Vous êtes sur la page 1sur 33

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

République Algérienne Démocratique et Populaire


‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬
Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université Mostefa ‫جامعة مصطفى بن بولعيد‬


BenBoulaïd - Batna 2 -
2 ‫ابتنة‬
Faculté des Sciences de la
Nature et de la Vie ‫كلية علوم الطبيعة والحياة‬
DEPARTEMENT DE MICROBIOLOGIE ET DE BIOCHIMIE

Mémoire
Présenté par :
Fadel Oumayma
Bekhouche Maroua
Adjadj Amina
Boudehane Nour El Houda
Pour l’obtention du diplôme de

Master
Filière : Sciences Biologiques
Spécialité : MICROBIOLOGIE Appliquée

Thème
L’activité antimicrobienne des probiotiques contre les entéropathogènes
Soutenu en ligne le 23/09/2020
Devant le jury :
Mlle. Kerbab Souhila MAA, Batna 2 Président
Mme. Boukhtache Hadjer MCB, Batna 2 Promoteur
Mme. Cheriet Dehbia MCB, Batna 2 Examinateur
Année universitaire 2019/2020
Dédicaces

A l’homme de ma vie, mon exemple éternel, mon soutien moral, ma

source de joie et de bonheur, celui qui s’est toujours sacrifié pour me

voir réussir, que dieu te garde dans son vaste paradis, à toi mon Père.

A la lumière de mes jours, la source de mes efforts, la flamme de

mon cœur, ma vie et mon bonheur, Maman que j’adore.

Aux personnes dont j’ai bien aimé, à tous mes frères Mohamed Islam

et Chiheb Eddine et ma chère frangine Khouloud, je leurs dédie ce

travail dont le grand plaisir leurs revient en premier lieu pour leurs

conseils, aides et encouragements.

Aux personnes qui m’ont toujours aidé et encouragé, qui étaient

toujours à mes côtés et qui m’ont accompagné durant mon chemin

d’études supérieures, mes aimables amis, collègues d’étude, Amina et

Ouidjdane Djamila.

A tous mes amis et tous les étudiants de la promotion de master II

Microbiologie appliquée 2019-2020.

OUMAYMA

i
Dédicaces

Je dédie ce modeste travail accompagné d’un profond amour :

A mes chers parents

A mes chers frères : Salim et Bilal

A ma chère sœur : Amina et ses petits-enfants Djoumana, Khaoula et

Anes.

A mes chères amies : Manal, Sabrina, Ibtissem, Racha et

Romayssa.

A mes enseignants

A vous...

Maroua

ii
Dédicaces

A mon très cher père Salah. A la lumière de mes jours, la source de

mes efforts, la flamme de mon cœur, ma vie et mon bonheur: Maman

Louiza que j’adore, pour tous ces sacrifices, son amour, son soutien et

ces prières tout au long de mes études.

A mes chers et adorables frères Elhadi, Ramzi et Ilyas sans

oublier sa femme Houda et mes chères frangines Hadjer et son mari

Fauozi, Fadila et son mari Abed El Aali. En témoignage de mon

affection fraternelle, de ma profonde reconnaissance, je vous souhaite

une vie pleine de bonheur et de succès.

À mes chers petits neveux Alaa, Loudjain, Iyad, Mohamed

Amir et Meriam Elbatoul. Aucune dédicace ne saurait exprimer tout

l’amour que j’ai pour vous, Votre joie et votre gaieté me comblent de

bonheur. Puisse Dieu vous garder, éclairer votre chemin et vous

aider à réaliser à votre tour vos vœux les plus chers.

A ma grande mère chérie qui m’a accompagné par ses prières,

sa douceur, puisse Dieu lui prêter longue vie et beaucoup de santé et

de bonheur dans les deux vies.

Une spéciale dédicace aux personnes qui m’ont toujours aidé et

encouragé, qui étaient toujours à mes côtés, et qui m’ont accompagné

durant mon parcours d’études supérieures, mes aimables amies,

collègues d’étude et sœurs de cœur, Maysoun, Wedjdane et Oumayma.

AMINA

iii
Dédicace

A ma chère Mère

A mon cher Père

Je voudrais remercier toute personne qui m’a aidé, soutenue et

contribué à sa façon au bon déroulement de ce travail.

Nour El Houda

iv
Remerciements

Avant toute chose, Nous remercions ALLAH, le tout puissant, de

nous avoir donnée la santé, la patience, la puissance et la volonté

pour finaliser ce travail.

A cette occasion, qu’il nous soit permis d’exprimer

particulièrement notre profonde gratitude, notre sentiments de

reconnaissance et de satisfaction à notre enseignante et encadrante

Dr. Boukhtache H qui nous a fait l’honneur de veiller et de diriger ce

mémoire.

Nous profitons également de cette occasion pour remercier les

membres de jury Mlle Kerbab Souhila et Mme Cheriet Dahbia d’avoir

accepté lire et évaluer ce modeste travail.

Nous exprimons notre reconnaissance à l’égard de notre

chef de département et tous nos enseignants qui nous ont fourni les

outils nécessaires pour la réussite dans notre parcoure universitaire.

Un mémoire, tant nominatif soit-il, est une délivrance de

réflexion collective, donc au terme de ce travail, il m’est à la fois un

plaisir et un devoir de remercier sincèrement toutes les personnes qui

ont contribué de près ou de loin à sa réalisation. Nous les remercions

du fond du cœur.

v
‫الملخص‬

‫ أهم الكائنات‬،‫ إلظهار فعاليتها ضد الميكروبات‬،‫ تم دراسة تأثير البروبيوتيك على الجراثيم المعوية‬،‫في هذا البحث‬
.‫ مكوناتها النشطة وكذلك آليات عملها في المختبر وفي الجسم الحي‬،‫الحية الدقيقة المستخدمة‬

:‫الكلمات المفتاحية‬

.‫ تأثير مضادات الميكروبات‬،‫ الجراثيم المعوية‬،‫البروبيوتيك‬

Résumé :

Dans cette recherche, l’action des probiotiques contre les germes entropathogènes est
étudiée, pour montrer leurs effets antimicrobien, les principaux micro-organismes utilisées,
leurs principe actifs ainsi que leurs mécanismes d’action in vitro et in vivo.

