Vous êtes sur la page 1sur 1

Environnement et Patrimoine Éducation Civique Classe de 3 e  Penda Dieye Jean Dieye  Édition

2015 ~ 4 ~ Le patrimoine est l’ensemble des éléments que l’homme a hérité. Il faut donc le
connaître, ne pas le modifier et assurer sa transmission. I. DEFINITION DU PATRIMOINE Le patrimoine
est l’ensemble des biens, des richesses d’une localité, d’un pays d’une région, d’un continent …qui se
transmettent à travers les générations. L’ensemble des éléments naturels et artificiels qui favorisent
l’existence, la transformation ou le développement des organismes vivants et des activités humaines
est appelé environnement. L’environnement est le milieu dans lequel nous vivons. Il est
essentiellement constitué d’éléments naturels et d’élément construits par l’homme. Les éléments
naturels sont : l’eau, l’air, le sol, les plantes les animaux. C’est donc le milieu qui nous entoure et de
ce point de vue il constitue un patrimoine commun aux êtres vivants, aux espèces animales et
végétales. Le Sénégal possède un patrimoine naturel parmi les plus riches et les plus diversifiés de
l’Afrique de l’ouest : ressources en eau, diversité des paysages et variété des espèces animales. II.
COMPOSANTS DU PATRIMOINE NATUREL Le patrimoine naturel est composé de plusieurs
constituants qui font sa richesse et la diversité de la nature. On distingue :  Le Sol: c’est l’élément
physique du patrimoine naturel ;  Le Sous - Sol : il renferme les matières premières (fer, or, cuivre,)
et les sources d’énergie (charbon, pétrole, gaz naturel…) ;  Les Eaux : c’est l’ensemble des eaux
marines et des eaux douces ;  La Faune Et La Flore : c’est l’ensemble des animaux et des espèces
végétales vivant en communauté, possédant un espace pour se reproduire. Le patrimoine naturel est
très varié .Cependant il subit des agressions. Nous devons la protéger pour préserver ses richesses :
c’est la notion de développement durable. Éducation Civique Classe de 3 e  Penda Dieye Jean
Dieye  Édition 2015 ~ 5 ~ LE PATRIMOINE NATUREL Le patrimoine naturel, est comme le patrimoine
culturel et architectural, un bien commun, encore relativement épargné par l'empreinte de l'Homme,
à gérer « en bon père de famille » et à léguer aux générations futures. Mais au lieu d'avoir été
construit par l'Homme il résulte de l'évolution et parfois des interactions entre l'homme et la nature.
Elle s'est principalement formalisée autour d'une volonté de conserver les grands paysages et
espaces nord américains et leur caractère sauvage (wilderness) au 19ème puis au 20ème siècle, mais
la notion s'est étendue, incluant par exemple un patrimoine écopaysager, informationnel et adaptatif
contenu dans le patrimoine génétique. Certains le considèrent même comme un capital à valoriser,
dont les intérêts pourraient être exploités dans le futur. Le patrimoine naturel est un des éléments
de plus en plus pris en compte pour le classement en patrimoine mondial de l'UNESCO. Un sous-
ensemble particulier du patrimoine naturel est le patrimoine géologique, qui inclut la richesse en
fossiles d'un site, et peut justifier dans de nombreux pays (dont en France) la création d'une réserve
naturelle. LE PATRIMOINE NATUREL : typologie : SUPPORTS DE COURS Document n°1 : Définition du
Patrimoine Document n°2 : Patrimoine naturel du Sénégal L'absence de reliefs importants et le
développement limité du réseau hydrographique donnent aux facteurs climatiques un rôle
prépondérant dans la répartition des paysages végétaux du Sénégal (…) Partout dominent
spontanément des paysages boisés, qu'il s'agisse d'arbustes épineux dans les régions les plus sèches,
de beaux peuplements arborés dans la zone soudanienne ou de forêts épaisses dans le domaine
subguinéen. (…) (…)Parmi les acacias qui caractérisent ce domaine, le seing (acacia raddiana)
l'emporte, notamment sur les sols sablonneux du Cayor. S'y associent fréquemment le verek (acacia
Sénégal) qui fournit la gomme - le soump (balamite aegyptiaca) aux fruits oléagineux, le jujubier
(zizyplius mauritania) et à l'approche des villages, le Baobab (adansonia digitata). Paul NDIAYE, Atlas
du Sénégal, Edition Jeune Afrique, Paris 1983, p. 18

Vous aimerez peut-être aussi