Vous êtes sur la page 1sur 18

EDITO

témoigne l’activité du centre Yavne. Peu


Une fois n’est pas coutume, c’est ici la connaissent l’emplacement de la
renaissance d’un journal dont il s’agit avec synagogue, l’origine de certaines rues
ce premier numéro de l’année 2007 de bordelaises, les événements qui ponctuent
Reflex-sion. Assurée pendant les années la vie juive de Bordeaux. A vous de les
universitaires 2005-2006 et 2006-2007 par découvrir.
Coralie Palti et Charlotte Lazimi, le journal Enfin, le journal est complété par
avait connu 4 parutions. l’interview que nous a accordée Frédéric
Qu’est ce que Reflex-sion ? C’est Encel sur l’actualité du Proche Orient et
un journal axé sur la culture juive, d’un regard porté sur le phénomène de
l’actualité et l’histoire. Mais Reflex-sion l’hooliganisme dans les stades, suite au
s’inscrit aussi dans une démarche dramatique incident survenu à l’occasion
d’ouverture. Il a pour objectif de susciter du match Hapoël Tel Aviv – PSG.
débats, discussions, questionnement mais
bien sûr de la réflexion ! Bonne lecture !
Quel en est le but ? A l’heure où le Romain BLANCANEAUX
discours politique se teinte de références romain_bx_uejf@hotmail.fr
au « communautarisme », il est
indispensable d’apparaître visibles, dans
une démarche qui se veut constructive. SOMMAIRE
Il s’agit aussi de réhabiliter le
sionisme, en en rappelant les racines DOSSIER : la communauté de Bordeaux
européennes, sa volonté émancipatrice, son - La Synagogue de Bordeaux
esprit laïque. Le sionisme a en effet - Les Juifs à Bordeaux : une visite des rues
progressivement subi un effacement de son de Bordeaux
histoire dans les médias. Les drames - L’allumage de la Hanoukia cours de
proches-orientaux et l’orientation l’Intendance
unilatérale de l’information rendent toute - La boucherie Cacher de Bordeaux
compréhension de ce conflit rétive à - Le sentiment d’insécurité dans la
l’entendement. Aussi ne peut-on que communauté
déplorer la facilité avec laquelle certains Proche-Orient : Interview de F. Encel
groupes usent du terme « sioniste » comme Société : Football, les guerriers du stade
d’une insulte. Page détente !
Dans ce premier numéro, nous Sport en vrac !
mettons Bordeaux à l’honneur. Pour
présenter à ceux qui ne la connaissent pas
la communauté, ou à ceux qui ne la
connaissent pas assez. La vie
communautaire de Bordeaux est
actuellement effervescente, comme en

2
La synagogue de Bordeaux : monument-paradoxe, monument-
témoin, monument d’exception
originaires d’Espagne et du Portugal,
fuyant l’Inquisition en 1492 et qui reposent
dans le vieux cimetière de la Marne ?

Les travaux de construction de la


synagogue coïncident avec les débuts de la
Troisième République, ils durent deux ans
(1880-1882) et sont entrepris par
l’architecte Durand. La voûte est soutenue
par un squelette de métal des ateliers
Eiffel. Sur le plan stylistique, la façade
témoigne d’un éclectisme ou l’art médiéval
se mêle aux références orientales. La partie
la plus grandiose de la synagogue, l’espace
de culte, relève également d’une synthèse
entre art baroque et art oriental. L’effet
produit, par le contraste du volume de la
salle (dimension baroque) et le jeu des
nervures successives (dimension orientale)
est particulièrement saisissant. Par ailleurs,
le symbolisme occupe une place
Où est la synagogue de Bordeaux ? importante dans la synagogue. La
synagogue de Bordeaux est la première en
France à utiliser aussi abondamment la
A l’inverse des cathédrales, qui ont maguen David, l’étoile à six pointes. Nous
historiquement structuré l’aménagement de pouvons la voir sur le sol dans le vestibule,
la ville ; la synagogue n’est pas de ces elle se retrouve dans des vitraux sculptés à
monuments qui s’affichent avec la base de certains arcs, placée également
ostentation. L’emplacement de ce au tympan central et sous les tables de la
monument frappe plutôt par sa discrétion. Loi. Elle reçoit donc une fonction
Pourtant cette discrétion contraste avec le privilégiée ; certes elle a encore
gigantisme de l’édifice religieux. essentiellement une valeur décorative plus
Monument-paradoxe donc : paradoxe qui que symbolique, mais la promotion de ce
recouvre la double dimension de sa nouveau symbole juif, que le sionisme va
fonction. La synagogue est le lieu de accélérer, est bien en cours à Bordeaux, cas
recueillement des fidèles. Mais elle est encore très rare en France. Une valeur
également un espace chaleureux, ou se symbolique s’attache aussi à la teba,
rencontre les membres de la communauté. estrade sur laquelle s’installent les
officiants et un chœur; les bancs sont
Monument paradoxe, monument disposés autour à la manière du peuple
témoin : chaque pierre a été le témoin des d’Israël rassemblé autour du mont Sinaï au
événements dramatique ou heureux de la moment où Moise reçoit les tables de la
communauté juive. N’a-t-elle pas été Loi. Le Consistoire bordelais, à partir de
construite en 1882 grâce à la persévérance 1882, a donc en sa possession une
des vieilles familles juives bordelaises synagogue prestigieuse qui servit de cadre

