Vous êtes sur la page 1sur 41

SOMMAIRE

PREMIERE PARTIE : GESTION DES APPROVISIONNEMENTS

CHAPITRE I LA FONCTION APPROVISIONNEMENT 05 -06

CHAPITRE II LE PROCESSUS D’ACHAT EN ENTREPRISE 07 – 16

CHAPITRE III LES DIFFERENTS ASPECTS DU STOCK 17–21

CHAPITRE IV LA PROGRAMMATION DES APPROVISIONEMENTS 22 - 46

DEUXIEME PARTIE : LA GESTION DES STOCKS

CHAPITRE I LE MAGASINAGE 48 – 52

CHAPITRE II LA MINIMISATION DES COÛT 53 – 66

CHAPITRE III LE SUIVI DES STOCKS 67 - 73

CHAPITRE IV LA VALORISATION DES STOCKS 74 – 78

TRAVAUX DIRIGES QUELQUES EXERCICES RESOLUS 78 – 83

1
OBJECTIFS GENERAUX

Le management des approvisionnements et des stocks est une activité très complexe ; pourtant
elle est obligatoire pour les entreprises industrielles et commerciales qui disposent de stock. Il
convient donc de s’en imprégner fortement afin de mieux cerner les contraintes de ce domaine
d’activité.

Il est nécessaire pour toutes les personnes effectuant des activités d’approvisionnement de stocks.

Il est important de souligner que ce document permettra à toute personne qui s’en procure de
bénéficier des informations suivantes :

- Avoir une idée générale de la notion de l’approvisionnement.


- l’initiation à la sélection des fournisseurs.
- La connaissance les différentes étapes du processus d’achat en entreprise.
- La connaissance des différents aspects du stock.
- Planification d’un calendrier ou d’un programme d’approvisionnement.

- Avoir une idée sur la notion de magasinage et les différentes fonctions administratives du magasin.
- La minimisation des coûts de gestion des stocks.
- Le suivi des stocks.
- La valorisation des stocks.

2
CHAPITRE I : LA FONCTION APPROVISIONNEMENT

CHAPITRE II : LE PROCESSUS D’ACHAT EN ENTREPRISE

CHAPITRE III : LES DIFFERENTS ASPECTS DU STOCK

CHAPITRE III : LA PROGRAMMATION DES APPROVISIONEMENTS

3
CHAPITRE : LA FONCTION APPROVISIONNEMENT

1- NOTION D’APPROVISIONNEMENT

L’approvisionnement est l’opération qui consiste à faire entrer au sein d’une entreprise des stocks
de matières premières, de marchandises ou autres composantes.
La définition de la fonction approvisionnement pourrait donc se résumée au rôle que joue cette
fonction au sein de l’entreprise ; La fonction approvisionnement a pour rôle de fournir à l’entreprise
des stocks de matières premières, de marchandises ou autres composantes en quantités, en qualité
au moment approprié et au prix le plus bas possible..

2- L’EVOLUTION DE LA FONCTION APPROVISIONNEMENT

La fonction approvisionnement connaît actuellement une certaine évolution, car elle ne se limite plus
à la quantité, à la qualité et au délai de livraison. Aujourd’hui il faut associer à ces principales
caractéristiques de la fonction approvisionnement, les paramètres tels que :
- La nature des produits (produits périssables)
- Le coût de stockage des produits (produits dont le stockage nécessite beaucoup de frais)
- La mentalité de la clientèle (clients de faible mentalité)
- Le type de produits (produits informatique, électronique, télécoms et les produits circonstanciels)

Par ailleurs, dans le but d’être plus efficace, certains responsables d’approvisionnement utilisent des
méthodes telles que :
- L’approvisionnement sur commande (Client-Commande-Livraison) ; pas de stockage.
- Le juste à temps (Système japonais utilisé généralement dans des entreprises industrielles :
Approvisionner juste ce qu’il faut pour satisfaire la demande actuelle. Il n y a donc pas de stockage
réel).

3 - LE CHOIX DES FOURNISSEURS

Le choix d’un fournisseur donné est fonction des critères d’achat propre à l’entreprise elle-même et
aux avantages offerts par ce fournisseur.

3 -1- LES CRITERES D’ACHAT

Les critères d’achat d’une entreprise sont généralement :


- Les prix d’achat (L’entreprise recherche toujours les prix les plus bas possibles)
- Les conditions ou modalités ou délai de règlement (L’entreprise souhaite toujours obtenir un délai
plus long)
- Les réductions commerciales (Rabais, Remises, Ristournes accordés par les fournisseurs)
- Les modes de règlement (Espèce, Chèque, Virement,…..)
- Délai de livraison (L’entreprise souhaite obtenir un délai plus court, respect du délai….)

3 – 2 – LA SELECTION DES FOURNISSEURS

Pour faciliter le choix des fournisseurs ; toute entreprise doit détenir un fichier de ses fournisseurs.
Ceci lui permet de répondre efficacement à deux préoccupations suivantes :
- Quels sont pour un produit donné, les fournisseurs potentiels ?
- Quels sont les produits que tel ou tel fournisseur est capable de livrer ?
Par ailleurs ce fichier fournisseurs permet à l’entreprise de suivre ses fournisseurs au niveau de leur
performance et de l’évolution de leurs prix.

La sélection des fournisseurs se fera donc sur la base ou à partir de ce fichier fournisseurs.
Cependant, l’entreprise peut avoir recours à un appel d’offre si son fichier fournisseurs ne permet
pas de déterminer un fournisseur capable de satisfaire ses besoins.

4
CHAPITRE : LE PROCESSUS D’ACHAT EN ENTREPRISE

1 – LE BESOIN D’ACHAT

On parle de besoin d’achat, lorsqu’une entreprise est dans l’obligation d’effectuer un achat ; à la
suite d’une situation donnée. C’est en fait l’élément essentiel dans le processus d’achat. Car si le
besoin n’est pas réel, aucun achat ne doit etre envisagé.

1 -1– LA DOCUMENTATION

Toute entreprise doit détenir un fichier de ses fournisseurs. Ce fichier constitue en fait une base de
données ou une documentation pour l’entreprise. Cette documentation permet à l’entreprise de
répondre plus efficacement à ces besoins d’approvisionnement.
Pour constituer cette documentation, les sources sont nombreuses :
- Les annuaires professionnels
- Les catalogues
- les prospectus
- Les journaux spécialisés
- Les rapports de représentants
- De bouche à oreilles
- Les services commerciaux des ambassades
- Les chambres de commerce
- Les foires et salons

Cette documentation est constituée de fichiers fournisseurs et de fiche produits.

♣ EXEMPLE DE FICHIER FOURNISSEURS

FICHIER FOURNISSEURS

- Raison sociale………………….. ………….:


INDENTIFICATION - Siège social ……………………...................:
- Adresse …………………………...................:
- Téléphone …………………………………....:
- Nom et Fonction de l’interlocuteur………..:
- Numéro du code interne …………………...:

PRODUITS FABRIQUES - Numéro du code de chaque produit……...:


OU - Nombre d’unités par emballage …………...:
SERVICES VENDUS

- Condition de vente :…………………….….


- Volume de commandes minimum :……….
- Rabais, Remises, Ristournes Accordés ….
CONDITIONS COMMERCIALES - Mode d’expédition :……………………… …
- Délai de livraison :…………………………..
- Modalités ou délai de paiement :………….
- Mode de paiement :…………………………
- Devise de paiement :………………………...
- Banque du fournisseur :…………………….

- Date du premier contrat :……………………


EVOLUTION DES RELATIONS - Volume commandé sur cinq (5) ans :……..
- Les différents prix unitaires pratiqués sur les cinq (5) dernières
années :…………………..
- Date de la dernière visite :…………………...
- Conclusion du rapport de visite :…………..
-

5
♣ EXEMPLE DE FICHE PRODUITS

FICHE PRODUITS

- Nom du produit :
IDENTIFICATION - Numéro du code interne :
DES - Numéro de classification douanière :
PRODUITS

- Normes à respecter
- Composition du produit (Propriétés physiques et
CARACTERISTIQUES DU PRODUITS chimiques)
- Conditionnement et emballage

- Service utilisateur :
DESTINATAIRE - Type utilisateur :

- Noms et situation des


FOURNISSEURS fournisseurs probables

- Programme d’approvisionnement
COMMANDES

1 – 2- L’IDENTIFICATION DES BESOINS D’ACHAT

Le besoin d’achat naît à la suite de plusieurs situations :


- De l’atteinte du stock d’alerte
- D’une augmentation des ventes ou de production
- De la naissance de nouveaux besoins exprimés par certains services (Par exemple : pour une
nouvelle campagne de promotion, le service commerciale peut exprimer le besoins d’acheter de
nouveaux articles chez un autre fournisseur).
Toutefois il faut préciser que pour ce dernier cas de besoin d’achat, le service en question doit
adresser une demande au responsable du magasin. Et si le stock disponible ne permet pas de
répondre à l’attente de ce service, alors le responsable des achats rédigera à cet effet une demande
d’achat.

Exemple de demande d’achat

Demande d’achat numéro :


SERVICE UTILISATEUR : ……..
Numéro du code de
nomenclature : …..
Existence à ce jour :…. Nom du rédacteur : …. - Date : ………
Stock d’alerte : ……. - Numéro de la commande :….
- Date de la dernière demande d’achat :….. - Observations
- Date de livraison :…….
- Date de réception de la demande d’achat :
- Date de la passation de la commande :……………….

2 – LA COMMANDE
C’est l’opération qui permet à une entreprise de choisir le produit et/ou les fournisseurs qui répondent
à ses besoins d’approvisionnement ou d’achat.
Pour réussir une bonne commande, trois principales étapes doivent être respectées ; ce sont :
- La préparation de la commande
- La passation de la commande

6
- Le suivi de la commande
2-1- La préparation de la commande

Cette tâche revient au service des achats. Dès qu’il reçoit la demande d’achat, il procède à la
vérification des différents éléments avant de passer la commande.
Cependant, il faut distinguer le cas des produits régulièrement approvisionnés du cas des achats
moins fréquents.

- Achats courants

Si le fichier fournisseurs de l’entreprise permet de déterminer à coup sûr le fournisseur le plus


avantageux, le service achat rédige tout simplement un bon de commande. En effet on extrait du
fichier, le fournisseur choisi. L’entreprise dispose ainsi de l’identité du fournisseur capable de livrer
ce produit.
Les informations recueillies sont inscrites au dos de la demande d’achat.

