comme les anges déchus qui le suivent et le soutiennent. C'est bien parmi eux, une fois incarnés dans
un corps humain (phénomène de possession), qu'émergeront le faux prophète, la bête et le dragon de l'Apocalypse au
chapitre 19, jetés finalement dans le « lac de feu » (nucléaire). Celui qui tue par l'épée mourra par l 'épée. Il en est de
même pour l'arme nucléaire.

Jusqu'à présent, j'ai délivré une suite de morceaux prophétiques apparement décousus. Tantôt chez Daniel, tantôt chez
Jean de Patmos et même chez Esdras. Je cherchais à donner le plus rapidement possible la solution à la question «  qui
est qui ? », sans aborder encore, toutefois, le personnage de l'antéchrist ? J'ai défini la monarchie Britannique comme la
première bête de la Fin des Temps (et donc la quatrième de Daniel). On a vu que le terme « bête » définit en fait une
simple figure héraldique sans connotation négative. Une sorte de fiche d'identité. Qui et qu'est-ce que les Deux Témoins
et le Christ vont-ils combattre ? Comment et à quel moment ?

C'est ici qu'il faut montrer la structure du Livre de l'Apocalypse, ce qu'un cours magistral aurait commencé à faire, car
une question brûle les lèvres, aussitôt suivie d'une autre : QUE VA-T-IL SE PASSER ? ET QUAND ? Seule la structure
de ce Livre permet de répondre à ces questions.

Il y a 22 chapitres dans l'Apocalypse, comme il y a 12 chapitres dans le Livre de Daniel. Nous avons abordé les
chapitres prophétiques 7, 8 et 9 de Daniel. Le chapitre 10 est un intermède, la rencontre de Daniel avec le Christ, bien
avant qu'il fut Jésus. On y apprend bien des choses tel que le fait qu'il fut physiquement présent au temps de Daniel, tout
comme Satan en la personne de Cyrus le Grand qui lui résista pendant 21 jours (que l'Histoire confirme par le délai
entre Cyrus et son Général pour entrer dans Babylone)...pour décider de la libération du peuple Hébreu de la captivité
babylonienne, longue de 70 ans, au moment où Cyrus conquit Babylone, mais aussi, et surtout, nous apprenons que le
Christ reviendra avec le « Prince de Grèce » pour combattre le Prince de Babylone, qui n'est autre que le roi Cyrus
dans sa bouche, le terme Prince désignant une entité céleste, bonne ou mauvaise, ayant autorité sur une armée du Ciel,
tout comme l'est Michael qui le délivra, dans ce chapitre, des griffes de Cyrus alors qu'il était emprisonné (avec le roi
Nabonidus, roi de Babylone). Bien sûr, il faut scruter paraphrases et logique pour conclure ainsi.

L'identification de ce « Prince de Grèce », avec lequel le Christ doit revenir à la Fin des Temps, est aisée à l'aune du
travail précédent. Le Christ revient à la Fin des Temps pour combattre Satan, ce qu'il ne fit pas, en effet, il y a 2 000 ans.
Il revient donc avec un contemporain. Il s'avère que le Prince Philippe, mort en avril 2021 (mise à jour textuelle) et père
du Prince Charles, était Prince de Grèce. Mais ce titre vaut aussi pour ses héritiers, c'est-à-dire Charles et, par
conséquent William, par effet domino !

Prince George Christ revient donc du Ciel avec son (nouveau) père terrestre ! (Son retour ne pouvait donc pas être
avant). Nous verrons cela plus tard.

Le chapitre 11 de Daniel évoque et décrit dans le détail la Troisième Guerre Mondiale qui vient, sachant que, se basant
sur Zacharie, le « roi du Nord » vient du Ciel lorsque le « roi du Sud » vient de la Terre. Mais il y a aura deux « rois du
Nord », William et Harry, l'Oint et l'antéchrist.

Le chapitre 12 de Daniel conclue les prophéties majeures de l'Ancien Testament en parlant des élus qui seront sauvés.
Le Christ, qui lui conte le futur du chapitre 11, lui parle aussi de deux périodes. L'une de 1 335 jours, l'autre 1 290 jours,
se chevauchant, mais avec des références différentes. Ces périodes concernent le règne de l'antéchrist avant
l'Enlèvement. Elles ont la particularité de s'incrire, avec une remarquable précision, dans les calculs par ailleurs réalisés
pour matérialiser le récit prophétique du Livre de l'Apocalypse. Ainsi donc, nous pouvons aborder la structure de ce
dernier pour en tirer LE CALENDRIER DE LA FIN DES TEMPS.

Les 22 chapitres de l'Apocalypse se décomposent en cinq parties distinctes qui échappent à beaucoup, d'où les
confusions sur la nature et la chronologie des évènements et de l'apparition des personnages prophétiques qu'on peut lire
dans des livres ou des articles, ou voir sur des vidéos, ici ou là. Pour mémoire, l'Apocalypse fut transmis à la fin du
premier siècle après Jésus-Christ, et concerne donc le futur au-delà de cette période. Voici cette structure (les chapitres
sont entre parenthèses) :

Partie 1 : 7 Églises (1 à 3).


Partie 2 : Transfert (4 et 5).
Partie 3 : Décisions de Dieu (6 à 10).
Partie 4 : Conséquences Humaines (11 à 20).
Partie 5 : Dieu avec les Hommes (21 et 22).
Dans le chapitre 1, Jean de Patmos rencontre, dans une vision très vivace, le Christ qui apparaît sous une forme
particulièrement étrange (exactement la même que celle décrite par Daniel dans son chapitre 10, 600 ans plus tôt) et lui
demande de consigner ce qu'il va recevoir, paroles et visions, qu'il appelle, sans ambiguité, prophétie. Il lui annonce les
7 Églises qui seront décrites sous la forme de lettres courtes à l'adresse de chacune d'elles dans les chapitres 2 et 3.

Ces lettres ont la même structure : un nom d'église, une exhortation et une récompense pour ceux qui sont victorieux du
défi présenté. Elles ont également la particularité de s'adresser aux gens, qu'il dit connaître au sens large, de son temps
et de son lieu, avec de nombreuses références à et de l'époque et du Proche-Orient. Elles ont aussi un détail qui échappe
à la majorité des lecteurs. Toutes ont une indication temporelle de son retour par l'emploi d'un futur de plus en plus
proche et « imminent » jusqu'à dire, à la 7ème Église, qu'il est là, sur Terre !

Clairement, ces 7 Églises représentent des périodes successives du futur de Jean, bien qu'elles soient, dans la réalité,
toutes physiquement situées dans une région réduite de l'actuelle Turquie occidentale. Cela a de quoi troubler et
beaucoup ont, au cours de l'Histoire, tenter de créer des communautés sur la base de ces lettres.

Mais une caractéristique exceptionnelle de ces lieux géographiques donne un sens hautement symbolique au message
du Christ. En effet, dans l'ordre de désignation de ces Églises, on constate que l'on peut dessiner le symbole PI sur la
carte, à ceci près que le 6ème point est quelque peu décalé vers l'est. L'autre caractéristique étrange est qu'il y a
précisément deux distances possibles entre deux églises successives : 60 ou 70 kilomètres. Mieux, il y a trois fois 60
kilomètres et trois fois 70 kilomètres (6 intervalles pour 7 points), sachant que le 6ème point, pour cette mesure, est
replacé sur la trajectoire virtuelle du symbole PI. Ce qui donne 666 versus 777. Le mauvais chemin contre le bon, car le
point décalé est justement à 60 kilomètres du précédent, et ce, trois fois de suite jusqu'à ce point. Nous avons donc, dans
l'ordre donné par le Christ, 70, 70, 60, 60, 60 et enfin 70 kilomètres, montrant qu'on peut se rattrapper à la fin d'un
parcours de vie.

Ces lettres semblent donc indiquer un compte à rebours du retour du Christ en ajoutant les moyens mathématiques d'un
possible calcul. Nous avons les chiffres 7, PI et 2, pour 2 distances et 2 voies possibles. Il est curieux de se rappeler que
le Prince George est né un 22/7 dont le résultat (division) donne PI, très exactement (3,1416) lorsqu'on tient compte de
son heure de naissance, l'année où les planètes formèrent une étoile de David (2013).

Mais là ne s'arrête pas l'étrange. Il s'avère que la vitesse de la lumière, à l'échelle du soleil, peut être calculée avec
précision à l'aide d'un outil mathématique fractal en transformant la trajectoire des particules lumineuses de PIr^2 en
2PIR (le cercle devient la droite). En effet, avec 7 itérations, une magnitude de 2 et un ratio de transformation PI, on
obtient la vitesse de la lumière à l'échelle du système solaire ! Mais qu'est-ce que le soleil ? C'est la lumière du monde,
le nôtre. Or, le Christ a dit à DEUX reprises à Jean l'évangéliste (le même qui écrira plus tard l'Apocalypse avec ses 7
Églises), comme pour insister sur cette loi de dédoublement (la magnitude de la fractale en présence), qu'il était « la
Lumière du Monde »...LORSQU'IL ÉTAIT DANS CE MONDE ! (dans le texte).

Donc chacune des étapes des 7 Églises nous rapproche de son retour dans ce monde, comme chacune des itérations
fractales nous rapproche de la vitesse exacte de la lumière pour qu'elle se manifeste physiquement. Autrement dit, il faut
une période de départ, débutant après l'année de l'Ascension du Christ, que l'on va diviser par deux 7 fois (en fait 6 pour
6 intervalles et 7 périodes) jusqu'à atteindre l'année de son retour en ajoutant ces périodes successives les unes aux
autres.

Cette période de départ ne peut être qu'un « Jour de Dieu », 1 000 ans, car Dieu se repose au 7ème jour, le dernier des 7
millénnaires mentionnés dans la Genèse. Ce 7ème jour correspond justement au Millénnaire de Dieu indiqué dans
l'Apocalypse lorsque le Christ est roi sur son Trône alors que la Nouvelle Jérusalem sera descendue sur Terre. Mais est-
ce exactement 1 000 ans ?

Je dis souvent que la FIN explique le début pour un Être omnipotent qui cherche un résultat final et qui maîtrise donc
tous les aspects y conduisant. Or, on apprend au cours de l'étude des prophéties bibliques que deux groupes d'élus seront
choisis, les 144 000 et la Grande Multitude. Les premiers gouverneront les seconds, beaucoup plus nombreux, dans la
Nouvelle Jérusalem. Les 7 lettres aux 7 Églises, avec leurs références très locales (dans le temps et l'espace), sont
uniquement destinées aux 144 000 car les chapitres 7 et 14 indiquent, directement ou indirectement, qu'ils sont des 12
Tribus Hébraïques (12 x 12 000 = 144 000), lesquelles étaient présentes au temps du Christ, là où il accomplît son
Ministère.

Mais un écueil survient. Comment se fait-il qu'il s'adresse à des gens du passé alors que les 7 Églises évoquent des défis
pour 7 périodes successives du futur ? La réponse se trouve dans la réincarnation que Jésus lui-même enseignait. Les
exemples sont nombreux où il en parle de façon détournée, voire plus directe (Elie / Jean Le Baptiste). Mais surtout, ce
que les Chrétiens tiennent comme la preuve d'une vie unique, contrevenant, soi-disant, à l'hypothèse de la réincarnation
- je veux parler du chapitre 9 du Livre des Hébreux - dit très exactement le contraire de ce qu'ils pensent être une vérité
dogmatique Chrétienne.

En effet, ils retirent de son contexte une simple phrase (verset 27) disant qu'on est DESTINÉS à ne mourir qu'une fois.
Mais le Christ, dans ce chapitre, explique longuement le contraire en comparant, dans une parabole fort astucieuse, le
Grand Prêtre avec lui-même. Alors que lui ne meurre qu'une fois pour devenir ce qu'il devint, le Grand Prêtre doit
mourir plusieurs fois (revenir chaque année pour le cérémoniel du Saint des Saint). Les Chrétiens ont donc fait d'une
exception divine, celle du Christ, une généralité du commun des mortels car, en effet, on est destinés, À LA FIN, à ne
mourir qu'une fois.

Ainsi, ce que le Christ voulait dire est qu'au Jugement Dernier, ceux qui seront jugés dignes, mourront comme lui une
seule fois à la matérialité. Les Bouddistes évoquent le Nirvana final. Autrement dit, le Christ parle de l'obtention du
corps de lumière ! Les élus parmi les élus seront comme lui !

La différence avec les religions orientales est que, depuis la Chute d'Adam et Ève, cette transformation physique
radicale ne peut être QUE le fait de Dieu (et de ses serviteurs célestes) car on ne peut l'atteindre avec son propre travail.
Ce dernier, le travail, ne sert que la possibilité d'être choisi(e) pour l'Enlèvement, survenant dans un temps aujourd'hui
relativement proche, une poignée d'années, et pour le compte final des pensées et actes personnels au Jugement Dernier.

On constate, en effet, qu'aucune preuve d'un tel changement n'a jamais été apportée par les religions orientales. Pour le
Christ, le Jugement Dernier survient au terme du 7ème Jour, donc dans un millénaire...environ.

Justement, revenons à la valeur exacte du « Jour de Dieu », autour de 1 000 ans, pour réaliser le calcul des 7 périodes
fractales à additionner pour obtenir l'année du retour du Christ. Chacune des 7 lettres aux 7 Églises destinées aux 144
000 comporte une récompense, donc 7 récompenses. Elles sont croissantes avec le temps (et donc avec les difficultés
grandissantes des siècles) et donnent plus de pouvoirs dans la Nouvelle Jérusalem. L'ultime récompense, la plus
prestigieuse, est celle du trône du Christ sur lequel 144 personnes s'assièront, Christ compris. Ce chiffre, très
symbolique, est une déduction de la répartition des 144 000 pour les 7 récompenses qui s'additionnent à la mesure du
mérite au sein de ce groupe qui devra démontrer, individuellement, sa capacité à relever les défis mentionnés dans les
lettres au cours des siècles, aujourd'hui passés.

Or, la durée de 7 ans est récurrente dans la Bible. Tous les ésotéristes admettent que c'est un cycle crucial. Ainsi, 144 x 7
ans = 1 008 ans. Mais le Christ lui-même, parmi les 144, démarre cette période du Millénnaire de Dieu dans la Nouvelle
Jérusalem fin 2072, comme nous l'avons déjà vu, il reste donc 143 x 7 = 1 001 ans ! C'est donc cette dernière période
qui doit être prise en compte pour la première des 7 périodes fractales avant le retour du Christ, absent de cette Terre
pour cette période totale de près de deux mille ans, retour qui inaugure la période de la Fin des Temps qui précède, bien
sûr, celle de la Nouvelle Jérusalem. En effet, nous obtenons :

1 001 + 500,5 + 250,25 + 125,125 + 62,5625 + 31,28125 + 15,640625 ans = 1 986,359375 ans = ~ 1 986 ans et 4 mois.

Cette valeur doit démarrer au 1er janvier 34 puisque l'année 33 fut marquée par la crucifixion, la résurrection et
l'ascension du Christ. 33 + 1 986 ans et 4 mois = MAI 2020 ! Plus exactement le 11 mai 2020.

Mais alors pourquoi est-ce que j'annonce le 26 mai 2021 ?

Il se trouve que cette date est le 15ème anniversaire de l'alerte conditionnelle au tsunami du 25 mai 2006 que j'ai lancée
dès après une communication télépathique reçue le 7 avril 2006 sur l'île de Big Island à Hawaii alors que je
m'interrogeais sur la possibilité d'une vague géante qu'une inquiétante vision vivace précédente m'avait montrée. Un
« ange » dit en substance : « le 25...mai ».

Ceux qui veulent en savoir plus sur cette alerte conditionnelle du 25 mai 2006 pourront visiter cette page Internet et ses
articles :

https://www.bibliotecapleyades.net/esp_autor_ericjulien.htm#menu

À cette date, précisément, après l'exercise américain grandeur nature « Pacific Peril », du 23 au 25 mai 2006, dont le
scenario fut celui de mon alerte, le gouvernement américain annula le test « Divine Strake » (condition pour éviter
l'impact d'un fragment de la comète SW3 croisant le plan de l'écliptique à cette date), une simulation nucléaire visant à
détruire les bunkers iraniens où, supposément, de l'uranium enrichi servant à fabriquer des bombes nucléaires était
produit. A cette période nous étions donc au bord de la Troisième Guerre Mondiale. Cette alerte stoppa net l'escalade.

15 ans plus tard nous entrons dans la Fin des Temps !

Ainsi, la Fin des Temps débutera 180 mois après cette fameuse date de l'alerte conditionnelle. À ce moment (plus
quelques jours, soit octobre 2021), un événement ufologique majeur aura lieu à Orléans en France, ville mondialement
connue pour sa libération sur les Anglais par Jeanne d'Arc, qui entendit la voix de Dieu, afin de mettre un roi français, le
7ème du nom (Charles), sans réel pouvoir jusque-là, sur le Trône d'une France alors largement réduite. Cette fois, il
s'agira aussi d'un roi d'origine française, le 7ème du nom (George), sans réel pouvoir jusque-là, qui s'assiera sur le trône
d'un empire Britannique alors largement réduit.

À propos du 180ème mois (15 ans) à partir du 25 mai 2006, première porte d'un couloir symbolique d'une vision
prémonitoire, reçue au cours de l'enfance d'Ève (ma compagne), j'eus une vision en 2011 d'un couloir à la fin duquel se
trouvait le chiffre 179 en grand sur un mur au même niveau, avec le mot «  SORTIE » et une flèche vers la gauche et le
haut, c'est-à-dire vers le niveau supérieur où émanait une vive et puissante lumière.