3
non seulement à la vie communautaire,
mais aussi à des cérémonies patriotiques. Monument-paradoxe, monument
En mars 1920, le président de la - témoin, monument d’exception enfin.
République P.Dechanel et le maréchal Depuis 1992, la synagogue de Bordeaux
Pétain participe ainsi à une cérémonie en connaît une nouvelle phase de son histoire,
mémoire de la protestation des députés sa reconnaissance comme fleuron du
suite à l’annexion de l’Alsace-Lorraine en patrimoine juif français. La première
1871. Les offices en souvenir des soldats marque de reconnaissance fut pour la
tués durant la Grande Guerre se déroulent synagogue de Bordeaux son inscription
également dans l’édifice. Leurs noms sont à l’inventaire supplémentaire des
inscrits dans les plaques de marbre de la monuments historiques. Mais on jugea que
synagogue. La synagogue connaît ses ce monument exceptionnel méritait de
heures les plus sombres sous l’Occupation. passer devant la commission nationale et
Le grand rabbin J.Cohen, qui fit tout pour d’être classé monument historique. Cette
sauver sa communauté, a témoigné de ces procédure aboutit et un arrété du 20 juillet
exactions : « Jamais, écrit-il, il ne nous 1998 la classa monument historique le 20
serait venu à l’idée que la synagogue juillet 1998.
deviendrait un jour le théatre des crimes Pourtant malgré son caractère
allemands. En janvier 1944, après l’avoir exceptionnel demeure le paradoxe : où est
saccagé de fond en comble, ils la la synagogue de Bordeaux ? Si un jour
transformèrent en geôle et y enfermèrent vous venez dans notre ville et que vous
les victimes des rafles, avant leur départ de désirez la visiter sans savoir comme
Drancy ». beaucoup de nouveaux arrivants où elle se
Un des premiers actes officiels qui situe je me ferais un plaisir de vous la faire
se soient déroulés dans la synagogue après visiter. Vous deviendrez alors les témoins
la Libération fut de l’ordre de la mémoire, de ce monument d’exception.
l’inauguration le 15 mai 1949 du mémorial
des martyrs de la communauté victimes de Par Franck KRIEF
la barbarie nazie. Ces immenses plaques
couvrent une grande partie du mur latéral
ouest, sur le parvis de la synagogue. Elles
portent pas moins de 560 noms répartis en
douze colonnes. Parmi les déportés sont
nommés aussi bien des résistants que des
personnalités comme le grand rabbin
Ginsburger ou encore G.Mandel député de
la Gironde et Ministre assassiné en juillet
1944 par la Milice. Comment ne pas se
souvenir devant ce mur du kotel de
Jerusalem, mur des lamentations ? Cérémonie commémorative devant la dalle portant les
noms des Juifs déportés, morts pendant la seconde guerre
mondiale

Adresses des principaux lieux de la communauté juive de Bordeaux :

Synagogue de Bordeaux : 8 Rue du Grand Rabbin Joseph Cohen.


Centre Yavne, le centre culturel juif, 11 rue Poquelin Molière 33300 Bordeaux.
Le Centre Yavne est un lieu d'échange, de rencontres, d'enseignement autour de la culture
juive (www.centre-yavne.com).

4
Les Juifs & Bordeaux : petite enquête sur les rues de la ville
Depuis quand y’a-t-il des Juifs à
Les Juifs ont une longue histoire dans Bordeaux ?
la ville de Bordeaux, et ceci non sans Juda bar Eliézer Sevi raconte
laisser de traces. Nous retrouvons la l’histoire de deux frères en diaspora à
présence juive au travers de noms de rues, Bordeaux. Les faits historiques nous
mais aussi d’œuvres d’écrivains bordelais, expliquent qu’après la destruction du
particulièrement ceux que l’on nomme les second Temple de Jérusalem, de nombreux
« trois M » (Montaigne, Montesquieu, Juifs ont été en exil, dont un groupe arrivé
Mauriac). à Bordeaux à la fin du Ie siècle. Le
Depuis 1808, de nombreuses seigneur les a alors accueilli à bras ouverts
recherches ont été faites à propos des Juifs en leur offrant champs et vignoble à
à Bordeaux, qui révèlent qu’ils y sont cultiver, aux débuts même de la culture du
apparus à la fin du Ie siècle, vin dans la région.
malheureusement les informations ne sont Les deux frères, Joseph et
pas foisonnantes. L’histoire des Juifs à Benjamin, ainsi que leur cousin Samuel,
Bordeaux a été chaotique. Si à partir du décrits par Juda bar Eliézer Sevi,
XIIIe siècle a lieu une discrimination à composèrent la prière We-Hu rahum, « il
l’égard des Juifs instaurée au niveau est miséricordieux », prière qui fut diffusée
politique, jusqu’à leur expulsion, les Juifs dans les communautés de la diaspora. Cette
trouveront plus tard refuge dans la ville, première création bordelaise du judaïsme
notamment au XVIe siècle en fuyant « implante la foi en un Dieu unique, juste
l’Inquisition portugaise. Jusqu’au XXe et prodiguant son amour à ses créatures et
siècle, les Juifs seront bien intégrés dans à son peuple, Israël ».
cette ville, et l’arrestation du grand Rabbin
Joseph Cohen en 1943 sera un réel choc. La communauté juive à Bordeaux au
Aujourd’hui, la communauté juive travers des rues
est diversifiée, mélangeant entre autres des
descendants de Portugais évidemment, D’où provient ce nom, Porte-Dijeaux ?
Alsaciens, Maghrébins. Il existe à vrai dire plusieurs
explications ou interprétations, en tout cas
son origine ne fait pas consensus.
Pour certains, et c’est la raison pour
laquelle le sujet est ici abordé, l‘appellation
« Porte-Dijeaux » est liée aux Juifs de
Bordeaux.

Tout d’abord, le nom Porte-Dijeaux


serait la déformation de l’anglais « Jews »,
et donc de la « Porte des Jews ».
Cependant, comme nous le rappelle R.
Galy dans Les rues de Bordeaux, la langue
Intérieur de la synagogue de Bordeaux avec son anglaise n’est apparue dans la région qu’à
architecte, A. Corcelles, rue Causserouge. Elle fut
détruite par un incendie en 1873
partir du XVe siècle, et encore, même pas
dans la vie quotidienne mais au niveau du
Roi-Duc. Or à ce moment-là, la rue
s’appelait déjà Porte-Dijeaux. Cette

