Vous êtes sur la page 1sur 35

Guide pratique

pour la mise en place et


l’entretien de pépinières
villageoises en zone tropicale
humide

Avec le soutien financier de l’Union Européenne


Pour plus d’informations vous pouvez contacter l’ASBL Nature+ en
Belgique,
Téléphone : +32 / (0) 81 62 23 43
E-mail : coordination@natureplus.be
Adresse: Laboratoire de Foresterie des Régions Tropicales et Subtropicales
Passage des Déportés, 2,
5.030 Gembloux (Belgique)

Projet "Développement
d’alternatives
communautaires à
l’exploitation forestière
illégale" (Projet DACEFI)
Action Communauté
Européenne ENV/2004-
81135

Partenariat Nature+/WWF/FUSAGx

Projet DACEFI
s/c WWF-CARPO
Gabon Country Office
Montée de Louis
P.O. 9144
Libreville, Gabon

Le contenu de ce guide de formation n’engage que ses auteurs et nullement l’Union


Européenne

Rédaction : J. Laporte, JL. Doucet


Dessins : E. Conesa (sauf indication) 2
Photos : J. Laporte
Sommaire
Les objectifs d’une pépinière 4
Le choix du site 5
La construction de la pépinière 6
La préparation de la terre 19
Le remplissage de sachets 20
La récolte des graines
et leur stockage 21
Les modalités de semis 23
Les entretiens 27
Les plantations 34

3
Les objectifs d’une pépinière
Ce guide concerne la
construction d’une pépinière
d’une capacité approximative
de 3.000 plants.
Celle-ci permet d’élever des
plantules (comme l’andok sur
la photo).

Ces plantules peuvent provenir d’espèces


fruitières ou d’espèces destinées à la
production de bois d’oeuvre.
L’élevage d’espèces fruitières
permet la plantation de
vergers. Ceux-ci serviront à la
production de fruits.

L’élevage d’espèces
menacées permet de
sauvegarder des espèces
à usages multiples,
importantes pour les
communautés villageoises,
comme le moabi. 4
Le choix du site
Il est important de choisir correctement le site
d’installation de la pépinière. Cela conditionne ses
chances de réussite. Par exemple, si le site est
trop éloigné de l’eau, le pépiniériste (la personne
responsable s’occupant de la pépinière) sera vite
fatigué lors des arrosages.
Le site retenu doit répondre à plusieurs critères :

• L’eau doit être disponible à proximité, même en


saison sèche ;
• Il doit être ensoleillé ;
• Le terrain doit être le plus plat possible ;
• De la terre noire et du sable doivent être
disponibles à proximité ;
• Il doit être facile d’accès ;
• Il doit être protégé du vol et des animaux;
• Les feuilles de palmier nécessaires à la
confection des ombrières doivent être disponibles
à proximité.

Si le terrain est en pente forte, il faudra l’aplanir.


Soit avec un engin mécanique (bull), soit à la main
(pelle).
Il peut être nécessaire d’abattre les arbres autour
de la pépinière, ceci pour un ensoleillement maximal,
et pour éviter que les arbres ne tombent sur la
pépinière en cas d’orage.
5
La construction de la
pépinière
1. Le plan

La pépinière est constituée de 12 « bacs » en bois


destinés à accueillir les plants.

Pour la construction d’une pépinière d’une capacité


approximative de 3.000 plants, chaque bac mesurera
1,2 m sur 2,5 m. On laissera des couloirs de 1,2 à
1,5 m entre les bacs pour pouvoir se déplacer
facilement.

Les bacs sont surmontés


d’ombrières disposées à une
hauteur de 2 m. La longueur des
madriers supportant ces
ombrières est de 2,5 m, car ils
doivent être enfoncés dans le
sol sur environ 50 cm.

La pépinière est dirigée dans un axe EST-


OUEST pour être ensoleillée toute la journée.

6
Nord
1,5 m 2,5 m

1,2 m

1,2 m

6,0 m

14,5 m

7
La construction de la pépinière (suite)

2. Le matériel
Un minimum de matériel est nécessaire à la
construction.
Le matériel pour Le matériel pour la
débrousser et mettre le construction (pour
site de construction à 3000 plants).
niveau.
9 5 kg de pointes
9 Machettes
9 2 marteaux
9 Jalons
9 Pelles plates et rondes 9 1 scie à bois
9 Pioches 9Des planches en
9 Ficelles, mètre bois. Du padouk de
9 Râteaux préférence car il est
9 Brouette durable et ne
9 Niveau d’eau ou fil à pourrit pas.
plomb
Qualité Dimensions Quantité
Section Longueur
Madrier 8 x 8 cm 2,5 m 48
Planche 2 x 20 cm 2,5 m 24
2 x 20 cm 1,36 m 24
Latte 4 x 8 cm 2,5 m 24
4 x 8 cm 1,36 m 24 8
La construction de la pépinière (suite)
3. Préparation du site
La surface totale de la pépinière doit atteindre
au moins trois fois la surface de celle réservée aux
plants.

