Vous êtes sur la page 1sur 39

BANQUE CENTRALE DU CONGO

LE GOUVERNEUR

· INSTRUCTION N° 46 DU 30/0911020 DEFINISSANT LES PRINCIPES DIRECTEURS DE


DEMARCHAGE, D'OUVERTURE ET DE TENUE DES COMPTES-TITRES AINSI QUE DE CONSEIL EN
INVESTISSEMENT, DE GESTION DE PORTEFEUILLE POUR COMPTE DE TIERS ET DE PRET DE
TITRES

La Banque Centrale du Congo,

Vu la Loi organique n° 18/025 du 13 décembre 2018 portant organisation et fonctionnement de


la Banque Centrale du Congo, spécialement en ses articles 10, 24 et 25 ;

Vu la Loi n° 18/19 du 09 juillet 2018 relative aux systèmes de paiement et de règlement-


titres, spécialement en ses articles 20 et suivants;

Vu la loi organique n° 17/002 du 08 février 2017 déterminant les principes fondamentaux


relatifs à la mutuelle, spécialement en ses articles 2 et 66 ;

· Vu la Loi n° 04/01 du 19 juillet 2004 portant lutte contre le blanchiment des capitaux et le
financement du terrorisme, spécialement en ses articles 19 et 28 ;

Vu la Loi n° 00212002 du 02 mai 2002 relative aux activités et au contrôle des établissements
de crédit, spécialement en son article 9 ;

Vu la Loi n° 004/2001 du 20 juillet 2001 portant dispositions générales applicables aux


associations sans but lucratif et aux établissements d'utilité publique;

· Vu le Décret n° 18/025 du 11 juin 2018 fixant les modalités d'émission et de remboursement


des Bons du Trésor et Obligations du Trésor;

Vu l'Arrêté ministériel n° 030/CAB/MIN.FINANCESI2018 du 30 août 2018 portant mesures


d'application du Décret n° 18/025 du 11 juin 2018 fixant les modalités d'émission et de
remboursement des Bons du Trésor et Obligations du Trésor;

Vu l'Instruction n" 33 du 18 septembre 2017 relative au fonctionnement du système de transfert


· automatisé (ATS) ;

Vu l'Instruction n" 37 bis du 09 juillet 2019 relative au système de conservation, règlement et


livraison des titres géré par la Banque Centrale du Congo;

Vu l'Instruction n" 38 bis du 09 juillet 2019 portant règlement général du marché des valeurs
du Trésor;

Vu la convention du 07 novembre 2018 signée entre le Ministère ayant les Finances dans ses
· attributions et la Banque Centrale du Congo relative à l'émission, au règlement,à la
conservation et au remboursement des bons du Trésor et obligations du Trésor;

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel: sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd- Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
2

Arrête les dispositions ci-après:

Article 1er: Objet

1.1. La présente Instruction a pour objet de définir, en exécution des dispositions de l'article
9 de la loi n° 00312002 du 02 février 2002 relative à l'activité et au contrôle des établissements
de crédit, les conditions dans lesquelles les établissements de crédit peuvent fournir aux tiers
les services d'investissements suivants:

l'ouverture et la tenue d'un compte-titres;


le conseil en investissement;
la réception et la transmission d'ordres pour compte de tiers;
la gestion d'actifs pour compte des clients non-professionnels.

1.2. Elle définit également les règles applicables aux prêts de titres financiers entre
professionnels et à la constitution des clubs d'investissements par les clients non-
professionnels.

Article 2 : Champ d'application

· 2.1. L'offre et la fourniture de services d'investissement visés à l'article 1er sont réservées aux
banques commerciales. Les autres établissements de crédit doivent obtenir une autorisation
spéciale de la Banque Centrale du Congo pour offrir et fournir ces services.

2.2. Toutefois, les banques commerciales peuvent exploiter les canaux de distribution des
autres établissements de crédit pour offrir et fournir les services d'investissement visés à
l'article 1er moyennant déclaration préalable à la Banque Centrale du Congo.

· Article 3 : Démarchage des clients

3.1. L'établissement de crédit éligible peut effectuer des opérations de démarchage des clients
dans les conditions définies par la présente Instruction.

3.2. Au sens de la présente Instruction, constitue un acte de démarchage:

toute prise de contact non sollicitée, par quelque moyen que ce soit, avec une personne
déterminée ou un club d'investissement, en vue d'obtenir, de sa part, un accord pour la
fourniture des services d'investissement visés à l'article 1er;
le fait, quelle que soit la personne à l'initiative de la démarche, de se rendre
physiquement au domicile des personnes, sur leur lieu de travail ou dans les lieux non
destinés à la commercialisation de produits, instruments et services financiers, en vue
des mêmes fins.

3.3. La personne démarchée dispose d'un délai de rétraction de 5 jours ouvrés après la mise en
œuvre du mandat de gestion ou l'entrée en vigueur de toute autre convention portant sur un
· produit financier sansavoir à justifier les motifs de rétractation ni à en supporter de pénalités.
Le délai de rétractation est 2 jours ouvrés si la personne démarchée est rangée dans la catégorie
des clients professionnels. La rétractation doit être expresse et s'exerce, selon le cas, dans la
forme définie dans la convention-cadre relative au mandat de gestion reprise en annexe 1 ou
dans la convention-cadre relative à la tenue de compte-titres reprise en annexe Il de la présente
1 nstruction.

3.4. Le délai pendant lequel la personne démarchée peut exercer le droit de rétractation
commence à couri r :

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Oourriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
3

soit à compter du jour où le contrat est conclu;


soit à compter du jour où la personne démarchée reçoit les conditions contractuelles et
les informations requises, si cette dernière date est postérieure à celle de la conclusion
du contrat.

Article 4 : Identification des clients

4.1. L'établissement de crédit exige des personnes sollicitant la fourniture des services
d'investissement tous les documents et justificatifs requis en vue de leur identification, y
compris les informations en rapport avec leurs obligations fiscales.
4.1.1. Pour les personnes physiques, il s'agit de:

une pièce d'identité originale et en cours de validité du titulaire et, le cas échéant, du
représentant ;
éventuellement le numéro du registre de commerce et de crédit immobilier ou tout
autre numéro d'identification; .
deux photos passeport de moins de trois mois et en couleur du titulaire;
une carte ou attestation de résidence en cours de validité pour les étrangers;
un visa en cours de validité pour les étrangers;
une attestation et/ou acte de naissance pour les mineurs d'âge;
une expédition de jugement désignant le tuteur le cas échéant;
une déclaration de l'origine des fonds;
les coordonnées des éventuels tiers mandataires;
une déclaration de résidence fiscale requise dans le cadre des législations fiscales
étrangères ;
tout acte constatant les pouvoirs de(s) la personne(s) agissant au nom du client;
éventuellement, toute autre pièce complémentaire qui serait requise ou jugée
nécessaire par le teneur de compte conservateur notamment en cas de transfert de
titres provenant d'un autre teneur de compte conservateur.

4.1.2. Pour les personnes morales, il s'agit de :

des pièces d'identité originales, en cours de validité, des mandataires de la société;


éventuellement le numéro du registre de commerce et de crédit immobilier ou tout
autre numéro d'identification;
deux photos passeport récentes et en couleur pour chacun des mandataires;
une carte ou attestation de résidence en cours de validité pour les étrangers (pour les
mandatai res étrangers) ;
un visa en cours de validité pour les étrangers (minimum 6 mois) ;
une copie certifiée des statuts notariés des actes constitutifs publiés au journal officiel;
une copie du procès-verbal de l'organe compétent ou de l'acte de désignation des
mandataires de la personne morale;
éventuellement, toute autre pièce complémentaire qui serait requise ou jugée
nécessaire par le teneur de compte conservateur notamment en cas de transfert de
titres financiers provenant d'un autre teneur de compte conservateur;
le(s) numéro(s) impôt(s).

4.1.3. Pour les clubs d'investissement, il s'agit de :

la convention d'indivision et des documents visés au 4.1.1 pour chacun de ses membres
en indivision;
une copie certifiée des statuts sociaux et les autres documents visés au 4.1.2 pour le
club d'investissement doté d'une personnalité juridique.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
4

Article 5. Ouverture et fonctionnement du compte-titres

5.1. L'ouverture d'un compte-titres est libre pour autant que le requérant dispose de la
capacité civile ou commerciale pour ce faire.

5.2. L'établissement de crédit se réserve le droit de refuser, à sa seule convenance,


l'inscription en compte et la négociation de titres financiers émis et conservés à l'étranger
pour un client ayant refusé de fournir l'imprimé fiscal et/ou les informations permettant son
identification auprès de l'administration fiscale de l'Etat dont il relève ou si elle n'a pas de
correspondant local pour la conservation de ces instruments financiers.

Article 6 : Compte-titres joint - Compte-titres indivis - Compte-titres démembré

Le compte-titres peut se présenter sous forme de compte à titulaire unique, joint ou indivis. Il
peut aussi être détenu en nue-propriété ou en usufruit. Il est adossé à un compte espèce
existant ou créé pour la circonstance.

Article 7 : Classification des clients

7.1. L'établissement de crédit admis à fournir les services visés à l'article t" est tenu, au
· moment de l'entrée en relation avec les clients, de les classifier en catégories suivantes:

clients professionnels;
clients non professionnels.

7.2. Sauf opinion contraire de leur part, sont présumés clients professionnels, les institutions
de gestion d'épargne professionnelle, les fonds d'investissement, les établissements de crédit,
les entreprises offrant des services de capital-investissement, les administrations chargées de
gestion de la dette publique, les banques centrales, les établissements de gestion d'actifs et
· les sociétés d'assurance et de réassurance.

7.3. Sauf opinion contraire de leur part, sont présumés clients non-professionnels, les
investisseurs autres que ceux repris au 7.2.

7.4. En cas d'opinion contraire d'un client présumé non-professionnel, l'établissement de


crédit peut procéder à un test d'adéquation sur la base des informations recueillies pour vérifier
si le Client a l'expérience et dispose des connaissances lui permettant de comprendre les
· risques inhérents au service de gestion de portefeuille. Si le test n'est pas concluant, il peut
refuser de fournir au client le service de gestion de portefeuille pour le compte de tiers. A
défaut, le client assume seul les risques liés à la gestion de son portefeuille en tant que
professionnel.

7.5. Le client est informé que la classification induit des mesures de protection et d'information
spécifiques conformément aux dispositions de l'Instruction n° 38 bis du 09 juillet 2019 portant
règlement général du marché des valeurs du Trésor ou aux dispositions de tout autre texte sur
les marchés financiers de portée équivalente. En conséquence, tout changement de catégorie
, entraîne une modification desdites mesures.

7.6. Le client non-professionnel conclut avec l'établissement de crédit un mandat de gestion


établi conformément à la convention-type repris en annexe 1. En revanche, le client
professionnel conclut avec l'établissement de crédit une convention de tenue de compte-titres
établie conformément à la convention-type repris en annexe Il.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe .


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
5

Article 8 : Clients bénéficiaires de revenus soumis à une législation fiscale étrangère

8.1. Les établissements de crédit qui sont autorisés à fournir aux administrations publiques
compétentes des pays étrangers, à des fins fiscales, des informations concernant leurs clients
en raison de leur rattachement à une législation fiscale étrangère.

8.2. Le client est tenu de s'engager, par convention, que ses données à caractère personnel
peuvent faire l'objet d'une communication aux administrations publiques visées au 8.1.

Article 9 : Protection des titulaires des comptes

9.1. Lorsqu'ils sont investis d'un mandat de gestion, les établissements de crédit sont tenus au
principe de la meilleure exécution par référence au coût total de l'opération et à la priorité
donnée aux ordres du client. Au sens de la présente Instruction, le coût total est le prix de
· l'instrument financier augmenté des coûts liés à l'exécution, qui incluent toutes les dépenses
encourues par le client directement liées à l'exécution de l'ordre, y compris les frais propres au
lieu d'exécution, les frais de compensation et de règlement et tous les autres frais
éventuellement payés à des tiers ayant participé à l'exécution de l'ordre.

9.2. En vue de se conformer à l'obligation de la meilleure exécution, les établissements de


crédit mettent en place et maintiennent à jour une politique de gestion de conflit d'intérêts.
Cette politique regroupe les différentes mesures et procédures qui ont été mises en place afin
· de détecter les situations de conflit d'intérêts se présentant lors de ses prestations ou celles
de ses préposés susceptibles de porter atteinte aux intérêts de ses clients.

9.3. Les établissements de crédit teneurs de compte conservateurs tiennent des comptes et
des registres leur permettant de distinguer à tout moment les avoirs détenus pour compte
propre et les avoirs détenus pour compte de tiers, et au sein de ces derniers, les avoirs détenus
pour un client donné de ceux détenus pour chacun des autres clients.

· 9.4. Lorsqu'ils ne peuvent pas eux-mêmes exercer l'activité de conservation, les établissements
de crédit choisissent rigoureusement les tiers teneurs de compte conservateurs auxquels ils
recourent et sont tenus de s'assurer que ces tiers appliquent le même principe de ségrégation
des comptes. Afin de vérifier l'intégrité de la tenue de compte conservation, les établissements
de crédit teneurs de compte conservateurs effectuent régulièrement des rapprochements entre
ses comptes et registres internes et ceux de tout tiers auprès de qui les avoirs des clients sont
détenus.