5
hypothèse semble en conséquence peu effet ce n’est que par la suite que s’est
fiable. urbanisé le Sud, avec la place de la
On peut également être tenté de Comédie pour forum. À cette époque,
faire dériver Dijeaux du gascon « Judiu », durant l’Antiquité, il est à peu près sûr que
mais encore selon R. Galy, ceci est peu l’on pouvait trouver un quartier juif sur le
probable au regard de l'ordre des lettres. Mont Judaïque, comme peut en témoigner
Une troisième hypothèse nous la présence d’un cimetière juif. D’ailleurs,
semble plus largement satisfaisante. Le l’entretien de ce cimetière prouve que la
nom « Porte-Dijeaux » ferait référence à un communauté juive a demeuré à Bordeaux,
temple dédié à Jupiter à proximité de cette et le prieuré de Saint-Martin percevait
rue et ainsi, dériverait de « Porte-Jovis », d’ailleurs une taxe sur chaque inhumation.
dit « Porte-de-Jous » en gascon pour être Ce n’est qu’après le départ forcé des Juifs
finalement transformé en Porte-Dijeaux. au XIVe siècle que les redevances n’ont
Cependant, pour certains, la question n'est plus été versées à la chapelle.
pas encore tranchée, et Gérard Nahon dans
Juifs et Judaïsme à Bordeaux parle de la Une vie juive dans l’actuelle rue
rue Porte-Dijeaux comme anciennement Cheverus.
« Porta di Jeus », autrement dit « Porte des Gérard Nahon explique qu’« au
Juifs ». Moyen Âge l’habitat juif, comme l’habitat
chrétien, se fixa à l’intérieur des
remparts », ce qui est confirmé par
l’histoire de l’anneau d’or d’Aster. Cette
bague a été trouvée en 1854, au croisement
entre les rues des Trois-Conils et Cheverus,
anciennement « Arrua Judaïca », ou « rue
juive ». Cette découverte témoigne de
l’existence de Juifs dans ce quartier de la
ville, à partir au moins du VIe siècle, et
l’on peut supposer que le nom de la rue
était lié aux Juifs qui y vivaient. C’est
d’ailleurs au numéro 8 de l’actuelle rue
Cheverus qu’existait bien plus tard, au
XVIe siècle, une Maison judaïque, où
siégeait au Moyen Âge une synagogue.

La Porte-Dijeaux, au début de la rue Porte-Dijeaux En guise de conclusion, nous dirons


simplement que l’histoire de Bordeaux est
Qu’en est-il de la rue Judaïque ? intimement liée à l’histoire de « ses » Juifs,
L’origine du nom de cette très la communauté y ayant été active dès les
ancienne voie ne fait quant à elle origines même de l’existence de la ville.
aucunement débat. Ce nom renvoie à la Entre le XIIIe et le XIVe siècle, les Juifs de
chapelle Saint-Martin qui était tout Bordeaux et les Juifs de France ont été
simplement située sur le Mont Judaïque, ou expulsés et ont donc dû fuir, une
« Mont Judec » au XVe siècle. communauté en tant que telle n’a pu se
reformer qu’avec la venue de Juifs surtout
Selon Gérard Nahon dans Juifs et du Portugal au moment de l’Inquisition.
Judaïsme à Bordeaux, « la colline des
Thermes dite ‘’Mont Judaïque’’ constitue Par Anne BOULAKKIA
une énigme ». Il rappelle qu’il correspond
aux origines de la ville de Bordeaux, en

6
L’allumage de la Hanoukkia cours
de l’Intendance
assisté à cette fête, accompagnée de
musique jouée par des jeunes amis du
Habbad Loubavitch de Paris. Chaque
personnalité notoire de notre communauté
et ville de Bordeaux a allumé une
flamme, symbole de l’illumination du
peuple Juif.

Les enfants venus nombreux été


tout emmitouflés dans leur manteau et

Le jeudi 21 décembre dans un froid étaient heureux de voir ce moment, de


manger les Souvganioth (beignets sucrés
saisissant nous avons eu l’honneur de Hanoukka) et de recevoir comme notre
d’assister à un évènement nouveau sur tradition le veut un cadeau. Un des
Bordeaux, car de mémoire, jamais nous cadeaux le plus souvent distribués à nous
n’avions eu un allumage de bougies de enfants pour Hanoukka est (pas la Wii de
Hanoukka aussi grand ! Nintendo) mais la Toupie (ou Sévivone)
sur laquelle est écrit quatre lettres – ‫נ‬
En effet, c’est grâce à l’initiative du noune ‫ ג‬guimel ‫ ה‬hé ‫ ש‬shine – qui sont les
Rabbin Menahem Cohen et du Habbad initiales de : « Il y a eu un miracle là-bas
Loubavitch de France que notre ville a été (en parlant d’Israël ».Des chansons de
éclairée. Cet allumage de l’avant-dernière hanoukka accompagnaient chaque
bougie de Hanoukka s’est déroulée en allumage de bougie : d’abord l’allumage
plein centre ville au début du Cours de de la bougie Gardienne, la Shamash puis
l’intendance en présence de personnalités les sept suivantes car ce soir-là nous étions
de la ville de Bordeaux. Toute notre le 7eme jour de Hanoukka sur 8 jours de
communauté s’était donnée rendez vous ce fêtes.
soir-là pour participer à la mitsva de
l’allumage des bougies de Hanoukka. En L’autre miracle de cette fête est le
effet, cette Hanoukia et ces bougies miracle de fiole d’huile de la Menora du
symbolisent un des miracles réalisés lors Temple de Jérusalem, souillée par les
de la lutte de Yéhouda Maccabi et des Grecs qui était restée allumée huit jours en
Greco-Assyriens où une poignée de Juifs tout alors qu’elle n’aurait dû rester allumée
s’était rebellée et avait résisté à l’armée qu’un seul jour. Cette fiole retrouvée par
grecque la plus terrible de l’époque qui les Hasmonéens (famille de Yéhouda
voulait assimiler les juifs et les forcer à Maccabi ) qui étaient une famille de prêtre
abandonner l’étude et la pratique de la du Temple de Jérusalem (les Cohen) fut le
Thora au profit du polythéisme et des symbole de la résistance du peuple juif et
croyances païennes. du miracle.