Exemple de bon de commande

Raison sociale :
Adresse :
Téléphone : Commande numéro :
Siège social : A
Capital social : Raison sociale du fournisseur :

Références Désignations Quantités PU Montants

TOTAUX
Mode d’expédition : ……………………….
Mode de paiement :……………………….. FOURNISSEUR
Date :……………………………………….. - AVIS
- SIGNATURE

- Achats mois fréquents

* Dans le cas où le fichier fournisseurs permet efficacement d’identifier un fournisseur, au lieu de lui
adresser simplement un bon de commande ou une lettre ; l’entreprise choisira de mettre en place
une certaine négociation.
Cette négociation permet aux deux acteurs de s’accorder sur certains points du contrat tels que : le
prix, le délai de livraison, les modalités de paiement, le mode de paiement …. .
Pour réussir cette négociation, l’acheteur professionnel doit se baser sur sa documentation.

* Dans le cas où la documentation ne permet pas de ressortir un fournisseur capable de livrer le


produit désiré ou s’il s’agit d’un achat ou d’un investissement à montant très élevé, l’entreprise
procède à un appel d’offre.

L’appel offre est une opération qui permet à une entreprise de choisir librement l’offre qu’elle juge la
plus intéressante en tenant compte du coût des prestations, des garanties professionnelles et
financières et du délai d’exécution présentés par chacun des soumissionnaires (les entreprises
candidates à l’appel d’offre).
L’entreprise étudie et met au point le projet d’appel d’offre. Elle rédige le cahier de charges
(ensemble des exigences imposées aux soumissionnaires).

7
2-2- La passation de la commande

La passation de la commande est un acte très important car elle engage juridiquement l’acheteur.

* Dans le cas d’un produit régulièrement approvisionné, la commande peut être rédigée par une
simple lettre individuelle, par une lettre standard préparée, par un bulletin de commande ou par un
bon de commande.

* Dans le cas d’une commande de produits rarement approvisionné ou d’une commande à montant
très élevé, la passation de la commande suit une certaine procédure.
Concernant l’appel d’offre, la procédure est la suivante.

- L’appel d’offre doit être rédigé et diffusé dans un journal d’annonce légale. Les sociétés ou les
personnes soumissionnaires font parvenir leurs offres ; ces différentes propositions seront étudiées.

- Ouverture des plis

Les offres présentées par les soumissionnaires vont faire l’objet d’une première analyse qui consiste
à statuer sur leur régularité. Cette tâche est confiée à une commission d’ouverture.

- Analyse technique

Dans certains cas, cette seconde analyse est confiée à la même commission. Cependant dans
d’autres, l’analyse technique est confiée à une autre commission dite technique composée comme
suit :
- Un acheteur professionnel
- Un financier
- Un industriel
Cette analyse se fait à partir des critères que l’entreprise aura préalablement définis.

- La sélection des fournisseurs

Après ce travail technique, un fournisseur est choisi. Une négociation s’engage par la suite entre
l’heureux élu et l’entreprise afin de mettre au clair certains points du cahier de charges. A la suite de
cette négociation, la passation de la commande a lieu lorsque l’acheteur et le vendeur sont d’accord
sur les différents points.
Dans tous les cas, l’acheteur doit vérifier les conditions générales du fournisseur car elles sont très
souvent différentes de ces propres conditions d’achat. Cette vérification permet d’éviter les litiges.
Aussi, au cours de l’entretien final l’acheteur et le vendeur doivent revenir sur certains points :
- les prix
- Les conditions de règlement
- Les réductions commerciales
- Les délais de livraison
- etc.

2-3- Le suivi de la commande

Lorsque le fournisseur reçoit le bon de commande, il doit confirmer la réception des commandes
reçues par l’émission d’un accusé de réception et y notifier par la même occasion sa capacité à les
livrer conformément aux conditions exigées commandes. Le suivi de la commande se fait tant au
niveau du service achat que du service réception.
- Le service achat tient un échéancier des livraisons ; les doubles des bons de commande sont
classés de façon chronologique en fonction des dates de livraison.
-Le service réception se prépare à recevoir les marchandises à la date convenue. Il surveille cette
date au travers d’un échéancier.

8
* Dans le cas de l’appel d’offre ou de l’achat moins fréquent, l’entreprise doit veiller au respect des
modalités arrêtées. L’acheteur ne doit donc pas attendre patiemment l’arrivée des produits
commandés ou la réalisation des prestations.
Quelques jours avant la date de livraison, le service achat doit prendre contact avec le fournisseur.
En cas de retard, il faut relancer la commande :

-Une première relance consiste, après 24 heures, à une conversation téléphonique au cours de
laquelle le responsable des achats se prononcera sur le non respect du délai.

- Une seconde conversation téléphonique suivie d’une lettre dans laquelle le responsable des achats
lui rappellera les différents contacts téléphoniques et les dispositions que l’entreprise envisage de
prendre. Au même moment il faut élaborer un dossier fournisseur contentieux.

- La troisième relance consiste à envoyer une lettre recommandée au fournisseur. Les décisions
arrêtée par l’entreprise lui sont communiquées (annulation du contrat, poursuite judiciaire, ….)

3 – LA LIVRAISON

Les marchandises livrées sont précédées ou accompagnées du bordereau de livraison. Le


bordereau de livraison permet d’effectuer deux vérifications :

- La vérification théorique : Elle consiste à comparer le bordereau de livraison et le bon de


commande. Ceci permet de s’assurer que c’est ce qui a été commandé qui est effectivement livré.

- La vérification physique : Elle consiste à partir du bordereau de livraison à compter, mesurer et /


ou à peser les marchandises livrées enfin on fait la mise en stock.

Au cours de la livraison, il est important de souligner une étape très importante qui est la réception
de la facture.
Cette tâche est dévolue au service comptabilité. Cependant le service achat doit procéder à la
vérification de cette facture ; précisément les prix, les quantités, le mode de paiement et les
modalités de paiement avant de transmettre cette facture au service comptabilité.

4 – LA REFLEXION POST-ACHAT

Le responsable chargé des achats doit prendre contact avec les utilisateurs (les clients concernant
les marchandises et le responsables d’usine concernant les matières premières), afin d’apprécier
leur degré de satisfaction quant à l’utilisation des différents produits.
Ensuite il doit faire part des remarques et observations faites au fournisseur.

9
Exercices résolus

EXERCICE 1: (Choix des fournisseurs)

Votre société vous sollicite en tant que responsable des approvisionnements pour la sélection des
fournisseurs.
Les informations nécessaires pour la sélection de ces fournisseurs sont résumées dans le tableau
suivant:

Critères de Coefficients
choix des En (%) Notes des fournisseurs de 1 à 10
fournisseurs VAXY BOUSS.Sa CATIMA DOLKUS
Garanties 12 8 4 5 6
Capacité de 15 3 6 3 8
production
Délai de 13 6 5 9 3
livraison
Qualité 14 10 9 7 6
Capacité 10 7 5 8 4
d’adaptation
Image 18 5 3 6 9
Mode de 15 9 7 4 7
paiement

Travail à faire

1) A partir du tableau ci dessus, choisissez les deux meilleurs fournisseurs.


2) Expliquer votre démarche.

EXERCICE 2 : (Bon de commande)

PARSH est une société spécialisée dans la fabrication des fournitures scolaires. Elle est installée
en zone industrielle de yopougon sous les coordonnées suivantes :
Adresse : 15 BP 2010 Abidjan 15
Téléphone : 156 351 22 ; RC : 13 170
Capital social : 15.000.000 ; Siège : Zone Industrielle-poste 3
Elle livre ses produits à plusieurs grossistes dont l’entreprise ALL PAPERS installée à
Yamoussoukro.
Adresse : BP 122 Yamoussoukro ; RC : 88 230 ; Quartier Assabou, rue Nanwlê, Av 2 ;
téléphone : 975 652 14.
Au cours du mois d’Octobre 2009, ALL PAPERS a passé les commandes suivantes :
- 1.500 cartons de rames Berga, Référence : RBE : ……PU = 9.000 f
- 3.215 cahiers de 300 pages, Référence : C3P : ……...PU = 550 f
- 910 Bloc-notes 14,8 x 21 cm, Référence : BN :…………PU = 435 f
- 2.800 cahiers TP 200 pages, Référence : CTP : ……….PU = 615 f
Selon les conditions suivantes :
Règlement : par chèque ;
Délai de livraison : 4 jours date de réception du bon de commande ; Paiement : 10 jours après la
livraison.

Travail à faire

Etablissez le bon de commande numéro : 5109 à adresser au fournisseur.

☻ Résolution

10
EXERCICE 1: (Choix des fournisseurs)

Critères de choix des Coefficients


fournisseurs En (%) Notes des fournisseurs de 1 à 10
VAXY BOUSS.Sa CATIMA DOLKUS
Garanties 12 0,96 0,48 0,6 0,72
Capacité de production 15 0,45 0,9 0,45 1,2
Délai de livraison 13 0,78 0,65 1,17 0,39
Qualité 14 1,4 1,26 0,98 0,84
Capacité d’adaptation 10 0,7 0,5 0,8 0,4
Image 18 0,9 0,54 1,08 1,62
Mode de paiement 15 1,35 1,05 0,6 1,05
Total des moyennes 6,54 5,38 5,68 6,22

Au vu du tableau ; on peut conclure que le meilleur fournisseur est VAXY avec 6,54 de moyenne;
ensuite vient DOLKUS avec 6,22 de moyenne.

Explication de la démarche

- Pour chaque entreprise, il faut multiplier la note obtenue au niveau de chaque critère de choix par
son coefficient.
- Ensuite, faire le cumul des résultats obtenus pour chaque entreprise.
- Le meilleur fournisseur est celui qui aura obtenu le plus grand nombre de points.

EXERCICE 2 : (Bon de commande)

ALL PAPERS
BP 122 Yamoussoukro
Quartier Assabou, rue Nanwlê, Av 2
RC : 88 230 ;
téléphone : 975 652 14.

Commande numéro : 5109


A
PARSH
15 BP 2010 Abidjan 15
Téléphone : 156 351 22
RC :13 170
Capital social : 15.000.000 ;
Siège : Zone Industrielle-poste 3

Références Désignations Quantités PU Montants


RBE cartons de rames Berga 1.500 9.000 13.500.000
C3P cahiers de 300 pages 3.215 550 1.768.250
BN Bloc-notes 14,8 x 21 cm 910 435 395.850
CTP cahiers TP 200 pages 2.800 615 1.722.000
TOTAUX 17.386.100
DIX SEPT MILLIONS TROIS CENT QUATRE VINGT SIX MILLE CENT.
Livraison : 4 jours, date de réception du bon de commande
Mode de paiement : Par chèque
Paiement : 10 jours après la livraison

Fait à Yamoussoukro, le 05 Octobre 2009

11
CHAPITRE : LES DIFFERENTS ASPECTS DU STOCK
1 – Définition du stock
Un stock est un ensemble d’articles en transit ; ou tout simplement un ensemble de matières
premières, de marchandises, de produits finis, de pièces de rechange, etc ; en attente pour une
utilisation future.

