Vous êtes sur la page 1sur 27

Introduction à la science des

matériaux/Propriétés générales des matériaux

Sommaire
Résumé
Introduction
Être lourd ou léger
Propriétés électromagnétiques
Conduire l'électricité ou isoler
Résister au claquage
Être attiré par un aimant, être aimanté
Propager les ondes radio
Propriétés thermiques
Résister à la température
Conduire la chaleur ou isoler
Conserver la chaleur
« Pomper » la chaleur
Se dilater ou se contracter
Résister aux agressions extérieures (corrosion)
Respecter l'environnement
Résister aux actions mécaniques
Respecter les contraintes économiques
Graphique de choix
Démarche générale
Exemples : choix selon la masse et le prix de la pièce
Bilan
Notes

Résumé
Nous allons voir de manière concrète comment l’on caractérise un matériau, en fonction des applications :
construction, électricité, …

Durée recommandée : 3 h (incluant les exercices).

Introduction
Nous avons vu dans le chapitre précédent que pour choisir un matériau, il faut d’abord s'intéresser aux
fonctions que doit remplir le produit. Une fois ceci fait, il faut indiquer un critère d'adéquation : le matériau
permet-il au produit de remplir la fonction ou pas ?

C'est à ce critère d'adéquation que nous nous intéressons maintenant. Comme tout objectif, une fonction doit
être « smart[1] » :

spécifique (adaptée) ;
mesurable (quantitatif) ;
accessible (possible) ;
réalisable dans le temps imparti (délais de conception, d'approvisionnement, de mise en
œuvre, selon les moyens disponibles).

Nous avons vu jusqu'ici une description qualitative des matériaux (cf. supra). Mais dans l'idéal, il nous faut un
critère chiffré :

cela lève toute ambiguïté, tout problème d'interprétation ;


cela permet d'introduire une fourchette de valeurs acceptables ;
cela permet de réaliser des calculs, des simulations, donc de modifier la conception avant la
réalisation ;
éventuellement, cela permet d'automatiser la décision, de créer un algorithme de décision.

Être lourd ou léger


La masse volumique est la masse d'une pièce divisée par son volume. Elle est désignée par la lettre grecque ρ
(rhô), et s'exprime en kilogramme par mètre cube.

Masse volumique

(kg/m3).

Un matériau de masse volumique élevée est dit « lourd » ; un matériau de masse volumique faible est dit
« léger ». On prend souvent comme référence l'eau :

ρeau = 1 000 kg/m3.

On parle souvent de densité. La densité d est le rapport entre la masse volumique du matériau et la masse
volumique de l'eau ; elle est sans unité. Le nombre obtenu est en fait la masse volumique exprimée en
kilogramme par décimètre cube (kg/dm3).

Densité

(sans dimension).
On a :

1 g/cm3 = 1 kg/dm3 = 1 kg/L = 1 t/m3.

La masse volumique est importante pour déterminer :

le dimensionnement de la structure supportant le produit (coût) ;


l'inertie du produit, donc la puissance des actionneurs (moteurs, vérin, ressorts,…) ;
le coût de transport, la capacité à être manutentionné ;
la vitesse de propagation des ondes mécaniques (résonance).

Nous indiquons ci-dessous quelques masses volumiques typiques pour des grandes classes de matériaux,
classé du moins dense au plus dense (du « plus léger » au « plus lourd », bien que ces termes soient
impropres).

Masses volumique typiques

Matériau ρ (kg/m3) d

Bois 450 – 1 170 0,45 – 1,17


Alcool 789 0,789
Huile 900 0,9
Eau 1 000 1
Polymères 850 – 1 410 0,85 – 1,41
Roches, verre, béton, céramiques 1 250 – 2 800 1,25 – 2,8
Métal 1 750 – 23 000 1,75 – 23

Propriétés électromagnétiques

Conduire l'électricité ou isoler

Rappel — loi d'OHM

La loi fondamentale de la conduction de l'électricité est la loi d'OHM :

U=R×I

avec

U : tension appliquée aux extrémités de la pièce, en volts (V) ; on parle parfois de « voltage » ;
R est la résistance de la pièce, exprimée en ohms (Ω) ;
I : intensité du courant, exprimée en ampères (A) ; c’est le nombre de charges traversant la
section droite de la pièce par seconde, on parle parfois d'« ampérage ».

Résistivité et conductivité

La résistance électrique R d'une pièce dépend de sa forme et du matériau.


Résistance d'un barreau et résistivité ρ

avec

ρ : résistivité, en Ω⋅m, dépend du matériau ;


L : longueur de la pièce
S : aire de la section de la pièce

On a donc :

facteur dépendant du matériau : ρ (rhô) ;

facteur dépendant de la forme : ,

plus une pièce est longue, plus sa résistance est grande,


plus sa section est grande, plus sa résistance est faible, c’est pour cela que plus le courant
est fort, plus la section du câble doit être grande.

On définit aussi la conductance G, exprimée en siemens (S) :

G = 1/R.

ainsi que la conductivité σ (sigma) par :

Conductivité σ

avec en siemens par mètre (S⋅m-1)

On a donc des matériaux plus ou moins conducteurs selon la valeur de ρ ou σ :

ρ faible, σ élevé : matériau bon conducteur d'électricité ;


ρ élevé, σ faible : matériau isolant.
Résistivité et conductivité selon la
classe de matériau

Matériau ρ (Ω⋅m) σ (S⋅m-1)

plastique 1020 10-20

verre 1017 10-17

eau distillée 109 10-9

métaux 10-8 à 10-5 105 à 108

Notons que l'eau pure est une assez mauvaise conductrice ; c’est la présence d'ions (sels minéraux) qui la rend
conductrice. Notons également que dans le cas du courant alternatif, la conduction de l'électricité se fait
essentiellement en surface (effet de peau).

Exemple

Pour limiter l'échauffement d'un conducteur dans lequel doit circuler un


courant de 10 A, on désire limiter la résistance à 0,002 Ω par mètre de
conducteur. Pour du cuivre, on a ρe = 1,7⋅10−8 Ω⋅m. Cela signifie pour un
conducteur de L = 1 m :

= 8,5⋅10−6 m2 =

8,5 mm2.