9.5. Les établissements de crédit teneurs de compte conservateurs conservent les titres
· financiers et les espèces détenues par leurs clients et enregistrent les transactions réalisées de
suite des ordres des clients dans les conditions assurant la protection de leur propriété. Ils
prennent toute mesure en vue de sauvegarder les droits des clients sur les instruments
financiers dont ils sont titulaires.

9.6. Les établissements de crédit teneurs de comptes conservateurs délivrent à tout titulaire
de compte-titres qui en fait la demande, moyennant rémunération, une attestation précisant
la nature, le nombre et la valeur nominale des titres financiers, ainsi que les mentions qui y
· sont portées. Ils communiquent, à la fin de chaque trimestre, sans frais, un relevé des comptes-
titres indiquant en nombre de titres financiers et en valeur nominale le solde antérieur,
l'ensemble des opérations effectuées au cours de la période et le solde en fin de période.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
6

Article 10 : Frais de tenue de compte

Les commissions et tous les autres frais perçus par les établissements de crédit teneurs de
comptes conservateurs sont homologués par la Banque Centrale du Congo avant leur
application .

. Article 11 : Emission des titres financiers dématérialisés

11.1. Toute personne morale qui souhaite émettre des titres. financiers sous forme
dématérialisée doit, préalablement à l'émission, prendre les mesures nécessaires pour
l'enregistrement de la totalité de l'émission des titres financiers de même genre auprès d'un
dépositaire central de titres et publier la dénomination et l'adresse dudit dépositaire central
des titres. Le même principe s'applique à la conversion des titres financiers nominatifs ou
physiques en titres financiers dématérialisés négociables.

. 11.2. Il est tenu de communiquer par écrit au dépositaire central de titres toute modification
des caractéristiques des titres financiers qu'il détient. La communication doit être préalable
au changement et suivie d'une confirmation dès l'intervention de la modification.

11.3. Lorsque les titres financiers en circulation cessent d'être négociables, l'émetteur assure
la conversion des titres dématérialisés en titres nominatifs. Dans ce cas, il doit informer sans
délai le dépositaire central de titres, les teneurs de comptes conservateurs et les détenteurs
desdits titres du changement du mode de détention intervenu.

11.4. Les émetteurs des titres financiers tiennent une comptabilité propre à chacune des
valeurs qu'ils ont émises et dont l'inscription en comptes figure dans leurs livres ou dans celui
d'un dépositaire central de titres. Un compte général ouvert en chaque valeur, enregistre à
son débit l'ensemble des titres financiers inscrits chez l'émetteur. Sa contrepartie créditrice
figure aux comptes des teneurs de compte conservateurs dans les livres du dépositaire central
de titres.

Article 12 : Prêt de titres financiers

12.1. Le contrat de prêt de titres financiers est réservé aux clients professionnels. Il est conclu
conformément à la convention-cadre en annexe III de la présente Instruction.

12.2. Outre la commission susceptible d'être payée par l'emprunteur, les parties peuvent
convenir de remises complémentaires, en pleine propriété, d'espèces ou de titres financiers,
pour tenir compte de l'évolution de la valeur des titres financiers prêtés. Elles peuvent
également assortir le prêt d'une constitution de garantie financière à charge de l'emprunteur.

12.3. Les règles d'enregistrement suivantes sont applicables au prêt de titres financiers:

1) La créance représentative des titres financiers prêtés est inscrite distinctement au bilan
à la valeur d'origine de ces titres;
2) Les titres financiers empruntés et la dette représentative de l'obligation de restitution
de ces titres sont inscrits distinctement au bilan de l'emprunteur au prix du marché au
jour du prêt;
3) La provision pour dépréciation constituée antérieurement, le cas échéant, sur les titres
financiers prêtés n'est pas réintégrée lors du prêt. Elle doit figurer sur une ligne distincte
au bilan et demeurer inchangée jusqu'à la restitution de ces titres;
4) A la clôture de l'exercice, les titres financiers empruntés qui figurent au bilan de
l'emprunteur et la dette représentative de l'obligation de restitution qui résulte des
contrats en cours sont inscrits au prix que ces titres ont sur le marché à cette date;

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
7

5) A l'expiration du prêt, les titres financiers empruntés sont réputés restitués à la valeur
pour laquelle la dette représentative de l'obligation de restitution figure au bilan. Ils
sont inscrits à cette même valeur.

12.4. Les titres financiers prêtés sont prélevés par priorité sur les titres financiers de même
nature acquis ou souscrits à la date la plus récente.
12.5. Les titres financiers empruntés peuvent faire l'objet d'un prêt ou de tout autre acte de
disposition. Dansce cas, les achats ultérieurs de titres financiers de même nature sont affectés
· par priorité au remplacement des titres financiers empruntés.

Article 13 : Valorisation des titres financiers prêtés ou apportés en garantie

13.1. Les titres financiers prêtés ou remis en garantie peuvent faire l'objet d'une valorisation
à la valeur du marché au cours de la vie du prêt.
13.2. A chaque date de calcul au cours de la vie du prêt, la Banque Centrale du Congo, en tant
qu'agent de règlement, détermine l'écart de couverture dudit prêt, égal à la différence,
positive ou négative, entre:
la valeur des titres financiers faisant l'objet d'un prêt garanti multipliée par le taux de
couverture, et,
la valeur ajustée de ladite garantie.

13.3. Si l'écart de couverture est positif, sur demande du prêteur, l'emprunteur complète la
garantie financière du prêteur en effectuant en sa faveur une remise d'un montant égal à celui-
ci, en titres financiers ou en espèces, dans la devise de référence du prêt. Si l'écart de
couverture est négatif, sur demande de l'emprunteur, le prêteur réduit sa garantie en
, effectuant en faveur de l'emprunteur une remise d'un montant égal à la valeur absolue de celui-
ci, en titres financiers ou en espèces, dans la devise de référence du prêt considéré.
Article 14 : Club d'investissement

14.1. Les particuliers peuvent, dans les conditions prévues par loi organique n° 17/002 du 08
février 2017 déterminant les principes fondamentaux relatifs à la mutuelle ou la loi n° 004/2001
du 20 juillet 2001 portant dispositions générales applicables aux associations sans but lucratif
et aux établissements d'utilité publique, constituer un club d'investissement dans le cadre
· duquel ils donnent individuellement à un établissement de crédit un mandat de gestion de leurs
actifs financiers comprenant notamment tout compte-titres pour la souscription, l'achat ou la
vente des instruments financiers. A défaut de personnalité juridique, le club d'investissement
est basé sur un contrat d'indivision conclu dans le respect des dispositions des articles 31 à 38
de la loi n° 73-021 du 20 juillet 1973 portant régime général des biens, régime foncier et
immobilier et régime des sûretés.

14.2. Le club d'investissement a le statut d'un client non-professionnel. Il est le seul titulaire
· des comptes-titres et des comptes espèces associés, lesquels sont considérés comme étant des
biens indivis entre les membres, qui ne peuvent fonctionner que sous la signature conjointe de
son président et du trésorier.

14.3. Les versements effectués par les membres du club d'investissement sont faits par
virement ou par transfert via un instrument de paiement électronique selon la périodicité et le
montant fixé par les statuts du club d'investissement.

· 14.4. Sauf simple décalage technique et exceptionnel de trésorerie, aucun découvert en


compte, ni crédit ne peut être octroyé à un club d'investissement.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd 1svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
8

Article 15 : Compensation globale de positions

Le règlement des transactions sur le marché secondaire peut comporter une phase préalable
de compensation globale des positions des établissements de crédit teneurs de compte
conservateurs ayant adhéré à l'accord de compensation globale mise en place par la Banque
Centrale du Congo, en tant qu'agent de règlement.

Article 16 : Lutte contre la criminalité financière organisée

. 16.1. L'établissement de crédit teneur de compte conservateur est tenu à un devoir de vigilance
tel que prévu par la Loi n° 04/01 du 19 juillet 2004 portant lutte contre le blanchiment des
capitaux et le financement du terrorisme ainsi que par toute autre législation congolaise ou
étrangère en matière d'évasion fiscale ou de trafic d'organes, d'êtres humains ou d'espèces ou
d'objets protégés par des conventions internationales.

16.2. Le client est informé que ses données à caractère personnel peuvent faire l'objet d'un
traitement par l'établissement de crédit teneur de compte conservateur dans le cadre de la
. lutte contre la criminalité financière organisée.

Article 17 : Déclaration des transactions et atteinte à l'intégrité du marché

17.1. Les établissements de crédit fournissant des services d'investissement vises par la
présente Instruction sont tenus de déclarer les transactions effectuées pour compte propre ou
des tiers à la Banque Centrale du Congo.

17.2. Pour une transaction donnée, la déclaration mentionne les principales caractéristiques
, de l'opération dont :

l'identité du cédant et, éventuellement, les numéros de son compte de règlement et de


son compte-titres;
l'identité du cessionnaire et, éventuellement, les numéros de son compte de règlement
et de son compte-titres;
la catégorie, la quotité échangés et les codes ISINdes instruments financiers échangés;
le prix de la transaction.

17.3. En outre, l'établissement de crédit teneur de compte conservateur est tenu de déclarer
à la Banque Centrale du Congo toute opération initiée par un client susceptible de :

constituer une opération d'initié ou une manipulation du marché;


porter atteinte à l'intégrité du marché.

La présente Instruction entre en vigueur à la date de sa signature.

Fait à Kinshasa, le () ~

Déogratias LbA/;;;;EMB~·
Gouverneur

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
1

ANNEXE1 : CONVENTION-CADRE
SURLE MANDAT DE GESTION

ENTRE

(Personne physique) [Nom, Prénoms], résidant [adresse], Monsieur/


Madame , représenté(e) ou assisté(e) aux fins de
présentes par Monsieur/Madame...................................................................
en qualité de

(Société), [dénomination] au capital de , dont le siège


social est sis , immatriculée au Registre du Commerce et du Crédit
Mobilier sous le numéro , représentée aux fins de présentes par
........................
, en qualité de .

, (Autre personne morale ou club d'investissement) [dénomination]. dont le


siège social est sis , agissant conformément aux dispositions de [acte
constitutif] , représenté(e) aux fins de présentes par , en qualité de

ci-après dénommé « Client », d'une part;

et

...........................,(catégorie d'Etablissement de crédit), au capital de , dont


. le siège social est sis à , immatriculée au Registre du Commerce et du Crédit
Mobili11er sous le numero ' , , par
agreee sous le numero
'
et autorisée à exercer le service de gestion de portefeuille pour le compte de
.....................
tiers, et représentée par , ci-après dénommée
« Mandataire », d'autre part

TITRE 1 : DISPOSITIONSGENERALES

Article 1er : Objet de la convention

1.1. La présente Convention a pour objet de définir principalement les conditions dans
lesquelles le Client donne pouvoir au Mandataire de gérer, suivant les objectifs de gestion
convenus, en son nom et pour son compte, et aux risques exclusifs du Client, les titres
financiers, les revenus associés et les espèces déposées sur le(s) compte(s) espèces
associé(s) à cette gestion.

1.2. Elle définit également les modalités d'ouverture et de tenue du compte-titres associé
à la gestion des actifs financiers du Client.

Article 2 : Renonciation d'intervention du Client dans la gestion

2.1. Le Client reconnaît expressément et de manière irrévocable qu'il n'est pas autorisé,
pendant toute la durée du mandat, à intervenir dans la gestion. Il s'engage à ce que les
titres financiers composant le portefeuille demeurent libres de toute sûreté, nantissement
. ou garantie de quelque nature que ce soit pendant la durée d'exécution du mandat.
Cependant, le nantissement du compte-titres reste possible.

2.2. Si toutefois, des titres financiers devaient être acquis sur instruction écrite et
exceptionnelle du Client et/ou issus d'un transfert de portefeuille, ils ne seront pas réputés
faire partie du mandat de gestion. La responsabilité du Mandataire ne saurait être engagée
du fait de l'existence éventuelle de ces titres financiers sur le compte-titres du Client.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd / svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
2

TITRE" : OUVERTURE- FONCTIONNEMENTDU COMPTE-TITRES

Article 3 : Demande d'ouverture d'un compte-titres

Toute demande d'ouverture de compte-titres devra être accompagnée de documents exigés


à l'article 4 de de l'Instruction n° du définissant les principes
directeurs de démarchage, d'ouverture et de tenue des comptes-titres, de conseil en
investissement, de gestion de portefeuille pour compte de tiers et de prêt de titres.

Article 4 : Ouverture d'un compte-titres

4.1. Le Mandataire ouvre au Client un compte-titres spécifique. Est rattaché au compte-


titres, un compte espèces préexistant dans les livres du Mandataire ou ouvert
concomitamment, lequel enregistrera au débit ou au crédit la contrepartie espèce des
opérations effectuées sur les titres financiers inscrits dans le compte-titres du Client.

4.2. Le Mandataire peut confier la tenue du compte-titres et du compte espèce associé à un


autre établissement de crédit.

Article 5 : Commencement d'exécution

5.1. Le compte-titres pourra commencer à fonctionner dès que le Mandataire sera en


possessionde l'ensemble des informations sur l'identification du Client conformément aux
dispositions qui suivent:

- en cas de signature en agence à l'initiative du Client, il y a commencement


d'exécution dès la signature de la Convention par le Client après dépôt de l'ensemble
des pièces requises;
- en cas de signature en agence avec sollicitation préalable par voie de démarchage
ou dans le cadre d'un système de vente à distance, la Convention ne peut commencer
à être exécutée qu'à l'expiration du délai de rétractation de 5 jours ouvrés prévu par
l'Instruction n° du définissant les principes directeurs de
démarchage, d'ouverture et de tenue des comptes-titres, de conseil en
investissement, de gestion de portefeuille pour compte de tiers et de prêt de
titres.