Ainsi, le prochain nombre est 180 mois à compter de la première porte, c'est-à-dire le 25 mai 2021. Je montre au-dessus
l'addition des 7 périodes fractales des 7 églises commençant par un « Jour de Dieu » - 1001 ans à compter du 1er janvier
34 - auquel on ajoute six autres périodes, chacune d'elles étant la moitié de la précédente.

Notez que le dernier nombre est 15,64 ans alors que l' « Heure de Dieu » est précisément 16.68 ans (1001 / 60). MAIS
si vous remplacez 15,64 par 16,68 au terme de cette addition, vous obtenez la fin des 7 Églises au...26 MAI 2021, et
donc le commencement de la Fin des Temps le lendemain, le 27 mai 2021! Mais ce qui compte est la date de naissance
du Prince George, puisque devenant lui-même le Christ, car la Fin des Temps commence par the premier sceau, celui du
Retour du Christ. Donc, le véritable début de la Fin des Temps est le 22 JUILLET 2021.

Cela signifierait que le TEMPS de DIEU est primordial dans la prophétie du Christ pour qu'à ce point les évènements
divins soient gravés dans le marbre du temps.

Ainsi, l' « Heure de Dieu » est définie par la 7ème et dernière période effective des 7 Églises précédent la Fin des
Temps, qui démarre alors à ce moment-là, au cours de laquelle l' « Heure de Dieu » définit le temps moyen de règne de
chacune des 10 cornes (10 rois) de la Maison des Hanovre / Windsor, tout autant que le temps de la chute de Babylone
la Mystérieuse (City de Londres, symbole du capitalisme mondial) : 16,68 années !...ou 200 MOIS !

Pour conclure ici, la Fin des Temps commence donc le 22 JUILLET 2021...

...comme le Brexit effectif !

Notez aussi que Lundi 24 Mai 2021 est le 144ème jour de l'année. Ce chiffre 144, incluant le Christ, celui des rois assis
tour à tour sur le Trône dans la Nouvelle Jérusalem (récompense de la 7ème Église), est utilisé pour calculer le véritable
« Jour de Dieu » (144 x 7 ans = 1008 ans, moins les 7 premières années du Christ, soit 1001 ans au cours desquels
« Dieu se repose »).

On peut noter que chacune des 7 périodes fractales fut marquée par l'émergence d'un nouveau moyen d'accès à la
connaissance. Cette dernière fut en effet transmise pour les élites, puis par le discours populaire, par les livres, par les
journaux, par la radio, par la télévision et, enfin, par Internet. Cette succession fractale décroissante correspond aussi au
doublement de la population mondiale pour chacune de ces périodes !

Les plus méticuleux des observateurs remarqueront que les 10 jours de souffrance conduisant à la mort indiqués dans la
lettre de la Seconde Église évoquent en fait à la fois la durée de la période (500 ans) et la réincarnation ! En effet, 10
décès x 50 ans (durée de vie moyenne de l'époque considérée) = 500 ans ! Cette astucieuse indication est une clé
majeure pour en déduire les choix temporels faits ici.

Enfin, dans la 7ème lettre, le Christ dit qu'il est là, avec nous ! Or, je viens de dire que son retour est prévu en Juillet
2021, APRÈS la 7ème période allant grossièrement de 2003 à mai 2021. Est-ce bien logique ? Eh oui, c'est très logique,
et même démonstratif...puisque le Prince George est né justement dans cette période en 2013 ! Mais il n'est encore que
l'enfant mâle...QUI DOIT ÊTRE PRIS DANS LE CIEL AUPRÈS DU TRÔNE DE DIEU selon le chapitre 12 des
Révélations (autre nom de l'Apocalypse).

Ainsi, en disant qu'il est parmi nous à la 7ème période, le Christ indique son identité et sa venue progressive. D'abord
son corps physique et son nom pour les temps modernes, puis l'adoubement dans le ciel du Prince George (fusion Christ
/ Prince George) en octobre 2021, et enfin le Ministère officiel du Christ sur Terre...dans 7 ans ! (Nous verrons
pourquoi). Curieux de savoir que le Prince George vient d'avoir 7 ans en juillet dernier...

Il est important de noter que le Ciel semble vouloir nous donner la valeur de l'Heure de Dieu dans la durée de la 7ème
Église.

Après le thème des 7 Églises des chapitres 1, 2 et 3, nous voici donc parvenus à la seconde partie du Livre de
l'Apocalypse, les chapitres 4 et 5 : LE TRANSFERT !

ATTENTION : CE QUI VA SUIVRE EST ENCORE À VENIR (au jour de la rédaction de ce texte, en octobre 2020,
plus une mise à jour). En effet, si le terme des 7 périodes fractales est fin mai 2021, les explications ci-dessous
concernent un événement unique dans l'Histoire, un évènement qui fera débuter la Fin des Temps, c'est-à-dire un
programme, une série d'évènements prophétisés que, pourtant, nul ne peut voir arriver pour l'instant...

En une poignée de jours, durée de l'évènement décrit par ces deux chapitres 4 et 5 de l'Apocalypse, le monde basculera
dans une nouvelle période, sans s'en rendre compte. En tout cas, au tout début...

Personne, à ma connaissance, n'a jamais identifié ces chapitres de cette manière (le transfert). Disons tout de suite que le
chapitre 4 est un rappel du chapitre 1 du Livre d'Ézéchiel, en plus statique. Dans ces deux chapitres jumeaux (Apo 4 et
Eze 1) on y trouve quatre créatures vivantes de forme humaine (chez Ézéchiel) : un lion, un bœuf, un homme et un aigle
volant. Étrange, n'est-ce pas ?

Dans l'Apocalypse, elles sont devant le trône d'un être majestueux, le même qui parla à Jean de Patmos aux chapitres 1,
2 et 3 : le Christ ! Il est aisé d'en faire la démonstration mais cela alourdirait le texte. Autour de ce trône sont installés,
en cercle, « 24 Anciens » à la couronne dorée. Que d'hypothèses n'a-t-on pas lues sur la nature de cette scène. Mais en
revenant à Ézéchiel, le mystère s'épaissit bien plus puisqu'il est question de roues à côté desquelles se trouvent ces
quatre êtres vivants de forme humaine, roues à l'intérieur d'une roue. Lorsqu'ils bougent, les roues bougent. Et bien
d'autres aspects troublants. Bref, l'énigme semble si profonde que beaucoup n'y ont vu que des symboles plus ou moins
abstraits.

Et pourtant ! Je n'ai pas vu scène plus simple à expliquer. Mais il fallait une clé spéciale, ce genre de clé qui demande de
sortir de la boîte à penser du religeux.

Ces quatre êtres vivants de forme humaine, à opposer aux « 24 Anciens », ni vivants ni humains (sinon ce serait
mentionné), sont de vrais êtres humains ! Ils sont devant le trône où siège le Christ. Mais pourquoi donc sont-ils aussi
des lion, bœuf, homme et aigle volant, donc aux ailes déployées ? C'est parce qu'il s'agit de signes astrologiques, ceux
qui les définissent sur Terre au jour de leur naissance. Et les « 24 Anciens » sont les 24 constellations des Temps
Anciens, 12 primaires (les plus proches de l'écliptique, donc sur l'écliptique) et 12 secondaires (juste au-delà des
premières), inscrites dans un angle de 8° de part et d'autre de l'écliptique, ainsi qu'on les avait définis depuis des temps
immémoriaux. Les correspondances sont simples pour trois d'entre elles : Lion pour lion, Taureau pour bœuf et Verseau
pour homme. Mais qu'en est-il de l'aigle volant ?

Comme je viens de l'indiquer, 12 des 24 constellations sont juste au-delà des 12 primaires que nous connaissons. Il se
trouve qu'il existe une constellation appelée Aquila (« aigle » en latin) dont la forme est représentée comme un aigle aux
ailes déployées, volant dans le Ciel, donc. Aquila est précisément dans le même secteur que le Sagittaire, et tombe à la
même période de l'année. Le quatrième être humain vivant, devant le trône, est donc Sagittaire.

Mais que viennent faire des signes astrologiques dans la Bible ? C'est méconnaître cette dernière que de repousser ainsi
cette hypothèse, pourtant simple et élégante. En effet, dans la Genèse, Dieu crée l'espace et ses étoiles et les agence
selon Sa volonté. Il créa donc les constellations et leur donna même un nom, ainsi que la Genèse l'affirme !

En revanche, ce que la Bible rejette c'est la tentation des hommes de lire l'avenir par ce moyen de l'astrologie. On peut
tout au plus appréhender les traits de caractère qui y sont associés. C'est pourquoi cette interprétation respecte non
seulement l'esprit mais aussi la lettre !

Revenons aux quatre êtres vivants de forme humaine, tels que précisés chez Ézéchiel au chapitre 1. Chez ce dernier il y
a bien plus de détails sur l'activité, dans le Ciel, de ces humains bien terrestres, mais placés devant le trône de Dieu.
L'un de ces détails est un vrai coup de marteau. Il dit que chaque créature a une face qui RESSEMBLE aux trois autres
créatures, donc quatre faces chacune, comme si chacune était à la fois Lion, Taureau, Verseau et Sagittaire. Je
comprends que cela ait jeté tous les experts dans une totale et inextinguible confusion. Et pourtant, encore une fois, la
solution est limpide pour qui a la clé dynastique.

Ézéchiel dit, de cette manière, que ces quatre êtres vivants se ressemblent car ils sont de la même famille. En effet, ce
sont les (NOUVEAUX) Cambridge !

Nouveaux ? Oui, la fin du chapitre 4 de l'Apocalypse indique que Dieu les a créés (sous-entendu les formes humaines,
pour ce qu'elles doivent faire), et le chapitre 12 d'Esdras dit que Dieu renouvelle l'aigle (représentant la quatrième bête
de Daniel ainsi que mentionné dans le texte), et ceux qui l'accompagnent (sa famille), mais uniquement à la Fin des
Temps ! (Donc les 3 têtes d'aigle (monarques) qui apparaissent à la fin de la dynastie selon Esdras 12, soit William,
Charlotte et Louis, George étant alors le lion de sa propre prophétie, et non une petite tête d'aigle). Nous assistons-là à
un transfert d'âmes entre des individus qui ne se connaissent pas pour tenir une position royale, puisqu'il est aussi
question de rois chez Esdras.

Les enfants, George, Charlotte et Louis, restent les mêmes mais hautement améliorés, George en particulier puisqu'il
devient le Christ. Les adultes restent au ciel, et remplacés, pour revenir sur Terre, par deux autres personnes améliorées
de même apparence. Souvenons-nous que la (première) femme qui enfante, du chapitre 12 de l'Apocalypse, est
emmenée vers un lieu préparé par Dieu, donc au Ciel, pour y rester.

Reprenons les signes : George, futur Roi du Monde, est Lion (né à la 1ère heure du Lion dans le 1er fuseau horaire de
l'Empire Britannique en Nouvelle-Zélande), Charlotte et Louis sont Taureaux. Les nouveaux et futurs William et
Catherine doivent être, selon cette prophétie, Sagittaire et Verseau, respectivement. En effet, il est dit dans Apo 12 que
la femme est prise par un aigle pour être mise en sécurité pendant 3,5 ans. C'est ce même aigle volant, le Sagittaire. Elle
est donc, par conséquent, Verseau.

C'est une même famille dont les membres se ressemblent, ils sont cinq, devant le Trône du Christ ! Certes, mais il n'y a
que quatre signes astrologiques (Charlotte et Louis sont du même signe). Cette apparente dychotomie trouve sa solution
dans le chapitre 5 de l'Apocalypse. Ce dernier décrit symboliquement la fusion du Christ et de George, l'agneau
(l'enfant) « comme s'il était tué ». Cela rappelle la façon dont les Chrétiens définissent Jésus-Christ, l'agneau. C'est
pourquoi beaucoup pensent qu'il s'agit de lui. Mais l'expression « comme si » change la donne car George, dans ce cas
précis, est pris au Ciel « comme si » il s'agissait de sa mort...dans la période qui suit PÂQUES 2021! (mort, résurrection
et ascension du Christ, suivi par la Pentecôte).

La date de l'événement ufologique majeur à Orléans en France, celui de l'Enlèvement des Deux futurs Témoins, Verseau
et Sagittaire, sera en octobre 2021.

Mieux, cet agneau (le Prince George), devant le Trône où siège le Christ alors présent (qui est donc encore
« physiquement » différent), est défini par les attributs de son père terrestre qui en a la charge avant son propre
ministère, ce père étant le dernier roi légitime annoncé de sa dynastie : cet agneau a « 7 cornes et 7 yeux...qui sont les 7
esprits envoyés par Dieu sur toute la surface de la Terre ». Oups !

Que voit-on sur les armoiries royales Britanniques, à droite, celles de la quatrième bête, la dynastie Hanovre / Windsor ?
Une licorne blanche ! Donc un cheval blanc avec une longue corne droite entre les yeux. L'agneau devenu Christ aura
un cheval blanc au chapitre 19 et est le cavalier sur le cheval blanc au chapitre 6. Or, cette licorne est représentée...de
profil. On ne voit donc qu'une seule corne, bien sûr, mais surtout un seul œil ! George a 7 cornes et 7 yeux car il est issu
de son père, le dragon rouge aux 7 têtes et 10 cornes, dont 7 correspondent aux têtes...qui sont les 7 rois George de la
dynastie Hanovre / Windsor de l'Empire Britannique présent sur toute la surface de la Terre, c'est-à-dire sur tous les
continents. Ils sont envoyés par Dieu ! L'agneau s'appelle donc George puisqu'il a 7 cornes et 7 yeux.

On voit ici que le blasphème vient du fait que le lion (ses 7 têtes successives) se nomme «  George » quand ce nom
appartient à la licorne (ses 7 cornes successives) « enchaînée » au lion.

Mais pour revenir à la dychotomie, lorsque l'agneau, le Prince George une fois enlevé au ciel avec sa famille, s'approche
du Trône du Christ afin que ce dernier lui tende de la main droite le Rouleau aux 7 sceaux, il est dit que les créatures
vivantes qui assistent à cette scène, et en sont donc Témoins, sont...QUATRE ! Donc, William, Catherine, Charlotte et
Louis...deux adultes et deux jeunes enfants.

Le simple fait que le Christ remettre le Rouleau (ou Livre) aux 7 sceaux au Prince George, et qu'ensuite, dès après, ce
dernier soit appelé à la fois Agneau ET Dieu (les deux mots sont ensuite systématiquement associés, comme un nom
double) à compter de la fin de ce chapitre jusqu'à la fin du Livre de l'Apocalypse, signifie que ce geste (remise des 7
sceaux) est la fusion du Christ et du Prince George qui revient alors sur Terre en qualité de George Christ, comme Jésus
devint Christ à son baptême lorsqu'une lumière « planant comme une colombe » (un ovni) vint au-dessus de lui. Ses
miracles n'eurent lieu, en effet, qu'à compter de cet instant.

Si les enfants sont facilement identifiables, les deux adultes, Sagittaire et Verseau, qui remplaceront William et
Catherine, tout en leur ressemblant trait pour trait, restent à identifier...pour le public (pas pour l'auteur).

Avant d'y parvenir à l'occasion de la découverte du calendrier de la Fin des Temps contenu dans les parties 3 et 4 du
Livre de l'Apocalypse (chapitres 6 à 10, puis 11 à 20), mentionnons que George est nommé le Lion de Judah, l'héritier
de David dans les chapitres 4 et 5 . Or, au moment de sa naissance, il est du signe du Lion (1ère heure, 1er fuseau
horaire de l'Empire) et sous les auspices de l'étoile de David formée par les planètes du système solaire à sa naissance.

Mais il faut en venir à une révélation. La scène des chapitres 4 et 5 se déroule dans le Ciel, là où se trouve le Trône du
Christ, aussi appelé Dieu, car Fils de Dieu. En effet, les « 24 Anciens », les 24 constellations des temps immémoriaux,
forment un cercle autour du Trône (comme le zodiaque). Ce dernier est donc dans l'espace. On se demande donc par
quoi, ou par qui, ces créatures vivantes de forme humaine sont prises pour y être amenées, comme c'est d'ailleurs
précisé pour l'enfant mâle pris vers Dieu et son Trône dans le chapitre 12, bien après sa naissance.

La Bible, en particulier l'Ancien Testament, regorge de mentions aux « anges » de Dieu, mais aussi aux « nuées » du
Ciel. Une étude très poussée et exhautive de ces termes, grâce aux bases de données désormais disponibles sur Internet,
a permis de montrer que 74 versets parlaient distinctement des contacts physiques de ces « anges » de Dieu (et non
ceux de Satan) avec les hommes, et qu'ils possédaient des pouvoirs surnaturels de natures médicale, militaire et
technologique. Ils sont très souvent accompagnés des « nuées ».

Ces dernières, lorsqu'elles sont remarquables, sont présentes dans 83 versets qui les montrent avec des facultés fort
étranges pour de simples nuages, fussent-ils symboliques. Elles apparaissent, disparaissent, s'élèvent, se réduisent en
taille, demeurent des heures, voire des jours durant, à la même position, elles suivent des groupes, elles partent à toute
vitesse, elles communiquent avec les hommes et, plus étrange encore, elles ont des piliers qui deviennent, la nuit, des
colonnes de lumière ou de « feu ». Elles appartiennent à ces « anges », mais aussi à Dieu lui-même !

Cela nous rappelle-t-il quelque chose ? Plus près de nous ? Bien sûr, les extraterrestres et leurs ovnis modernes...qui
émettent des faisceaux lumineux intenses, très souvent tronqués ! D'où les piliers (appelés « colonnes de nuées » le
jour). Le problème est que le religieux dénigre les ovnis, comme les ufologues dénigrent la religion. Ces deux mondes
sont non solubles l'un dans l'autre en raison des préjugés persistants chez les uns et les autres.