La densité du cuivre étant d = 8,92, une barre d'un mètre de long a pour
volume

V = S × L = 8,5⋅10-6 × 1 = 8,5⋅10−6 m3

donc une masse de

m = V × ρm = 8,5⋅10-6 × 8 920 = 7,53⋅10−2 kg = 75,3 g.

Le conducteur a donc une masse linéaire de ml = 7,53 g/m. L'expression


littérale est

Le cuivre est à environ 2 000 €/tonne (en 2009) soit 0,002 €/g, cela
représente un prix

0,002 × 75,3 = 0,15 €/m = 15 cts/m.

Exercice
Faire le calcul de section, de masse linéaire et de prix linéaire avec de l'aluminium (ρe =
2,7⋅10−8 Ω⋅m ; d = 2,70 ; 600 €/tonne) pour le même cahier des charges. Comparer avec le
cuivre.

Solution

On a

= 1,35⋅10−5 m2 = 13,5 mm2.

ml = S × ρm = 1,35⋅10-5 × 2 700 = 3,65⋅10−2 kg/m = 36,5 g/m.

Cela représente un prix

0,0006 × 36,5 = 0,022 €/m = 1,8 cts/m.

Le conducteur en aluminium occupe donc un volume plus important — la section est 1,6 fois plus grande, le
diamètre est 1,3 fois plus grand —, mais sa masse est 2 fois plus petite, et aux prix de début 2009 il coûte 8 fois
moins cher.

Résister au claquage

Lorsqu'un isolant — appelé dans ce contexte « diélectrique » — sépare deux conducteurs, il est soumis à une
tension électrique. Lorsque cette tension devient trop forte, il se produit un claquage : la matière s'ionise et il se
produit un courant électrique qui dégrade l'isolant. La tension de claquage dépend de la distance séparant les
deux conducteur ; on caractérise donc la résistance au claquage de la matière par le champ électrique limite, en
volt par mètre (V/m), appelé « champ disruptif » ou « rigidité diélectrique ».

Rigidité diélectrique de
quelques matériaux usuels
Rigidité
Matériau diélectrique
(MV/m)
air 3
quartz 8
néoprène 12
Nylon 14
Pyrex 14
huile silicone 15
papier 16
Bakelite 24
polystyrène 24
Teflon 60

Être attiré par un aimant, être aimanté


Certain matériaux ont des propriétés magnétiques. On distingue :

le ferromagnétisme : les matériaux sont attirés par les aimants et gardent une aimantation
rémanente, ils peuvent constituer des aimants permanents : Fe α (ferrite), Co, Ni, alliages
(SuperMalloy Fe-Ni-Mo, Heusler Cu-Mn-Al, Sm-Fe-Co, …) ; au delà d'une certaine température
dépendant du matériau (température de CURIE), les matériaux ferromagnétiques perdent leur
aimantation ;
le ferrimagnétisme : les matériaux sont des aimants naturels : magnétite Fe3O4 ;
le paramagnétisme : les matériaux sont attirés par les aimants mais mal, ils s'aimantent sous
l’effet d’un champ magnétique, mais ne conservent pas leur aimantation : Fe γ (austénite,
plupart des inox), Al, Ca, Pt, Na, U ;
le diamagnétisme : les matériaux ne sont pas attirés par un aimant, ils ne s'aimantent pas ;
c’est le cas de la très grande majorité des matériaux.

Les matériaux diamagnétiques ne sont influencés que par des champs magnétiques extrêmement puissants.

Le passage d'un courant électrique provoque un champ magnétique


induit (électroaimant). La présence à proximité d'un matériau plus ou
moins ferro- ou paramagnétique va modifier ce champ magnétique.
Par exemple, on utilise des noyaux dans les électroaimants ou les
transformateurs de courant pour améliorer leurs performances, et on
utilise des « ferrites »[2] autour des câbles électriques (renflement
cylindrique) pour éviter de perturber les appareils électroniques.

On définit deux paramètres pour un matériau :

la perméabilité magnétique relative μr (sans dimension),


qui indique la manière dont le matériau modifie un champ
magnétique extérieur :
μr ≤ 1 : matériau diamagnétique, Transformateurs utilisés en
électronique ; on distingue bien le
μr ≥ 1 : matériau paramagnétique, bobinage de fil autour du noyau
μr ≫ 1 (200 à 10 000) : matériau ferromagnétique ; cylindrique ou torique
la susceptibilité magnétique χ (sans dimension), qui est la
capacité à s'aimanter sous l'effet d'un champ magnétique
extérieur :

χ ≤ 0 (env. -10-5) : matériau diamagnétique,


χ ≥ 0 (env. 10-3) : matériau paramagnétique,
χ ≫ 0 (50 à 105) : matériau ferromagnétique.

Ferrites utilisées pour réduire les


parasites électromagnétiques

Propager les ondes radio

Si un matériau est conducteur, il empêche la propagation des ondes électromagnétiques. On a une atténuation
du signal qui dépend de l'épaisseur du matériau.
Ainsi, les métaux empêchent la propagation des ondes
électromagnétiques, et en particulier des ondes radio ; par exemple, les
bâtiments en structure acier empêchent les communications radio, lors
des attentats contre le World Trade Center le 11 septembre 2001, les
sapeurs-pompiers dans le bâtiment n'ont pas reçu les consignes
d'évacuation à cause de ce problème. C'est aussi le principe de la cage
de FARADAY (protection contre les parasites), notamment du blindage
des câbles électroniques.

Par contre, il faut une épaisseur importante de matériau isolant pour


atténuer un signal radio : on reçoit la radio dans un bâtiment, mais pas
sous un long tunnel. Cage de FARADAY (grillage) entourant
un dispositif dans une centrale
Les matériaux conducteurs ont donc un effet écran. L'onde ne s'y électrique
propage qu'en surface (onde évanescente).

Câble électronique blindé : la terre


est une « nappe » qui entoure le
câble et protège les conducteurs des
parasites extérieurs

Propriétés thermiques
On distingue en général quatre « propriétés thermiques » :

la température de fusion ;
la conductivité thermique ;
la chaleur massique ;
le coefficient de dilatation linéaire.

Résister à la température

la température de fusion se note Tf et s'exprime en kelvins (K) ou en degrés celsius (°C) : en dessous de cette
température, le matériau est à l'état solide, au dessus, il est à l'état liquide. Les matériaux à température de
fusion élevée sont dits « réfractaires ».