5.2. Dans l'hypothèse où le titulaire du compte-titres serait, selon les dispositions du Code
de la famille ou de la loi étrangère qui lui est applicable conformément aux dispositions de
l'article 8 du décret du 4 mai 1895, un majeur protégé ou un mineur non émancipé,
l'ensemble de sestitres financiers devra être géré en application des dispositions spécifiques
. afférentes au régime de protection dont il relève.

5.3. Lorsque le régime de capacité du titulaire du compte-titres reconnu applicable


en République Démocratique du Congo, est un régime de droit étranger, il est
expressément convenu que devront être préalablement fournis au Mandataire, tout
justificatif utile de nature à délimiter et définir l'étendue des pouvoirs ainsi que
l'identité et la situation exacte du mineur ou du majeur protégé (ou de leurs
représentants légaux et mandataires), au regard de la législation applicable.

5.4. La responsabilité du Mandataire ne pourra, en aucun cas, être recherchée à


raison des opérations effectuées par la personne protégée ou son représentant légal
en méconnaissance des règles applicables notamment des lois sur les personnes
encadrant le fonctionnement du compte.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
3

Article 6 : Etendue du mandat de gestion

6.1. Le Mandataire est investi des pouvoirs nécessaires à la réalisation des opérations initiées
, par ses soins et pour exercer tous les droits patrimoniaux attachés aux titres financiers. Il
pourra notamment signer tout bulletin de souscription, ordre d'achat et de vente, retrait ou
de dépôt, ainsi que tout bordereau de transfert ou de conversion de tout titre financier.

6.2. En conséquence, le compte-titres fonctionne sur base des décisions d'investissement


prises par le Mandataire dans le cadre du mandat.

6.3. Le Client entend bénéficier d'une gestion correspondant aux objectifs de gestion fixés.
,Cette gestion s'effectuera au moyen de titres financiers et d'espèces composant un
portefeuille dont la gestion est laissée à l'appréciation exclusive du Mandataire en fonction
des conditions de marché et de la stratégie d'investissement définie par le Mandataire et
acceptée par le Client.

6.4. Le Mandataire s'engage à gérer les titres financiers et espèces conformément aux
objectifs acceptés par le Client.

6.5. Les titres inscrits en compte et les droits qui y sont attachés ne peuvent faire l'objet
. d'une utilisation par le Mandataire pour son propre compte.

6.6. Le Mandataire l'ayant pleinement informé des risques encourus dans le cadre de ce
mandat, le Client reconnaît avoir pleine connaissance des risques de baisse de la valeur de
son portefeuille pouvant découler de l'exécution des opérations faisant l'objet du présent
mandat et de sa stratégie.

Article 7 : Fonctionnement du compte espèces associés au compte-titres

7.1. Le compte espèces associé au compte-titres du Client sert de provision pour les
opérations liées à l'acquisition d'un titre financier (souscription, achat ou autres frais dus
au Mandataire) et à l'encaissement du produit de la vente par l'acheteur ainsi que du
remboursement et du paiement des intérêts par l'émetteur.

7.2. Le Mandataire ne saurait être tenu pour responsable en cas d'annulation de paiement
et/ou de défaut d'un émetteur, quel qu'il soit, même si cette annulation ou défaut est
constaté ou intervient a posteriori du fait de l'automatisation des traitements et du délai
, de remontée de l'information vers le Mandataire.

Article 8 : Titres inscrits en compte joint

8.1. L'ouverture d'un compte-titres joint donne lieu à l'ouverture d'un compte espècesjoint.

8.2. Lorsque le compte-titres fonctionne comme un compte-joint, l'exercice des droits


pécuniaires attachés aux titres financiers doit être le fait des co-titulaires ou de l'un d'entre
, eux en vertu d'un pouvoir spécial lui reconnu par l'autre co-titulaire. A défaut, chacun des
co-titulaires agissant séparément et soussa seule signature pourra effectuer toute opération
sur le compte-titres joint. Les opérations ainsi réalisées seront, libératoires pour le
Mandataire.

8.3. En cas de décès de l'un des co-titulaires, le co-titulaire survivant ne peut exercer les
droits patrimoniaux ou extrapatrimoniaux attachés au compte-titres et au compte espèces
y associé que s'il a été spécialement et préalablement désigné à cet effet par le de cujus. À

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc,cd / svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
4

défaut, le décès d'un des co-titulaires entraîne le blocage du compte. Le déblocage est
effectué à l'issue des opérations de liquidation de la succession.

8.4. Les co-titulaires ou leur représentant doivent faire connaître, par écrit, au Mandataire,
l'identité et les droits de chacun ainsi que, le cas échéant, les conséquences fiscales de la
copropriété du compte.

Article 9 : Titres inscrits sur un compte indivis

9.1. Le compte-titres indivis fonctionnera sous la signature conjointe de tous les co-
indivisaires ou de leur mandataire désigné conjointement à cet effet.

9.2. Les co-indivisaires seront tenus solidairement vis-à-vis du Mandataire de tous leurs
engagements contractuels. En cas de dénonciation de l'indivision par l'un des titulaires,
celui-ci doit aviser sansdélai les autres et le Mandataire.

9.3. Le décès d'un des co-titulaires entraîne le blocage du compte. Le déblocage est
effectué à l'issue des opérations de liquidation de la succession.

Article 10 : Compte-titres démembré

10.1. Le compte-titres peut faire l'objet d'un démembrement de propriété et sera établi au
nom du nu-propriétaire.

10.2. L'usufruitier devra ouvrir un compte espèce à son nom propre pour recevoir les revenus
générés par le compte-titres.

Article 11 : Disponibilité des titres

11.1. Nonobstant le transfert de responsabilité au Mandataire, le Client conserve le droit


d'opérer des retraits en espèces ou en titres sur ses comptes. Le Mandataire restitue les
titres financiers en sa possession sur simple demande du Client, sous réserve des
. indisponibilités provenant de la mise en garantie (nantissements contractuels ou légaux,
blocage conventionnel, etc.) ou de droits que pourraient faire valoir des tiers par voie de
justice.

11.2. Conformément au principe de l'inscription en compte, la restitution des titres se peut


se réaliser sous forme de virement en compte-titres auprès d'un autre teneur de compte
conservateur dans les livres duquel le Client dispose d'un compte-titres.

, 11.3. Le Mandataire demeure responsable à l'égard du Client titulaire du compte-titres, en


sa qualité de teneur de compte-conservateur, lorsqu'il recourt à un autre teneur de compte
conservateur ou à un dépositaire central de titres pour la tenue des comptes-titres ou la
conservation des titres.

Article 12 : Opérations connexes de change

12.1. Le compte-titres et le compte espècescorrespondant sont tenus dans la monnaie dont


est libellé le titre financier. Pour chaque devise, le Mandataire ouvrira un compte-titres
. correspondant.

12.2. Pour les opérations donnant lieu à des règlements en devises, lé compte espèces sera
débité ou crédité de la contre-valeur en monnaie nationale ou en monnaie étrangère du
montant de l'opération réalisée par application du taux pratiqué par le Mandataire sur la
devise concernée le jour de l'opération. Pour l'ensemble des règlements effectués dans le

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd / svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
5

, cadre de la présente convention, si une opération de change est nécessaire, elle sera
effectuée par le Mandataire sur le marché interbancaire des changes. La comptabilisation
au compte du Client est en conséquence susceptible d'être différée.

12.3. Le Mandataire ne sera en aucun cas responsable des pertes ou des dommages résultant
d'un événement quelconque susceptible d'affecter la transférabilité, la convertibilité ou la
disponibilité d'une quelconque devise et en aucun cas le Mandataire n'aura l'obligation de
substituer une autre devise à la devise dont la transférabilité, la convertibilité ou la
disponibilité a été affectée par la législation ou la réglementation ou par ledit événement.

Article 13 : Clôture ou blocage du compte-titres

13.1. La clôture d'un compte-titres est sans incidence sur le fonctionnement du compte
espèces ou, le cas échéant, des autres comptes-titres du Client restant ouverts dans les
livres du Mandataire.

13.2. Le Mandataire assure le dénouement des opérations en cours.

13.3. Le Client peut, sans préavis, décider de clôturer le compte-titres. Dans ce cas, il
indique au Mandataire le sort du compte espèces associé et, le cas échéant, les coordonnées
d'un autre teneur de compte conservateur auprès duquel seront transférés les titres. Le
transfert des titres ne pourra toutefois avoir lieu que dans la mesure où le Client n'est
redevable envers le Mandataire d'aucune somme ou titre financier.

13.4. En l'absence de titres financiers sur une période de 2 ans, le Mandataire se réserve le
droit de clôturer le compte-titres.

13.5. En cas de compte-titres joint, le co-titulaire qui prend l'initiative de clôturer le


compte-titres doit en aviser immédiatement l'autre, le Mandataire étant déchargé de toute
obligation d'information dans ce cas. Cette décision entraîne le blocage du compte et sa
transformation immédiate en un compte indivis, compte collectif sans solidarité active.
L'emploi ultérieur et la destination des titres financiers déposés seront décidés
conjointement par les co-titulaires et notifiés au Mandataire.

,13.6. Le décès du titulaire unique d'un compte-titres entraîne le blocage du compte jusqu'à
l'issue des opérations de liquidation de la succession.

TITRE III : EXECUTIONDU MANDAT

Article 14 : Profil du Client

14.1. Le Client adopte le profil d'un investisseur prudent. Ainsi, il autorise uniquement les
. investissements en titres sans risque tels que les titres de dette émis par les banques
centrales ou par le Trésor public ou en d'autres instruments du marché monétaire tels que
les titres de créance négociables.

14.2. Les avoirs en espècesdu Client pourront être investis jusqu'à 100 % en titres financiers
visés au 14.1. La proportion de chaque titre est laissée à la discrétion du Mandataire.

Ou

, 14.1. Le Client adopte le profil d'un investisseur flexible et est ouvert à d'autres types
d'investissements dans les instruments financiers. Ainsi, il autorise les investissements en
instruments financiers suivants:

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gambe


Oournet : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd 1cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
6

titres financiers sans risque tels que (titres de dette émis par les banques centrales
ou par le Trésor public) ou en d'autres instruments du marché monétaire tels que
les titres de créance négociables;
titres financiers privés émis tels que les obligations d'entreprise et les actions;
instrument financier indexé sur un autre titre financier, matière première ou indice.

14.2. Les avoirs en espèces du Client pourront être investis jusqu'à [X % ou plus] en titres
financiers sans risques et [Y % ou moins] dans les autres instruments.

Article 15 : Obligation de meilleure exécution

15.1. Le Mandataire est tenu d'agir au mieux des intérêts du Client pour l'exécution du
mandat. A cet effet, il établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des
conflits d'intérêts concernant ses propres activités et celles de ses préposés.

15.2. S'il apparaît néanmoins que ces mesures et procédures ne suffisent pas à éviter, avec
une certitude raisonnable, le risque de porter atteinte aux intérêts du Client, le Mandataire
est tenu de l'informer clairement et d'une manière suffisamment détaillée, avant d'agir en
. son nom, de la nature générale ou de la source de ces conflits d'intérêts afin que le Client
puisse prendre une décision en connaissance de cause.

Article 16 : Défaillance du Client

16.1. Le Client est tenu de disposer à tout moment de la contrevaleur en titres ou en espèces
en vue de l'exécution de ses opérations. Il est tenu de veiller à ce qu'à la suite des retraits
opérés, son compte-titres ou son compte espèces associé ne deviennent pas débiteurs. Il y
. a défaillance en titres lorsque la quantité de titres disponibles inscrits au compte du Client
est inférieure au nombre de titres à livrer. Il y a défaillance en espèces lorsque la provision,
constituée par le solde créditeur du compte espèces du Client ou par tout autre moyen
convenu entre le Mandataire et le Client, n'est pas suffisante pour couvrir le montant des
engagements du Client.

16.2. Lestitres et espèces remis à tout système de règlement interbancaire ou tout système
de règlement et de livraison de titres financiers sont transférés en pleine propriété au
Mandataire, à titre de garantie du règlement des sommes dues ou des titres à livrer par le
, Client.

16.3. Le Mandataire peut procéder au dénouement d'une opération en se substituant à son


Client défaillant. Dansce cas, il acquiert de plein droit la pleine propriété des titres ou/et
des espèces reçus de la contrepartie, sous déduction de la fraction prélevée sur le compte
espècesou le compte-titres du Client. Le Client défaillant est redevable des frais et débours
engagés par le Mandataire en raison de la défaillance du Client.

, 16.4. Le Client ne devient propriétaire des titres ou des espèces qu'à compter du moment
où la contrepartie peut être débitée, selon le cas, à son compte espèces ou à son compte
de titres.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd 1svicegouve@bcc.cd 1cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
7

TITRE IV: DISPOSITIONSDIVERSESET FINALES

Article 17 : Information du Client

17.1. Le Mandataire informe le Client au moins à la fin de chaque trimestre des opérations
affectant les titres financiers inscrits dans son compte, par la transmission d'un relevé
d'opérations comprenant:

la date d'effet et! ou le délai d'exercice de l'opération;


la description de l'opération;
le nombre de titres financiers qu'il détient et les droits correspondants;
les contrats financiers conclus ou en cours;
les informations relatives aux opérations sur titres financiers nécessitant une réponse
du titulaire qu'il reçoit individuellement des émetteurs;
les informations relatives aux autres opérations sur titres financiers qui entraînent
une modification sur les avoirs inscrits sur le compte du Client, qu'il reçoit
individuellement des émetteurs.

