Vous êtes sur la page 1sur 15

Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I.

AYADI

CHAPITRE 2

LE BASSIN VERSANT

1. Notion de bassin versant

La surface élémentaire sur laquelle le cycle hydrologique peut être quantifié, s'appelle
le bassin versant.
Le bassin versant est une surface close drainée par un cours d'eau et ses affluents en
amont d’une section, appelée exutoire. Tout écoulement prenant naissance à l'intérieur de
cette surface doit donc traverser la section considérée pour poursuivre son trajet vers l'aval.

affluents

Cours d’eau principal


Exutoire
Fig.1: Schéma d'un bassin versant

On peut exprimer quantitativement le cycle hydrologique pour un bassin, par ce qu'on appelle
bilan hydrologique, sur une période donnée (généralement une année).
PR ES
3
où P est la quantité d'eau (m ) précipitée à la surface du bassin versant,
R est l'écoulement de surface et souterrain,
E est l'évapotranspiration,
S est la quantité d'eau correspondant à la variation du stockage en surface ou sous la
surface du bassin versant.

1.1. Bassin versant topographique


Si le sous-sol est imperméable , le cheminement de l'eau ne sera déterminé que par la
topographie. Le bassin versant sera alors limité par des lignes de crêtes et des lignes de la plus
grande pente comme le montre la figure 2. Le tracé de la limite d’un bassin se fait en
commençant par l’embouchure et en suivant les points les plus élevés jusqu’à la fermeture
complête du circuit.
Courbes de niveau

Lignes en crête

Exutoire

Fig. 2: Limites d'un bassin versant topographique

1
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

1.2. Bassin versant hydrogéologique


Dans le cas d'une région au sous-sol perméable , il se peut qu'une partie des eaux
tombées à l'intérieur du bassin versant topographique s'infiltre puis sorte souterrainement du
bassin versant ou entre souterrainement dans le bassin versant. Dans ce cas, on doit tenir
compte des considérations d'ordre géologique en plus de considérations topographiques pour
déterminer les limites du bassin versant.Il se peut que la limite d’un bassin versant ne soit pas
la migne de crête séparant deux bassins, mais plutôt celle qui est définie par les plus hautes
élévations de la nappe. Cependant, comme cette limite est difficilement réparable, on
considère généralement comme bassin–versant celui qui est déterminé par le drainage
superficiel.

Ligne du bassin
versant topographique

Ligne du bassin
versant phréatique
Nappe phréatique

Fig.3: Limites d'un bassin versant

2- Caractéristiques physiques d'un bassin versant


Le bassin versant fonctionne comme un collecteur chargé de recueillir les
précipitations et de les transformer en écoulement à l'exutoire. Cette transformation ne va pas
sans pertes en eau et ces pertes dépendent des conditions climatologiques régnant sur le bassin
versant, mais aussi des caractéristiques physiques de ce dernier. Cependant deux bassins
soumis aux mêmes conditions climatiques peuvent avoir un régime d’écoulement totalement
différent. Cette différence est principalement causée par les diverses caractéristiques
physiques des deux bassins.
Dans cet ordre d'idée, le bassin versant peut être caractérisé par:
- sa morphologie ( forme, relief, densité de drainage),
- la nature du sol,
- le couverture végétal.
2.1. Caractéristiques morphométriques
L'utilisation des caractéristiques morphométriques a pour but de décrire la forme et le
relief en condensant en un certain nombre de paramètres chiffrés la fonction h=f(x,y) à
l'intérieur du bassin versant ( h: altitude, x et y :coordonnées d'un point du bassin versant).
Trois types de paramètres morphométriques vont être utilisés:

2.1.1. Caractéristiques de la disposition dans le plan


2.1.1.1. Surface A (km²): est la plus importante des caractéristiques; elle s'obtient par
planimétrage sur une carte topographique après traçage des limites topographiques et
éventuellement hydrogéologiques. La surface permet de controler l’intensité de plusieurs
phénomènes hydrologiques tels que le débit, le volume de précipitations ou d’infiltration, etc.