On détermine en général les propriétés mécaniques — voir le chapitre suivant — pour plusieurs températures,
et l’on s'aperçoit que le matériau « s'amollit » lorsque l’on se rapproche de la température de fusion. À
l'inverse, le matériau se fragilise à basse température, il devient cassant.
On utilise un matériau à basse température de fusion :

lorsque l’on veut une pièce moulée (pièces en injection plastique, figurines en alliage plomb/
étain, fonte, bronze et laiton) ;
pour de la brasure : soudure avec un matériau d'apport à basse température de fusion (brasage
à l'étain en électronique ou en plomberie pour les raccords en laiton pour eau froide —
brasage « tendre » —, brasage avec un alliage cuivre-phosphore pour tuyaux de cuivre en
plomberie — brasage « fort ») ;
lorsqu'on veut qu’il soit liquide à la température d’utilisation, par exemple
mercure pour des contacts électriques tournants (pas d'usure) ou pour supporter des objets
lourds sans avoir de frottement (poussée d'ARCHIMÈDE, par exemple coupole d'observatoire
astronomique) ; ceci est limité par la toxicité des vapeurs de mercure et de certaines de ses
formes,
liquide caloporteur : sodium liquide (réacteurs nucléaires à neutrons rapides ou
surgénérateurs) ;
dans le cas d'un fusible (protéger de la surtension électrique) ;
lorsque la température d’utilisation est basse : dans l'hypothèse d'une colonisation de la Lune,
certains ont proposé d'injecter de l'eau dans des cavernes creusées pour les étayer.

À l'inverse, on peut devoir abaisser la température en dessous de la température de fusion pour pouvoir
travailler un matériau. Par exemple, lors du creusement de la ligne 4 du métro parisien, on a construit des usine
de froid pour congeler le sol sous la Seine et pouvoir creuser (méthode VON LINDE).

Conduire la chaleur ou isoler

Si l’on met l'extrémité d'un objet au contact d'une source chaude, par exemple une cuiller dans une soupière ou
un tisonnier dans le feu, la température va augmenter progressivement dans l'objet. C'est le phénomène de
conduction thermique. Certains matériaux conduisent bien la chaleur : ils s'échauffent vite. D'autres, au
contraire, s'échauffent très lentement, ce sont les isolants.

La conductivité thermique se note λ


(lambda) ; elle s'exprime en watt par
mètre par kelvin (W⋅m-1⋅K-1). Si λ est
élevé, le matériau est conducteur de
chaleur ; si elle est faible, le matériau est
isolant.

La densité de flux de chaleur j est la


chaleur qui traverse une surface unité, Conduction de la chaleur dans un barreau en régime stationnaire : le
exprimée en watt par mètre carré (W⋅m- flux de chaleur j est proportionnel au gradient de température ΔT/Δx
2). Il est relié au gradient de température
— variation de température par unité de
longueur — par la loi de FOURIER.

Loi de F OURIER
j : densité de flux de chaleur (W⋅m-2) ;
λ : conductivité thermique (W⋅m-1⋅K-1) ;
ΔT/Δx : gradient de température (K⋅m-1).

Conductivité thermique de
quelques matériaux à 20 °C

Matériau λ (W⋅m-1⋅K-1)
air 0,03
bois 0,15 à 0,36
plastique plein 0,4
eau 0,6
métal 20 à 418

Exemple

Un mur de briques fait 160 mm d'épaisseur environ. La brique a une


conductivité thermique λ = 0,84 W⋅m-1⋅K-1. S'il fait 20 °C à l'intérieur
de la maison et 0 °C à l'extérieur, le flux thermique (la perte de chaleur
par mètre carré de mur) vaut

j = -0,84 × (0-20)/0,16 = 105 W⋅m-2.

Un tuyau de cuivre de chauffage central fait 1 mm d'épaisseur. Il


transporte de l'eau à 60 °C, l'air de la pièce est à 20 °C, et la
conductivité thermique du cuivre vaut λ = 390 W⋅m-1⋅K-1. Le flux
thermique vaut donc

j = -390 × (20-60)/0,001 = 1,56⋅107 W⋅m-2 = 15,6 MW⋅m-2.

Si le tuyau a un diamètre extérieur de ∅16 mm, la surface extérieure


d'un tronçon de un mètre vaut

S = 2π × 0,008 × 1 = 5,03⋅10−2 m2

ce qui représente une perte par mètre de tuyau de

P = j × S = 1,56⋅107 × 5,03⋅10-2 = 7,84⋅105 W/m =


784 kW/m.

La tuyauterie en cuivre contribue donc de manière non négligeable à


chauffer la pièce… et montre l’intérêt d'isoler les tuyaux.

Cette valeur peut sembler invraisemblable, d'autant plus qu'un radiateur


de chauffage central est donné pour 1 à 2 kW. Dans la pratique, l'air est
un excellent isolant, l'air entourant le tuyau va donc atteindre rapidement
la température du
tuyau (60 °C), et
ce d'autant plus
qu'étant très peu
dense, il lui faut
peu de chaleur
pour s'échauffer.
Le flux thermique
va donc vite
s'arrêter : on a la
même température
de chaque côté du
tuyau, donc un
gradient thermique
nul. C'est la Profil de température réel montrant l'échauffement
convection — le de la couche d'air à l'extérieur (droite), et le
courant ascendant refroidissement de la couche d'eau à l'intérieur
d'air chaud — qui (gauche)
va renouveler l'air
et maintenir une
fuite thermique, bien plus faible que les 784 kW/m calculés. C'est aussi
pour cela que l’on force les mouvements d'air avec un ventilateur
lorsque l’on veut créer un refroidissement (radiateur de voiture,
d'ordinateur).

Dans le cas du mur de brique, la fuite de chaleur est très faible, la


convection de l'air de chaque côté du mur permet de maintenir une
température homogène, il n'y a donc pas d'échauffement ou de
refroidissement de la couche d'air au contact de la paroi. Le calcul est
donc correct dans ce cas-là.

On utilise souvent l'air comme isolant, mais il faut l'emprisonner pour empêcher les mouvements d'air (vent,
courant d'air, convection) de transmettre la chaleur : survitrage, double vitrage, laines diverses (les fibres
emprisonnent l'air), mousse ou polystyrène expansé (le plastique contient des bulles d'air).