Pourtant l'affaire est simple. Il faut mettre plus de Sacré dans les ovnis et plus de Science chez Dieu.

C'est un peu comme ce qui sépare la démocratie de la monarchie divine. Dans la première, ce sont DES gens qui jugent
UN individu. Dans la seconde c'est UN individu qui juge DES gens. Tant que la sagesse et la justice ne transpirent pas
par tous les pores de l'un comme de l'autre, ils sont virtuellement incomptabibles l'un avec l'autre. Mais un nouveau
temps vient où ceux qui seront sélectionnés pour la Nouvelle Jérusalem seront aptes à comprendre et admettre la
supériorité du Roi, vraiment divin. Elle sera l'occasion d'établir une économie de la générosité où l'argent aura disparu à
jamais.

Le fait est que le temps fractal, lorsqu'il est parfaitement assimilé, révèle sa capacité à expliquer tous les phénomènes
ovni, et extraterrestres, et les moyens par lesquels la Nouvelle Jérusalem offrira l'énergie et les fruits que l'univers, dans
son ensemble, peut engendrer.

Ainsi le statut « d'ange » est commun à tous ceux qui contrôlent le temps fractal, qu'ils soient divins ou déchus. C'est
pourquoi les quatre créatures vivantes de forme humaine deviennent des « anges » (de Dieu) une fois transformées,
George Christ compris, et présentent alors à Jean de Patmos les quatre Cavaliers de l'Apocalypse qui leur correspond au
chapitre 6. En effet, toutes quatre (pour quatre signes, mais cinq personnages) seront ensuite appelées « anges » dans la
suite des prophéties, George Christ compris (Ange ou Agneau/Dieu).

Il est temps d'aborder le calendrier de la Fin des Temps, grâce à l'étude des parties prophétiques (Livre aux 7 sceaux et
Petit Livre Ouvert), celui qui succède à cet événement transitoire des chapitres 4 et 5 liant ainsi l'évènement ufologique
en octobre 2021, à Orléans, puis au Royaume-Uni, au Fils de Dieu, pour l'enlèvement des futurs Deux Témoins, celui
des Cambridge...et leur retour une fois transformés.

Cet événement unique respectera scrupuleusement les prophéties de l'ange dans les Actes, chapitre 1, alors que le Christ
venait de s'élever dans les airs sur une « nuée », et du Christ dans Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21, à savoir que le
Christ revient sur une « nuée » (« de la même manière »)...que nous venons de voir être...un vaisseau
extraterrestre...alors qu'il n'est encore qu'un enfant mâle ! C'est ce même enfant mâle métamorphosé qui est appelé, dans
la Bible, Roi des rois, Seigneur des Seigneurs...

Mais il ne viendra pas seul comme l'indique Daniel 10 où le Christ lui-même dit revenir pour la Fin des Temps avec le
« Prince de Grèce », le futur Prince William, héritier du Prince Charles, lui-même héritier du Prince Philippe, Prince
Grèce, titre qui se transmet automatiquement par héritage séculaire de générations en générations...peu de temps après
sa mort le 9 avril 2021 et ses funérailles télévisées du 17 avril 2021 transmises dans le monde entier !

Que doit-il donc se produire dans les années qui viennent à compter de cet événement prodigieusement majeur, appelé
ici le « transfert » ? Donc dès octobre 2021 ?

Je n'ai jamais trouvé un exégète dire avec force et clareté que les deux Livres (ou Rouleaux) mentionnés dans
l'Apocalypse – le Livre aux 7 sceaux et le Petit Livre Ouvert – décrivent le même futur, les mêmes évènements...et les
mêmes personnages. En effet, certaines descriptions diffèrent quelque peu, mais c'est pour une raison simple.
Le premier Livre contient les DÉCISIONS DE DIEU, les 7 sceaux que tenait le Christ sur son Trône avant de les
remettre symboliquement au Prince George, et donc avant de fusionner avec lui.

Le second Livre contient les CONSÉQUENCES DES HOMMES car il est clairement dit qu'il évoque les langues, les
nations et les...ROIS ! (pas les présidents ou les chefs religieux, ou que sais-je encore).

Mais l'aspect majeur est qu'à la toute fin du chapitre 10 de l'Apocalypse, l'ange lui demande, à l'aide de ce second Livre,
de prophétiser à nouveau après lui avoir remis ce Petit Livre Ouvert ! Il y a donc un « document officiel divin » remis
par Dieu à...lui-même (Sa Manifestation), et un « document vulgaire » remis au prophète (Jean de Patmos) pour les
hommes. L'essentiel réside dans l'expression « À NOUVEAU » car cela signifie que le second « document » reprend les
décisions du premier pour les traduire en conséquences pour les hommes...comme il existe un langage diplomatique et
un langage coutumier. Le premier est plus symbolique, le second plus descriptif.

La fin du chapitre 10 est donc la ligne de césure entre les deux Livres. C'est pourquoi les chapitres 6 à 10 correspondent
aux chapitres 11 à 20. D'ailleurs, l'évidence saute aux yeux du lecteur attentif. En effet, ces deux Livres ont la même
structure quant aux thèmes abordés, et ce, dans le même ordre : FORCES, ÉLUS, FLÉAUX.

Mais il faut commencer par la fin, les fléaux, pour se convaincre de cette évidence car des expressions singulières sont
communes aux deux sous-livres pour décrire chacun des 7 fléaux, appelés « trompettes » (que l'on sonne = décisions)
dans le premier, et « coupes » (que l'on verse = conséquences) dans le second. En remontant parallèlement les chapitres
des deux Livres côte à côte, pour chacun respectivement, on voit que le thème des élus – les 144 000 et la Grande
Multitude – précède celui des 7 fléaux (chapitres 8 à 10 / chapitres 15 à 20), aux chapitres 7 et 14 respectivement.

De la même manière qu'il y a bel et bien un ordre chronologique au fil de la lecture et des chapitres dans le Livre de
Daniel, il existe aussi ce même ordre temporel, de façon parallèle, dans ces deux sous-livres de l'Apocalypse. Et ceci est
très logique car une fois les forces en présence – le bien contre le mal – les hommes choisissent leur camp (au travers de
leurs décisions et comportements). S'ils le font bien, à titre individuel, ils sont élus. S'ils le font mal, à titre individuel,
ils subissent les fléaux.

Ce n'est qu'aux chapitres 21 et 22 – Dieu avec les Hommes dans la Nouvelle Jérusalem – que l'on en sait plus sur le sort
des élus...car ces derniers ne le sont que sur la base de la foi qui n'est autre que la confiance sans savoir, sans avoir de
preuve...de la venue, ou de l'existence même, de cette « Cité de Dieu » descendue sur Terre. C'est d'ailleurs bien cette
foi qui induit le repentir, qui amène Dieu à les pardonner, et donc à les sauver. Ce pardon est exclusif à l'Enlèvement
(Salut), pas au Jugement Dernier au terme des mille ans de Dieu car, alors, chacun sera jugé selon ses actes et pensées,
pas plus, pas moins.

Ce pardon n'est donc qu'un laisser-passer ! Son critère d'obtention est le repentir, doublé de la foi et de l'humilité (qui
induit le repentir). Cette foi sera d'autant plus inaccessible aux religieux qu'ils n'admettront pas, à quelques exceptions
près, que les « anges » sont des extraterrestres et que l'Enlèvement se réalisera au moyen de vaisseaux « spatiaux », les
fameux ovnis.

Ce pardon de Dieu, qui ne s'applique qu'au seul choix et épisode des élus pour l'Enlèvement vers la Nouvelle Jérusalem,
est sans doute la clé la plus importante qui fait défaut dans la compréhension que les Chrétiens ont de la Fin des Temps,
et de ses enjeux. Vue de la densité de temps du Ciel notre âme apparaît comme une lumière plus ou moins brillante, plus
ou moins terne, dans la nuit de la matière. On ne peut donc tromper quiconque avec nos faux-semblants. Seules les
« lumières » les plus distinctes et brillantes seront choisies et prises. La méfiance que pourrait induire la propagande
anti-ovni et anti-aliens, nous assombrira inévitablement...si nous y succombons. Ce manque de foi nous condamnera.

Enfin, l'ordre anté-chronologique de la lecture des deux sous-livres induit une correspondance inévitable entre chapitre
6 (du Livre aux 7 Sceaux) et chapitres 11 à 13 (du Petit Livre Ouvert) du Livre de l'Apocalypse, parties respectives des
Forces (bien contre mal), sans doute les chapitres les plus mal compris depuis deux millénaires.

Le chapitre 6 (parmi les décisions de Dieu) décrit les six premiers sceaux, le 7ème étant les 7 fléaux. Les quatre
premiers sceaux sont les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse. Il sont, dans l'ordre, le Cavalier Blanc, le Cavalier Rouge, le
Cavalier Noir et le Cavalier Pale. En fait, c'est le cheval de chacun de ces cavaliers qui possède ces couleurs respectives.

En face (parmi les conséquences des hommes), nous trouvons les Deux Témoins (chapitre 11), la femme qui enfante (la
mère), le Dragon Rouge avec ses 10 cornes et 7 têtes couronnées (le père), l'enfant mâle et l'archange Michael contre
Satan (la Guerre dans le Ciel avant la chute de ce dernier sur Terre) (chapitre 12).

La place manque ici pour expliquer, dans le menu détail, le sens de chacun des aspects descriptifs de chacun des
cavaliers. Disons juste quelques mots.
Tout d'abord, chacune des quatre créatures vivantes humaines présente un Cavalier. Mais il y a 5 personnes. Le premier
Cavalier est présenté par George Christ avec sa voix de tonnerre, avec son propre cheval blanc. Puis il se contente
d'ouvrir les autres sceaux puisqu'il est le seul à pouvoir le faire.

Il reste donc trois cavaliers pour 4 personnes. Or, nous le verrons, deux de ces quatres humains sont sur le même cheval
(pâle), les futurs William (Sagittaire) et Catherine (Verseau). Il reste ainsi deux personnes, Charlotte et Louis, pour deux
chevaux (rouge, puis noir). Mais elles ont le même signe astrologique (Taureau). Comment cela se fait-il ?

Il faut rappeller que Ezekiel 1 présente les quatre signes comme étant présents sur le visage de chacune des créatures.
Ainsi, chacun peut représenter les autres. Ensuite, sur ces 5 personnes, seules 4 sont héritiers de la couronne Britannique
(Catherine ne sera que reine consort). On peut donc aisément penser que l'ordre de naissance des enfants définit les trois
premiers Cavaliers, soit George (blanc), Charlotte (rouge) et Louis (noir), tous trois étant les mêmes qu'auparavant,
mais 'améliorés'. Ensuite viennent William et Catherine (pâle), leurs nouveaux parents, vraiment nouveaux ! Leur
'naissance' est donc la dernière dans l'ordre chronologique. Passons en revue ces Cavaliers.

Le Cavalier Blanc (donc son cheval blanc, la licorne des armoiries de la royauté Britannique) porte couronne (royale) et
arc pour conquérir le monde. Il correspond au Christ, le nouveau Prince George, une fois l'évènement des chapitres 4 et
5 passé (transfert des signes astrologiques devenus anges et famille Cambridge renouvelée).

L'arc rappelle Apollon, fils de Zeus (Dieu), qui portait un arc. Or, « l'Ange des Abysses » est appellé « Apollyon » dans
l'Apocalypse, « le Destructeur ». Beaucoup le prennent pour Satan alors que c'est « Apollyon » qui jette, parce qu'il en
a la clé, ce dernier dans cet abysse au chapitre 20. Mieux, « il l'enchaîne » pour mille ans. Par le plus grand des
« hasards », la licorne des armoiries royales Britanniques, représentant le Christ George avec ses 7 cornes et 7 yeux du
fait de son nom, possède une chaîne autour d'elle! Elle va donc s'en « servir ».

Donc, le Christ était Apollon avant d'être Jésus, puis George. C'est la raison pour laquelle la créature vivante de forme
humaine du signe du Sagittaire est identifiée grâce à l'aigle aux ailes déployées (Aquila correspondant au Sagittaire),
pour ne pas le confondre avec le Christ et son arc (chacun sait que le Sagittaire brandit aussi un arc).

Ce premier Cavalier représente la venue du Christ sur Terre. Le Blanc est sa couleur, tant physique (licorne blanche)
que symbolique (pureté).

Le verset du second Cavalier, sur son cheval rouge, évoque la guerre. Le sang est « versé ». Ce pourrait être bien des
choses (les guerres furent innombrables dans l'Histoire). Mais Zacharie vient à notre rescousse. Dans son Livre
prophétique, ce prophète de l'Ancien Testament donne exactement les mêmes couleurs de chevaux qui tirent un chariot
chacun. Mais chacun est associé à un point cardinal. Le blanc à l'Est, le rouge au Nord, le noir à l'Ouest et le pâle au
Sud. Or, en croisant d'autres versets on voit que le Nord représente symboliquement le Ciel, l'Est le Trône de Dieu, mais
aussi le début, l'Ouest la fin et le Sud la Terre. On notera que l'axe Nord-Sud (Ciel-Terre) est l'axe de l'espace quand
l'axe Est-Ouest est celui du Temps (début-fin).

Ainsi, cette guerre se déroule dans le Ciel (rouge).

Il s'agit donc d'une guerre dans les cieux, cette même guerre entre l'archange Michael (et son armée d'anges de Dieu)
contre Satan (et son armée d'anges déchus), guerre décrite dans le chapitre 12 dans le Petit Livre Ouvert...après la
naissance de l'enfant mâle et son enlèvement vers le Trône de Dieu. Cette guerre se conclue par la descente de Satan (et
de ses acolytes) sur Terre où il doit prendre le rôle de l'antéchrist dans un corps incarné !

Ce second Cavalier représente la Guerre dans le Ciel, et la venue de l'antéchrist qui, par conséquent, suivra. Le rouge est
sa couleur car c'est celui du sang qui coulera dans les veines de Satan, alors sous la forme d'un être humain. Il sera
littéralement « versé » dans son nouveau corps (phénomène de possession), comme le seront individuellement ses
lieutenants maléfiques dans d'autres corps humains.

Le troisième Cavalier, sur son cheval noir, est l'objet d'une erreur classique. Il est question d'une balance qui «  pèse » les
fruits de la moisson (« Blé et Orge »). Le « paiement » est « une mesure pour un jour de travail », d'une part, et « trois
mesures pour un jour de travail », d'autre part. L'interprétation usuelle est celle de la famine. Autant dire que ces unités
n'ont pas cours dans les temps modernes, ceux que ces prophéties visent. Il s'agit donc bien d'autre chose. Le verset
poursuit en indiquant qu'il faut épargner « l'Huile et le Vin ».

Il se trouve que la Tradition Hébraïque est représentée par le Blé et l'Orge utilisés dans ses cérémonies religieuses et ses
fêtes, tandis que la Tradition Chrétienne, au sens large d'ailleurs, est représentée par l'Huile et le Vin dans ses
cérémonies propres. Que veulent donc dire ces versets ?

Contrairement à l'idée répandue, il s'agit de récompenses, les fameuses « mesures », pour le paiement du travail d'un
jour. Mais ce jour est celui de Dieu. Or, deux « Jours » nous séparent du Ministère du Christ il y a...deux mille ans. Pour
le travail (les efforts d'évolution liés à la première des 7 lettres aux 7 Églises) du premier millénaire, au travers des
réincarnations successives, un premier groupe d'individus parmi les 144 000 se verra récompensé au cours des trois ans
(trois « mesures » des mille ans) suivant le début de la période du Cavalier Noir.

Un deuxième groupe ayant réussi tous les défis des six autres lettres aux 7 Églises se verra récompensé dès la première
année de cette même période (donc une « mesure » des mille ans suivants, aux défis croissants). Plus petit est le nombre
de mesures, plus grande est la récompense ! D'ailleurs, entre 1 et 3 ans toute une variété de durées peut être imaginée
pour faire écho à une graduation de succés (entre 1 et 6 défis), 7 succès signifiant un départ assuré dès la première
année.

J'ai dit départ ! En effet, il s'agit-là de l'Enlèvement des 144 000 ! Mais plus tôt ils partent mieux c'est, sachant qu'entre
temps la Troisième Guerre Mondiale aura débuté...environ un an après, justement, le début de la période du Cavalier
Noir. Quant à « l'Huile et le Vin » - la Tradition Chrétienne, et plus généralement ceux qui ont la foi (quelle que soit la
religion d'attachement) mais n'appartiennent pas au groupe des 144 000 – ils seront épargnés des affres des Tribulations
des 7 fléaux, mais devront rester encore sur Terre pour être testés, encore et encore.

Donc les 144 000 sont enlevés dans le Ciel par des ovnis selon un programme au mérite, et dans une période précédent
l'avènement de l'antéchrist.

Ce troisième Cavalier représente donc l'Enlèvement des 144 000. Le noir est sa couleur car c'est celle de l'espace que
seule la nuit de l'Enlèvement révèle.

Le quatrième Cavalier, le Cavalier Pâle, couleur de son cheval, est un chef-d'oeuvre de symbolisme...

Le cavalier du quatrième sceau est appelé « Mort ». Il est suivi de près par « Hadès ». « Mort », dans ce verset, est du
genre masculin ! Il leur est donné « le pouvoir sur le quart de la Terre pour tuer par l'épée, la famine, les fléaux et par
les bêtes sauvages de la Terre ».