Dans le cas présent, pour une pépinière de 6 m sur


14,5 m, la surface dégagée doit être d’environ 20
m sur 50 m.
Végétation dégagée
Tas de compost Site de construction, la
Tas de terre noire terre noire est raclée
6m

20 m

14,5 m

50 m

Tas de sable
9
La construction de la pépinière (suite)

Pour s’assurer que les coins de la pépinière


soient à angle droit, on procède comme
suit:
1) On choisit un coin de la pépinière, on y met
un jalon (A);

A
2) On choisit un axe de la pépinière (par
exemple la longueur), on met un jalon à 4 m
sur cet axe (B);

A 4m B

3) On mesure 3 m sur l’autre axe (C). Ensuite on


place le jalon lorsque la distance qui le
sépare du point B est de 5 m. Alors, le coin
de la pépinière est à angle droit.
C
5m
3m

A 4m B 10
La construction de la pépinière (suite)

Tout le site de la
pépinière doit être
dégagé de sa
végétation à la
machette. A l’endroit
où la pépinière sera
construite, la
végétation doit être
enlevée à la pelle.

Toute cette végétation, doit


être mise en tas à l’écart des
travaux, pour former le
compost.
Le compost est la végétation
qui se transformera en
« terre noire » en
pourrissant .

11
La construction de la pépinière (suite)

Après que la végétation ait été enlevée, il faut


racler la « terre noire ». Elle doit être mise
sur un autre tas, à l’écart des travaux. Cette
terre sera utile pour semer les graines.

La terre est raclée également pour aplanir le


terrain et le mettre à niveau.

12
La construction de la pépinière (suite)

4. Creuser les fondations

Quand le terrain est


parfaitement dégagé, il faut
creuser les 48 trous où seront
implantés les madriers.

En se basant sur le plan fournit en


page 7, chaque trou doit avoir une
profondeur de 50 cm.
13
La construction de la pépinière (suite)

Pour faciliter la localisation des trous, on


utilisera un fil tendu entre les 4 coins de la
pépinière.

A partir de ce fil, on localisera


l’emplacement des 3 premiers bacs pour
creuser les trous à chacun de leur côté.

Ensuite on localisera
les 3 suivants, et ainsi
de suite jusqu’à la fin.

14
La construction de la pépinière (suite)
5. Assembler les cadres
Chaque bac de la
pépinière est constitué
de deux grands cadres
sur ses parties
latérales (les
longueurs).
Les cadres sont
assemblés avant d’être
enfoncés à 50 cm dans
le sol.
Ainsi, on cloue les
grandes planches et les
grandes lattes sur les Latte
madriers.
HAUT

Madrier
2,0 m

Planche
BAS
0,5 m

2,5 m 15
La construction de la pépinière (suite)
6. Mise à niveau des cadres
Quand les cadres ont
été assemblés, on les
fixe dans le sol, en
plaçant les madriers
côté extérieur aux bacs.

Les grands côtés des


bacs sont disposés dans
le sens de la longueur de
la pépinière.

On vérifie que les cadres


soient bien face à face Vus de haut, les madriers
et à la même hauteur. et les planches devraient
être montés comme suit:
Grand côté

Madrier

Planches

Mauvais, les
madriers sont du Bon, les madriers sont 16
côté intérieur du côté extérieur
La construction de la pépinière (suite)

7. Assembler les bacs

Quand les cadres sont


au même niveau, on
cloue les petites
planches (en bas) et les
petites lattes (en haut)
des petits côtés.

Petit côté
Grand côté

Mauvais Bon 17
La construction de la pépinière (suite)

8. Mise en place des ombrières

Une fois les 12 bacs construits, il faut mettre les


feuilles de palmier entre les lattes horizontales.

Avec le temps,
les palmes vont
se dessécher et
mettre les
futurs plants
progressivement
en lumière.
Les plants
seront alors
« habitués » à la
lumière directe
du soleil lors de
leur plantation.

La pépinière est maintenant construite!

A présent, il reste à préparer la terre, et à


remplir les sachets pour les semis.

Ensuite, il faudra semer les graines. 18


La préparation de la terre
On mélange 1 pelle de sable avec 2
pelles de « terre noire ».

Terre noire

Sable

Mélange

La « terre noire » a été mise en tas pendant la


construction. S’il n’y avait pas de terre noire
présente lors de la construction, une autre source
doit être trouvée. On ramassera par exemple la
terre noire à l’arrière des cases du village.