On utilise les bons conducteur lorsque l’on veut transmettre la chaleur, par exemple :

échangeur de chaleur ;
radiateur pour évacuer la chaleur (moteur de voiture, microprocesseur d'ordinateur) ;
radiateur pour chauffer une pièce.
Radiateurs Échangeur de
(échangeurs de chaleur entre fluides
chaleur à ailettes)
utilisés pour évacuer
la chaleur de
microprocesseurs
d'ordinateur

On utilise un bon isolant lorsque l’on veut empêcher un échauffement ou un refroidissement :

vêtements ;
isolation d'une maison, de canalisations ;
manche d'un outil pour manipuler un objet chaud (on peut aussi utiliser un manche en métal,
conducteur, mais suffisamment long).

Conserver la chaleur

La chaleur massique, ou capacité calorifique massique à pression constante, se note cp ; elle s'exprime en joule
par kelvin par kilogramme (J⋅K-1⋅kg-1). C'est l'énergie qu’il faut apporter à un kilogramme de matériau pour
élever sa température d'un degré.

Si cp est élevée, le matériau a une grande inertie thermique, il chauffe lentement mais se
refroidit lentement ;
si cp est faible, le matériau a une faible inertie thermique, il chauffe rapidement mais se refroidit
rapidement.

On peut comparer quelques cas :

on peut mettre la main dans un four chauffé à 300 °C sans se brûler (à condition de ne pas
toucher les parois) : l'air sec à une cp faible, il ne permet pas de chauffer la main notablement ;
à l'inverse, on ressent une brûlure lorsque l’on passe la main au dessus d'une casserole d'eau
bouillante alors que la vapeur d'eau n'est « qu’à » 100 °C : la vapeur d'eau a une cp importante
et peut donc céder une énergie importante à la main ;
le charbon de bois à une cp faible, ce qui permet aux fakirs de marcher dessus sans se brûler ;
la fonte a une cp plus importante que l'acier : un radiateur en fonte est moins réactif qu'un
radiateur en acier, il garde plus longtemps la chaleur mais met plus de temps à chauffer.

On utilise un matériau à cp élevée lorsque l’on veut « transporter de la chaleur » ; par exemple, brique sortant
du feu et enveloppée pour chauffer un lit, liquide caloporteur (eau d'un circuit de chauffage central, liquide
caloporteur d'une centrale thermique, sodium liquide pour les tiges de soupape de moteur).
Chaleur massique de
quelques matériaux

Matériau cp (J⋅K-1⋅kg-1)

métaux 40 - 929
bois 420
roche 800 - 1100
verre 783
air 1 000
eau 4 200

Notons qu’il s'agit d'une capacité massique ; la chaleur totale Q nécessaire à une variation de température ΔT
vaut

Q = m × cp × ΔT

où m est la masse de matériau. Ainsi, la chaleur massique de l'air dans le four est supérieure à celle du métal,
mais il y a une masse beaucoup plus faible d'air, donc le contact de l'air ne brûle pas alors que le contacte du
métal si.

Les applications de cette propriété pour les solides est


assez rare et limitée à l'inertie thermique (éviter les
variations de température, les chocs thermiques,
accumuler de la chaleur). Par exemple, dans un haut
fourneau :

les gaz de combustion sont dirigés vers une


colonne contenant une céramique qui
accumule la chaleur ;
l'air alimentant le haut fourneau est chauffé en
passant par une colonne contenant une
céramique qui a été chauffée par l'opération Haut fourneau avec tours de préchauffage de l'air,
précédente. repère 13

« Pomper » la chaleur

Un matériau peut être utilisé pour « pomper » la chaleur à l'environnement, par exemple pour jouer le rôle de
pare-feu. S'il y a un risque d'atmosphère explosive, on entoure les zones pouvant initier une explosion (chaleur,
étincelle) par une grille métallique ; si une flamme se produit dans le mélange gaz carburant/air (flamme dite de
prémélange), la grille métallique absorbe la chaleur et la flamme ne se propage pas au-delà ; il faut pour cela
une grande conductivité thermique afin que la chaleur soit évacuée vers l'intérieur de la grille et ne reste pas en
surface. À l'inverse, on peut vouloir éviter un phénomène de paroi froide (confort thermique dans un
bâtiment).

Cette notion regroupe à la fois la conductivité thermique — évacuer la chaleur vers le cœur de la pièce — et la
chaleur massique — conserver cette chaleur. On définit pour cela l'effusivité thermique Ef :
C'est la chaleur qui pénètre dans un matériau au bout d'une
seconde de contact avec un matériau plus chaud de 1 °C. Cela
correspond à la « chaleur subjective » :

Ef élevé : sensation de froid au contact, « matériau


froid » (typiquement métal, carrelage), le matériau
absorbe beaucoup d'énergie sans se réchauffer
notablement ;
Ef faible : sensation de chaud (typiquement bois,
polymères).

Concernant le confort thermique, une paroi froide donne une


impression d'inconfort et donc pousse à augmenter le chauffage :
cette paroi « pompe » la chaleur irradiée par la peau. Le simple
fait de mettre un revêtement à faible effusivité (par exemple un
lambris) permet d’éviter cette sensation désagréable et donc
d’avoir un meilleur confort sans augmenter la température de la
Lampe de mineur dite « lampe DAVY » : un
pièce.
fin grillage empêche la propagation de la
flamme en cas de présence de grisou

Se dilater ou se contracter

Le coefficient de dilatation linéaire α (alpha) donne la variation


relative de longueur en fonction de la variation de température.

Relais électriques à bilame


Joint de dilatation d'un pont

Loi de la dilatation linéaire

pour les faibles variations de température :

(α est en K-1) avec

ΔL : variation de longueur ;
L0 : longueur initiale ;
ΔT : variation de température ;
T0 : température initiale.
Coefficient de dilatation
linéaire de quelques
matériaux

Matériau α (10-6 K-1)

Invar[3] 1

verre 9
métal (sauf Li) 8 -29
lithium 51,2
soufre 79
polystyrène 80
nylon 150

Ce coefficient est différent du coefficient de dilatation isobare, également noté α, utilisé en thermodynamique.