1 – 1 – Les différents aspects du stock

A – Le stock actif (SA)


Le stock actif, c’est la quantité d’articles ou de marchandises qui entre en stock à chaque livraison
et qui est consommée. Cette quantité est généralement appelée « Lot économique ou quantité
économique ». Le stock actif est fonction de la cadence d’approvisionnement. Ainsi, lorsque le
nombre d’approvisionnements augmente, le stock actif diminue ; et vis versa.
Soient :
Q : La demande ou la consommation annuelle
N : Le nombre de commandes ou de livraisons
Le stock Actif (SA) = Q/N

B – Le stock moyen(SM)
Le stock moyen annuel est fonction de la consommation ou demande annuelle et du nombre de
commandes passé sur la période. Lorsque le nombre de commandes augmente, le stock moyen
diminue.
Soient :
Q : La demande ou la consommation annuelle
N : Le nombre de commandes ou d’approvisionnements
Stock moyen (SM) = Q/2N

C – Le stock de sécurité
Pour que le cycle approvisionnement-production-vente se déroule normalement, il faut que les deux
conditions suivantes soient réunies :
-La quantité de matières premières doit être suffisante pour satisfaire la demande de production.
-La quantité de produits finis ou de marchandises doit aussi être suffisante pour satisfaire la
demande de la clientèle.
Il en résulte que les stocks de matières premières et de marchandises ou de produits finis ne
peuvent descendre sans préjudice pour l’entreprise en dessous d’un certain planché minimum. C’est
ce planché que l’on appelle stock de sécurité. Le stock de sécurité est donc un volet de stock qui
permet de faire face à la rupture de stock. Par ailleurs lorsque le niveau du stock de sécurité est
atteint, une livraison doit être obligatoirement effectuée. Le niveau du stock de sécurité sera fixe si
les ventes ou les productions sont régulières et fluctuants si les ventes ou les productions sont
saisonnières.

Ventes Ventes

Stock de sécurité
Stock de sécurité

Progression régulière des ventes Progression Saisonnière des ventes

D - Le stock de réapprovisionnement (SR) ou le stock d’alerte(Sa)

12
C’est niveau du stock qui entraîne le déclenchement d’une commande. C'est-à-dire lorsque le niveau
du stock d’alerte est atteint, une commande doit être passée. Il implique le stock de sécurité si celui-
ci existe. On l’appelle aussi stock critique ou point de commande. En général le stock d’alerte est
donné par la formule suivante :

Stock d’alerte (Sa) = Vitesse de consommation x Délai de livraison + Stock de Sécurité

NB :
La vitesse de consommation est le nombre d’articles utilisés ou vendus par jour ou par mois. (Exemple : 10 articles/jour ou 30 articles/mois)

Le délai de livraison est la durée qui sépare la date de commande et la date de livraison. (Exemple : 14 jours ou 1,5 mois)

Représentation graphique des différents aspects du stock

Stock

Smax

Consommations

SR
SA

SS

Temps

3 2
4
1) Accélération de la consommation pendant le délai de livraison
2) L’accroissement du délai de livraison, d’où l’utilisation du stock de sécurité.
3) Le délai de livraison
4) La période de consommation.
Commentaire

A travers ce graphique, on constate que le stock de réapprovisionnement (SR) permet de faire face
à l’accélération de la consommation pendant le délai de livraison mais aussi de se prévenir de
l’accroissement du délai de livraison.

1-2- D’autres aspects du stock

A – Le stock mort

Le stock est dit mort lorsqu’il n’est soumis à aucune variation de volume. Il est constitué par les
articles devenus invendables.
Il faut retirer ce stock du magasin pour éviter de supporter des coûts sur celui-ci.

B – Le stock de récupération

Les pièces et organes entrés en magasin après avoir servis et reconnus aptes à pouvoir resservir
constitue le stock de récupération qui ne doit être emmagasinés qu’après réparation éventuelle.

13
C – Le stock des surplus

Les articles « périmés » ou dépassés quasiment impossibles à vendre ne sont plus


réapprovisionnés dès qu’ils sont détectés. Ils constituent le stock des surplus que l’on doit
emmagasiner à part en attendant de les vendre d’occasion.

CONCLUSION PARTIELLE

La stratégie de l’entreprise ainsi que les coûts engendrés par les stockages sont les facteurs qui
influent sur les différents aspects du stock. Il faut optimiser les passages d’un aspect à l’autre afin
d’en tirer le maximum de profit. C’est pourquoi une gestion rigoureuse des stocks s’impose.

2-1- Les avantages du stock

Le stock permet de :
- Eviter les pénuries (manque ou rupture de stock)
- Fidéliser la clientèle (Le client est rassuré par la présence quotidienne des stocks dans le magasin
de son fournisseur)
- Consommer régulièrement un bien à production irrégulière ou saisonnière
- Spéculer ; (Acheter beaucoup moins cher dans le but de vendre plus cher)

2-2- Les inconvénients du stock

La détention de stock entraîne des charges telles que la location ou l’amortissement des locaux
pour abriter ces stocks.
Par ailleurs les invendus sont écoulés au rabais.
Enfin la périssabilité de certains produits rend leur stockage difficile.

3 – LA ROTATION DES STOCKS.

3 –1- Définition de la rotation des stocks

La rotation au sens général est le cycle qu’effectuent les capitaux depuis leur sortie de l’entreprise
(achat de matières premières ou de marchandises) jusqu’à ce qu’ils reviennent par la vente. La
rotation des stocks pourrait donc s’énoncer comme le cycle qu’effectuent les capitaux affectés au
financement des stocks depuis leur sortie jusqu’à ce qu’ils arrivent au financement des comptes
clients (réalisation du chiffre d’affaires par la vente).

3-2- Calculs et interprétation du taux de rotation des stocks

En matière de stock on note deux notions de rotation fondamentalement différentes qui sont la
rotation physique et la rotation financière des stocks.

- La rotation physique des stocks

Elle consiste à déterminer le cycle Achat-vente ou Achat-Transformation-Vente en vue de prévoir


les moments de réapprovisionnement.

Taux rotation physique= marchandises vendues ou matières utilisées / stock moyen

Pour une valeur donnée de la consommation annuelle, le taux de rotation est d’autant plus élevé (ce
qui est une présomption de bonne gestion) que la valeur du stock moyen est faible.

14
- La rotation financière des stocks

Elle permet de rapprocher la valeur du stock à celle du chiffre d’affaires.

Taux de rotation financière=Stock moyen x 360 /Chiffre d’affaires HT

Cette formule indique le nombre de jours du chiffre d’affaires qu’il faudra pour couvrir financièrement
le stock.
Le taux de rotation des stocks permet de mesurer l’efficacité du gestionnaire de stock, cela peut être
appliqué non seulement à un seul article donné mais aussi à un ensemble d’article ou au stock tout
entier.

CHAPITRE: LA PROGRAMMATION DES APPROVISIONEMENTS

Introduction
Pour mieux comprendre ce chapitre, il faut faire la différence entre :
- Le programme des approvisionnements par quantité constante
- Le programme des approvisionnements par période constante

A- LA PROGRAMMATION DES APPROVISIONNEMENTS PAR QUANTITES CONSTANTES

Dans ce cas d’approvisionnements par quantités constantes les quantités commandées ou


livrées sont les mêmes pendant toute l’année. C'est-à-dire l’entreprise connaît la quantité de
marchandises à commander ; mais le problème se situe au niveau de la détermination des dates de
commande et de livraison. La résolution de ce problème de datede commande et de livraison
constitue l’objectif principal de la première partie de ce chapitre.

Trois méthodes distinctes sont utilisées pour la réalisation du programme des approvisionnements.
Il s’agit de :

15
- La méthode graphique (diagramme en dents de scie ou toit d’usine)
- La méthode des cumuls
- La méthode des tableaux

1- La méthode graphique : « le diagramme en dents de scie ou toit d’usine »

Pour construire le diagramme en dents de scie ; il faut effectuer les calculs préliminaires ou tout
simplement connaître les éléments suivants :

-Le stock minimum (Smin = VC x DL)


(Avec VC = Vitesse de Consommation et DL = Délai de Livraison)
-Le stock de sécurité (SS)
-Le stock d’alerte (Sa = Smin + SS)
-La quantité commandée ou livrée (L)
-Le stock maximum (Smax = L + SS)
-Le stock initial (SI)

Principe de construction du diagramme en dents de scie

Il faut choisir une échelle raisonnable c'est-à-dire une échelle qui permet de tracer un graphique pas
trop grand ; ni trop petit.

En abscisse : on a le temps (en mois)


En ordonnée : on aura les quantités (en kg ou en tonnes)
- Tracer la courbe du stock de sécurité
- Tracer la courbe du stock du stock d’alerte
Positionner correctement le stock initial (SI) et le stock maximum (Smax) sur l’axe des ordonnées.
Commencer par tracer le diagramme au niveau du stock initial (SI) en procédant ainsi :
Déduire progressivement les demandes ou consommations (Q) de chaque mois du stock initial,
positionner au fur et à mesure les différents points obtenus indiquant le niveau du stock à la fin de
chaque mois jusqu’à atteindre le niveau du stock de sécurité. Joindre tous ces points..
Ace niveau une livraison doit avoir lieu puisque le niveau du stock de sécurité est atteint ; ce qui va
ramener immédiatement le niveau du stock ; du stock sécurité au stock maximum ; tracer cette droite
verticale [SS ;Smax].
Ainsi de suite jusqu’à la fin de la période.
Détermination des dates de commande et de livraison.

- Les dates de commande se trouvent à l’intersection de la courbe du stock d’alerte et de la courbe


d’évolution des consommations (le diagramme) ; cette date est obtenue en faisant la projection de
ce point d’intersection sur l’axe des abscisses.
- Les dates de livraison se trouvent à l’intersection de la courbe du stock de sécurité et de la courbe
d’évolution des consommations (le diagramme) ; cette date est obtenue en faisant la projection de
ce point d’intersection sur l’axe des abscisses.

