Vous êtes sur la page 1sur 10

L'elévage de Poulet 🐔

Agence Ecofin) - De plus en plus d'Africains s'intéressent à l'aviculture et y voient une activité principale
génératrice de revenus. De la gestion des ressources au choix de la race de poulet en passant par
l'entretien du poulailler, il est important de connaître certaines règles pour se lancer dans ce projet.

Les connaissances nécessaires

Pour se lancer dans l'élevage des poulets, il faut se renseigner sur les différentes races de poulets (les
races hybrides, les races locales et les races commerciales), le marché local de l'élevage, et la durée de
vie des poulets de ferme. Les connaissances en matière d'alimentation pour volaille sont
incontournables (généralement de la provende).

L'élevage le plus pratiqué est l’élevage en concentrations. Toutefois, il implique des besoins en produits
industriels.

Pourtant, les poulets peuvent se se nourrir sur le sol. En effet, les volailles trouvent beaucoup de
nourriture par elles mêmes (graines, insectes, asticots, herbe, …) qui sont d’excellentes sources
alimentaires (protéines et minéraux notamment). Mais lorsqu’on enferme les volailles, elles ne peuvent
plus accéder à cette source de nourriture, d’où les produits complémentaires, vitamines, minéraux,
vaccins, etc. L'idéal serait d'élever les poulets en plein air pour éviter ces dépenses supplémentaires.

Comment apprendre?

L'élevage de la volaille ne demande pas de compétences particulières. Toutefois, il nécessite une grande
expérience pour éviter de voir ses poulets mourir suite aux épidémies ou être attaqués par des
ténébrions. Pour cela, on peut s'approcher des éleveurs et fréquenter les foires avicoles. Au besoin, on
peut:

● Se former auprès des éleveurs de volailles (formations qualifiantes, accompagnement des réseaux
agricoles)

● Choisir un positionnement commercial (concentration, bio, plein air…) et un réseau de distribution

● Identifier le terrain et les fournisseurs d’aliments et de poulailles

● Lister les besoins de démarrage et les dépenses courantes

● Elaborer les outils de communication


● Lancer la production

Combien faut-il?

Le montant total dépendra du nombre de poulets qu'on veut élever. Si le bâtiment d’élevage est
disponible et que la main d’œuvre est familiale, il faut prévoir un minimum de 1850 FCFA, soit 2,82
euros d’investissement par poulet produit en 45 jours répartis comme suit :

● Poussin………………..405 FCFA 21,89 %

● Aliment……………….1 312,3 FCFA 70,94 %

● Produits vétérinaires….1 32,7 FCFA 7,17 %

● Total…………………..1 850 FCFA 100%

Quel équipement ou matériel?

Pour construire le poulailler, il faut choisir un espace à l’abri des intempéries et des prédateurs. Le
poulailler doit se diviser en deux zones : l’enclos de promenade et l’abri pour dormir ou pour pondre (si
on élève des pondeuses). La taille maximum du cheptel est de 3000 animaux par bâtiment.
L'équipement du poulailler est constituée des abreuvoirs (pipette) et mangeoires, la litière (partie
pondoir), les copeaux de bois et perchoir.

On peut prévoir un local de transformation si nécessaire, notamment pour transformer les oeufs en
produits alimentaires. Cette seconde activité peut permettre de compléter les revenus. En outre, il faut
procéder à un nettoyage régulier (au moins une fois par semaine).

Un stock d’alimentation à approvisionner régulièrement est également à prévoir. La consommation


moyenne d'un poulet est de 135 g d’aliments et 200 ml d’eau par poule et par jour. Le nourrissage se
fait plusieurs fois par jour, à des heures fixes.

NB: pour l'élevage des pondeuses, il faut noter qu’une poule en bonne santé peut produire plus de 220
oeufs par an ; sa productivité baissera au bout de 3 ans (penser à un achat régulier de poules pour
équilibrer la moyenne d’âge).

Où s'approvisionner?
On peut trouver les poulets dans les marchés ou chez des éleveurs, et les poussins directement chez les
accouveurs. Les foires avicoles sont un excellent moyen d'avoir des informations sur
l'approvisionnement en matériel et en matières premières auprès des éleveurs.

Comment trouver de la clientèle?