2
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

2.1.1.2. Longueur ( km)


- Périmètre
Différentes caractéristiques de longueur sont utilisées. La plus utilisée est le périmètre
P du bassin versant. Après avoir schématisé les limites du bassin versant sur une carte
topographique , soit par des courbes à grand rayon de courbure, soit par un tracé polygonal, on
procède au curvimétrage pour déterminer le périmètre P du bassin versant.

Fig.4 schématisation du périmètre Fig.5: Périmètre fictif


d'un bassin versant pour un bassin replié

Dans ce cas particulier tels que celui d'un bassin replié sur lui-même, on pourra être
amené à tracer des contours fictifs qui tiendront compte de chaque cas particulier.
A la suite de ces remarques critiques sur l'utilisation du périmètre comme critère de
longueur, il a fallu définir d'autres caractéristiques et en particulier :
- la longueur du plus grand thalweg: il faut poursuivre le thalweg indiqué sur les
cartes topographiques, vers l'amont jusqu'à la limite du bassin. De même si le cours d'eau aval
présente des méandres, on curvimètre en général tous les méandres. Ce choix peut dépendre
du genre d'études que l'on doit effectuer sur ce bassin.
- la distance de l'exutoire au centre de gravité du bassin. Ceci paraît être une bonne
caractéristique du longueur, mais elle nécessite l'évaluation de la position du centre de gravité
du bassin.
- la plus grande longueur entre deux points de la frontière: On utilise cette
caractéristique surtout en association avec la plus grande largeur perpendiculaire avec la plus
grande longueur.

lg: distance du centre de gravité à l'exutoire


lt: plus long thalweg
L : plus grande longueur lt
l : plus grande largeur L

lg

Fig.6: Différentes caractéristiques de longueur d'un bassin versant

3
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

2.2. Caractéristiques de forme:


Certain nombre d'indices sont susceptibles de servir de points de repères dans la
classification et de faciliter la comparaison des bassins versants entre eux. La dimension et la
forme d'un bassin versant n'ont pas une influence essentielle sur la moyenne à long terme des
écoulements ( exprimés en mm ou en débit spécifique), mais elles sont très importantes pour
les crues et la répartition des débits au cours de l'année.
- Dimension: plus le bassin versant est petit , plus le débit de crue par unité de surface
est grand et moins les écoulements sont répartis dans le temps.
- Forme: plus le B.V est allongé et tourmenté, plus les pointes des crues sont plus
petites; à l'opposé, ce sont les bassins en forme d'éventail qui ont les plus forts débits de
crue ( notion du temps de concentration).
Il est difficile d'exprimer ces influences de forme et de dimension par des paramètres
valables. Un certain nombres d' études par analogie peuvent être établis.

2.2.1. Indices de forme:


2.2.1.1. Le coefficient de compacité de Gravelius Kp
L'indice de forme le plus utilisé est le coefficient de compacité de Gravelius Kp .Cet
indice est établi en comparant le périmètre du bassin versant P à celui d'un cercle qui aurait la
même surface A.

Soient Pc et Ac le périmètre et la surface d'un cercle avec:

Pc  2R
1/ 2
2 A
A c  R  R   

1/ 2 P
d'où P  2A  et K p 
2A 
1/ 2

alors :
P
K p  0.282
A
avec P et A le périmètre et la superficie du bassin versant, mesurés successivement au
planimètre et au curvimètre.
L'indice de compacité est égal à 1 pour un bassin parfaitement circulaire. Il est égal à 1.128
dans le cas d’un bassin carré et croît d'autant plus que la compacité diminue. Il peut atteindre
la valeur 3 pour des bassins très allongés.
La valeur de l’indice de compacité de Gravelius est généralement comprise entre 1 et 1.75
ainsi, il est possible d’établir certaine correspondance entre la forme du bassin et les valeur de
Kp qui lui correspondent (Puglisi, 1986).
Intervalle de Kp Forme du bassin versant