On notera que, dans le Livre prophétique d'Esdras, le pendant de cette figure de « Mort » est la première et grande tête
de l'aigle (ayant deux autres petites têtes d'aigle à ses côtés avec qui il est allié). Si l'aigle représente la dynastie des
Hanovre / Windsor dans son ensemble, et plus largement les monarchies européennes, la grande tête de l'aigle
représente son 12ème et dernier monarque (dont 10 rois et 2 reines), c'est-à-dire le dragon rouge à 10 cornes et 7 têtes,
une fois couronné. Le Christ, qui s'adresse à Esdras, est le lion de sa propre prophétie. Il ne s'inclue pas comme un roi
ordinaire dans cette dynastie qui s'achèvera avec l'arrivée de l'antéchrist au chapitre 12 d'Esdras. Mais il dit de cette
grande tête d'aigle qu'elle dominera le monde de façon beaucoup puissante que tous les monarques précédents...réunis.
Or, l'Empire Britannique fut l'empire le plus puissant ayant jamais existé...C'est dire l'importance du futur
William...n'ayant strictement rien à voir avec celui qui loge à Kensington Palace aujourd'hui ! (Fin 2020).

Justement, le quart de la Terre est précisément la portion des terres émergées de la planète dominées par cet Empire (à
un instant de l'Histoire en tout cas). Pour Dieu, cet empire existe toujours, que ce soit au travers des bribes d'influence
de la Grande-Bretagne, ou même des autres royaumes où règne toujours le monarque Britannique (Australie, Canada,
Nouvelle-Zélande et toute une série de Territoires îliens). Ce quart de la Terre est l'ensemble disparate des 53 Nations
qui appartiennent au Commonwealth à la tête duquel se trouve toujours...le monarque Britannique !

Ainsi, « Mort » et « Hadès » ne sont personne d'autres que les futurs William et Catherine, lorsque William sera roi, et
que Catherine suivra son époux juste derrière, selon le protocole royal. Je l'ai déjà dit, les « bêtes sauvages » du verset
du Cavalier Pâle sont le lion, l'ours et le léopard, symboles des trois dynasties précédentes, mais véritablement sauvages
dans la nature. Ce détail évoque le caractère militaire de leur pouvoir car, curieusement, l'armée Britannique sert le roi
(ou la reine) uniquement. Elle agit en SON NOM. C'est pourquoi les Armes sont nommées Royal Army, Royal Navy et
Royal Air Force. Les armoiries militaires lui sont assujetties...et l'Empire fut avant tout le résultat de conquêtes
militaires.

Nous découvrirons, justement, qu'une quatrième Arme fera son apparition, la « Royal Space Force ». Cette licence de
ma part s'explique par la description d'une armée de 200 millions « d'anges » de Dieu, équipés de vaisseaux spatio-
temporels, à l'aide des parties du blason royal du Royaume-Uni actuel, ce qui a échappé à tous les experts du monde
entier. De nouveau les armoiries s'imposent !

Le monarque des temps modernes, à qui tant de pouvoir est confié par Dieu, est ainsi, par les « bêtes sauvages », le
descendant direct d'une lignée royale millénaire.

Je l'ai déjà mentionné. « Mort » et « Hadès » sont également les « Deux Témoins » du chapitre 11, dans le Petit Livre
Ouvert, qui « se tiennent debout devant le Seigneur de la Terre ». Ils sont témoins, les deux seuls adultes, du transfert
du Christ dans le corps du petit Prince George, ainsi que l'affirme le chapitre 5 dans lequel les quatre créatures vivantes
de forme humaine assistent à la remise des 7 sceaux (fusion corps et âme du Christ et de George) devant le Trône de
Dieu (le Christ, fils de Dieu).

Ces « Deux Témoins » ont également ces mêmes pouvoirs (ceux de « Mort » et « Hadès ») : exécuter ceux qui les
menacent, stopper la pluie, et répandre des fléaux.

La nature des termes utilisés dans la description du quatrième Cavalier, mis en parallèle avec le chapitre 11 du Livre de
Daniel dont la chronologie correspond à la perfection à ce Cavalier, mais aussi avec les chapitres prophétiques de
Matthieu, Marc et Luc, conduit à établir, sans aucun doute possible, la survenue, dans un futur très proche, de la
Troisième Guerre Mondiale !

Ce quatrième Cavalier représente donc la Troisième Guerre Mondiale. Pâle est sa couleur car c'est celle de la lividité
cadavérique des victimes tant elles seront nombreuses.

Pour mémoire, les quatre premiers sceaux du Livre aux 7 sceaux (représentant les décisions de Dieu) sont les quatre
Cavaliers de l'Apocalypse. Ces décisions divines sont :

– BLANC : Retour du Christ pour conquérir la Terre.


– ROUGE : Guerre dans le Ciel pour jeter Satan sur Terre.
– NOIR : Enlèvement des 144 000 pour les protéger de ce dernier.
– PÂLE : Accession au trône des Deux Témoins pour défendre le Royaume-Uni, qui accueille le Christ, pendant
la Troisième Guerre Mondiale.

Cet ordre d'apparition des évènements occulte en réalité un chevauchement de ces derniers. Nous allons voir pourquoi.

Nous pouvons d'ores et déjà établir un calendrier pour le début de la Fin des Temps. En effet, nous apprenons au
chapitre 11, dont le début est consacré aux Deux Témoins, que ces derniers prophétiseront pendant 1 260 jours et que
c'est au cours de cette période qu'ils useront de leurs pouvoirs. Or, grâce à la correspondance faite entre Livre aux 7
sceaux et Petit Livre Ouvert, dans la section des chapitres dédiés aux Forces en présence (bien contre mal), soit les
chapitres 6 versus 11 à 13, respectivement, les quatre Cavaliers surviennent pendant cette période de 1 260 jours,
d'autant qu'ils sont présentés par les quatre anges, eux-mêmes personnages impliqués comme Cavaliers...et Deux
Témoins.

Ce chiffre 1 260 jours est remarquable car il se divise en semaines. Cette période démarre au 22 Juillet 2021 suivant
immédiatement celle qui conclue les 7 périodes fractales des 7 Églises (26 mai 2021). Les périodes en question étaient
décroissantes. Nous sommes passés d'un « Jour de Dieu » (~1 000 ans) à une « Heure de Dieu » (~17 ans).

La Fin des Temps doit donc démarrer et se poursuivre par une croissance fractale (ou géométrique) de même magnitude
(2) et pour le même nombre d'itérations (7). Mais la durée de référence sera forcément différente (c'était 1 001 ans pour
les 7 Églises).

La Bible, et l'Apocalypse en particulier, recèle de nombreuses références aux chiffres 7 et 12. Ces nombres sont utilisés
pour, notamment, établir le temps, comme 7 jours dans une semaine et 12 mois pour l'année. Lorsqu'on les multiplie
nous obtenons 84 jours. En doublant ce chiffre nous avons 168 jours. On double ce dernier et avons 336 jours. Et enfin
672 jours pour une quatrième itération. Il se trouve que le total de ces quatre nombres est 1 260 jours. Il se trouve que
nous avons quatre Cavaliers.

Ainsi, à compter du 22 Juillet 2021, la période du Cavalier Blanc commence. 84 jours plus tard, période du « transfert »,
(en fait un jour de plus) c'est celle du Cavalier Rouge qui démarre. Ensuite, 84 + 168 jours plus tard (en fait un jour de
plus) c'est le tour de la période du Cavalier Noir. Enfin, 84 + 168 + 336 jours plus tard (avec un jour de plus) arrive la
période du Cavalier Pâle qui dure 672 jours.

Lorsque le Christ descent sur Terre c'est pour y rester. Sa période ira donc au moins jusqu'au terme des 1 260 jours
(beaucoup plus longtemps en réalité).

De même, la Guerre dans le Ciel (deuxième Cavalier) durera jusqu'à ce que l'antéchrist commence son règne, lequel,
nous le verrons, vient juste après le Ministère des Deux Témoins puisque c'est lui qui les tue dans le chapitre 11 (mais
aussi dans Daniel 9 à mi-terme des 7 ans du Traité d'Alliance établi par l'Oint, le futur William, donc).

L'Enlèvement des 144 000 (troisième Cavalier) doit durer autour de trois ans au total pour respecter les termes de la
prophétie (« 3 mesures »), expliquée au-dessus. Or, il débute 84 + 168 jours = 252 jours (+1) après le démarrage des 1
260 jours. Il restera donc 1 260 – 252 = 1 008 jours (clin d'oeil aux 1 008 ans de règne des 144 rois (Christ compris) sur
le trône de la Nouvelle Jérusalem que les 144 000 gouverneront avec le Christ). Or 1 008 jours représentent 2,76 ans,
presque « trois mesures » (33 mois sur 36) d'un millénaire.

La Troisième Guerre Mondiale (quatrième Cavalier) doit se poursuivre au-delà des 1 260 jours, jusqu'au terme du règne
de l'antéchrist, comme l'annonce la suite de la prophétie. Mais les Deux Témoins seront tués par l'antéchrist au moment
où il s'élèvera au pouvoir terrestre, mettant donc un terme à leur Ministère. Mais cette guerre durera 672 jours, soit près
de deux ans, ou encore environ 22 mois, sous le règne de George VII (Prince William), l'Oint et père terrestre du Christ.

Nous voyons donc ici que les périodes des quatre Cavaliers sont superposées mais débutent les unes après les autres
selon une progression géométrique de doublement. Nous constatons que la récompense des plus méritants d'entre les
144 000, recevant une « mesure » pour un « Jour » (de Dieu) de travail (le plus difficile, le dernier millénaire),
surviendra pendant 33 – 22 = 11 mois (presqu'une année), au tout début de la période du Cavalier Noir.

En appliquant ces périodes au calendrier nous obtenons :

Sceau 1 – 22 Juillet 2021 : Cavalier Blanc (Retour du Christ).


Sceau 2 – 14 Octobre 2021 : Cavalier Rouge (Guerre dans le Ciel).
Sceau 3 – 31 Mars 2022 : Cavalier Noir (Enlèvement des 144 000).
Sceau 4 – 02 Mars 2023 : Cavalier Pâle (3ème Guerre Mondiale).

01 Janvier 2025 : Fin du Ministère des Deux Témoins / Avènement de l'antéchrist.

Ces dates sont bien entendu virtuelles. Elles sont des points tournants qui inaugurent l'addition d'un paradigme nouveau,
et supplémentaire aux précédents. Nul besoin de préciser qu'elles représentent une « fenêtre temporelle » plutôt qu'une
case précise dans un agenda où seraient notés des événements ponctuels. Mais sait-on jamais ? Les durées
approximatives et superposées des quatre Cavaliers sont donc, dans l'ordre, 42 mois, 39 mois, 33 mois et 22 mois.

Après toutes ces pages de lecture, on pourrait se dire que cette interprétation se fourvoie puisque « nul ne sait ni le jour
ni l'heure » d'après la Bible. Il est vrai que j'aurais pu commencer par détruire cet argument au bazooka dès la première
page. Mais il fallait progresser vers un état de connaissance suffisamment développé de la prophétie pour constater le
spectre de solutions idoines s'appliquant à chacun de tous les aspects désormais révélés. Il en reste bien d'autres,
surprenants eux-aussi.

Bien sûr que je n'ignore pas ce tour de passe-passe des ignorants des Saintes Écritures, ou, à tout le moins, de ceux qui
les lisent trop vite.

Avant que d'aborder les explications de cette expression apparemment « assassine », posons la question de la crédibilité
même de la Bible au plan historique. Ne nous voilons pas la face. La Bible a subi des modifications au cours du temps,
d'autant que la Tradition Hébraïque fut avant tout orale et que, par ailleurs, différent Conciles, dont celui de Nicée au
quatrième siècle après Jésus-Christ, ont sélectionné certains textes et pas d'autres (textes apocryphes), et les ont
« calibré » selon la voix majoritaire des débats...des courants dominants. A ceci il faut ajouter les diverses langues
utilisées dans les différents livres : Hébreu, Araméen, Grec ancien et j'en passe selon les dialectes et coutumes locales.
Au point qu'aujoud'hui il n'existe pas moins d'une cinquantaine de versions.

Mais regardons de plus près. Les textes sont une compilation, voire une relecture de fragments de parchemins ou de
rouleaux authentiques datant de décennies, voire de siècles, avant leurs supposées « transformations ». Les scribes
étaient soient payés pour des textes pour lesquels ils n'avaient aucun intérêt spéculatif, soit ils cherchaient à les rendre
aussi compréhensibles que possible, en tant que linguistes ou exégètes, selon leur vision du monde et leur connaissance.
Mais cela ne veut pas dire que ces « transformations » étaient radicales, voire contradictoires.

Après avoir parcouru quelques-unes de la cinquantaine de versions disponibles aujourd'hui, nous voyons que la plupart
des écarts sont mineurs, changements ne remettant pas en cause le sens général du texte. Il existe, il est vrai, quelques
« sauts lexicaux » inopportuns, en particulier dans la Bible du Roi Jacques. Mais on voit bien que les scribes des temps
anciens avaient à cœur de respecter la notoriété de leur boutique, tant le consensus était de mise plutôt que l'inverse.
Rappelons-nous que le Peuple Élu est craintif des paroles de Dieu, qu'il est connu pour sa notoire rigueur académique et
mathématicienne, à l'excès même, et que toute liberté textuelle assurait d'être condamné par sa communauté et par Dieu
lui-même.

Le point le plus important n'est pourtant pas celui-là.

Je me suis intéressé tout d'abord, et seulement, aux prophéties de l'Ancien et du Nouveau Testaments. Tous ceux qui les
ont lues admettent qu'elles ressemblent à un charabia sans nom, truffé de symboles incompréhensibles, de personnages
et de créatures sortis d'un imaginaire par trop fertile, et qui n'aurait aucune notion du temps linéaire. D'un autre côté, ce
qui frappe le lecteur c'est le caractère surnaturel d'un nombre incroyable d'épisodes dans l'ensemble des Saintes
Écritures. C'est d'ailleurs bien la raison du succès de la Bible pendant des millénaires, le livre le plus lu au monde et au
cours de l'Histoire, et de très, très loin. Le second le plus lu est...le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry !

Bref, sans miracles pas de succès. Mais aussi sans prophéties, pas d'avenir. Car le tiers de la Bible concerne les
prophéties, souvent en les posant, mais aussi en les rappellant. Curieusement, et c'est sans doute le plus frappant, dans
les communautés des croyants Juifs et Chrétiens, y compris chez les Musulmans, eux aussi héritiers de ces textes
séminaux, et peut-être même plus encore chez les « serviteurs » de Dieu, rabins, prêtres ou imams, miracles et
prophéties sont passés à la trappe.

Personne n'en parle plus. Tout au plus comme une litanie purement symbolique. On pourrait dire qu'une apostasie
générale frappe l'humanité, apostasie qui fut...prophétisée !

Bien sûr la science de l'homme a fait son travail de sape. On arase le miracle, on décapite la prophétie, à grands coups
de moqueries, d'hypothèses fallacieuses et d'arguments sans débats. La chose est aisée car le religieux est trop rarement
scientifique lui-même. Mais la science a pourtant, et aussi, ses trous, ses vides, ses non-sens, ces hypothèses présentées
comme vérités. On ne voit pas les coups de poignard dans l'ombre des colloques où les solutions scientifiques
originales, puissantes et élégantes sont enterrées vivantes et à peine nées. C'est qu'il faut défendre le business
scientifique, qu'il soit égotique ou industriel.

Revenons à la Bible. L'esprit aiguisé aura remarqué que les prophéties sont si étranges, si incompréhensibles, et
pourtant si méticuleusement précises, qu'elles ne pourraient servir la moindre collusion ou intention de «  guider » le
peuple pour mieux l'asservir, afin qu'il se soumette à la cause de celui, ou celle, qui lui montre la « voie » en mimant ces
mêmes prophéties (nous avons déjà vu l'exception ursine de la seconde bête de Daniel 7 impossible à anticiper, et non
reprise dans les armoiries des Tudor). C'est d'ailleurs pour cela que les prophéties sont « abandonnées » aujourd'hui. En
plus, les exhortations du Christ au chapitre 22 de l'Apocalypse, interdisant de changer (ajouter ou retirer) le moindre
mot sous peine de menace de mort (avec ses mots), n'incite pas aux licences textuelles. D'où leur caractère abscon pour
la majorité.

Aujourd'hui, avec les explications données ici, ces mêmes prophéties sont révélées avec une telle acuité, une telle vérité
historique, une telle logique, qu'elles deviennent le meilleur avocat que la Bible elle-même ait jamais connu. Autrement
dit, les prophéties, par l'Histoire à laquelle elles se réfèrent, valident la Bible. Mais la science aussi. Un exemple.

Le terme « nuée », abondamment utilisé, signifie nuage. Pourquoi donc les anciens ont-ils parlé de nuages pour
évoquer des vaisseaux spatiaux (multidimentionnels) ?

La compréhension éclairée du temps fractal, et en particulier à l'échelle de l'infiniment petit, permet de concevoir que
ces vaisseaux produisent une forme de condensat Bose-Einstein, lequel produit lui-même, par sa température basse
extrême, une condensation de la vapeur d'eau contenue dans l'air, autrement dit des nuages...autour du vaisseau
seulement, et bien sûr à basse altitude seulement.

Ainsi, les observateurs de l'époque, méconnaissant les véhicules plus « lourds » que l'air, n'avaient d'autres mots que
« nuée » (parfois « chariot volant ») pour définir un objet, aux incroyables virtuosités, qui formait lui-même un tel
nuage autour de lui, et duquel descendaient des êtres aux prodigieuses facultés, et qui y remontaient.

Cette longue digression vise à reprendre avec sérénité le cours de la démonstration. Ainsi, plus confiants dans les textes,
nous considèreront la rigueur du sens des versets. Lorsque les Chrétiens affirment que « nul ne sait ni la date ni
l'heure » ils y ajoutent « du retour du Christ ». Puis ils reprennent leurs activités quotidiennes, satisfaits (surtout d'eux-
mêmes) d'avoir écarté d'un revers de main toute tentative d'étude des paroles données par Dieu même, comme si ce
dernier s'amusait à perdre Son Temps, Son Energie et Sa Sagesse à produire un avertissement aussi circonvolué ! Ils
sont sans doute plus intelligents que Dieu !

