Vous êtes sur la page 1sur 21

Table de matières

Le constat (problème et conséquences) ………………………………………………….4

Raisons morales ………………………………………………………………………………….. 8

Raisons ou attentes légales ………………………………………………………………… 9

Raisons économiques ou rentabilité de la santé et sécurité ………………….15

Les pertes directes (coûts directs) ………………………………………… 17

Les pertes indirectes (coûts indirects) ………………………………………………….18

Conclusions
Au sein des organismes, le management de la santé et sécurité est très souvent perçu
par le personnel et la direction comme des activités chronophages qui augmentent la
charge de travail et génèrent des coûts supplémentaires pour l’entreprise à tel point
qu'on est tenté de se poser les questions suivantes:
Pourquoi le management de la santé et sécurité au travail? Est-ce que gérer la santé
et sécurité d’un organisme peut rendre ce dernier rentable et prospère?
Ces questionnements ont certainement déjà fait l’objet de débats entre managers sans
forcément un approfondissement de la question par chacun. Je me suis soumis aussi à
ce petit jeu et suite à quelques lectures et observations, les raisons d’être du
management de la santé et sécurité sont nombreuses et découlent d’un constat.
Le constat (problème et conséquences)
Les statistiques mondiales suivantes issues du rapport «Estimates of Occupational Accidents
and Work-related Illnesses» et publiées en marge du 21ème congrès sur la santé et la
sécurité au travail en Septembre 2017 à Singapour par le Workplace Safety and Health
(WSH) Institute en accord avec l’Organisation Internationale du Travail (OIT), stipulent que:

Toutes les 10 secondes, 1 travailleur meurt d’un accident ou d’une maladie liée au
travail
Toutes les(1) secondes,travailleurssont victimes d’un accident lié au travail.
Chaque jour, 7 620 personnes (13,4% décès sont liés aux accidents de travail et 86.3%
liés aux pathologies) meurent d'un accident du travail ou d'une maladie liée au travail –
soit plus de 2,78 millions de morts par an.
La plupart des 374 millions d'accidents qui se produisent chaque année résultent en des
absences prolongées du travail.
4 à 6 % du Produit Intérieur Brut mondial est perdu chaque année liée aux problèmes
de santé et sécurité au travail.

04
D’après ces mêmes statistiques représentés dans les tableau et figure suivants, 2/3 des
mortalités proviennent de l’Asie suivi de l’Afrique (11.8%) et l'Europe (11.7%):

05
06
A partir de ces tableaux, nous pouvons observer que les ratios de fatalités sont
plus bas dans les économies et régions développées que les économies en
développement.
La moitié des accidents fatals se produisent dans le secteur agricole, les autres
secteurs à risque élevé étant le bâtiment et l’industrie de la pêche. Ces chiffres
donnent le nombre d'accidents et de cas de maladie déclarés et enregistrés de par
le monde. Inévitablement, il y a des cas qui ne sont pas déclarés ou qui ne sont
pas enregistrés, de sorte que les chiffres réels sont presque certainement plus
élevés.
Les principaux facteurs (qu’on peut prévenir) causes d’accidents sont dus très
souvent à:
L’absence d’une culture préventive de santé et sécurité au travail
Un faible système de management
Un suivi et une régulation insuffisante par le gouvernement

Au-delà de ces constats, vous conviendrez avec moi, que les raisons pouvant
justifier la mise en œuvre d’un système de prévention sont légions. En fonction de
leur impact, Nous les avons repartis en trois grandes catégories.

07
Raisons morales

«La prévention paie non seulement sur le plan humain mais impulse aussi de
meilleures performances par les entreprises et un dynamisme économique
national. Ensemble nous pouvons nous assurer que le travail décent est un travail
sûr». Thaksin Shinawatra-Premier Ministre Thailandais

Les statistiques ci-dessus laissent supposer que les gens qui vont simplement au
travail pour gagner leur vie ressentent une grande quantité de douleur et de
souffrance. Les chiffres donnent une idée de l'ampleur du problème. En revanche,
les chiffres ne peuvent nous raconter l'histoire de chacun. Lorsque la santé et la
sécurité ne sont pas gérés de manière correcte, les gens sont tués et
grièvement blessés, ou souffrent d'horribles maladies ayant un impact
important non seulement sur eux, mais aussi sur leurs personnes à charge,
leur famille, leurs amis et leurs collègues. La société dans son ensemble
considère que ces événements sont moralement inacceptables et que la blessure
ou la maladie ne doivent pas être le prix à payer par le salarié pour pouvoir nourrir
sa famille.

