Vous êtes sur la page 1sur 1

l'orientation à cet égard en portant l'attention notamment sur les prestations de

services et en accordant toutes les facilités nécessaires. Il accueille favorablement


les investissements des entreprises africaines en Chine. Il continue d'œuvrer de
concert avec les pays africains à la création d'un environnement favorable à
l'investissement et à la coopération de même qu'à la protection des droits et intérêts
légitimes des investisseurs chinois et africains, ce par la négociation, la signature et
l'application d'accords bilatéraux pour promouvoir et protéger les investissements, et
d'accords pour éviter la double imposition.

2. Coopération agricole
Poursuivre la coopération et les échanges agricoles sino-africains à divers niveaux,
par différentes voies et sous de multiples formes. La coopération sera axée sur la
valorisation des terres, les cultures agricoles, les techniques d'élevage, la sécurité
alimentaire, l'outillage agricole et l'agroalimentaire. Renforcer la coopération en
matière de technologies agricoles, développer activement la formation en matière de
techniques agricoles appliquées et mettre en œuvre des projets pilotes de
vulgarisation des techniques agricoles. La Chine va former 15.000 professionnels
africains, envoyer une centaine d'experts en Afrique et y construire dix centres
spécialisés dans les techniques agricoles. Les deux parties entendent accélérer
l'élaboration d'un programme de relation agricole sino-africaine. La Chine va former
15.000 professionnels africains, envoyer une centaine d'experts en Afrique et y
construire dix centres spécialisés dans les techniques agricoles.
3. Construction d'infrastructures
La Chine et l’Afrique intensifient leur relation dans les domaines de la
construction d'infrastructure, surtout du transport, des bâtiments, des
télécommunications, de l'hydraulique et de l'électricité. Le gouvernement chinois
appuie puissamment la participation des entreprises chinoises à la construction
d'infrastructures en Afrique. Il les encourage à étendre leur action de réalisation des
projets de travaux forfaitaires en Afrique et à créer progressivement à cet effet des
mécanismes de relation bilatérale et multilatérale. L’objectif est de renforcer la
relation en matière technologique et gestionnaire et veiller à aider les pays africains à
accroître leur capacité de développement autonome. Dans le domaine de l’électricité
par exemple, l’activité chinoise dans ce secteur est concentrée dans la construction
de grands ouvrages hydroélectriques. À la fin de 2007, la Chine avait fourni plus de