Disons tout de suite que, outre le fait que l'expression dans Matthieu 24 (« nul ne SAIT ») est au présent au début du
premier siècle, celui des Apôtres, et non au futur, et utilisé avant que le Christ n'ait été crucifié, ressucité et ascensionné,
elle ne concerne absolument pas le retour du Christ mais le jour et l'heure de l'Enlèvement de chacun des élus de la
Grande Multitude (« l'Huile et le Vin » épargnés). Bien sûr, personne ne peut connaître la liste précise des noms,
prénoms, lieux, dates et heures de centaines de millions de personnes sélectionnées sur la Terre...sur une période de 7
ans !

Mieux, personne ne le peut car cet Enlèvement est conditionné par les choix de chacun et chacune, choix qui restent à
faire, même lorsque les Tribulations (règne de l'antéchrist) auront débutées. Donc seul Dieu, ommniscient et omnipotent
de par Son point de vue spatio-temporel absolu, et non Son fils, peut connaître les choix de Ses créatures, ainsi que
l'exprime le fameux « verset parapluie ».

Le Christ parlait donc de la liberté de chacun de choisir de Le suivre, et non de Ses décisions à propos de chacun.
Autrement dit, il ne condamnait pas d'avance tel ou tel puisque le pardon sera accordé au repentant ! Le thème de cette
expression « nul ne sait ni la date ni l'heure » n'est pas le temps en soi mais le choix d'un individu à suivre le Christ,
choix qui peut survenir même au dernier moment.

En effet, cette expression « ni la date ni l'heure » est posée par le Christ dans Matthieu 24 et Marc 13, deux des
chapitres prophétiques des Évangiles Synoptiques (avec Luc 21). Elle est précédée par « vous saurez que CELA est
près » (pas « JE » suis près), expression elle-même précédée et conditionnée par une série de critères et évènements qui
incluent le retour du Christ sur une « nuée » !

Mais alors pourquoi les Chrétiens se trompent-ils à ce point ? D'abord parce que beaucoup ne savent pas lire
correctement. Ensuite parce qu'ils répètent ce qu'ils ont entendu de leurs autorités religieuses, et enfin parce que
l'expression « le Jour du Seigneur » est associé à « nul ne sait ni le jour ni l'heure » dans les Synoptiques. Or, comme
pour bien des situations décrites dans les prophéties, il faut se référer à d'autres versets dans d'autres chapitres dans
d'autres livres chez d'autres prophètes. Du reste, le Christ évoque le Livre de Daniel dans ce même chapitre 24 de
Matthieu. Que signifie donc « Jour du Seigneur » ? Est-ce 24 heures ? NON !

Dans Luc 17, les versets 22 à 24 nous éclairent. Ils ont échappés à tous, apparemment. Le verset 22 dit qu'à « L'UN des
Jours du Seigneur » personne ne le verra (comme tel). Puis, au verset 24, il ajoute « car au Jour du Seigneur » aura
lieu l'Enlèvement (je paraphrase, bien sûr). Autrement dit, il existe au moins DEUX JOURS DU SEIGNEUR, dont le
premier échappera à l'attention des peuples ! Mais de la même façon que le « Jour de Dieu » dure 1 001 ans, le « Jour
du Seigneur » dure 7 ans. Pourquoi ? Parce qu'il est associé à la moisson des élus à de multiples reprises, laquelle est en
référence à la loi agricole sacrée des Hébreux appelée « shmita » par laquelle il fallait respecter un cycle de 7 ans pour
récolter (la 7ème année est la jachère).

Voilà en somme ce qu'il fallait dire des affirmations péremptoires du culte. Non, j'oublie encore un point d'importance.
Le Christ, dans les prophéties, vient pour défaire et emprisonner l'antéchrist (Satan incarné sur Terre). Or, le timing de
l'antéchrist est précisé : 42 mois ! Et cet antéchrist sera révélé au monde. Il suffira alors d'attendre la fin des 42 mois au
cours desquels il siègera sur le trône de Dieu, en lieu et place du Christ, pour savoir quand le Christ sera de retour, en
tout cas dans la version usuelle de l'interprétation des prophéties, donc le « deuxième Jour du Seigneur », celui auquel
les croyants font référence.

Mais il y a ce premier « Jour du Seigneur » de Luc 17:22 au cours duquel il demeure inconnu comme tel, jour qui doit
nécessairement précéder LE « Jour du Seigneur » auquel tout le monde fait allusion (l'Enlèvement pendant 7 ans). Nul
doute que le retour du Christ, que j'ai évoqué plus haut, ouvre la période de 7 ans de ce premier «  Jour » sus-cité dès le
22 Juillet 2021. N'est-il pas curieux que ces 7 ans rappellent le Traité d'Alliance, ou pacte, d'une durée de 7 ans que
l'Oint passe avec « plusieurs » (nations nucléaires), l'Oint qui se trouve être le futur Prince William, l'un des Deux
Témoins, mais aussi le « Prince de Grèce » qui vient avec le Christ selon ses propres termes dans Daniel 10 ?

Mais, bien sûr, les Deux Témoins (futurs William et Catherine) seront tués par l'antéchrist au bout de 3,5 ans (1 260
jours). Qu'advient-il donc du Christ « sous couverture » lors du règne de l'antéchrist, Satan incarné, car forcé d'habiter
un corps humain par sa défaite à la fin de la Guerre dans le Ciel ? Ici la logique doit étendre son empire.

Le chapitre 11 de l'Apocalypse indique que les Deux Témoins seront assassinés par l'antéchrist, certes, mais il dit aussi
que leurs corps, qui jucheront sur une place publique à Jérusalem pendant 3,5 jours, se relèveront et seront pris par une
« nuée », après qu'une voix du Ciel le leur demandera. Ils seront donc enlevés...et vivants dans un vaisseau exterrestre !

Quant au chapitre 12 qui suit, il explique que, juste après la Guerre dans le Ciel, et donc la chute de Satan sur Terre, la
femme (qui donna naissance à l'enfant mâle, Catherine) est poursuivie par ce dernier mais elle est prise par un aigle
(William) pour être protégée pendant « un temps, des temps et un demi-temps », soit 3,5 ans (règne de l'antéchrist),
ceux qui manquent pour compléter les 7 ans du Christ « sous couverture ».

Rapidement, notons que la femme qui donna naissance à l'enfant mâle (le Prince George) est réputée être prise vers un
lieu préparé par Dieu (au Ciel) pendant 1 260 jours dans le chapitre 12 BIEN AVANT la chute de Satan. C'est
strictement la même durée que les 1 260 jours des Deux Témoins (dont l'un deux est la remplaçante de cette femme,
celle venant du Ciel après le « transfert »). Plus tard, après la défaite de Satan dans le Ciel, il est dit à nouveau que la
femme fuit Satan incarné (l'antéchrist) pendant 3,5 ans, prise par l'aigle (William). Comment cette femme peut-elle fuir
deux fois, alors qu'à la première « fuite » c'est vers un lieu préparé par Dieu ?

C'est tout simple. La seconde femme ressemble à la première mais son âme est différente...à cause et grâce au
« transfert » !
Pour résumer, l'enfant George Christ poursuivra sa vie « anonyme » avec ses parents terrestres en un lieu tenu secret sur
cette planète pendant le règne de l'antéchrist car ce dernier, dépourvu de vaisseaux après sa défaite dans le ciel, les
poursuivra sur Terre, ainsi que l'annonce la prophétie. Notons que le symbole de l'eau qui sort de la bouche de Satan (le
dragon blanc une fois incarné) est simplement la propagande qu'il exprimera pour que la foule ignare se tourne enragée
contre la Sainte Famille, alors vivant en un lieu secret, l'eau étant très souvent utilisée pour symboliser le peuple.

Ainsi, l'Enlèvement des élus – ceux de la Grande Multitude – aura bien lieu après ce règne maléfique, contrairement
aux 144 000 qui partiront (Cavalier Noir) avant ce règne, mais après que la Guerre dans le Ciel (Cavalier Rouge) ait
débuté, mais aussi, pour certains d'entre eux, après le début de la Troisième Guerre Mondiale. C'est bien pour cela qu'au
terme de cette Guerre dans le Ciel, dans l'ordre chronologique des versets du chapitre 12, Jean de Patmos entend l'ange
« crier » sa joie car l'Enlèvement de cette Grande Multitude est alors, DÉSORMAIS, possible, car Satan et ses troupes
d'anges déchus sont jetés sur Terre...et n'ont donc plus de vaisseaux spatio-temporels !

Mieux, et c'est d'une importance capitale pour la compréhension des enjeux, l'ange évoque Satan comme « l'accusateur
de ses frères et soeurs », les anges de Dieu !

Que veut-il dire par là ?

La réponse est redoutable de limpidité pour qui ouvre les yeux à la prophétie et à la raison des rumeurs. En effet,
combien de films Hollywoodiens n'a-t-on pas vus qui décrivent les aliens comme de monstrueux, redoutables et
dangereux êtres hostiles. Des rapports innombrables attestent d'enlèvements d'êtres humains par des aliens, les retirant
de la Terre dans leurs vaisseaux, effrayant leurs victimes, répandant ainsi la rumeur, par la voix de ces victimes, que
tous les extraterrestres sont d'horribles créatures savourant la peur de l'humanité envers ce qui vient du Ciel.

C'est en cela que l'ange de Dieu, que Jean entend, nomme Satan « l'accusateur » puisque l'humanité, ignorante des
capacités et intentions des visiteurs, met toutes ces entités dans le même sac. L'étranger est dangereux car il est inconnu.
Mais lorsque celui-ci est réputé agresser les hommes sans que ces derniers puissent se défendre, ils ne peuvent
concevoir qu'il s'agit d'un plan visant à les démotiver à embarquer, pour l'Enlèvement (LE « Jour du Seigneur »), dans
des vaisseaux ET bienveillants. D'ailleurs, l'ange poursuit en indiquant que Satan sait qu'il en a pour très peu de temps
(3,5 ans) !

Connaissant le futur comme tous ceux qui arpentent les hautes densités de temps (monde spirituel), Satan sait le Plan
Divin. Sa motivation est donc de dénigrer Dieu, et ceux qui le servent, en implantant dans l'esprit humain une frayeur
irrépressible des aliens, ce qu'Hollywood traduit à merveille. C'est d'ailleurs même, gonflé par un égo démesuré, sa
seule véritable arme pour s'opposer à Dieu. C'est pour cela que le Christ, dans Matthieu 24, avertit ses apôtres de cette
tromperie en ajoutant que même des élus y succomberont. Ces derniers refuseront de monter à bord de vaisseaux lors de
l'Enlèvement alors même que Satan et ses troupes n'en auront plus depuis longtemps ! L'Enlèvement sera possible mais
les élus pourraient s'y soustraire et ne jamais connaître la Nouvelle Jérusalem.

C'est bien pour cela que, dès le troisième verset de l'Apocalypse, au chapitre 1, il est dit que BÉNI.E est celui ou celle
qui LIT ET COMPREND cette prophétie...car ceux qui s'y soustraient ou se trompent de sens ne le seront pas.

La tromperie, le mensonge, est cette peur artificiellement engendrée des décennies, voire des siècles, avant la période de
l'Enlèvement. Un aspect n'aura pas échappé aux observateurs avertis du chapitre 12. C'est bel et bien l'archange Michael
qui, non seulement prend l'initiative de mener ses troupes d'anges de Dieu à l'assaut de celles de Satan dans le Ciel
(Cavalier Rouge), mais il le fait en l'absence du Christ qui, pourtant, est hiérarchiquement au-dessus de lui. C'est bien
parce que le Christ est sur Terre dans le corps d'un enfant mâle (Cavalier Blanc). Si Michael attaque le premier, dans le
texte, c'est donc bien pour « nettoyer » le Ciel de la présence du Mal en vue de permettre l'Enlèvement en toute
sécurité...puisqu'il exprime sa joie une fois la Guerre dans le Ciel terminée (le Mal est définitivement vaincu dans le
Ciel).

Et c'est bien là que la foi prend tout son sens. Jésus-Christ a tellement insisté sur cette vertu de la foi qu'elle en a été
travestie par les hommes. Et seuls ceux qui ont la foi seront sauvés, a-t-il martelé. Pourquoi ? Parce qu'il savait par
avance toute la propagande qui serait faite contre les aliens et leurs vaisseaux par « l'accusateur » au travers de ses
actes séditieux (rapts malveillants). Mieux, le religieux affirme du haut de sa chaire, pourtant crassement ignorant de la
science avancée, que c'est « Dieu contre les ovnis ». Et pourtant lorsqu'on demande à un Chrétien s'il sait COMMENT il
sera enlevé, pas un mot intelligible ne franchit ses lèvres.

L'affaire sera d'autant plus compliquée que les Deux Témoins, Roi et Reine à la Tête « d'un quart de la Terre », auront
le commandement d'une armée de 200 millions « d'anges » de Dieu, et de leurs vaisseaux, comme l'indiquent les 5ème
et 6ème trompettes (/ coupes) du 7ème sceau dans la description de cette armée (parties des armoiries royales
Britanniques indiquées les unes après les autres), ces mêmes « anges » de Dieu mentionnés en très grand nombre aux
chapitres 4 et 5 du « transfert », venus y assister pour honorer le nouveau Christ. La démonstration en est faite dans la
vidéo en anglais mentionnée juste avant le début de ce texte :

https://youtu.be/uOeXVnUDMPw

N'oublions pas que les prophéties sont faites essentiellement de VISIONS ! Et une image vaut mille mots, images que
cette vidéo offre aux chercheurs patients et sérieux.

L'homme de la rue ne comprendra pas qui est bon et qui est mauvais car cette armée, défendant les Deux Témoins, le
Christ et sa fratrie, mais aussi leurs royaumes, pourra paraître hostile car militairement très supérieure et destructrice.
Elle vaincra Satan et ses troupes dans le Ciel. Elle attaquera tous ceux qui s'opposeront au Plan de Dieu sur Terre au
cours de la Troisième Guerre Mondiale, avant le règne de l'antéchrist pendant lequel, et à dessein, elle s'en ira pour
montrer aux hommes ce qu'est le monde sans la protection de Dieu.

C'est bien la raison pour laquelle la grande tête de l'aigle que décrit le Christ (le lion) à Esdras est réputée avoir plus de
pouvoir que tous les monarques de sa dynastie réunis. Le Bien sera fort, bien plus fort que le Mal. Il semble que nous
soyons fort éloignés de l'image d'Épinal d'un Dieu aimant et d'un Christ compatissant.

C'est pourtant tout le contraire car le Mal est insidieux et puissant, et il ne peut y avoir de Paix Divine sans Justice
Divine. Le Mal fait apparaître bon ce qui ne l'est pas, et inversement. Lui aussi a des armoiries...et il n'aime pas la
Justice de Dieu, mais pas du tout ! Du reste, le Christ transmet la prophétie après son Ministère sur Terre, une fois en
pleine conscience dans le Ciel. Entre ses paroles adressées aux Apôtres dans un corps matériel et jusqu'à présent mortel
et ce qu'il est devenu dans le Ciel (voir sa description au chapitre 1) c'est le second état christique qui compte vraiment,
quand il est puissant. Voilà le VRAI CHRIST ! Celui qui montre la prophétie. Celui que les Chrétiens ignorent...

Après le lion aux ailes d'aigle, l'ours et le léopard, respectivement les Normands / Plantagenêt, les Tudor et les Stuart,
tous de la même famille, nous avons identifié la quatrième bête de Daniel qui est la première bête de Jean, la licorne, la
monarchie Britannique actuelle au travers du dragon rouge à 10 cornes et 7 têtes couronnées, le Prince William,
clôturant la série de rois de la dynastie des Hanovre / Windsor issue des trois bêtes précédentes. Il est remarquable de
voir que, tant chez Daniel que chez Jean, ces bêtes « sortent de la mer ». Or la Grande-Bretagne est une...île.

Mais j'ai indiqué qu'il existe une seconde bête dans l'Apocalypse. Elle est associée à l'antéchrist. Pourquoi ? La première
raison est la désignation de cette bête. La seconde est la destruction de celle-ci par le Christ et son armée. Disons dès à
présent que l'antéchrist, Satan incarné, est nommé « le dragon ». Mais à aucun moment il n'est appelé « dragon
rouge ». Autant dire que, là aussi, ce fut une source de confusion terrible au cours des siècles. Il semble que personne
n'ait fait la distinction et qu'elle entraîna une erreur majeure de compréhension.

Cette confusion est renforcée par l'emploi du vocable « bête » indistinctement, et parfois sans transition, pour désigner
tantôt la monarchie Britannique, tantôt l'autre institution, la seconde bête de l'Apocalypse. C'est comme si le Christ
laissait le lecteur devant ses responsabilités pour choisir un camp ou l'autre, ou aucun, à sa guise. A moins que ce ne soit
les copistes des millénaires passés qui tombèrent dans le piège de cette confusion et négligèrent des détails scripturaux
de « forme ».

Enfin, pour couronner le tout, au sens littéral du terme, d'ailleurs, il est dit que la seconde bête reçut l'autorité pour agir
au nom de la première bête et fit en sorte que le monde et ses habitants révèrent cette dernière. Il n'y a qu'un pas pour
faire de ces deux bêtes une seule. On ne peut donc véritablement en vouloir aux « exégètes ».

La seconde bête est décrite comme « parlant comme un dragon, ayant deux cornes comme celles d'un agneau », c'est-
à-dire courtes et recourbées (la « petite corne » de Daniel 7), à la différence de la licorne dont la corne est longue et
droite. Dragon ? Cornes ? Il n'en faut pas plus pour achever l'effet de flou.