2- La méthode des cumuls

La détermination du programme d’approvisionnement par la méthode des cumuls se fait à partir du


tableau suivant :

Mois J F M A M J J A S O N D
Consommations
mensuelles (Q)
Cumul (Q)
Stock de sécurité (SS)

16
Cumul (Q) + SS
Stock

** Principe de fonctionnement

- La première ligne du tableau (consommation mensuelle (Q)) est remplie à partir des données du
sujet.

- La ligne (Cumul (Q)) est remplie en faisant un simple cumul des consommations mensuelles de la
première ligne.

- La troisième ligne du tableau (stock de sécurité) est donnée par le sujet.

- La quatrième ligne (Cumul (Q) +SS) est remplie en faisant pour chaque mois la somme de la
deuxième ligne (Cumul (Q)) et la troisième ligne (stock de sécurité).

- Enfin la dernière ligne (Stock), enregistre au premier mois le stock initial, ensuite pour le
fonctionnement général de cette ligne, il faut comparer le montant de la ligne (stock) au montant de
la ligne (cumul Q + SS) du mois suivant:

* Si le montant de la ligne (Stock) est supérieur ou égal à celui de la ligne (Cumul (Q) + SS) du mois
suivant, alors il faut reporter le même montant de la ligne (Stock) au mois suivant.

* Si le montant de la ligne (Stock) est inférieur au montant de la ligne (Cumul (Q) + SS) du mois
suivant, alors il faut additionner le lot économique au montant de la ligne (Stock) et inscrire le résultat
au mois suivant. Il s’agit en fait d’effectuer une livraison au mois suivant.
Les mois de livraison étant ainsi connues à partir de ce procédé, on déduit les dates de commande
en effectuant un décompte de jours en arrière avec du délai de livraison.

Détermination des dates exactes de Livraison et de Commande.


Dates exactes de Livraison

[Stock – (Cumul (Q) + SS)] du mois précédent


Durée d’épuisement du stock (DES) = x 30
Conso. Mensuelle (Q) du mois de livraison

Le nombre de jours obtenu à partir de ce calcul donne directement la date de Livraison.


Dates exactes de Commande

Ces dates sont déterminées à partir d’un décompte de jours en arrière avec le délai de livraison ;
partant de la date exacte de Livraison.

3 - La méthode du tableau de calcul

Le tableau de calcul se présente généralement comme suit.

Mois SI SN L SAL Q SS SF Dates Dates


Commande Livraison
Janv
Févr
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre

17
Novembre
Décembre

SI = Stock Initial ;
SN = Stock Nécessaire
L = Lot économique
SAL = Stock après Livraison
Q = Consommation mensuelle
SS = Stock de Sécurité
SF = Stock Final

NB :

On peut insérer dans ce tableau la colonne du stock d’alerte (Sa) ; en vue de mettre en exergue la
relation stock d’alerte et date de commande.

Par ailleurs la colonne Stock nécessaire (SN) est indispensable pour la détermination des mois de
livraison.

** Principe de fonctionnement du tableau

- Commencer par remplir les montants des colonnes Q et SS qui sont généralement données par le
sujet

- Ensuite remplir la colonne SN qui est égale à : SN = Q + SS


- Le premier mois enregistre le SI donné par le sujet et on procède comme suit :

SF = SI – Q ou SF = (SI +L – Q, s’il y a livraison dans ce mois).

SI = SF du mois précédent.

Soit

SF janv = SI janv – Q janv ; SI fév = SF janv ; SF fév = SI fév – Q fév ;

SI mars = SF fév ; SF mars = SI mars – Q mars. Et ainsi de suite.


- Il y a Livraison L dans un mois donné si SI < SN

- Et s’il y a Livraison SAL = Smax = L+SS

Détermination des dates exactes de livraison et de demande

Dates exactes de livraison

Il y a Livraison lorsque dans un mois donné, le Stock Initial SI est inférieur au Stock Nécessaire SN.
Ainsi, on détermine la date exacte de cette livraison en calculant la date d’épuisement de ce stock.

(SI – SS)
Date d’épuisement du stock (DES) = x 30
Conso. Mensuelle (Q)

Dates exactes de Commande

Cette date est déterminée à partir d’un décompte de jours en arrière avec le délai de livraison ;
partant de la date exacte de Livraison.

18
APPLICATION 1

Les ventes prévisionnelles de cartons savons de l’entreprise ABASSI sont résumées dans le tableau
ci après :

Mois J F M A M J J A S O N D
Prévisions 800 700 500 500 700 800 1000 400 600 900 1100 1500
de vente

Le stock initial disponible est évalué à 2 000 cartons, le stock de sécurité est maintenu à 100 cartons.
Le délai de livraison est de 15 jours et les quantités commandées et livrées sont 1 900 cartons.

TAF

Etablissez le programme d’approvisionnement de l’entreprise ABASSSI.


1 – Avec la méthode graphique
2 – Avec la méthode des cumuls
3 – Avec la méthode des tableaux de calcul
Résolution de l’application
1 - La méthode graphique (diagramme en dents de scie)

* Calculs préliminaires

Stock minimum (Smin)= (VC x DL)


Ici les prévisions de vente ou (consommations Q) étant différentes d’un mois à l’autre, la vitesse de
consommation (VC) est aussi différente d’un mois à l’autre. Alors le stock minimum (Sm = VC x DL) est
également différent d’un mois à l’autre et il en est de même pour le stock d’alerte (Sa = Sm + SS).

Il serait donc plus intéressant de résumer toutes ces différentes valeurs dans un même tableau.
Mois Prév. De ventes (Q) Stock Minimum (Sm) Stock de Sécurité (SS) Stock d’Alerte (Sa)
J 800 400 100 500
F 700 350 100 450
M 500 250 100 350
A 500 250 100 350
M 700 350 100 450
J 800 400 100 500
J 1000 500 100 600
A 400 200 100 300
S 600 300 100 400
O 900 450 100 550
N 1100 550 100 650
D 1500 750 100 850

Stock actif (SA) = 1 900 cartons


Stock maximum (Smax) = (lot commandé +SS)= 1 900 + 100 = 2.000 cartons.
* Représentation du diagramme

19
D’où le programme suivant:

Dates de 10 Mars 08 Juin 1er Septembre 05 Novembre


commandes
Dates de livraison 24 Mars 22 Juin 15 Septembre 19 Novembre

2 – La méthode des cumuls


Mois J F M A M J J A S O N D
Prévisions de 800 700 500 500 700 800 1000 400 600 900 1100 1500
vente (Q)
Cumul (Q) 800 1500 2000 2500 3200 4000 5000 5400 6000 6900 8000 9500
Stock de 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100
sécurité (SS)
Cumul (Q) + SS 900 1600 2100 2600 3300 4100 5100 5500 6100 7000 8100 9600
Stock 2000 2000 3900 3900 3900 5800 5800 5800 7700 7700 9600 9600

Détermination des dates exactes de livraison et de commande

Dates de Livraison

* Il y a Livraison en Mars

Durée d’épuisement du stock (DES) = (Stock de Février – Cumul Q+SS de Février) x 30 / Conso. Mars

Durée d’épuisement du stock (DES) = (2000 - 1600) x 30 / 500 = 24 jour ; soit le 24Mars

* Il y a Livraison en Juin

Durée d’épuisement du stock (DES) = (Stock de Mai – Cumul Q+SS de Mai) x 30 / Conso. Juin

20
Durée d’épuisement du stock (DES) = (3900 – 3300) x 30 / 800 = 22,5 jour ; soit le 22 juin

* Il y a Livraison en Septembre

Durée d’épuisement du stock (DES) = (Stock de Août. – Cumul Q+SS d’Août). x 30 / Conso. Septembre.

Durée d’épuisement du stock (DES) = (5800 – 5500) x 30 / 600 = 15 jours ; soit le 15Septembre

* Il y a Livraison en Novembre

Durée d’épuisement du stock (DES) = (Stock de Oct. – Cumul Q+SS de Oct.). x 30 / Cons. Novembre.

Durée d’épuisement du stock (DES) = (7700 – 7000) x 30 / 1100 = 19,09 jours ; soit le 19Novembre

Dates exactes de Commande (Délai de livraison = 15 jours)

15 jours avant le 24 Mars; soit le 10 Mars


15 jours avant le 22 juin; soit le 8 Juin
15 jours avant le 15 Septembre ; soit le 1erSeptembre
15 jours avant le 19 Novembre ; soit le 5 Novembre

D’où le programme suivant:

Dates de commandes 10 Mars 8 Juin 1er Septembre 5 Novembre


Dates de livraison 24 Mars 22 juin 15 Septembre 19 Novembre

3) méthode des tableaux

Mois SI SN L SAL Q SS SF Dates Dates


Commande Livraison
Janv 2000 900 800 100 1200
Févr 1200 800 700 100 500
Mars 500 600 1900 2000 500 100 1900 10 Mars 24 Mars
Avril 1900 600 500 100 1400
Mai 1400 800 700 100 700
Juin 700 900 1900 2000 800 100 1800 8 Juin 22 juin
Juillet 1800 1100 1000 100 800
Août 800 500 400 100 400
Septembre 400 700 1900 2000 600 100 1700 1er Septembre 15 Septembre
Octobre 1700 1000 900 100 800
Novembre 800 1200 1900 2000 1100 100 1600 5 Novembre 19 Novembre
Décembre 1600 1600 1500 100 100

Techniques de remplissage ou calculs annexes

- Les consommations mensuelles Q (données par le sujet)

- Le stock de sécurité SS = 100 (données par le sujet)

- Le stock nécessaire de chaque mois SN = Q+SS

- Le SI janv. = 2000 (données par le sujet)

- Le stock Final de janvier SI janv = SI janv – Q janv = 2000 – 800 = 1200

- Le stock initial de février SI février = SF janv = 1200

- Le stock Final de févr. SF février = SI février – Q février = 1200 – 700 = 500

21
Le stock initial de Mars SI Mars = SF Février = 500

Il y a livraison dans le mois de Mars car SI Mars < SN Mars (500<600).


