Vous êtes sur la page 1sur 3

KENNY BURRELL

Vous ne le savez peut-être pas, mais ce guitariste qui


n'a pas fait trop de vague a contribué au lancement du
label Blue Note dans les années cinquante. A l'époque,
Burrell et son jeu très léchè était le lien le plus évident
entre le blues et le uptown-jazz.
F. Talbot

1 note" avec l'album "Blue


omme le rappelle sou-

\r
'1
C vent le jeune guitariste
américain Russell
Malone, "le jazz et le clas-
Lights, Vol.One" (58) dont la
pochette très remarquée est
signée Andy Warhol, (une
sique sont deux styles de femme lascive, allongée, un
musique qui nécessitent d'être dessin au trait rapide qui rap-
1
un peu virtuose pour les pelle étrangement les portraits

Il \
jouer", S'il fallait décrire le jeu
de Kenny Burrell, on dirait
qu'il a la virtuosité tranquille
de Cocteau) mais aussi avec un
premier
"Midnight
enregistrement
Blue"
live
(63) sur
et sophistiquée. lequel Burrell, accompagné du
Kenneth Earl Burrell, dit Kenny
est né à Detroit (Michigan) en
INTRO
.1\
1931. Si ces parents sont eux-
mêmes musiciens, c'est en par-
tÎ#
,
:- , ,p
1
fait autodidacte qu'il apprend Il Il n fi r V
1
la guitare. Plutôt doué le fis- -.;;-

.
,) L
ton. A peine âgé de dix-huit
1
ans il multiplie déjà les colla-
borations sur la scène jazz avec ~
le sextette de Candy Johnson g
,II puis avec Count Belcher (1949), ~
Tommy Barnett (1950) et...
Dizzie Gillespie (1951) ! Pour MAIN THEME
parfaire ses connaissances, on
le voit souvent sur les bancs de
la Wayne University où il étu- "- n , .-,+ -- L •..,# 17
die en classe de guitare clas- ,J 1 J
~ r c.

sique avant de monter son ~


propre groupe et d'être enga- E
s s
gé par Oscar Peterson pour son ~ ..,
'

.., .•.. ,-
.A IV
•.. A

trio (1955). C'est à New York ~


qu'il se fixe dés 1956 où il mul- E
'A
'V '
.-
"tiplie les gigs et les séances'
d'enregistrement (aux côtés de
Kenny Dorham, Gene
Ammons ... ), croise les plus "- n TI n . , /'-+- , ':L- , ---
grands, Jimmy Smith ou Buck
..., 1 \ r '.,.. L-J,---J-- \
Clayton et réalise un premier
album sous son nom "Blue It p••
f r Pu
Moods" (57), premier d'une ~
g ..~ -".. """

1..
1
longue
jeter
série. C'est lui qui va
les bases du son "Blue ~ ..•. ... '- 'v

I~ r/ '
1
-=

, ,,--..
grand Jimmy Smith à l'orgue
Hammond, va imposer son
1\ n 1 , :r-.
-+ .
'+
T ~;;
toucher précis
soph istiq uées.
et ses lignes
•.
l , ( , l/f 1 i.--'
H
Etude de style : ~ .. ..
C'est en écoutant les disques
de Charlie Christian, d'Oscar
g
~
.. ft " :~
, •.
- .•. .~ '4

Moore et de Django Reinhardt


que Kenny Burrell s'est forgé
une technique remarquable.
Elle lui permet de jouer
sobriété des lignes mélodiques
avec

séduisantes, nettes et précises


avec une sonorité ennivrante.
A

.J
.--..
.s:,

1 V
L -e-

t~
r"","l
1 + ,

L.)-
,-(l:'

V .r-
00#-
r"\

--
1 r
Il ne dédaigne pas non plus /1 P. p. s
intégrer des plans de blues
,.
;;;;-
U,
..
.-
••, .1

dans son jeu, un genre qu'il '" '1


'10"

maîtrise avec grande finesse. Il


est d'ailleurs l'un des rares gui-
taristes de jazz de sa généra-
tion à mélanger ces deux
genres pas forcément très éloi-
gnés. Pour tout guitariste qui
se sentirait un peu limité avec
les gammes pentatoniques,
1\ ..• , .r 1'''
• -+-, r"- ri
Kenny Burrell constitue r ...,
•. 1 V V 1

l'échappatoire idéale pour


~
If P.,
débloquer la situation. Il est le ,.....,"'"' 5 Po
- ,......,
lien évident entre le douze J

mesures et le up-town jazz, ~ '"