Toutes les identités des bêtes successives, jusqu'à présent, furent trouvées au moyen d'armoiries, à l'exception d'Henri
VIII en raison du changement majeur qu'il introduisit dans la relation entre le Roi et Dieu en créant sa propre Église
Anglicane, et pour les générations royales après lui, aujourd'hui toujours active.

Il y a donc toutes les raisons de croire que cela restera vrai pour cette seconde bête de l'Apocalypse. En effet, on trouve
dragon et cornes d'agneau dans les armoiries d'une institution connue dans le monde entier depuis des siècles. Et elle est
Britannique ! Avant d'indiquer ces caractéristiques dans le chapitre 13 (dragon et 2 cornes), le Christ montre à Jean
qu'une des (7) têtes de la première bête (monarchie Britannique) semble avoir eu une blessure fatale au moyen d'une
« épée », mais qu'elle fut guérie. Ce détail semble tomber comme un cheveu sur la soupe. Or il n'en est rien puisque
c'est un détail temporel majeur.

« Il fut ordonné qu'une image soit faite en l'honneur de la tête de la première bête qui fut blessée par une épée et qui
pourtant survécut ». Nous nous approchons. La seconde bête reçut « le pouvoir de donner vie à l'image de la première
bête afin que cette image puisse parler. Et ceux qui refusèrent d'adorer cette image étaient tués  ». Cette seconde bête
« força tous les hommes, grands ou petits, riches ou pauvres, libres ou esclaves, à recevoir une marque dans la main
droite et le front de façon à ce qu'ils ne puissent pas acheter ou vendre sans cette marque...qui est le nom de la
(seconde) bête ou le nombre de son nom ».

« Le nombre de la bête » qui peut se calculer « est celui d'un homme. Et ce chiffre est 666 ». Ainsi s'exprime le verset.

Avec ce qui précède, on comprend tout de suite qu'il s'agit d'une institution financière. Et les chapitres 17 et 19 en
particulier vont le confirmer avec éclat. Mais une recherche approfondie nous conduit au cœur de la prophétie. Une des
têtes de la première bête, la dynastie Hanovre / Windsor, fut George III, contemporain d'un cousin éloigné en France, le
roi Louis XVI qui fut décapité par une « épée » (la guillotine).

La royauté Franco-Britannique est vue ici comme une même famille en raison de l'Histoire (nombreuses épouses
royales ou princières françaises dans la première dynastie Normands / Plantagenêt, et même plus tard) mais aussi parce
que le roi Anglais (ainsi que Dieu apparemment) considère à demi-mots que la couronne de France lui appartient depuis
l'épisode d'Isabelle (reine consort anglaise, mais française d'origine), héritière légitime du trône de France sans la loi de
primogéniture mâle brandie par les Pères de France (référence aux « Rois Maudits ») et dépoussiérée des lointaines lois
saliques francques...pour l'occasion.

Ainsi, la tête qui fut blessée, mais qui survécut, fut George III, représentant la monarchie en Europe lorsque presque
toutes les autres succombèrent et disparurent à la Révolution Française, voire Américaine. Peut-être peut-on voir là la
main de Dieu inspirant le roi îlien pour accepter la monarchie constitutionnelle, lui retirant des prérogatives, certes, ce
que Louis XVI refusa d'abord en France, le précitipant à l'échaffaud. On peut légitimement se demander comment et
pourquoi la monarchie Britannique survit encore aujourd'hui au milieu de toutes ces Républiques répandues dans le
monde, ce qui fut prophétisé il y a au moins deux millénaires ! Cette monarchie ressemble bien à un anachronisme, une
anomalie...divine ! Notons que cette monarchie est la seule au monde qui fasse perdurer le sacrement Chrétien du
couronnement...

Pourquoi George III ? D'abord parce qu'il est l'une des 7 têtes de lion couronnées, l'un des 7 rois George. Mais aussi
parce que ce fut le premier monarque Britannique, suite à la création de la Banque d'Angleterre par George I pour servir
les besoins des monarques nouvellement Britanniques pour leur royaume, pour qui des pièces furent frappées à son
effigie ! La fameuse image de la première bête que la seconde force à révérer. Mais il faut ici comprendre le sens. Ce
n'est pas George III lui-même auquel il fallait se plier, mais le support, L'ARGENT !

Aujourd'hui c'est la Reine Elizabeth II que l'on voit sur les billets de banques. C'est cette même reine qui fut couronnée
en direct à la télévision pour la première fois de l'histoire en juin 1953, cette fameuse image vivante qui peut parler.
Ainsi, dans l'ordre chronologique des versets, vient ensuite la marque de la (seconde) bête. Après les pièces, après les
billets vint...la carte de payment (crédit / débit / prépayée / etc) qui a la particularité de tenir obligatoirement dans la
main droite pour obtenir de l'argent d'un distributeur, où que ce soit dans le monde. Les lecteurs de cartes bancaires sont
TOUS à droite car la majorité des hommes sont droitiers. Donc même les gauchers utilisent la main droite pour
introduire leur carte dans le distributeur.

Quant au front, où se localise aussi la marque de nature double, c'est le lieu du cortex dit « pré-frontal » où se situe la
mémoire active servant à gouverner nos pensées, celle qui gère le code pin associé à la carte. Enfin, la carte bancaire
contient le nom de la banque, et / ou le nombre à 16 chiffres qui désigne la banque (et son client) dans le numéro. Plus
exactement, the 6 premiers digits de ce nombre à 16 chiffres désigne l'émetteur de la carte (la banque) et ce chiffre est
répété 3 fois : en relief sur le recto, sur la piste magnétique au verso et sur la puce électronique, soit 666 !

Alors pourquoi faut-il « calculer » le nombre de la bête pour obtenir inévitablement 666 ?

Le verset final est à part, séparé des autres. Il résume la nature même de la seconde bête, le système bancaire. A
nouveau, il faut se référer à l'Ancien Testament pour comprendre ce chiffre. Dans le chapitre 1 Rois 10, au verset 14, il
est dit que le roi Salomon recevait 666 talents d'or chaque année de son peuple (pour ses besoins financiers). C'est donc
bien le lien entre le roi et la finance qui est la référence, ce que la Banque d'Angleterre figure à la perfection. Le sceau
de Salomon est composé de 6 bras, 6 angles et 6 triangles, d'où l'on tire le fameux « calcul ».

Mieux ! Une étude méticuleuse révèle que lorsqu'on calcule le nom complet du Prince Harry à l'aide de la gémiatrie
Hébraïque et de la réduction dite « théosophique » on obtient 666. Or, l'antéchrist est réputé, dans le chapitre 17, « être
des 7 » (têtes). Il appartient donc à la famille Windsor. Il est même le frère du 7ème roi George à venir, le futur Prince
William. Il est donc de sa fratrie...et le seul de sa génération capable d'usurper le trône en lieu et place du successeur de
George VII / William, George Christ ! En particulier après une séparation tonitruante d'avec la famille royale
Britannique...
Mais revenons à la description de la seconde bête associée à ce chiffre 666. Par le plus grand des «  hasards », les
armoiries de la Banque d'Angleterre sont en fait, au titre du système financier dans son ensemble, celles de la « City »
(« City of London ») qui émergea, dans sa forme moderne, de celle-ci. Ces armoiries font apparaître deux dragons
blancs debout se faisant face. Or, une corne courte et courbée, comme celle d'un agneau, est flanquée sur leur museau.
Ainsi, nous avons une bête qui parle comme un dragon avec deux cornes comme celle d'un agneau, courte et courbée (la
« petite corne » de l'antéchrist).

Le chapitre 17 ajoute même que cette seconde bête, symboliquement devenue une femme appelée « Mère des
Prostituées », est assise sur une créature écarlate avec 7 têtes et 10 cornes. Cette dernière est le dragon rouge. La femme
est la « City » qui est située à l'emplacement même de Londinium, Londres Romain du premier siècle après Jésus-
Christ, et où Guillaume le Conquérant fit construire la Tour de Londres où il s'établit, tout comme ses descendants.
Ainsi, le dragon blanc (finance) est assis sur le dragon rouge (monarchie) et le domine. D'ailleurs, le statut de la « City »
est différent du reste de la Grande-Bretagne car le monarque ne peut s'y rendre que s'il y est invité. Il n'y est pas
maître...car ce n'est pas une ville mais une entreprise !

La « City » est nommée « Mère des Prostituées », ou la « Grande Prostituée », dans le texte, en raison de la Bourse de
Londres, elle-même issue de la Banque d'Angleterre. Or la Bourse de Londres fut la toute première bourse au monde
(qui en essaima bien d'autres, ce qui est fortement suggéré au verset 1), et reste la plus puissante place financière de la
planète qui regroupe aussi sièges de banques, de compagnies d'assurances et de groupes industriels de tous les secteurs
d'activité.

Ainsi, de même que les prostituées marchandent des parties de leur corps, les sociétés marchandent des actions, des
parties de leur corps juridique et financier...partout sur la Terre ! Comme le font d'ailleurs les nations via les obligations,
mais aussi les devises, qu'elles émettent. C'est pourquoi « elles s'enivrent ». Il suffit de voir les milliards que les
banques centrales créèrent de toutes pièces récemment pour contrer les effets du covid-19...

Au chapitre 19, le doute, encore possible chez certains, est fort bien levé. Les marchands, tous ceux qui transportent des
marchandises de toutes natures sur mer, sont ruinés à cause de la chute de cette « femme », qui n'est, bien sûr, que le
véhicule symbolique de toutes les bourses du monde, et plus largement de l'économie mondiale. La seconde bête est
donc tout simplement le CAPITALISME.

Et ce sont « la bête » (la seconde bête) et « les 10 cornes » (la première bête) qui provoquent cette ruine (dans le texte),
donc des êtres descendus du Ciel. Attention, puisque ces expressions sont distinctes, elles séparent donc le futur Harry
du futur William. L'un étant l'incarnation de Satan, l'antéchrist. L'autre l'incarnation de l'Oint, l'aigle volant, le
Sagittaire, et père terrestre du Christ réincarné. Le Mal contre le Bien.

Il semble curieux d'appeler un quartier de Londres la « femme » mais la fin du chapitre 17 annonce qu'elle est « la
grande cité qui gouverne les rois de la terre », autrement dit la dynastie Hanovre / Windsor et leur empire mondial,
mais aussi tous les gouvernements de la planète assujettis aux jeux d'argent des plus fortunés (dettes des États). Cette
« City » a un nom sur son « front » qui est un mystère : « Babylone la Grande » !

C'est un mystère puisque non seulement Londinium n'apparût sur la carte du monde que lorsque la vie de Jean de
Patmos prit fin, mais aussi parce que la bourse est un concept financier inconnu à son époque. Mais pourquoi le nom de
Babylone ? Il faut se rappeler que le roi d'Israël fut mis en captivité, ainsi que son peuple, à Babylone pendant 70 ans du
temps de Daniel qui la mentionne, d'ailleurs. Cette ville était donc le lieu de l'oppresseur où le roi d'Israël n'était pas
censé se trouver...comme le monarque du Royaume-Uni n'est pas censé se trouver dans la « City », captif qu'il est de ses
règles !

Notons que l'État d'Israël eut 70 ans en 2017, année à partir de laquelle doit venir l'Oint selon Daniel 9, si on fait
démarrer ces 70 ans à la Résolution 181 de l'ONU pour la création de l'État d'Israël en novembre 1947 à l'issu d'un long
mandat international...Britannique. Après 70 ans, symboliquement, le roi revient dans son royaume...uni !

Cette très longue présentation de la seconde bête n'avait pour but que d'en démonter la nature et son association avec
l'antéchrist, Satan incarné. Il est temps pour nous de l'intégrer dans le calendrier de la Fin des Temps.

Après les quatre Cavaliers de l'Apocalypse (4 premiers sceaux) vient donc l'antéchrist (5ème sceau) puisque ce dernier,
le dragon (blanc), met fin à la vie des Deux Témoins (dont le dragon rouge), monarque et reine consort du Royaume-
Uni. Ces derniers se relèvent finalement à Jérusalem et sont pris dans un vaisseau extraterrestre en direction d'un lieu
sûr sur la Terre. Inutile de dire que ces chapitres 11, 12 et 13 ont de curieux détails qui seraient trop longs à expliquer
ici, mais qui décrivent le comportement haineux de la plèbe, si attachée à sa manne financière mensuelle.

La correspondance entre le Livre aux 7 sceaux et le Petit Livre Ouvert fait que le 5ème sceau suit l'ordre chronologique
des versets du chapitre 6 (après les quatre Cavaliers), tandis que les chapitres 11, 12 et 13 décrivent chacun à leur
manière l'antéchrist (Satan incarné) associé au dragon...BLANC de la « City », comme ils décrivaient déjà de multiples
façons les parents terrestres du Christ, dont le père, associé au dragon ROUGE de la Monarchie.

Ainsi, après les 1 260 jours des Deux Témoins viennent les 42 mois de l'antéchrist (Apo 11 et 12). Nous nous
souvenons que les 7 périodes fractales des 7 Églises (chapitres 1 à 3) étaient décroissantes jusqu'à l'évènement du
« transfert » des chapitres 4 et 5, début 2021. Les 7 périodes fractales de la Fin des Temps seront croissantes comme je
l'ai montré déjà avec les 4 Cavaliers. La dernière période de ceux-ci est de 672 jours, ou environ 22 mois. En suivant
cette logique géométrique, la période de l'antéchrist devrait durer 1 344 jours, le double de 672 jours.

Or Daniel, dans son chapitre 12 relatif, entre autre, à l'antéchrist, déjà nommé « petite corne » dans son chapitre 7,
évoque deux durées : 1335 et 1 290 jours ! Donc très proches de 1 344 jours. Mais proches à quel point point ?

Il se trouve que les 42 mois de règne effectif de l'antéchrist sont en fait 1 281 jours avec 30,5 jours en moyenne par
mois. Par le plus grand des « hasards » nous avons :

1 344 – 1 335 = 9 jours.


1 290 – 1 281 = 9 jours.

Ainsi, les 1 344 jours débutent par une période tampon de 9 jours après la disparition des Deux Témoins, suivis du
règne de l'antéchrist de 1 281 jours, suivis eux-mêmes d'une période de 54 jours au terme desquels survient « la Grande
Détresse » de Matthieu 24 qui s'avère, au 6ème sceau de Apo 6, être un impact de météorite venant « écourter ces
jours », ceux de l'antéchrist et de ses lieutenants.

Donc 9 + 1 281 + 54 = 1 344 jours. Nous complétons ainsi le calendrier :

Sceau 1 – 22 Juillet 2021 : Cavalier Blanc (Retour du Christ).


Sceau 2 – 14 Octobre 2021 : Cavalier Rouge (Guerre dans le Ciel).
Sceau 3 – 31 Mars 2022 : Cavalier Noir (Enlèvement des 144 000).
Sceau 4 – 02 Mars 2023 : Cavalier Pâle (3ème Guerre Mondiale).
Sceau 5 - 02 Janvier 2025 : Règne de l'antéchrist

14 Juillet 2028 : Fin de règne de l'antéchrist (Christ le défait).


06 Septembre 2028 : Impact de météorite.

Un mot doit être dit sur Daniel 7 et Esdras 12. D'abord, « antéchrist » signifie « avant le Christ », mais aussi « à la
place du Christ ». Or le Prince Harry, une fois possédé par Satan, viendra bel et bien AVANT le Christ dans l'ordre
d'apparition au pouvoir. Mais surtout l'antéchrist sera sur le trône À LA PLACE du Christ puisqu'il usurpera le trône
royal après le Prince William (officiellement disparu) lorsque c'est le Prince George qui devra s'y trouver dans l'ordre de
succession.

Si Daniel 7 affirme que l'antéchrist, la « petite corne » (en écho aux deux cornes de la « City »), « soumettra trois
rois » (à la manière des 12 « rois » d'Esdras incluant des reines) c'est parce qu'il s'agit de ses contemporains George,
Charlotte et Louis, héritiers naturels après William alors éliminé temporairement, lui-même virtuellement héritier de
Charles, qui lui, toutefois, n'accèdera pas à son destin supposé. Mais si Esdras 12 affirme que les deux petites têtes
d'aigle seront les associées de la grande tête, futur William, alors que le Christ est le lion de sa propre prophétie, c'est
parce qu'il s'agit de Charlotte et Louis, ses enfants (ceux de la grande tête, futur William), tous deux Taureaux (même
signe astrologique induit par le terme « dévorer » dans le texte d'Esdras).

Dans Apo 14 il est indiqué que, au cours du règne de l'antéchrist (appelé « colère de Dieu » par l'absence de Sa
Protection), ceux qui révèrent la (seconde) bête (système financier) et son image (argent) seront tourmentés par le
« souffre brûlant » (feu nucléaire) EN PRÉSENCE des anges saints (famille Cambridge) et de l'agneau (Prince George
Christ). Cette précision démontre que la famille Cambridge sera encore sur Terre pendant le règne de Satan, déguisé
sous la forme du Prince Harry. Elle correspond parfaitement aux 3,5 + 3,5 = 7 ans du premier « Jour du Seigneur »
sous couverture, donc dans « l'anonymat » SUR TERRE, à compter du 22 Juillet 2021, avant LE « Jour du Seigneur »,
celui de l'Enlèvement débutant quelques jours après le 16 juillet 2028 pour une période de 7 ans. Cet anonymat est celui
du Christ, pas du Prince George, bien sûr.