Mots clés :

Les probiotiques, les germes entéropathogènes, l’effet antimicrobien.

Abstract:

In this research, the probiotics action against entropathogenic germs is studied, to show
their antimicrobial effects, the microorganisms used, their active principles, as well their action
mechanisms in vitro and in vivo.

Keywords:

Probiotics, enteropathogenic germs, the antimicrobial effect.

vi
Liste des abréviations

Liste des abréviations


 ADN : Acide désoxyribonucléique.

 B : Bifidobacterium.

 BSH : Bile Salt Hydrolase.

 Caco-2 : Lignée cellulaire tumorale d'adénocarcinome colorectal épithélial humain.

 E : Escherichia.

 EPEC : Escherichia coli entéropathogénique.

 Gram+ : Gram positif.

 Gram- : Gram négatif.

 H2O2 : Peroxyde d’hydrogène.

 HT-29 : Lignée cellulaire du cancer du côlon humain largement utilisée dans les
recherches biologique.

 IgA : Immunoglobulines de type A.


 L : Lactobacillus.

 NAD : Nicotinamide adénine di nucléotide.

 PH : Potentiel d’hydrogène.

vii
Table des matières

Table des matières


Dédicace ......................................................................................................................... ............... i
Remerciements.......................................................................................................................... v
Résumé .................................................................................................................................... vi
Liste des abréviations …………………………………………..…………………………... vii
Table des matières ................................................................................................................ viii

Liste des tableaux ..................................................................................................................... x

Liste des figures ....................................................................................................................... xi

Liste des annexes …………………………………………………………………………... xii

Introduction ………………………………………………………….…………………….... 1

Chapitre I : Les probiotiques


I.1 Définition ……………………………………………………………………...…………. 2

I.2 Effets bénéfiques des probiotiques ……………………................................................... 2

I.2.1 Activité enzymatique …………………………………………………......…...…..….. 2

I.2.2 Amélioration du transit intestinal ……………………………………..……......….... 2

I.2.3 Modification du microbiote intestinal …………………………………...…….....…. 2

I.2.3.1 La compétition pour les nutriments et l’inhibition de la croissance des

Pathogènes …………………………………..…………………………………….. 2

I.2.3.2 La compétition pour l’adhésion ………………….…………...……………..…… 3

I.2.3.3 Prévention de certaines maladies …………………..……………….…….........… 3

I.3 Critères de sélection des souches probiotiques ……………………………………...… 3

I.3.1 Critères fonctionnels …………………………………………...…….…...…….…..... 3

I.3.1.1 Survie dans le transit digestif ………………………………..………….……..…. 3

viii
Table des matières

I.3.1.2 Adhésion au mucus et/ou cellules épithéliales humaines ……...……………...….. 3

I.3.1.3 Activité antimicrobienne …………………………………………….………...….. 4

I.3.2 Critères de sécurité ……………………………………………...……….……...……. 4

I.3.2.1 Identification de la souche ……………………………………….....…….….……. 4

I.3.2.2 Innocuité totale …………………………………………………...………...…..….. 4

I.3.2.3 Origine ………………………………………………………………………..…….. 5

I.3.3 Critères technologiques …………………………………………......…………...….... 5

I.4 Principales souches utilisées comme probiotiques ……………….………………..…... 5

Chapitre II : Activité antimicrobienne des probiotiques contre les


entéropathogènes
II.1 Mécanismes d’action : les études in vitro et in vivo …………………………...……… 6

II.1.1 Compétition spécifique et non-spécifique pour l’adhésion ………………..……… 6

II.1.2 Production des substances antimicrobiennes ………………………...……………. 8

II.1.2.1 Les acides organiques …………………………………………………..………… 8

II.1.2.2 Les bactériocines ………………………………………………………………..… 9

II.1.2.3 Le peroxyde d’hydrogène ………………………………………………...……... 10

II.1.3 Compétition pour l’utilisation des nutriments …………………………………… 10

II.1.4 Stimulation des mécanismes de défense immunitaire …………………………….. 10

Conclusion et perspectives ……………………………………..…………………………... 12

Références bibliographique …………………………………………..…………………… 13

Annexes

ix
Liste des tableaux

Liste des tableaux


Tableau I. Liste des principales souches microbiennes considérées comme probiotiques.

x
Liste des figures

Liste des figures


Figure 1. Mécanisme d’action des probiotiques contre les souches entéropathogènes.

Figure 2. Mécanisme d’inhibition de l’adhésion des pathogènes par un effet barrière dû à


l’adhésion spécifique (a) et non spécifique (b) des probiotiques.
Figure 3. Mode d’action des acides organiques produits par les probiotiques contre les

bactéries pathogènes.

xi
Liste des annexes

Listes des annexes


Annexe 1. Les principales voies de catabolisme des hexoses chez les bifidobacteries.

Annexe 2. Mécanisme d’action des probiotiques.

Annexe 3. Les effets directs et indirects des probiotiques.

xii
Introduction

Introduction

Depuis quelques années, les probiotiques ayant des effets bénéfiques sur la santé,
connaissent une importance croissante vue l’augmentation de la demande des consommateurs
pour des substituts naturels aux médicaments et l’émergence d’évidences scientifiques et
cliniques démontrant l’efficacité de certaines de ces souches (Drouault et Corthier, 2001).