Dans les dispositifs soumis à de grandes variations de température, la différence de dilatation entre les pièces
va produire des déformation et des efforts pouvant mener à la rupture. Pour éviter ce phénomène, il faut laisser
la possibilité aux pièces de se dilater librement, par exemple avec un joint de dilatation ; lorsque l’on pose un
carrelage sur le sol, on laisse environ 1 mm de vide avec le mur (qui est ensuite caché par la plinthe). Lorsque
l’on soude des pièces de grande dimension, il faut d’abords faire des points de soudure réguliers pour
maintenir les pièces pendant la soudure finale (pointage) ; par ailleurs, il est impossible de « tenir des cotes
serrées », c'est-à-dire d’avoir des dimensions très précises, sur des pièces soudées.

La dilatation peut aussi être utilisée à dessein :

mesure de température par mesure de la longueur d'une pièce ;


régulation en fonction de la température : une barre se dilate et pousse plus ou moins une
commande (thermostat de petits appareils électriques, robinet thermostatique pour radiateur,
régulation de l'arrivée d'air en fonction de la température du foyer) ;
bilame : deux métaux de coefficients différents soudés, qui se courbent à la température
(disjoncteur thermique, clignotant, thermomètre à déviation d'aiguille).

Résister aux agressions extérieures (corrosion)


La corrosion, relativement complexe, sera abordé plus tard. Il s'agit d'une dégradation chimique, c'est-à-dire
par réaction avec l'environnement et non pas par sollicitation mécanique. La corrosion concerne
essentiellement les métaux, mais tous les matériaux sont susceptibles de se dégrader selon l'environnement.

De manière globale, les métaux tendent à revenir à leur état « naturel » d’oxyde (minerai), sauf les métaux
natifs (or, argent, platine). Cela donne la rouille du fer et de ses alliages (acier, fonte) et le vert-de-gris du cuivre
et de ses alliages (bronze, laiton).

Par ailleurs, les métaux se dissolvent dans l'acide, et l'acide accélère la corrosion. Par exemple, dans une
cuisine, les pièces métalliques en contact avec des vapeurs de vinaigre (couvercle de bocal de cornichons,
gond d'un placard contenant du vinaigre) rouillent plus vite que les pièces similaires.

À haute température, les métaux s’oxydent avec l'air ou les gaz environnants et se dégradent (calamine).
On peut quantifier la corrosion par le taux de corrosion, c'est-à-dire la proportion (en pour cent) de métal qui
s'est transformé en oxyde durant un essai normalisé. L'essai consiste à soumettre le matériau à un
environnement donné pendant un temps donné, comme par exemple une projection de saumure (eau salée)
dans le cas du test de brouillard salin.

Respecter l'environnement
Il faut penser « impact environnemental » en général :

toxicité du matériau ;
énergie et ressources dépensées pour la fabrication : fabrication du brut (matière première) et
opérations subséquentes (usinage, traitements, …) ;
épuisement des ressources disponibles (minerais, énergies fossiles), ou utilisation de
ressources renouvelables (recyclage, énergies renouvelables) ;
pollution générée par la fabrication (extraction, réduction) :
rejets environnementaux non contrôlés, comme par exemple la pollution au mercure par les
orpailleurs au Brésil et en Guyane,
rejets de gaz à effet de serre (GES) ;
transport (importation) ;
énergie dépensée pour le fonctionnement du produit ;
possibilité de réparer plutôt que de jeter : « recharger » en matière (remettre de la matière là où
il en manque), souder ou coller pour éliminer les fissures, …
facilité de récupération, de séparation, de tri (problème des fils de cuivre gainés, de l'or
déposée sur les cartes électroniques, des matériaux multicouche comme les briques
alimentaires) ;
possibilité de recycler.

Cette analyse doit aussi prendre en compte des critères sociaux. En effet, le prix des produits innovants est un
frein à leur diffusion ; une voiture neuve consomme moins et pollue moins, mais à quoi cela sert-il si personne
ne peut l'acheter ? Ainsi, le paramètre « prix de vente » — et donc « coût de fabrication » — peut aussi faire
partie, pour certain produits innovants, de l'impact environnemental. Par ailleurs, il faut prendre en compte le
rendement à l’utilisation du produit ; par exemple, il peut être plus intéressant d’utiliser un matériau moins
propre mais plus performant, puisque cela va générer des économie lors de l’utilisation du produit.

Pour rejets de gaz à effet de serre, on peut utiliser un indicateur global comme la quantité de gaz carbonique
rejeté, éventuellement exprimé par la quantité de carbone :

les différents gaz à effet de serre — méthane CH4, gaz carbonique CO2, protoxyde d'azote
N2O, fréons (CFC), hydrochlorofluorocarbures (HFC) — ont un impact plus ou moins important
sur le climat ; on convertit la quantité de gaz rejeté en équivalent de CO2 ;
soit on donne la quantité de CO2 équivalent rejeté par kilogramme de matériau (kgCO2/kg), soit
on donne la masse de carbone de cette quantité de CO2 (kgC/kg, cela revient à diviser la
quantité par 3,7).

En 2009, l'information n'est que rarement disponible pour les matériaux ; par ailleurs, l'impact environnemental
dépend du pays producteur, et en particulier de son respect des normes environnementales. Il faut pour cela
avoir recours à une inspection du procédé de production, à un audit.

B. Antoine, É. Renaud, Le Tour du monde des énergies, JC


Lattès (2008), p. 323-324
Pour définir, par exemple, le nombre de tonnes équivalent de CO2 par
kilogramme d'aliment ou nombre de tubes de colle, il faudrait remonter
les chaînes de production, identifier toutes les filières de transport du
produit et s'intéresser à son devenir une fois acheté, c'est-à-dire procéder
à une analyse du cycle de vie. La difficulté à le faire rigoureusement
tient aux innombrables fils qui tissent l'économie moderne.

Où trace-t-on les frontières du produit analysé ? Faut-il compter


l'énergie dépensée pour éclairer le bureau de l'ingénieur qui a fait les
plans […] ? Il faudrait connaître l'âge de tous les véhicules utilisés pour
le transport, la date de construction des usines, l'origine des matières
premières, et bien d'autres informations indispensables qui semblent
inaccessibles tant elles sont diverses.

Connaissance des secteurs productifs et certification permettraient de


résoudre un casse-tête posé par l'extrême diversification des marchés
mondiaux.