1.00 à 1.25 circulaire à assez allongé


1.25 à 1.50 assez allongé à allongé
1.50 à 1.75 allongé à très allongé

4
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

2.2.1.2. Le coefficient de forme d est défini par : d = L² / A


2.2.1.3. La largeur moyenne du bassin versant est donné par: b = A / L

Exemple 1
L’oued Bled draine un bassin de superficie égale à 165 km² et de périmètre égale à 57 km.
Calculer le coefficient de forme du bassin.
Kp = 0,282x 57/(165)1/2 = 1.25
Le bassin versant est assez allongé

2.2.2: Le Rectangle équivalent


Roche a fait introduire la notion du rectangle équivalent pour pouvoir comparer les
bassins versants entre eux du point de vue de l'influence de leurs caractéristiques sur
l'écoulement.
On définit un rectangle équivalent est le rectangle de longueur L et de largeur l qui a la
même surface, même périmètre, même indice de compacité et même répartition
hypsométrique que le bassin versant.
Soit :

2(L+l) = P
  X2 - (P/2) X + A = 0 (1)
L*l =A

Kc A
P (2)
0.282
En résolvant l'équation de second degré(1) et en remplaçant P par (2), on obtient:
 2 
Kc A   1.128  
L 1  1   
1.128   c  
K

Exemple 2.
Suivant les données de l’exemple1, calculer les dimensions du rectangle équivalent du bassin
versant drainé par l’oued Bled.
La longueur L est donnée par :

 2 
Kc A   1.128  
L 1  1   
1.128   K c  
 
1/2 2 1/2
L = [1.25x(165) /1.128][1+(1- (1.128/1.25) ) ]= 20.36 km
La largeur l
l = A/L= 8.1km

Les courbes de niveau se transforment dans le rectangle équivalent en segments de


droites parallèles à sa largeur l. La représentation de l'hypsométrie du bassin versant dans le
rectangle équivalent est obtenue en calculant la distance qui sépare chaque courbe de niveau à

5
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

la cote représentant le point le plus bas (ou le plus haut) du bassin versant. Cette distance est
calculée en multipliant par L les fractions des surfaces cumulées (ai/A):

L
L
n 0
0

xi
Fig.7: Rectangle équivalent

a i  x i .L  ai xi
 
A  L.l  A L
ai
ainsi xi  .L
A
L'inconvénient de cette méthode est que l'on peut rencontrer des bassins plus compacts qu'un
carré, l'équation n'a alors plus de racines réelles.
Exemple3
La répartition hypsométrique du bassin drainé par l’oued Bled est donné par le tableau ci-
dessous :
Altitudes (m) % de la superficie totale ai/A comprise entre deux courbes de
niveau
de 5 à 100m 10.8%
de 100 à 200m 16.8%
de 200 à 300m 20.0%
de 300 à 400m 16.7%
de 400 à 500m 14.3%
de 500 à 600m 8.4%
de 600 à 700m 6.8%
de 700 à 800m 5.4%
de 800 à 1014m 0.8%

6
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

La distance de chaque courbe de niveau (CN) par rapport à l’exutoire (CN=5m) est calculée
comme suit :
Altitude (m) Cumul de % de superficie Distance séparant l’altitude de l’exutoire
entre la CN et l’exutoire
100 m 10.8 X1 = 0.108x20.36= 2.198 km
200 m (10.8+16.8) =27.6 X2 = 0.276x20.36= 5.619 km
300 m (27.6+20) = 47.6 X3 = 0.476x 20.36 = 9.69 km
400 m (47.6+16.7) = 64.3 X4 =0.643x 20.36= 13.09 km
500 m (64.3 + 14.3) = 78.6 X5 = 0.786 x 20.36 = 16 km
600 m (78.6 + 8.4) = 87 X6 = 0.87 x 20.36 = 17.7 km
700 m (87 + 6.8) = 93.8 X7 = 0.938 x 20.36 = 19.09 km
800 m (93.8 + 5.4) = 99.2 X8 = 0.992 x 20.36 = 20.197 km
1014 m (99.2 + 0.8) = 100 X9 = 1 x 20.36 = 20.36 km