C’était un moment chaleureux Par Stéphane GRAUZAM


malgré le froid où bien 150 personnes ont

7
Le sentiment d’insécurité dans la communauté juive de Bordeaux
Note préliminaire : J’attire l’attention du lecteur sur le fait que les résultats que j’avance ici sont toujours une
interprétation de la réalité. Cet article propose un résumé d’un travail de mémoire en sociologie. Cette recherche n’a de
visée scientifique que dans les méthodes utilisées, non sur les conclusions qu’elle propose. Pour des raisons d'anonymat,
noms et prénoms ont été remplacés par des prénoms fictifs.

juive pratiquante ? Le port de la kippa peut-il


Les manifestations de l’antisémitisme dans entretenir le sentiment d'insécurité ? Le
la société française s’abreuvent désormais du sentiment d'insécurité détruit-il le lien
conflit israélo-palestinien. Davantage depuis social ?
2000, les actes antisémites s'inspirent de la
situation proche-orientale et en "importent" La police offre une impression de
le vocabulaire : des journalistes parlent protection limitée: Les acteurs de la
"d'intifada dans les banlieues" en novembre communauté juive attendent une intervention
2005, on parle de "martyrs" (terme de l'Etat ("Le fait qu'il y ait une police et
glorifiant) au lieu "d'hommes-bombes", de qu'on soit surveillé, moi je suis tout a fait
"kamikazes" pour (…) "(Alissa, 23 ans). Ils entretiennent
une image positive du corps de police
lorsqu'il leur apparaît que l'action de celui-ci
satisfait leurs attentes. Or, quand sa
présence "molle" s'inscrit dans la longueur,
les acteurs blâment la police pour une
inefficacité qui les dépasse, puisqu'elle se
loge en partie dans l'imaginaire. ("Les deux
flics, le temps qu'ils percutent, qu'ils se
réveillent, qu'ils lâchent leur sandwich, à
mon avis le gars il a le temps de faire ce
qu'il veut quoi." (Jessica)). La présence de la
police s’est fossilisée, les acteurs entrevoient
alors avec angoisse son absence ("Malgré
Le sentiment d'insécurité :
Traiter du sentiment d’insécurité comme tout, leur présence est rassurante. Ca serait
moins rassurant s'ils n'étaient pas là."
sujet sociologique nécessite de rassembler
(Dora)). La police se situe dans la normalité
les composantes qui y participent : politique,
de son rôle en protégeant les citoyens, mais
média, prévention (…). L’insécurité procède
ajoute à l'anormalité de la situation
de la rencontre des faits réels et des discours
d'enfermement ressentie, et la police peut
qui en traitent. Le sentiment d'insécurité
ramener à une situation anxiogène ("Même
pose un problème majeur : il grandit et se
s'il n'y pas de problème et que tu vois des
développe dans un registre imaginaire. S'il
trouve sa source et son expression dans les policiers, c'est bien que quelque part il
devrait y avoir un problème." (Jessica).),
sondages statistiques, il est éloigné du fait
Aussi la police semble être un " eye catcher"
brut, dans le sens où il demeure abstrait et
individuel. (litt.attrape-œil). Donc tout le monde se dit
La présence policière autour de la synagogue "mais pourquoi là ? pourquoi cette école ?
qu'est-ce qui se passe ?" (Deborah).).
de Bordeaux participe-t-elle du sentiment
anxiogène d’insécurité dans la communauté

8
La sécurité interne : efficace mais bas, hop, elle se répercute ici, mais ça se fait
insatisfaisante : On n’accepterait pas une vraiment en collaboration de tous les
présence "totale" de la police (intrusion services." (Michaël)). Cette situation place
insupportable dans les affaires privées du des gens de la communauté dans une
groupe). Des gens de la communauté sont situation d'attente. On attribue aux médias la
présents à l’entrée de la synagogue pour responsabilité d'attaques en France,
sécuriser les lieux. Pour le groupe, il permet expressions mimétiques de leurs parti-pris
de créer une cohésion forte face au sentiment ("Quand tu vis l'insécurité, c'est pas
d'insécurité ("Pour moi il est évident qu'on seulement que TA ville, c'est par les médias
est (nous la sécurité) plus efficaces. Parce aussi mine de rien que tu te sens en
que l'équipe de la sécurité de la synagogue insécurité" (Jessica)). Ouvert sur les médias,
connaît les membres de la communauté, ils le sentiment d’insécurité se nourrit d'une
ne font pas rentrer n'importe qui." information éclatée et complexe.
(Nathan)). Mais cette image positive de la
sécurité interne peut d'autant plus réduire la Traumatismes passés, peurs autour de la
présence policière à un rôle symbolique. synagogue, peurs dans la vie courante :
Ceci est propre à faire reposer sur la sécurité "vivons bien, vivons discrets" : La
interne la poids de toute la sécurité de la communauté juive subit des agressions à la
communauté. De là, une sur- symbolique forte : une association locale, un
responsabilisation de la sécurité interne peut soir de Kippour était venu défier la
l'amener à être exigeante dans ses manières communauté juive de Bordeaux en scandant
qui se veulent efficaces. La sécurité interne des slogans anti-Israéliens, certains, selon les
entretient alors une tension, et le sentiment témoignages, avec des battes : double
d'insécurité ("eux te foutent le stress, là tu provocation de venir manifester devant la
sens qu'il y a une pression un peu extérieure, synagogue, pendant une fête importante, à
qui te rappelle à l'ordre." (Alissa)). propos d'un problème de territorialité
palestino-israélien). Certains se font alors
Désillusions face aux institutions et discrets, en se refusant le droit à vivre leur
réclamation de moyens nouveaux : La religion librement. L'obligation qu'ils se
confiance portée vis-à-vis des institutions fixent de se protéger en adaptant en temps
s'effrite car elle deviennent des lieux de réel le port de signes religieux conduit à ce
frustration profonde, alors qu'elles devraient que le vestimentaire porte une part de
participer à la normalisation de relations. Les causalité dans leur insécurité présupposée.
institutions sont parfois accablées des pires Ainsi le port du signe religieux peut-il être
stéréotypes, mais l'intervention de l'Etat reste étiqueté comme une "provocation", en fait
puissamment ancrée dans les attentes. C'est une projection imaginaire systématique de la
parce que l'Etat est accusé d'être un pensée de l'autre « (…)les personnes qui me
monolithe qu'il est attaqué, c'est parce qu'il verraient seul avec une kippa prendraient ça
offre, seul, la perspective d'une action forte, comme une provocation." (Ariel)).
qu'il est réclamé.
Lutte contre la peur : ne pas céder :
Médias internationaux et synagogue : Certains voient comme un impératif
Synchronisation des peurs : Le rythme de d'apprendre à se défendre, plutôt qu'a se
vie de la communauté et de la sécurité "masquer" ("Tant qu'il n'y avait pas de
interne peuvent partiellement être danger j'allais tout de même à la synagogue,
coordonnés au regard de l'information et même qu'il y en a, c'est une raison
internationale (. Dès qu'il y a une tension là- supplémentaire d'y aller." (Nathan)). Le port