La clientèle est constituée des ménages, des restaurants, et des revendeurs. Pour se faire une clientèle,
on peut mettre en avant les spécificités de sa volaille (insister sur l'apport nutritionnel et les conditions
d'élevage).

À quel volume/moment devient-on rentable?

La rentabilité d’un élevage de poules va dépendre de plusieurs facteurs:

● La taille de l’exploitation et le coût des investissements de départ

● Le poids du poulet

● Le coût d’achat des matières premières

● Le taux de perte (maladies, épidémies)

● Les vides sanitaires

● Le prix de vente du poulet et des oeufs (la marge sera meilleure en vente directe au consommateur.)

On peut commencer l'activité de la volaille avec une bande de 250 poussins. La marge est à réaliser sur
le prix des poussins, les dépenses liées à l'élevage, à l'entretien de la ferme et à la main d'oeuvre (pour
un début, l'activité ne nécessite pas une grande main-d'oeuvre).

Le prix de vente moyen d’un poulet varie de 3000 à 9000 FCFA [ entre 4,57 et 13,70 euros], et le prix de
vente moyen d'oeuf est de 75 FCFA (0,11 euro). Sur la base d'une marge de 1000 FCFA par poulet par
exemple, et une vente de 200 poulets par jour, (en prenant en compte les possibles pertes liées à
l'activité) on peut réaliser un chiffre de 200 000 FCFA en moyenne par jour, soit 304 euros environ. À
cela s'ajoute la vente des oeufs et de la fiente de poulet comme engrais.
Consulter ces articles pour plus d'informations

https://www.google.com/amp/s/gabrieleyeteblog.wordpress.com/2016/10/06/devenez-riche-a-travers-
lelevage-au-cameroun-combien-faut-il-pour-debuter-lelevage-de-poulets-de-chair/amp/

https://business-en-afrique.net/business-model-elevage-volailles-afrique/

Business élevage de poulets de chair au Cameroun : Comment alimenter les poulets pour favoriser leur
croissance

Publié par GEYETE le 16 JUILLET 2017

Au Cameroun, faire des millions en 40 jours c’est possible! mais comment y arriver, et dans quel
domaine investir ? L’élevage des poulets de chair reste un investissement très rentable, mais qui
comporte une partie risque très importante. Alors, comment anticiper en stratégie gagnante, diminuer
ces risques, et maximiser le profit & la production?         a t on besoin d’etre un expert pour se lancer
dans ce secteur d’activité ? et pour finir est il possible de faire confiance à des peronnes qui pourraient
vous accompagner dans ce projet sans pour autant se faire escroquer?

Vous etes nombreux à vous poser ces series de questions. Nombreux qui hésitent quant il s’agit de se
lancer au Cameroun, tout simplement parce que vous avez été deçu plus d’une fois. Mais les vraies
questions sont de savoir combien etes vous determinés d’aller jusqu’au bout de vos reves, et qui
pourrait vous aider à les réaliser de la manière la plus professionnelle & éfficace possible ? la société
ADPM (#African Diaspora Project Management) met à votre disposition, ses plus grands experts
spécialisés dans l’alimentation des poulets. Nous sommes expérimentés en etude de faisabilité,
l’implémentation de projets et la gestion des business de notre clientèle (Diaspora et locaux) : nous
proposons des FERMES CLES EN MAIN, avec possibilité d’encadrer votre investissement, votre ferme
depuis le montage jusqu’à la vente des sujets.

ADVERTISEMENT

REPORT THIS AD

Après avoir regarder cette vidéo, n’hésitez pas à nous contacter pour discuter plus en profondeur de
votre projet. Visitez nos pages Facebook « Afrcian Diaspora Project management », et retrouvez nous
sur notre chaine Youtube pour d’avantages d’idées en investissements interessants au Cameroun.
A très bientot,

Gabriel Eyete, CEO ADPM Cameroun

watsApp :0033752205210.

Tel : 00237 693 529 520.

Skype : k-mere4life

mail : g.eyete@adpm-investiraucameroun.com

: info@adpm-investiraucameroun.com

Website : www.adpm-investiraucameroun.com

Comment élever des poulets de chair

AU SOMMAIRE

Élever des poulets de chair signifie leur donner les meilleures conditions pour obtenir à la dégustation
une chaire fine, tendre et goûteuse. Et accessoirement, les poulets bien nourris et élevés en plein air
n’ont pas vraiment de raisons de se plaindre ! Nourriture adaptée à un engraissement progressif, grand
espace pour gambader et picorer sont donc les règles, et rappelez-vous qu’un poulet grandit doucement
sera toujours meilleur qu’un poulet industriel poussé en 60 jours ...