2.3. Caractéristiques des altitudes ( hypsométrie)


Les variations d’élévation (relief) à l’intérieur d’un bassin ainsi que l’élévation
moyenne sont des données essentielles à l’étude de la température et des précipitations. Le
portrait le plus précis de l’élévation du bassin est donné par sa courbe hypsométrique. Cette
courbe porte en ordonnée la surface du bassin versant qui se trouve au dessus des cotes
d'altitudes portées en abscisse. Pour établir cette courbe, on choisit un certain nombre de cotes
rondes (de 20 en 20m par exemple) divisant le bassin versant en tranches d'altitudes dont on
planimètre pour différentes altitudes les surfaces situées au dessus de la courbe de niveau
correspondante. La surface peut être exprimée en km² ou en % de la surface totale.

Elévation
1400

H5%

1000

80
0
60
0
40
0
H95%=20

0
5 10 20 2.8:30
Fig. Courbe40 50
hypsométrique 60 70 80 90
95% 100 Pourcentage de superficie

Fig.8. Courbe hypsométrique

Cette méthode est précise mais fastidieuse. Une autre méthode consiste à
échantillonner les altitudes selon un maillage carré.

7
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

Bien souvent, on définit la dénivelée D comme étant la différence de cote entre H5% et
H95% :
D  H 5%  H 95%

Exemple4 :
Tracer la courbe hypsométrique du bassin drainé par l’oued Bled en utilisant le tableau de
répartition hypsométrique de l’exemple 3.
Pour pouvoir établir la courbe hypsométrique on doit dresser un tableau qui décrit la relation
entre l’altitude et le % de superficie cumulée qui se trouve au dessus de la courbe de niveau
correspondante :
Altitude (CN) (m) % de superficie cumulée se trouvant au
dessus de la courbe de niveau considérée
5m 100 %
100 m (100 % -10.8%) = 89.2 %
200 m (89.2 %- 16.8%) = 72.4%
300 m (72.4% - 20%) = 52.4%
400 m (52.4% - 16.7%) = 35.7%
500 m (35.7% - 14.3%) = 21.4%
600 m (21.4% - 8.4%) = 13%
700 m (13% - 6.8%) = 6.2%
800 m (6.2% - 5.4%) = 0.8%
1014 m 0.8% – 0.8% = 0%

Aprés avoir tracé la courbe hypsométrique (altitude=f (%de surface cumulée)), on détermine :
H5% = 716 m et H95% = 53 m et l’altitude médiane H50% = 310 m.

2.4. Les Indices de Pente


L'objet de ces indices est de caractériser les pentes par leur valeur moyenne I pondérée
par les surfaces. En effet, l'influence du relief sur la transformation pluie débit se fit sentir par
l'intermédiaire des pentes, toute chose égale d'ailleurs, une pente forte favorise l'abondance le
ruissellement et diminue le temps de concentration tc, d'où un hydrogramme plus pointu que
sur un bassin versant de faible pente.
Les indices de pente se déterminent à partir de la connaissance de la répartition
hypsométrique du bassin versant.