L’utilisation historique des probiotiques en nutrition humaine fait que ces bactéries sont
considérées comme sans risque et sélectionnées essentiellement pour leurs propriétés
technologiques à savoir la survie et la persistance dans l’environnement dans lequel ils doivent
agir, la tolérance à l’acidité gastrique et les sels biliaires, l’adhérence aux cellules épithéliales
et la production de substances antimicrobiennes (Nguyen et al., 2010). Grâce à ces propriétés,
l’utilisation des probiotiques permet de satisfaire les besoins de point de vue sanitaire et
d’inhiber la prolifération des microorganismes pathogènes tels que Bacillus, Clostridium,
Enterococcus, Escherischia coli, Listeria, Pseudomonas, Salmonella, Staphylococcus et
Yersinia ... (Nguyen et al., 2010).

À ce jour, les moyens généralement utilisés pour lutter contre les entéropathogènes sont
l’antibiothérapie et la vaccination. Cependant, la résistance de ces micro-organismes aux
antibiotiques et le manque de vaccins pour plusieurs pathogènes entériques rendent nécessaire
le développement de nouveaux traitements ou alternatifs on l’occurrence les probiotiques d’où
on a tiré l’objectif de notre recherche.

1
Chapitre I : Les probiotiques

Chapitre I : Les probiotiques


I.1 Définition

Les probiotiques sont des microorganismes vivants qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité
suffisante, confèrent un bénéfice pour la santé. Se sont principalement des bactéries et des
levures présentes ou réintroduites dans la flore intestinale pour réduire les désordres intestinaux
et améliorer l’hygiène digestive (Gaggia et al., 2010). Leur mode d’action et leur efficacité
dépend de la souche et la dose administrées (Rofes, 2014).

Les probiotiques sont disponibles sous différents types de produits. Ils peuvent être
consommés sous forme de suppléments alimentaires en capsules contenant des cultures viables
lyophilisées ou sous forme de produits alimentaires fermentés tels que les yogourts, les boissons
lactées, les jus de fruits et les fromages (Sanders, 2003).

I.2 Effets bénéfiques des probiotiques

I.2.1 Activité enzymatique

En produisant de nombreuses enzymes, les probiotiques permettent d’améliorer


significativement la digestion et l’absorption intestinales chez les sujets présentant un déficit
enzymatique, notamment l’amélioration de la digestion du lactose et du saccharose (De Vrese
et al., 2001).

I.2.2 Amélioration du transit intestinal

Les probiotiques contribuent à accélérer la vitesse de digestion et prévenir contre la


constipation (Marteau et al., 2002).

I.2.3 Modification du microbiote intestinal

En inhibant le développement des pathogènes par différents mécanismes :

I.2.3.1 La compétition pour les nutriments et l’inhibition de la croissance des pathogènes

L’utilisation des mêmes substrats présents dans la lumière intestinale aboutit à la baisse
de quantité des nutriments disponibles se qui rend l’environnement peu favorable à la
croissance des pathogènes (Wealleans et Litten-Brown, 2010).

2
Chapitre I : Les probiotiques

I.2.3.2 La compétition pour l’adhésion (Effet barrière) :

Cette priorité est adoptée aux bactéries tels que (Lactobacillus, Bifidobacterium et
certaines espèces d’Enterococcus) ayant la faculté de former des biofilms contribuant à bloquer
l’accès des pathogènes aux sites d’adhésion (Rastall et al., 2000).

I.2.3.3 Prévention de certaines maladies :

Les probiotiques interviennent dans la prévention et le traitement de plusieurs diarrhées,


notamment la diarrhée du voyageur et la diarrhée associée à la prise d’antibiotiques (Beausoleil
et al., 2007). Ils sont également impliqués dans la réduction et le traitement de certaines
infections gastro-intestinales (Salminen et al., 2005), l’amélioration de la digestion des
aliments et la réduction des symptômes de l'intolérance au lactose (Nagpal et al., 2007).

Les probiotiques ont démontré leur efficacité à prévenir certaines maladies chroniques
telles que la maladie de Crohn, l'obésité et le diabète (Schultz et al., 2004). D’autres travaux
laissent présager que ces microorganismes pourraient également jouer un rôle important dans
la modulation du système immunitaire (Matsuzaki et Chin 2000) et la prévention du cancer
du côlon (Wollowski et al., 2001).

I.3 Critères de sélection des souches probiotiques


Le potentiel probiotique doit satisfaire aux critères suivants :

I.3.1 Critères fonctionnels

I.3.1.1 Survie dans le transit digestif

Les probiotiques sont généralement ingérés avec les aliments et doivent arriver vivant à
l’intestin durant leur transit dans le tube digestif (Piquepaille, 2013). Cette survie commence
d'abord par l’acidité gastrique, leur capacité à tolérer le pH du suc gastrique leur permet de
résister plus longtemps aux conditions de l’estomac (Piquepaille, 2013). De plus, les
probiotiques doivent résister à l’action des sels biliaires produits dans le duodénum sous l’effet
de la BSH (Piquepaille, 2013). Comme ils doivent avoir une résistance aux enzymes digestives
libérées dans l’intestin (Piquepaille, 2013).

I.3.1.2 Adhésion au mucus et/ou aux cellules épithéliales humaines

La capacité d’adhésion à la muqueuse intestinale est l’une des principales caractéristiques


de sélection des probiotiques, en leur permettant de résister aux mouvements péristaltiques de

3
Chapitre I : Les probiotiques

l’intestin et tenir plus longtemps (Gueimonde et al., 2006). De plus, les probiotiques adhérents
sont en contact direct avec les cellules immunitaires de l’épithélium intestinal, ils peuvent donc
moduler ou stimuler le système immunitaire (Saarela et al., 2000).