17.2. Le Client et le Mandataire s'assureront périodiquement de l'adéquation de l'objectif


· de gestion et pourront, le cas échéant, le modifier.

17.3. Le Client recevra chaque trimestre un relevé de ses titres financiers comportant les
informations requises par la règlementation. Il dispose d'un délai d'un mois, à compter de la
mise à disposition ou de la date de réception du relevé, pour formuler ses éventuelles
observations. Passé ce délai, il est réputé l'avoir approuvé.

17.4. L'ensemble des documents liés au mandat de gestion sera communiqué au Client par
voie postale, par courrier au porteur ou par messagerie électronique.

Article 18 : Déclaration des transactions à des fins réglementaires et fiscales

18.1. Le Client est informé que le Mandataire doit déclarer à la Banque Centrale du Congo
les transactions exécutées sur les instruments financiers. Ces déclarations comportent,
notamment, les noms et codes ISIN des titres financiers concernés par la transaction, la
quantité, la date et l'heure d'exécution, le prix de la transaction, ainsi que l'identification
du Client pour le compte duquel la transaction a été effectuée.

18.2. Il est également informé que, conformément à la législation fiscale applicable en


République Démocratique du Congo ou à celle applicable en raison. de sa nationalité, le
Mandataire est tenu de déclarer à l'administration fiscale congolaise ou étrangère
compétente l'encaissement des revenus de capitaux mobiliers et la réalisation d'opérations
sur instruments financiers.

18.3. Toutefois, sauf disposition légale contraire, il appartient au Client de satisfaire à ses
obligations légales et réglementaires ayant trait au fonctionnement du compte-titres
· notamment les obligations en matière fiscale ou en matière de lutte contre la criminalité
organisée ou la corruption.

Article 19 : Conditions tarifaires

19.1. Le Client déclare accepter et avoir une parfaite connaissance des conditions tarifaires
du Mandataire qui lui sont applicables à l'entrée en vigueur de la présente Convention. Il
reconnaît être redevable de façon générale de tous frais, honoraires, impôts et taxes
· occasionnés par l'ouverture, le fonctionnement, la clôture du compte ou par la souscription
d'un produit ou service comme suit:

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
8

des frais d'ouverture de compte-titres et, le cas échéant, du compte especes


associés;
des frais de tenue de compte-titres de....payables chaque trimestre;
une commission de..... % sur la valeur totale des intérêts encaissés par le Client.

19.2. Le Client donne mandat irrévocable au Mandataire pour débiter son compte espèces
de toute somme due.

19.3. Le Mandataire peut se substituer au Client défaillant lorsque celui-ci n'est plus en
mesure de respecter ses obligations relatives aux règlements des opérations ainsi qu'aux
couvertures ou garanties de ses engagements ou positions. Dans ce cas, le Mandataire
exercera un droit de rétention sur les titres acquis pour le compte du Client jusqu'au parfait
règlement de toutes sommes dues, sanspréjudice de l'application d'un intérêt sur la somme
, prêtée. Le compte titres qui fait l'objet d'un droit de rétention n'est plus susceptible d'être
mouvementé par le Client.

19.4. Le Client autorise irrévocablement le Mandataire, pour le cas où l'un ou l'autre de ses
comptes espècesouverts ou à ouvrir dans seslivres, dans le cadre de la présente Convention,
présenterait une position débitrice, selon le cas, à :

opérer une compensation entre les titres acquis et le montant du prêt;


vendre sanspréavis la totalité ou une partie des instruments financiers du Client afin
de régulariser ladite position.

Article 20 : Caractère intuitu personae de la Convention - Tierce partie

20.1. La présente Convention est signée par le Mandataire au regard de l'identité du Client.
En conséquence, la Convention ne pourra en aucun cas, sans l'accord du Mandataire, faire
l'objet, par le Client, d'un quelconque transfert, sous quelque forme que ce soit, en tout
ou en partie, sous réserve des règles applicables en matière successorale.

20.2. Le Client déclare que les informations relatives à sa situation qu'il a communiquées
sont exactes, exhaustives et non trompeuses. Il s'engage à informer le Mandataire, par tout
moyen, accompagné de justificatifs si nécessaire, de tout changement desdites informations
et de sa situation (situation familiale, résidence fiscale, domicile, nationalité, etc.) et
informera le Mandataire de :

tout événement modifiant sa capacité à agir;


tout événement pouvant substantiellement affecter sa capacité financière.

20.3. La présente Convention ne crée aucun droit implicite à l'égard des tiers dont pourrait
se prévaloir une personne qui n'y est pas partie. Ne sont pas tiers au sens de la présente
Convention, les entités auxquelles le Mandataire a délégué une partie de ses engagements
prévus par la présente Convention et le conjoint en communauté des biens.

Article 21 : Bonne foi et garanties mutuelles

'21.1. Les Parties sont tenues de se conformer aux exigences de la bonne foi dans la
conclusion et l'exécution de la présente Convention. Elles ne peuvent exclure cette
obligation ni en limiter la portée. Elles ne peuvent agir en contradiction avec une attente
qu'ils ont suscitée chez l'autre Partie lorsque cette dernière a cru raisonnablement à cette
attente et a agi en conséquence à son désavantage.

21.2. Les Parties sont liées par les usageset par les pratiques qu'elles ont établis entre elles
dans l'exécution de la présente Convention. Elles sont liées par tout usage

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe .


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc,cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE

internationalement admis qui, dans le cadre des conventions sur instruments financiers, est
largement reconnu et régulièrement observé par les parties à des contrats similaires, à moins
que son application ne soit déraisonnable.

21.3. Chaque partie atteste que ses déclarations respectives reprises dans la présente
· Convention sont sincères et véritables et s'engage à ce qu'il en soit ainsi tout au long de
l'existence de la présente Convention.

21.4. De plus, chaque partie déclare et garantit à l'autre que:


la conclusion de la présente Convention ne viole en aucun cas une autre convention
la liant ou une disposition d'ordre public ;
elle dispose de toute autorité, mandat ou pouvoir, selon le cas, lui permettant de
négocier et conclure la présente Convention.

Article 22 : Convention de date et computation de délai

22.1. Les Parties sont liées par les conventions de jour ouvrées applicables sur le marché
des titres financiers auquel porte la présente Convention en ce qui concerne le règlement
des opérations et le calcul des intérêts.

22.2. Le jour non ouvré qui tombe pendant que court le délai fixé par la présente Convention
· pour l'exécution d'un paiement, la livraison d'un titre ou l'accomplissement d'un acte est
compté dans le calcul de ce délai. Toutefois, le délai qui expirerait un jour non ouvré est
prorogé jusqu'au premier jour ouvrable suivant, à moins que les circonstances n'indiquent
le contraire.

22.3. La zone horaire est celle de la République Démocratique du Congo, heure de Kinshasa,
à moins que les circonstances n'indiquent le contraire.

Article 23 : Confidentialité - Protection des données personnelles

23.1. Le Mandataire est tenu au secret professionnel, conformément à l'article 73 de la loi


n° 00312002 du 02 février 2002 relative à l'activité et au contrôle des Etablissements de
crédit.

23.2. Toutefois, le Client reconnaît au Mandataire le droit de partager avec les personnes
ci-après avec lesquelles elle négocie, conclut, exécute ou déclare notamment les opérations
prévues par la présente Convention, des informations confidentielles concernant le Client,
· dès lors que ces informations sont nécessaires à celles-ci:

la Banque Centrale du Congo;


les autorités judiciaires;
les entreprises qui assurent et garantissent les crédits du Client;
les entreprises qui octroient des crédits au Client;
les sous-traitants et autres prestataires auxquels le Mandataire confie des fonctions
opérationnelles;
les entreprises auxquelles le Mandataire confie une mission de recouvrement de
créance;
les entités appartenant au même groupe que le Mandataire;
l'administration fiscale compétente visée à l'article 18, en ce qui concerne les
obligations fiscales du Client.

23.3. Le Mandataire veille à ce que les personnes recevant des informations couvertes par
le secret professionnel soient astreintes aux mêmes obligations de confidentialité.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd / svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: hftp:/Iwww.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE, PAGE

10

23.4. En application de la législation applicable à la lutte contre le blanchiment de capitaux


et le financement du terrorisme, il est fait obligation au Mandataire de vérifier l'identité du
Client ou du bénéficiaire effectif et de s'informer auprès de lui de toutes les opérations qui
lui apparaîtront comme inhabituelles en raison notamment de leurs modalités, de leur
montant ou de leur caractère exceptionnel au regard de celles traitées jusqu'alors par le
Client.

Article 24 : Casfortuit - Force majeure

24.1. La survenance d'un cas fortuit ou d'un cas de force majeure suspend l'obligation par
la partie concernée d'exécuter ses obligations. Constitue un cas de 'force majeure, toute
circonstance indépendante d'une faute de la partie qui l'invoque, ayant pour conséquence
de rendre impossible ou anormalement onéreuse l'exécution de la présente Convention.

24.2. Sont réputés cas de force majeure en vertu de la présente Convention les événements
irrésistibles et imprévus ci-après, sans que cette énumération soit exhaustive : émeute,
, soulèvement, incendie, inondation, tempête, explosion, catastrophe naturelle, guerre, faits
du prince, saisie des comptes, actes des autorités civiles ou militaires, conflit du travail,
tremblement de terre, ou toute autre cause indépendante de la volonté raisonnable de la
partie en cause.

Article 25 : Droit applicable - Gestion des réclamations - Règlement de différends

25.1. Sousréserve des dispositions fiscales de droit étranger applicables au Client en raison
de ses obligations fiscales, la présente Convention est soumise à la législation congolaise.

25.2. Le Mandataire s'engage à établir et maintenir une procédure opérationnelle en vue du


traitement rapide et efficace des réclamations adressées par le Client. Toute réclamation
peut être transmise au Mandataire (interlocuteur habituel) ou suivant la procédure décrite
sur son site internet. En cas de difficultés concernant l'accès aux informations en rapport
avec son compte-titres, le Client peut formuler toute réclamation en rapport avec
l'exécution de la présente Convention et, dans ce cadre, saisir le service en charge des
réclamations du Mandataire qui s'efforce de trouver avec lui une solution. Tout
. renseignement relatif à une réclamation est gratuitement fourni au Client.

25.3. Encas de persistance du litige, la Partie la plus diligente peut saisir la Banque Centrale
du Congo en vue d'une médiation ou conciliation. Si aucun accord ne peut être obtenu par
voie de médiation ou de conciliation dans un délai de trois mois ou si l'une ou l'autre des
Parties se retire de la procédure de médiation ou de conciliation, le litige sera soumis au
tribunal de commerce du ressort de résidence du Client.

Article 26 : Durée - Modification - Résiliation

26.1. La présente Convention est conclue pour une durée de [deux ans, pour l'investisseur
prudent] ou [supérieure à deux ans, pour l'investisseur flexible] prenant cours à la date de
commencement d'exécution prévue à l'article 5. Il est renouvelable par tacite reconduction.

26.2. Toutes mesures législatives ou réglementaires qui rendraient nécessaire la


modification de tout ou partie de la présente convention, seront applicables dès leur date
d'entrée en vigueur moyennant information préalable du Client.

26.3. En cas d'évolution de ses services, objets de la présente convention, le Mandataire


peut apporter à la présente Convention des modifications, le cas échéant, substantielles.
Celles-ci seront portées à la connaissance du Client. Ces modifications sont relatives aux
conditions tarifaires et seront applicables en l'absence de contestation du Client par courrier

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
11

avec demande d'avis de réception, deux (2) semaines après leur notification. De convention
expresse, le Client sera réputé avoir accepté la modification proposée s'il n'a pas notifié au
Mandataire son avis contraire avant la date d'entrée en vigueur de cette modification.

26.4. Le Client a la possibilité de refuser la modification proposée en résiliant la présente


Convention sans frais avant la date d'entrée en vigueur de la modification. En cas de refus
du Client d'accepter les modifications, le Mandataire pourra procéder, sansfrais, à la clôture
du compte.

26.5. La présente Convention peut être résiliée par chacune des Parties moyennant mise en
demeure d'un mois par écrit (courrier ordinaire ou courrier électronique) ou oralement avec
confi rmation écrite. Le Mandataire exécute les opérations en cours j usqu' à la clôture
définitive du compte du Client.

26.6. En cas de résiliation de la présente Convention avant l'échéance de perception des


frais de tenue de compte, la somme due au Mandataire devient exigible et sera calculée
, prorata temporis.

Article 27 : Langue - Nombre d'exemplaires

27.1. La présente Convention est négociée et conclue en langue française. Il peut en être
établi une version dans une autre langue à la demande du Client. En cas de divergence entre
les deux versions, la version française fait foi.

27.2. La présente Convention est établie en 2 exemplaires, chacune des Parties reconnaît
, en avoir reçu un exemplaire.

Article 28 : Communications - Election de domicile

28.1. Lescommunications entre le Mandataire et le Client s'effectuent sousl'une des formes


suivantes:

- courrier ordinaire, par voie postale ou porteur, avec accusé de réception;


- courrier électronique ou tout autre moyen de communication électronique;
- téléphone.