2.4.1. Pente moyenne


L'idée première qui vient à l'esprit est de caractériser les pentes par leur valeur
moyenne I pondérée par les surfaces.
Soit D le dénivelé des courbes de niveau, soit dj la largeur moyenne de la bande j
comprise entre les lignes du niveau j et j+1 et soit lj la longueur moyenne de cette bande. La
pente moyenne nj sur cette bande est:
j+1
D D.l j
nj   D
d j d j. .l j aj
Dl j j di
nj 
aj
lj
j-1
Fig..9: Calcul de la pente moyenne

8
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

La surface de la bande j est : aj = dj lj


La pente moyenne pondérée par les surfaces est donc:
 n j .a j  n a j
i  jA
a j
D
avec: n j 
dj
En remplaçant aj et nj, la pente moyenne i peut s’écrire alors :
 D.d j .l j
dj
i
 d .l j j

ainsi:
D j m
i  lj
A j1

Si L est la longueur totale des courbes de niveau équidistantes de D, la pente moyenne i a


pour expression:
D.L
i
A
Malgré sa simplicité, cette expression est assez laborieuse puisqu'il faut curvimétrer toutes
les courbes de niveau; ainsi cet indice ne tient pas compte de la courbe hypsométrique et n'a
de sens que pour un bassin versant non hétérogène. Ce qui explique que cet indice est peu
utilisé dans la pratique.

Exemple 5:
Soit un bassin versant dont les courbes de niveau sont équidistantes et dont le dénivelé D est
de 20 m considéré comme constant sur tout le bassin vrersant. Le cumul des longueurs totales
L des courbes de niveau traversant le bassin versant est de 100 km. La superficie du bassin
versant est de 100 km². Calculez sa pente moyenne.
I = 0.02km x 100km/100km² = 0.02 km/km = 20 m/km = 2m /100m

2.2.4.2: Indice de pente globale Ig


On peut améliorer l'efficacité de cet indice, en considérant ,au lieu la dénivelée totale
D et la longueur du bassin L, la différence entre les altitudes H5 et H95 et la longueur L
déterminés successivement à partir de la courbe hypsométrique et du rectangle équivalent.
L'indice de pente global Ig est donné par:
H  H 95%
I g  5%
L
Cet indice est très facile à calculer et le plus utilisé. Il sert de base à une des
classification de l'IRD (ex ORSTOM) pour des bassins versants dont la surface est de
l'ordre de 25 km2:
R1: relief très faible Ig  0.002
R2: relief faible 0.002  Ig  0.005
R3: relief assez faible 0.005  Ig  0.01
R4: relief modéré 0.01  Ig  0.02

9
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

R5: relief assez fort 0.02  Ig  0.05


R6: relief fort 0.05  Ig  0.1
R7: relief très fort Ig > 0.1

Exemple 6 :
D’après l’exemple 4,
Ig = (716-310) /20.36 = 19.94 m/km = 0.019 m/m
Le bassin étudié a un relief modéré

2.4.3. Indice de pente Roche Ip


Marcel Roche a proposé un autre indice de pente plus "artificiel", plus facile à calculer ,
tenant compte de l'influence du facteur pente sur le régime hydrologique du bassin versant.
Ip est la moyenne de la racine carrée des pentes mesurées sur le rectangle équivalent , et
pondérée par les surfaces.

aj aj D
Ip   nj 
A A xj

D
l

xj

L
h0: cote du ligne de niveau de l'exutoire
hj : cote du ligne de niveau des points culminants du bassin versant
xj: distance qui sépare deux courbes de niveau sur le rectangle équivalent

La pente moyenne entre deux courbes de niveau hj et hj+1

i = D / xj = (hj+1- hj ) / xj

La surface de la bande aj = xj . l

Soit j = aj / A
= xj . l / L.l
xj
j 
L

L'indice de pente de Roche Ip peut s'écrire:

10
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

aj 
I p     h j1  h j  / x j
A
xj 
I p     h j1  h j  / x j
L
1
I p     x j h j1  h j  / x j
L
1
I p     x j h j1  h j 
L
1
I p      j Lh j1  h j 
L
1
Ip 
L
  j h j1  h j 

Exemple 7:
Suivant le tableau décrivant la répartition hypsométrique du bassin Bled (exemple 3), l’indice
de pente de Roche est calculé comme suit:
Ip = 1/(20.36 103)1/2 [(0.108x(100 – 5))1/2+ (0.168x(200-100))1/2+(0.2x(300-200)1/2+
(0.167x(400-300)1/2++(0.143x(500-400)1/2+(0.084x(600-500)1/2+(0.068x(700-600)1/2
+(0.054x(800-700)1/2 +(0.008x(1014-800)1/2 = 0.19