I.3.1.3 Activité antimicrobienne

Les probiotiques doivent essentiellement maintenir des conditions sanitaires dans le tube
digestif, tout on inhibant le développement des germes indésirables. Pour atteindre cet objectif,
plusieurs mécanismes d’action sont envisagés (Bevilacqua et al., 2003) :

 L'empêchement de l’adhésion des germes pathogènes aux cellules de la paroi intestinale.

 La compétition pour les nutriments, ce qui provoque une diminution de la quantité des
substrats disponibles pour les germes indésirables.

 La production de substances bactéricides ou bactériostatiques, notamment :

 le peroxyde d’hydrogène (H2O2) : qui agit sur la membrane et peut aussi endommager
l’ADN par la formation des radicaux libres (Dobson et al., 2007).

 Les acides organiques : L’acidification du milieu agit contre les germes pathogènes se
trouvant dans le tube digestif (Dunne et al., 2001).

 D'autres substances antibactériennes peuvent être synthétisées, comme les bactériocines


et les antibiotiques (Dobson et al., 2007).

I.3.2 Critères de sécurité

I.3.2.1 Identification de la souche

Les souches probiotiques doivent être identifiées par des méthodes fiables à l’échelle
phénotypique et génotypique (Holzapfel et al., 2001a) par des techniques moléculaires et
confrontée à une nomenclature internationale (Gueimonde et Salminen, 2006).

I.3.2.2 Innocuité totale

Un microorganisme probiotique doit être caractérisé par une innocuité totale pour le
consommateur, c’est-à-dire être non toxique et exempte de toute pathogénicité et ne présente
aucune propriété indésirable possible : résistance aux antibiotiques, cytotoxicité et activité
hémolytique (Butel, 2014).

4
Chapitre I : Les probiotiques

I.3.2.3 Origine

Les souches probiotiques d’origine humaine sont plus compatibles avec le tractus
intestinal humain, elles peuvent cependant être d’une autre origine (animale, alimentaire ou
végétale), tant qu’elles ne sont pas nocives (Corthier, 2004).

I.3.3 Critères technologiques

De nombreux aspects technologiques doivent être pris en compte pour la sélection des
souches probiotiques on citant :

 La viabilité et la stabilité physique et génétique des microorganismes tout au long de la


chaîne de production et d’entreposage (Champagne et al., 2005).

 La conservation des propriétés probiotiques pour ne pas provoquer d’effet indésirable sur
la qualité organoleptique du produit (Ouwehand et al., 1999).

I.4 Principales souches utilisées comme probiotiques


Les microorganismes les plus souvent utilisés comme probiotiques sont des bactéries
lactiques du genre (Lactobacillus, Streptococcus, Enterococcus, Pediococcus et
Bifidobacterium), des bactéries non lactiques (Escherichia coli Nissle 1917 et Bacillus) et des
levures (Saccharomyces) (Lardeur, 2018). (Le Tableau I) énumère des exemples de souches
probiotiques :
Tableau I. Liste des principales souches microbiennes considérées comme probiotiques
(Holzapfel et al, 2001b).

Lactobacilles Bifidobactéries Autres bactéries Autres micro-


lactiques organismes non
lactiques

L. acidophilus B. adolescentis Enterococcus E. coli (‘Nissle 1917’)


L. casei B. animalis faecium Saccharomyces
L. crispatus B. bifidum Streptococcus boulardii
L. gasseri B. breve thermophilus Saccharomyces
L. johnsonii B. infantis Pediococcus cerevisiae
L. paracasei B. lactis acidilactici Bacillus subtilis
L. plantarum B. longum Bacillus cereus
L. reuteri
L. rhamnosus

5
Chapitre II : Activité antimicrobienne des probiotiques contre les entéropathogènes

Chapitre II : Activité antimicrobienne des probiotiques


contre les entéropathogènes
II.1 Mécanismes d’action : les études in vitro et in vivo

Le mode d’action par lequel certains probiotiques exercent des effets protecteurs ou
thérapeutiques ne sont pas complètement élucidés. Toutefois, plusieurs mécanismes ont été
proposés pour prévenir la colonisation et la croissance des bactéries pathogènes lors des
infections entériques et sont basés sur un nombre limité d’études in vivo (essentiellement
murines) et in vitro (Figure 1) (Kaur et al., 2002).

Figure 1. Mécanisme d’action des probiotiques contre les souches entéropathogènes


(Kaur et al., 2002).

II.1.1 Compétition spécifique et non-spécifique pour l’adhésion

Étant donné que la majorité des infections intestinales sont initiées par l’adhésion des
pathogènes aux cellules entérocytaires de l’hôte, certaines bifidobactéries et lactobacilles
probiotiques ont la capacité de bloquer physiquement l’accès aux entérocytes (Picard et al.,
2005). Ce mécanisme d’action est similaire à celui exercé par le microbiote intestinal résident
face aux infections microbiennes (Liévin-Le Moal et Servin, 2006).

6
Chapitre II : Activité antimicrobienne des probiotiques contre les entéropathogènes

Les mécanismes de compétition vis à vis les sites d'adhésion se font de deux manières. Ils
peuvent survenir de façon spécifique par l’intermédiaire des adhésines ou de façon non
spécifique en impliquant des interactions électrostatiques ou hydrophobes des forces passives
et stériques. Deux exemples de ces modes de compétition sont présentés dans la (Figure 2)
(Servin et Coconnier, 2003).

Figure 2. Mécanisme d’inhibition de l’adhésion des pathogènes par un effet barrière dû à


l’adhésion spécifique (a) et non spécifique (b) des probiotiques (Servin et Coconnier,
2003).

