Vous êtes sur la page 1sur 3

LA MAGIE

Techniques et Savoir-faire

POUVOIRS DE LA MAGIE

La sorcellerie, la magie noire, l'envoûtement et l'exorcisme sont des pratiques en pleine expansion
dans le monde d'aujourd'hui. Ils prospèrent telles des plantes vénéneuses au sein de notre société
rationnelle et instruite, parallèlement à la perte d'influence des religions traditionnelles. Ils ne
touchent pas seulement une population pauvre, immigrée ou marginale. Mages noirs, Sorciers et
exorcistes sont installés au coeur même de nos villes avec leurs pratiques étranges et leurs dangers
potentiels.

La Sorcellerie

La sorcellerie repose sur la croyance que l'on peut agir à distance sur une personne, un animal ou un
bien par magie aussi bien pour lui nuire que pour l'aider. Certains sorciers escroquent des sommes
considérables à des naïfs en leur promettant de tuer un associé gênant, une femme que l'on n'aime
plus, une tante à héritage ou au contraire à faire revenir au bercail un mari volage, à gagner au loto
ou à réussir un examen.

Sorciers et sorcières exercent une magie traditionnelle ou acquise par un enseignement spécifique,
comportant des rituels secrets, des recettes mystérieuses. Dans nos villes nous voyons naître sous
nos yeux une sorcellerie nouvelle faisant appel à des techniques sophistiquées telles que l'hypnose
ou la programmation neuro-linguistique, etc.

Le sorcier d'antan, en butte à l'ostracisme de l'Église, était craint. Le sorcier moderne ne se cache
plus. Il roule en BMW, fait de la publicité et figure à la place d'honneur dans les dîners mondains.

L'Exorcisme

L'exorcisme, pratique religieuse, a pour objectif de chasser le démon infestant une personne, par un
rituel approprié. L'Église recourt de moins en moins à ces pratiques, mais il existe un prêtre exorciste
dans chaque évêché. La demande d'exorcisme reste très forte, surtout dans les banlieues de nos
villes surpeuplées, aux Antilles et à l'île de La Réunion.

Devant la réticence des Églises officielles à prendre en charge les personnes "perturbées", ce sont des
guérisseurs, des mages, des sorciers, des praticiens de toutes sortes, le plus souvent malhonnêtes,
qui suppléent à cette carence.

Pratique de l'exorcisme

Pour l'Église, et ses théologiens la véritable possession démoniaque existe, rarement certes, mais
demeure bien réelle.
Le prêtre libère une personne infestée par un ou plusieurs démons qui la squattent grâce à un rituel
précis faisant appel à des prières spéciales, à des injonctions verbales, à l'aspersion d'eau bénite.
Pour les exorcistes "laïques", la libération de la personne infestée repose sur le principe que le mal-
être, la souffrance, la maladie, la malchance d'une personne sont dues à une action maléfique
exercée sur elle et qu'un contre-rituel peut défaire.

Envoûtement et désenvoûtement

L'envoûtement consiste à agir à distance sur une personne (ou un animal), par l'intermédiaire de sa
représentation symbolique : photo récente, mais plus généralement effigie de cire de glaise ou de
bois.

Le sorcier truffe sa figurine de rognures d'ongles, de sang menstruel ou de sperme et agit sur elle
avec des aiguilles. Le désenvoûtement vise à neutraliser le maléfice et à protéger la victime en
renvoyant le mauvais sort à l'envoyeur. Tout cela se passe évidemment au niveau du psychisme
des personnes concernées, mais la réalité du phénomène est incontestable.

Le transfert

Les Églises considèrent que le désenvoûtement est du ressort de la psychiatrie et non plus des
prêtres. Les exorcistes "laïcs" profitent de cet espace vacant pour occuper le terrain. Ils disposent à
cet effet d'innombrables modes opératoires, rituels magiques, recettes secrètes visant à délivrer
leurs clients de leurs maladies, de leurs maux, de leur infortune.

L'une des pratiques les plus courantes et les plus spectaculaires consiste pour un sorcier à lier
rituellement un "malade" à une plante, à un arbre (notamment un chêne ou un sapin vigoureux) et
à leur transférer le mal. Il existe dans nos forêts des arbres réputés "prendre la maladie".

Le retour d'affection

Cette industrie florissante draine aujourd'hui des sommes considérables vers la poche des escrocs
qui la pratiquent ouvertement et sans scrupules (on parle de centaines de millions d'euros). Le
désarroi entraîné par la trahison et l'abandon d'un conjoint conduit souvent une personne
délaissée vers l'officine d'une sorcière ou d'un marabout afin qu'ils ramènent le fugueur au bercail
grâce à une opération magique. L'opération inverse consiste à "forcer" une personne à vous
aimer !

Satanisme

Apparaît aussi, ici et là, un autre phénomène inquiétant. Des personnes souvent très jeunes se
proclamant satanistes, se livrant à des rituels dangereux tant pour leur esprit que pour leur
intégrité physique.

Les "messes noires" de nos ancêtres au cours desquelles "un prêtre dévoyé sacrifiait un foetus
humain ou un bébé abandonné, sur le ventre d'une jeune fille nue allongée sur un autel consacré,
devant un crucifix renversé", ont fait place à des cérémonies pouvant aller jusqu'au viol rituel et au
sacrifice humain. Le nombre de tombes profanées de nos cimetières témoigne aussi de cette folie.

Les protections

Les Églises considèrent la prière comme la protection la plus efficace contre les infestations
démoniaques. Les sorciers, pour leur part, préparent des gris-gris, des amulettes, des pantacles,
des talismans chargés de protéger contre le mauvais sort, les manigances occultes, les
envoûtements. Ils organisent aussi des "cérémonies" plus ou moins spectaculaires pour frapper
l'imaginaire de leurs clients.

Vous aimerez peut-être aussi