9
de l'objet religieux peut alors devenir une faut que je reste là dedans, parce que comme
fierté, la capacité à dépasser ses peurs (« Ca on m'agresse une partie de moi, c'est le
m'a tellement fait chier d'avoir l'impression moment de la défendre et pas de la régner
qu'on ait à se cacher (…) à Paris avant je quoi. C'est pas le moment de lâcher l'affaire,
cachais ma maguen david, (…) à Bordeaux au contraire. C'est une démarche
je ne la cache pas). Le port du signe personnelle, mais mine de rien ça te fait te
religieux peut être conditionné par l'effet de plonger là-dedans, parce qu'on t'y pousse
groupe ("Ce matin je prenais le café avec quoi." (Jessica)). L’orientation vers la
deux copains (…) ils affichent la kippa (…) religion, peut se retourner contre les Juifs,
Il y en avait deux sur trois, alors on peut taxés de communautarisme, alimentant de
l'afficher aussi." (Joseph) fait les préjugés sur les Juifs, créant chez
certains un repli (etc ).

Le lien social affecté : Quand l'école, lieu


de l'intégration, ne parvient plus à remplir
son rôle, c'est la notion même qui s'effondre
("J'ai eu plus de souci avec les profs qu'avec
les élèves. J'ai retiré mon fils aîné 4 fois de
son école." (Nathan)). Les individus placés
dans une situation de détresse qui ne
reçoivent pas l'aide de leurs concitoyens sont
désabusés. Le lien social est atteint. ("Ce
qui m'a le plus choqué, ce que personne ne
Bordeaux : une ville "refuge" : La soit intervenu. Ca c'est inquiétant, quand les
province française est considérée comme gens se préoccupent pas les uns des autres,
propre à offrir une liberté de pratique du ça c'est inquiétant." (Simon, agressé).
judaïsme supérieure à la capitale ("Le truc,
c'est pas "je voulais aller à Bordeaux", mais La présence policière participe effectivement
"je voulais partir de Paris" (Jessica)). du sentiment d'insécurité en marquant les
L'optique d'une liberté de culte supérieure lieux par sa présence, et en donnant les
pousse les individus à rejoindre la province arguments à certains non-Juifs qui
("J'ai toujours été loin de la synagogue (…) stigmatisent la communauté en insistant sur
je me suis dit que je pouvais pas faire ça son caractère "privilégié". De même, le port
chez moi, donc je suis partie à Bordeaux." de la kippa peut entretenir dans la
(Jessica)). communauté le sentiment d'insécurité. Le
fait que des membres du groupe se soient
Des pratiques renforcées, un intérêt pour habitués à l'enlever dans les circonstances
le judaïsme en développement : qu'ils jugent nécessaires, entretient
Un sentiment d'insécurité entretenu vis-à-vis indirectement le sentiment d'insécurité.
des interlocuteurs nécessite d'y répondre par Enfin, le sentiment d'insécurité entame le
une réappropriation identitaire, qui peut lien social.
passer par les symboles forts comme la
religion ("Le fait de me diriger dans cette Par Romain BLANCANEAUX
religion, c'est personnel, mais ça me
convainc dans l'idée que je ne peux pas
lâcher ça, que c'est important pour moi, il

10
La boucherie Cacher de Bordeaux
procède par transport frigorifique pour les
Manger cacher consiste à respecter produits frais et congelés, ces précautions
certains fondements, qui s'appuient sur n’étant pas nécessaires pour l’épicerie. Les
différents points. Pour qu'une boucherie commandes effectuées à ces fournisseurs
soit cacher, elle doit obéir à différentes dépendent de nos besoins notamment en ce
règles qui lui sont fixées par la surveillance qui concerne les denrées rapidement
rabbinique (Tehouda ou teouda). périssables. Ainsi, nous effectuons nos
achats pour coller au plus près aux
Ces Lois déterminent les aliments demandes de nos clients.
qui sont autorisés. Sont Cacher (de
l'hébreux "conforme" ou "apte", terme qui
trouve son origine non pas dans la Torah
mais dans le Talmud) les aliments et
ustensiles en accord avec les prescriptions
rituelles. Un certificat, le He'hcher,
témoigne du contrôle rabbinique exercé par
le Dayan (juge du Tribunal Rabbinique).
Ce He'hcher représente ainsi la garantie de
Cacherout donnée par l'autorité religieuse,
notamment le Beth-Din. A Bordeaux, c’est
au 65 cours Pasteur que se trouve Point
Cash. Comment cela se passe-t-il au niveau de
la cacheroute ?

C'est une boucherie sous le contrôle du


Beth Din de Bordeaux. Nous sommes la
seule boucherie à Bordeaux avec cette
tehouda pour le moment. Les produits
commandés à Strasbourg sont surveillés
sur place par le Rav Zegbar et la
surveillance de la boucherie est assurée par
Je vous remercie de nous recevoir. le rabbin Krief de Bordeaux. Ainsi, la
Pouvez-vous vous présenter ? traçabilité est également une réalité en
matière de Cacherout.
Mme Abitbol, j’ai 4 enfants, j’habite à
Bordeaux depuis 20 ans, je travaille à la Quels types de relation entretenez-vous
boucherie cacher depuis 3 ans. avec vos clients?

Comment s'organise la vie de ce La boucherie est un des lieux de la vie


commerce ? juive. Les clients sont des membres de la
communauté et les relations sont plus que
Espace Cacher est une filiale d'Espace professionnelles. C'est plus des relations de
Cacher à Strasbourg. On est à la fois une famille ! Je suis un peu comme la mère de
boucherie, une charcuterie et une épicerie. tous les nouveaux étudiants arrivant sur
Par conséquent, nos produits proviennent Bordeaux !
principalement de Strasbourg mais aussi de
quelques fournisseurs à Lyon et à Paris. On Par Franck KRIEF

