Vous êtes sur la page 1sur 19

Briefing politique

Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14


Port-au-Prince/Bruxelles, 31 janvier 2007

Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité


I. SYNTHESE Dans la période optimiste qui a suivi le retour d’exil
d’Aristide – qui avait été élu démocratiquement – en
1994, les bailleurs de fonds avaient donné plus de 43
Le crime organisé et la violence menacent de millions de dollars pour la réforme de la justice en
submerger Haïti. Le système judiciaire haïtien est Haïti. Lorsqu’Aristide a été réélu en 2000, les donateurs
faible et complètement dépassé par la vague croissante ont quasiment mis fin à leur soutien parce qu’ils
d’enlèvements, de trafic de drogue et de personnes, étaient convaincus que le gouvernement n’avait pas la
d’agressions et de viols qui frappe le pays. Il faut agir volonté politique suffisante pour mener à bien les
de toute urgence pour que les efforts de ces trois réformes nécessaires. L’aide a recommencé à affluer
dernières années visant à mettre en place un État de depuis le départ d’Aristide en 2004 mais les obstacles
droit et une démocratie stable en Haïti portent leurs restent les mêmes. La mission des Nations unies en
fruits. Avant tout, le gouvernement haïtien doit faire Haïti, la MINUSTAH, et le nouveau gouvernement
preuve de véritable volonté politique. Mais la Préval souhaitent mettre en place un nouveau système
communauté internationale elle aussi doit jouer un judiciaire mais la corruption reste omniprésente et
rôle important de soutien. Le besoin le plus urgent gangrène même les services de police et la justice
concerne la création de deux tribunaux spéciaux : un elle-même. Le crime organisé est bien enraciné dans
tribunal pénal qui jugerait des principaux actes le pays et les gangs urbains n’ont pas été démantelés.
criminels commis en Haïti et un tribunal hybride
haïtiano-international pour juger des cas de crime Les Haïtiens aussi bien que les acteurs internationaux
organisé transnational auxquels le pays seul ne peut doivent porter un regard lucide sur les échecs du
faire face. passé et élaborer, financer et mettre en œuvre une
stratégie globale pour créer un État de droit en Haïti.
La criminalité a explosé depuis le pillage voire, dans de Pour réussir, la réforme de la police devra aller de
nombreux cas, la destruction de prisons et de tribunaux pair avec une réforme des tribunaux. La mise en place
lors des événements qui ont abouti au départ du d’un système de justice pénale durable exigera d’une
président Aristide en mars 2004. La justice est entravée part des actions à court terme pour faire face à la
par l’incompétence et la corruption, qui s’expliquent en vague criminelle qui s’est abattue sur le pays, et
partie par des salaires, une infrastructure et un soutien d’autre part un effort parallèle de renforcement des
logistique inadaptés. Le Code civil, à peine modifié capacités institutionnelles sur le long terme.
depuis l'importation du Code Napoléon dans ce qui
avait été jadis une colonie française, est archaïque ; Sur le court terme, c’est-à-dire en 2007, le
les juges ne sont pas indépendants, le traitement des gouvernement et le parlement doivent :
dossiers laisse à désirer et les indigents bénéficient
rarement des services d’un avocat. L’État n’est ‰ adopter un code d’éthique destinés aux
capable de garantir ni la sécurité de ses citoyens ni les magistrats et créer un Conseil supérieur de la
droits des défendeurs. Lorsque des suspects sont magistrature indépendant chargé de mettre en
arrêtés, le système est quasiment incapable de mener œuvre ce code et de l’opposer aux juges
leurs procès à bien. La surpopulation des prisons est corrompus ;
en augmentation et la criminalité urbaine croît de jour ‰ créer un tribunal pénal spécialisé dans la
en jour alors que les procédures judiciaires avancent à poursuite des actes criminels les plus graves, dont
un rythme d’escargot. En conséquence, les cas de les juges, procureurs et avocats auront été soumis
détention préventive sont très nombreux (quelque 96 à une enquête de sécurité afin de s’assurer de leur
pour cent des détenus au pénitencier national n’ont pas probité, et autoriser la négociation de peine en
été jugés), les procès pas toujours équitables et la prévoyant les mesures de contrôle appropriées ;
population n’a quasiment aucune confiance dans la
justice pénale. ‰ assurer la protection des témoins ainsi que le
versement de salaires plus élevés pour les
juges.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 2

Dans le même temps, les donateurs et la MINUSTAH A. UNE JUSTICE DYSFONCTIONNELLE


devraient coordonner leurs actions avec la stratégie
nationale du ministère de la Justice ; ils devraient par
1. Le problème de l’incompétence judiciaire
ailleurs envoyer sur place des formateurs et apporter
un financement pour l’infrastructure, la protection des Le manque de formation et de compétence des avocats
témoins, les capacités médico-légales et l’aide juridique. et des magistrats est l’un des problèmes les plus
persistants. En dépit d’un décret de 1995 qui impose à
Sur le plus long terme, le gouvernement et le tous les magistrats d’être titulaires d’une licence en
parlement doivent : droit ou d’un diplôme de l’École de la magistrature,
les nominations de juges ont pendant des années été
‰ modifier la constitution afin de mettre en place
effectuées par le ministère de la Justice et de nombreux
des procédures plus rationnelles et plus efficaces
juges n’ont aucune qualification ou formation juridique –
pour la nomination des hauts magistrats ;
certains n’ont pas reçu d’éducation secondaire et
‰ moderniser le Code d’instruction criminelle, d’autres sont même analphabètes.2 L’École de la
créer une commission permanente chargée magistrature prévue dans l’article 176 de la constitution
d’examiner les cas de détention préventive de 1990 n’a été créée qu’en 1995.3 Elle a cessé de
prolongée et étendre l’usage de procédures fonctionner en 2004 après avoir formé trois promotions.4
accélérées pour la poursuite des délits mineurs ; et
Ce manque de qualification est à l’origine d’une
‰ rassembler un soutien pour la réforme de la myriade d’insuffisances visibles à tous les niveaux à
justice au sein de la société civile. commencer par le bas de la hiérarchie,5 où le juge de
paix a juridiction sur les affaires civiles et pénales
De leur côté, les donateurs et la MINUSTAH mineures dans la plus petite division administrative,
devraient veiller à ce que leurs programmes soient la commune. Le juge de paix est en contact étroit avec
prolongés d’au moins cinq ans et, avec le gouvernement la population, juge 80 pour cent des affaires en dehors
et les autres membres du marché commun de la de Port-au-Prince6 et exerce la double fonction de
Communauté caribéenne (CARICOM), créer un tribunal juge et d’officier de police judiciaire en vertu du Code
hybride composé de juges haïtiens et d’autres d’instruction criminelle. Dans les cas les plus graves,
nationalités de la région pour juger les cas de le juge de paix procède souvent lui-même à
criminalité transnationale. l’arrestation et prépare le dossier de police
préliminaire. La préparation de ce genre de dossiers
est notoirement déficiente, d’où un taux de
II. LES DYSFONCTIONNEMENTS DE condamnation faible qui contribue à l’actuelle vague
LA JUSTICE ET LES ERREURS DE
L’AIDE ETRANGERE
conduites de la part de certains membres des forces de
maintien de la paix des Nations unies (militaires, civils
Les dysfonctionnements du système judiciaire haïtien ou policiers) nuisent aux efforts d’établissement de
ont empêché la mise en œuvre des réformes l’État de droit”. Certains média ont évoqué des cas
démocratiques entreprises depuis l’effondrement de la d’abus, par exemple la BBC le 30 novembre 2006,
http://news.bbc.co.uk/ 2/hi/americas/6159923.stm, des
dictature Duvalier. En dépit des efforts internationaux
abus qui, bien qu’ils restent marginaux en proportion du
vigoureux des six années qui ont suivi le retour au nombre de casques bleus présents en Haïti, doivent faire
pouvoir d’Aristide en 1994, les améliorations durables l’objet d’un rapport d’enquête et d’un suivi par les
sont rares et la situation a même régressé dans Nations unies dans les pays des personnes concernées
2
certains domaines. Le manque de volonté politique “Haiti: Failed Justice or the Rule of Law? Challenges for
dont ont fait preuve les divers gouvernements haïtiens a Haiti and the International Community”, Commission
été le principal facteur de cette stagnation mais les interaméricaine des droits de l’Homme de l’Organisation des
approches des donateurs ont également présenté des États américains, p. 62.
3
défauts de méthodologie.1 Aucun cadre réglementaire définissant son statut ou son
fonctionnement n’a jamais été adopté par le parlement.
4
Entretien de Crisis Group, janvier 2007.
5
Le système judiciaire englobe une Cour de cassation, cinq
cours d’appel régionales, quatorze tribunaux de première
1
“Rule of Law Tools for Post-conflict States – Mapping instance et entre 170 et 180 tribunaux de paix. “Haiti: Failed
the Justice Sector”, Ha ut Commissaire des Nations Justice…”, op. cit., pp. 30-31.
6
unies pour les droits de l’Homme, 2006, “Social Resilience and State Fragility in Haiti, A Country
www.ohchr.org. Selon ce rapport, les “mauvaises Social Analysis”, Banque mondiale, 27 avril 2006, para. 3.57.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 3

de criminalité. Le juge de paix est également celui qui divisent en trois catégories : crime, délit et
détermine le chef d’inculpation au moment où une contravention.14 Les délits sont des infractions
personne arrêtée est amenée devant la justice pour la punissables d’une peine de six mois d’emprisonnement
première fois, normalement dans les 48 heures. Mis à ou plus.15 La distinction est importante étant donné
part les problèmes que cela peut poser concernant la que les délits doivent faire l’objet d’une enquête par
garantie d’un procès équitable, l’incompétence des le procureur et être jugés devant une chambre
juges entraîne un grand nombre de cas dans lesquels correctionnelle dans un tribunal de première instance,
les personnes suspectées de délits graves font souvent à la différence des crimes, qui sont instruits par un
l’objet d’une inculpation inappropriée.7 juge d’instruction et jugés par un tribunal spécial, la
Cour d’Assises.16
2. La mauvaise gestion des dossiers
Cependant, les procureurs, auxquels les affaires
L’accumulation de retards et la durée prolongée de la criminelles sont initialement référées, ont pris
détention préventive des suspects s’expliquent en l’habitude de renvoyer au juge d’instruction une
grande partie par une mauvaise gestion des dossiers.8 grande majorité de celles-ci, qu’il s’agisse d’un crime
Haïti n’a jamais eu de système uniforme pour ou d’un délit.17 Le juge d’instruction, qui juge toute
l’enregistrement des dossiers. Les formulaires ne sont une série de contraventions graves comme l’enlèvement,
pas les mêmes dans tous les tribunaux. Même là où le trafic de drogue et l’association de malfaiteurs,
l’on tient un registre à jour, il n’est pas associé à un procède à une analyse indépendante du dossier. Il a la
système de suivi des cas comme dans la plupart des possibilité de le renvoyer s’il concerne un délit. Les
systèmes judiciaires et certaines autorités judiciaires procureurs et les juges d’instruction, ayant trop peur
ne voient même pas l’intérêt d’un tel procédé.9 Ce fait d’être accusés de corruption s’ils renvoient un dossier,
est aggravé par l’absence totale de lien entre les ne le font qu’exceptionnellement, accentuant d’autant
systèmes rudimentaires existants et la base de plus les retards.
données nationale relative aux détenus qui est mise à
jour par les autorités correctionnelles à travers le Ces problèmes de retards sont encore aggravés en raison
pays.10 En conséquence, les responsables des prisons de la difficulté à réunir un jury pour les Assises pour y
ne sont pas au courant des procès et le système pénal juger un crime qui peut être violent ou politique. Le
est bien trop souvent un trou noir dans lequel se Code d’instruction criminelle requiert seulement la
perdent les dossiers.11 Il n’y a jamais eu non plus en convocation de deux sessions de jury par an mais
Haïti de système de casier judiciaire. Lorsque des dans la pratique, il y en a rarement eu plus d’une
suspects sont arrêtés, il n’est pas possible de savoir seule ; il est arrivé qu’aucune session de jury n’ait lieu
s’ils ont déjà été arrêtés auparavant ou s’ils sont pendant plusieurs années.18 En 2005 et 2006, seuls dix
recherchés dans une autre juridiction.12 à douze cas ont été jugés par un jury.19 En novembre