Ainsi, l'antéchrist (Harry) rompra l'accord avec « plusieurs » réalisé par l'Oint (William) pour 7 ans (2021 – 2028) au
milieu de son terme (3,5 ans, soit fin 2024), comme indiqué dans Daniel 9, en utilisant lui-même l'arme nucléaire,
notamment contre Jérusalem. Cette action est appelée « l'abomination qui cause la désolation » chez Daniel, et repris
par le Christ dans les chapitres prophétiques des Synoptiques (Matt 24, Mar 13 et Luc 21).
Ce feu nucléaire est aussi nommé « lac de feu » et « souffre brûlant ». La grande majorité des hommes d'alors y
succombera au Jugement Dernier dans mille ans. Mais le temps est proche lorsque les hommes propulseront des ogives
atomiques les uns sur les autres. L'avertissement du Christ de fuir sur les collines autour de Jérusalem, donc en hauteur,
avant cette abomination vise à s'épargner le souffle brûlant horizontal de l'explosion.

Pourquoi le feu nucléaire est-il central dans l'Apocalypse ? Pourquoi l'antéchrist veut l'utiliser ? Pour y répondre il faut
faire un peu d'histoire ufologique. Avant la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les apparitions d'ovnis était rares tout au
long des siècles. Elles étaient essentiellement sous forme lumineuse. L'emploi des armes atomiques au Japon ouvrit l'ère
des ovnis qui se multiplièrent comme le nombre de tests, en particulier au-dessus des nations les conduisant. En effet,
une étude poussée réalisée par le SEPRA (aujourd'hui GEIPAN), organisme officiel chargé de l'étude des ovnis en
France, au sein du CNES (agence spatiale Française) montre et démontre que la courbe du nombre d'observations suit
celle, à un faible décalage temporel près (dû au temps fractal), des tests nucléaires.

Pourquoi les occupants d'ovnis s'intéressent-ils au nucléaire ? Pourquoi un très grand nombre de sites nucléaires, tant
civils que militaires, ont-ils été survolés au cours des dernières décennies ? Pourquoi des silos de missiles atomiques
ont-ils été neutralisés alors qu'un ovni stationnait au-dessus de ces derniers ? Pourquoi a-t-on une vidéo montrant un
ovni tirer un rayon laser sur la tête nucléaire d'un missile balistique américain en plein vol dans l'espace proche ?

La réponse est pourtant simple. Les extraterrestres, ces « anges » de Dieu, craignent, y compris pour eux-mêmes, les
explosions nucléaires pour une raison scientifique. Le temps fractal possède plusieurs densités de temps. Elles sont des
écoulements de temps de plus en plus rapides à mesure que l'on plonge dans l'infiniment petit. Sous l'échelle atomique,
on entre dans le monde spirituel où vivent nos défunts, comme les extraterrestres. En réalité, il s'agit de fractales spatio-
temporelles où la taille relative d'un objet ne dépent que de la densité de temps de l'observateur.

Lors d'une explosion nucléaire, l'atome est radicalement modifié et altère ces mondes spirituels. Mais il existe deux
formes d'explosions : FUSION et FISSION.

Les étoiles sont des fourneaux nucléaires mettant en œuvre la fusion nucléaire des éléments les plus petits et légers du
tableau périodique de Mendeleïev, l'hydrogène et l'hélium. D'un point de vue temporel et fractal, le noyau est donc
faiblement affecté pendant la fusion des noyaux mononucléïdes. A l'inverse, les bombes nucléaires humaines mettent en
œuvre la fission du noyau des éléments les plus lourds, l'uranium ou le plutonium, des centaines de fois plus lourds, et,
ce, même dans les bombes à hydrogène qui comportent deux séquences de fission (déclencheur et effet conséquent).

En cassant le noyau on sépare les quarks (force forte) qui les composent, on déstructure les nombreuses couches
électroniques et on fait apparaître des particules qui n'existaient pas jusque-là. Autrement dit, on les « aspire »
violemment des mondes spirituels qui les traduisent comme une agression, comme un « tremblement de Terre »
meurtrier chez eux. Et la distance n'y fait rien en vertu du phénomène d'intrication de la mécanique quantique que
probablement personne n'a vu comme le signe de l'activité d'uniques particules que nous voyons séparées à la faveur
d'une densité de temps inférieure d'où nous observons.

Ainsi, pour les extraterrestres, nous sommes une menace. Une très grande menace, même, plutôt que l'inverse. Pour
l'antéchrist, chef des extraterrestres déchus et incarnés sur Terre, l'emploi des armes nucléaires permettra d'éloigner les
« anges » de Dieu pendant son règne car, outre les effets physiques connus, la conséquence d'une explosion atomique
est double. D'abord elle détruit les corps physiques, certes, mais surtout les âmes des victimes humaines situées à
proximité de l'explosion. Elle élimine un grand nombre d'élus potentiels. Elles disparaissent à jamais de l'univers et
retournent, en tant qu'âmes, à un état énergétique primaire.

Par ailleurs, elle matérialise involontairement les vaisseaux extraterrestres à proximité qui préfèrent rester dans les
hautes densités de temps, là où ils demeurent inaperçus et bien plus performants. Ils deviennent donc plus fragiles face à
leurs ennemis à proximité d'une explosion nucléaire. Voilà d'ailleurs pourquoi des crashs d'ovnis eurent lieu. D'où le
départ temporaire des « anges » de Dieu de la Terre mentionné indirectement dans l'Apocalypse, Terre laissée à son
destin le temps du règne du Mal. La fameuse « colère de Dieu ». Voilà donc pourquoi le feu nucléaire est si important
pour Dieu.

Ainsi, seul un impact de météorite pourra stopper ces jours sombres, ceux de Satan incarné, comme l'annonce la
prophétie. Rappelons que l'objectif de Dieu est une SÉLECTION des âmes humaines dans cette période de Tribulations.
Seule l'adversité extrême sépare le bon grain de l'ivraie. Dès lors, la période de l'Enlèvement, LE « Jour du Seigneur »,
désigné par le terme « moisson » à plusieurs reprises dans les Évangiles Synoptiques comme dans l'Apocalypse, pourra
commencer...

Nous l'avons vu, ce « Jour » dure 7 ans au titre de la loi agricole sacrée shmita (signifiant « année de rémission », celle
de la jachère) dans la Torah (Ancien Testament). Il s'agira donc de milliers de vaisseaux commandés par le Christ et sa
famille terrestre (les quatre « anges » / signes astrologiques) qui prendront en groupe, ou individuellement, les élus de
la Grande Multitude partout sur la Terre (les 144 000 étant déjà tous partis avant le règne de l'antéchrist). Maintenant
comment l'intégrer dans la loi fractale des 7 itérations croissantes de la Fin des Temps ? Est-ce que l'Apocalypse donne
un indice de cette durée de 7 ans ?

Avant d'y répondre, rappelons que le chapitre 6 (6 premiers sceaux) du Livre aux 7 Sceaux, plutôt symbolique,
correspond aux chapitres 11, 12 et 13 du Petit Livre Ouvert, plutôt figuratif. Ces parties montrent les FORCES en
présence. Puis le chapitre 7 pour le chapitre 14 (évocation des 144 000 et de la Grande Multitude) pour les ÉLUS. Puis
les chapitres 8 à 10 correspondant aux chapitres 15 à 20 pour les FLÉAUX.

La description du 6ème sceau se focalise sur les effets de l'impact d'un météorite. Mais il ouvre en réalité l'ère de
l'Enlèvement puisqu'il s'apparente à la première action visible du Christ (bien qu'ayant déjà emprisonné Satan 54 jours
avant) pour stopper l'influence de l'antéchrist et de ses sbires, incarnés sur Terre. Les chapitres des élus suivent cet
impact, respectivement dans chacun des sous-livres de l'Apocalypse, pour décrire l'Enlèvement. Mais il faudra attendre
le chapitre 8 pour connaître sa durée.

En effet, le premier verset du chapitre 8, par une simple expression dont l'interprétation est rarement abordée tant elle
est étrange, fournit la clé. Ce chapitre appartient au Livre aux 7 Sceaux, celui des décisions de Dieu. Donc ce qui y
apparaît respecte Son échelle. Ce verset dit que lorsque l'ange (l'enfant mâle George Christ) ouvrit le 7ème Sceau il y
eut « ENVIRON une demie-heure de silence dans le Ciel ». Jean de Patmos avait-il une montre ?

Non, bien sûr. C'est parce qu'il s'agit de « l'Heure de Dieu ». Elle vaut 16,68 années (1 001 / 60) en raison de l'usage de
la base 60 pour le temps (60 minutes, 60 secondes) à Sumer, terre d'origine des Hébreux, en sachant que la durée
journalière de 24 heures ne vaut que sur la Terre, pas pour l'univers de Dieu, et en sachant que les Sumériens reçurent
leur connaissance du Ciel selon leurs termes (la base 60 semble arbitraire, malgré l'explication du comptage des
phalanges, la preuve, nous utilisons principalement la base 10).

Mais le verset dit « ENVIRON une demie-heure ». Ce peut être toute valeur suffisamment proche de ce chiffre (16,68 /
2). Quant au « silence dans le ciel » il exprime l'idée que le Ciel est vide de ses « anges » de Dieu (les déchus n'étant
d'ailleurs plus là depuis un moment)...car ils sont occupés...SUR TERRE...pour l'Enlèvement. Sinon pourquoi ce
silence ? Cet Enlèvement dure donc ENVIRON la moitié de 16,68 ans, soit ENVIRON 8,34 ans.

Il faut tenir compte d'un délai après l'impact de météorite pour que la poussière redescende. Après quoi l'Enlèvement
débute, les fameux 7 ans. Il existe un détail qui mérite toute notre attention. Pour faire simple, pour ne pas ajouter à la
complexité plus d'imbroglio, j'ai indiqué au-dessus que la famille royale des Cambridge dirigerait les opérations de
l'Enlèvement.

Mais il y a deux types d'enlèvements pendant cette période de 7 ans (shmita). Le sauvetage des élus ET
l'emprisonnement des ennemis de Dieu, parmi les hommes. Le chapitre qui y est consacré décrit 4 « anges » par
groupes de deux. En hommage au lecteur pressé, il s'agit en fait de la mère (Verseau) qui dit à Georges Christ (Lion)
d'aller « moissonner » les élus, ET le père (Sagittaire) qui dit aux autres enfants (Taureau) d'aller prendre ceux qui
seront emprisonnés dans l'espace proche...à 300 kilomètres d'altitude ! Les élus seront avertis par une « trompette »
(message télépathique), les autres non.

Chacun des 3 enfants, bien sûr, étant assisté d'escadres de vaisseaux extraterrestres pour leur mission respective. Le
détail de « la bride du Cavalier se trouvant à 300 kms » (exprimés en « stades », longueur en usage à l'époque du
Christ) est proprement passé sous silence par les « exégètes » tant il est obscur. Mais pour qui comprend la nature des
« anges » de Dieu et de leur « nuées », il vient que la bride (que tiennent les Cavaliers) est à la fois les vaisseaux de
commandement en position stationnaire à proximité de la Terre (300 kms d'altitude) et le lieu d'emprisonnement des
ennemis, c'est-à-dire ces mêmes immenses vaisseaux (beaucoup plus grands à l'intérieur qu'à l'extérieur en vertu des
effets du temps fractal).

En effet, après la 3ème Guerre Mondiale, d'abord conventionnelle sous le règne de William, puis nucléaire sous le règne
d'Harry, et malgré l'impact du météorite y mettant un terme, nombreux seront ceux qui prendront toujours les aliens
comme une menace et tenteront de les combattre. Ils tenteront aussi d'empêcher les élus d'être pris, sans doute en
déclarant les sauver de cette « menace » (ou de les remplacer le cas échéant). Mais la Justice Divine est implacable.
Tous ceux qui s'opposeront au Plan Divin seront jetés en prison...spatiale, loin des collusions humaines.

Nous étions restés avec les 1 344 jours de la cinquième itération fractale, celle du règne de l'antéchrist. Le double, pour
la suivante, est 2 688 jours, soit 7,36 ans. Ce chiffre est proche de 8,34 ans (« une Demi-Heure de Dieu »), soit moins
d'une année d'écart ! (en écho au mot « environ »). Il faut avouer que cette loi fractale de temps a l'art d'épouser à
merveille le texte prophétique...d'autant que ces deux nombres (8,34 et 7,36, donc moins d'un an) finissent apparemment
la même année (correspondant au calendrier Hébraïque civil).
Pendant la période de l'Enlèvement la paix reviendra sur Terre, une fois les ennemis de Dieu emprisonnés dans le Ciel.
Mais « les anges saints et l'agneau », la famille Cambridge au complet, seront occupés dans le ciel terrestre avec les
« anges » de Dieu à prendre un par un, ou en groupes (le plus souvent), les élus de la Grande Multitude. La famille
Cambridge ne se sera pas tourné les pouces pendant leur « cavale » de 3,5 ans (règne de l'antéchrist). Elle aura préparé
la période de l'Enlèvement avec leurs alliés humains pendant que des bombes nucléaires frappaient des sites, et que la
Troisième Guerre Mondiale continuait de plus belle jusqu'à la « Grande Détresse », l'impact météoritaire.

Combien de personnes appartiendront à la Grande Multitude ? Impossible de le dire avec certitude et précision car nul
ne sait le choix que chacune d'entre elles fera. Par contre il est possible de faire une estimation. Après un séjour dans le
Ciel (sans doute une autre planète proche), les élus reviendront sur Terre dans la Nouvelle Jérusalem. Celle-ci est décrite
comme étant un carré de 2 200 kms de côté et autant de haut. Beaucoup imaginent un cube, fort improbable, lorsqu'il
s'agit plus simplement d'une pyramide dont le sommet est un immense vaisseau dans l'espace, en position
géostationnaire, appelé le « Trône de Dieu » (celui du Christ en fait), qui projette quatre « murs » de lumière cohérée
protectrice vers le sol, plus exactement vers les murs physiques d'enceinte, fort bien décrits (Apo 21), de cette « Cité de
Dieu ».

Un mot sur 'le nouveau Ciel et la nouvelle Terre' où s'installera la Nouvelle Jérusalem. Beaucoup y voient une autre
planète, où même une Terre éthérique au paradis. Mais la réalité sera bien plus prosaïque. En effet, les effets des 7
fléaux seront dévastateurs, et plus particulièrement la 7ème Trompette / Coupe quand un tremblement de terre jamais
connu jusqu'alors aura lieu, et que les îles et les montagnes, celles que nous connaissons, auront disparues, comme
l'indiquent les versets afférents, nul doute qu'il s'agira d'un basculement des pôles physiques. Donc, la Terre sera
nouvelle et les étoiles ne seront plus les mêmes pour un lieu donné. Revenons à la Nouvelle Jérusalem.

Nous avons donc une surface de 484 millions d'hectares. A raison d'un hectare par personne pour vivre correctement
(proche de la densité de population de la France), nous avons 484 millions de personnes venant de toute la planète.
Étrange de savoir que la première des 10 instructions des « Georgia Guidestones » (monument en Géorgie, USA, dont
l'architecture reprend les codes descriptifs de la Nouvelle Jérusalem de façon cryptée, érigé par des Rosicruciens,
supposémment) annonce qu'il faut maintenir la population sous les 500 millions (cas des 484 millions). Beaucoup de
conspirationnistes y ont vu une volonté, de la part d'un gouvernement secret, de réduire la population mondiale. Ce
serait plutôt un guide à l'attention des élus qui seront enlevés.

Un mot sur les « abductions », terme anglo-saxon pour les enlèvements par les extraterrestres, qui ont lieu depuis des
décennies. La conspiration va bon train là aussi. Il existe deux types d'enlèvements dans le passé. Ceux perpétrés par
Satan et ses troupes pour effrayer l'humanité et associer les aliens au mal, ce que les évangélistes américains,
notamment, se plaisent à répéter. Loin d'être de bons Chrétiens, souvent guidés par l'argent, ils véhiculent ainsi le plan
de Satan qui veut limiter, par cette peur, le nombre d'élus sauvés. Mais il y a aussi ceux des « anges » de Dieu qui
poursuivent un objectif très terre-à-terre.

En effet, depuis l'ère nucléaire et ses effets sur l'environnement, depuis la multiplication des armes chimiques et
bactériologiques (le covid-19 en est un exemple frappant) mais aussi depuis les industries agro-alimentaires et pétro-
chimiques (source de nombreuses maladies, tel le cancer, et affections physiques et psychiques, croissant de façon
exponentielle) qu'ils ont observées s'accroître de façon vertigineuse, eux qui voient également le futur ont pris des
dispositions pour modifier le corps humain afin de l'adapter pour les temps qui viennent.

Sans ces modifications cellulaires, par l'ADN, sur les personnes qui naîtront à la Fin des Temps, et sans doute même
avant, la survie de l'humanité serait lourdement affectée, et mise en grand péril. La Terre deviendra hautement toxique.
Il fallait donc adapter le corps humain du futur par anticipation, mais aussi celui des animaux qui nourrissent l'humanité
(nombreuses histoires de mutilations animales).

C'est pourquoi, dès la naissance de cet âge nucléaire, dont l'explosion des premières bombes a servi de sirène
galactique, les attirant comme les services d'urgence sur une scène d'accident, les « anges » de Dieu ont procédé à des
« abductions » en grand nombre afin de tester différents et pléthoriques scénarii du futur sur les cellules humaines. Il
leur fallait donc, dès les années soixante, lancer une vaste campagne d'enlèvements et prélever de telles cellules, celles
dévolues à la perpétuation de la race en particulier. Je veux parler des organes sexuels.

Ainsi, les témoignages d'enlèvements qui furent légion à la fin du siècle dernier peignirent un tableau bien sombre des
activités extraterrestres, mélangeant dans les esprits, le bien et le mal. Bien que les « abductés » reçurent quelques
avertissements sur le futur de l'humanité à l'occasion de ces rencontres, leurs témoignages furent réduits au caractère
invasif et dangereux de cette présence incongrue.