28.2. En cas de contestation d'exécution du mandat, la contestatton; formulée par écrit et


motivée doit être adressée à l'établissement et au prestataire dans le délai de 8 jours suivant
la réception par le Client du relevé d'opérations prévu à l'article 17.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd / svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE

ANNEXEIl : MODELEDECONVENTIONTYPE DETENUE DE COMPTE-TITRESS

ENTRE

(Personne physique) [Nom, Prénoms], résidant [adresse], Monsieur/


- Madame , représenté(e) ou assisté(e) aux fins de
présentes par Monsieur/Madame...................................................................
en qualité de

(Société), [dénomination] au capital de , dont le siège


social est sis , immatriculée au Registre du Commerce et du Crédit
Mobilier sous le numéro , représentée aux fins de présentes par
........................
, en qualité de .
(Autre personne morale) [dénomination] dont le siège social est
· sis , agissant conformément aux dispositions de [acte constitutif] ,
représentée aux fins de présentes par , en qualité de .
ci-après dénommé « Client », d'une part; .

et

...........................,(dénomination de l'établissement de crédit), dont le siège social est sis à


.................., immatriculée au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier sous le numéro
· , représentée par...... ci-après dénommée «Teneur de compte
conservateur», d'autre part.

TITRE 1: DISPOSITIONSGENERALES

Article 1er : Objet de la convention

La présente Convention a pour objet de définir, à l'exclusion de tout autre service


· d'investissement, les modalités des prestations de services d'investissement ci-après:

l'ouverture d'un compte-titres en faveur du Client;


la tenue d'un compte-titres;
le conseil en investissement pour les prises de décision éclairées du Client;
la transmission-réception des ordres du Client;
le service des opérations sur titres.

Article 2 : Catégorisation du Client

Le Client reconnaît qu'il relève de la catégorie de Clients professionnels visée à l'article 7


de l'Instruction n" du 2020 définissant les principes directeurs de
démarchage, d'ouverture et de tenue des comptes-titres, de conseil en investissement, de
gestion de portefeuille pour compte de tiers et de prêt de titres.

TITRE Il : OUVERTURE- FONCTIONNEMENTDE COMPTE-TITRES

· Article 3 : Demande d'ouverture d'un compte-titres

Toute demande d'ouverture de compte-titres devra être accompagnée de documents exigés


à l'article 4 de l'Instruction n° du 2020 définissant les principes
directeurs de démarchage, d'ouverture et de tenue des comptes-titres, de conseil en
investissement, de gestion de portefeuille pour compte de tiers et de prêt de titres.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
2

Article 4 : Ouverture d'un compte-titres

4.1. Le Teneur de compte conservateur ouvre au Client un compte-titres spécifique


conformément aux dispositions de l'article 20 de la loi n° 18/027 du 09 juillet 2018 relative
aux systèmes de paiement et de règlement-titres. Est rattaché au compte-titres un compte
espèces dans les livres du Teneur de compte conservateur, désigné par le Client ou ouvert
concomitamment, qui enregistrera au débit ou au crédit la contrepartie en numéraire des
opérations effectuées sur les titres financiers inscrits dans le compte-titres du Client.

4.2. Le compte espèces suit le régime du compte-titres. Si le compte-titres est un compte


joint, le compte espèces est nécessairement un compte joint. Si les titres financiers sont
inscrits dans un compte indivis et que l'indivision est conventionnelle, le Client
communiquera au Teneur de compte conservateur la convention ou l'acte d'indivision.

Article 5 : Commencement d'exécution

Le compte-titres pourra commencer à fonctionner dès que le Teneur de compte conservateur


sera en possessionde l'ensemble des pièces requises énumérées ci-dessus.

Article 6 : Fonctionnement du compte-titres

6.1. Le compte-titres fonctionne sur instruction du Client ou de son (ses) mandataire(s)


habilité(s) conformément aux dispositions des articles 16,17, 18 et 19.

6.2. Le Client peut désigner de manière expresse un ou plusieurs mandataire(s) qui devra
· (devront) déposer la (leur) signature(s) auprès du Teneur de compte conservateur suivant la
procédure prévue à cet effet, et préalablement à leur première opération. Le
fonctionnement et la gestion du compte resteront sous la responsabilité du Client qui ne
pourra en aucun cas engager la responsabilité du Teneur de compte conservateur sur les
agissements du (des) mandataire(s).

6.3. Le Client peut révoquer la procuration à tout moment. La révocation prend effet soit à
la date de réception par le Teneur de compte conservateur d'une lettre de révocation avec
· avis de réception, soit à la date de signature, à l'agence qui gère le compte, d'un document
de révocation.

6.4. Lorsque le Client confie la gestion de son compte-titres à un tiers, il en informera le


Teneur de compte conservateur et communiquera au Teneur de compte conservateur le
mandat de gestion y relatif.

6.5. Le Teneur de compte conservateur n'est pas tenu d'avoir connaissance des termes dudit
mandat et, plus globalement, s'interdit toute ingérence dans la gestion des titres, sauf
· conclusion d'un mandat de gestion discrétionnaire.

6.6. Le Teneur de compte conservateur accomplira les actes d'adminiStration courante pour
le compte du Client ou de son représentant, et notamment l'encaissement des produits. Plus
généralement, ces actes viseront à traiter les évènements intervenant dans la vie des titres
financiers conservés.

6.7. Le Teneur de compte conservateur tient tous les registres et les comptes nécessaires
· pour permettre de distinguer à tout moment ses propres titres financiers de ceux de chacun
de ses clients pris isolément.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Oourriel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
3

6.8. Les titres inscrits en compte et les droits qui y sont attachés ne peuvent faire l'objet ni
d'une utilisation, ni d'un transfert de propriété, par le Teneur de compte conservateur, sauf
accord exprès du Client.

· Article 7 : Fonctionnement du compte espèces associés à un compte-titres

7.1. Le compte espèces associé à un compte-titres sert de dépôt de provision pour les
opérations liées à l'acquisition d'un titre (souscription, achat ou autres frais dus au Teneur
de compte conservateur) et à l'encaissement du produit du remboursement et des intérêts
produits par les titres.

7.2. Le Teneur de compte conservateur ne saurait être tenu pour responsable en cas
· d'annulation de paiement et/ou de défaut d'un émetteur, quel qu'il soit, même si cette
annulation ou défaut est constatée et intervient a posteriori du fait de l'automatisation des
traitements et du délai de remontée de l'information vers le Teneur de compte conservateur
ou du constat par ce dernier.

Article 8 : Compte-titres joint et compte espèces joint

8.1. Le compte-titres joint est mouvementé par tous les co-titulaires pris séparément.
Chacun des co-titulaires peut valablement effectuer seul tous les actes de disposition sur les
· titres financiers inscrits dans ledit compte (achat, vente, virement, souscription, etc.).

8.2. La dénonciation du compte espèces joint entraine la dénonciation du compte-titres


joint et vice-versa.

8.3. Dès réception de la notification par le Teneur de compte conservateur, le compte-titres


joint et le compte espèces joint ne peuvent plus fonctionner que suivant les signatures
conjointes de l'ensemble des co-titulaires, dans l'attente de la décision d'affectation des
· titres financiers et du solde créditeur du compte espèces rattaché prise conjointement par
les co-titulaires. Les ordres transmis mais non encore exécutés au jour de la dénonciation
sont annulés sauf demande contraire formulée d'un commun accord par l'ensemble des co-
titulaires.

8.4. En cas de décès de l'un des co-titulaires, le compte-titres joint continue de fonctionner
dans les mêmes conditions que le compte espèces lié jusqu'à sa clôture.

Article 9 : Compte-titres indivis

9.1. Le compte-titres indivis fonctionne sous la signature de tous les co-titulaires, sauf
mandat réciproque, ou sous la signature de l'un d'entre eux ou d'un tiers qui a reçu
procuration. Les avis d'opération sont adressés au co-titulaire désigné lors de l'ouverture du
compte espèces lié. Le décès de l'un des co-titulaires d'un compte indivis entraîne le
blocage de ce compte; le déblocage est effectué à l'issue des opérations de liquidation de
la succession.

· Article 10 : Compte-titres démembré

10.1. La propriété d'un compte-titres peut être démembrée entre le nu-propriétaire et


l'usufruitier.

10.2. Le compte-titres démembré fonctionne dans les conditions choisies par l'usufruitier et
le nu-propriétaire telles que notifiées au Teneur de compte conservateur.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
4

Article 11 : Disponibilité des titres

11.1. Le Teneur de compte conservateur restitue les titres financiers en sa possessionsur


simple demande du Client, sousréserve des indisponibilités provenant de la mise en garantie
(nantissements contractuels ou légaux, blocage conventionnel, etc.) ou de droits que
pourraient faire valoir des tiers par voie de justice.

, 11.2. Conformément au principe de l'inscription en compte, la restitution se réalise sous


forme de virement en compte-titres auprès d'un autre Teneur de compte conservateur.

11.3. Le Teneur de compte conservateur demeure responsable à l'égard du Client titulaire


du compte titres, en sa qualité de teneur de compte-conservateur, lorsqu'il recourt à un
mandataire, à un dépositaire central ou lorsqu'un tiers met des moyens techniques à sa
disposition.

Article 12 : Monnaie de transaction - Opérations de change associées

12.1. Le compte-titres et le compte espècescorrespondant sont tenus dans la monnaie dont


est libellé le titre financier. Pour chaque devise, le Teneur de compté conservateur ouvrira
un compte-titres correspondant. Lors de la transmission de l'ordre ou participation à une
opération sur titres, si le Client détient un compte de particuliers dans la devise de
l'opération concernée, le règlement est effectué dans cette devise. À défaut, le change est
effectué dans les conditions visées ci-dessous.

, 12.2. Pour les opérations donnant lieu à des règlements en devises, le compte espèces
rattaché au compte-titres du Client sera débité ou crédité de la contre-valeur en monnaie
nationale ou en monnaie étrangère du montant de l'opération réalisée par application du
taux pratiqué par le Teneur de compte conservateur sur la devise concernée ainsi que des
frais et commissions y afférents.

12.3. Le Teneur de compte conservateur ne sera en aucun cas responsable des pertes ou des
dommages résultant d'un événement quelconque susceptible d'affecter la transférabilité, la
convertibilité ou la disponibilité d'une quelconque devise et en aucun cas le Teneur de
, compte conservateur n'aura l'obligation de substituer une autre devise à la devise dont la
transférabilité, la convertibilité ou la disponibilité a été affectée par la législation ou la
réglementation ou par ledit événement. .

Article 13 : Clôture ou blocage du compte-titres

13.1. Le Client peut, sans préavis, décider de clôturer le compte-titres. Dans ce cas, il
indiquera au Teneur de compte conservateur le sort du compte espèces associé et, le cas
, échéant, les coordonnées d'un autre Teneur de compte conservateur auprès duquel seront
transférés les titres. Le transfert des titres ne pourra toutefois avoir lieu que dans la mesure
où le Client n'est redevable envers le Teneur de compte conservateur d'aucune somme ou
instrument financier.

13.2. La clôture d'un compte-titres entraîne la clôture du compte espèces associé.


Toutefois, elle est sansincidence sur le fonctionnement des autres comptes-titres du Client
restant ouverts dans les livres du Teneur de compte conservateur.

13.3. Pour un compte titre clôturé, le Teneur de compte conservateur assure le dénouement
des opérations en cours.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courrtel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd 1 cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE.PA~E

13.4. En l'absence de titres financiers sur une période de 5 ans, le Teneur de compte
conservateur se réserve le droit de clôturer le compte-titres.

, 13.5. En cas de compte-titres joint, le co-titulaire qui en prend l'initiative doit en aviser
immédiatement l'autre, le Teneur de compte conservateur étant déchargé de toute
obligation d'information dans ce cas. Cette décision entraîne le blocage du compte-titres et
sa transformation immédiate en un compte-titres indivis, compte collectif sans solidarité
active. L'emploi ultérieur et la destination des titres financiers déposés seront décidés
conjointement par les co-titulaires et notifiés au Teneur de compte conservateur.

13.6. Le décès du titulaire unique d'un compte-titres entraîne le blocage du compte jusqu'à
· l'issue des opérations de liquidation successorale.

TITRE III. CONSEILEN INVESTISSEMENT


SURLESTITRESFINANCIERS·

Article 14: Portée des conseils en investissement

14.1. Le Teneur de compte conservateur s'engage à fournir au Client des recommandations


d'investissement pour la souscription aux émissions des titres financiers ou pour la vente ou
l'achat des titres financiers au marché secondaire. Dansce cadre, il est tenu de :

rendre ses services avec diligence et fidélité;


transmettre les conseils, à l'initiative du Client ou de sa propre initiative selon la
fréquence, de manière à permettre la prise de décision éclairée de la part du Client;
ne pas donner des conseils concernant les investissements qui sortent de son cadre
d'activité.

14.2. Le service de conseil en investissement (ci-après -cc Conseil ») désigne le fait de fournir
· des recommandations personnalisées au Client, soit à sa demande, soit à l'initiative de
Teneur de compte conservateur qui fournit le Conseil, concernant une ou plusieurs
transactions portant sur des instruments financiers ou dépôts structurés ou sur des services
d'investissement. Sont uniquement visées les recommandations adressées au Client en sa
qualité d'investisseur ou d'investisseur potentiel et au regard de sa situation personnelle.

