Vous êtes sur la page 1sur 40

CHAPITRE : II

L’EAU
II.1.1. Composition et structure de la molécule d’eau
Formule H2O
Composition 1H 16O (plusieurs isotopes)
2
Structure édifice électronique stable
Dissymétrique de la structure
Caractère polaire
II.1.2. Différents états de l’eau

1. solide (glace)
2. liquide (eau proprement dite)
3. gazeux (vapeur d’eau)

Dans la nature, 3 phases en


équilibre (T° , P)
1. eau-glace
2. glace- vapeur
3. eau-vapeur

Le point triple
• trois phases
• T=0,01 °C
• P = 4,6 mmHg = 613 Pa
II.1.3. Propriétés physiques de l’eau

•Température d’ébullition (Anormalement élevée)

•Masse volumique (T, P, sels dissous) phénomènes de stratifications des lacs

•Viscosité (T, P, sels dissous) résistance au mouvement

•Tension superficielle (très élevée, T, sels dissous, tensioactifs)

•Permittivité relative (particulièrement élevée, pouvoir ionisant très important)

•Conductivité électrique (très faible, résistivité élevée, faible dissociation)

•Chaleur de vaporisation (élevée) courant thermique

•Chaleur massique (très élevée) fluide caloporteur


La tension superficielle, ou énergie d'interface, ou énergie de
surface, est la tension qui existe à la surface de séparation de
deux milieux.

La tension superficielle, ou tension de surface, est celle qui existe


entre un solide ou un liquide et un gaz.

La tension entre deux solides, deux liquides, ou un liquide et un


solide est plutôt appelée tension interfaciale.

Cet effet permet par exemple aux insectes de marcher sur l'eau, à
la rosée de ne pas s'étaler sur les pétales de fleurs, et explique la
capillarité. La tension superficielle explique aussi la formation
des bulles de savon
Eau pure

Eau + tensioactif
La permittivité, ou permittivité diélectrique, est une propriété physique
qui décrit la réponse d'un milieu donné à un champ électrique.
A l’échelle microscopique, la permittivité peut être reliée à la polarisité
des atomes et des molécules.
C'est une grandeur essentielle de l'électrostatique, ainsi que de
l'électrodynamique des milieux continus.
Elle intervient dans de nombreux domaines, notamment dans l'étude de
la propagation des ondes électromagnétiques, et en particulier la lumière
visible. On la retrouve donc en optique, via l'indice de réfraction. Les
lois gérant la réfraction et la réflexion de la lumière y font appel.
La permittivité est exprimée en farads par mètre (F/m). Elle peut aussi
être exprimée par une quantité adimensionnelle: la permittivité relative
ou constante diélectrique, normalisée par rapport à la permittivité du
vide
II.1.4. Propriétés chimiques de l’eau

La première opération chimique réalisable


avec l'eau est sa dissociation en protons
H+ et en ions hydroxyles OH-. La
répartition entre les deux se mesure avec
le pH (potentiel hydrogène). L'échelle va
de 0 à 14 : plus on se rapproche de 0, plus
l'eau est acide, plus on se rapproche de 14,
plus elle est basique. L'eau est neutre
lorsque son pH est à 7.
L'eau joue un rôle très important dans
toutes les réactions chimiques qui
impliquent des matières chargées
électriquement.
La solvatation (ou action hydratante de

l’eau) est le résultat d’une destruction

complète ou partielle des divers liens

électrostatiques entre les atomes et les

molécules du corps à dissoudre, pour les

remplacer par de nouveaux liens avec les

molécules d’eau, et forger ainsi de nouvelles

structures.
•Dissolution = solvatation complète

•Peptisation = solvatation non dispersive (colloïdes)

•Gélification : solvatation superficielle (gelée)


solubilisants, peptisants,émulsionnants, stabilisants, agents de mouillage.
II.1.5. Propriétés biologiques de l’eau
Hommes
— nouveau-né ................................................................... 66 à 74 %
— adulte............................................................................. 58 à 67 %

Aliments
— laitue ....................................................................................92 %
— pomme de terre ................................................................... 78 %
— poulet.....................................................................................72 %
II.2-L’eau dans la nature
Répartition de l’eau sur la Terre
Volume : 1 milliard 340 millions de km3
Surface : 510 millions de km2
•95% océans, mers et lacs salés
•2 % glaciers et calottes polaires
•0,2 % atmosphère
•2,8% eaux douces
eaux superficielles
eaux souterraines
Les eaux superficielles: Les eaux souterraines:
•Mers •Nappe active
•Océans •Nappe captive
•Lacs •Nappe alluviale
•Rivières •Nappe phréatique
Cycle hydrologique

•Précipitations
•Ruissellement de surface
•Évapotranspiration
•Evaporation
•Transpiration des plantes
•Infiltration
LE CYCLE DE L'EAU
Le cycle de l’eau est fermé se traduit par un bilan global :

appareil de mesure : lysimètre


Les éléments du bilan se décomposent suivant
•La saison.
•Le climat
•Le sol
Variation du volume d ’eau selon la nature du sol
II.3.Les utilisations des eaux
Cycle naturel et artificiel de l’eau
Volumes des eaux utilisés par secteur
Les utilisations domestiques des eaux
Les utilisations agricoles et animales des eaux
Les
pertes
des eaux
en
secteur
agricole
EAU POTABLE : UN HAUT NIVEAU DE QUALITÉ FIXÉ PAR
UNE RÈGLEMENTATION DES PLUS RIGOUREUSES

DES NORMES DE POTABILITÉ DE L'EAU FONDÉES


SUR DES ÉTUDES SCIENTIFIQUES

Une liste de normes de qualité en constante évolution

La santé du consommateur toujours au cœur des préoccupations

DES DÉPASSEMENTS DE NORMES DE QUALITÉ


POSSIBLES MAIS SANS RISQUE RÉEL
« Les dépassements de courte durée des valeurs guides ne signifient pas
nécessairement que l’eau est impropre à la consommation ».
Organisation mondiale de la Santé (OMS)
Aucune dérogation n’est tolérée pour le dépassement d’un
paramètre microbiologique