Les procureurs, qui sont considérés comme des


magistrats comme dans la plupart des systèmes
napoléoniens, contribuent à la lenteur de la justice en
catégorisant les affaires de façon inappropriée.13 En
Haïti comme en France, les infractions pénales se 14
John Bell, Principles of French Law (Oxford, 1998). La
plupart des pays où s’applique le common law ne
reconnaissent que le crime et la contravention. Aux États-
7
Article 26 de la constitution. Il est connu que le juge de paix Unis, les crimes (felonies) sont punis par plus d’un an
recourt abusivement à l’inculpation d’association de d’emprisonnement tandis que les contraventions
malfaiteurs et, dans certains cas, invoque des délits qui ne (misdemeanours) sont punies par moins d’un an
figurent pas au Code pénal. Voir plus bas. Entretien de Crisis d’emprisonnement.
15
Group avec un responsable du Programme de développement John Bell, op. cit.
16
des Nations unies (PNUD), novembre 2006. Dans la pratique, la Cour d’Assises est un tribunal de
8
“Pre-trial Detention in Haiti”, Centre national des tribunaux première instance réorganisé à cet effet et dont le doyen est un
d’État (National Centre for State Courts, NCSC), 15 mai 2006. juge. Voir le code d’instruction criminelle,
9
“Haiti Rule of Law Assessment”, rapport interne du NCSC, http://www.oas.org/juridico/mla/fr/hti/
août 2004. fr_hti_mla_instruction.html.
10 17
Entretien de Crisis Group, PNUD, novembre 2006. Aucoin, Exumé, Lowenthal and Rishikof, “Assessment of
11
Entretien de Crisis Group avec Philippe Lamarche, NCSC, the Justice Sector in Haiti”, Development Associates, 1997.
18
novembre 2006. Entretien de Crisis group, novembre 2006.
12 19
Entretien de Crisis Group avec un responsable de la police En 2006, ces procès par jury ont eu lieu à Port-au-Prince, aux
judiciaire, 6 novembre 2006. Cayes et à Jérémie ; entretiens de Crisis Group, novembre 2006,
13
Entretien de Crisis Group, août 2006. janvier 2007.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 4

2006, environ 2000 détenus du pénitencier national de rend d’autant plus vulnérable à la corruption et à
Port-au-Prince attendaient un procès devant jury.20 l’intimidation.26

3. Une détention préventive prolongée 5. Une infrastructure et un soutien logistique


inappropriés
La plupart des problèmes évoqués ci-dessus ont
contribué à prolonger la durée moyenne de la détention Les tribunaux et les établissements correctionnels sont
préventive. Ce problème se pose dans toutes les prisons,21 dans un état désastreux. Le Canada a apporté une
encore qu’il soit plus aigu au pénitencier national, où le importante contribution à l’amélioration de l’infrastructure
nombre de détenus en préventive serait encore plus au milieu des années 1990 en finançant la construction
élevé que la moyenne de 80 à 85 pour cent.22 Les de quatorze tribunaux de première instance et bureaux
données les plus récentes indiquent qu’au moins 96 du procureur.27 Toutefois, plusieurs de ceux-ci ont été
pour cent des détenus y sont en détention préventive.23 fortement endommagés durant le soulèvement populaire
Plusieurs centaines d’autres sont détenus, certains pour de 2004 ; toutes les prisons ont été pillées et certaines
de courtes périodes, dans les cellules de commissariats ont été complètement détruites.28 La grande majorité des
de police. De plus, environ une centaine de détenus tribunaux de paix sont délabrés et n’ont qu’une seule
du pénitencier national n’ont aucun document pièce sans installations sanitaires.29
prouvant qu’ils ont purgé leur peine si bien que
l’administration pénitentiaire les maintient en Les juges à tous les niveaux ne reçoivent qu’un
détention.24 soutien logistique minimal et ne disposent même pas
de machines à écrire, stylos ou crayons, papier ou
classeurs. Ils doivent souvent payer eux-mêmes les
4. Des salaires inappropriés pour les juges
fournitures de bureau, compter sur des dons ou emprunter
Les juges ont toujours été sous-payés mais la du matériel.30 Entre 1994 et 2000, l’Agence américaine
communauté internationale a refusé d’agir de crainte pour le développement international (USAID) et le
qu’il ne soit pas possible de maintenir des salaires département de la Justice américain ont fourni un
plus élevés sur le long terme. Un juge de paix touche soutien logistique (en particulier des fournitures) aux
en moyenne 200 à 400 dollars par mois, un juge de tribunaux et aux procureurs mais, excepté le Canada,
première instance entre 400 et 500 dollars.25 À les donateurs se sont abstenus d’aider à améliorer
certaines périodes, les juges ont reçu un salaire plus l’infrastructure, encore une fois de crainte que cette aide ne
faible que celui des policiers. Leur statut économique soit pas durable.31 Enfin, bien que les poursuites pénales
et intellectuel ont toujours été bien inférieurs à ceux échouent souvent par manque de preuves médico-
des avocats, provoquant une certaine animosité entre légales,32 Haïti n’a jamais eu de laboratoire médico-légal
les deux professions. Il n’est pas rare pour un juge de qui fonctionne véritablement, malgré l’ouverture d’un
ne pas être payé pendant plusieurs mois, ce qui le laboratoire dans les années 1990.

6. Un manque d’indépendance judiciaire

Parmi les dysfonctionnements variés dont souffre la


justice, sans doute l’aspect qui a reçu le plus d’attention
20
Entretien de Crisis Group, PNUD, novembre 2006. La est-il le manque d’indépendance de la justice.33 Le
population carcérale dans le pays s’élevait à 4623 détenus,
dont 2944 au pénitencier national.
21 26
Selon la MINUSTAH et le Comité international de la Croix Ibid.
27
rouge (CICR), Haïti compte dix-sept prisons si l’on exclue “Any Further Aid to Haitian Justice System Should be
celles qui ont été détruites aux Gonaïves, à Aquin et à Petit- Linked to Performance-Related Conditions”, U.S. Government
Goâve. Accounting Office, octobre 2000, p. 23.
22 28
“Haiti: Failed Justice…”, op. cit., p. 68; “Social Resilience Entretien de Crisis Group, MINUSTAH, novembre 2006.
29
and State Fragility”, op. cit., para 3.59 ; entretien de Crisis Daniel Jean, secrétaire d’État à la Justice, a expliqué à Crisis
Group, PNUD, novembre 2006. Group que la plupart de ces structures n’appartenait pas à
23
PNUD, octobre 2006. D’autres sources avancent le nombre l’État ; 145 de ces 183 tribunaux à travers le pays font l’objet
de 83 pour cent (sans compter les cellules des commissariats d’un contrat de location.
30
de police, où plusieurs centaines de prisonniers pourraient être Entretien de Crisis Group avec un juge d’instruction, Port-
détenus même s’ils ne le sont le plus souvent que pour de au-Prince, novembre 2006.
31
courtes périodes), entretien de Crisis Group, janvier 2007. “Rule of Law Assessment”, op. cit.
24 32
Entretien de Crisis Group, janvier 2007. Entretien de Crisis Group, novembre 2006.
25 33
Entretien de Crisis Group avec un juge de la Cour de “State of the Judiciary Report”, Fondation internationale
cassation, 7 novembre 2006. pour les systèmes électoraux (International Foundation for
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 5