14.3. Les conseils en investissement fournis par le Teneur de compte conservateur ne


comprennent ni de conseils relatifs à la situation fiscale du Client ni de conseils juridiques.

14.4. Le Client s'engage à communiquer au Teneur de compte conservateur toutes les


informations sollicitées par celui-ci afin de permettre au Teneur de compte conservateur de
mieux le conseiller en fonction de a capacité d'assumer les risques. Le Client confirme être
informé de manière appropriée des éventuels risques s'il ne communique pas correctement
les informations sollicitées.

14.5. Le Client reste libre et autonome dans la gestion personnelle de son portefeuille.

· 14.6. Le Client accepte que le Teneur de compte conservateur évalue l'adéquation entre la
situation patrimoniale, les besoins du Client et le portefeuille qu'il détient, afin d'améliorer
le service de conseil fourni. Cette évaluation aura lieu au minimum une fois par an. Elle sera
adressée au Client via un support détaillé reprenant les produits détenus et les critères
évalués.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Couniel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
6

Article 15 : Non-exclusivité des conseils en investissement - Exclusion de responsabilité

15.1. Le Client est conscient et accepte que le Teneur de compte conservateur peut fournir
· à ses autres clients des conseils similaires ou identiques à ceux proposés au Client. Le Teneur
de compte conservateur peut également exploiter le conseil proposé au Client sous réserve
du principe de la priorité donnée aux ordres du Client.

15.2. Les conseils en investissement sont valables au moment de leur communication et


peuvent s'avérer inadéquats voire inopportuns ultérieurement.

15.3. Le Teneur de compte conservateur n'est pas responsable:

des erreurs d'appréciation ou de jugement du Client et des pertes financières qui


entraînent ou auraient pu entraîner une variation, même sensible, des avoirs du
Client sauf si les conseils, au moment où ils ont été émis, étaient grossièrement
erronés ou en cas de faute grave;
des conséquences dommageables causées par le retard, l'inexactitude ou l'omission
de diffusion des informations relatives aux marchés des instruments financiers du fait
de l'émetteur ou des gestionnaires des systèmes d'information sur les données de
tels marchés ;
si le Client ne respecte pas son obligation de vigilance d'un bon père de famille.

15.4. Le Teneur de compte conservateur ne répond que de sa faute lourde ou de son dol.

TITRE IV. RECEPTION - TRANSMISSION DES ORDRES

Article 16 : Fourniture accessoire du service de réception-transmission des ordres

16.1. Le Teneur de compte conservateur s'engage à fournir au Client un service accessoire


· de réception-transmission d'ordres dans les conditions et limites fixées par l'Instruction n°
38 bis du 09 juillet 2019 portant règlement général du marché des valeurs du Trésor ou de
tout autre texte juridique de portée équivalente.

16.2. Le Client peut transmettre ses ordres par internet, le truchement des services mobiles
ou téléphone. Il peut également transmettre ses ordres en agence en complétant et signant
les bordereaux prévus à cet effet. Le Client est informé que les ordres envoyés par téléphone
sont enregistrés. En cas d'interruption ou d'indisponibilité d'un mode de transmission, pour
· quelque cause que ce soit, le Client conserve la possibilité d'utiliser un autre mode autorisé
par l'autorité de marché pour transmettre ses ordres.

Article 17 : Réception et prise en charge des ordres

17.1. Le Client devra adresser ses ordres en indiquant son identité et son numéro de compte.

17.2. En outre, le Client devra indiquer:

les caractéristiques du Titre financier concerné par la passation d'ordre;


le sens de l'opération qu'il souhaite réaliser (achat, vente ou autre) ;
la quantité ou le montant d'instruments financiers concernés;
le taux ou le prix ;
la devise;
le code ISIN du titre financier;
toute autre stipulation en rapport avec la validité de l'ordre.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
7

17.3. Le Teneur de compte conservateur peut demander au Client la confirmation de l'ordre


émis. Il peut également limiter ou refuser la transmission d'ordres ou l'utilisation de certains
moyens de communication sur certains titres et/ou certains marchés étrangers, sans avoir à
en justifier, notamment pour des raisons techniques ou si il considère que les modalités de
circulation ou d'inscription desdits titres ne sont pas compatibles avec les règles de
· fonctionnement et de sécurité qu'il a mises en place.

17.4. Le Client est tenu d'envoyer ses ordres dans les heures de fonctionnement du marché.
Tout ordre reçu dans les 15 minutes précédant l'heure de clôture de la séance peut, pour
des raisons de délais, ne pas être transmis au marché le même jour. Sauf disposition
contraire du Client, l'ordre sera transmis à la prochaine séance.

17.5. Les ordres sont horodatés dès leur réception. L'horodatage matérialise la prise en
charge de l'ordre. Dansce cas, l'ordre ne peut plus être modifié par le Client sauf si le Teneur
· de compte conservateur lui reconnaît cette possibilité.

17.6. Le Client est seul responsable des risques liés aux erreurs de transmission des ordres.
Sont notamment à la charge du Client, sous réserve de faute grave du Teneur de compte
conservateur, les dommages résultant d'erreurs d'acheminement, erreurs d'identification,
retards, pertes, malentendus, altérations ou abus par des tiers.

Article 18 : Interdiction de vente à découvert - Transmission des ordres

18.1. La vente de titres financiers indisponibles ou inexistants sur le compte-titres ouvert


dans les livres du Teneur de compte conservateur n'est pas autorisée. Le Client est informé
que tout ou partie des actifs crédités à son compte-titres sont affectés à la couverture de
ses opérations. En conséquence, la transmission d'un ordre d'achat entraîne
automatiquement l'affectation en couverture de cet ordre des sommes ou valeurs déposées
dans les livres du Teneur de compte conservateur.

18.2. A la réception de l'ordre émis par le Client, le Teneur de compte conservateur


· transmettra l'ordre au système de négociation destinataire de l'ordre. Le Client en est tenu
informé.

18.3. Le Teneur de compte conservateur est seul responsable des erreurs de retranscription
des ordres.

18.4. Le Client est expressément informé que la transmission de l'ordre ne préjuge pas de
son exécution. L'ordre n'est exécuté que:

si les conditions de marché le permettent;


s'il satisfait à toutes les conditions légales, réglementaires ou contractuelles
applicables.

18.5. Si l'ordre n'a pas pu être exécuté dans le délai de validité prévu, pour quelque raison
que ce soit, le Teneur de compte conservateur en informe son Client dans les deux jours
ouvres:

à dater de la clôture de souscription des titres au marché primaire;


à dater de l'échéance de la période de validité de l'ordre pour les ordres dirigés vers
le marché secondaire.

18.6. L'ordre qui n'a pas pu être exécuté sera annulé. Il appartiendra au Client d'émettre un
nouvel ordre.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE

Article 19 : Typologie des ordres - Validité des ordres

19.1. À défaut d'indication contraire ou de règle de marché imposant une validité différente,
tout ordre expire à la fin du mois civil courant. En cas de non-exécution d'un ordre au jour
d'expiration de sa validité, un nouvel ordre est nécessaire pour le renouveler même si ses
caractéristiques sont identiques.

19.2. La validité d'un ordre est fonction de règles définies par le marché concerné. Sauf
· disposition contraire prévue par les règles de marché applicables:

un ordre expire automatiquement à l'occasion de l'attribution de tout avantage


particulier sur la valeur considérée;
un ordre est ajusté à l'arrondi près lors du détachement d'un coupon ou d'un
dividende sur une valeur considérée pour que la situation du donneur d'ordres ne soit
pas modifiée.

· 19.3. Après transmission des ordres, le Teneur de compte conservateur accepte, sans
garantir leur prise en compte, d'acheminer les demandes d'annulation d'ordres en cours de
validité non encore exécutés ou partiellement exécutés.

19.4. Les ordres dont l'exécution risquerait de nuire au bon fonctionnement des marchés
peuvent être annulés, conformément aux règles de marché applicables par le gestionnaire
du marché. La responsabilité du Teneur de compte conservateur ne peut être recherchée
de ce fait et, le cas échéant, les frais acquittés par ce dernier restent dus par le Client.

· Article 20 : Comptabilisation des ordres

20.1. L'enregistrement comptable d'une négociation au compte du Client est effectué dès
l'exécution de l'ordre. Cet enregistrement comptable vaut inscription en compte et emporte
transfert de propriété à la date de dénouement effectif de l'opération.

20.2. Sous réserve de dispositions différentes prévues le cas échéant par les règles de
marchés applicables, le Client acheteur peut:

exercer l'ensemble des droits attachés à ses titres à compter de la date du transfert
de propriété ;
bénéficier dès l'exécution de l'ordre du droit au dividende ou coupon ainsi que du
droit à participer aux opérations sur titres.

Article 21: Information du Client sur l'ordre exécuté - Limitation de responsabilité

21.1. Le jour ouvré suivant l'exécution d'un ordre, le Teneur de compte conservateur
· transmet au Client un avis d'opération reprenant les caractéristiques de l'exécution,
notamment la quantité, le cours, les montants brut et net, les impôts, taxes et commissions,
l'heure, la date et le lieu d'exécution. Le Client dispose d'un délai de dix jours suivant la
mise à disposition de l'avis d'opération pour formuler toute réclamation.

21.2. La probabilité d'exécution d'un ordre dépend de ses caractéristiques ainsi que des
conditions et de la liquidité du marché. Le Teneur de compte conservateur ne peut être
tenu pour responsable en cas de non-exécution ou d'exécution partielle d'un ordre pour
, quelque cause que ce soit, sauf faute qui serait exclusivement de son fait. Lorsque l'ordre,
pour une raison quelconque, n'a pu être acheminé sur le marché, le Teneur de compte

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE

conservateur informe le Client par tous moyens de la non-transmission de l'ordre dans le


délai maximum d'un jour ouvré suivant le constat d'impossibilité.

21.3. Le Client reconnaît que l'utilisation des moyens de communication à distance comporte
des risques qu'il accepte et décharge le Teneur de compte conservateur de toutes les
, conséquences pouvant en résulter, sauf en cas de faute exclusivement imputable au Teneur
de compte conservateur.

TITRE V : OPERATIONS SUR TITRES

Article 22 : Prestations liées à des opérations sur titres

22.1. Le Teneur de compte conservateur fournit des prestations liées aux opérations sur
,titres pour autant que le portefeuille du Client comprenne des titres financiers de
participation. Dans ce cadre, il s'engage à informer le Client des opérations sur titres
financiers nécessitant une réponse de sa part ou entraînant une modification sur les avoirs
inscrits à son compte.

22.2. Les opérations sur titres visées par ces informations sont celles qui sont rendues
publiques postérieurement à la date de comptabilisation des titres en compte. L'information
n'est transmise au Client que pour les titres comptabilisés la veille de la date à laquelle
débute l'opération sur titres.

Article 23 : Diligences à accomplir par le Teneur de compte conservateur

23.1. Le Teneur de compte conservateur met tout en œuvre pour informer le Client des
opérations affectant ses titres dans des délais lui permettant de transmettre son instruction.

23.2. Le Teneur de compte conservateur ne peut être tenu pour responsable:

des retards ou omissions dans l'acheminement des informations ou instructions qui


seraient imputables aux services postaux, aux émetteurs, aux établissements
centralisateurs ou aux dépositaires centraux congolais ou étrangers, en particulier
pour le paiement des revenus et remboursements ou pour l'information sur les
modalités des autres opérations sur titres;
en raison de la brièveté des délais pour transmettre l'information au Client, ainsi que
de l'impossibilité de connaître a priori toutes les conditions qui pourraient être
imposées par l'émetteur ou par les réglementations étrangères à l'occasion d'une
opération sur titres.

23.3. En fonction des délais ou des conditions de l'opération sur titres en cause, le Teneur
de compte conservateur peut ne pas pouvoir vérifier si le Client remplit toutes les conditions
exigées pour participer à l'opération. Il appartient donc au Client de s'assurer qu'il remplit
les conditions requises.

TITRE V : DISPOSITIONS DIVERSES ET FINALES

, Article 24 : Information du Client

24.1. Outre les informations liées à la réception ou à l'exécution des ordres prévues à
l'article 20, le Teneur de compte conservateur informe le Client à la fin de chaque trimestre
des opérations affectant les titres financiers inscrits dans son compte, par la transmission
d'un relevé d'opérations sur titres financiers comprenant:

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouverileur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd/cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE

10

la date d'effet et! ou le délai d'exercice de l'opération;


la description de l'opération;
le nombre de titres financiers qu'il détient et les droits correspondants;
les informations relatives aux opérations sur titres financiers nécessitant une réponse
du titulaire qu'il reçoit individuellement des émetteurs;
les informations relatives aux autres opérations sur titres financiers qui entraînent
une modification sur les avoirs inscrits sur le compte du Client, qu'il reçoit
individuellement des émetteurs.

24.2. Le Client dispose d'un délai d'un mois, à compter de la mise à disposition ou de la date
de réception du relevé, pour formuler ses éventuelles observations .. Passé ce délai, il est
réputé l'avoir approuvé. 35.2. En cas de contestation d'exécution d'un ordre, la
contestation, formulée par écrit et motivée doit être adressée au Teneur de compte
conservateur dans le délai ci-dessus.