Combien en élever ?

Considérez qu’il faut une poule par personne, que vous accompagnerez d’un coq (jusqu’à 6 poules) pour
avoir des poussins à élever pour la consommation. Si l’élevage de poussins ne vous tente pas,
commencez par 6 poulets de 4 à 5 semaines pour consommer les 2 premiers 2 ou 3 mois plus tard (voire
plus, cela dépend des races).

Achetez ensuite de manière échelonnée, en fonction de l’âge auquel il seront tués. Il vous est également
possible d’acheter des poussins d’un jour.

Préférez des coqs aux poules, celles-ci grandissent moins et moins vite et font moins de viande, de plus
elles tendent à faire plus de graisse que les mâles. Élever un cheptel composé de poules mixtes, telles
que les Sussex, les Bresses ou les Gâtinaises, entre autres, vous offre le plaisir d’avoir œufs et viande.

Comment les élever ?

Logement

N’installez pas poules et poulets ensemble dans le parcours si vous avez les 2, ces conditions entraînent
généralement stress et concurrence pour la nourriture et en plus il est difficile de gérer des apports
alimentaires différents.

Les enclos mobiles sont une bonne solution, car elle permet d’avoir un seul poulailler et un espace qui
peut être extensible.

Pensez à l’abri réservé aux poussins si vous les élevez.

Alimentation

Le sexe des poules n’étant défini que lorsqu’elles atteignent 7 ou 8 semaines, il n’y a de fait pas de
différence dans le régime alimentaire jusqu’à ce moment là. Si vous élevez des poussins : installés dans
des éleveuses à 35°, vous leur donnerez à volonté des aliments de démarrage ou spécial poulets de chair
qui sont riches en protéines.

Quand ils sont “grands” :

Élevés en plein air et en liberté, complétez juste leur alimentation de base constituée d’herbe et
d’insectes, agrémentée de quelques restes de table, avec un mélange de blé 50%, de 40% de maïs, et de
10% de lin.

Si vous les gardez dans un enclos fermé avec peu d’espace, apportez plus de céréales mais aussi de la
verdure pour compenser les manques d’herbe et de protéines, mais la viande aura de toute façon moins
de goût.

Nourrissez-les le matin.
Comment les "faire grossir" ?

Lorsqu’ils atteignent 1 mois (au moins 4 semaines), il est possible de passer aux farines d’engraissement,
mais préférez les farines bio qui ne contiennent pas d’OGM. Ou bien vous pouvez leur préparer des
”plats maison”.

Les aliments d’engraissement sont le maïs, le blé, les pommes de terre cuites, la farine d’orge, le
tourteau. Réalisez avec cette base des pâtés maison auxquels vous ajouterez du lait, de la viande ou du
poisson, ainsi que de la verdure : salades, ortie hachée riche en vitamines et oligoéléments.

Les 10 derniers jours, donnez leur à volonté du pain, du blé, du maïs, des graines de tournesol écrasées
en farine, le tout dans du lait pour attendrir et blanchir la viande. Elles apprécieront aussi de boire du
petit lait et vous aussi !

À la fin, quelques jours de rationnement permettent à la graisse de se répartir et la viande sera plus
fine. 

Astuce : Pour une viande tendre, les garder les 3 dernières semaines dans un enclos plus petit.

Le bon moment

Le meilleur moment de l’année pour les élever

Le printemps est la meilleure période pour les poussins, mais le principal est qu’ils soient gardés au
chaud le temps nécessaire pour qu’ils supportent la température extérieure ! Pour les poulets, toutes les
saisons conviennent bien, surtout les poulets de races qui se développent lentement car ils auront
toujours le temps de se faire “une bonne chair”.

Le meilleur moment de l’année pour les abattre, savoir quand ils sont prêts

C’est entre 2 et 6 mois que le poulet peut être tué, voire plus tard pour certaines races, les poulets
“industriels” grandissent très vite, mais cela se ressent dans le goût et la texture de la viande. Mieux
vaut prendre des races pures, des Marans, des Faverolles, des Bresses, qui font de très bons poulets
lorsqu’ils ont entre 4 et 6 mois.