pouvoir exécutif a constamment interféré dans les 7. Des codes juridiques archaïques
procès, un phénomène connu sous le nom de “justice
par téléphone”.34 Comme nous l’avons noté plus haut, Comme toutes les anciennes colonies françaises, Haïti
le faible niveau des salaires a également rendu les a hérité des cinq codes napoléoniens classiques.40 Les
juges particulièrement vulnérables à la corruption et codes de procédure pénale et criminelle41 sont restés
alimenté la croyance populaire selon laquelle, tant au quasiment inchangés depuis le début des années
civil qu’au pénal, le plus important est la capacité des 1800,42 à la différence d’autres pays de droit civil
parties à verser des pots-de-vin.35 Par ailleurs, l’issue dans lesquels ils ont été considérablement modifiés
des affaires criminelles les plus graves est quelque pour s’adapter aux réalités modernes.43 Ces textes
fois affectée par le manque de sécurité dont souffrent désuets sont un autre facteur qui contribue à l’état
les juges autant que les témoins, qui peuvent être lamentable de la justice haïtienne – la catégorisation
intimidés par des parties réputées pour mettre leurs lente et laborieuse des infractions prévue dans le Code
menaces à exécution.36 d’instruction criminelle ainsi que l’attribution des
responsabilités de l’enquête ont été examinées plus
Les acteurs haïtiens et internationaux ont essayé de haut.
répondre au manque d’indépendance de la justice et à
la corruption en renforçant le Conseil supérieur de la Le Code d’instruction criminelle ne prévoit pas la
magistrature et en tentant de rendre opérationnelle négociation de peine.44 Ceci présente un défi pour les
l’unité d’inspection judiciaire (UIJ) du ministère de la systèmes de droit civil partout dans le monde puisque
Justice. Deux lois de 1920 obligent la Cour de cette tradition juridique ne conçoit pas que la justice
cassation à siéger en tant que chambre spéciale pour soit rendue selon des mécanismes de procédure
juger des affaires disciplinaires au sein du système négociés entre les parties. Traditionnellement, la
judiciaire.37 reconnaissance de culpabilité (le plaider coupable)
n’existe pas étant donné que ce sont les juges qui
Tant les Haïtiens que les internationaux ont appelé à déterminent la culpabilité ou l’innocence de l’accusé,
la réforme du Conseil supérieur de la magistrature indépendamment de la position des parties.45
afin de le rapprocher de ses équivalents en France et Néanmoins, presque tous les systèmes de droit civil
en Amérique latine, qui sont chargés de la nomination, ont dû imaginer des moyens d’admettre la négociation
de l’évaluation, de la promotion et de la discipline des de peine afin de s’adapter aux réalités modernes d’une
juges et qui sont indépendants des trois branches du criminalité croissante et de faire face aux retards
pouvoir. Dans ces pays, le rôle de cette institution est accumulés dans les tribunaux.
de protéger le pouvoir judiciaire de l’influence du
pouvoir exécutif38 mais elle n’a jamais réellement La majorité des acteurs du pouvoir judiciaire en Haïti
fonctionné en Haïti, où toutes les compétences reconnaissent l’importance de la négociation de
habituellement exercées par les conseils de la peine46 mais rien n’a été fait pour modifier le Code
magistrature dans les autres pays de droit civil sont d’instruction criminelle afin de la rendre légale. Ce
exercées par le ministère de la Justice, ce qui permet à manque est un obstacle aux poursuites des “gros
l’exécutif d’interférer dans la justice.39 De plus, bonnets” ou des policiers véreux que les membres de
l’inspection judiciaire, qui dans certains pays agit en gangs pourraient être amenés à identifier. La
tandem avec le Conseil supérieur de la magistrature négociation de peine pourrait servir d’incitatif à ceux
pour évaluer et discipliner les juges, n’a jamais
fonctionné de manière efficace.
40
Merrymaan, Clark and Haley, The Civil Law Tradition:
Europe, Latin America, and East Asia (Michie, 1994).
41
Electoral Systems, IFES), avril 2004 ; “Proposed Program Of Le code de procédure pénale a conservé le titre employé
Action to Strengthen the Rule of Law: Government of Haiti”, dans la France post-révolutionnaire : Code d’instruction
Office des Nations unies contre la drogue et le crime criminelle.
42
(UNODOC)/MINUSTAH, octobre 2006 ; “The Challenge of “Haiti: Failed Justice…”, op. cit.
43
Judicial Independence in Haiti: Theory and Practice”, USAID, John Bell, op. cit. Dans la plupart des juridictions de droit
2000. civil, les pouvoirs d’arrestation et d’enquête de la police ont
34
Entretien de Crisis Group, septembre 2006. été accrus et certaines procédures ont été mises en place pour
35
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°12, permettre la délégation de certaines responsabilités du juge
Haïti : sécurité et réintégration de l’État, 30 octobre 2006, p.10. d’instruction à la police.
36 44
“Haiti: Failed Justice…”, op. cit., pp. 50, 60-61. Entretien de Crisis Group avec un procureur, Port-au-
37
“The Challenge of Judicial Independence”, op. cit. Prince, 8 novembre 2006.
38 45
Linn Hammergren, “Do Judicial Councils Further Judicial Merrymaan, Clark and Haley, op. cit.
46
Reform? Lessons Learned”, Carnegie Paper, no. 28, juin 2002. Entretien de Crisis Group avec un juge de la Cour de
39
“The Challenge of Judicial Independence”, op. cit. cassation, 7 novembre 2006.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 6

qui ont commencé à se présenter pour le programme B. LES ECHECS DE L’AIDE ETRANGERE
de désarmement, démobilisation et réintégration
(DDR) de la MINUSTAH.47 Une assistance internationale substantielle en matière de
justice et de sécurité a débuté en 1993 ; elle s’est
Afin d’éviter des pratiques abusives et arbitraires, le
concentrée durant le premier mandat du président Préval
Code napoléonien d’instruction criminelle a limité le
et s’est limitée à une coopération restreinte entre 2001 et
pouvoir d’arrestation des procureurs et des policiers
2004. Jusqu’à 2001, les donateurs ont consacré 43
aux circonstances urgentes et au flagrant-délit.48 Le
millions de dollars au secteur de la justice, dont 27
Code prévoit également que l’instruction des
millions provenaient du programme américain
infractions graves doit être menée par un juge
d’administration de la justice (AOJ). Sur la même
d’instruction et que les arrestations doivent être
période, plus de 65 millions de dollars ont été
effectuées en vertu d’un mandat émis par celui-ci. La
consacrés à la réforme de la police. La majeure partie
France et d’autres pays de droit civil ont modifié leurs
de cette assistance à la justice a consisté en un soutien
codes, accordant à la police le pouvoir de mener les
logistique et à la formation, à l’aide technique et aux
enquêtes préliminaires dans les cas graves. Le juge
services juridiques.53
d’instruction délègue fréquemment certaines tâches à
la police judiciaire par le biais d’une délégation USAID a géré le programme AOJ par le biais de
officielle par écrit, la commission rogatoire.49 En contractants (principalement Checchi, Inc.) ; l’Office
Haïti, cependant, le Code d’instruction criminelle est of Overseas Prosecutorial Development and Training
resté inchangé. La police et le procureur ne détiennent (Bureau de développement, assistance et formation
aucun pouvoir d’arrestation excepté dans les cas de des procureurs d’outremer ou OPDAT) du département
flagrant-délit ; le juge d’instruction doit poursuivre les de la Justice américain a parallèlement apporté un
cas graves sans bénéficier de leur assistance. Parce soutien direct au secteur. Dans le cadre du programme
que les juges reçoivent souvent les dossiers des AOJ ont été mis en œuvre : un système rudimentaire
semaines après que l’infraction ait été commise, il d’enregistrement des dossiers dans 83 tribunaux de
leur est parfois difficile voire impossible de recueillir paix, le tutorat judiciaire dans 23 de ces tribunaux, et
des preuves. l’octroi de subventions à douze ONG, quatre barreaux
et trois écoles de droit dans six des sept juridictions
8. L’absence d’avocat de la défense pilotes.54 Le programme a également permis d’offrir
une qualification aux assistants juridiques, de créer un
Haïti n’a jamais garanti les services d’un avocat pour les programme limité d’éducation civique, d’apporter une
accusés indigents et la vaste majorité de la population aide technique et logistique à l’École de la magistrature
n’a pas les moyens de se payer les services d’un et de préparer des propositions de lois sur
avocat.50 En théorie, les barreaux devraient proposer l’indépendance du pouvoir judiciaire.
des services d’assistance juridique gratuite en matière
pénale. Pourtant, ces associations n’existent pas dans D’autres donateurs se sont également engagés dans le
plusieurs régions et, là où elles existent, leurs services secteur, par exemple la France (notamment envers
sont offerts au cas par cas et la qualité de ceux-ci l’École de la magistrature), le Canada, l’Organisation
laisse généralement à désirer.51 À partir de 1994, les des États américains (OEA) et l’ONU. La plupart des
donateurs ont fourni des services de conseil juridique donateurs actifs dans le secteur judiciaire se sont aussi
dans certains tribunaux mais une grande partie de ce impliqués dans la création du Bureau de contrôle de la
soutien a pris fin avec le retrait général de l’aide détention préventive (BUCODEP), qui prévoyait la
internationale en 2000.52 mise en place d’un tribunal dans les bâtiments du
pénitencier national. Dans le cadre de ce programme,
les registres carcéraux ont été examinés afin
d’identifier les cas de détention préventive prolongée,
47 pour les référer ensuite aux tribunaux appropriés avec
Crisis Group Briefing, Sécurité et réintégration de l’État,
une demande de date en vue d’un procès dans les
op. cit., p. 13.
48
Merrymaan, Clark and Haley, op. cit. locaux du BUCODEP.55
49
John Bell, op. cit.
50
“Social Resilience and State Fragility”, op. cit., para 3.57. L’OPDAT a mis en place un programme de suivi des
51
Aucoin, Exumé, Lowenthal and Rishikof, op. cit., pp 41- dossiers dans les bureaux du procureur des sept
43 ; voir aussi Aucoin, “Assessment of USAID’s Program of
Legal Assistance to Indigent Prisoners in Haiti Administered
53
by Checchi and Company, Consulting, Inc.”, USAID/Haïti, Ibid.
54
août 1999. Ibid.
52 55
“Any Further Aid”, op. cit. “Rule of Law Assessment”, op. cit.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 7

juridictions pilotes. Il a par ailleurs proposé une significatifs dans les secteurs de la justice et de la
formation courte pour les juges, procureurs et sécurité en raison d’un manque quasi-total de volonté
policiers à l’École de la magistrature avant que le politique de la part du gouvernement haïtien.61 Il a
ministère de la Justice n’ordonne d’y mettre fin au préconisé l’interruption du programme AOJ et a
motif que les juges ne devraient être formés qu’après recommandé que l’aide internationale soit à l’avenir
avoir été tous soumis à une enquête de sécurité et versée à la société civile afin d’encourager la demande
après l’éventuelle exclusion des personnes populaire envers la réforme de la justice et de ne la
incompétentes ou corrompues qui pourrait s’ensuivre. verser aux institutions gouvernementales qu’en
Par la suite, l’OPDAT a financé les salaires du l’accompagnant de critères de performance.62 Le
personnel de l’École de la magistrature et travaillé programme AOJ, de même que la plus grande partie
avec la France et le Programme des Nations unies de l’aide des donateurs, a pris fin peu de temps après.
pour le développement (PNUD) pour élaborer le
programme de la première promotion. Peu de temps
après, l’OPDAT a mis fin à son soutien à l’École ; le C. LES LEÇONS DE CES ECHECS
soutien de la France s’est poursuivi jusqu’à la
fermeture de l’établissement en 2004.56 Les études et évaluations des initiatives de réforme de
la justice dans les années 1990 précédemment citées
Dans le cadre du programme de l’AOJ, les étudiants ont mis en évidence des lacunes de conception et de
en droit et les assistants juridiques ont proposé des mise en œuvre quel que soit le degré d’engagement
services de représentation juridique aux accusés politique. Elles ont été identifiées comme suit :
indigents dans les tribunaux de paix, sans aucun
contrôle ou avec un contrôle limité, et des avocats ont ‰ Le manque de coordination entre les donateurs.
été rémunérés pour proposer leurs services dans les Plusieurs rapports analysant l’assistance
tribunaux de première instance. La qualité de ces internationale au secteur de la justice avant
services n’a pas été contrôlée et a entraîné des 2000 considèrent qu’il s’agit du principal
critiques. Une ONG belge (le Réseau des Citoyens) a facteur d’échec. L’intervention des donateurs
proposé dans le cadre d’un projet piloté et financé par s’est faite de façon ponctuelle et sans assurer
le PNUD des services juridiques à Cap-Haïtien, la une cohérence entre les projets, qui ont parfois
septième juridiction pilote.57 Une ONG spécialisée fait double emploi.63 On a surtout constaté ce
dans l’assistance judiciaire y est toujours problème dans l’aide à la rédaction de
opérationnelle et bénéficie du soutien de l’International nouvelles lois. Les donateurs ont préparé des
Legal Assistance Consortium (Consortium international propositions incohérentes sur la réforme du
d’assistance juridique).58 Le Canada a apporté son aide à Conseil supérieur de la magistrature, le statut
la gestion des dossiers dans ces juridictions pilotes.59 de la justice et de l’École de la magistrature,
mais aucun texte législatif ou décret relatif à
En 1997, le ministère de la Justice a créé une ces sujets n’a été adopté.64
commission pour la réforme législative qui a reçu les
conseils et l’assistance technique de l’Union européenne ‰ Le manque de planification stratégique et
et d’USAID et qui a présenté au Président des l’absence d’une approche globale. Ceci a
propositions pour réformer les codes juridiques désuets contribué aux problèmes de coordination de
lors d’une conférence internationale en 1998.60 En l’aide. Ni les Haïtiens ni les acteurs
octobre 2000, cependant, le Bureau de comptabilité internationaux n’ont élaboré de stratégie de
générale des États-Unis (le GAO) a conclu que les réforme cohérente ou globale sur la période
millions de dollars dépensés par les donateurs 1994/2000.65 Les donateurs ont insisté sur les
n’avaient pas permis d’atteindre des résultats réformes de la police et des poursuites mais ont
largement ignoré les juges, dont