" .~
comme le démontre assez clai-
rement l'enregistrement de .Bt [~ ~7 !4,7
Jan Cyrka sur le cd joint, et per-
met d'enrichir considérable-
ment son vocabulaire à peu de
frais (les lignes de Burrell attei-
SOLO r • r'I ()

gnent rarement la vitesse de la


lumière et peuvent être ,) , 1
décryptées et rejouées sans
trop de problème). Double- E
B
stops, utilisation des quarts de G

ton, de la quinte bémol qui


sert souvent de pivot, Burrell
0
A
E
..•..
-
,
A7
,
partage avec son compere
Grant Green (l'autre guitariste
qui porta le label "Blue Note"
sur les fonts baptismaux) le
$OkO
~ ...-.. ,--.
goût de la simplicité et de la
-ë- - -....- - - ï
-+- -+- ~:: -f- • ,
fluidité mélodique. En règle "
générale, la guitare soutient
l'harmonie avec l'orgue
,) ._~~ v--- . r
p, V
/' J-
>-"
./ ~
Hammond et s'en détache tout 1/J .r:
.....•
aussi rapidement pour aller ~ LI. ';">

marivauder de concert avec le g ''- '/ ''>


.•.
saxophone. Si l'envie vous dit ~
d'aller chiner dans les bacs et
1 de réécouter les enregistre- ~ 1,11 ~/,f( &ter - ... - '- - jltH
ments Blue Note de l'époque, 9llS( :;:: ......=ç. r-
+- 01- I/-+- .~ -r:
les rééditions vous en diront
un peu plus sur les conditions
r
d'enregistrement dans les 50's. . ~
V
!
Pas de mix nécessaire, tout
f ~ \
E I. " r-

phone deux pistes


~art enregin~ en une ~
sur ma~n~~ :~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
prise, sans aucun rajout! E

Matériel:
Kenny Burrell donne plutôt

- 1'+......
,
dans le gros modèle archtop r-- -r- ,
et, à l'instar de nombreux gui-
-r , ~ IH
-r ,
1
- , -e-:
"
taristes de renom (on peut
., t.-> ~
Ld!- r (..
citer en vrac Jimmy Raney, Carl V ~ i->
~
Kress, Tony Moottola, Oscar
Moore ou George Barnes), il a ~
--"'/1,\
- .".. - ,~
"
'",
.~ .•.. S
.~
.~
If
,...,-..,
P•
.~ .~
. prêté son nom et son image à g ".- 'J •••• ,_

la firme Gibson pour promou- ~


voir les modèles des, années
trente à cinquante. Mais aucun
de ces guitaristes n'aura le
plaisir de voir son patronyme
rattaché à un modèle particu-
lier par la suite. La super 400,
un modèle sorti des ateliers
" --
+' 1 + , ,
-
.J
1)J-l
Il
Gibson au début des années
~/~
$ ~
1/
trente, semble avoir sa préfé-
H
- .. .. •...

- .. -~
0 f r-
rence, On l'a aussi vu jouer sur ~ w ~ "
D'Angelico et Epiphone. g
A
E
0
Q "
/ "7
- .,- n
p". ..
,

Discographie sélective:
"Birk's Work" (avec Gillespie, ~'
1951)
"Blue Moods" (1957)
"Blue Bash"
Smith, 1963)
(avec

"Alfie's Theme" (avec Sonny


Jimmy

l\
i

:;::.~
••• -+-
::: +~+ . r---
+ ..!- + 1 +1-!-:- , , 1+;
Rollins, 1966) ....
"Guitar Forms" (1965)
.)
I~ t;:::Y
~
b9' V 1 r
ç
"The Tender Gender" (1966) If ffl
~,...., H p. If 1'1>
A,...,
I~ I~ 1.
E
--r
"Ellington is For Ever" (1976)
"Live At The Village
B
G
D
A
v-
',. .- .•. 'V
" A "
v
" •v - .. 0

Vanguard" (1978) E

'" 1

r
.1
~I

p, ~
1
. 1 1

e+r.~,
s
E
o
G
o
~
., .. ".
" 1 - "
.. .
A
E

J)",,7