Étant donné l'incrédulité du public à propos de ce futur sombre pendant les Trente Glorieuses, au contraire pleines de
promesses avec l'argent qui coula à flot, le caractère simpliste des réflexions d'alors réduisit ce travail extraterrestre
préparatoire, bienveillant et anticipateur, à une volonté étrangère d'envahir le monde. Or l'humanité était et demeure le
danger, pour elle-même et pour les aliens dans le monde spirituel, non l'inverse. Ceci étant dit, reprenons le cours des
évènements prophétisés à venir.

Pour résumer, le calendrier de la Fin des Temps s'enrichit d'une sixième étape :

Sceau 1 – 22 Juillet 2021 : Cavalier Blanc (Retour du Christ).


Sceau 2 – 14 Octobre 2021 : Cavalier Rouge (Guerre dans le Ciel).
Sceau 3 – 31 Mars 2022 : Cavalier Noir (Enlèvement des 144 000).
Sceau 4 – 02 Mars 2023 : Cavalier Pâle (3ème Guerre Mondiale).
Sceau 5 - 02 Janvier 2025 : Règne de l'antéchrist
Sceau 6 – 7 Septembre 2028 : Impact de météorite, suivi de l'Enlèvement de la Grande Multitude.

16 Janvier 2036 : Fin de la période de l'Enlèvement.

Ce qui suit l'Enlèvement est la partie la plus dramatique de la Fin de Temps : le 7ème Sceau.

Il s'agit des 7 FLÉAUX présentés comme 7 « trompettes » (que l'on sonne = décisions) dans le Livre aux 7 Sceaux, et
comme des « coupes » (que l'on verse = conséquences) dans le Petit Livre Ouvert. Les correspondances des unes chez
les autres sont assurées par des expressions communes. On pourrait passer en revue, dans le menu détail, les
descriptions et leurs significations. Mais il faudrait, encore, quelques pages de plus. Disons, pour faire simple, qu'il est
question de préparer les « meilleures » conditions de la descente de la Nouvelle Jérusalem sur la Terre. Pour ce faire,
Dieu va diminuer con-si-dé-ra-ble-ment la population mondiale.

Les quatre premiers fléaux sont des catastrophes naturelles touchant, par tiers, la planète. Dans l'ordre nous trouvons 1)
une intense activité électrique (orages et feux), 2) l'impact d'une grosse météorite (tsunami), 3) l'impact d'une comète
fragmentée (fleuves infectés) et 4) une fumée dense gigantesque (éruption solaire géante brûlant tout). Cette série de
cataclysmes pourrait être dûe à l'approche d'un corps céleste planétaire dans le système solaire, lequel pourrait même
« ramener » des extraterrestres dans notre voisinage, géocroiseur gigantesque dont les quatre effets majeurs seraient bel
et bien ceux-là, électriques et gravitationels, et dans l'ordre ci-dessus.

Indiquons que Jean de Patmos voit, face au Trône de Dieu (le Christ), et devant lequel se trouvent les quatre créatures
vivantes de forme humaine dans le chapitre 4, une « mer de verre, comme du cristal ». Mais il voit aussi dès le début du
chapitre 15, en présence de la Grande Multitude, désormais enlevée, face au Trône de Dieu (donc dans l'espace), une
« mer de verre embrasée par le feu ». Qu'est-ce que cette « mer de verre » tantôt comme du cristal, tantôt embrasée par
le feu ?

C'est simplement un écran géant dans l'immense vaisseau du Christ qui, d'abord est éteint (la Fin des Temps est sur le
point de débuter dans le chapitre 4), mais qui montre ensuite aux élus le premier fléau, celui du feu de la première
trompette / coupe. Après quoi ils chantent à la gloire de Dieu...car ils constatent que Sa prophétie s'accomplit
(jusqu'alors ils avaient la foi et ont été enlevés, mais pour aller où?).

Ainsi, ils savent que leur destination est bien la Nouvelle Jérusalem puisque ceux qui sont restés sur Terre périssent
selon les termes de la prophétie. En même temps, c'est un avertissement pour eux-mêmes car leur séjour pour mille ans,
hors de l'influence du Mal (donc privés de circonstances atténuantes), dans la « Cité de Dieu » n'est qu'un sursis avant
le Jugement Dernier. Quelques-uns seulement seront définitivement sauvés pour aller ensuite dans le Ciel et devenir les
nouveaux extraterrestres, avec leur corps de lumière.

Dieu tiendra parole, ainsi qu'en atteste ce qu'ils voient du sort réservé à ceux, en-bas, qui vénéraient l'argent.

Les trois fléaux suivants sont annoncés dans l'Apocalypse par l'expression, et par trois fois, du mot « Malheur » ! Ces
fléaux sont trois interventions extraterrestres directes et offensives. J'épargnerai le lecteur des raisons multiples,
démonstratives et variées me conduisant à cette conclusion :

1 – Harassement, au moyen de vaisseaux (« sauterelles »), des peuples habitant la zone géographique (Proche-Orient)
de la future Nouvelle Jérusalem pendant 5 mois afin de les faire quitter les lieux. Les hommes ne sont pas tués mais
seulement effrayés.

2 – Conflit militaire massif, appelé Armageddon, dans et pour cette même zone de 484 millions d'hectares, engageant
200 millions « d'anges » de Dieu commandés par les quatres anges, anciennes créatures vivantes de forme humaine,
correspondant aux Quatre Cavaliers de l'Apocalypse, ainsi qu'indiqué dans les versets afférents (« les quatre chevaux
déjà rencontrés »). Un tiers de la population mondiale d'alors, déjà fortement réduite par les fléaux précédents, périra.
3 – Emploi de « l'Arche d'Alliance » à bord du vaisseau-mère du Christ, sorte de « Rayon de la Mort » qui détruit les
villes, Londres (la « City » coupée en trois) en particulier, afin d'en finir avec le système capitaliste. La Terre basculera
tant ce fléau sera apocalyptique.

Il faut indiquer que c'est cette même « Arche d'Alliance » qui servira à maintenir la vie dans la Nouvelle Jérusalem des
décennies plus tard (comme un rayon laser découpe le métal ou lit un CD, selon l'intensité). Le tryptique « vaisseau-
mère / faisceau d'énergie vers la « Cité » / structure à douze branches au sol » n'est autre que « l'Arbre de Vie » (à
l'envers de notre point de vue terrestre) dont parle le Christ dans l'Apocalypse au chapitre 22, notamment, mais aussi
dans la Genèse dans l'épisode du Jardin d'Eden qui abritait Adam et... Ève ! Ce dernier n'était que les prémisses de la
Nouvelle Jérusalem avec, respectivement, ses racines, son tronc et ses branches, la Terre étant le bouquet feuillu de
l'Arbre.

Un mot sur la Chute de l'Homme. Ce n'est pas parce qu'Ève mangea du Fruit de la Connaissance (de « l'Arbre » du
même nom), incité en cela par Satan, le Serpent, que cette Chute eut lieu. C'est parce qu'il s'agissait d'une désobéissance
aux instructions de Dieu qui leur demandait foi et humilité quant à la suite de leur destin. Cette désobéissance ne fut que
le résultat de l'égo par trop développé de ce couple. Ainsi, leurs descendants, et les descendants de ces descendants,
ainsi de suite jusqu'à maintenant (toute l'humanité), ont tout autant fait preuve d'égoïsme et d'orgueil, par manque de foi
et d'humilité.

Cette Chute entraîna donc l'incapacité définitive de l'Homme à accéder au corps de lumière, celui des extraterrestres,
capable de s'incarner à volonté, c'est-à-dire de se matérialiser et se dématérialiser à volonté, sans perdre de facultés (ce
qui arrive aux « abductés »). C'est pourquoi, contrairement à la pensée orientale, l'accès à ce corps divin ne peut se faire
par la seule volonté et par le seul travail d'un être humain incarné. Seul Dieu le peut au travers de ses Serviteurs dans le
Ciel...après le Jugement Dernier (exception faite d'une partie des 144 000 qui accède à la 5ème récompense, et au-delà,
dès leur Enlèvement dans les prochains mois).

Ainsi, ce qu'Adam et Ève ont échoué à faire, est, de même, demandé à leurs descendants, mais en passant par de
pénibles incarnations et par la voie de la Connaissance progressive, plutôt qu'instantanée (« en un clin d'oeil »), ce qui
survient pour les élus parmi les élus (« beaucoup d'appelés et peu d'élus »). Autrement dit, il n'y a point de Salut hors
de la foi et de l'humilité ! Et il en faut pour admettre les révélations de ce texte.

Disons au passage le caractère hautement symbolique du prénom qu'Ève (ma compagne) reçut, par la voix d'un ange, et
qui exprime la foi et l'obéissance dont nous avons dû faire preuve pour être choisis comme les premiers, ce qu'une
vision dans une cathédrale établit lorsque qu'une voix forte venant d'au-dessus affirma à notre adresse personnelle (Ève
et Éric, seuls sur les lieux avec une autre personne (Elizabeth II plus jeune, marchant de long en large dans ce qui
ressemblait fort à un cercueil ouvert (celui de son époux, sans doute)), en présence de quatre anges, dont deux nous
tenaient par l'épaule) : « Vous êtes les premiers. Vous devez créer un Nouvel Ordre ! »

Mais, donc, avant cette issue du Jugement Dernier, merveilleuse pour les uns, fatale pour la majorité, revenons au
calendrier de la Fin des Temps.

Après les 2 688 jours de la période de l'Enlèvement, cette période des 7 fléaux devrait durer, en respectant la
progression géométrique jusque-là observée, le double, soit 5 376 jours, ou 14,73 années. Or, à plusieurs reprises,
l'Apocalypse, via ses anges, annonce à haute voix une durée d'une « Heure » pour la chute de Babylone, la « City », et
plus globalement le capitalisme. Une « Heure » étant 16,68 ans à l'échelle de Dieu, le compte est presque juste (il
manque environ deux ans).

Mais il faut compter avec les deux ans supplémentaires disséminés dans la Troisième Guerre Mondiale et le tout
premier impact de météorite mettant un terme au règne de l'antéchrist (nommé alors la « bête »), qui, je le rappelle,
participe activement, tout comme l'Oint (les « 10 cornes »), à la ruine de Babylone, comme mentionné clairement au
chapitre 17. En fait, on peut même inclure, dans ces deux ans manquants, la période d'apparition du covid-19, véritable
semence et parfait terreau des troubles économiques à venir.

Donc les 7 fléaux durent bel et bien presque 15 ans (contenus dans « l'Heure de Dieu »). Il faut ajouter que les quatre
catastrophes naturelles, précédent les trois « Malheurs », devraient intervenir en l'espace de peu d'années (2 ou 3) car,
s'il s'agit bien d'un planétoïde ayant une trajectoire elliptique très grande autour du soleil, revenant dans le système
solaire tous les X milliers d'années (peut-être 3 600 ans environ), alors l'attraction de notre étoile va l'accélérer au point
de réduire considérablement son temps dans le système solaire.

Notons que le gros météorite désigné « Apophis » est de retour en 2036, et prévu de frôler la Terre. Or, la période des 7
fléaux démarre le 27 novembre 2035. L'impact de météorite, dont le planétoïde aurait incurvé la trajectoire originelle,
prévu à la seconde « trompette / coupe », et après que l'entrée de celui-ci dans le système solaire ait provoqué des
perturbations de son champ électromagnétique, entraînant alors une intense activité électrique sur Terre (première
« trompette / coupe »), cet impact donc, pourrait avoir lieu en...2036 ! Comme l'année d'Apophis ! En effet, la
trajectoire d'approche vers le soleil est d'abord lente (1 an) puis s'accélère considérablement par le carré inverse de sa
distance.

Notons aussi que la 7ème « trompette » (décision de Dieu) se trouve décrite à la fin du chapitre 11, après l'épisode des
Deux Témoins (conséquences pour les hommes). Pourquoi cette anomalie unique ? C'est certainement elle qui répand le
plus de confusion dans l'interprétation du calendrier de la Fin des Temps.

Or, les 5ème et 6ème « trompettes » viennent d'être décrites au fil de la lecture de l'Apocalypse. Il apparaît, à celui qui a
la clé dynastique, que leur description révèle en fait les armoiries royales Britanniques par petits morceaux (dont
certains sont dans le Petit Livre Ouvert en lieu et place de ces fléaux 5 et 6) de sorte qu'une fois les pièces du puzzle des
deux groupes de descriptions assemblées on voit l'ensemble du blason de la Maison Hanovre / Windsor dans laquelle le
futur Christ (Prince George) fut accueilli !

Cet agencement des chapitres permet donc, avec une intelligence divine, de lier les Deux Témoins « se tenant debout
devant le Seigneur de la Terre » à la famille Windsor via ses armoiries, façon puzzle ! Ainsi, ils sont bel et bien
« Mort » et « Hadès », à la tête d'un quart de la surface de la Terre (Commonwealth), supportés par « les bêtes
sauvages de la Terre » (lion, ours et léopard) et, enfin, avec les pouvoirs sur la vie d'autrui, les récoltes et...les fléaux !
L'assassinat de ces Deux Témoins par l'antéchrist, induisant la liesse des peuples dans le texte du chapitre 11, provoque
donc avec un effet retard la dernière « trompette / coupe », le tir laser sur les villes du monde...

Ce qui nous ramène alors à ce programme:

Sceau 1 – 22 Juillet 2021 : Cavalier Blanc (Retour du Christ).


Sceau 2 – 14 Octobre 2021 : Cavalier Rouge (Guerre dans le Ciel).
Sceau 3 – 31 Mars 2022 : Cavalier Noir (Enlèvement des 144 000).
Sceau 4 – 02 Mars 2023 : Cavalier Pâle (3ème Guerre Mondiale).
Sceau 5 - 02 Janvier 2025 : Règne de l'antéchrist
Sceau 6 – 7 Septembre 2028 : Impact de météorite, suivi de l'Enlèvement de la Grande Multitude.
Sceau 7 – 17 Janvier 2036 : 7 fléaux.

05 Octobre 2050 : Fin de la période des 7 fléaux.

Mais il y a une itération supplémentaire. En effet, les 7 Églises démarraient après le terme de la présence du Christ sur
Terre (an 33). De même, le retour du Christ est d'une durée de 84 jours (sans autre événement divin). C'est donc au
terme de ce premier sceau que les 7 itérations devraient être comptées. Ainsi, une 8ème période commence, celle de la
construction de la Nouvelle Jérusalem, une fois la zone géographique qui y est consacrée sera « nettoyée »
(Armageddon). Bien que cette période ne soit pas strictement mentionnée, on ne peut imaginer qu'une telle « Cité de
Dieu » apparaisse en un claquement de doigts.

Du reste, Daniel 9 précise que les Hébreux (en fait les 144 000), et plus généralement les élus, ont 70 « semaines » pour
en finir avec les transgressions des lois divines avant d'entrer dans « Le Plus Saint des Lieux ». La Nouvelle Jérusalem,
donc. Or, j'ai montré que cette période décrétée de 490 ans démarre quand le temps lui-même fut décrété, c'est-à-dire au
15 octobre 1582, lorque le calendrier Grégorien fut adopté, devenu depuis LE calendrier universel de l'humanité (il y en
eut tant et tant depuis des siècles), celui qui succéda au calendrier Julien, celui en usage au temps du Christ là où il se
trouvait.

La « Cité de Dieu » doit donc être opérationnelle au 15 octobre 2072, comme déjà dit.

D'un autre côté, la 7ème itération est le double de 5 376 jours, soit 10 752 jours, ou 29,56 ans. Presque 30 ans. Trente
ans de destruction suivis de 30 ans de construction !

Or, le terme de ces 10 752 jours est le 13 Mars 2080...SOIT 7 ANS APRÈS LES 70 SEMAINES ! (des années
complètes 2073 à 2079 incluses). Ce sont précisément les 7 ans du règne du Christ qui précède la succession des 143
autres rois sur le Trône du Christ dans la Nouvelle Jérusalem pendant 7 ans chacun, les uns derrière les autres, soit 144
parmi les 144 000 ! Ainsi démarre le Millénaire de Dieu, le 7ème Jour, celui de son repos, d'une valeur exacte de 1 001
ans (143 x 7 ans) !

À la fin de celui-ci vient une guerre contre Satan, qui sera alors libéré, assistant cette humanité hors des murs, qui
attaquera la Nouvelle Jérusalem. Les attaquants seront détruits dans le feu nucléaire. Mais il y aura des survivants. C'est
alors que le Jugement Dernier survient enfin. Nous sommes autour de l'année 3080 !
Mais il y a deux groupes de personnes. Celles qui vivaient dans la Nouvelle Jérusalem (Le « Livre de Vie »). C'est le
Christ qui les juge. Les élus parmi les élus reçoivent leur corps de lumière et partent dans l'espace. Les autres sont jetés
dans le feu nucléaire. Ce funeste destin est nommé « seconde mort » en raison de la disparition de l'âme à jamais...qui
n'est donc pas éternelle, contrairement à une fausse idée répandue, en tout cas pas tant qu'on n'a pas été élu(e) parmi les
élu(e)s.

Mais il y a aussi les morts (Les « Livres des Enregistrements », celui des incarnations successives), hors de l'enceinte de
la « Cité » et épargnés par cette dernière guerre, qu'ils aient été vivants ou morts. Ce sont « Mort » et « Hadès » qui les
jugent, ceux du quatrième Cavalier sur son cheval Pâle, les futurs William et Catherine (futurs au jour de la rédaction de
ce texte) sur le trône du Royaume-Uni. Ceux qui sont jugés indignes sont aussi jetés dans le feu nucléaire ( « seconde
mort »). Les autres, les plus prometteurs, sont incarnés de nouveau pour établir une nouvelle civilisation humaine sur
Terre...

FIN...ET RENOUVEAU...