56
Entre 1997 et 2003, l’École de la magistrature a formé trois
promotions de juges. La plupart des 130 juges formés ont été
licenciés ou ont fui le pays ; 29 diplômés, qui n’avaient d’abord
61
pas été nommés juges de paix en raison de la réticence du “Any further Aid”, op. cit.
62
gouvernement, ont finalement été nommés en 2004. Entretien Ibid.
63
de Crisis Group, 11 janvier 2007. Jamal Benomar, “Rule of Law Assistance in Haiti: Lessons
57
Aucoin, Exumé, Lowenthal and Rishikof, op. cit., p. 41. Learned”, Conférence de la Banque mondiale, 8/12 juillet
58
Entretien de Crisis Group, janvier 2007. 2001.
59 64
“Rule of Law Assessment”, op. cit. “Rule of Law Assessment”, op. cit.
60 65
“Haiti: Failed Justice…”, op. cit. Ibid.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 8

l’incompétence a pourtant empêché d’améliorer gestion des dossiers n’ont pas pu continuer à
les performances dans ces domaines.66 fonctionner après le départ des donateurs.72
‰ Une aide dirigée par les donateurs et un ‰ Un soutien matériel insuffisant. Bien que le
manque d’implication de la société civile. Les Canada se soit efforcé d’aider à l’amélioration
décisions ont été prises sans le consentement de l’infrastructure du secteur de la justice, peu
approprié des haïtiens.67 Le fait que les d’efforts ont été faits pour construire ou réparer
partisans de la réforme de la justice au sein du les tribunaux de paix et les donateurs n’ont
gouvernement et en dehors de celui-ci ne se généralement pas contribué à l’amélioration du
soient pas organisés a entraîné un manque de statut économique des juges.
participation locale et a permis aux détracteurs
d’entraver les efforts de réforme en désignant le
projet comme celui des “blans” (les III. DE NOUVEAUX DEFIS POUR LA
étrangers).68 JUSTICE
‰ Le manque de concentration sur la formation et
l’éducation. Les programmes à l’École de la
magistrature et sur le terrain n’ont pas accordé Étant donné le retrait quasi-total de l’aide
assez d’attention aux techniques d’enquête bien internationale en 2000, excepté pour l’aide destinée à
que des enquêtes mal conduites et des rapports la société civile, il n’est pas surprenant que peu de
de police et des juges de paix mal préparés progrès aient été réalisés dans la réforme de la justice.
aient été à plusieurs reprises identifiés comme Les événements imprévisibles qui ont suivi ce retrait
les principales faiblesses dans le secteur de la ont eu un impact non moins catastrophique. Les
justice.69 Les programmes à l’École de la événements qui ont abouti au départ d’Aristide ont
magistrature ont souvent insisté sur les aspects donné libre cours à la destruction d’une partie de
universitaires aux dépens de la formation l’infrastructure judiciaire en raison de laquelle Haïti
pratique. Les efforts visant à former en même est aujourd’hui bien mal équipée pour faire face à
temps juges, procureurs et policiers ont également “une forte augmentation de la criminalité, la
été limités et à trop court terme. prolifération des gangs armés, le commerce incontrôlé
d’armes et de drogue et la corruption des institutions
‰ L’obsession des solutions miracles. La plupart publiques, en particulier de la police”.73 Le crime
des donateurs ont cherché à obtenir des présente un caractère de plus en plus transnational74 et a
résultats dans des délais irréalistes de deux ans un impact tragique sur la vie quotidienne des haïtiens.
ou moins.70 Les gangs armés, qui se sont multipliés à la suite du
soulèvement populaire, perpètrent régulièrement des
‰ La mauvaise conception et mise en œuvre des enlèvements contre rançon et des viols.75 Une part
systèmes de gestion des dossiers. Les systèmes considérable de la cocaïne colombienne qui entre aux
rudimentaires mis en place dans le cadre du États-Unis transite par les ports haïtiens.76 La montée
programme AOJ ont été presque totalement
inefficaces pour réduire les retards et régler le
problème de la durée prolongée de la détention
préventive. Bien que le système de l’OPDAT
72
mis en place dans les bureaux du procureur ait “Rule of Law Assessment”, op. cit.
73
été mieux conçu, le fait qu’il n’ait pas été “Haiti: Failed Justice…”, op. cit., p. 3. “… des violences, des
intégré à l’ensemble du système a nui à son affrontements avec des groupes armés et des manifestations en
masse, qui entraînent souvent la mort de plusieurs personnes, et
efficacité.71 des actes fréquents de meurtres, viols, enlèvements, lynchage
‰ L’échec dans la “formation des formateurs”. public et autres abus [ont contribué] au taux de criminalité qui a
Étant donné que les donateurs n’ont pas préparé régulièrement augmenté ces deux dernières années et de façon
accélérée depuis janvier 2005”, p. 33.
les acteurs locaux à prendre en charge eux- 74
Voir le briefing de Crisis Group, Sécurité et réintégration de
mêmes la formation, les nouveaux systèmes de l’État, op. cit., p. 6.
75
Pour de plus amples informations sur les gangs, voir “Haiti:
Failed Justice…”, op. cit., et “Proposed Program of Action”,
66
“Social Resilience and State Fragility”, op. cit., para 3.50. op. cit., p. 3.
67 76
Benomar, op. cit. 15 pour cent selon “Proposed Program of Action”, op. cit.,
68
Entretiens de Crisis Group, septembre 2006. p. 3. Les États-Unis estiment que ces dernières années, ce
69
Entretien de Crisis Group, novembre 2006. pourcentage est passé de 8 à 14 pour cent, “International
70
Benomar, op. cit. Narcotics Control Strategy Report, 2006”, Department of
71
Entretien de Crisis Group, PNUD, novembre 2006. State, http://www.state.gov/p/inl/rls/nrcrpt/2006/ ; entretien de
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 9

du crime organisé est documentée et certaines allégations A. TRIBUNAUX ET PROCEDURES


indiquent que des haïtiens déportés par les États-Unis
après avoir purgé des peines dans ce pays participeraient à
1. La gestion des dossiers
son organisation. Lors d’un cas d’enlèvement récent, des
haïtiens déportés ont été mis en cause. La gestion des dossiers a connu une régression. Seuls
quelques éléments des systèmes rudimentaires créés
Suite à une plainte du gouvernement, les États-Unis dans le cadre du programme AOJ sont encore en
ont différé la déportation de quelque 450 haïtiens place et ceux mis en place par l’OPDAT ont été
avant les élections en Haïti mais en ont renvoyé 743 réduits à des simples systèmes de consignation.80 Ces
autres en 2006. Les craintes étaient assez importantes éléments ne forment pas un ensemble cohérent et sont
pour que les États-Unis financent au début de l’année d’un intérêt limité étant donné qu’ils ne se prêtent pas
2007 un programme de recensement et réinsertion de à une analyse des mouvements de dossiers entre les
l’Organisation internationale pour les migrations divers acteurs judiciaires et qu’ils ne sont pas non
destiné à réduire la probabilité pour des déportés de plus liés aux bases de données des autorités
s’impliquer immédiatement dans des activités correctionnelles.81 Le directeur du projet de
criminelles. On a également parlé de centres de renforcement et de réforme de la justice du Centre
réadaptation et d’orientation des déportés avant qu’ils national des tribunaux d’État (NCSC)82 rapporte que
ne quittent les États-Unis.77 Par ailleurs, des policiers l’examen récent de quinze registres ne permettait de
véreux prennent part à certaines activités criminelles retrouver la trace que de dix-sept affaires.83 Il est
et ont été arrêtés en lien avec des enlèvements.78 pratiquement impossible d’obtenir des données précises
sur l’accumulation des dossiers. Par exemple, un juge
En raison de sa faiblesse, le système judiciaire haïtien
d’instruction ne pouvait qu’estimer avoir traité une
ne peut pas faire face à cette réalité, d’autant plus que
centaine de cas, environ le même nombre que la
la réforme de la police soutenue par les Nations unies
plupart de ses collègues selon lui.84
ne fait que commencer et que la réforme de la justice
est encore moins avancée.79 Il n’existe toujours pas de système de casier judiciaire
en dehors de la base de données que la police
judiciaire de Port-au-Prince affirme avoir créée. Ce
genre de données n’est généralement pas consigné en
dehors de la capitale et il n’existe aucun lien entre les
différentes juridictions.85