11
Interview de Fréderic Encel
Effectué le 13 Décembre 2006 au Centre Yavne
espaces et de la démographie aux
Frédéric Encel est Docteur en Palestiniens (on l’a vu avec le retrait de la
géopolitique, directeur de recherche à bande de Gaza et des principales
l'Institut français de géopolitique, implantations de la Cisjordanie) et d’autre
professeur de relations internationales part cela permettra à Israël de conserver
(ESG), consultant en risques-pays. ces fameux quatre blocs d’implantation ;
qui sur le plan à la fois stratégique et
- Comment avez-vous eu l'idée de démographique sont très importants pour
devenir géopoliticien ?! Israël. Je ne suis pas convaincu, en
revanche, qu’on puisse trouver un accord
Depuis que je suis tout petit, j’aime jouer définitif sur Jérusalem. Mais en
aux petits soldats. J’ai toujours été géopolitique le terme définitif est un
passionné par l’histoire, la géographie et la concept philosophique qui n’existe pas, le
chose militaire sans jamais avoir participé « à jamais » et « depuis toujours » pas
à aucun conflit ni à aucun acte de violence davantage ! Les concessions de part et
subi ou affligé. Donc je ne sais absolument d’autre seront liés à un contexte de rapport
pas pourquoi ! Pour l’instant, je ne veux de force à un certain moment.
pas m’adresser à un psychiatre !

- Ne faut-il pas pour qu’il y ait une


véritable pacification des relations
israélo-palestinienne qu’une génération
entière s’écoule ?

Si, je pense qu’on ne met pas la charrue


avant les bœufs et quand on parle par
exemple de la barrière de sécurité, elle est
l’illustration d’un échec. C’est le jour où
de part et autre de cette séparation on se
demandera ce qu’elle fait là et pourquoi
elle existe et qu’on revendiquera de
pouvoir la traverser, voir la supprimer… ce - Ne doit-on pas craindre de la part des
moment là signifiera que dans les esprits, Palestiniens des revendications toujours
dans les cœurs, la paix sera faite. plus grandes ?

- Jusqu’où Israël peut aller dans ces Beaucoup de Palestiniens espéreront ce


concessions de désengagements lors d’un qu’ils appellent la « réappropriation » de
processus de paix : un grand Jérusalem l’ancienne Palestine. C’est quelque chose
est-il toujours envisageable ? qui n’est pas envisageable d’une part à
cause de la détermination des Israéliens et
Je crois beaucoup au plan de convergence d’autre part à cause du rapport de force
Sharon/ Olmert tant qu’il était en vigueur actuel qui est écrasant aujourd’hui en
en tout cas (car depuis la guerre juillet/ faveur d’Israël. Toute la force du
août), le plan est suspendu. Mais j’y crois pragmatisme, celle d’un Mahmoud Abbas
parce qu’il est pragmatique. Il s’agit pour par exemple, c’est d’abandonner l’idée
les Israéliens de céder l’essentiel des d’une grande Palestine, comme beaucoup

12
d’Israéliens ont abandonné le rêve du la ligne rouge au-delà de laquelle on ne
grand Israël. pourra plus l’empêcher d’avoir une bombe
atomique. C’est une évidence et je suis
- Pensez-vous qu’un gouvernement convaincu que les Israéliens en derniers
palestinien de coalition Fatah – Hamas ressorts, si les Américains les laissent seuls
peut fonctionner à l’avenir ? sur la ligne de front, ne permettront pas
aux Iraniens d’avoir la bombe. Cela
Jusqu’à présent cela a été un échec signifierait des frappes aériennes et biensûr
permanent pour la simple et bonne raison une riposte iranienne qui ne sera
que le Hamas ne souhaite pas transiger évidemment pas à la mesure et à la hauteur
avec ses fondamentaux. Parmi lesquels, de la capacité israélienne. Les deux seules
l’établissement d’un Etat bâti sur la armes de l’Iran sont le terrorisme et les
Charria et la reconnaissance de l’Etat missiles conventionnels qui peuvent peut
d’Israël. On me dit souvent que l’OLP être toucher Israël. On ne le sait pas encore
avait réussi à franchir le pas… mais le et c’est un risque. Mais c’est un risque
Hamas est un mouvement mesuré par rapport à la menace
fondamentalement religieux et de type existentielle que constituerait un Iran
fanatique, par conséquence c’est quelque nucléarisé.
chose qui saperait ses propres fondements.
- Comment Israël et le reste du monde
- Est-ce que vous considérez, au vue de doivent réagir à la conférence organisée
la crise actuelle que le Hezbollah, a des par le président Iranien dite
chances de prendre le pouvoir à « conférence sur l’Holocauste » ? Est-ce
Beyrouth ? qu’une condamnation verbale est
suffisante ?
Le Hezbollah pourrait prendre le pouvoir
par les armes car c’est la seule milice Si les nations respectaient à la lettre la
aujourd’hui dotée d’un armement Déclaration Universelle des Droits de
extrêmement lourd – et on l’a vu. Mais si l’Homme de l’ONU mais aussi la charte de
le Hezbollah décidait d’un véritable putsh; 1945, qui contient un article interdisant
non seulement, il ne sera pas soutenu par tout Etat à appeler à la destruction d’un
les Syriens de peur que les Israéliens autre Etat, et bien si les nations
frappent directement la Syrie (ce qui a été respectaient cela, évidemment il y aurait
prouvé cet été, la Syrie n’a pas bougé le des ripostes non seulement sémantiques,
moindre char) et d’autres part les mais aussi diplomatiques et
Chrétiens, les Druzes et les Sunnites commerciales… ça ne se fait pas et ça ne
prendraient eux aussi les armes. Donc ce se fera pas. Ne rêvons pas ! En revanche, il
serait une fausse victoire car le Hezbollah faut absolument convaincre les citoyens
ne pourrait pas gouverner un pays unifié que nous sommes, convaincre aussi les
sous ses ordres. chefs d’Etat de la dangerosité et du
caractère proliférant d’une bombe que
- Face à la menace nucléaire de l’Iran détiendrait un tel régime de type
avez-vous une idée de quelle type de apocalyptique … parce que c’est une
stratégie militaire Israël emploierait en équipe gouvernementale qui est non
cas de potentielle attaque iranienne ? seulement fanatique et dogmatique mais
L’antisionisme de Ahmadinejad est un qui est réellement apocalyptique !
antisémitisme de la pire espèce, il est de
type négationniste, crypto fasciste. Par Coralie PALTI et Anne-Flore LEWI
Maintenant, il y a une possibilité de conflit
entre l’Iran et Israël si l’Iran s’approche de