Alors L = 1900 et
SAL = Smax= 1900 + 100 = 2000

Il en ait de même pour les livraisons de Juin et de Septembre et Novembre

Les dates exactes de livraison

* Livraison Mars
Date d’épuisement du stock (DES) = (SI Mars– SS) x30 / Q Mars
(500 – 100) x 30 / 500 = 24 jour ; soit le 24 Mars
* Livraison de Juin

Date d’épuisement du stock (DES)= (SI Juin– SS) x30 / Q Juin


(700 – 100) x 30 / 800 = 22,5 jours ; soit le 22 Juin

* Livraison de Septembre

Date d’épuisement du stock (DES)= (SI Septembre– SS) x30 / Q Septembre


(400 – 100) x 30 / 600 = 15 jours ; soit le 15Septembre

* Livraison de Novembre
Date d’épuisement du stock (DES) = (SI Novembre– SS) x30 / Q Novembre
(800 – 100) x 30 / 1100 = 19,09 jours ; soit le 19Novembre

Dates exactes de Commande (Délai de livraison = 15 jours)

15 jours avant le 24 Mars; soit le 10 Mars


15 jours avant le 22 juin; soit le 8 Juin
15 jours avant le 15 Septembre ; soit le 1er Septembre
15 jours avant le 19 Novembre ; soit le 5 Novembre

B - LA PROGRAMMATION DES APPROVISIONNEMENTS PAR PERIODES CONSTANTES

Au niveau des approvisionnements par périodes constantes, les dates de commande et de


livraison sont facile à déterminées ; dans la mesure où l’énoncé des sujets donne clairement la
période de réapprovisionnement c'est-à-dire la durée séparant deux approvisionnements ou deux
commandes successifs.
La difficulté réside au niveau du Lot ou de la quantité à commander.

Pour résoudre ce problème de quantité à commander ; on procède de la façon suivante :


- Faire le cumul des différentes consommations ou demandes mensuelles (Q) de chaque période.
- Les différents cumuls obtenus constituent tout simplement les lots ou les quantités (L) à livrer au
début de chaque période.
NB ; Dns ce programme d’approvisionnement, la notion de stock maximum (fixe) n’existe pas.
Par ailleurs, pour mieux ressortir les différents éléments essentiels (lot commandé (L), les dates de
commande et de livraison), d’un programme d’approvisionnement ; la méthode des cumuls et la
méthode des tableaux sont les mieux indiquées pour l’établissement d’un programme
d’approvisionnement par période constante.

APPLICATION 1 (CAS SOCIETE MULTI SOAP)


22
La société multi soap achète et revend diverses qualités de savons emballés dans des cartons. Les
prévisions de ventes pour l’année 2008 sont les suivantes :

Mois J F M A M J J A S O N D
Cartons 120 105 75 75 105 120 100 60 90 135 165 225

Multi soap reçoit une livraison chaque trimestre et dispose au début du mois de janvier d’un stock
de 315 cartons dont 15 cartons représentant son stock de sécurité.
Le délai de livraison est de 21 jours.

TAF
1) Déterminer le stock minimum et le stock d’alerte de chaque mois ?
2) Présenter le programme d’approvisionnement de la société Multi soap ?
Résolution
1) Stock minimum (Smin) et stock d’alerte (Sa)

Smin = VC x DL ; (Avec DL = 21 jours)

Exemples
Smin janvier = VC janvier x DL = 120 x (21/30) = 84 cartons
Smin février = VC février x DL = 105 x (21/30) = 74 cartons

Sa = Sm + SS ; (Avec SS = 15 cartons)

Exemples
Sa janvier = Smin janvier + SS = 84 + 15 = 99 cartons
Sa février = Smin février + SS = 74 + 15 = 89 cartons

Mois J F M A M J J A S O N D
Ventes (Q) 120 105 75 75 105 120 100 60 90 135 165 225
Smin 84 74 53 53 74 84 70 42 63 95 116 158
SS 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15
Sa 99 89 68 68 89 99 85 57 78 110 131 173

2) Calendrier d’approvisionnement de la société Multi saop

 Méthode de cumul

Mois J F M A M J J A S O N D
Conso 120 105 75 75 105 120 100 60 90 135 165 225
Q
Cumul 120 225 300 375 480 600 700 760 850 985 1150 1375
Q
SS 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15
Cumul 135 240 315 390 495 615 715 775 865 1000 1165 1390
Q +SS
Stock 315 315 315 615 615 615 865 865 865 1390 1390 1390

D’où le programme d’approvisionnement suivant


Dates de commande 12 Décembre 2007 12 Mars 11 Juin 11 Septembre
Dates de livraison 1er janvier 1er Avril 1er Juillet 1erOctobre

Méthode des tableaux de calcul

Mois SI SN L SAL Q SS SF Dates Dates


Commande Livraison
Janv 315 135 300 315 120 15 195 12Décembre 2007 (1 er) Janvier
Févr 195 120 105 15 90
Mars 90 90 75 15 15 12 Mars

23
Avril 15 90 300 315 75 15 240 1 er Avril
Mai 240 120 105 15 135
Juin 135 135 120 15 15 11 Juin
Juillet 15 115 250 265 100 15 165 1 er Juillet
Août 165 75 60 15 105
Septembre 105 105 90 15 15 11 Septembre
Octobre 15 150 525 540 135 15 405 1er Octobre
Novembre 405 180 165 15 240
Décembre 240 240 225 15 15

NB : Calculs annexes

Le Stock initial (SI) = 315 cartons

Dates de commande et de livraison

* Dates de livraison

Il y a livraison chaque trimestre et la première livraison a été effectuée au début du mois de janvier donc on peut déduire
aisément les autres dates de livraison qui sont :
- 1er Avril
- 1er Juillet
- 1er Octobre

* Dates de commande

A partir du délai de livraison (DL = 21 jours) ; on déduire les dates de commande :

21 jours avant le 1er janvier 2008 ; soit le 12 Décembre 2007


21 jours avant le 1er Avril 2008 ; soit le 12 Mars
21 jours avant le 1er Juillet ; soit le 11 juin
21 jours avant le 1er Octobre ; soit le 11 Septembre

Les Lots (L) livrés = (Cumul des (Q) de chaque trimestre + SS -SI)

L= Σ Q de la période + SS début période – SI début période

Exemples

Une livraison a été effectuée en janvier 2008


- Livraison de janvier : L = Q janvier + Q février + Q mars + SS janvier – SI janvier
L = 120+105+75 + 15 – 15 = 300 cartons

- Livraison d’avril ; L = Q avril + Q mai + Q juin


L = 75+105+120 + 15 -15 = 300 cartons

- Livraison Juillet ;L = Q juillet + Q août + Q septembre


L = 100+90+60+ 15 – 15 = 250 cartons

- Livraison d’Octobre ; L = Q octobre + Q novembre + Q décembre


L = 135+165+225+ 15 – 15 = 525 cartons

24
CHAPITRE I : LE MAGASINAGE

CHAPITRE II : LA MINIMISATION DES COÛTS

CHAPITREIII : LE SUIVI DES STOCKS

CHAPITREIV :LA VALORISATION DES STOCKS

CHAPITRE : LE MAGASINAGE

INTRODUCTION
Le stockage constitue un élément essentiel dans le processus de la fabrication et de la vente.
Car il est nécessaire lorsqu’il y a déséquilibre entre les cadences d’approvisionnement de matières
premières et celles de la production de produit finis.
Le stockage est également important en distribution :

25
- Lorsqu’il y a déséquilibre entre les cadences de la production et de la vente
- Lorsqu’il y a décalage dans le temps entre la période de la consommation d’un produit par rapport
à celle de la production de ce produit.
- Lorsque les zones de consommation sont éloignées des zones de production.
Le stockage est donc indispensable pour résoudre ces problèmes de déséquilibre or il n’est possible
que grâce au magasin.

1) Définition du magasin
Le magasin est l’endroit où les articles achetés ou fabriqués sont reçus, rangés, prélevés et
distribués. L’ensemble de ces fonctions de réception, de rangement, de conservation, de
prélèvement et de distribution constitue le magasinage.

1-1) Les différents types de magasin


1-1-1) Les magasins industriels
L’ensemble des magasins d’une entreprise industrielle destinés au stockage des matières premières
et des produits finis constituent les magasins industriels. Ces magasins peuvent être subdivisés en
plusieurs types :

 Les magasins de produits semi finis ou semi-oeuvrés


Ils sont destinés à stocker les matières premières ayant subis certains transformations et qui seront
reprises ultérieurement pour devenir produits finis après d’autres transformations.

 Les magasins de pièces détachées


Ces magasins servent à stocker les pièces et autres composantes entrant dans la maintenance des
moyens de production.

 Les magasins de pièces de rechange


On y trouve les pièces et organes utilisés pour remédier à l’usure de certaines pièces.

 Les magasins de produits finis


C’est le magasin qui sert à stocker les articles et produits finis destinés à la vente.

 Les magasins d’outillage


Ils permettent d’abriter les outils de toute nature destinés à contrôler les opérations de fabrication.

 Les magasins de fourniture générale


On y trouve les objets, les matières et fournitures contribuant indirectement à l’élaboration du
produit.

1-1-2) Les magasins de distribution.

Ils sont destinés à stocker et à vendre les produits et marchandises mises à la disposition du grand
public. Ils permettent par ailleurs non seulement de protéger les marchandises mais également de
les présenter de telle sorte à inciter le client à l’achat. Ainsi, des dispositions doivent être prises pour
atteindre cet objectif.
- La localisation géographique du magasin de distribution doit être soigneusement choisie pour
toucher le maximum de clients.
-La présentation et la disposition des produits dans le magasin de distribution doivent être
particulièrement étudiées pour attirer l’attention du client.
- Une action publicitaire est néanmoins nécessaire.
Les magasins de distribution sont approvisionnés à partir de magasins de réserve accolés ou d’un
entrepôt régional du fournisseur.

26
1-1-3) Les entrepôts

Si l’on s’en tient à la définition étymologique, l’entrepôt est le lieu spécialement conçu et équipé pour
abriter les marchandises mises en dépôt par consentement réciproque du déposant (le propriétaire
des marchandises stockées) et du dépositaire (le propriétaire du local).
Par extension, le terme entrepôt est appliqué aux magasins de grandes dimensions ou surfaces
destinés à abriter les produits de grandes consommations avant leur répartition dans les magasins
de distribution.

Exemples d’entrepôts
Entrepôts de grossistes
Entrepôts régionaux des fournisseurs
Entrepôts des sociétés à succursale multiple

2) L’implantation

Le terrain sur lequel est implanté le magasin doit avant tout posséder des accès faciles. C’est
pourquoi, si les tonnages qui y transitent sont élevés, le terrain doit être choisi en dehors des centres
agglomérations ; à proximité des autoroutes et être desservi par une voie routière permettant le
passage des camions de toutes tailles.
Le terrain devra également permettre la construction d’aire de stationnement suffisante destinée aux
véhicules en attente ou en cours de chargement et de déchargement.
Enfin, toujours concernant le terrain, il devra être suffisamment vaste pour que les éventuelles
extensions du magasin soient possibles même plusieurs années après la construction initiale.