Il n’existe pratiquement aucune trace des condamnations


pénales d’un individu en dehors des données
Crisis Group, Washington, octobre 2006; Crisis Group, enregistrées par les autorités correctionnelles dans
Briefing Sécurité et réintégration de l’État, op. cit., p. 13. leur base de données et, une fois encore, il n’y a
77
“Haiti: Failed Justice…”, op. cit. ; voir aussi Michèle Oriol, aucun lien entre cette base de données, les tribunaux
“Population, migration et violence urbaine : la situation sociale et la police.86 Au moment d’une arrestation, aucun
d’Haïti en 2005”, Situation économique et sociale d’Haïti en mécanisme ne permet de savoir si le suspect est
2005, PNUD ; entretien de Crisis Group, Washington, janvier
recherché ailleurs ou s’il a déjà eu affaire à la justice.
2007.
78
Entretien de Crisis Group, novembre 2006. Les criminels ont ainsi tout loisir de se déplacer dans
79
Entre septembre 2006 et septembre 2007, le gouvernement le pays ; il s’agit également d’un obstacle considérable
haïtien envisage de consacrer environ 248 millions de gourdes pour faire face à la montée du crime organisé.
(environ 6,37 millions de dollars) au pouvoir judiciaire
(Conseil supérieur de la magistrature et tribunaux), ce qui
représente moins de 0,7 pour cent des dépenses totales.
Cependant, le budget du ministre de la Justice sera
80
considérablement augmenté : 5,6 milliards de gourdes Entretien de Crisis Group, novembre 2006
81
(quelque 143,5 millions de dollars), contre 2,4 milliards de Entretien de Crisis Group, PNUD, novembre 2006.
82
gourdes pour les dépenses du ministère en 2005-2006 pour la Ce projet est financé par USAID/Haïti.
83
direction des Affaires judiciaires, le bureau du secrétaire d’état Entretien de Crisis Group, novembre 2006.
84
à la réforme judiciaire, l’École de la magistrature et l’Office Entretien de Crisis Group avec un juge d’instruction,
national d’identification. La Police nationale d’Haïti (PNH) en novembre 2006. Celui-ci s’est plaint d’être débordé et attribue
absorbera à elle seule 80 pour cent ; “Loi de finances les retards à l’extrême manque de matériel et de soutien
2006/2007” et “État d’exécution des dépenses budgétaires par logistique.
85
institution et par secteur durant la période allant d’Octobre Entretien de Crisis Group avec un responsable de la police
2005 à Septembre 2006”, site du ministère de l’Économie et judiciaire, novembre 2006.
86
des Finances, http://www.mefhaiti.gouv.ht. Entretien de Crisis Group, novembre 2006.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 10

2. Intégrité et indépendance judiciaire l’indépendance de la justice en attribuant les pouvoirs


de nomination au Conseil supérieur de la
Certains événements récents étaient censés améliorer magistrature, dont les juges sont mieux à même
l’indépendance de la justice. En avril 2006, un décret d’évaluer les qualifications des candidats à la
présidentiel a créé un Conseil supérieur de la nomination que les membres des assemblées locales.91
magistrature pour remplacer une institution quasiment Il existe aussi un risque que la procédure de
inactive qui avait été créée dans les années 192087 et nomination des juges au niveau local et départemental
des juges et procureurs y ont été nommés. Ce décret inscrite dans la constitution provoque des tensions
accordait des pouvoirs bien plus grands à ce graves au sein des communautés. Un contrôle étroit et
Conseil,88 dont les membres devaient participer aux un mécanisme d’alerte rapide seront nécessaires pour
nominations à des postes judiciaires, et a également éviter d’éventuelles violences.
créé une unité d’inspection judiciaire en son sein.89
Toutefois, ce décret a été abrogé par le nouveau ministre La discipline judiciaire est un autre problème. Le
de la Justice, René Magloire, dont le propre projet de loi Code d’éthique élaboré par l’Association nationale des
a été réexaminé après des consultations avec des experts magistrats haïtiens (ANAMAH) n’a jamais eu force de
nationaux et internationaux et présenté au gouvernement loi. La plupart des juges n’ont pas connaissance de
à la mi-janvier. son existence et il n’a aucun effet.92 La loi en vigueur,
qui date des années 1920, ne prévoit que des sanctions
L’indépendance de la justice continue d’être gênée par limitées. Par exemple, un juge ne peut être licencié
l’impossibilité de mettre en œuvre la procédure de qu’après avoir été suspendu à deux reprises.
l’article 175 de la constitution de 1987, conformément
à laquelle le président nomme les juges de première Une évolution positive à cet égard est la création de
instance et les juges de paix à partir de listes de trois deux associations de magistrats, l’ANAMAH et une
noms qui lui sont soumises par les assemblées autre association de femmes juges.93 Ce genre
territoriales aux niveaux départemental et municipal d’associations est une source importante de soutien
respectivement. Les assemblées municipales et de pour les magistrats dans les autres pays ; elles
section communale sont élues au suffrage direct alors encouragent souvent les efforts du pouvoir judiciaire
que les assemblées départementales sont choisies pour résister aux pressions des autres branches du
conjointement par les assemblées municipales et de pouvoir.
section communale.90 Les institutions départementales
n’ont jamais vu le jour aussi cette procédure de 3. Les relations entre la police et la justice
nomination n’a-t-elle jamais été mise en œuvre.
Cependant, une fois que les résultats des élections des Les relations toujours problématiques entre police et
assemblées territoriales du 3 décembre 2006 seront justice, qui s’accusent mutuellement d’être
connus, les assemblées locales nécessaires seront en corrompues, sont plus tendues que jamais.94 Les
place pour permettre la sélection des assemblées policiers se disent frustrés qu’après avoir renvoyé une
départementales. La procédure prévue dans la affaire criminelle devant les autorités judiciaires,
constitution devrait alors être mise en application. celles-ci ne les sollicitent jamais pour participer aux
poursuites criminelles subséquentes et prétendent que
Néanmoins, bien que cette procédure doive empêcher les accusés sont le plus souvent relâchés.95 Les juges
une influence indue du pouvoir exécutif sur le pouvoir et les procureurs se plaignent à leur tour de ce que la
judiciaire, elle ne garantira pas la nomination de juges
compétents. D’autres pays de droit civil protègent
91
Linn Hammergren, op. cit.
92
Ce code a été élaboré grâce à l’aide de l’IFES à la société
87
“Huit Magistrats pour partir en guerre contre la corruption civile dans le cadre du projet de l’USAID décrit plus haut ;
de l’appareil judiciaire”, Alter Presse, 10 April 2006. entretien de Crisis Group, janvier 2007.
88 93
Le décret accordait pour la première fois une indépendance “State of the Judiciary Report”, op. cit.; “Rule of Law
budgétaire et d’importants pouvoirs administratifs au pouvoir Assessment”, op. cit.
94
judiciaire mais ne prévoyait que le pouvoir de nommer, et non “Conflit Police/Justice. Le RNDDH invite les uns et les autres
celui de licencier, les juges en cas d’incompétence ou de à respecter la dignité”, communiqué de presse, 5 janvier 2007.
95
violations graves de l’éthique professionnelle. Entretien de Crisis Group avec un responsable de la police
89
“Décret créant un organe dénommé Conseil supérieur du judiciaire, Port-au-Prince, novembre 2006. La frustration des
pouvoir judiciaire en lieu et place du Conseil supérieur de la policiers découle en partie du rôle limité que leur attribue le
magistrature”, Journal officiel de la République d’Haïti, 16 Code d’instruction criminelle, qui prévoit que seuls les juges
janvier 2006. peuvent enquêter dans les cas graves. Certains officiers
90
Entretien de Crisis Group avec Henri Dorléans, ancien n’arrivent pas à comprendre ce Code. Voir aussi “Conflit
ministre de la Justice, novembre 2006. Police”, op. cit.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 11

préparation des dossiers criminels par la police est des cas, les défendeurs indigents comparaissent sans
toujours aussi lamentable. Ils admettent fréquemment avocat.102
prononcer des acquittements et la libération des
accusés mais en attribuent la raison à la mauvaise Tous ces facteurs contribuent au manque d’efficacité
qualité des dossiers. Selon un procureur, les dossiers de la justice. Selon un rapport récent sur la détention
contiennent de longues descriptions mais trop préventive, seuls 3 pour cent des affaires criminelles
souvent, “il n’y a rien dedans”.96 aboutissent à une condamnation103 tandis que 80 pour
cent de toutes les affaires référées aux procureurs sont
Des scandales récents à Port-au-Prince ont fourni des classées sans suite.104 L’inculpation au motif attrape-
illustrations de ces problèmes.97 Les magistrats de tout d’association de malfaiteurs est le cas le plus
première instance dans la capitale se sont mis en fréquent, même lorsqu’il ne correspond pas aux faits
grève pendant un mois en réaction à un discours reprochés à l’accusé.105 D’après les statistiques, ce
incendiaire prononcé le 18 décembre 2006 par le motif est invoqué pour pas moins de 30 pour cent des
directeur de la police, Mario Andresol, lors d’une détenus du pénitencier national alors qu’aucune autre
cérémonie de remise des diplômes à des officiers.98 infraction grave ne représente plus de 10 pour cent
D’autre part, un homme suspecté d’enlèvement et des motifs. Quant aux délits, ils ne constituent, tout
arrêté par la police a comparu devant un juge confondu, que 28 pour cent de l’ensemble des motifs
d’instruction, qui l’a interrogé sur le lieu où il avait de détention.106 Ce manque de précision présage mal
obtenu l’arme en possession de laquelle il a été d’une éventuelle poursuite prioritaire des cas
découvert. Il aurait prononcé le nom du directeur de la d’infractions graves.
police judiciaire, Michael Lucius. Celui-ci a nié toute
implication99 mais le juge a requis sa comparution.
Lucius a refusé au motif que le juge agissait par B. LA CORRUPTION
rancœur personnelle et il a demandé, en vain, que la
Cour suprême ordonne au juge de se récuser. Ce La corruption est très forte à tous les niveaux de la
dernier a alors émis un mandat d’arrêt à l’encontre de société. Le dernier “Corruption Perceptions Index” de
Lucius – qui dirige l’institution responsable de mettre Transparency International affirme qu’Haïti a reçu le
en œuvre ce mandat. Cette affaire, qui a reçu une pire score des 163 pays étudiés.107 Selon le rapport
grande attention de la part de la presse et a fait l’objet d’octobre 2006 de l’Office des Nations unies contre la
d’un débat au parlement,100 a été résolue de façon drogue et le crime, 90 pour cent des entrepreneurs et
temporaire : le juge d’instruction s’est récusé et Lucius a 60 pour cent des foyers pensent que la corruption a
démissionné ; l’affaire a été confiée à un autre juge.101 augmenté ces dernières années et considèrent que 60
pour cent des policiers sont corrompus (le chef de la
Il n’existe toujours pratiquement aucune disposition police nationale et la MINUSTAH estiment que ce
qui prévoie la représentation des clients indigents nombre serait plutôt de 25 pour cent).108 Il est de toute
dans les affaires criminelles. Tous les programmes évidence capital de soumettre à une enquête de
d’aide juridique d’avant 2000 destinés aux personnes sécurité l’ensemble des forces de police, à la fois pour
sans moyens ont pris fin sans être remplacés. Les exclure les officiers qui sont effectivement corrompus
barreaux de toutes les juridictions offrent toujours une et pour restaurer la confiance du public.
représentation ad hoc mais dans la grande majorité
Certains observateurs font état d’un nouveau niveau
de corruption organisée au sein du système judiciaire,
96
Entretien de Crisis Group avec un procureur, Port-au-
affirmant que policiers, procureurs et juges agissent
Prince, 8 novembre 2006.
97
Trois cambriolages du tribunal de première instance de Port-
102
au-Prince ont été au cœur des conflits entre policiers et Entretien de Crisis Group, novembre 2006.
103
magistrats qui ont été largement couverts par la presse. Voir par “Pre-trial Detention”, op. cit. Aux États-Unis, ce chiffre
exemple “Cambriolage ou pas au parquet de Port-au-Prince : le varie de 64 à 80 pour cent pour les crimes allant du trafic de
dossier se complique après l’intervention du ministre de la drogue au meurtre.
104
justice”, Agence Haïtienne de presse, 11 janvier 2007. Entretien de Crisis Group, NCSC, novembre 2006.
98 105
“Conflit Police”, op. cit. Les magistrats ont repris le travail Entretien de Crisis Group, novembre 2006. Certains
le 22 janvier 2007. auteurs font une interprétation différente de ces statistiques et
99
Entretien de Crisis Group, novembre 2006. y voient le reflet du développement de l’activité des gangs,
100
“Démission officielle du Directeur central de la police Oriol, op. cit., p. 54.
106
judiciaire”, Alter Presse, 14 novembre 2006. Base de données du PNUD, octobre 2006.
101 107
“Affaire de kidnapping : l’ancien DCPJ Michael Lucius “Corruption Perceptions Index 2006”, Transparency
entendu par un nouveau juge instructeur”, Alter Presse, 12 International, novembre 2006.
108
janvier 2007. Entretien de Crisis Group, MINUSTAH, novembre 2006.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 12