2.5. Coefficient De Dénivelé Spécifique


Le coefficient de dénivelée spécifique Ds est donné par:
Ds  Ig A
Les classes de reliefs sont données en fonction du Ds par:
Ds 10m  R1: relief très faible
10m  Ds  25m  R2: relief faible
25m  Ds  50m  R2: relief assez faible
50m  Ds  100m  R2: relief modéré
100m  Ds  250m  R2: relief assez fort
250m  Ds  500m  R2: relief fort
Ds  500m  R2: relief fort
Exemple 8.
L dénivelé spécifique du bassin drainé par l’oued Bled est donné par :
Ds = 0.019 x (165.106)1/2 = 244 m
Le relief du bassin est assez fort

3. RESEAU HYDROGRAPHIQUE
3.1. Définition
Le réseau hydrographique est l'ensemble des cours d'eau naturels, permanents ou
temporaires, par où s'écoulent les eaux provenant du ruissellement ou restituées par les nappes
souterraines, soit sous forme de sources, soit par restitution continuelle le long du lit du cours
d'eau.
Selon le support cartographique utilisé, on étudiera le réseau avec plus ou moins de
détail: en photographie aérienne, on pourra déceler des thalwegs de très faibles extensions,
tandis qu'on ne verra que les cours d'eau pérennes et importants sur une carte au 1/100000.

11
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

L'étude de chevelu hydrographique sert à comparer des bassins entre eux.


Le réseau hydrographique peut se caractériser par trois éléments: sa hiérarchisation,
son développement ( nombres et longueurs des cours d'eau), et son profil en long.

3.2. Classification
pour chiffrer la ramification du réseau, chaque cours d'eau, affluent, est numéroté
suivant son importance. Cette numérotation, appelée ordre du cours d'eau diffère selon les
auteurs ( Horton, Schumann, Strahler...). La classification de Strahler est la plus adaptée et
donnée par:
- Tout cours d'eau n'ayant pas d'affluent est dit d'ordre 1;
- au confluent de deux cours d'eau de même ordre n, le cours d'eau résultant est d'ordre
n + 1;
- un cours d'eau recevant un affluent d'ordre inférieur garde son ordre ce qui résume
par:
n+n=n+1
n+m=m si n<n
n+m= n si n m
1 1 1
1 1 1 1
1 1
2 2 2 1
1 2 1 1 3
1
3
3 2
1 2 1
3 3 1
1 1
4
1

Fig.-11: Classification de STRAHLER

3.3. La densité de drainage: Dd


Si on désigne par li la longueur d'un affluent d'ordre quelconque ou du cours d'eau
principal:

l i

Dd 
A
km 1

Exemple 9.
Le classement du thalweg selon strahler est représenté par le tableau suivant:
Ordre Nombre Ni Longueur Li Longueur moyenne
(km) (km)
1 21 3.22 0.153
2 7 4.20 0.70
3 2 1.5 0.75
4 1 1.2 1.2
li = 3.22+4.20+1.50+1.20=10.12 km
Dd= 10.12/165 = 0.06km/km²=0.06 km-1

12
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

3.4. La fréquence des thalwegs d'ordre 1: F1

C'est le rapport du nombre total de thalwegs d'ordre 1 à la surface du bassin versant A:

F1 = N1 / A
AN :
F1 = 21/165 = 0.127

3.5. Les lois de Horton:


Ces lois empiriques relient le nombre, la longueur moyenne et l'ordre des cours d'eau.
Pour un bassin versant homogène, le rapport de confluence Rc, rapport du nombre de cours
d'eau Ni d'ordre i au nombre Ni+1 de cours d'eau d'ordre i+1, est sensiblement constant:
Rc = Ni/Ni+1
Il en est de même du rapport des longueurs moyennes R1:
R1 = Li/Li-1
li est la longueur moyenne des cours d'eau d'ordre i.