08
Les employeurs (par le biais du management) fournissent les locaux et les
équipements et mettent en place les pratiques professionnelles que les employés
vont utiliser pour produire les biens et services à partir desquels les employeurs
réalisent des bénéfices. Dans cette mesure, on peut dire que les employeurs tirent
profit des conditions régnant sur le lieu de travail. En retour, ils fournissent un
revenu aux employés, mais ils ont aussi une responsabilité morale quant à la
fourniture de conditions de travail sûres et saines.

Raisons ou attentes légales


Les motivations sociales (ou réglementaires) justifiant la gestion de la santé-
sécurité sont liées au cadre législatif national et international qui gouverne la
conduite des affaires et des organisations. La plupart des pays ont des lois qui
définissent les normes permettant d'administrer les organismes quant à la santé-
sécurité. Le manquement au respect de ces normes minimales réglementaires
peut entraîner une action coercitive de la part des autorités chargées de
l'application des lois, ou des poursuites devant les tribunaux. Une poursuite qui
aboutit peut entraîner le paiement d'une amende et, dans de nombreux pays,
l'emprisonnement des individus concernés.

09
La plupart des pays a mis en place ces normes réglementaires afin de répondre aux
attentes de leurs sociétés civiles. Ces attentes sont traduites en lois qui régissent le
comportement des individus et des organismes. Les attentes de la société civile ont
montré une tendance à l'augmentation au fil des années, de sorte que les normes
régissant les comportements des organismes doivent se réajuster pour répondre à
ces attentes accrues. De cette manière, les lois élémentaires concernant la santé-
sécurité sont amendées avec le temps pour devenir plus strictes.
Dans tous les pays, les employeurs ont une obligation de diligence envers chacun
de leurs employés et d’autres qui pourraient être affectés par leur entreprise, tels
que les contractants et les membres du public. Ce devoir ne saurait être confié à
d’autres, même si un consultant est employé pour donner des conseils sur la santé
et la sécurité ou si les employés sont sous-traités pour travailler avec un autre
employeur. Ce devoir peut être subdivisé en quatre groupes. L'employeur a
l'obligation de fournir ce qui suit :

Un lieu de travail sûr


L'employeur crée le lieu de travail, qui doit être raisonnablement sûr et sans risque
pour la santé.

10
Ce qui est considéré comme « raisonnable » peut varier selon le type de travail.
L'employeur doit aussi fournir un accès sûr au lieu de travail.
Un matériel et un équipement sûrs
Tous les outils, machines, matériels et équipements utilisés par les employés au
travail doivent être raisonnablement sûrs et sans risque pour la santé. Ce que cela
signifie exactement dépendra du type de travail réalisé. Plus le risque est important,
plus le soin à y apporter est grand. Le besoin d'inspection, de maintenance, de
réparation et de remplacement d'une machine dans une aciérie sera bien plus
important que ce qui peut s'appliquer à un bureau, où une inspection très simple
pourra être suffisante.
 Systèmes de fonctionnement sûrs
Il faut des procédures reconnues pour un encadrement sûr de toutes les activités
professionnelles. Ces procédures doivent couvrir toutes les possibilités
envisageables, par exemple l'exploitation d'un équipement de forage dans
différentes conditions météorologiques, plutôt que juste un ensemble de règles qui
assure la sécurité lorsqu'il fait beau. Les procédures doivent couvrir les activités
quotidiennes habituelles de l'organisme et les activités inhabituelles, occasionnelles
ou exceptionnelles, ainsi que n'importe quelle urgence prévisible qui peut se
produire.