parfois de concert pour accepter des pots-de-vin en D. LES PRISONS


échange de la libération de criminels.109 Aucune action
n’a toutefois été prise à l’encontre des autorités L’aide fournie par le PNUD dans les années 1990 a
judiciaires. Selon un rapport de 2006 de la Commission donné des résultats considérables dans l’amélioration
interaméricaine, aucun juge n’a jamais été poursuivi des conditions sanitaires, médicales et nutritionnelles
pour corruption. En décembre 2005, un décret des détenus. Toutefois, la vague de destruction qui a
présidentiel ordonnait le départ en retraite forcé de suivi le départ d’Aristide a été un sérieux revers. Bien
cinq membres de la Cour de cassation sans en que les conditions des détenus aient de nouveau été
présenter les motifs, laissant ainsi planer le doute sur améliorées, en particulier au pénitencier national, les
la nature du décret : exemple d’ingérence du pouvoir résultats de cette vague de destruction et l’insécurité
exécutif dans les affaires judiciaires ou exemple de qui lui est associée restent palpables dans cette prison
corruption au plus haut niveau judiciaire ?110 et dans d’autres établissements à travers le pays.
Pratiquement toutes les prisons connaissent des
C. INTIMIDATION ET SECURITE DES problèmes de surpopulation. L’atmosphère au
pénitencier national n’a jamais été plus tendue.115 Cet
TEMOINS
établissement a déjà été le théâtre de plusieurs
soulèvements et d’évasions, dont l’une a impliqué
Les menaces à l’encontre de témoins en vue plus de 400 prisonniers en mai 2005.116 L’évasion la
d’influencer l’issue d’un procès ne sont pas un plus récente, en décembre 2006, a stimulé les débats
phénomène nouveau en Haïti mais l’augmentation de publics sur l’insécurité et sur le secteur de la justice.117
l’activité des gangs a aggravé la situation.111 Il n’existe
ni programme de protection des témoins ni de sécurité Aux Gonaïves, à Aquin et à Petit-Goâve, où les
dans les tribunaux.112 En septembre 2006, un activiste, prisons ont été complètement détruites, les détenus
Bruner Esterne, a été tué, apparemment pour réduire ont été placés dans les cellules des commissariats de
au silence le témoin visuel d’un massacre qui aurait été police, où les conditions sont parfois aussi mauvaises
perpétré par des gangs armés avec l’aide de policiers qu’aux pires moments du début des années 1990 avant
corrompus.113 Un autre exemple de cette atmosphère que l’aide internationale n’afflue. Les adolescents sont
d’intimidation est le procès de Louis Jodel Chamblain, détenus avec les adultes dans des cellules dont la
qui s’est déroulé dans une banlieue de Port-au-Prince superficie n’excède pas 6 mètres carrés et où les
à minuit, prétendument pour des raisons de sécurité ; maladies sont endémiques.
il est plus probable que la véritable raison du lieu et
de l’heure du procès était d’éviter la présence de
quiconque lors de l’acquittement du défendeur, qui IV. LES NOUVEAUX EFFORTS DE
était jugé par contumace pour le rôle qu’il avait joué REFORME
dans le tristement célèbre massacre de Raboteau au
début des années 1990.114
A. LES DIVERS PROGRAMMES

Le ministre de la Justice Magloire a approuvé un plan


global118 dont le but est d’assurer une meilleure
coordination des activités menées par les acteurs
haïtiens et internationaux. Ses objectifs principaux
comprennent la construction d’annexes pour les
109
Entretien de Crisis Group, août 2006. tribunaux de paix ; la création de tribunaux spécialisés
110
Il est apparu que ce décret était contraire à la constitution dans la poursuite des crimes de blanchiment d’argent,
étant donné que selon l’article 185 de cette dernière, seul le
sénat peut juger les membres de la Cour de cassation.
Cependant, la constitution ne précise pas la sanction qui
115
s’impose en cas d’infraction ou d’irrégularité – un autre Entretien de Crisis Group, PNUD, novembre 2006.
116
exemple d’une situation dans laquelle la seule possibilité, en “Haiti: Failed Justice…”, op. cit.
117
l’absence des institutions et procédures appropriées, est une “15 détenus dangereux s’évadent en creusant un trou dans
action du pouvoir exécutif. une prison”, Agence France-Presse, 7 décembre 2006.
111 118
“Social Resilience and State Fragility”, op. cit., para 3.68. “Premier Menu Législatif” présenté par le ministère de la
112
Entretien de Crisis Group, NCSC, novembre 2006. Justice et de la Sécurité publique devant les donateurs,
113
“Haiti: Fear for Safety/Death Threats”, Amnesty septembre 2006 ; “Plan d’action du Ministère de la Justice et
International, 28 septembre 2006. de la Sécurité publique dans le cadre de la réforme judiciaire”,
114
“Haiti: Failed Justice…”, op. cit. NCSC, 2006.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 13

trafic de drogue, enlèvement, terrorisme et corruption ; tribunaux spéciaux est clairement de faire face à la
de nouvelles nominations à des postes judiciaires ; la crise de la sécurité. Pour que les réformes deviennent
formation d’au moins deux sessions de jury par an ; la réalité, le gouvernement devra toutefois faire preuve
mise en place d’unités spéciales réunissant policiers, d’une volonté politique nouvelle, les donateurs
juges et procureurs et la réduction de la durée de devront continuer d’apporter leur soutien à ces
détention préventive des suspects. Ce plan prévoit réformes, et les ressources financières, conformément
également d’améliorer les enquêtes relatives aux abus au Cadre de coopération intérimaire (CCI) élargi et à
et infractions les plus graves commis par la police la Stratégie nationale de développement à long terme
ainsi que la réorganisation et le renforcement de l’unité en cours d’élaboration, devront être à la hauteur de
d’inspection judiciaire et du système de casier ces ambitions.122
judiciaire. Il reconnaît les problèmes qui existent entre
la police et la justice et propose d’améliorer leurs Après une longue absence, les donateurs s’impliquent
relations par une formation conjointe et par la création à nouveau dans le secteur de la justice. Bien qu’il n’y
d’unités spéciales qui réuniraient à la fois des ait pas eu de coordination formelle au niveau national
policiers, des juges et des procureurs. Enfin, ce plan en 2006, les donateurs se sont consultés de manière
préconise l’adoption de lois relatives au Conseil informelle pour trouver un terrain d’entente. Dans le
supérieur de la magistrature, au statut des magistrats même temps, le ministère a également mené des
et de l’École de la magistrature, ainsi qu’à la consultations avec divers acteurs, dont la
modernisation du Code d’instruction criminelle et du MINUSTAH concernant son plan de réforme et les
Code pénal. projets de lois qui seront présentés au parlement. Il a
déjà fait un pas en avant en présentant trois de ces
Le ministère a émis un règlement qui met en place projets au gouvernement le 23 janvier 2007 et a reçu les
une commission composée de juges et de procureurs encouragements du Premier ministre et du Président.123
chargée d’examiner de façon périodique les cas de
détention préventive. En revanche, ce règlement Dans le cadre des activités de formation du personnel
n’envisage pas de conserver le tribunal mis en place judiciaire en dehors de la capitale prévu dans le CCI,
en 2005 au sein du pénitencier national, qui n’a été les États-Unis sont actifs à Cap-Haïtien et à St-Marc,
utilisé que de façon ponctuelle.119 Dans le cadre de la la France aux Cayes et le Canada aux Gonaïves.124
stratégie de réduction de la durée de détention L’Organisation internationale de la francophonie
préventive et d’accélération de la procédure pénale, le (OIF) a travaillé en collaboration avec la MINUSTAH
ministère a commencé à mettre en œuvre la procédure pour l’organisation et la formation des juges de paix
accélérée de “comparution immédiate” prévue dans dans les provinces où les autres donateurs n’étaient
une loi de 1927 et jamais utilisée depuis, qui peut pas présents.
s’appliquer dans des circonstances de flagrant-délit.
Dans le cadre de cette procédure, la police présente Depuis mars 2006, le Canada a financé en partie un
immédiatement le suspect devant un juge de paix, avec programme sur trois ans du PNUD à hauteur de 5
un rapport contenant tous les éléments relatif au délit, millions de dollars125 et a, avec la Commission
afin qu’il soit rapidement déféré devant le procureur,
qui l’interrogera et pourra le renvoyer le jour-même 122
devant la chambre appropriée du tribunal de première Bien qu’elle envisage des investissements considérables dans
les tribunaux, la loi de finances 2006/2007 ne contient pas de
instance.120 Cette procédure, à laquelle le bureau du
dépenses dédiées aux chambres spécialisées dans la poursuite
procureur de Port-au-Prince a eu recours dans dix ou des infractions graves, site internet du ministère de l’Économie
douze cas, pourrait aider à réduire les retards qui se et des finances http://www.mefhaiti.gouv.ht. Le Cadre de
sont accumulés dans les tribunaux.121 coopération intérimaire est un programme de redressement
politique, économique et social financé par les donateurs. Une
Le fait que bon nombre d’éléments du plan présenté stratégie de développement intérimaire a été approuvé pour
par le ministère ait été recommandés dans des deux ans après le départ d’Aristide en 2004 et a été prolongée
rapports rédigés par les donateurs sur la réforme de la d’un an ; le gouvernement et les donateurs travaillent sur une
justice est encourageant. L’objectif de la création des stratégie permanente. Voir les remarques du directeur pays Haïti
de la Banque mondiale, Caroline Anstey, lors de la conférence
des donateurs de Madrid, novembre 2006,
http://web.worldbank.org.
119 123
Entretien de Crisis Group, MINUSTAH, novembre 2006. Entretien de Crisis Group, janvier 2007.
124
Le règlement prévoit simplement que les juges soient informés Entretien de Crisis Group, janvier 2007.
125
des cas de détention préventive prolongée. “Ce programme prévoit des activités dans les domaines du
120
Loi du 6 mai 1927 sur le flagrant délit correctionnel, renforcement des capacités institutionnelles, de la
Bulletin Des Lois & Actes 1927, pp. 81 et. ff. consolidation des procédures de gestion de la chaîne pénale,
121
Entretien de Crisis Group avec un procureur, novembre 2006. du système carcéral, des réformes législatives et de la
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 14