13
Football : les guerriers du stade
« Les ultras paient encore »,
voila ce qu’expose la fosse aux lions du
stade milanais de San Siro à l’Europe
partisane. Dans ce monde où les rivalités
sportives exacerbées ne laissent que
rarement place à la solidarité, les
supporters les plus engagés, connus sous le
nom d’Ultras, ont manifesté en France et à
l’étranger leur soutien aux supporters
parisiens. Un rappel des faits s’impose : 23
novembre 2006, à la suite d’une rencontre
Paolo Di Canio, attaquant de de la Lazio effectuant
PSG- Hapoel Tel-Aviv remportée 4 à 2 par le « salut romain » à l’issue du derby
la formation israélienne et jouée dans un
climat détestable, une frange de la tribune Pourquoi aujourd’hui le stade de
Boulogne connue pour ses débordements football est-il le théâtre de ses
xénophobes réguliers, se lance dans une affrontements ? La nature du jeu, avec ses
chasse aux juifs que l’on croyait règles simples et compréhensibles par tous,
uniquement inscrite dans la mémoire l’absence de moyens nécessaires à sa
nationale. La scène surréaliste se joue à pratique en font un sport populaire. Ses
Paris au cœur de la cité, quand un policier valeurs, travail d’équipe, solidarité,
isolé également victime du lynchage de la planification, mais aussi capacités
horde fait feu tuant un supporter parisien et individuelles et prise d’initiative, qui furent
en blessant un autre. La France découvre une formation pour l’élite anglaise du
alors le hooliganisme qui s’était jusqu’à XIXème siècle comme pour les enfants de
présent arrêté à nos frontières aussi favelas cariocas, le rendent universel. Mais
sûrement qu’un nuage radioactif. Et l’équilibre footballistique doit sa beauté à
soudain politiques et médias, dont le son incroyable instabilité. Une surface
sensationnel réveille de la candeur, corporelle aléatoire (le pied), un arbitrage
réclament subitement sanctions et humain soumis à interprétation constante,
répression. Voila pour l’actualité, qui une méritocratie relativisée par la chance,
constituera pour nous le point de départ le peu d’actions primées (buts), exacerbent
d’une réflexion sur ce phénomène que vit émotions et tensions.
l’Europe du football depuis 40 ans.
Il faut aussi noter que toutes les
La violence est historiquement liée agglomérations importantes en Europe,
au spectacle sportif. Tacite dans ses zones d’expression préférentielle de la
Annales évoque une rixe sanglante entre violence, possèdent au moins une équipe
habitants de Pompei et ceux de Nocera à professionnelle de football et jusqu’à une
l’occasion d’un combat de gladiateurs. dizaine pour Londres et ses environs.
Néron exila les agitateurs et interdit Ces caractéristiques expliquent la violence
l’enceinte de Pompei pour 10 ans. Le qui s’exerçait dans les stades drainant des
moyen age voit s’affronter adeptes de la foules importantes du début du siècle
soule et du hurling pendant qu’en Italie on jusque dans les années 60. Mais un
impose présence policière et places assises tournant semble se produire durant cette
pour les rencontres du Calcio fiorentino. période où l’on constate un glissement
progressif d’une violence spontanée, liée

14
directement aux faits de jeu et à leur Bromberger décrit comme la « rage de
perception, à des actes prémédités, paraître ». Mais ces mouvements ont
organisés et planifiés. Deux modèles de évolués, la répression policière a entraîné
supporterisme militant, parfois violent font en réaction l’apparition des « casuals »,
leur apparition à cette époque dans 2 des délaissant bombers et rangers pour
pays phares du football européen, chemises et converses beaucoup moins
l’Angleterre et l’Italie. identifiables.

En Angleterre, le mot hooligan fait L’Italie des années 60 voit le


son apparition sous la plume d’un développement d’un mouvement dit
journaliste comparant cette agressivité à « ultras », dont le nom est aussi emprunté
celle des Hooligan, famille irlandaise au vocabulaire politique puisqu’il désignait
connue pour son comportement asocial les partisans les plus acharnés de la royauté
sous la reine Victoria. Des groupes peu sous la Restauration. Ces groupes sont une
structurés, les « crews » se forment dans alternative aux groupes de supporters
les zones du stade appelées « ends » où se officiels, et rassemblent un public juvénile
situe le public populaire. Soulignons le fait voulant exprimer leur amour pour le club
que ces hooligans sont d’authentiques par le Tifo, spectacle et encouragements
connaisseurs du football, supporters de leur soutenus durant le match. Les tifosi sont
équipe et non des voyous se servant du comme « malades du typhus » dont les
football pour commettre des exactions. signes peuvent être l’agitation et le délire.
Cette idée reçue, véhiculée par les Ils prennent des noms guerriers à l’instar
instances sportives et les médias, permet de leurs homologues britanniques des
selon Ehrenberg « de sauvegarder la pureté « Kops », tels brigades, commandos,
du sport en se débarrassant de spectateurs tupamaros, ou fedayin. Ils sont jeunes,
trop encombrants ». Le cloisonnement des moins de 25 ans, étudiants ou jeunes actifs,
tribunes encourage une logique de s’organisent sur le mode associatif (les
conquête territoriale désignée sous le terme chefs sont les capos), et développent de
de « prise de tribune » identique à celle des véritables spectacles structurés à la gloire
gangs mise en évidence par l’école de de leur équipe. L’organisation de ces
Chicago dans les années 30. Le associations et la mixité sociale de leurs
mouvement hooligan se charge des codes membres les différencient des « firms »
des sous-cultures ado, skinhead, teddy anglaises. Leurs thèmes de prédilection
boys et rough pour « rough working sont l’attachement à la ville et aux
class », la classe ouvrière dure. Ces couleurs, la discréditation de l’adversaire
ouvriers, non qualifiés, subissent de plein et de l’autorité. La notion de territoire leur
fouet la crise économique britannique ainsi est primordiale, et la présence des
que la politique de rigueur et d’austérité du supporters adverses dans leur ville est
gouvernement Thatcher. Des sociologues perçue comme une invasion à réprimer par
comme Elias décrivent cette violence une violence symbolique plus souvent que
comme inscrite dans le « procès de physique. C’est ainsi que s’installent des
civilisation » liée au lien segmentaire entre rivalités entre équipes mais aussi
les individus de ces groupes comparable à spécifiquement entre groupes de
celui des membres des organisations supporters. Politiquement, certains
mafieuses. Ces groupes dénoncent groupes, expression d’une jeunesse
l’embourgeoisement du football, et traditionnellement de gauche, ou
défendent les principes rough, dureté, apolitiques sont infiltrés dans les années 90
masculinité violente, racisme. Les par des éléments fascistes ou néo-nazis.
comportements violents offrent une Certains restent fidèles à la gauche
visibilité à ceux que tout exclut, ce que révolutionnaire tels les brigades de

