Vous êtes sur la page 1sur 5

OURA

DEVOIR DE MAISON N’DA YAO


LEONCE
SUIJET : LES SAUVEGARDES M1ACG

En informatique, la sauvegarde (backup en anglais) est l’opération qui consiste à


mettre en sécurité les données contenues dans un système informatique. Par extension
et par emprunt à l’anglais. Ce mot s’applique à tout enregistrement d’information sur
un support permanent (par ex. l’écriture sur disque dur d’informations en mémoire
vive). Dans ce sens, il est synonyme de « stockage d’information ». Mais le sens
premier se rapproche de celui d’archivage, de conservation.

I LES COPIES DE SURETE SONT UTILES PRINCIPALEMENT A DEUX


CHOSES
La première et la plus évidente est de permettre de restaurer un système
informatique dans un état de fonctionnement suite à un incident (perte d’un
support de stockage tel que disque dur, bande magnétique, etc.., ou de tout ou
partie des données qu’il contient).

La seconde, incluse dans la première mais certainement la plus courante, est de


faciliter la restauration d’une partie d’un système informatique (un fichier, un
groupe de fichier, un système d’exploitation, une donnée dans un fichier, etc.)
suite à une suppression accidentelle ou une modification non désirée.

La technique la plus fréquente est la recopie des données sur un support indépendant
du système initial (ordinateur local, serveur, etc.). L’opération inverse qui consiste à
réutiliser des données sauvegardées s’appelle une restauration. On parle de « stockage »
pour les données sauvegardées en attente d’une éventuelle restauration.

La sauvegarde s’s’inscrit dans une démarche globale qui consiste à assurer la qualité
d’un système informatique ou, en cas de défaillance, son redémarrage le plus vite
possible. Cette démarche est souvent formalisée dans un document qui peut porter des
noms divers, par exemple le PRA (plan de reprise d’activité) ou le PS (plan de
secours), et qui fait appel soit à des automatismes (donner l’alerte en cas de coupure de
courant ou de perte d’accès à une unité de stockage) soit à des gestes manuels
(remplacer des bandes magnétiques défectueuses). La tendance est à l’automatisation,
réputée plus sure dans les situations d’urgence que les opérations manuelles.

II CRITERE DE CHOIX

Le choix d’une technique de sauvegarde se fera en prenant en compte :

La capacité de stockage du support (le volume de l’information) ;


La vitesse de sauvegarde ;
La fiabilité du support (notamment après une longue période de stockage) ;
La simplicité de classement ;
La fiabilité à restaurer les données ;
Et bien sur le cout de l’ensemble.

Intervient également la possibilité de sélectionner les données à sauvegarder. Enfin


pour les grands systèmes de sauvegarde, il faut tenir compte de critère physique :
volume physique des supports de stockage, poids, sensibilité à la température, à
l’humidité, à la poussière, à la lumière.

III STRATEGIE DE SAUVEGARDE CLASSIQUES

Les techniques les plus classiques :

Sauvegarde totale (= « full backup ») la sauvegarde informatique de tous les


fichiers présents sur le disque dur. Autrement dit, une copie complète du disque
dur.
Sauvegarde incrémentale (= « incremental backup ») : sauvegarde des seuls
fichiers crées ou modifiés depuis la dernière sauvegarde totale ou
incrémentale.
Les avantage liée à celle-ci est qu’elle économique de temps et de matériel
Les désavantages sont que la restauration peut être longue.
Sauvegarde différentielle (= « differential backup ») : Sauvegarde de tous
les fichiers crées depuis la dernière sauvegarde totale.

Les avantage liée à celle-ci est que la restauration est plus facile que la restauration
d’une sauvegarde incrémentale.
Le désavantage est qu’il faut un peu plus de ressources.

IV LA SAUVEGARDE LES NOUVEAUX ENJEUX

Les systèmes informatiques à sauvegarder ont profondément évolué tout comme leur
utilisation :

L’arrivée massive des postes nomades : ce sont devenus leur « stylo », sur
lesquels les utilisateurs stockent des données importantes. Or pendant
longtemps, ces machines ont été ignorées lors de la sauvegarde.
La volumétrie croissante, voire explosive, des données à sauvegarder, une des
conséquences est la nécessité d’augmentée encore plus vite la capacité de
stockage de la sauvegarde. L’archivage
L’autonomie des utilisateurs
Les machines virtuelles

L’idéal est de trouver une machine de sauvegarde qui répond à toute ces
problématiques.

V LES NOUVEAUX OUTILS ET TECHNIQUES DE SAUVEGARDE

V.1 Les snapshots des systèmes de fichiers

Les systèmes de stockages centralisés sont les premiers éléments sur lesquels il est
intéressant de mettre en place des mécanismes de sauvegarde. Plusieurs systèmes
utilisant le principe de clichés instantanés (snapshots) sont maintenant proposés.

V.2 Les architectures à base de disques durs.

La sauvegarde sur bande ne correspond plus aux problématiques actuelles. Les


architectures à base de disques durs sont plus adaptées. On pourra citer comme
avantages :

Les disques sont beaucoup plus souples d’utilisation


Ils sont plus performants en termes de temps d’accès et d’accès simultanés
Ils peuvent être rendu robustes grâce à des mécanismes de redondance.

V.3 Les sauvegardes de machines virtuelles à chaud


Dans le cas de virtualisation à l’aide de produits VMWare, beaucoup proposent de se
reposer sur le produit Virtual Consolidated Backup de cet éditeur. Ce module permet
facilement de faire une sauvegarde à chaud des machines virtuelles sans impact sur
leur fonctionnement.

Une sauvegarde de machine virtuelle se décompose de la façon suivante :

Le serveur VCB déclenche la prise d’un instantané de la machine virtuelle.


Copie des fichiers composant l’instantané sur le serveur VCB
L’image peut alors se sauvegardée depuis le serveur VCB grâce à la solution
logicielle en place.

V.4 Les techniques de sauvegarde par bloc

De nouvelles solutions de sauvegardes reprennent le principe des clichés instantanés


qui sont mis en place sur le stockage primaire. Ces mécanismes ayant accès au plus
bas niveau des données, les sauvegardes sont réalisées en se plaçant au niveau des
blocs.

V.5 Les techniques de sauvegarde en continu

La sauvegarde en continu est un mécanisme original de sauvegarde. A l’inverse des


systèmes classiques qui sauvegardent les fichiers à une fréquence régulière, un logiciel
de sauvegarde continu sauvegarde les fichiers chaque fois qu’ils sont modifiés. Le
processus de sauvegarde est toujours actif et il détecte toutes les modifications du
système de fichier. Lorsqu’un fichier est modifié, une copie des données modifiées est
mise dans un cache local. Ce dernier contient donc toutes les versions de tous les
fichiers modifiés. Le cache local est ensuite transféré sur le serveur de sauvegarde dès
qu’il est connecté.

CONCLUSION

Cette étude nous permis de définir la sauvegarde. Ensuite, elle nous a permis de
comprendre les démarches sur la sauvegarde c’est-à-dire les copies de suretés, les
critères de choix, les stratégies classiques, ces enjeux, enfin les nouveaux enjeux et
techniques de sauvegardes.

Vous aimerez peut-être aussi