Faites jeûner le poulet la veille (nuit + matinée ou journée complète), entre 24 et 48 heures, afin de
vider le jabot.
MAGASINS

MON COMPTE

PANIER

Menu

Rechercher

Accueil Vos conseils jardinage La santé des poules en automne

La santé des poules en automne

AU SOMMAIRE

Ce n’est pas tant le froid que l’humidité et les courants d’air que les poules redoutent durant la
mauvaise saison, c’est pourquoi le plus important est une parfaite isolation du poulailler, accompagné
d’une hygiène irréprochable. Mais pour autant, vos poulettes auront besoin d’une nourriture plus riche,
adaptée aux calories supplémentaires dont elles ont besoin pour affronter automne puis hiver.

Un poulailler adapté

Laissez les plus frileuses à l’intérieur quand le temps est froid ou qu’il pleut, c’est à cette période là que
la taille du poulailler revêt une grande importance, elle doit être adaptée au nombre de poules : trop
grand vos poules auront froid, trop petit elles manqueront d’air et d’espace.

L’humidité ambiante peut faire s’enrhumer les poules. Le coryza est très contagieux, le poulailler doit
être bien isolé contre l’humidité.

En saison froide, ce sont les courants d’air et les rafales de vent que les poules vont le plus craindre.

L’isolation doit être bien faite mais ne bouchez pas les aérations en hiver, elles permettent à l’air de
circuler et contribuent à éviter les maladies. La ventilation est également importante pour qu’il n’y ait
pas de condensation.

À l’installation, le poulailler doit être placé de façon à ce que les ouvertures tournent le dos aux vents
dominants.

Il est possible de fermer quelques ouvertures grillagées mal exposées à l’aide d’un film plastique, ou
encore de plaques en plexiglass qui est une solution esthétique et durable. Ainsi, pas de vent ni de pluie.
Un toit équipé d’une gouttière permet à l’eau de pluie de ne pas ruisseler sur les parois, finissant par
tremper le sol du poulailler.

La litière de cette saison doit être bien plus épaisse que celle de l’été, qui les isolera bien du froid
remontant du sol et qui emmagasinera la chaleur. Un carton peut également être placé sous la litière.

Pensez également à leur parcours ou à votre jardin si elles gambadent en liberté : elles doivent pouvoir
disposer d’un abri sous lequel se protéger lorsqu’il pleut, qui doit être assez grand pour toutes les
accueillir.

Des nettoyages plus fréquents

Qui dit moins d’herbe dit boue, et donc poulailler et poules plus sales, les poux apprécient et se
développent. La prévention antiparasitaire est une nécessité, ainsi qu’un renouvellement plus fréquent
de leur litière pour qu’elle reste sèche et propre.

Une alimentation plus riche

L’automne voit s’appauvrir l’herbe du parcours, quand il en reste, et le temps pluvieux ou froid garde les
poulettes plus souvent à l’intérieur de leur poulailler. C’est à partir de cette période, puis pour tout
l’hiver, que seront très bienvenues les épluchures de légumes qui remplaceront cette herbe et autres
restes de votre cuisine, qui leur apporteront un complément vitaminé nécessaire.

Apportez plus de céréales complètes à l’alimentation pour limiter les carences entre octobre et février.
Maïs, soja et pois ont l’avantage de leur fournir beaucoup d’énergie.

Elles ont besoin de protéines et de matières grasses pour résister au froid. Les protéines leurs sont
généralement apportées par les vers et insectes qu’elles picorent, mais dès qu’il fait froid elles cette
ressource se fait plus rare. Par contre, votre jardin étant plus pauvre, laissez les s’y balader, pourquoi
pas en leur créant des parcours mobiles afin de protéger les quelques plantations qui restent. Elles vous
débarrasseront des adventices et trouveront une bonne source de protéines parmi les fruits du verger
tombés à terre, ainsi que les larves et œufs d’insectes de toutes sortes à l’abri dans le sol.

Offrez leur des céréales riches en protéines, comme le colza, le lin ou le tournesol. Et n’hésitez pas à leur
faire plaisir en leur préparant un plat de riz complet avec de la viande hachée !!

Faites attention à leur eau, qui ne doit pas geler. mettez dans leur abreuvoir de l’eau tiède et
renouvelez-la régulièrement.