Les études in vivo identifiant le mécanisme de compétition pour l’adhésion utilisent pour
la plupart les lignées cellulaires intestinale Caco-2 et HT-29. Ces cellules sont généralement
appropriées à ce type d’expérience car elles présentent une structure similaire aux entérocytes
que l’on retrouve in vivo (Pinto et al., 1983). Des études pionnières ont démontré que des
souches de bifidobactéries humaines adhérant fortement aux cellules intestinales Caco-2
inhibent l’adhésion de microorganismes pathogènes comme Escherichia coli
entéropathogénique (EPEC) et Salmonella typhimurium à ces mêmes cellules lorsque placées
en compétition (Bernet et al., 1993). Ces auteurs ont également observé une inhibition
proportionnelle à la concentration de bifidobactéries ajoutées. Ils ont suggéré que l’inhibition
pouvait être due à un encombrement stérique par la constitution d’un biofilm qui empêche
l’accès des pathogènes aux surfaces cellulaires et par une exclusion des cellules pathogènes par
compétition aux sites spécifiques d’adhésion sur les cellules entérocytaires (Bernet et al., 1993)

7
Chapitre II : Activité antimicrobienne des probiotiques contre les entéropathogènes

.D’autres études sur des cellules Caco-2 ont démontré que la souche Lactobacillus acidophilus
est également capable d’inhiber l’adhésion de ces deux mêmes pathogènes (Coconnier et al.,
1993).

Par ailleurs, une compétition pour des sites spécifiques de fixation sur le mucus intestinal
a également été évoquée comme un autre mode d’action probable (Mélanie, 2007a). Le mucus
présent sur la surface de l’épithélium intestinal forme une sorte de gel composé de
glycoprotéines, appelées aussi mucines, la sécrétion de ces dernières par les cellules en gobelet
peut être stimulée par des facteurs neurogènes et par des changements environnementaux
incluant le microbiote résident et les infections microbiennes (Gill, 2003). En plus de protéger
l’épithélium d’un contact direct avec le contenu intestinal, le mucus intestinal est un site
important pour la colonisation du microbiote normal mais il peut également servir de site
d’adhésion pour certains microorganismes pathogènes (Gill, 2003).

II.1.2 Production des substances antimicrobiennes

Les probiotiques pourraient également limiter la croissance des pathogènes en exerçant


une action antimicrobienne indirecte par la production de différents composés antimicrobiens
(Rakhis et Ladjal, 2016a).

II.1.2.1 Les acides organiques

Les probiotiques ont la capacité de produire des acides organiques qui contribuent à
l'inhibition de la croissance des microorganismes entérovirulants (Servin, 2004). Il s’agit de
l'acide lactique et l'acide acétique, qui sont produits respectivement par les lactobacilles et les
bifidobactéries via la fermentation des hexoses (Servin, 2004). Ces acides organiques, produits
à partir des glucides ingérés lors de la prise alimentaire, contribuent à faire baisser le pH
intestinal (Belhamra, 2017). Leur diffusion passive à travers la membrane bactérienne sous
leur forme non dissociée permet, après leur dissociation, d'acidifier le cytoplasme et donc
d'inhiber la propagation, la croissance et la survie des agents pathogènes acido-sensibles
(Belhamra, 2017).

8
Chapitre II : Activité antimicrobienne des probiotiques contre les entéropathogènes

Figure 3. Mode d’action des acides organiques produits par les probiotiques contre les bactéries
pathogènes. (Mélanie, 2007b).
X-COOH = CH3-CHOH-COOH dans le cas de l’acide lactique ; ou CH3COOH dans le cas de l’acide acétique.

Dans une étude réalisée in vitro, l’activité anti-Salmonella produite par trois souches de
lactobacilles ; Lactobacillus paracasei 8700:2, Lactobacillus plantarum 299v et Lactobacillus
fermentum ME-3, en conditions microaérophiles de même que l’activité anti-Shigella de deux
bifidobactéries ; Bifidobacterium lactis Bb12 et Bifidobacterium longum 46, en condition
anaérobie était associée à un effet du pH. Une corrélation positive entre la production d’acide
lactique et l’activité inhibitrice a été observée (Hütt et al, 2006). Cependant, la quantité d’acide
acétique et l’activité inhibitrice des lactobacilles et des bifidobactéries cultivées en conditions
anaérobiques étaient corrélées de façon négative (Hütt et al, 2006).

II.1.2.2 Les bactériocines

La production d’autres agents antimicrobiens, tels que les bactériocines, ont aussi été
rapportés principalement lors des études in vitro (Klaenhammer, 1993). Les bactériocines sont
définies comme des molécules de nature protéique synthétisées par voie ribosomique possédant
des propriétés antibiotiques avec une activité bactéricide contre des espèces proches de la
souche productrice (Klaenhammer, 1993). Toutes les bactériocines produites par les bactéries
lactiques décrites jusqu’à présent ont une activité dirigée contre les bactéries (Gram+) (Dortu
et Thonart, 2009). Aucune bactériocine produite par des bactéries lactiques avec une activité
contre des bactéries (Gram-) n’a été décrite, comme la membrane externe de ces dernières ne
permet pas aux bactériocines d’atteindre la membrane interne, siège de leur activité (Dortu et
Thonart, 2009). Ces molécules agissent sur la membrane externe des bactéries cibles en
formant des pores qui mènent à la libération du contenu intracellulaire et la mort de la bactérie

9
Chapitre II : Activité antimicrobienne des probiotiques contre les entéropathogènes

affectée (Luquet et Courrieu, 2005). Les lactobacilles et les lactocoques, contrairement aux
bifidobactéries, sont le plus souvent associés à la production de bactériocines (Luquet et
Courrieu, 2005). Il a été démontré in vivo que Lactobacillus salivarius produit une
bactériocine dirigée contre Listeria monocytogenes (Fooks et Gibson, 2002). La production de
bactériocines par les souches de bifidobactéries est moins documentée, néanmoins, il a été
rapporté que la souche Bifidobacterium bifidum NCFB1454 produit une bactériocine active
contre différents genres bactériens potentiellement pathogènes (Yildirim et Johnson, 1998).