11
Formation, supervision et compétence de l'équipe
Les employés doivent être capables de mettre en œuvre les procédures
nécessaires. Les employeurs ont le devoir de fournir une formation appropriée de
manière à ce que les salariés soient informés des dangers et des risques inhérents
à leur travail, ainsi que des modes de travail en sécurité et des procédures
d'urgence. Cette formation pourra être renforcée par la fourniture d'informations et
de directives.
Les employeurs doivent superviser les employés pour s'assurer qu'ils font leur
travail avec un niveau de risque minimum pour eux-mêmes et les autres. Cela ne
signifie pas que les responsables de la supervision doivent rester debout et
observer en permanence chaque salarié, mais il est impératif de fournir les niveaux
de supervision adéquats. Enfin, un employeur doit s'assurer que tous les employés,
responsables et cadres sont compétents.

12
Pour ce qui est de la réglementation internationale, la convention C155 sur la sécurité
et la santé des travailleurs et la recommandation R164 qui la complète, toutes deux
élaborées par l’organisation internationale du travail (OIT) et ratifiées par 65 pays dans
le monde, reviennent elles aussi sur les obligations des différents acteurs en milieu
professionnel. Ainsi, l’article 16 de la convention C155 stipule que:
Les employeurs devront être tenus de faire en sorte que, dans la mesure où cela est
raisonnable et pratiquement réalisable, les lieux de travail, les machines, les matériels
et les procédés de travail placés sous leur contrôle ne présentent pas de risque pour
la sécurité et la santé des travailleurs.

Les employeurs devront être tenus de faire en sorte que, dans la mesure où cela est
raisonnable et pratiquement réalisable, les substances et les agents chimiques,
physiques et biologiques placés sous leur contrôle ne présentent pas de risque pour la
santé lorsqu'une protection appropriée est assurée.

Les employeurs seront tenus de fournir, en cas de besoin, des vêtements de


protection et un équipement de protection appropriés afin de prévenir, dans la mesure
où cela est raisonnable et pratiquement réalisable, les risques d'accidents ou d'effets
préjudiciables à la santé.

13
Cet article est complété par l’article 19 de la même convention qui rajoute que
des dispositions devront être prises au niveau de l'entreprise aux termes
desquelles:
Les travailleurs, dans le cadre de leur travail, coopéreront à l'accomplissement
des obligations incombant à l'employeur;

Les représentants des travailleurs dans l'entreprise coopéreront avec


l'employeur dans le domaine de la sécurité et de l'hygiène du travail;

Les représentants des travailleurs dans l'entreprise recevront une information


suffisante concernant les mesures prises par l'employeur pour garantir la sécurité
et la santé; ils pourront consulter leurs organisations représentatives à propos de
cette information, à condition de ne pas divulguer de secrets commerciaux;

Les travailleurs et leurs représentants dans l'entreprise recevront une formation


appropriée dans le domaine de la sécurité et de l'hygiène du travail;

Les travailleurs ou leurs représentants et, le cas échéant, leurs organisations


représentatives dans l'entreprise seront habilitées, conformément à la législation
et à la pratique nationales, à examiner tous les aspects de la sécurité et de la
santé liés à leur travail et seront consultés à leur sujet par l'employeur; à cette fin,
il pourra être fait appel, par accord mutuel, à des conseillers techniques pris en
dehors de l'entreprise;

14
Le travailleur signalera immédiatement à son supérieur hiérarchique direct toute
situation dont il a un motif raisonnable de penser qu'elle présente un péril
imminent et grave pour sa vie ou sa santé et, jusqu'à ce que l'employeur ait pris
des mesures pour y remédier, en cas de besoin, celui-ci ne pourra demander aux
travailleurs de reprendre le travail dans une situation où persiste un péril imminent
et grave pour la vie ou la santé.

