Vous êtes sur la page 1sur 2

Analyse d’article

Dans ce texte nous esquissons une analyse de l’article suivant « Le Tourisme : un moteur de
l’économie mondiale » écrit par Jérémy Boer et parut dans le numéro 393 du Cahiers Français
en 2015. L’auteur est responsable de mission et expert en développement touristique au sein
du Pôle Tourisme Éthique et Développement de l’ONG Acting For Life et s’adresse par cet
article aux acteurs professionnels et gouvernementaux du secteur. Il s’agit dans l’article de
dresser un état des lieux précis du tourisme au vue de la conjoncture mondiale et de proposer
une réflexion autour des possibilités futures de développement.

Cet article a pour but de rappeler le rôle majeur du secteur touristique dans les économies et
de souligner sa propension à gagner en importance. L’auteur souligne aussi les facteurs qui
menacent la croissance de ce secteur, voire qui causerait même son recul, en mettant en
première position les enjeux d’insécurité et de peur face au terrorisme. Il conclut en trois
points en donnant ses projections personnelles pour l’horizon 2030.

Dans cette analyse, nous passerons l’aspect statistiques et purement comptable de la


première partie du texte pour mieux en décortiquer la problématique sous-jacente qui est très
probablement la suivante : Le Tourisme, secteur si important de l’économie mondiale,
survivra-t-il aux crises majeures de 2015, c’est-à-dire, la crise économique et le Terrorisme ?
Et bien sûr, comment pourrait-on analyser cet article aujourd’hui sans lui transposer notre
actualité à savoir la crise sanitaire globalisée du COVID-19.

Concernant le terrorisme en premier lieu, l’auteur propose une vision optimiste des choses et
rassure facilement le lecteur. Il n’exclut pas la possibilité de nouveaux attentats, et l’avenir lui
donnera raison sur ce point-là. Mais il croit surtout à une inversion de tendance et à un
essoufflement du terrorisme en Europe. L’argument principal reste surement l’étude du
« World & Tourism Council » qui estime à seulement 13 mois la période nécessaire à un retour
à la normale après un attentat.

Deuxièmement, concernant les crises économique l’auteur explique avec élégance


l’intrication complexe qui existe entre Tourisme et croissance. Il s’en suit alors que tant que la
croissance continuera le Tourisme sera prospère. Il le dit clairement : le seul risque c’est qu’il
y ait une nouvelle crise économique mondiale mais il semble confiant et il mise entre autres
sur la constance du prix du baril relativement bas, sur le rattrapage et la stabilité des
économies émergentes et en dernier sur le progrès technique et l’innovation.

Globalement, les projections de Jérémy Boer étaient plutôt fiables jusqu’à 2020. En effet,
cette nouvelle année signe l’arrêt de mort (mort temporaire on l’espère) du secteur du
tourisme. Cette crise sanitaire se transforme en crise économique qui sera malheureusement
plus forte que celle de 2008. Pour l’instant, pour reprendre avec ironie les mots de l’auteur ce
n’est un facteur de recul mais un mur qui stoppe toute progression et qui entraine avec lui
faillite après faillite.
Le COVID-19 ne causera pas la fin du monde car d’après l’article il faudrait environ 21 mois
pour s’en remettre. Mais si cette crise n’induit pas de changement structurel dans notre
économie et aussi dans notre vision du monde il y aura forcément d’autres crises économiques
et sanitaires.
Il y a une phrase clé dans le texte « La croissance touristique est donc principalement
gouvernée par la croissance économique ». Personnellement, cette phrase me dérange car
elle contient deux fois le mot croissance. Une croissance infinie et éternelle est impossible.
C’est une chimère inventée par économistes fou et sans respect pour la planète. Je n’aimerais
pas conclure sur une note collapsologiste et pessimiste c’est pourquoi je résume ma pensée
en une phrase pour conclure. Nous ne pouvons pas penser notre tourisme futur sans penser
à l’écologie et j’invite les experts comme Mr. Boer à renouveler leur regard sur le monde.