II.1.2.3 Le peroxyde d’hydrogène

Dans les conditions d’aérobiose, chez la plupart des bactéries lactiques, les molécules de
NAD réagissent avec l’oxygène pour former le peroxyde d’hydrogène (H2O2) qui inhibe de
nombreuses souches bactériennes pathogènes (Ouwehand et Vesterlund, 2004).

La production du peroxyde d'hydrogène accompagnée par celle d’acide lactique permet


l'inhibition du développement de certaines espèces pathogènes comme certains virus tel que le
virus de la fièvre aphteuse, certains champignons comme Candida albicans, ou encore certaines
bactéries comme Escherichia coli (Rakhis et Ladjal, 2016b).

Ce composé est un inhibiteur de la croissance microbienne, il bloque le fonctionnement


de certaines enzymes clés intervenant dans la glycolyse, comme l’hexokinase (Abid, 2015).
L’action bactériostatique de ce système entraîne des irrégularités d’acidifications par les levains
lactiques, qui peuvent ainsi s’auto-inhiber car ils y sont résistants (Desmazeaud, 1996).

II.1.3 Compétition pour l’utilisation des nutriments

L’inhibition de la croissance des pathogènes peut également s’effectuer par un processus


de restriction des nutriments (Fuller, 1991). Il est évident que la capacité des microorganismes
à entrer en compétition pour limiter les nutriments disponibles est un facteur non négligeable
qui détermine la composition du microbiote intestinal (Fuller, 1991). Ainsi, une augmentation
du nombre de lactobacille obtenue lors de la consommation de probiotique permet de diminuer
les substrats disponibles pour l’implantation des germes pathogènes (Fuller, 1991).

II.1.4 Stimulation des mécanismes de défense immunitaire

L’interaction des probiotiques avec le système immunitaire permet d’accroitre la réponse


de l’hote contre les agents entéropathogènes (Oelschaeger, 2010). En effet, les probiotiques

10
Chapitre II : Activité antimicrobienne des probiotiques contre les entéropathogènes

interviennent dans la stimulation de l’immunité adaptative, par la production des anticorps de


type IgA ainsi que l'immunité innée par la production des macrophages et des monocytes
(Oelschlaeger, 2010).

Grâce aux composants intra ou extracellulaires actifs, les probiotiques sont capables
d’influencer le système immunitaire par contact avec les cellules immunocompétentes, en
transmettant des signaux modifiant la réponse immunitaire de l'organisme hôte (Amrouche,
2005). De nombreuses études ont rapporté que la prolifération des lymphocytes et la production
des cytokines par les cellules du système immunitaire peuvent être sensiblement modifiées par
l’ingestion des probiotiques (Amrouche, 2005).

En résumé, les mécanismes d’action proposés dans cette section présentent l’état actuel
des connaissances sur l’action des probiotiques contre les pathogènes entériques. Cependant,
il est important de noter que les mécanismes associés à des souches particulières ne peuvent
pas être extrapolés à tous les micro-organismes probiotiques, chaque souche doit être étudiée
de façon indépendante (Bahri, 2014). De plus en plus des équipes de recherche travaillent
actuellement pour identifier les mécanismes d’action de probiotiques contre certains
pathogènes (Bahri, 2014).

11
Conclusion et perspectives

Conclusion et perspectives
Le nombre important de publications consacrées aux probiotiques témoignent de l’intérêt
majeur qu’accorde actuellement la communauté scientifique au potentiel thérapeutique de ces
microorganismes. Leur développement est actuellement en pleine expansion et un large panel
de produits à base de probiotiques (médicaments ou compléments alimentaires) est proposé
pour répondre aux besoins de patients de plus en plus à l’écoute de leur corps et de leur santé.

D’une manière générale les probiotiques présentent un véritable bénéfice thérapeutique


dans la prise en charge de diverses affections intestinales. Ils exercent des effets directs dans la
lumière ou sur la paroi intestinale et notamment sur le système immunitaire et des effets
indirects liés aux modifications du microbiote.

En perspectives,

En peut noter qu’il serait intéressant d’étudier d’une manière plus approfondi et
poursuivre les recherches sur les probiotiques pour mieux comprendre leurs mécanismes
d’action et penser à étudier leurs effets in vivo pour avoir des résultats beaucoup plus précis.

12
Références bibliographiques

Références bibliographiques
Abid, Z. (2015). Étude de l’activité antimicrobienne des souches de bactéries lactiques isolées
d’un produit laitier traditionnel Algérien «Jben». Thèse de Master. Université d’Abou Bekr
Belkaid-Tlemcen. Algérie. P. 10-90.

Amrouche, T. (2005). Contribution à l'étude du pouvoir immunomodulateur des


bifidobactéries: analyse in vitro et étude in vivo des mécanismes moléculaires impliqués.
Thèse de Doctorat. Université Laval. Québec. P. 43-175.

Bahri, F. (2014). Isolement et caractérisation des souches de Lactobacilles à caractères


probiotiques à partir de selles d’enfants. Thèse Doctorat. Université de Constantine I. Algérie.
P. 23-147.

Beausoleil, M., Fortier, N et al. (2007). Effect of a fermented milk combining Lactobacillus
acidophilus Cl1285 and Lactobacillus casei in the prevention of antibiotic-associated
diarrhea: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Canadian Journal. 21(11):
732-736.

Belhamra, Z. (2017). Croissance et survie des probiotiques en présence des édulcorants et


des additifs alimentaires. Thèse de doctorat. Université de Ferhat Abbas Sétif 1. Algérie. P.
14- 147.