24.3. Les documents liés à la tenue du compte-titres prévus par la présente Convention
seront adressés au Client par voie postale, par mise à sa disposition par porteur ou par
· courrier électronique.

Article 25 : Déclaration des transactions à des fins réglementaires et fiscales

25.1. Le Client est informé que le Teneur de compte conservateur doit déclarer à la Banque
Centrale, en sa qualité d'Autorité de marché les transactions exécutées sur les instruments
financiers. Ces déclarations comportent, notamment, les noms et codes ISIN des titres
financiers concernés par la transaction, la quantité, la date et l'heure d'exécution, le prix
· de la transaction, ainsi que l'identification du Client pour le compte duquel la transaction a
été effectué.

25.2. Il est également informé que, conformément à la législation fiscale applicable en


République Démocratique du Congo ou à celle applicable en raison de la nationalité du
titulaire du compte-titres, le Teneur de compte conservateur déclare à l'administration
fiscale compétente l'encaissement des revenus de capitaux mobiliers et la réalisation
d'opérations sur titres.

· 25.3. Toutefois, sauf disposition légale contraire, il appartient au Client de satisfaire à ses
obligations légales et réglementaires ayant trait au fonctionnement du compte-titres
notamment en matière fiscale ou de lutte contre la criminalité organisée ou la corruption.

Article 26 : Défaillance du Client

26.1. Dans l'hypothèse où le Teneur de compte conservateur viendrait à se substituer au


Client défaillant qui ne serait plus en mesure de respecter ses obligations relatives aux
· règlements des opérations ainsi qu'aux couvertures ou garanties de ses engagements ou
positions dans les conditions prévues par la présente Convention ou par d'autres dispositions
légales, réglementaires ou contractuelles, le Teneur de compte conservateur exercera un
droit de rétention sur les titres acquis pour le compte du Client jusqu'au parfait règlement
de toutes sommes dues, sans préjudice de l'application d'un intérêt sur la somme prêtée.

26.2. Le Client autorise irrévocablement le Teneur de compte conservateur, pour le cas où


l'un ou l'autre de ses comptes espèces ouverts ou à ouvrir dans ses livres, dans le cadre de
la présente Convention, présenterait une position débitrice, selon le cas, à :

opérer une compensation entre les titres acquis et le montantdu prêt;

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouverileur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
11

vendre sans préavis tout ou partie des instruments financiers du Client afin de
régulariser ladite position.

Article 27: Conditions tarifaires

27.1. Le Client déclare accepter et avoir une parfaite connaissance des conditions tarifaires
du Teneur de compte conservateur qui lui sont applicables à l'entrée en vigueur de la
présente Convention. Il reconnaît être redevable de façon générale de tous frais, honoraires,
impôts et taxes occasionnés par l'ouverture, le fonctionnement, la clôture du compte ou par
la souscription d'un produit ou service comme suit:

des frais d'ouverture de compte-titres et, le cas échéant, du compte especes


associé;
des frais de tenue de compte-titres .... payables chaque trimestre;

27.2. Le Client donne mandat irrévocable au Teneur de compte conservateur pour débiter
son compte en numéraires de toute somme due.

Article 28 : Caractère intuitu personae de la Convention - Tierce partie

28.1 La présente Convention est signée par le Teneur de compte conservateur au regard de
l'identité du Client. En conséquence, la Convention ne pourra en aucun cas, sans l'accord
du Teneur de compte conservateur, faire l'objet, par le Client, d'un quelconque transfert,
sous quelque forme que ce soit, en tout ou en partie.

28.2. Le Client déclare que les informations relatives à sa situation qu'il a communiquées
sont exactes, exhaustives et non trompeuses. Il s'engage à informer le Teneur de compte
conservateur, par tout moyen, accompagné de justificatifs si nécessaire, de tout
· changement de sa situation (situation familiale, résidence fiscale, domicile, nationalité,
etc.) et informera le Teneur de compte conservateur de :

tout événement modifiant sa capacité à agir,


tout événement pouvant substantiellement affecter sa capacité financière.

28.3. Lorsque le Client est une personne morale, il s'engage à transmettre immédiatement
au Teneur de compte conservateur e toute modification ou projet de modification
· concernant son statut juridique, la composition de son capital social, la répartition de ses
droits de vote ainsi que tout apport ou fusion/ scission, le concernant.

28.4. La présente Convention ne crée aucun droit implicite à l'égard des tiers dont pourrait
se prévaloir une personne qui n'y est pas partie. Ne sont pas tiers au sens de la présente
Convention les établissements de crédit auprès desquels le Teneur de compte conservateur
délègue une partie de ses engagements prévus par la présente Convention.

Article 29 : Bonne foi et garanties mutuelles

29.1. Les Parties sont tenues de se conformer aux exigences de la bonne foi dans la
conclusion et l'exécution de la présente Convention. Ils ne peuvent exclure cette obligation
ni en limiter la portée. Elles ne peuvent agir en contradiction avec une attente qu'ils ont
suscitée chez l'autre lorsque cette dernière a cru raisonnablement à cette attente et a agi
en conséquence à son désavantage.

29.2. Les Parties sont liées par les usages et par les pratiques qu'ils ont établies entre elles
· dans l'exécution de la présente Convention. Elles sont liées par tout usage

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
12

internationalement admis qui, dans le cadre des conventions sur instruments financiers, est
largement reconnu et régulièrement observé par les parties à des contrats similaires, à moins
que son application ne soit déraisonnable.

29.3. Chaque partie atteste que ses déclarations respectives reprises dans la présente
- Convention sont sincères et véritables, lors de la signature la présente Convention et
s'engage à ce qu'il en soit ainsi tout au long de son existence.

29.4. De plus, chaque partie déclare et garantit à l'autre que:

la conclusion la présente Convention ne viole en aucun cas une autre convention la


liant ou une disposition d'ordre public;
elle dispose de toute autorité, mandat ou pouvoirs, selon le cas, lui permettant de
négocier et conclure la présente Convention.

Article 30 : Convention de date et computation de délai

30.1. Les Parties sont liées par les conventions de jour ouvrées applicables sur le marché
des titres financiers auquel porte la présente Convention en ce qui concerne le règlement
des opérations et le calcul des intérêts.

30.2. Lesjours fériés ou chômés qui tombent pendant que court le délai fixé par la présente
, Convention pour l'accomplissement d'un acte sont comptés dans le calcul de ce délai.
Toutefois, le délai qui expirerait un jour qui est férié ou chômé au lieu d'établissement de
la partie qui doit accomplir un acte, est prorogé jusqu'au premier jour ouvrable suivant, à
moins que les circonstances n'indiquent le contraire.

30.3. La zone horaire est celle de la République Démocratique du Congo, heure de Kinshasa,
à moins que les circonstances n'indiquent le contraire.

Article 31 : Confidentialité - Protection des données personnelles

31.1. Le Teneur de compte conservateur est tenu au secret professionnel, conformément à


l'article 73 de la loi n° 003/2002 du 02 février 2002 relative à l'activité et au contrôle des
intermédiaires financiers.

31.2. Toutefois, le Client reconnaît au Teneur de compte conservateur le droit de partager


avec les personnes ci-après avec lesquelles elle négocie, conclue ou exécute notamment les
opérations prévues par la présente Convention des informations confidentielles concernant
, le Client, dès lors que ces informations sont nécessaires à celles-ci:

les entreprises qui assurent et garantissent les crédits du Client;


les entreprises qui octroient des crédits au Client;
les sous-traitants et autres prestataires auxquels le Teneur de compte conservateur
confie des fonctions opérationnelles;
les entreprises auxquelles le Teneur de compte conservateur confie une mission de
recouvrement de créance ;
les entités appartenant au même groupe que le Teneur de compte conservateur;
l'administration compétente de son pays de résidence en ce qui concerne les
obligations fiscales du Client.

31.3. Le Teneur de compte conservateur veille à ce que les personnes recevant des
informations couvertes par le secret professionnel soient astreintes aux mêmes obligations
de confidentialités.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE

13

Article 32 : Force majeure

32.1. La survenance d'un cas fortuit ou d'un cas de force majeure suspend l'obligation par
la Partie concernée d'exécuter ses obligations. Constitue un cas de force majeure toute
circonstance indépendante d'une faute de la partie qui l'invoque, ayant pour conséquence
de rendre impossible ou anormalement onéreuse l'exécution de la présente Convention.

32.2.Sont réputés cas de force majeure en vertu de la présente Convention les événements
irrésistibles et imprévus ci-après, sans que cette énumération soit exhaustive: faillite,
émeute, soulèvement, incendie, inondation, tempête, explosion, catastrophe naturelle,
guerre, faits du prince, actes des autorités civiles ou militaires, conflit du travail,
tremblement de terre, une défaillance technique d'un fournisseur des services de
télécommunication ou toute autre cause indépendante de la volonté raisonnable de la partie
en cause en cause.

Article 32 : Réclamations - Règlement de différends - Droit applicable

32.1. En cas de difficultés concernant l'accès aux informations en rapport avec son compte-
titres, le Client peut formuler toute réclamation en rapport avec l'exécution de la présente
Convention et, dans ce cadre, saisir le service en charge des réclamations du Teneur de
compte conservateur qui s'efforce de trouver avec lui une solution. Tout renseignement
relatif à une réclamation est gratuitement fourni au Client.

32.2. Encas de persistance du litige, la Partie la plus diligente peut saisir la Banque Centrale
en vue d'une médiation ou conciliation. Si aucun accord ne peut être obtenu par voie de
, médiation ou de conciliation dans un délai de trois mois dès l'ouverture la médiation ou si
l'une ou l'autre des Parties se retire de la médiation, le litige sera soumis au tribunal de
commerce du ressort de résidence du Client.

32.3. Sous réserve des dispositions fiscales de droit étranger applicables au Client, la
présente Convention est soumise à la législation congolaise.

Article 33 : Durée - modification - Résiliation de la Convention

33.1. La présente Convention est conclue pour une durée indéterminée prenant cours à la
date de sa signature.

33.2. Toutes mesures législatives ou réglementaires qui rendraient nécessaire la


modification de tout ou partie de la présente convention, seront applicables dès leur date
d'entrée en vigueur sans moyennant information préalable du Client.

33.3. En cas d'évolution de ses services, objets de la présente convention, le Teneur de


, compte conservateur peut apporter à la présente Convention des modifications, le cas
échéant, substantielles. Celles-ci seront portées à la connaissance du Client. Ces
modifications, en particulier celles relatives aux conditions tarifaires, seront applicables en
l'absence de contestation du Client par courrier avec demande d'avis de réception, 2
semaines après leur notification. Deconvention expresse, le Client sera réputé avoir accepté
la modification proposée s'il n'a pas notifié au Teneur de compte conservateur, avant la
date d'entrée en vigueur cette modification, qu'il ne l'acceptait pas.

, 33.4. Le Client a la possibilité de refuser la modification proposée en résiliant la présente


Convention sans frais avant la date d'entrée en vigueur de la modification. En cas de refus
du Client d'accepter les modifications, le Teneur de compte conservateur pourra procéder,
sans frais, à la clôture du compte.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd / svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE

14

33.5. La présente Convention peut être résiliée par chacune des Parties moyennant mise en
demeure d'un mois par écrit (courrier ordinaire ou courrier électronique) ou oralement avec
confirmation écrite. Le Teneur de compte conservateur exécute les opérations en cours
jusqu'à la clôture définitive du compte du Client.

33.6. En cas de résiliation de la présente Convention avant l'échéance de perception des


frais de tenue de compte, la somme due au Teneur de compte conservateur devient exigible
. et sera calculée prorata temporis.

Article 34 : Langue - Nombre d'exemplaires

34.1. La présente Convention est négociée et conclue en langue française. Il peut en être
établi une version dans une autre langue à la demande du Client. En cas de divergence entre
les deux versions, la version française fait foi.

. 34.2. La présente Convention est établie en 2 exemplaires, chacune des Parties reconnaît
en avoir reçu un exemplaire.

Article 35 : Communications - Election de domicile

35.1. Les communications entre le Teneur de compte conservateur et le Client, y compris la


transmission des ordres, se font sous l'une des formes suivantes:

- un courrier ordinaire, par voie postale ou porteur, avec accusé de réception;


- un courrier électronique ou tout autre moyen de communication électronique;
- le téléphone.

35.2. Aux fins de communications ci-dessus les Parties déclarent avoir élus domicile aux
adresseset communiqués les numéros de contact ci-après:

Teneur de compte Conservateur Client


Adresse

Courrier électronique

Téléphones

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gambe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd 1 svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
1

ANNEXEIII : CONVENTION-CADRERELATIVEAU PRETDETITRES

ENTRE

(Société), [dénomination] au capital de , dont le siège


social est sis , immatriculée au Registre du Commerce et du Crédit
Mobilier sous le numéro , titulaire du (des) compte(s) titres
n c ès
ouvert s aupres e
( ) d ' , aux f'ms d e presentes
representee '
par , en qualité de .

(Autre personne morale) [dénomination] dont le siège social est


sis , agissant conformément aux dispositions de [acte constitutif] ,
titulaire du (des) compte(s) titres n" ouvert(s) auprès de
..................................
représentée aux fins de présentes par , en qualité de

ci-après dénommé « Prêteur ", d'une part;

et

...........................,(dénomination de l'établissement de crédit), dont le siège social est sis à


.................., immatriculée au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier sous le numéro
.....................................
, représentée par ci-après dénommé, « Emprunteur ", d'autre part;

Article 1er : Objet et champ d'application

. La présente Convention-cadre fixe les règles applicables aux contrats de Prêt de Titres
financiers entre le Prêteur et l'Emprunteur. Elle s'applique à tout contrat de Prêt de Titres
financiers, présent et futur, conclu entre les Parties.