3.6. La forme des lits:


Le lit est l'espace qui peut être occupé par les eaux de rivière ou des cours d'eau.
On distingue généralement trois types de lits:
- le lit majeur: c'est le lit occupé par les eaux d'inondation; il est généralement très
large. En Tunisie, par exemple, la largeur du lit majeur peut dépasser 1km ( oued Zéroud,
oued el Fessi (Medenine , Ben Gardenne ).
- le lit ordinaire ou mieux le lieu apparent: est la dépression bien déterminée entre
les berges et dans laquelle le cours d'eau circule en temps normal.
- le chenal d'étiage: n'occupe qu'une petite partie du lit apparent. IL n'est pas limité
par des berges nettes et sinue généralement à l'intérieur du lit apparent et va d’une berge à
l'autre.

Lit majeur

Lit ordinaire

chenal d’étiage

Fig.12: Différents types de lits d'une rivière

13
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

3-7. Endoréisme
On caractérise par ce terme, les réseaux hydrographiques qui ne se relient à aucun
autre réseau plus important. Les réseau endoréiques sont surtout fréquents dans les zones
arides et en zone karstique. On peut distinguer deux types d'endoréisme:
- Un endoréisme total où le réseau hydrographique converge vers une zone centrale (
ou parfois périphérique ) du bassin où apparaît une surface d'eau libre permanente ou non, à
partir de laquelle s'évapore la quasi-totalité des apports;
- Un endoréisme du ruissellement où le réseau de drainage aboutit à une zone où l'eau
s'infiltre et poursuit son écoulement vers l'exutoire du bassin par les nappes.

4. Le couvert végétal
Le couvert végétal influe beaucoup sur les quantités d'eau disponibles pour
l'écoulement de surface. En effet, l'évapotranspiration par les végétaux est très importante et
elle varie selon la nature des végétaux (forêts, prairies, cultures).
Par ailleurs, la végétation joue un rôle atténuateur important en période de crue: en
effet lorsque la végétation est développée, le ruissellement est retardé et la pointe de crue est
atténuée. L'écoulement étant alors plus long, la part d'eau reprise par l'évapotranspiration
augmente et le volume de crue diminue.
Le couvert végétal est caractérisé par le pourcentage des surfaces occupées par chaque
type de végétation. La détermination de ces surfaces est difficile car les documents
cartographiques qui les mentionnent sont très rares et bien souvent dépassés. La télédétection
satellite trouve ici une application particulièrement efficace.

14
Cours d'Hydrologie Chapitre 2 Dr I. AYADI

6. Exercice

Un bassin versant a une surface de 13.7 km² et un paramètre de 15,1 km.


La répartition hypsométrique du bassin versant est la suivant:
Altitude Z (m) Surface élémentaire (km²) Altitude (m) Surface élémentaire (km²)
Z 170 0 250 Z  260 13
170 Z  180 3 260 Z  270 6
180 Z  190 2 270 Z  280 14
190 Z  200 3 180 Z  290 6
200 Z  210 6 290 Z  300 10
210 Z  220 8 300 Z  310 2
220 Z  230 8 310  Z  320 6
230 Z  240 11 320 Z  330 2
14 0
240 Z  250 Z  320
a- Calculer l'indice de compacité et les dimensions du rectangle équivalent et interpréter les
résultats.
b- Tracer la courbe hypsométrique et le rectangle équivalent sur le même graphique. Donner
une interprétation de ces courbes.
c- Calculer l'indice de pente globale et le coefficient de dénivelée spécifique.
d- Le classement des thalwegs selon STRAHLER est représenté par le tableau suivant:

ordre i nombre ni longueur moyenne li en km


1 50 0,15
2 30 0,32
3 15 0,85

15

Vous aimerez peut-être aussi