Les entreprises pour le bien de leur personnel mais surtout pour leur pérennité
devrait considérer le respect des lois et réglementations santé et sécurité comme
une priorité au risque subir des poursuites, des sanctions et se voir payer des
amendes.
Raisons économiques ou rentabilité de la santé et sécurité

Plus de 4% du produit intérieur brut mondial soit environ 3500 milliards de


dollars US sont perdus chaque année dans les accidents, maladies et
dommages au travail. Au vu de ce qui précède, la raison économique ou la
rentabilité de la santé-sécurité réside simplement dans le fait que les accidents
et les maladies sont couteux. Lorsqu'un accident se produit, des coûts directs et
indirects lui sont associés. Il est possible de s'assurer contre certaines de ces
pertes, mais il y en a beaucoup pour lesquelles c'est impossible. L'impact
financier des accidents et de la maladie peut avoir des effets importants sur la
rentabilité d'un organisme et dans certains cas mener à la faillite.
15
Des évènements indésirables et maladies survenus dans un organisme peuvent
impliquer plusieurs types de pertes repartis en deux catégories: Les pertes
directes et celles indirectes. La première catégorie concerne les coûts
mesurables découlant immédiatement et directement de l’évènement, la
seconde récence les coûts qui sont une conséquence indirecte de l'événement.
Les pertes indirectes sont souvent difficiles à quantifier de manière précise et
peuvent être délicats à identifier.
L’organisme en cas d’évènements indésirables est souvent couvert par
l’assurance, cependant, il n'est pas possible de s'assurer contre toutes les
pertes. Certaines pertes ne sont pas assurables du fait de leur nature même. Par
exemple, vous ne pouvez pas prendre une police d'assurance qui paierait pour
vous la somme que pourrait vous réclamer une cour d'assises. Une telle
assurance serait évidemment la négation des principes de sanction et de
dissuasion du système judiciaire pénal. D'autres pertes ne sont pas assurées
parce que la perte est trop difficile à quantifier ou parce que l'assurance serait
trop chère à envisager. Par exemple, les organismes ne peuvent s'assurer
contre une perte de revenu dans l'hypothèse où leur réputation commerciale
serait dégradée par la survenue d'un grave accident de travail. Il n'existe aucune
loi qui empêche ce type d'assurance, mais il est tout simplement impossible d'en
souscrire une.
De nombreux coûts directs et indirects associés aux accidents sur le lieu de
travail ne sont pas assurés pour les raisons évoquées. Il a été estimé que les
pertes non assurées sont entre 8 et 36 fois supérieures aux pertes assurées.

16
Les pertes directes (coûts directs)
Ces coûts mesurables découlant immédiatement et directement de l’évènement
indésirable peuvent être assurés ou non assurés.

Retrouvons quelques exemples dans le tableau suivant:

17
Les pertes indirectes (coûts indirects)
Ces coûts qui sont une conséquence indirecte de l'événement peuvent être
aussi assurés et non assurés.

18
La mise en exergue des coûts dus aux accidents et maladies en milieu professionnels nous
montre l'ampleur des conséquences financières à court, moyen et long terme pour
l'organisme. Il serait donc judicieux pour l'organisme et ses dirigeants de mettre en œuvre
tous les moyens qu'il faut pour maitriser les risques et conséquences santé et sécurité par
l'entreprise.

19
Conclusions
La prise en compte des trois bonnes raisons de mettre en place un système de prévention
santé et sécurité et de mise en œuvre de ses mesures dans les organismes aura certainement
plusieurs effets sur les entreprises notamment:
Une réduction des événements indésirables sur le lieu de travail
Une baisse de l’absentéisme et du taux de rotation des effectifs permettant une plus grande
productivité,
Une réduction du coût des primes d’assurance,
La création d’une culture de la santé et de la sécurité encourageant les employés à jouer un
rôle actif pour leur propre S&ST,
 Un engagement accru de la direction à améliorer de façon proactive la performance en
matière de S&ST,
La capacité à respecter les obligations légales et réglementaires,
Une amélioration de l’image de l’organisme,
Une hausse du moral du personnel.

La santé et la sécurité en plus d’être notre responsabilité à tous est une discipline qui rend à
l’homme sa dignité et évite de lourdes pertes à l’entreprise.

20