Un paramètre important est la quantité de matériau à utiliser — économie des ressources —, et la masse totale
de l’objet — énergie dépensée pour le transport, la manutention, le fonctionnement (inertie des pièces, énergie
nécessaire pour les mettre en mouvement). Pour un niveau requis de performance — conductivité électrique,
résistance mécanique, … —, on a besoin de plus ou moins de matière ; le choix du matériau conditionne donc
la masse de la pièce.

Par ailleurs, en conception, on utilise la démarche « 3 R » :

réduire : en choisissant un matériau adéquat, on peut réduire la masse du produit, donc par
effet « boule de neige » la masse de la structure devant le supporter (économie en ressources
et moins de rejets) et l'énergie nécessaire au fonctionnement du dispositif (vaincre l'inertie) et
au transport, à la manutention ;
réutiliser : choisir un matériau réparable, normaliser les pièces afin de pouvoir réutiliser un
dispositif ;
recycler : utiliser des matériaux facilement recyclables, concevoir un produit en modules
facilement démontables pour permettre la récupération, identifier les matériaux pour faciliter le
tri.

op. cit., p. 337

Inclure dans le bilan écologique d'un produit l'analyse du « cycle de


vie » des matériaux qui le constituent est d'autant plus judicieux que le
produit a une durée de vie courte […]. Si cette démarche est louable
pour ceux qui durent plus longtemps (bâtiments), elle n'y est pas
prioritaire. […] les matériaux de construction ne représentent que 10 %
de la facture énergétique du bâti sur l’ensemble de son cycle de vie […].
Fiche environnementale

On peut collecter les informations disponibles pour chaque matériau, ou classe de matériau, et dresser ainsi une
« fiche environnementale » et comprenant, par exemple, les informations suivantes[4].

Fiche environnementale

Impact sur l'environnement


disponibilité : ressource renouvelable, ressource
renouvelable mais en faible disponibilité, ressource non
renouvelable mais en grande disponibilité, ressource
non renouvelable et en faible disponibilité, issu de
recyclage ;
fin de vie :
facilité de tri : monomatériau sans additif (facilement
triable), monomatériau avec additifs (nécessite une
purification, p. ex. alliage métallique, charges dans
un polymère), multimatériau (composite, sandwich,
inserts noyés),
réutilisable : recyclable tel quel, peut être utilisé sous
la même forme (p. ex. métal, verre ou
thermoplastique refondu),
recyclable pour une autre utilisation (p. ex.
thermodurcissable mis en paillette pour faire un
isolant),
déchet incinérable avec valorisation (production
d'énergie, résidus « mâchefer » utilisables p. ex. pour
le génie civil),
déchet inerte pouvant être mis en décharge,
déchet nocif nécessitant un stockage spécial ou
devant être traité avant mise en décharge (p. ex.
incinération sans valorisation) ;
énergie primaire totale (énergie nécessaire à la
fabrication d'un kilogramme de matériau) : valeur en J/kg,
kJ/kg ou MJ/kg ; on utilise parfois le terme « énergie
grise » mais qui n'a pas de définition normalisée, en
particulier, certains prennent en compte l'énergie
nécessaire au recyclage, d’autre pas ;
toxicité environnementale (pollutions principales) :
émanation et émission d'effluents lors de la fabrication,
de la mise en œuvre (utilisation du matériau pour
construire le produit), de l’utilisation du produit ;
impact sur la santé :
toxicité humaine : impact sur la santé des personnes
chargées de la fabrication du matériau, de sa mise en
œuvre, sur les utilisateurs du produit, dans la cadre
d'une utilisation et d'un vieillissement normaux
(composés organiques volatils ou COV, produits de
corrosion, produits d'érosion) ;
nocivité en cas d'accident : comportement en cas
d'incendie (inflammabilité, stabilité ou non au feu,
émanation de gaz toxiques), de dégradation (respiration
de poussière, éclats, caractère tranchant).

Dans le cas d'un matériau dont l'élaboration passe par la fusion (verre, métal), on peut estimer l'énergie grise à
partir de la température de fusion.

On peut encore ajouter d'autres critères, comme par exemple la surface de sol utilisée par les usines et mines,
qui est d'autant moins utilisée pour l'agriculture et qui participe au ruissellement des eaux (l'eau n’est pas
absorbée par le sol à l'endroit ou elle tombe).

Effet environnemental des matériaux de construction[5]

Masse volumique Dégagement de CO2 Fixation de CO2


Matériau
(kg/m3) (kg/m3) (kg/m3)
Acier 7 200 5 000 0
Béton 2 300 375 0
Ciment 1 600 2 500 0

Bois feuillus 700 ≈ 200[6] 1 000[7]

Résister aux actions mécaniques


Du fait de l'importance de cette section, nous consacrons un chapitre entier aux propriétés mécaniques des
matériaux.

Respecter les contraintes économiques


Le prix de vente du produit est déterminé par son utilité et par sa rareté (loi de l'offre et de la demande). Le prix
de revient industriel (PRI) est déterminé par le coût des matériaux, le coût du travail, le coût de l'énergie
nécessaire à la fabrication, le coût d'investissement et d'entretien du parc machine, … La différence entre les
deux détermine la marge bénéficiaire.

Le PRI doit être le plus bas possible, mais en respectant le cahier des charges, et en particulier les fonctions du
produit, les contrainte de solidité, de durabilité, de qualité. Le choix du matériau est capital d'un point de vue
du coût, mais ce n’est pas uniquement le prix au kilogramme (ou à la tonne) qui importe :

un matériau qui se travaille plus facilement nécessite moins de main d'œuvre, moins d'énergie,
des machines moins chères et/ou moins de maintenance ;
un matériau disponible facilement (abondant) permet d'assurer la continuité de la production,
de tenir les délais, de continuer à occuper le marché ; à l'inverse, un matériau rare,
« stratégique », peut compromettre l'activité de l'entreprise en cas de rupture
d'approvisionnement ;
un matériau « plus performant » (selon la fonctionnalité de la pièce) permet de réduire le coût
de transport, de fonctionnement de la machine (pour le client), de réduire le temps
d’indisponibilité (périodes de maintenance, de réparation), et est donc un argument
commercial.

Concernant le prix de la matière, on fait bien entendu jouer la concurrence entre les fournisseurs. Un des
problème est alors celui de la désignation des matériaux, les fournisseur n'utilisant pas tous les désignations
normalisées (les désignations sont décrites dans les leçon Les métaux et alliages ferreux, Les métaux et alliages
non ferreux et Les polymères - Propriétés générales > Dénomination)

Voici à titre d'exemple un devis d'un fournisseur français de métaux.