européenne, cofinancé un programme sur trois ans de le cadre du projet actuel, le NCSC a financé une
6 millions d’euros mis en œuvre par l’OIF pour formation en matière de procédures judiciaires et de
soutenir le secteur de la justice en dehors de la chaîne gestion des cas. Il a aussi payé des rémunérations,
pénale. Ce programme, initié au début de 2006 mais notamment pour les avocats de la défense, afin que la
retardé en raison de l’absence de lois concernant le détention préventive puisse être réduite grâce à des
statut des magistrats, du Conseil supérieur de la sessions spéciales des tribunaux de première instance
magistrature et de l’École de la magistrature, couvre pendant les congés d’été. Lors de la première de ces
en particulier trois domaines : sessions spéciales, en 2005, 81 cas ont été entendus, 73
décisions ont été rendues qui concernaient 117 détenus,
‰ l’accès des citoyens à la justice, notamment par 72 individus ont été condamnés et 45 acquittés. Ce
la formation, le soutien aux femmes victimes projet a également permis de financer les avocats de
d’abus sexuels et l’aide juridique ; la défense lors des sessions de jury depuis 2004.131 Le
NCSC propose une analyse du traitement de
‰ le renforcement des institutions ;
l’ensemble des dossiers afin de concevoir un nouveau
‰ la circulation de l’information liée à la justice, système de gestion qui soit plus rationnel et plus
par exemple par la mise en ligne sur internet du efficace ; il a commencé à travailler avec les deux
journal officiel et des 100 arrêts les plus nouvelles commissions des deux chambres du
importants de la Cour de cassation. parlement afin de consolider leurs compétences en
matière de rédaction juridique en vue de l’élaboration
Le Canada apporte également au ministère des des lois proposées dans le cadre du plan du ministère
financements pour la reconstruction des tribunaux, le de la Justice.
soutien au renforcement des capacités institutionnelles
de la Police nationale d’Haïti (PNH), particulièrement USAID apporte également un soutien à l’Unité
du bureau de l’inspection générale, et prévoit de d’inspection judiciaire du ministère, au barreau, aux
participer au financement de la reconstruction de deux associations de magistrats en matière d’assistance
l’infrastructure carcérale.126 juridique et à l’École de la magistrature par une formation
à la gestion des dossiers. USAID finance enfin, dans
USAID a financé un projet en 2001, contribuant à la un souci de lutte contre la corruption, une présence de
Fondation internationale pour les systèmes électoraux la société civile dans les tribunaux de chaque
(IFES) afin d’encourager la demande pour la réforme juridiction et l’observation des juges de paix.132
de la justice au sein de la société civile. L’ANAMAH
et l’association des femmes juges ont été créées grâce à Bien que la MINUSTAH ne dispose pas d’un budget
ces fonds.127 La France et le Canada apportent propre lui permettant de mettre en œuvre des
également leur soutien à certains ONG.128 programmes dans le domaine de la justice, elle a reçu
des fonds de donateurs tels que l’UE, l’Agence
USAID a signé plusieurs contrats avec le NCSC en canadienne de développement international (ACDI) et
2004/2005 dans le but de relancer son aide au secteur USAID. Son unité “Justice” a donné des conseils aux
judiciaire d’ici le 30 septembre 2007129 et prépare tribunaux, dispensé une formation et apporté un
actuellement un nouveau projet en la matière.130 Dans soutien au secteur pénitencier en aidant à sécuriser
certaines prisons et en apportant une aide aux
détenus133 ainsi qu’en dispensant une formation et un
formation”, “Canada steps up support for planned reform of
soutien aux administrateurs.134 En collaboration avec le
Haiti’s justice system”, UNDP News Room, 7 mars 2006.
126
Entretien de Crisis Group, janvier 2007.
PNUD et l’Organisation des États américains, la
127
Ce projet fait suite aux recommandations du rapport GAO MINUSTAH forme des juges de paix et des
de 2000 d’encourager le soutien public aux réformes procureurs, accordant une attention particulière à la
judiciaires présentées plus haut. Entretien de Crisis Group, procédure accélérée proposée par le ministère pour
novembre 2006. juger certains délits. Elle prévoit la formation
128
Parmi celles-ci figurent le Réseau national de défense des conjointe de tous les acteurs du système judiciaire à
droits humains (RNDDH) et le Centre œcuménique des droits l’École de la magistrature et envisage de débuter, au
de l’Homme (CEDH). Le CEDH est aussi membre du Forum
citoyen pour la réforme de la justice. Voir
http://www.forumcitoyen.org.ht. D’autres ONG ont reçu un
131
soutien comme le Comité des avocats pour le respect de la Entretien de Crisis Group, novembre 2006.
132
liberté individuelle (CARLI) et la plus récente Commission Entretien de Crisis Group, novembre 2006.
133
citoyenne pour l’application de la justice. La MINUSTAH travaille avec le CICR sur un programme
129
Entretien de Crisis Group, novembre 2006. de nutrition dans les prisons.
130 134
Il est prévu de terminer la préparation de ce projet en mars Il est prévu que seize experts pénitentiaires, dont trois
2007 ; entretien de Crisis Group, Washington, janvier 2007. américains et huit canadiens, seront envoyés sur place.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 15

premier trimestre de l’année 2007, un programme de à ce processus afin de pouvoir évaluer leurs besoins
“formation des formateurs”.135 La MINUSTAH pour le traitement des affaires criminelles. Les
soutient avec la France un programme de formation donateurs devront élaborer des programmes de
conjointe pour améliorer les relations entre justice et formation afin de permettre aux juges d’instruction
police. Avec l’UNICEF, elle offre une expertise d’améliorer leurs techniques. Une lacune importante
technique et une formation en matière de justice des est le fait que les programmes proposés ne cherchent
mineurs.136 Dans le même temps, le PNUD continue pas suffisamment à faire face à la vague de criminalité
de maintenir une base de données dans les établissements actuelle. Par exemple, bien que le plan du ministère
correctionnels à travers le pays et l’Office des Nations envisage que les chambres spécialisées se chargent
unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) a des affaires de trafic de drogue, d’enlèvement, de
accepté de rénover les tribunaux endommagés pendant le terrorisme, de corruption et de blanchiment d’argent
soulèvement populaire au moment du départ et prévoit la création d’unités spéciales qui réuniraient
d’Aristide.137 des juges, des procureurs et des policiers, on ne sait
pas encore quelles en seront les ressources ou le
calendrier et la stratégie de mise en œuvre.
B. EVALUATION DES EFFORTS ACTUELS

L’intervention après 2004 des acteurs locaux et V. LA MARCHE A SUIVRE


internationaux reflète clairement certaines leçons
tirées de la période précédente. Il est encore trop tôt
pour évaluer en profondeur la contribution des Une stratégie de réforme menée par le gouvernement
donateurs puisque les activités sont tout juste en train et soutenue par les donateurs et la MINUSTAH est
de débuter. Il est également trop tôt pour dire si les nécessaire afin de produire des résultats dès 2007
donateurs chercheront à nouveau des solutions mais également de poursuivre et étendre ces réformes
miracles ou s’ils adopteront des approches plus sur le long terme.
mesurées assorties de délais réalistes. De même, le
plan du ministère de la Justice commence tout juste à Sur le court terme,138 le gouvernement et le parlement
être mis en œuvre. devraient immédiatement élaborer et adopter des lois
afin de :
Il n’est pas encore certain non plus que toutes les
leçons aient été tirées. Les plans qui prévoient de former ‰ Définir le statut et les droits et devoirs des
juges, procureurs et policiers de façon conjointe à magistrats ;
l’École de la magistrature sont encourageants mais il
n’est pas certain que cette formation s’inscrive dans ‰ Établir un Conseil supérieur de la magistrature
une stratégie globale. Par exemple, il est essentiel que qui, entre autres pouvoirs qui lui sont attribués
les nouveaux systèmes de gestion des dossiers soient dans le cadre du projet de loi présenté par le
utilisés de manière uniforme et cohérente lors de ministère, aurait le pouvoir de renvoyer un juge
toutes les formations et dans toutes les juridictions pour violation de l’éthique professionnelle,
afin de réduire les tensions entre les acteurs notamment dans les affaires de trafic de
judiciaires. On ne sait pas encore non plus quelle sera drogue, enlèvement, terrorisme, corruption,
la portée de la nouvelle approche de “formation des blanchiment d’argent et crime organisé. La loi
formateurs”. devrait également donner à un individu le droit
de déposer une plainte auprès du Conseil pour
Il semble que certaines mesures spécifiques de violation de l’éthique professionnelle et de
renforcement des capacités aient été négligées. La demander la poursuite d’un juge soupçonné
police judiciaire devrait recevoir une formation d’avoir commis une infraction en lien avec ce
relative à la préparation des rapports de police. Les genre de violation.
procureurs et les juges d’instruction doivent participer
‰ Établir une École de la magistrature bénéficiant
d’un statut juridique précis et qui dispenserait