3) Le rangement

Le rangement est une des tâches de l’organisation administrative du magasin. Selon le mode
d’organisation du magasin, le responsable du magasin peut être amené à noter sur des fiches
l’emplacement d’un matériel qui vient d’être livré ou indiquer à l’ordinateur à quel emplacement ce
matériel doit être rangé.
Quoiqu’il en soit, il faut toujours connaître au magasin d’une manière ou d’une autre les
emplacements des articles stockés d’une part et d’autres parts les emplacements libres, les
emplacements occupés ainsi que les emplacements libres mais réservés.

4) Les tâches administratives du magasin

4-1) La réception
Au moment de la livraison, il appartient au responsable du magasin de :

- Faire par écrit les réserves éventuelles auprès du transporteur notamment si les emballages sont
inadaptés ou si les colis livrés ne sont pas conformes à ceux annoncés par le bon de livraison du
fournisseur.

- Payer éventuellement le transporteur si cette opération est prévue par la commande ou dans le
contrat de transport.

- Notifier ou faire notifier au fournisseur les erreurs et les manquements constatés au moment de
l’ouverture des plis.

- Eventuellement inscrire les mouvements d’entée à l’ordinateur si le magasin dispose d’un poste
périphérique.

- Inscrire les mouvements d’entrée sur des fiches de stock si l’entreprise ne dispose pas
d’ordinateurs.

27
Dans tous les cas le responsable du magasin doit avoir des fiches de stock.

4-2) Le rangement

Il permet de connaître dans le magasin :


- Les emplacements des articles ou des produits.
- Les emplacements occupés
- Les emplacements libres
- Les emplacements libres mais réservés

4-3) La conservation

Cette opération donne lieu à une tâche de l’administration qui est l’inventaire par comptage. En
outre, suivant l’organisation propre à chaque entreprise et en particulier selon le degré
d’automatisation des informations dans l’entreprise qui dispose des ordinateurs ; le responsable du
magasin pourrait se voir confier la tenue des fiches de stock en quantité et en valeur ainsi que les
fiches de réservation.

4-4) Le prélèvement

Un article ne peut être prélevé sur le stock que sur l’ordre en principe du responsable du magasin.
Cependant, dans les entreprises assurant un service continu, on peut être amené à sortir un article
du magasin la nuit, les jours fériés ; en l’absence du responsable de magasin pour éviter que les
formalités administratives ne ralentissent les opérations souvent urgentes.

Lorsque le prélèvement est accordé, le responsable de magasin doit rédiger éventuellement les
bons de sortie, puis suivant l’organisation de l’entreprise, ce dernier doit valoriser ce bon de sortie
et transmettre les informations à l’ordinateur et au service comptabilité directement ou au service
approvisionnement.

4-2) La distribution

S’il s’agit d’une distribution directe, la seule charge d’ordre administrative consiste à demander une
signature à l’utilisateur sur le bon de commande.

Si au contraire, la distribution prend la forme d’une expédition, il appartient au responsable du


magasin de préparer et de remettre au transporteur les divers documents de transport et de douane.

CONCLUSION

Si tout magasin doit être construit pour remplir des fonctions précises d’une manière rationnelle ou
économique ; il est évident qu’il soit adapté à la nature des produits ou articles utilisés par
l’entreprise.

Si bien souvent, des obligations financières conduisent plusieurs entreprises à utiliser des locaux
inadaptés comme magasin, il ne faut pas en déduire que tout local aussi exigu, malsain, obscur soit-
il peut être utilisé comme magasin même moyennant quelques aménagements.
CHAPITRE : LA MINIMISATION DES COÛTS

INTRODUCTION
Une bonne gestion des stocks nécessite la recherche permanente des techniques permettant de
réduire les charges liées à la détention des stocks. Deux préoccupations se posent au gestionnaire
de stock :

- Combien de commandes (N) l’entreprise doit-elle passer dans l’année pour réduire ses coûts ?

28
- Quelles quantités d’articles ou Lot économique (L) devra-t-elle prévoir à chaque commande pour
réduire les coûts de gestion des stocks?

1) Les coûts liés à la détention des stocks

Ce sont des charges qui existent au sein d’une entreprise parce qu’elle dispose d’un stock.

Ces coûts sont généralement :

- Le coût de passation de la commande


- Le coût de possession ou de stockage des stocks.

1-1) Le coût de passation de la commande

Ce sont :
- Les frais du personnel chargé de passer les commandes
- Les frais de recherche des fournisseurs
- Les frais de téléphone, de fax, internet, etc.

1-2) Le coût de possession des stocks

Il s’agit :
- Les frais du personnel chargé de la surveillance des stocks
- Les coûts du matériel de conservation
- Les coûts de la manutention
- Le loyer des magasins de stockage, l’électricité, l’eau….

2) La résolution de ces problèmes de coûts

La résolution de ces problèmes de coûts consiste en fait à réduire ces coûts au minimum possible.
Pour ce faire les gestionnaires de stock s’appuient sur un certains nombre de variables ou de
paramètres utilisés dans le modèle de WILSON. Car le modèle de WILSON demeure la référence
en matière de technique de minimisation des coûts de gestion des stocks.

2-1) Minimisation des coûts de gestion des stocks à laide du MODÈLE DE WILSON

2-1-1) Les paramètres


Il est important de souligner que ces paramètres ci-dessous ne sont pas universels. L’essentiel est
d’identifier clairement chaque paramètre avant de l’utiliser.
Identification des paramètres

Q= Quantité totale estimée annuellement (Consommation annuelle)

N= Le nombre de commandes à passer dans l’année.

L= Le lot économique ou la quantité économique

P= Le prix d’achat d’un article ou prix unitaire

C = Le coût de passation d’une commande (Coût de passation unitaire)

t= Le taux de possession exprimé par rapport au stock moyen en valeur.

Csu = Le coût de possession ou de stockage d’un article par unité de temps

ө = La durée ou la période de gestion (généralement l’année)

29
T = La période de réapprovisionnement (durée séparant deux approvisionnements successifs)

2-1-2) Détermination de l’expression des différents coûts

* Le coût de passation (Y1)

Le coût de passation est égal au coût de passation d’une commande (C) multiplié par le nombre de
commande (N).

Soit : Y1 = C x N

* Le coût de possession ou de stockage (Y2)

Le coût de possession(Y2) est égal au stock moyen en valeur (SMv) multiplié par le taux de
possession (t)

- Stock moyen en quantité (SMq) = Q/2N


- Stock moyen en valeur (SMv) = (QxP)/2N

Y2 = SMv x t

Soit : Y2 = (QxP) t/2N

* Le coût total de gestion (CTG)

Le coût total de gestion(CTG) est égal à la somme du coût de passation (Y1) et du coût de
possession (Y2).

CTG = Y1 + Y2

Soit : CTG = CxN + (QxP) t/2N

2-1-3) Détermination de l’expression du nombre de commandes (N)

Posons l’égalité entre le coût de passation et le coût de possession


Soit : Y1 = Y2
CN = QPt/2N
CN2 = QPt/2
2
N = QPt/2C

N = √ QPt/2C

♣ On peut encore déduire l’expression du nombre de commandes (N) en passant par la dérivée du
coût total (Y) en fonction de (N). En fait (Y) étant un fonction de (N), le minimum de la fonction (Y)
se trouve au niveau du point (N) pour lequel la dérivée (Y’) est égale à zéro.

On a: CTG = CN + QPt/2N

CTG’ = C - 2QPt/N2

Si CTG’ = 0 donc C – 2QPt/ N2 =0

30
2QPt/ N2 = C

N2C= 2QPt

N2 = 2QPt/C
N = √ QPt/2C

Représentation graphique des différents coûts

Coûts

Coût total
Coût de passation

Coût de possession

Nombre de commandes

2-1-3) Détermination de l’expression du lot économique (L)

Posons l’égalité entre le coût de passation et le coût de possession.

Soit Y1 = Y2

CN = QPt/2N or N = Q/L

Donc CQ/L = QPt/2Q/L

CQ/L = PtL/2 CQ = PtL2/2

PtL2 = 2CQ L2 = 2CQ/Pt

L = √ 2CQ/Pt

♣ On peut également déduire l’expression du lot économique (L) en passant par la dérivée du coût
total (Y) en fonction de (L). (Y) étant donc une fonction de (L), le minimum de la fonction (Y) se
trouve au niveau du point (L) pour lequel la dérivée (Y’) est égale à zéro.

On a: CTG = CQ/L + QPt/2Q/L

CTG = CQ/L = PtL/2

CTG’ = -CQ/ L2 + Pt/2

31
Si CTG’ = 0 donc -CQ/ L2 + Pt/2 =0

PtL2 = 2CQ

L2 = 2CQ/Pt

L = √ 2CQ/Pt

2-1-4) Détermination de l’expression du coût total (Y)

CTG = CN + QPt/2N ou CTG=√ 2CQPtou CTG=√ 2CQCsu

3 – NOTION DE TAUX DE POSSESSION (t) ET DE COUT DE POSSESSION


UNITAIRE (Csu)

Relations entre t ; Csu et le prix unitaire P

Pt = Csu

4 – NOTION D’ECONOMIE REALISEE (Er)

En matière de gestion des stocks ; le MODELE DE WILSON demeure la technique de référence.


Alors tout gestionnaire de stock est amené à comparer le cout total de gestion réalisé à celui
déterminé à partir du modèle de Wilson.
Soient ;

CTGr ; le cout total minimum réalisé


CTGw ; Le cout total minimum obtenu à partir du modèle de Wilson.
Er ; L’économie réalisée

Er = CTGr - CTGw

Application 1

Une entreprise consomme annuellement 5.000 unités d’une matière première achetée à 1000 f
l’unité. Le coût de passation d’une commande est estimé à 10.000f et le taux de possession est de
10% du stock moyens.
Le responsable des approvisionnements de cette entreprise décide de passer 4 commandes dans
l’année.

TAF

1) Déterminer la quantité nécessaire pour chaque commande.