10/02/2009 — Prix en €/tn, base cours LME de
ce jour
Matériau Qualité Prix facturé
dépose 2 400
mitraille neuve 2 350
berry 2 350
Cuivre étamé 94 % 2 200
mêlé 96 % 2 300
chauffe eau 2 000
berry neuf 2 500
mitraille mêlé 150
bronze tournure 1 300
radiateur ½ rouge 1 100
dépose 2 400
A5 câbles 800
AGS blanc 800
AGS peint 600
alu démol. 520
Aluminium
offset 700
AG Dural neuf 500
AG Dural vieux 420
carter 450
tournure 200
Kayem 300
Zamac 300
Zamac ferré 150
plomb 650
inox 18.8 1 000 × 1 500 800
zinc 320
moteurs électriques 320
câbles cuivre 700
câbles
câbles aluminium 210
bateries 100

Graphique de choix

Démarche générale
Nous avons vu précédemment que pour choisir un matériau, on a intérêt à utiliser des caractéristiques chiffrées.
Si l’on retient deux caractéristiques A1 et B1, on peut utiliser une représentation graphique : un matériau est
représenté par le point de coordonnées (A1, B1).

Dans un premier temps, on élimine les matériaux ne répondant pas aux contraintes (étape de revue des
matériaux). Ces contraintes sont des droites horizontales (valeur limite de B1) et verticales (valeur limite de
A1). On ne garde que les matériaux :

au-dessus de la droite limite B1 s'il s'agit d'une valeur minimale admise, en dessous de cette
droite s'il s'agit d'une valeur maximale admise ;
à droite de la droite limite A1 s'il s'agit d'une valeur minimale admise, à gauche de cette droite
s'il s'agit d'une valeur maximale admise.

Dans un deuxième temps, on classe les matériaux retenus selon un indice I = ƒ(A2, B2) ; Ashby[8] propose la
forme I = A2α⋅B2β — ces deux caractéristiques ne sont pas nécessairement les mêmes que pour la revue. On
utilise alors un graphique logarithmique : puisque l’on a

log(I) = α⋅log(A2) + β⋅log(B2)

alors tous les matériaux ayant un même indice de performance I sont sur une droite

log(B2) = log(I)/β - (α/β)⋅log(A2)

soit, dans le graphique, une droite de pente -(α/β) et d'ordonnée à l'origine log(I)/β. Plus l'ordonnée à l'origine
de la droite est élevée, plus le matériau est performant.

Donc, en traçant des droites parallèles de type y = a - (α/β)⋅x, on peut classer facilement les matériaux.

Notons que les caractéristiques A et B peuvent être elles-mêmes composées de deux caractéristiques
fondamentales ; on peut ainsi intégrer plus de deux caractéristiques dans le critère de classement.

Exemples : choix selon la masse et le prix de la pièce

Un des paramètres important d'une pièce est donc sa masse. Un autre paramètre important est le prix de revient
industriel (PRI), c'est-à-dire le coût de fabrication, qui inclue notamment le coût matériau (voir plus haut). Les
fournisseurs donnent un prix au kilogramme.

Certaines caractéristiques d'une pièce sont indépendantes de la masse. C'est par exemple le cas de la dureté ou
du coefficient d'adhérence (voir plus loin), qui déterminent les propriétés de frottement (résistance au
mouvement, usure). La masse de la pièce va dépendre de la masse volumique du matériau choisi, mais aussi de
son volume, qui est totalement indépendant de la caractéristique considérée. Si la forme et les dimensions —
donc le volume V — sont fixés par d'autres contraintes, alors la masse M et le prix de la pièce P dépendent
uniquement de la masse volumique ρm et du prix au kilogramme p :

M = ρm × V ;
P = p × M = (p × ρm) × V, le paramètre (p × ρm) étant le prix par unité de volume (EUR/m3).

Il faut donc comparer les différents matériaux selon trois critères : la caractéristique visée, la masse volumique
et le prix par unité de volume. Il faut utiliser un graphique, qui aura pour axes, selon les priorités —
déterminées par le cahier des charges et la hiérarchisation des critères (voir Choix d'un matériau) —
la caractéristique à laquelle on s'intéresse et la masse volumique (le coût volumique étant
comparé par la suite), ou bien
la caractéristique à laquelle on s'intéresse et le coût volumique (la masse volumique étant
comparée par la suite), ou bien
la masse volumique et le coût volumique (la caractéristique à laquelle on s'intéresse étant
comparée par la suite).

L’analyse est donc complexe puisqu’il faut trouver un compromis entre ces trois paramètres — voire plus.

Certaines caractéristiques sont proportionnelles à la masse du matériau, comme par exemple l'énergie
nécessaire pour chauffer une pièce (voir Chaleur massique). Il suffit alors de comparer les caractéristiques
massiques (ici la cp) pour déterminer le matériau ayant le meilleur rapport performance/masse. Cela simplifie
l'analyse, on peut se contenter d'un seul graphique : caractéristique/prix massique ou volumique. On a donc
deux dichotomies, matériau bon marché/cher et pièce légère (matériau performant)/pièce lourde (matériau peu
performant).

Certaines caractéristiques sont proportionnelles aux dimensions de la pièce — longueur, aire de la section,
volume —, comme par exemple la conductivité électrique ou thermique. Il faut alors de comparer le rapport
entre les caractéristiques du matériau et la masse volumique ρm pour déterminer le matériau ayant le meilleur
rapport performance/masse : conductivité électrique spécifique σ/ρm, conductivité thermique spécifique λ/ρm.

On peut donc comparer les matériaux avec un


graphique :

en abscisse, on reporte la caractéristique


massique ;
en ordonnée, on reporte le prix massique.