Le sable quant à lui peut être cherché dans les


cours d’eau.
19
Le remplissage de sachets
Lorsqu’ils sont ouverts, les sachets utilisés pour les semis
des plants forestiers mesurent idéalement 12 cm de
diamètre sur 18 à 25 cm de haut. Les sachets destinés aux
semis de plants fruitiers peuvent avoir des dimensions
supérieures. Les sachets doivent être percés pour
permettre une bonne évacuation de l’eau.

Pour un bon remplissage, procéder comme suit:

1) Avec les doigts on tient le sachet par les bords


supérieurs et on remplit à moitié. Puis, en le
tenant sur les côtés, on dame en laissant tomber
le sachet sur le sol.
2) On rentre les deux coins
inférieurs du sachet vers
l’intérieur, puis on dame
en laissant tomber le
sachet sur le sol, et en
tenant avec les mains sur
les côtés.
Dessin: Daouda Mbaye
3) On remplit le sachet à ras
bord, puis on dame.

4) On complète le sachet avec un peu de


mélange qu’on ne dame pas.
Il ne peut plus y avoir de plis le long du sachet,
sinon la motte risque de se casser lors de la
plantation.
20
La récolte des graines et leur
stockage

Dans le cas de la plantation d’espèces


productrices de bois d’œuvre (moabi,
kevazingo, padouk,…), on ramassera des graines
aux pieds d’arbres bien conformés.

Dans le cas de la plantation d’espèces


productrices de fruits, on ramassera des
graines aux pieds d’arbres qui produisent les
fruits les plus intéressants. En fonction des
attentes, on choisira les arbres qui produisent
des fruits de grande taille, des fruits juteux,
des fruits goûteux.
Il ne faut pas oublier que la plupart des graines
doivent être semées rapidement. Si le semis
n’est pas réalisé dans les jours qui suivent la
récolte des graines, les graines perdent de leur
pouvoir germinatif. C’est-à-dire qu’elles
meurent, et il ne sert plus à rien de les semer.

21
La récolte des graines et leur stockage (suite)
Entre le jour de la récolte des graines et leur
semis, les graines doivent être stockées dans un
lieu ombragé, sec et aéré. Il ne faut donc pas
les laisser dans des sacs en plastique.

Cette armoire a été


construite pour le
stockage des graines.
Des moustiquaires sont
utilisées pour fermer
l’armoire afin de
permettre une bonne
aération des graines
sans invasion de
ravageurs.

Si la plupart des graines germent rapidement,


certaines d’entre elles (comme le movingui ou le
noisetier) ont besoin de plusieurs semaines en
pépinière avant de germer. Il arrive même que
certaines graines nécessitent un traitement
chimique pour germer.
22
Les modalités de semis
1. Le semis
Les graines sont disposées à plat, à la
surface du sachet. On met les graines
dans un petit trou, creusé avec les doigts.
Il faut généralement enfouir les graines
d’une couche de terre d’épaisseur
identique à la hauteur de la graine. Mauvais, la graine
Pour les graines ailées (comme le sapelli), de moabi est mise
la graine doit être sous terre, alors que cicatrice vers le
l’aile doit en sortir. haut
Pour les grosses graines (comme le moabi
ou l’andok), on les laisse dépasser de
quelques millimètres hors de la terre,
avec la cicatrice vers le bas.

Bon

Mauvais, la graine
de moabi est mise
Bon, les graines de sapelli sont trop profondément
correctement rangées et semées
23
Les modalités de semis (suite)
2. Le rangement des sachets

Une fois les graines


semées, les sachets
sont déposés côte à
côte dans les
planches de façon
parfaitement
rectiligne, ceci afin
de faciliter les
comptages et suivis
ultérieurs.
Ici, les sachets contenant les plantules
d’okoumé sont bien disposés

On laisse un espace libre sur un côté du bac pour


pouvoir facilement trier et déplacer les sachets
24
Les modalités de semis (suite)

Dès que les graines ont été semées, elles doivent


être arrosées le plus rapidement possible.

Chaque lot introduit en pépinière sera dûment


étiqueté. Les étiquettes sont confectionnées
en bois et les inscriptions sont réalisées au
marqueur (feutre), elles mentionnent le nom de
l’espèce semée, la date de semis, sa
provenance, et le nombre de sachets.

Espèce semée: Moabi

Date de semis: 10/01

Provenance: TEM

Nombre de sachets: 80

25
Les modalités de semis (suite)

Les graines sont à présent dans la terre.


Pour que les plants poussent, ils vont
encore avoir besoin d’eau et de
beaucoup de soins.

26
Les entretiens
1. Les arrosages
Lors de journées sans pluie, l’arrosage est réalisé au
moins une fois par jour, le soir entre 16 et 18 heures.