2) Calculer ;
a –Le coût total de gestion réalisé (CTGr) par l’entreprise.
b– Le nombre de commandes économique (N) et le lot économique (L)
c – Le coût total de gestion (CTG*) avec ce nombre économique de commande
3) Vérifier par le tableau du coût total ; les résultats obtenus au niveau des questions b et c
4 - En déduire l’économie réalisée (Er)

Solution

32
Consommation annuelle : Q = 5000 unités
Prix d’achat unitaire : P = 1000 f
Le taux de possession : t = 10% ; soit 0,1
Le coût de passation d’une commande : C = 10.000 f
Nombre de commandes réalisées : 4 commandes

1) Détermination des quantités commandées (L)

L = Consommation annuelle / Nombre de commandes

L = Q / N ; L = 5.000 / 4 ;
L = 1250 unités

2) Calculons

a – le coût total de gestion réalisé (CTGr)


CTGr = CN + QPt/2N
CTGr = 10.000 x 4 + (5.000 x 1.000 x 0 .1) / 2 x 4
CTGr = 102.500 f
Le nombre de commande économique (N*)
N* =√ QPt/2C
N*= √ 5000 x 1000 x 0,1/2 x 10.000
N* = √ 25
N* = 5 commandes
b - Calcul du lot économique (L*)

L* = Q/N
L* = 5000 / 5
L* = 1000 unités.

c - Calcul du coût total de gestion avec le modèle de wilson (CTG*)

CTG* = CN + QPt/2N
CTG* = 10.000 x 5 + (5.000 x 1.000 x 0,1)/2 x 5
CTG = 50.000 + 500.000/10
CTG = 50.000 + 50.000
CTG= 100.000 f

L’entreprise doit donc passer 5 commandes de 1.000 unités chacune dans l’année pour ramener
le coût total de gestion des stocks à 100.000 f.

3) Vérification des résultats par le tableau du coût total

Nombre de L = Q/N Coût de passation Coût de possession Coût total


commandes Y1 = CN Y2= QPt/2N Y=CN+QPt/2N
(N)
L = 5000/N Y1 = 10.000N Y2= 250.000/N Y= 10.000C+250.000/N
1 5.000 10.000 250.000 260.000
2 2.500 20.000 125.000 145.000
3 1.667 30.000 83.333 113.333
4 1.250 40.000 62.500 102.500
5 1.000 50.000 50.000 100.000
6 833 60.000 41.667 101.667
7 714 70.000 35.714 105.714

33
8 625 80.000 31.250 111.250
9 556 90.000 27.778 117.778
10 500 100.000 25.000 125.000

La lecture de ce tableau nous donne les valeurs suivantes :

Coût total minimum : CTG* = 100.000 f

Le lot économique correspondant à ce coût total minimum est : L = 1000 unités

Le nombre de commande correspondant à ce coût total minimum est également : N = 5


commandes.

L’entreprise doit donc passer 5 commandes de 1.000 unités chacune dans l’année pour ramener
le coût total de gestion des stocks à 100.000 f.
4) Calcul de l’économie réalisée (Er)
Er = CTGr – CTG*
Er = 102.500 – 100.000
Er = 2.500

3) Modèle de WILSON avec tarif dégressif

Les fournisseurs accordent généralement des réductions lorsque les quantités commandées
dépassent un certain niveau.

Ainsi lorsque le volume de chaque commande est élevé ; le prix d’achat diminue.
En conservant les hypothèses du modèle de WILSON, la quantité économique à commander sera
différente selon le tarif ou le prix appliqué.

En fait lorsque la quantité d’une commande est élevée ; le prix unitaire diminue. L’entreprise passe
donc peu de commandes et stocke beaucoup ce qui entraînera une diminution du coût global de
passation des commandes mais une augmentation du coût global de possession ou de stockage
des stocks.

Pour le calcul des quantités économiques à commander ; il faut faire intervenir le prix global d’achat
des marchandises sur toute la période de gestion des stocks.

Ainsi :

Le coût global de gestion des stocks (Y) = Prix global d’achat (Pa) + Coût de passation (Y1) + Coût
de possession (Y2)

Soit :

CTG = Pa + Y1 + Y2

CTG = (Q x Pui) + CN + QPuit / 2N ou CTG = (Q x Pui) + CQ/Li+ PuitLi / 2

Pour le choix du lot économique à retenir, on procède de la manière suivante :

- Pour chaque tranche de prix, on retiendra la valeur de la quantité ou du lot compatible (Li) qui
minimise le coût global.

- On calcul ensuite le coût global (CTG i) pour chaque lot (Li) retenu.

34
- Enfin choisir le lot (Li) qui permet d’obtenir le coût global (CTG i) le plus faible.

APPLICATION (CAS SOCIETE ZIBOU)

La société ZIBOU utilise une matière première pour la fabrication de ses produits. Pour l’année à
venir, les commandes annuelles sont évaluées à un total de 30.000 unités, achetées à 8.00 f l’unité.
Le coût de passation d’une commande est de 600 f et le taux pour 1 franc annuellement du coût de
possession du stock est de 6% du stock moyen.
Le fournisseur applique les tarifs suivants :
Le lot commandé (L1) < 5.000 unités ; le prix unitaire d’achat Pu1 = 8,00 f
5.000 unités ≤ (L2) < 10.000 unités ; le prix unitaire d’achat Pu2 = 7,60 f
10.000 unités ≤ (L3) < 15.000 unités ; le prix unitaire d’achat Pu3 = 7,20 f
Le lot commandé :(L4) ≥ 15.000 unités ; le prix unitaire d’achat Pu4 = 6,80 f
TAF

1) Sans le tarif dégressif, calculer :


a) Le lot économique L*
b) Le nombre de commandes N*
c) Le coût global de gestion des stocks CTG.

2) Avec le tarif dégressif calculer :


a) Le lot économique L*
b) Le nombre de commandes N*
c) Le coût global de gestion des stocks CTG*.

3) Calculer l’économie réalisée en acceptant le tarif dégressif.

3) Modèle de WILSON avec pénurie

Il doit être pris en compte lorsque la demande d’une période ne peut être satisfaite dans le délai. Il
y a alors rupture de stock dont les conséquences dépendent de la nature de la demande.
Il est alors important de connaître ou d’évaluer les coûts engendrés par cette rupture.

Présentation du modèle de WILSON avec pénurie.

Définition des variables

Ce sont les mêmes variables ou paramètres que les précédentes auxquelles il faut ajouter :

- Cr : Le coût de rupture par article et par unité de temps


- S : Le niveau du stock en début de réapprovisionnement

Le stock en début de période S est lié à la quantité ou au lot économique L par la relation suivante:

S=αxL

Avec α représentant le taux de service. Sa formule est la suivante :


Total des demandes satisfaites / an+
α=
Total des demandes estimées

Ce coefficient dépend également du coût de possession et du coût de pénurie par article. Il s’exprime
alors par la relation suivante :

Cr

35
α= Avec (Cs = Pt = Coût de possession par article et par unité de temps.)
Cr + Cs

Comme Cr et Cs sont positif alors ; 0 ≤ α ≤ 1


Les différentes valeurs économique qui minimise le coût de gestion des stocks avec pénurie sont :

L* =√ 2CQ/Pt x √ 1/α ou L* =√ 2CQ/Cs x √ 1/α ou L* = L x √ 1/α

N* = Q / L*

CTG* =√ 2CQPt x √ α ou CTG* = CTG x √ α

Avec L et Y ; les valeurs obtenues avec le modèle de Wilson sans pénurie.

Autres expressions des paramètres du modèle de Wilson (sans pénurie)

CTG =√ 2CQPt
N = ө/T ; donc T = ө/N et ө = T x N
Ainsi, on aura :
Le coût de passation : Y1 = ө/T x C
Le coût de possession : Y2 = QTCs/2
Le coût total de gestion en fonction de (T) : CTG (T) = ө/TC + QTCs/2
Le coût total de gestion en fonction de (N) : CTG (N) = CN + QөCs/2N
Le coût total de gestion en fonction de (L) : CTG (L) = Q/LCs + өLCs/2
La durée de réapprovisionnement (T) : T =√ 2Cө/QCs
Le lot économique (L) : L =√ 2QC/өCs
Le nombre de commandes (N) : N =√ QөCs / 2C
Le coût total minimum de gestion des stocks (CTG) : CTG =√ 2CQөCs
Le coût total minimum de gestion des stocks en prenant en compte le stock de sécurité (SS); est
(Y) : CTG = √ 2CQөCs + өCsSS
Le coût total minimum de gestion des stocks (CTG) ; est également donné par :
CTG = LөCs
NB : Il faut que ө, T et Csu soient dans la même unité de temps.
Par ailleurs Csu = Pt

CHAPITRE: LE SUIVI DES STOCKS

INTRODUCTION
Le suivi des stocks est traditionnellement effectué à l’œil nu. Mais il est recommandé de le faire à
l’aide de certains documents de calculs. Ainsi le suivi des stocks pourra se faire à partir de
l’inventaire d’une part et d’autre part à partir de la loi de Pareto (méthode 20/80) et de la méthode
ABC.

1) Le suivi des stocks à partir de l’inventaire

36
L’inventaire est une opération comptable qui permet de connaître le niveau des stocks en quantité
et en valeur à la fin d’une période donnée au cours de l’exercice.
Il faut noter deux types d’inventaire :

- L’inventaire théorique permanent


- L’inventaire physique intermittent

1-1) L’inventaire théorique permanent

C’est une organisation des comptes de stocks. La fiche de stocks établie par le responsable de
magasin permet d’enregistrer les mouvements d’entrée et de sortie des stocks.

Ainsi, le responsable du magasin sait à quelle valeur les articles entrent en stock dans le magasin
(au coût d’achat) mais quelques difficultés subsistent quant à la détermination de leur valeur de
sortie.
Pour résoudre donc ce problème, le Syscoa préconise deux solutions

- La méthode du premier, premier sortie (PEPS) ou (FIFO)


- La méthode du coût unitaire moyen pondéré (CMUP)

1-2) L’inventaire physique intermittent

C’est une vérification que fait le gestionnaire des stocks sur l’ensemble des stocks de façon
périodique. Il s’agit en fait de compter, mesurer ou de peser les articles en stock puis ce nombre
d’unité de mettre ou de kilogramme est multiplié par le prix ou le coût de unitaire pour avoir la valeur
réelle du stock existant.

2) Le mode de classification des stocks

On parle de classification des stocks au sein d’une entreprise lorsque cette dernière commercialise
plusieurs types de produits. C'est-à-dire tout simplement qu’on ne parlera pas par exemple de
classification des stocks dans une société qui vend uniquement que des sacs de riz. Cependant on
pourra s’intéresser à la classification des stocks dans une entreprise qui dispose des stocks de riz,
de savon, d’huile, de sucre, etc.
Deux modes de classification sont le plus souvent utilisés ; ce sont :

- La loi de Pareto (méthode 20/80)


- La méthode ABC.