On a donc deux dichotomies, matériau bon marché/cher


et matériau performant/peu performant, ce qui donne
globalement quatre zones. Idéalement, l’on évite les
matériaux cher et peu performants, donc la zone « en
haut à gauche », et l’on choisit un matériau bon marché
et performant, donc dans la zone « en bas à droite ». Les
deux autres zones sont des zones de compromis : la zone
« en haut à droite » donne des pièces légères tandis que
la zone « en bas à gauche » donne des pièces lourdes, Graphique générique pour le choix d'un matériau,
mais pour des prix équivalents. échelle linéaire

Dans ce graphique, chaque matériau est représenté par un


point. Une droite passant par l'origine correspond à des matériaux donnant des pièces de même prix : la pente
de la droite est la « caractéristique par euro » (voir plus bas), on a donc intérêt à choisir les matériaux sur la
droite la « plus horizontale ». La position en abscisse détermine quant à elle la masse de la pièce ; si les
performances au kilogramme augmentent avec l'abscisse, alors on a intérêt à choisir les matériaux les « plus à
droite ».

Bien sûr, si l’on veut minimiser une caractéristique, on inverse la gauche et la droite pour l'analyse : la pièce est
d'autant plus lourde que la caractéristique spécifique est élevée.

Reprenons le cas de la résistance électrique d'une pièce traité ci-dessus. Le matériau est d'autant plus
performant que sa conductivité σ est élevée. Le calcul de la masse s'écrit :
La pièce la plus légère sera donc bien celle ayant la
conductivité spécifique σ/ρm la plus grande.

Graphique pour le choix d'un matériau conducteur

Comparaison des performances de conductivité électrique


Masse volumique Conductivité σ Conductivité spécifique σ/ρm Prix massique
Matériau
ρm (kg/m3) (S⋅m-1) (S⋅m2/kg) (€/kg)

cuivre 8 920 5,88⋅107 6,59⋅103 2

aluminium 2 700 3,70⋅107 1,37⋅104 0,6

On voit que :

l'aluminium est sur une droite ayant une pente plus faible, donc la pièce aura un coût plus
faible ;
l'aluminium a une abscisse plus importante, donc la pièce sera plus légère.

De manière générale, un matériau a une caractéristique spécifique C (en uSI par m3), et la pièce doit atteindre
une performance A (en uSI) donnée par

A = C × V soit V = A/C,

V étant le volume de la pièce ; pour avoir une pièce atteignant son objectif A, on peut utiliser une pièce
massive (V important) ou un matériau performant (C important). Alors, la masse de la pièce est

M = V × ρm = A × ρm/C = A/(C/ρm).

Le rapport C/ρm (en uSI × m3/kg) décrit donc bien la masse en fonction du matériau pour une performance
visée de la pièce.

Lorsque l’on a de nombreux matériaux, on utilise souvent des échelles logarithmiques, ce qui permet d’avoir
une meilleure répartition des points sur le graphique. Dans ce cas-là, les droites de coût matière constant sont
des droites parallèles : le prix de la pièce P dépend de la masse de matériau M et du prix au kilogramme p, et la
masse dépend de la caractéristique spécifique C et de la performance A attendue de la pièce :

P = p × A/C

les courbes iso-P ont donc pour équation

p = P × C/A,
ce sont donc des droites passant par l'origine et de pente
P variable. En échelle logarithmique, on a :

ln p = log(P) - log(A) + log(C)

on a donc des droites de même pente 1 et d'ordonnée à


l'origine log(P) - log(A) variable.

Graphique générique pour le choix d'un matériau,


échelle logarithmique

Bilan
Le cahier des charges impose des caractéristiques au produit. Le produit peut être fait de plusieurs pièces,
chacune répondant à une partie du cahier des charges. Le matériau dont est fait chaque pièce peut contribuer à
ces caractéristiques.

Si l’on veut une pièce isolant la chaleur, on peut utiliser :

un matériau ayant une conductivité thermique λ élevée, mais en une pièce épaisse (et donc
volumineuse et lourde) ;
un matériau ayant un λ faible, la pièce pouvant alors être mince, mais les matériaux isolants
ont souvent une mauvaise tenue mécanique ;
associer plusieurs matériaux en « sandwich », en « nougats » matrice/inclusion, en composites
matrice/fibres, pour associer les caractéristiques des différents matériaux ; cela réduit la
possibilité de réparer (travailler plusieurs matériaux aux propriétés différentes) ou de recycler
(séparation des matériaux), donc a un impact environnemental négatif, mais permet d’avoir un
isolant mince et léger (donc réduction des dépenses énergétiques liées au transport, à la
manutention).

On peut choisir le matériau en fonction des dimensions de la pièces, ou le contraire.

Le choix du matériau et le dimensionnement des pièces est un problème multifactoriel, chaque élément
pouvant avoir une répercussion sur d'autres. La conception finale résulte souvent d'un compromis.

Notes
1. à l'origine, l'acronyme est utilisé dans le cadre du management par objectifs : les objectifs à
fixer pour les collaborateurs subalternes doivent être :
simples ;
mesurables ;
adaptés ;
réalisables ;
en un temps donné.
2. Le terme « ferrite » désigne ici un type de céramiques et non pas le fer α
3. alliage métallique spécialement conçu pour son faible coefficient de dilatation
4. cette présentation s'inspire de Jean-Pierre Oliva, L'isolation écologique, Mens (France), Terre
vivante, 2001, 2008 (ISBN 978-2-904082-90-0)
5. Construction bois au CB71, Université d'Artois, 2013 [lire en ligne (http://fr.scribd.com/doc/129080438/Const
ruction-Bois-CB71-Univ-Artois-pdf)], p. 2
6. Prise en compte des procédés industriels
7. Le bois est constitué de C = 50 %, O = 43 %, H = 6 %, N = 1 % ; 700 kg de bois contiennent
350 kg de C ;
1 mole de C a une masse de 12 g, 1 mole de O2 une masse de 32 g, donc 1 mole de fait
44 g ;
donc pour 350 kg de C : (350/12) × 44 = 1 283 kg de arrondi à 1 tonne de par m3 de
bois utilisé
8. Michael F. Ashby (https://www-edc.eng.cam.ac.uk/people/mfa2.html), professeur au
Engineering Design Centre, Université de Cambridge (GB), méthode mise en œuvre dans le
logiciel CES Selector (http://www.grantadesign.com/education/overview/index.htm) de Granta
Design

Récupérée de « https://fr.wikiversity.org/w/index.php?
title=Introduction_à_la_science_des_matériaux/Propriétés_générales_des_matériaux&oldid=778379 »

La dernière modification de cette page a été faite le 16 juillet 2019 à 14:52.

Les textes sont disponibles sous licence Creative Commons Attribution-partage dans les mêmes conditions ; d’autres
conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails.