Vous êtes sur la page 1sur 21

Les insectes 

1 Importance des insectes


La classe des insectes représente le groupe le plus important du règne animal, par la diversité
des formes, par l'étendue des habitats (des régions polaires à l'équateur, du bord de la mer à
plus de 6000 m d'altitude, seule la haute mer étant quasiment dépourvue d'insectes) et par le
nombre des espèces connues: cette classe du phylum des arthropodes représente à elle seule
les trois quarts des espèces animales actuellement identifiées, soit environ un million
d'espèces. Certaines études menées dans les forêts tropicales laissent penser qu'il en existerait
beaucoup plus, peut-être dix millions d'espèces! En détruisant les forêts tropicales, il est sûr
que l'Homme fait disparaître chaque jour des espèces inconnues d'insectes.

Les insectes sont des animaux extrêmement anciens, et leurs plus vieux fossiles connus
remontent à l'ère paléozoïque: ce sont les collemboles du dévonien d'Ecosse. Ils devaient
déjà exister au silurien, époque des premiers scorpions, et comptent parmi les plus anciens
occupants de la terre ferme. A ces insectes dépourvus d'ailes (aptérygotes) sont venues
s'ajouter, dès le carbonifère, les formes ailées (ptérygotes) qui constituent aujourd'hui
l'immense majorité des insectes. Les insectes connurent une grande expansion à la fin du
paléozoïque et au début du mésozoïque, et une importante diversification au crétacé.

L'étude des insectes est l'entomologie (du grec "entomon" = "insecte" et "logos" =
"discours").

2 Morphologie d'un insecte


2.1 Généralités
Comme tout autre arthropode, les insectes présentent une exosquelette qui recouvre
extérieurement le corps et qui est formé de plaques rigides, appelées sclérites, dont la
cuticule est faite de sclérotine, une protéine très résistante, et de chitine, un polymère
glucidique. Les sclérites sont reliés par de souples membranes également chitineuses, qui
confèrent à l'animal une grande liberté de mouvement. Cette carapace inextensible est
régulièrement remplacée au cours de la croissance de l'animal: c'est la mue. L'ancienne
cuticule abandonnée est nommée exuvie.

Les insectes sont, à l'état imaginal, c'est-à-dire d'imago (=insecte adulte), des animaux
terrestres ou dulçaquicoles, de petites dimensions (de 0,25 mm à exceptionnellement 30 cm de
long), au corps divisé en trois parties:

 la tête présentant, contrairement aux chélicérates, une paire de mandibules (les


insectes appartiennent au sous-phylum des mandibulates) et une paire d'antennes (on
appelle aussi ce sous-phylum les antennates);
 le thorax provenant de la fusion de trois segments et portant trois paires de pattes (la
classe des insectes est aussi appelée classe des hexapodes) et, le plus souvent, deux
paires d'ailes, insérées sur les deuxième et troisième segments thoraciques (les
Diptères ne présentent qu'une paire d'ailes et certains insectes sont aptères);
 un abdomen segmenté.

Morphologie générale d'un insecte: le goliath Goliathus giganteus, Scarabaeidae, Coléoptère


dont les différentes parties du corps ont été séparées (corps long de 11 cm) (Musée de
Zoologie de l'Université de Liège - Diapositive du Musée de Zoologie de l'Université de
Liège, complétée de légendes). Remarquez le reploiement complexe de l'aile de vol (à droite),
qui lui permet, au repos, d'être complètement recouverte et protégée par l'élytre.
Dessins d'une guêpe Vespula species, Vespidae, Hyménoptère, de sa tête et de ses pièces
buccales vues par dessous (dessin original réalisé par Eric Walravens).

Les insectes n'ont pas de poumon, respirent par des trachées, petit tube menant l'air de
l'extérieur du corps aux organes qui en ont besoin pour la respiration; ils constituent, avec les
myriapodes, la super-classe des trachéates au sein du sous-phylum des mandibulates. Ces
trachées prélèvent directement l'air ambiant chez les stades terrestres et aériens, et l'oxygène
dissous dans l'eau chez les stades aquatiques: les organes permettant ces échanges sont les
trachéobranchies. L'hémolymphe des insectes, de couleur variable (jaune, brun, rouge, vert)
n'a donc pas la fonction d'oxygénation qu'on lui connaît chez les vertébrés: il conduit
néanmoins aux cellules les aliments digérés et en emporte les déchets.

2.2 Morphologie détaillée


2.2.1 La tête et ses appendices
La tête des insectes provient de la fusion ancestrale de 6 segments primitifs, dont le premier
porte les yeux, le deuxième les antennes, le troisième le labre, le quatrième les mandibules, le
cinquième les maxilles ou mâchoires pourvues de palpes maxillaires, et le sixième le
labium ou lèvre inférieure, pourvue des palpes labiaux. Outre de simples ocelles, la tête
porte des yeux composés, faits de très nombreuses facettes ou ommatidies, et permettant une
vision bien meilleure que chez les arachnides. Le spectre des couleurs perçues est, par rapport
à l'Homme, décalé vers le violet: les insectes ne voient pas le rouge lointain, mais perçoivent
une fraction ultraviolette de la lumière solaire, et leur perception différentielle de
l'environnement s'en ressent fortement. Certaines fleurs nous paraissant unies peuvent être
bigarrées aux yeux des insectes.

Dessins illustrant la morphologie céphalique d'un insecte (dessin de gauche d'après Beaumont
et Cassier; dessin de droite d'après Snodgrass).

O.comp.: œil composé Mand.: mandibule


Oc.: ocelle Mx.: maxille
Ant.: antenne Pa.mx.: palpe maxillaire
Labr.: labre Labi.: labium
Cl.: clypéus Pa.lb.: palpe labial
Tête de grande sauterelle verte femelle Tettigonia viridissima, Tettigoniidae, Orthoptère
(Liège, Vallée de la Meuse, Province de Liège, Belgique - 04/08/1993 - Diapositive originale
réalisée par Eric Walravens).

Les antennes ont souvent un rôle tactile et sont fréquemment le siège des sens du goût et de
l'odorat; celui-ci est très développé chez les mâles de certains Lépidoptères.

La buveuse mâle Euthrix potatoria, Lasiocampidae, Lépidoptère (Hamois, Condroz, Province


de Namur, Belgique - 20/07/1992 - Diapositive originale réalisée par Eric Walravens).

Les pièces buccales sont de différents types selon les ordres d'insectes:
 Chez les Orthoptères, les Coléoptères ou certains Hyménoptères comme les guêpes et
frelon, les pièces buccales sont de type broyeur: les mandibules constituent de
puissances pièces solides et coupantes qui saisissent et découpent ou broient les
aliments, les maxilles et le labium étant moins puissants, mais portant chacun une
paire de palpes permettant de manipuler la nourriture.

Tête de cicindèle champêtre Cicindela campestris, Cicindelidae, Coléoptère (Bomal


(Durbuy), Condroz, Province de Luxembourg, Belgique - 16/04/1996 - Diapositive originale
réalisée par Eric Walravens).
Tête de frelon Vespa crabro, Vespidae, Hyménoptère, montrant les puissantes mandibules
dentées. (Hamois, Condroz, Province de Namur, Belgique - 07/05/1995 - Diapositive
originale réalisée par Eric Walravens).

Mâle de lucane cerf-volant Lucanus cervus, Lucanidae, Coléoptère (Watermael-Boitsfort,


Province de Brabant, Belgique - 12/06/2001 - Diapositive originale réalisée par Eric
Walravens). Chez cette espèce, les mandibules des mâles sont hypertrophiées: elles servent
lors des confrontations entre mâles à proximité d'une femelle, ainsi que lors de
l'accouplement, pour maintenir la femelle.

 Chez les Hétéroptères (=punaises), les Homoptères (cigales et pucerons) ou certains


Diptères comme les moustiques, les pièces buccales sont de type piqueur-suceur: les
mandibules, les maxilles et le labium constituent un organe vulnérant grâce auquel
l'insecte perfore l'animal ou la plante dont il se aspire des liquides (sang de
mammifère, hémolymphe d'insecte, sève de plante).
Punaise verte Palomena prasina, Pentatomidae, Hétéroptère; imago de couleur bronze avant
l'hibernation (corps de 13 mm de long) (Maison à Grivegnée (Liège), Province de Liège,
Belgique - 29/11/1995 - Diapositive originale réalisée par Eric Walravens). La flèche désigne
le rostre, replié ventralement sous le corps.

Larve de réduve masqué Reduvius personatus, Reduviidae, Hétéroptère (corps de 12 mm de


long) (Maison à Hamois, Condroz, Province de Namur, Belgique - 13/03/1996 - Diapositive
originale réalisée par Eric Walravens). La flèche désigne le rostre labial, replié ventralement,
protégeant un fin stylet acéré (fait des mandibules et maxilles) grâce auquel il suce les proies
animales.
Pucerons, Aphidae, Homoptères sur une tige de Rumex (corps de 3 mm de long) (Inor,
Département de la Meuse, Région de Lorraine, France - 11/06/2000 - Diapositive originale
réalisée par Eric Walravens). La flèche désigne l'organe vulnérant, enfoncé dans la tige de la
plante, et permettant d'aspirer la sève végétale.

 Chez les Lépidoptères ou l'abeille domestique, les pièces buccales sont de type
lècheur-suceur: une trompe, dont les mandibules ne font pas partie, permet d'aspirer
les liquides nutritifs, comme le nectar des fleurs ou les excréments animaux. Chez de
nombreuses mouches, les pièces buccales forment une trompe où un canal formé par
les palpes labiaux permet de tamponner l'aliment en dégorgeant de la salive, puis
d'aspirer l'aliment ainsi liquéfié.
Trompe buccale (déroulement en cours) de Trompe buccale déroulée d'un vulcain Vanessa
grand mars changeant mâle Apatura iris, atalanta aspirant le nectar d'une fleur
Nymphalidae, Lépidoptère (Rosée, Fagne, d'Eupatorium cannabinum (Lanaye, Vallée de
Province de Namur, Belgique - 07/07/1989 - la Meuse, Province de Liège, Belgique -
Diapositive originale réalisée par Eric 22/07/1993 - Diapositive originale réalisée par
Walravens). Eric Walravens).

Rhingia campestris, Syrphidae, Diptère se nourrissant sur une fleur de Lobelia siphilitica
(Hamois, Condroz, Province de Namur, Belgique - 26/08/1999 - Diapositive originale réalisée
par Eric Walravens). Remarquez la trompe étendue.

2.2.2 Le thorax et ses appendices


2.2.2.1 Divisions du thorax
Le thorax, constituant la partie locomotrice du corps, est formé de trois segments succesifs
nommés, d'avant en arrière, prothorax, mésothorax et métathorax, et portant chacun une
paire de pattes. On distingue souvent le prothorax du ptérothorax, qui regroupe les
mésothorax et métathorax plus ou moins soudés, portant chacun une paire d'ailes. Les plaques
rigides formant chaque segment du thorax sont appelées tergites si elles sont dorsales,
sternites si elles sont ventrales et pleurites si elles sont latérales. L'ensemble des tergites du
thorax forme le notum, divisé en pronotum, mésonotum et métanotum. Selon les ordres
d'insectes, le pronotum peut prendre la forme d'un large bouclier protégeant le thorax, (on
l'appelle alors le corselet) ou, au contraire, régresser et tendre à disparaître.
Dessin illustrant la morphologie d'un insecte (d'après Snodgrass).

T.: tête Pr.S.: prosternum


Th.: thorax Mes.S.: mésosternum
Abd.: abdomen Met.S.: métasternum
Pr.N.: pronotum St.: sternite
Me.N.: mésonotum Pl.: pleurite
Mt.N.: métanotum Stg.: stigmate
Ter.: tergite Ce.: cerque
Ta.: tarière

Imago femelle de grande sauterelle verte Tettigonia viridissima, Tettigoniidae, Orthoptère


(Liège, Province de Liège, Belgique - 04/08/1993 - Diapositive originale réalisée par Eric
Walravens). Comparez la morphologie de l'insecte avec le dessin légendé précédent. Un
excrément blanchâtre est émis par l'anus.
Dectique verrucivore femelle très coloré Decticus verrucivorus, Tettigoniidae, Orthoptère (La
Condamine, Ecrins, France - 15/07/1990 - Diapositive originale réalisée par Eric Walravens).
Remarquez l'étendue du pronotum, les autres tergites du thorax étant très réduits.

Andrène Andrena species, Andrenidae, Hyménoptères (Treignes (Viroinval), Calestienne,


Province de Namur, Belgique - 03/06/1995 - Diapositive originale réalisée par Eric
Walravens). Remarquez l'étendue du mésonotum, le pronotum étant très réduit.

2.2.2.2 Structure d'une patte


Les pattes d'insectes sont faites d'un certain nombre de segments articulés. De la base vers
l'apex, on reconnaît une hanche ou coxa qui s'articule avec le thorax, un petit trochanter, un
long tibia, un long fémur et une série d'articles constituant le tarse, le dernier article étant
pourvu de griffes ou autres structures adhérentes.

Structure de la patte de blatte américaine Periplaneta americana, Blattidae, Dictyoptère


(Bâtiment à Ixelles, Province de Brabant, Belgique - 11/10/1995 - Diapositive originale
réalisée par Eric Walravens).

Certaines pattes ont acquis une forme particulière en rapport avec leur spécialisation, comme
les pattes postérieures saltatoires des Orthoptères, dont les fémurs sont gonflés par la masse
musculaire, comme les pattes fouisseuses de la courtilière, comme les pattes nageuses des
insectes subaquatiques, ou comme les pattes ravisseuses des mantes religieuses. Chez les
Apidae, des corbeilles de poils, situées sur les tibias des pattes postérieures, permettent la
récolte du pollen.
Imago mâle de decticelle chagrinée Platycleis albopunctata, Tettigoniidae, Orthoptère
(Vallouise, Ecrins, France - 17/07/1990 - Diapositive originale réalisée par Eric Walravens).
Remarquez les fémurs des pattes postérieures gonflés par la masse musculaire

La courtilière Grylotalpa gryllotalpa, Gryllotalpidae, Orthoptère (corps de 45 mm de long)


(Villareal de San Carlos, Estremadure, Espagne - 19/04/1992 - Diapositive originale réalisée
par Eric Walravens). La courtilière vit presque continuellement sous terre. On l'entend bien
plus qu'on ne la voit. De ses pattes antérieures façonnées comme des pelles (à l'instar de la
taupe), elle creuse un terrier de l'entrée duquel elle émet son chant puissant.

Notonecte Notonecta glauca, Notonectidae, Hétéroptère (corps de 15 mm de long) (Hamois,


Condroz, Province de Namur, Belgique - 21/07/1994 - Diapositive originale réalisée par Eric
Walravens). La troisième paire de pattes est transformée en rames efficaces chez cette punaise
qui nage sur le dos.
Certains organes spécialisés sont situés sur les pattes des insectes, telles les fentes
tympaniques de l'organe auditif des sauterelles et de certains grillons, localisées sur le tibia
des pattes antérieures, juste sous le genou.

Phanéroptère commun Phaneroptera falcata mâle, Tettigoniidae, Orthoptère (Dinant, vallée


de la Meuse, Province de Namur, Belgique - 26/08/1995 - Diapositive originale réalisée par
Eric Walravens).

Les tarses de nombreux insectes (Lépidoptères, Diptères) sont pourvus de soies innervées
sensibles aux goûts permettant, par exemple, d'identifier les plantes-hôtes sur lesquelles les
papillons se posent pour y pondre spécifiquement leur œufs.

2.2.2.3 Structure de l'aile


Les ailes sont formées d'une fine membrane constituée de deux couches de cuticule accolées
et tendues entre les épaississement que constituent les nervures alaires. Ces nervures
renferment un canal sanguin et une trachée qui permettent de gonfler et d'étendre les ailes lors
de la mue imaginale (=dernière mue donnant l'imago ou insecte parfait, adulte et
reproducteur, ne muant plus). Les ailes sont souvent transparentes et semblent glabres à l'œil
nu, mais portent en réalité des soies microscopiques. Chez les Trichoptères, les ailes sont
couvertes de longs poils abondants, et chez les Lépidoptères, elles sont recouvertes d'écailles
colorées disposées comme les tuiles du toit d'une maison.
Ecailles des ailes du papillon Grande tortue Nymphalis polychloros, Nymphalidae,
Lépidoptère (Aile observée à la loupe binoculaire) (Belgique - 26/09/1995 - Diapositive
originale réalisée par Eric Walravens).

Les principales nervures longitudinales des ailes d'insectes sont, du bord antérieur de l'aile
vers l'arrière:

 la nervure costale;
 la nervure sous-costale, primitivement fourchue vers l'apex;
 la nervure radiale, qui se divise en deux branches:
o la nervure radiale proprement dite (R1), qui atteint le bord de l'aile,
o et le secteur de la radiale, qui se divise en quatre nervures (R2 à R5);
 la nervure médiane, divisée en branches dont il ne subsiste plus, chez la plupart des
insectes, que la branche postérieure;
 la nervure cubitale, également divisée;
 les nervures anales, dont la première est souvent appelée post-cubitale car elle est
associée à la nervure cubitale.