Bernet, M.F., Brassart, D., Neeser, J.R., Servin, A.L. (1993). Adhesion of human
bifidobacterial strains to cultured human intestinal epithelial cells and inhibition of
enteropathogen-cell interactions. Appl Environ Microbiol. 59: 4121-4128.

Bevilacqua, L., Ovidi, M., Di Mattia, E., Trovatelli, L.D., Canganella, F. (2003). Screening
of Bifidobacterium strains isolated from human faeces for antagonistic activities against
potentially bacterial pathogens. Microbiol Res. 158(2): 179–185.

Butel, M.J. (2014). Les probiotiques et leur place en médecine humaine. J Anti-Infect. 16(2):
3343.

Champagne, C.P., Gardner, N.J., Roy, D. (2005). Challenges in the addition of probiotic
cultures to food. Crit Rev Food Sci Nutr. 45: 61-84.

13
Références bibliographiques

Coconnier, M.H., Bernet, M.F., Kerneis, S., Chauviere, G., Fourniat, J., Servin, A.L.
(1993). Inhibition of adhesion of enteroinvasive pathogens to human intestinal Caco-2 cells
by Lactobacillus acidophilus strain LB decreases bacterial invasion. FEMS Microbiol Lett.
110: 299- 305.

Corthier, G. (2004). Les bénéfices santé des probiotiques ». Danone Nutritopics. 29: 1-13.

Desmazeaud, M. (1996). L’état des connaissances en matériel de nutrition de bactéries


lactiques. Le lait. 63: 267-16.

De Vrese, M., Stegelmann, A., Richter, B., Fenselau, S., Laue C., Schrezenmeir, J. (2001).
Probiotics : compensation for lactase insufficiency. American Journal of Clinical Nutrition. 73:

421–429.

Dobson, A.E., Sanozky-Dawes, R.B., Klaenhammer T.R. (2007). Identification of an operon


and inducing peptide involved in the production of lactacin B by Lactobacillus acidophilus. J
Appl Microbiol. 103(5): 1766–1778.

Dortu, C., Thonart, P. (2009). Les bactériocines des bactéries lactiques : caractéristiques et
intérêts pour la bioconservation des produits alimentaires. Biotechnol Agron Soc Environ. 143-
154.

Drouault, S., Corthier, G. (2001). Effets des bactéries lactiques ingérées avec des laits
fermentés sur la santé. Vet Res. 32: 101-117.

Dunne, C., O’Mahony, L., Murphy, L., Thornton, G., Morrissey, D., O’Halloran, S.,
Feeney, M., Flynn, S., Daly, C., Kiely, B., O’Sullivan, G.C., Shanahan, F., Collins, J.K.
(2001). In vitro selection criteria for probiotic bacteria of human origin: correlation with in vivo
findings. Am J Clin Nutr. 73: 386-392.

Fooks, L.J., Gibson, G.R. (2002). Probiotics as modulators of the gut flora. Br J Nutr. 88: S39-
S49.

Fuller, R. (1991). Probiotics in human medicine. Gut. 32: 439-442.

Gaggia, F., Mattarelli PandBiavati, B. (2010). probiotics and prebiotics in animal feeding for
safe food production. International Journal of Food Microbiology. 141(1): 15-28.

14
Références bibliographiques

Gill, H.S. (2003). Probiotics to enhance anti-infective defences in the gastrointestinal tract. Best
Pract Res Clin Gastroenterol. 17: 755-773.

Gueimonde, M., Jalonen L, He.F., Hiramatsu, M., Salminen, S. (2006). Adhesion and
competitive inhibition and displacement of human enteropathogens by selected
lactobacilli.Food. Res Int. 39: 467-471.

Gueimonde, M., Salminen, S. (2006). New methods for selecting and evaluating probiotics.
Dig Liver Dis. 38: S242-S247.

Holzapfel, W.H., Haberer, P., Geisen, R., Björkroth, J., Schillinger, U. (2001). Taxonomy
and important features of probiotic microorganisms in food and nutrition. Am J Clin Nutr. 73:
365S-373S.

Hütt, P., Shchepetova, J., Loivukene, K., Kullisaar, T., Mikelsaar. (2006). Antagonistic
activity of probiotic lactobacilli and bifidobacteria against entero- and uropathogens. Appl
Microbiol. 100: 1324-1332.

Kaur, I.P., Chopra, K., Saini, A. (2002). Probiotics: potential pharmaceutical applications.
Eur J Pharm Sci. 15: 1-9.

Klaenhammer, T.R. (1993). Genetics of bacteriocins produced by lactic acid bacteria. FEMS
Microbiol Re. 12: 39-85.

Lardeur, D. (2018). L’intérêt de l’utilisation des probiotiques dans certaines affections de la


petite enfance. Thèse de doctorat d’état en pharmacie. Université de Lille. France. P. 54-82.

Liévin-Le Moal, V., Servin, A.L. (2006). The front line of enteric host defense against
unwelcome intrusion of harmful microorganisms: Mucins, antimicrobial peptides, and
microbiota. Clin Microbiol Rev. 19: 315-337.

Luquet, F.M., Correiu, G. (2005). Bactériocines de Bactéries lactiques. In: " Bactéries
lactique et probiotiques ». TEC 1 DOC éd Paris. France. Pp: 113-194.

Marteau, P., Cuillerier, E., Meance, S., Gerhardt, M. F., Myara, A., Bouvier, M., Bouley,
C., Tondu, F., Bommelaer, G., Grimaud, J. C. (2002). Bifidobacterium animalis strain DN-
173 010 shortens the colonic transit time in healthy women: a double-blind, randomized,
controlled study. Aliment Pharmacol Ther. 16: 587-593.

15
Références bibliographiques

Matusuzaki Chin, J., (2000). Modulating immune responses with probiotic bacteria.
Immunology and cell biology. 78(1): 67-73.