135
Entretien de Crisis Group, MINUSTAH, novembre 2006.
136
“Le tribunal pour mineurs de Port-au-Prince a été paralysé
138
pendant des mois en raison du refus des juges de ce tribunal de “Court terme” renvoie ici à des actions qui devraient
travailler dans le bidonville de Bel-Air, où il est situé”, “Rapport débuter aussitôt que possible au cours de l’année 2007 ; “le
du Secrétaire général sur la mission des Nations unies de plus long terme” renvoie aux actions qui pourraient
stabilisation en Haïti”, 19 décembre 2006, p. 7. commencer cette année (et en 2008 au plus tard) et qui
137
Entretien de Crisis Group, MINUSTAH, novembre 2006. pourraient durer des années.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 16

des cours qui soient cohérents avec le Sur le court terme, les donateurs et la MINUSTAH
programme des facultés de droit. devraient pour leur part :
‰ Modifier le Code d’instruction criminelle afin ‰ Assurer le suivi et donner l’alerte rapidement
d’autoriser la négociation de peine. en cas de tensions et de violences suite au
‰ Créer un tribunal pénal spécial qui ait remplacement des juges au niveau local et
juridiction sur les affaires de trafic de drogue, départemental.
enlèvement, terrorisme, corruption, blanchiment ‰ Renforcer la légitimité et l’efficacité du
d’argent, trafic de personnes et crime organisé, tribunal pénal spécial en aidant les défendeurs
et qui dispose d’un corps spécial réunissant qui comparaissent devant celui-ci à payer les
juges d’instruction, procureurs et policiers. Les services d’un avocat ; en engageant un personnel
pouvoirs d’arrestation des procureurs disposant de l’expérience appropriée en matière
s’étendraient au-delà des cas de flagrant-délit ; d’instruction et de poursuites des crimes
les policiers pourraient mener une enquête concernés afin de former le personnel haïtien
préliminaire et les juges d’instruction auraient du tribunal ; en fournissant le matériel et le
la possibilité de déléguer certaines tâches à la soutien logistique nécessaires, y compris le cas
police. Une commission spéciale serait créée échéant des suppléments de salaires, et en
pour nommer les juges de ce tribunal139 et le assurant la sécurité du tribunal en engageant
droit d’être jugé par un jury devant ce tribunal des gardes et par l’adoption des mesures qui
serait garanti. seront jugées nécessaires ; enfin, en créant un
‰ Rendre opérationnelle l’unité d’inspection laboratoire d’analyse médico-légales pour les
judiciaire, qui serait chargée de l’évaluation des besoins du tribunal.
juges. Elle défèrerait les juges soupçonnés ‰ Financer plus largement l’infrastructure
d’avoir violé le code d’éthique devant le pénitentiaire et la création du programme de
Conseil supérieur de la magistrature et pourrait protection des témoins.
renvoyer les juges soupçonnés d’avoir commis
une infraction devant le tribunal spécial. ‰ Dispenser une formation au sein du parlement
et en particulier des commissions judiciaires
‰ Établir un programme de protection des récemment constituées, en insistant sur la
témoins, dont la mise en œuvre débuterait en rédaction des lois prévues dans le plan du
même temps que les premiers procès du ministère de la Justice. Il ne suffira pas que des
tribunal spécial. Ce programme pourrait s’inspirer experts étrangers présentent des propositions de
de programmes similaires en vigueur au lois – cette méthode a échoué à plusieurs
Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie reprises. L’objectif doit être de doter le
et dans certains pays de l’ancienne législateur des compétences nécessaires qui lui
Yougoslavie. Il prévoirait entre autres une permettront de rédiger lui-même la législation.
protection policière permanente durant le
procès et des dispositions concernant le Sur le plus long terme, le gouvernement et le
déménagement et l’attribution d’une nouvelle parlement devraient :
identité le cas échéant.
‰ Modifier la constitution afin de mettre en place
une procédure de nomination aux postes
judiciaires plus rationnelle et plus efficace. Ce
139
serait un progrès dans l’amélioration de la
La loi relative au tribunal spécial devra être rédigée avec le compétence des magistrats.
plus grand soin afin d’éviter un éventuel conflit avec l’article
173-2 de la constitution, qui interdit la création d’un “tribunal ‰ Modifier le Code d’instruction criminelle afin
extraordinaire” mais autorise la création d’autres tribunaux. d’accorder aux procureurs des pouvoirs
Cette loi devrait créer un tribunal dont la juridiction pénale d’arrestation qui s’étendent au-delà des cas de
spécialisée soit “ordinaire” dans le sens où il traiterait des cas
flagrant-délit, de donner aux policiers les
d’infractions reconnus par le droit haïtien mais en dehors de la
juridiction du tribunal de première instance. Si tel n’est pas le
pouvoirs de mener les enquêtes préliminaires,
cas, les juges du tribunal spécial, conformément à l’article et d’autoriser les juges d’instructions à déléguer
175, devraient être nommés par les assemblées locales, qui à la police judiciaire certaines tâches relatives à
n’ont aucune compétence pour ce faire étant donné la nature l’instruction dans n’importe quelle affaire
de ce tribunal. La commission responsable de la nomination criminelle ; mettre en œuvre la procédure de
des juges devrait donc réunir des juges et des juristes, qui comparution immédiate pour la poursuite des
seraient eux-mêmes nommés par le ministre de la Justice.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 17

délits ; donner un caractère permanent à la notamment pour accélérer le rythme des poursuites
commission créée pour examiner les cas de judiciaires et réduire la durée de la détention préventive.
détention préventive prolongée ; et adopter une
loi qui augmenterait le nombre de sessions de Par ailleurs, les donateurs et la MINUSTAH devraient
jury à la Cour d’Assises chaque année. Ces créer avec le gouvernement un tribunal régional
mesures serviraient à réduire la durée de la hybride en Haïti, qui serait financé et administré par
détention préventive et à accélérer le traitement les Nations unies et qui serait mandaté pour juger les
des affaires criminelles. cas de crime transnational.141 Le système judiciaire
haïtien n’est pas assez solide pour faire face au crime
‰ Mettre en place une commission chargée de organisé et en particulier au trafic d’armes et de
l’examen périodique des acquittements drogue. Ce tribunal, comme les tribunaux hybrides
prononcés par les procureurs afin d’identifier établis dans d’autres pays comme la Sierra Léone,
les cas de corruption ou des lacunes comme la Timor-Leste, la Bosnie ou le Cambodge, se
mauvaise préparation des dossiers par la police. composerait de juges haïtiens et internationaux, dans
‰ Modifier le Code d’instruction criminelle afin ce cas-ci originaires des nations du marché commun
de supprimer les pouvoirs de police des juges de la communauté caribéenne (Caricom), ainsi que
de paix mais seulement après que la réforme de d’enquêteurs criminels, de policiers internationaux et
la PNH en cours aura permis d’accroître le autre personnel international spécialisé. Les États
nombre d’officiers de police ayant terminé leur participants devraient conclure des accords
formation.140 Ceci permettrait de réduire le d’assistance juridique afin de permettre à ce tribunal
nombre d’acquittements résultant de la de procéder à des arrestations et de mener des
mauvaise préparation d’un dossier de police enquêtes au-delà des frontières d’Haïti si
ainsi que le nombre d’abus liés à une nécessaire.142
inculpation inappropriée.
Dans le même temps, les donateurs et la MINUSTAH VI. CONCLUSION
devraient :

‰ Soutenir la création d’un programme national Il est nécessaire de prendre des mesures audacieuses
permanent d’assistance juridique destiné aux pour lutter contre la multiplication des enlèvements,
défendeurs indigents dans les affaires le trafic de drogue et de personnes, le blanchiment
criminelles. Ce programme s’appuierait sur les d’argent et le crime organisé perpétré par les gangs
facultés de droit, dont les étudiants offriraient armés et autres criminels et qui ont un impact de plus
leurs services sous la surveillance de en plus important sur la vie quotidienne des Haïtiens.
professionnels qui contrôleraient la qualité de Les acteurs locaux et internationaux devraient faire
ces services. une analyse lucide de leurs échecs à réformer le
‰ Élargir le laboratoire médico-légal créé pour le système dans les années 1990 et élaborer de toute
tribunal pénal spécial afin qu’il puisse être urgence des nouvelles stratégies pour faire face à la
utilisé pour tous les procès pénaux. crise actuelle. Il leur faudra pour cela rassembler un

‰ Soutenir l’élargissement du programme de


protection des témoins afin de pouvoir couvrir 141
La constitution interdit l’extradition des citoyens haïtiens.
l’ensemble des procès pénaux si nécessaire. À l’heure actuelle, il n’existe que deux moyens de poursuivre
des individus coupables de crime transnational : modifier la
‰ Soutenir l’amélioration du statut économique constitution pour permettre un jugement aux États-Unis ou
des juges et de l’infrastructure judiciaire, dans un autre pays ou créer un tribunal hybride. Des suspects
notamment au niveau du juge de paix. ont été transférés et jugés aux États-Unis sous le mandat du
gouvernement intérimaire.
Si ces mesures sont nécessaires pour établir la 142
Cette recommandation a été bien accueillie par presque
légitimité et l’efficacité du tribunal pénal spécial sur tout les Haïtiens interrogés, y compris le président de la Cour
le court terme, elles sont également des réformes de cassation. Par le passé, les Haïtiens ont été réticents à l’idée
nécessaires pour le système haïtien en général, d’accepter la présence de personnel international au sein de
leur système juridique. Toutefois, ce tribunal aurait un
personnel mixte et opérerait en dehors de ce système. La
plupart des autorités haïtiennes interrogées ont reconnu que le
système de justice actuel ne permettait par de lutter
140
Voir le briefing de Crisis Group, Sécurité et réintégration efficacement contre le crime organisé aussi sont-elles prêtes à
de l’État, op. cit., p. 9. accepter un soutien international.
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 18

soutien matériel et budgétaire considérable afin suffisantes pour remédier à plus de dix ans d’une
d’améliorer la justice, de réparer l’infrastructure justice défaillante. Parce que le crime organisé qui
endommagée après le départ d’Aristide et de réformer gangrène le pays ne se confine pas à ses frontières et
un système qui fonctionne mal. parce que le système haïtien est si faible, il faudra
recourir à la création d’un tribunal pénal transnational,
La première priorité consiste en la création dans le qui sera installé en Haïti sous l’égide des Nations
système judiciaire haïtien d’un tribunal pénal spécial unies et réunira un personnel haïtien et caribéen. En
chargé de juger les crimes les plus graves. Les l’absence de stratégies nationales et internationales
donateurs doivent de toute urgence soutenir la concertées, l’escalade actuelle de violence et de
création de ce tribunal. Le succès de celui-ci dépendra criminalité pourrait bien finir par menacer l’État lui-
de la capacité à assurer la sécurité des témoins et de même.
son personnel, de la nomination de juges, procureurs
et policiers compétents en son sein, du paiement de Port-au-Prince/Bruxelles, 31 janvier 2007
salaires et d’une formation appropriés pour
l’ensemble de ce personnel et de la création d’un
laboratoire médico-légal. Haïtiens et internationaux
admettent que des solutions nationales ne seront pas
Haïti : réforme de la justice et crise de la sécurité
Crisis Group, Briefing Amérique latine/Caraïbes N°14, 31 janvier 2007 Page 19

ANNEXE A

CARTE D’HAÏTI