Entre les nervures longitudinales, des nervures transversales délimitent un certain nombre de
cellules alaires.
Archétype de la nervation alaire chez les insectes (d'après Villiers, A. - 1979, modifié, adapté
de Comstock et Needham).

Par rapport à cet archétype, la nervation alaire a profondément évolué chez de nombreux
groupes d'insectes, avec réduction du nombre de nervures et réduction du champ anal. Il
devient parfois difficile de savoir quelles nervures primitives sont encore représentées chez
les insectes supérieurs.

Aile postérieure de libellule deprimée femelle Libellula depressa, Libellulidae, Odonate


(Hamois, Condroz, Province de Namur, Belgique - 27/05/1995 - Diapositive originale réalisée
par Eric Walravens). La nervation primitive est encore assez proche de la structure originelle.
Aile d'un frelon capturé Vespa crabro, Vespidae, Hyménoptère (Hamois, Condroz, Province
de Namur, Belgique - 27/07/1995 - Diapositive originale réalisée par Eric Walravens). La
réduction extrême des nervures et la grande taille des cellules est typique d'un ordre d'insectes
très évolué.

Dans certains ordres d'insectes, la paire antérieure d'ailes ne participe plus au vol, mais
recouvre et protège les ailes postérieures fonctionnelles: on parle d'élytres chez les
Coléoptères, de tegmina (tegmen au singulier) chez les Orthoptères, ou d'hémélytres chez
les Hétéroptères, dont les ailes antérieures sont coriaces à la base, mais membraneuses à
l'apex.
Envol d'un mâle de lucane cerf-volant Lucanus cervus, Lucanidae, Coléoptère (Watermael-
Boitsfort, Province de Brabant, Belgique - 02/07/2001 - Diapositive originale réalisée par Eric
Walravens). Remarquez les ailes de vol déployées, protégées au repos par les élytres coriaces
ici dressées.

2.2.3 L'abdomen
L'abdomen est formé d'un nombre variable de segments (onze primitivement et au maximum)
abritant, entre autres, les organes reproducteurs. L'abdomen porte, postérieurement, des
appendices liés ou non à la reproduction. Parmi ces derniers, les cerques: de forme variable,
ils sont filiformes et multiarticulés chez des ordres primitifs comme les Thysanoures, les
Plécoptères et les Ephéméroptères, courts et tronqués chez les Orthoptères, transformés en
pinces chez les Dermaptères et absents chez de nombreux insectes supérieurs.

Ephemera danica, Ephemeridae, Ephemeroptère (corps de 40 mm de long) (La Vacherie,


Sainte-Ode, Ardennes, Province de Luxembourg, Belgique - 24/07/1996 - Diapositive
originale réalisée par Eric Walravens). La flèche indiquent les cerques abdominaux.

Pour la description des appendices abdominaux liés à la reproduction, consultez le chapitre


consacré à la reproduction et au développement des insectes.

Chez les Orthoptères, le premier segment abdominal porte, sur les flancs, les organes
tympaniques. Chez les cigales, l'abdomen présente sur la face ventrale un organe phonique et
acoustique, donc à la fois émetteur et récepteur de sons.
Position de l'orifice tympanique chez un criquet. Criquet noir-ébène mâle Omocestus rufipes
(=O. ventralis), Acrididae, Orthoptère (corps de 15 mm de long) (Dinant, Vallée de la Meuse,
Province de Namur, Belgique - 31/08/1996 - Diapositive originale réalisée par Eric
Walravens).

Comme deux segments du thorax, les segments abdominaux antérieurs sont pourvus de
trachées, sortes de tubules respiratoires communiquant avec l'extérieur par des stigmates, et
conduisant l'air aux tissus.
Position des stigmates chez une chenille de phalène du bouleau Biston betularia,
Geometridae, Lépidoptère (corps de 57 mm de long) (Grivegnée (Liège), Province de Liège,
Belgique - 11/10/1995 - Diapositive originale réalisée par Eric Walravens).

Enfin, l'abdomen des insectes est le siège de glandes odoriférantes, de structures et de


fonctions diverses.

Staphylin odorant Ocypus olens, Staphylinidae, Coléoptère ayant captué une coccinelle (corps
de 26 mm de long) (Cap Gris-Nez, Région du Nord-Pas-de-Calais, France - 25/09/1994 -
Diapositive originale réalisée par Eric Walravens). Remarquez les glandes odoriférantes
répulsives à l'extrémité de l'abdomen.