L’arrosage est effectué à l’aide d’un arrosoir de


préférence. On mouillera la terre en profondeur avec
de légers jets d’eau.

Mauvais Bon

L’arrosage n’est pas effectué avec un sceau pour


éviter que les plants ne se déracinent ou que la
terre soit évacuée du sachet.
27
Les entretiens (suite)

2. Le désherbage

Une fois que les plantules sont suffisamment


enracinées (10 à 15 cm de hauteur), il faut
réaliser le désherbage des sachets afin
d’empêcher la concurrence. Le désherbage
consiste à enlever toutes les plantes et
herbes qui n’ont pas été semées.

3. Le binage

Suite aux arrosages journaliers, la terre se


tasse et forme une croûte compacte en surface.
Gratter cette croûte, à l'aide d'un petit bâton
aplati, est très bon pour la croissance du plant.
Le binage permet une meilleure aération de la
terre et aide l’eau à s’écouler.

28
Les entretiens (suite)
4. Le tri
Pour un développement harmonieux de l’ensemble des
plantules, on les disposera en fonction de leur taille, dès
que les plus grandes atteignent 20 à 30 cm de hauteur.
On regroupe les plants de taille identique en disposant les
plus petits à l’extrémité de la planche où l’ensoleillement
est le plus fort. Ceci afin d'éviter que les plus grands
plants captent toute la lumière du soleil alors que les
petits restent dans l’ombre.

Les plants les


plus petits sont
placés à
l’extrémité du
bac, ou
l’ensoleillement
est le plus fort

Ce tri sert également à éviter le développement dans le


sol des racines ayant percé le sachet. Les racines sont
coupées délicatement avec un couteau ou une machette
parfaitement aiguisés.
29
Les entretiens (suite)

5. Les parasites, ravageurs et les


mauvaises herbes
Tous les jours, il faudra vérifier que les
plantules ne sont pas mangées par des
animaux. Il faudra particulièrement faire
attention à bien enlever toutes les limaces et
les escargots car ils peuvent occasionner de
gros dégâts aux plantules.
Il faudra aussi veiller à ce que les animaux
domestiques ne viennent manger les plantules.

Régulièrement, il faudra ratisser dans les


bacs et les allées pour éliminer les herbes
présentes et maintenir la propreté de la
pépinière.
6. L’enlèvement des plants morts
Pour éviter que des maladies ne se propagent dans
la pépinière, on enlèvera tous les plants morts ou
malades. On ne jettera pas ces plants dans le tas
de compost pour éviter de garder et propager des
maladies.

30
Les entretiens (suite)

7. Le renouvellement des ombrières

A chaque nouveau semis, il faut renouveler


les palmes des ombrières.

Si les palmes desséchées ne sont pas


changées, elles laisseront passer trop de
lumière du soleil, ce qui risque de brûler les
plantules.

31
Les entretiens (suite)
La gestion d’une pépinière demande de
l’organisation et de la planification.
L’ensemble des activités sont reprises dans
le tableau suivant.
Matin 9 Enlèvement des
ravageurs
Soir 9 Arrosage
Une fois par semaine 9 Enlèvement des
mauvaises herbes
9 Binage
9 Tri
9 Enlèvement des plants
morts
Une fois par mois 9 Entretien du site :
Il faut régulièrement dégager
toute la végétation qui pousse
sur le site de la pépinière et
remplir de terre les endroits
où l’eau de pluie s’accumule.

A l’arrivée de 9 Mélange de la terre


nouvelles graines 9 Remplissage de sachets
9 Semis
9Arrosage
9 Renouveler les ombrières 32
Les entretiens (suite)

Une fois les graines semées, les


plants vont se mettre à pousser.

Quand ils auront atteint une


hauteur de 50 à 60 cm, ils
pourront être plantés.

33
Les plantations
La plupart des espèces doivent être plantées dans un
endroit ensoleillé, sur un sol dégagé de toute végétation.
Les plants devront être protégés du bétail.

Les trous de plantation doivent être suffisamment


larges, idéalement de 50 x 50 x 50 cm. La terre est
déposée à côté du trou puis ameublie. Le trou est ensuite
rempli de cette terre afin que la base du plant soit au
niveau du sol. Le plant est appuyé contre le tas de terre
et le fond du sachet est coupé avec une machette bien
aiguisée. Une fente verticale est aussi réalisée jusqu’à la
mi-hauteur du sachet.
Le plant est ensuite déposé dans le trou, le sachet est
enlevé et la terre comble le trou. Finalement, le sol est
parfaitement tassé avec les mains pour éviter que de
l’air demeure entre les racines et la terre.

Les différentes étapes de la plantation : creusement du


trou, découpage du fond du sachet et fente verticale,
positionnement du plant, retrait du sachet et
remplissage du trou.
34
FIN

35