15
Livourne représentés par l’emblématique commerciale d’abonnements et de prix
Lucarelli arborant Che Guevara sous son élevés ont chassé du stade les classes
maillot, tandis que les ultras romains de la populaires au profit des solvables. Mais le
Lazio, vénèrent Paulo Di Canio connus stade deviendrait-il alors comme aux Etats-
pour ses saluts fascistes à la foule. Unis un temple pacifié dédié à la
consommation environné de zones de
La France est traversée par ses criminalité? Il parait au contraire
courants, le sud adoptant le modèle italien nécessaire de maintenir cette mixité sociale
majoritaire alors qu’au nord et à l’est se et ethnique, qui symbolise l’universalité de
développe des groupes au style anglais. ce sport. Le stade est, et doit rester un
Les premiers groupes ultras naissent à espace de liberté où l’on peut extérioriser
Bordeaux et Marseille, clubs vedettes des joies, affects et pulsions, le dernier bastion
années 80 et 90 pendant qu’à Paris le Kop du « petit peuple ».
of Boulogne débute sa « conquête » de la
tribune.

Les réponses à apporter à cette


violence sont multiples. Le développement
d’une politique de « fan coaching » permet
d’établir des contacts avec les groupes de
supporters, de faciliter leurs déplacements,
et de développer les liens entre le club de
football et son environnement. La présence
de stadiers permet de diminuer
substantiellement la présence policière qui
ne devient nécessaire qu’en de rares
occasions à l’intérieur des enceintes « Intégriste, tu deviens fou », Tifo élaboré des
sportives. La loi Alliot-Marie de 1993 ultras de l’A.C. Milan lors du derby milanais
représentant « le cri » de Munch aux couleurs de
permet de condamner sévèrement la l’adversaire
consommation d’alcool, les violences et les
comportements incitant à la haine raciale.
En Angleterre une gestion marchande du
problème a été mise en place. Des Par Michaël ALIMI
nouveaux stades ont été construits à
l’extérieur des villes, stratégie

Bibliographie :

BODIN, Dominique : Hooliganisme, vérités et mensonges


BODIN, Dominique Que sais-je n°3658 : le hooliganisme
LOUIS, Sebastien : Le phénomène ultras en Italie
BROMBERGER, Christian : Le match de football, ethnologie d’une passion partisane à
Marseille, Naples et Turin
Cahiers de la sécurité intérieure : Football, ombres au spectacle

16
Page Détente
Sudoku :
5 1 2
2 4 9 6 3
3 6 8 9

2 8 7 4
6 8 3 2
9 2 7 6

4 7 3 9
7 2 1 9 5
9 5 3

Humour juif :
Deux mères Juives se rencontrent :
- Que deviens-tu ?
- C'est terrible, ma belle-fille a menacé mon fils de le quitter si je
continuais à lui faire des remarques.
- C'est terrible !
- Oui, elle me manquera beaucoup !

Enrico Macias visite le Japon


Il est très surpris d'y découvrir une synagogue. Il entre.
Un homme en tenue de rabbin et aux yeux bridés s'avance vers lui et
lui demande :
- Vous cherchez quoi ?
- Eh bien, je viens assister à l'office, répond Enrico.
- Mais...Vous êtes juif ?
- Oui !
- C'est bizarre, vous n'avez pas du tout le type.

17
SPORT EN VRAC
Football : Foot US :
Les Girondins effectuent des performances Les Saints redescendent sur Terre : après
pour le moins irrégulières en ce début avoir fait rêver tout une ville meurtrie par
d’année 2007 : l’ouragan Katrina, les Saints de la
Du très bon avec la qualification en finale Nouvelle-Orléans s’inclinent en finale de
de coupe de la Ligue aux dépens de Reims Conférence.
(2-1) et la superbe victoire à Gerland face à Les Colts d’Indianapolis flinguent les
l’OL (2-1). Bears de Chicago 29 à 17 au Superbowl.
Des résultats relativisés par la défaite à Enfin la consécration pour leur quaterback
domicile face à Lille et surtout Peyton Manning élu MVP de la finale.
l’humiliation concédée aux amateurs de
Montceau-les-Mines (4ème division !!) Tennis :
2 nouveaux joueurs de qualité viennent Federer au sommet, Serena revient
renforcer l’effectif girondin : A l’Open d’Australie, le Suisse écœure la
concurrence en ne concédant aucun set
Fernando Cavenaghi : attaquant de durant le tournoi. Il remporte ainsi son
23 ans adulé par les supporters argentins 10ème Grand Chelem à seulement 25 ans.
lors de ses 3 ans à River Plate (55 buts en
88 matchs) puis perdu en Russie au
Spartak Moscou. Souhaitons qu’il retrouve
l’efficacité qui avait fait de lui Cavenagol !

Serena Williams bat Maria Sharapova en


finale et met fin à 2 ans de disette.

Handball :
- Ronaldo au Milan AC : le transfert de ce Les bleus s’inclinent en demi-finale de
mercato d’hiver. Le brésilien n’était plus championnat du monde face à l’Allemagne
en odeur de sainteté au Real Madrid et après un match héroïque dans l’ambiance
retrouve le Calcio où il avait brillé sous les survoltée de Cologne (32-31 AP).
couleurs de l’Inter.
Rugby :
- Gonzalo Higuain, recrue du Real La sélection tricolore se prépare à la Coupe
Madrid : l’attaquant argentin né en France du Monde 2007 qui aura lieu en France cet
choisit la sélection albiceleste et décline la été. Après 2 défaites contre les All Blacks,
proposition de Raymond Domenech. le XV de France se rassure en battant
l’Italie 39 à 3 en ouverture du tournoi des 6
nations 2007.

18

Centres d'intérêt liés