Mélanie, G. (2007). Rôle des probiotiques lors d’infections entériques d’origine bactérienne et
virale : analyse in vitro et étude in vivo chez des modèles marins. Thèse de Doctorat. Université
Laval .Québec. P. 18-170.

Mélanie, G. (2007). Rôle des probiotiques lors d’infections entériques d’origine bactérienne et
virale : analyse in vitro et étude in vivo chez des modèles marins. Thèse de Doctorat. Université
Laval .Québec. P. 21-170.

Nagpal, R., Yadav, H et al. (2007). Potential of probiotics and prebiotics for symbiotic
functional dairy foods: an overview. International Journal of Probiotics and Prebiotics. 2(2-
3): 75-84.

Nguyen, H.T.H., Elegado, F.B., Librojo-Basilio, N.T., Mabesa, R.C., Dizon, E.T. (2010).
Isolation and characterisation of selected lactic acid bacteria for improved processing of Nem
chu a traditional fermented meat from vietnam. Beneficial Microbes. 1: 67-7.

Oelschlaeger, T.A. (2010). Mechanisms of probiotic actions. Int J Med Microbiol. 300: 57-62.

Ouwehand, A.C., Kirjavainen, P.V., Shortt, C., Salminen, S. (1999). Probiotics: mechanisms
and established effects. International Dairy Journal. 9(1): 43-52.

Ouwehand, A.C., Vesterlund, S. (2004). Antimicrobial components from lactic acid bacteria.
In : "Salminen, S., Ouwehand, A., Von Wright, A. (eds) Lactic Acid Bacteria: Microbial and
Functional Aspects". 3rd Ed (Pp: 375-395). New York : Marcel Dekker.

Picard, C., Fioramonti, J., Francois, A., Robinson, T., Neant, F., Matuchansky, C. (2005).
Review article : bifidobacteria as probiotic agents – physiological effects and clinical benefits.
Aliment Pharmacol Ther. 22: 495-512.

Pinto, M., Robine-Leon, S., Appay, MD., Kedinger, M., Triadou, N., Dussaulx, E., Lacroix,
B., Simon- Assmann, P., Haffen, K., Fogh, J., Zweibaum, A. (1983). Enterocyte- like
differentiation and polarization of the human colon carcinoma cell line Caco-2 in culture. Biol
Cell. 47: 323-330.

16
Références bibliographiques

Piquepaille, C. (2013). Place des probiotiques dans le traitement de diverses pathologies


intestinales. Thèse de doctorat d’état en pharmacie. Université de Limoges. France. P. 88-183.

Rastall, R.A., Gibson, G.R., Gill, H.S., Guarner, F., Klaenhammer, T.R., Pot, B., Reid, G.,
Rowland, I.R., Sanders, M.E. (2005). Modulation of the microbial ecology of the human
colon by probiotics, prebiotics and synbiotics to enhance human health : an overview of
enabling science and potential applications, FEMS Microbiology Ecology, 52(2): 145-152.

Rhakis, S., Ladjal, H. (2016). Etude de quelques propriétés probiotiques des quelques
souches Lactobacillus isolées de lait chamelle et de chèvre. Thèse de Master. Algérie. P. 31-
72.

Rhakis, S., Ladjal, H. (2016). Etude de quelques propriétés probiotiques des quelques
souches Lactobacillus isolées de lait chamelle et de chèvre. Thèse de Master. Algérie. P. 32-
72.

Rofes, C. (2014). Intérêts du microbiote intestinal et probiotiques. Thèse de doctorat d’état en


pharmacie. Université de Paul Sabatier – Toulouse 3. France. P. 34-79.

Saarela, M., Mogensen, G., Fonden, R., Matto, J., Mattila-Sandholm, T. (2000). Probiotic
bacteria:safety, functional and technological properties. J Biotechnol. 84: 197-215.

Salminen, S.J., Gueimonde, M et al. (2005). Probiotics that modify disease risk. The Journal
of nutrition. 135(5): 1294-1298.

Servin, A., Coconnier, M.H. (2003). Adhesion of probiotic strains to the intestinal mucosa and
interaction with pathogens. Best Pract Res Clin. 741-754.

Servin, A.L. (2004). Antagonistic activities of lactobacilli and bifidobacteria against microbial
pathogens. FEMS Microbiol. 28: 405-440.

Wealleans, A.L., Litten-Brown, J.C. (2010). Effect of supplementing late gestation sows with
Saccharomyces cerevisiae on piglet growth performance. Advances in Animal Biosciences,
suppl. Proceedings of the British Society of Animal Science. 1(1): 186-186.

Wollowski, I., Rechkemmer, G et al. (2001). Protective role of probiotics and prebiotics in
colon cancer. The American journal of clinical nutrition. 73(2): 451s-455s.

17
Références bibliographiques

Yildirim, Z., Johnson, M.G. (1998). Characterization and antimicrobial spectrum of bifidocin
B, a bacteriocin produced by Bifidobacterium bifidum NCFB 1454. J Food Prot. 61: 47-51.

18
Annexes

Annexe 1. Les principales voies de catabolisme des hexoses chez les bifidobacteries.

Enzymes catalysant les numéros des réactions correspondantes


1 Fructokinase 7 Ribulose-5-P 3 épimérase
2 Fructose-6-P Phosphocétolase 8 Xylulose-5-P phosphocétolase
3 Acétate kinase 9 Glycéraldéhyde-3-P déshydrogénase
4 Transaldolase 10 Enolase
5 Transcétolase 11 Pyruvate kinase
6 Ribose-5-P épimérase 12 Lactate déshydrogénase
Annexes

Annexe 2. Mécanisme d’action des probiotiques.

Annexe 3. Les effets directs et indirects des probiotiques.