2-1) La loi de Pareto (méthode 20/80)

Dans un magasin d’entreposage, la loi de pareto stipule que 20% des références ou des produits
en stock constituent 80% des quantités stockées.
Principe

- Classer tous les produits de l’entreprise par ordre décroissant par rapport à leur quantité ; c'est-à-
dire les produits de grande quantité avant ceux de petites quantités.

- Prendre 20% du nombre total des produits de l’entreprise à partir de l’ordre ci-dessus établit. Ces
20% du nombre total des produits de l’entreprise doivent avoir comme quantité ; 80% de la quantité
totale des produits stockés.

- Et bien évidement les 80% restants du nombre total des produits de l’entreprise auront pour
quantité ; les 20% restant de la quantité totale des produits stockés.

2-2) La méthode ABC

37
Cette méthode segmente l’assortiment n’ont pas en deux comme la loi de pareto mais en trois
groupes qui sont :

Groupe A
Il constitue 20% des références qui ont pour quantité ; 80% des quantités en stock. Leur suivi se fait
généralement à partir de leur coût de stockage (Méthode de wilson).

Groupe B
C’est un groupe intermédiaire qui comprend 20% du nombre total des produits ou de références et
ont pour quantité ; 15% des quantités totales en stock.
Le suivi de ce second groupe de produits est beaucoup plus simple et donc se fera à l’aide de la
notion de stock d’alerte.

Groupe C
Ce dernier groupe représente le reste des produits ou références soit 60% et ne constitue que 5%
des quantités en stock.

Principe
Le principe de classification est pratiquement le même que celui de pareto :
* Classer tous les produits de l’entreprise par ordre décroissant par rapport à leur quantité ; c'est-à-
dire les produits de grande quantité avant ceux de petites quantités.
Groupe A
- Prendre 20% du nombre total des produits de l’entreprise à partir de l’ordre ci-dessus établit. Ces
20% du nombre total des produits de l’entreprise doivent avoir comme quantité ; 80% de la quantité
totale des produits stockés.
Groupe B
- Prendre 20% du nombre total des produits de l’entreprise à partir de l’ordre ci-dessus établit ; en
dessous du nombre de produits du groupe A. Ces 20% du nombre total des produits de l’entreprise
doivent avoir comme quantité ; 15% de la quantité totale des produits stockés.
Groupe C
- Et bien évidement les 60% restants du nombre total des produits de l’entreprise auront pour
quantité ; les 5% restant de la quantité totale des produits stockés.
2-3) Présentation du tableau de classification
Quelque soit le mode de classification choisi (Pareto ou ABC); cette classification se fera à l’aide du
tableau suivant :
Références Stocks Pourcentage Pourcentage Cumul des Cumul des
ou Produits (quantités) des des Stocks pourcentages pourcentages
références (%) des des Stocks
(%) références

CHAPITRE : LA VALORISATION DES STOCKS

INTRODUCTION

Plusieurs méthodes sont utilisées pour la valorisation les sorties de stocks.


Celles qui sont autorisées par la comptabilité générale retiendront notre attention. Par ailleurs,
quelque soit la méthode de valorisation utilisée ; les valorisations des stocks se feront à l’aide des
fiches de stock.

1) Présentation d’une fiche de stock

38
Dates Libellés ENTREES SORTIES STOCKS
Quantités PU Montant Quantités PU Montant Quantités PU Montant

2) La méthode du premier entrée premier sortie (PEPS ou FIFO)

Sur décision de gestion ou pour un impératif lié à la nature du produit (produit dont la durée de vie
est très courte par exemple); certains responsables d’approvisionnement décident d’appliquer cette
méthode. Cette technique consiste à valoriser les sorties en supposant que l’on prélève en priorité
les produits les plus anciens.

3) La méthode du coût moyen unitaire pondéré CMUP

Cette méthode de valorisation des stocks est la plus recommandée par le plan comptable. Elle
consiste à valoriser pour la sortie d’un produit, son coût moyen unitaire. Ce coût moyen unitaire
s’obtient par le quotient de la valeur totale du stock par la quantité totale du stock. Soit la formule
suivante :

Stock total (en valeur)


CMUP =
Stock total (en quantité)

Il existe deux modes de calcul du CMUP :

- Soit le calcul du CMUP après chaque entrée.


- Soit le calcul du CMUP sur la période.

3-1) Le cout moyen unitaire pondéré (CMUP) après chaque entrée.

Chaque fois qu’il y a une entrée ; il faut calculer un CMUP pour la valorisation des prochaines sorties.
Ainsi sur une même période d’activité ; il y aura autant de CMUP qu’il y aura d’entrées de stocks.

Stock Initial (SI) + Entrée (en valeur)


CMUP =
Stock Initial (SI) + Entrée (en quantité)
3-1) Le cout moyen unitaire pondéré (CMUP)sur la période.

Ici de façon prévisionnelle, on calcule un seul CMUP qui est utilisé pour la valorisation de toutes les
sorties qui seront effectuées sur toute la période.

Stock Initial (SI) + Somme des Entrées (en valeur)


CMUP =
Stock Initial (SI) + Somme des Entrée (en quantité)
APPLICATION

Une société de distribution de produits divers a effectué les opérations suivantes au mois de juin
2009.

39
- 02 / 06 : Bon d’entrée N ° 275. 1.500 unités à 2.500 F l’unité.
- 05 / 06 : Bon de sortie N° 425. 800 unités
- 09 / 06 : Bon de sortie N° 426. 400 unités
- 17 / 06 : Bon d’entrée N°284 ; 2.000 unités à 2.700 f l’unité.
- 21 / 06 : Bon de sortie N° 435. ; 1.200 unités
- 24 / 06 : Bon de sortie N° 439 ; 900 unités.

Les frais d’achat s’élèvent à 10% du prix d’achat. Le stock initial comprend 1.000 unités d’un coût
d’achat unitaire de 2.850f.
Travail à faire
En admettant que le stock initial a été acquis en une seule fois, déterminer la valeur du stock final
selon :
- la méthode FIFO
- La méthode du CMUP après chaque entrée
- La méthode du CMUP sur la période.
Résolution
Valorisation des stocks par la méthode PEPS
Dates Libellés ENTREES SORTIES STOCKS
Quantités PU Montant Quantités PU Montant Quantités PU Montant

SI 1.000 2.850 2.850.000


02-06 Entrée n°275 1.500 2.750 4.125.000 1.500 2.750 4.125.000

05-06 Sortie n° 425 800 2.850 2.280.000 200 2 850 570 000
1.500 2.750 4.125.000
09-06 Sortie n° 426 200 2.850 570.000
200 2750 550.000 1 300 2.750 3 575 000

1 300 2.750 3 575 000


17-06 Entrée n° 284 2.000 2.970 5.940.000 2.000 2.970 5.940.000

21-06 Sortie n° 435 1.200 2.750 3.300.000 100 2 750 275 000
2 000 2 970 5 940 000
24-06 Sortie n° 439 100 2.750 275.000
800 2.970 2.376.000

SF 1.200 2.970 3.564.000

La valeur du stock final (SF) = 1.200 x 2.970 = 3.564.000


NB
Coût d’achat = Prix d’achat + Frais sur achats.
Coût d’achat de l’entrée n° 275 est : 2.500 x 1.1 = 2.750 f

Coût d’achat de l’entrée n° 284 est : 2.700 x 1.1 = 2.970 f

La sorties n° 426 est prélevée sur deux stock :


- 200 unités sur le SI à Pu = 2.850 f
- 200 unités sur l’entrée n° 275 à Pu = 2.750 f
Car les 200 unités restantes du SI sont insuffisantes pour couvrir la sortie n° 426 qui est de 400
unités.

La sorties n° 435 est prélevée sur le seul stock de l’entrée n° 275 ; soit : 1.200 à Pu = 2.750 f.

La sorties n° 439 est prélevée sur deux stock :


- 100 unités sur l’entrée n° 275 à Pu = 2.750 f
- 800 unités sur l’entrée n° 284 à Pu = 2.970 f
Car les 100 unités restantes de l’entrée n° 275 sont insuffisantes pour couvrir la sortie n° 439 qui
est de 900 unités.

Valorisation des stocks par la méthode du CMUP après chaque entrée.

40
Dates Libellés ENTREES SORTIES STOCKS
Quantités PU Montant Quantités PU Montant Quantités PU Montant

SI 1.000 2.850 2.850.000


02-06 Entrée n°275 1.500 2.750 4.125.000 2.500 2.790 6.975.000

05-06 Sortie n° 425 800 2.790 2.280.000 1.700 2.790 4.743.000

09-06 Sortie n° 426 400 2.790 1.116.000 1.300 2.790 3.627.000

17-06 Entrée n° 284 2.000 2.970 5.940.000 3.300 2.899 9.567.000

21-06 Sortie n° 435 1.200 2.899 3.478.800 2.100 2.899 6.087.900

24-06 Sortie n° 439 900 2.899 2.609.100 1.200 2.899 3.478.800

SF 1.200 2.899 3.478.800


La valeur du stock final (SF) = 1.200 x 2.899 = 3.478.800
Calculs annexes
SI + Entrée1 (en valeur) 2.850.000 +4.125.000
Pu1 = = = 2.790 f
SI + Entrée1 (en quantité) 1.000 + 1.500

Stock restant avant l’Entrée2 (en valeur) 3.627.000 +5.940.000


Pu2 = = = 2.899 f
Stock restant avant l’Entrée2(en quantité) 1.300 + 2000
Valorisation des stocks par la méthode du CMUP sur la période.
Dates Libellés ENTREES SORTIES STOCKS
Quantités PU Montant Quantités PU Montant Quantités PU Montant

SI 1.000 2.850 2.850.000


02-06 Entrée n°275 1.500 2.750 4.125.000 2.500 2870 7.175.000

05-06 Sortie n° 425 800 2.870 2.296.000 1.700 2.870 4.879.000

09-06 Sortie n° 426 400 2.870 1.148.000 1.300 2.870 3.731.000

17-06 Entrée n° 284 2.000 2.970 5.940.000 3.300 2.870 9.471.000

21-06 Sortie n° 435 1.200 2.870 3.444.000 2.100 2.870 6.027.000

24-06 Sortie n° 439 900 2.870 2.583.000 1.200 2.870 3.444.000

SF 1.200 2.870 3.444.000

La valeur du stock final (SF) = 1.200 x 2.870 = 3.444.000


Calculs annexes

SI + Somme des Entrée (en valeur) 2.850.000 +4.125.000 +5.940.000


Pu = = = 2.870 f
SI + Entrée (en quantité) 1.000 + 1.500 + 2000

41