Vous êtes sur la page 1sur 2

Les théories de motivation

- La Théorie de Maslow : Maslow a observé que l’individus hiérarchise ses besoins et cherche
à les satisfaire selon un ordre de priorité croissante
- La Théorie d’ERG d’Alderfer : Contrairement à la théorie de Maslow il n’existerait pas de
hiérarchie de préférences entre les catégories de besoins. Chaque besoin peut agir d’une
manière simultanée. La motivation dépendrait de l’intensité d’un besoin elle-même liée au
degré de satisfaction du désir : plus il est satisfait moins il est intense
- La Théorie des besoins de Mc McClelland : McClelland il a précisé chaque individus trois
besoins qui domine ! Les besoins d’affiliation les besoins d’accomplissement : c’est
atteindre les objectifs Les besoin de puissance c’est l’influence sur des autres personnes
Sachant que chez chaque personne un des trois besoins près dominer de l’autre d’où la
motivation PARIS Pouvoir Argent Reconnaissance Indépendance Sécurité
- La Théorie bifactorielle d’Herzberg : La théorie bifactorielle affirme également que la
motivation est suscitée par la recherche d’une satisfaction maximale d’un certain besoin. Il
observe que les facteurs de motivation sera apporte essentiellement au contenu du travail ils
sont associés à la satisfaction de travail étende a suscité des sentiments de développement
personnelle
- La Théorie des caractéristiques du travail d’Hackman et Oldham : Repose sur le modèle des
caractéristiques de travaille qu’ils appellent le potentiel la motivation des emplois :
 Variété des compétences nécessaire : Créer chez la personne
 Identité des taches : éviter de segmenter les taches
 Importance des taches : Une tache valorisante
 Autonomie : les performances
 Feedback : la reconnaissance
- La Théorie de l’équité d’Adams : Adams développe la théorie d’équité selon lui tout
individus au travail observe son environnement afin d’évaluer si le traitement qui lui est
réserve ou équitable ou non
Cette équité peut toucher tous les aspects organisationnelle le salaire le promotion les
conditions de travail l’intérêts des taches la formation etc…
- La Théorie de la justice organisationnelle :Ajout de la théorie d’Adams la théorie de la justice
procédurale qui vise les moyens déployer par l’entreprise pour allouer les ressources et les
récompense
Pour moag il met à jour la théorie de justice interactionnelle qui se penche sur les attitudes
et les comportements des managers sur IL distingue donc :
 Le droit à l’information
 Il a justice interactionnelle : rappelle le respect au travail a travers tous les relations
et la réponse a leur besoins et attentes
- Victor stipule que le comportement des individus dans une organisation sont des résultats
d’un choix conscient et résonner c’est un sort d’analyse entre cout/bénéfice il parle donc de
trois types de réception
 L’attente et l’expectation c’est la croyance de l’individus de l’impact de ses efforts sur
la performance
 L’instrumentalité c’est la probabilité que la performance attendue prévue par
l’individus
 La valence c’est la valeur affective que l’individus attribue aux récompenses

Les théories de l’autorégulation et de la métacognition


- D’après Roussel les théories de la motivation doivent intervenir entre les mécanismes
cognitifs et affectifs de l'individu lorsqu'il cherche à atteindre des objectifs
- Pour lock la motivation au travail d’un individus sera plus importants si les objectifs lui sont
fixés au départ
- Pour déci et Ryan les individus sont motivés par le fait de se sentir compétents, capables
d’arriver à leurs fins et de contrôler leurs comportements, bref, de se sentir autonomes

Vous aimerez peut-être aussi