Le Prêt et les garanties financières visées par la présente Convention peuvent porter sur tous
les titres financiers, sauf dispositions contraires de l'autorité de marché.

Article 2 : Principes généraux

. Les principes généraux de la Convention sont les suivants:

l'Emprunteur peut librement disposer des titres financiers empruntés, à charge pour lui
d'en restituer au Prêteur la même quantité et la même nature à l'échéance du Prêt;
le Prêteur peut librement disposer des espècesou des titres financiers reçus en garantie
du Prêt, à charge pour lui de les restituer en même quantité et/ou nature lors de la
restitution intégrale des titres empruntés;
les Prêts régis par la présente Convention forment un tout pour leur résiliation et leur
compensation;
la survenance d'un cas de défaillance d'une Partie donne le droit à l'autre Partie de
résilier l'ensemble des Prêts en cours, de compenser les dettes et créances réciproques
afférentes, y compris celles relatives aux garanties financières mises en place, et
d'établir un solde de résiliation à recevoir ou à payer;
le solde de résiliation est déterminé selon une méthode de calcul établie par la présente
Convention qui reflète la valeur économique des Prêts et de la garantie financière
constituée par une Partie auprès de l'autre, conformément aux dispositions de l'article
5, à la date de leur résiliation.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
2

Article 3. Formation du Contrat

3.1. Le contrat de Prêt de titres financiers est conclu par tous moyens et prend effet dès
l'échange des confi rmations.

3.2. A la date de prise d'effet, les Parties sont irrévocablement engagéesà prêter ou emprunter
les titres financiers sur lesquels porte le Prêt et à se conformer à l'ensemble des dispositions
de la présente Convention. A cet effet, elles reconnaissent et acceptent que toutes les
conversations téléphoniques échangées entre elles relatives à la conclusion et à l'exécution de
leurs Prêts soient enregistrées.

3.3. La conclusion de chaque Prêt sera suivie d'un échange de confirmations par lettre ou par
transmission électronique présentant un degré suffisant de sécurité et de fiabilité pour les
, Parties. Les confirmations comprennent le numéro du contrat et reproduisent fidèlement en
tant que de besoin la convention des parties. Elles sont directement communiquées à la Banque
Centrale du Congo et, le cas échéant, au Teneur de compte conservateur des titres financiers
concernés.

3.4. Sauf cas de force majeure, l'absence de confirmation par l'une des Parties entraîne
exécution par l'autre Partie de ses obligations.

, 3.5. En cas de désaccord sur les termes d'une confirmation, lequel est notifié immédiatement
à l'autre Partie, chaque Partie pourra se référer à ses enregistrements téléphoniques comme
mode de preuve pour établir les termes du Prêt correspondant.

3.6. Les Parties peuvent, préalablement à la conclusion d'un Prêt et dans les conditions qu'elles
déterminent librement, convenir de réserver des titres financiers en faveur de l'une d'elles. La
réservation est suivie d'un échange de confirmations prévoyant ses modalités. Si l'Emprunteur
décide d'emprunter les titres financiers, il notifie sa décision au Prêteur. Cette notification
entraîne la mise en place du Prêt conformément aux dispositions prévues au paragraphe 4.3.

Article 4 : Garanties financières de Prêt de titres financiers

4.1. Le Prêteur peut exiger, à tout moment, une garantie financière à fournir par l'Emprunteur
conformément aux dispositions des articles 33 et 34 de la loi n° 18/027 du 09 juillet 2018
relative aux systèmes de paiement et de règlement-titres. Pour un Prêt garanti, l'Emprunteur
constitue, simultanément à la livraison des Titres prêtés, une garantie financière en faveur du
Prêteur de telle façon que la valeur de la garantie dans la devise de référence dudit Prêt soit
. au moins égale à la valeur des titres financiers prêtés multipliée par le Taux de couverture.

4.2. Les garanties financières donnent lieu au transfert en pleine propriété, par l'Emprunteur
au Prêteur, de valeurs, d'espèces, de créances ou de titres financiers, visant à couvrir le Prêteur
du risque résultant de la défaillance de l'Emprunteur.

4.3. L'Emprunteur peut, à tout moment, décider de substituer des titres financiers nouveaux
aux titres financiers constituant initialement la garantie financière, sous réserve qu'à la date
. de sa décision, la valeur des nouveaux titres financiers soit au moins égale à celle des titres
financiers initialement remis en garantie. A cet effet, il adresse une notification de substitution
au Prêteur au plus tard deux jours ouvrés avant la date prévue pour la substitution, en plus des
délais usuels de livraison. A cette dernière date, le Prêteur restitue les titres financiers
considérés contre livraison des titres financiers se substituant aux titres financiers initiaux.

4.4. La substitution de titres financiers n'a pas d'effet novatoire sur le Prêt considéré ou toute
garantie financière déjà constituée y afférente.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
3

Article 5 : Obligations du Prêteur

5.1. A la date convenue pour la livraison, le Prêteur procède à la livraison des titres financiers
à l'Emprunteur. Cette livraison intervient par inscription en compte-titre au profit de
l'Emprunteur conformément aux dispositions de l'article 20 de la loi n018/019 du 09 juillet
2018 relative aux systèmes de paiement et de règlement-titres.

5.2. L'inexécution du Prêteur à la date convenue de livraison entraîne résolution sans frais du
contrat de prêt, sauf si les Parties arrêtent une autre date de livraison.

5.3. A l'échéance du Prêt, le Prêteur restitue à l'Emprunteur les espèces et/ou les titres
financiers apportés en garantie. Lorsque les titres financiers constituant la garantie ont donné
· lieu au cours du Prêt à attribution de droits ou de titres financiers supplémentaires, le Prêteur
restitue également ces droits et ces titres financiers.

Article 6 : Obligations de l'Emprunteur

6.1. L'Emprunteur s'engage à payer une cornrmssion de prêt à l'échéance du Prêt et,
éventuellement, à fournir au Prêteur une garantie financière dans un délai de deux jours ouvrés
lorsque celui-ci en fait la demande. La commission est calculée sur une base de 360 jours par
an, sur le nombre exact de jours écoulés sur la période allant de la Date de livraison (incluse)
· jusqu'à la date de restitution (exclue) selon la formule reprise en annexe 1 de l'Instruction
n° du 2020 définissant les principes directeurs de démarchage,
d'ouverture et de tenue des comptes-titres, de conseil en investissement, de gestion de
portefeuille pour compte de tiers et de prêt de titres. La commission est exigible le deuxième
jour ouvré suivant la date de réception du relevé adressé par le Prêteur.

6.2. En cas d'inexécution par l'Emprunteur de son obligation de fournir la garantie financière
ou de fournir des titres financiers ou des espèces supplémentaires pour relever la valeur de la
· garantie financière, le Prêteur peut résilier le contrat de prêt.

6.3. En cas d'inexécution par l'Emprunteur de son obligation de paiement de la commission


visée au 6.1, le Prêteur peut réaliser la garantie.

6.4. A la date de restitution, l'Emprunteur restitue les Titres financiers empruntés. Le Prêteur
restitue à l'Emprunteur les espèces ou les titres financiers apportés en garantie. Lorsque les
titres financiers empruntés donnent lieu au cours du Prêt à attribution à des droits ou à des
titres financiers supplémentaires, l'Emprunteur restitue également ces droits et titres
· financiers.

6.5. En cas d'inexécution par l'Emprunteur de son obligation de restituer les titres empruntés à
la date de restitution prévue, le Prêteur peut, sans mise en demeure, tant que cette
inexécution se poursuit, exiger de l'Emprunteur le paiement d'une pénalité de retard au taux
d'intérêt annuel de 8 %, calculé prorata temporis entre la date d'échéance du Prêt (incluse) et
la date de restitution effective des titres financiers (exclue), cette date ne pouvant pas être
antérieure à la date d'échéance du titre financier.

Article 7 : Valorisation des titres financiers prêtés ou remis en garantie

7.1. Les Parties procèdent périodiquement à des remises calculées pour tenir compte de
l'évolution de la valeur de marché des titres financiers prêtés. Chaque Partie s'oblige, dans les
meilleurs délais, à procéder à toute remise lui incombant.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
4

7.2. A chaque date de calcul au cours de la vie du Prêt, l'agent de règlement détermine l'écart
de couverture du Prêt, lequel est égal à la différence, positive ou négative, entre:

la valeur des titres financiers faisant l'objet d'un prêt multipliée par le taux de
couverture, et
la valeur ajustée de la garantie.

7.3. Si l'écart de couverture est positif, sur demande du Prêteur, l'Emprunteur complète la
garantie en effectuant en sa faveur une remise d'un montant égal à celui-ci dans la devise de
. référence du Prêt. Si l'écart de couverture est négatif, sur demande de l'Emprunteur, le Prêteur
réduit sa garantie en effectuant en faveur de l'Emprunteur une remise d'un montant égal à la
valeur absolue de celui-ci dans la devise de référence du Prêt.

7.4. Lès Parties désignent par la présente la Banque Centrale du Congo en tant qu'agent de
règlement de leurs opérations de prêts.

Article 8 - Résiliation du Prêt

8.1. La convention de prêt de titres financiers peut être résiliée en cas de défaillance de l'une
des parties ou de survenance d'une circonstance nouvelle.

8.2. Constitue un cas de défaillance pour l'une des Parties, l'un des événements suivants:

l'inexécution d'une quelconque disposition de la présente convention relative à un


paiement, une livraison ou remise d'un titre financier;
l'inexécution d'une obligation quelconque au titre de la Convention, par la Partie
considérée, à laquelle il n'aurait pas été remédié dans un délai de trois jours ouvrés à
compter de la notification de l'inexécution par l'autre Partie;
la déclaration de l'impossibilité ou du refus de régler tout ou partie de ses dettes ou
d'exécuter ses obligations;
l'octroi administratif ou judiciaire d'un moratoire;
l'interdiction d'une autorité réglementaire d'émettre sur un marché, ainsi que toute
procédure équivalente;
la cessation de fait d'activité;
l'ouverture d'une procédure de liquidation amiable ou de toute autre procédure
équivalente;
l'ouverture de toute procédure de prévention ou de traitement des difficultés des
entreprises ;
tout événement susceptible d'entraîner la nullité, l'inopposabilité, la disparition d'une
quelconque sûreté ou garantie consentie par acte séparé en faveur de la Partie non
défaillante .

. 8.3. Constitue une circonstance nouvelle pour une Partie, l'un des événements suivants:

l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi ou d'une nouvelle réglementation;


la modification d'une loi ou d'un quelconque texte à caractère obligatoire ou la
modification de l'interprétation judiciaire ou administrative qui en est faite, dont il
résulte qu'un Prêt est illicite pour la Partie concernée ou qu'il doit être procédé à une
déduction ou retenue de nature fiscale sur un montant à verser ou qu'elle doit recevoir
de l'autre Partie au titre dudit Prêt;
la détérioration manifeste et substantielle de l'activité, du patrimoine ou de la situation
financière de la Partie concernée qui résulterait d'une fusion, scission ou cession
d'actif.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Couniel : sgouvemeur@bcc.cd / svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
5

8.4. La survenance d'un cas de défaillance ou d'une circonstance nouvelle donne à la Partie
non défaillante le droit, sur simple notification adressée à la Partie défaillante, de :

suspendre l'exécution de ses obligations au titre de la Convention;


résilier l'ensemble des Prêts en cours entre les Parties;
procéder à la détermination du solde de résiliation et en exiger le paiement par
notification au débiteur, conformément aux dispositions de l'article 10.

Article 9 : Calcul et paiement du solde de résiliation

9.1. Le solde de résiliation est la différence, positive ou négative, entre la valeur des titres
financiers empruntés à restituer par l'Emprunteur et la valeur de la garantie à restituer par le
, Prêteur.

9.2. La Partie redevable du solde de résiliation procède au versement correspondant à l'autre


Partie dans les trois jours ouvrés à compter de la réception de la notification.

9.3. Dans l'hypothèse où un tel versement doit être effectué, suite à la survenance d'un cas de
défaillance, par la Partie non défaillante à la Partie défaillante, la Partie non défaillante est
irrévocablement autorisée à le compenser avec tout montant qui lui est dû par la Partie
défaillante à quelque titre que ce soit.

9.4. En cas de retard de versement du solde de résiliation, le montant concerné est majoré des
intérêts de retard, de plein droit et sans mise en demeure préalable, au taux d'intérêt annuel
de 8 %, calculés prorata temporis entre la date de résiliation (incluse) et la date du paiement
effectif du solde de résiliation (exclue).

Article 10 : Dispositions diverses

, 10.1 Toute notification effectuée en vertu de la Convention doit être faite par lettre ou toute
transmission électronique ou numérisée présentant un degré suffisant de sécurité et de fiabilité
pour les Parties et prend effet à la date de sa réception.

10.2. Dans le cas où pour une raison quelconque, un paiement est effectué dans une monnaie
autre que la devise de référence et s'il y a une différence entre ce montant converti dans cette
devise et le montant dans la devise que prévoyait ledit Prêt, la Partie débitrice devra, à titre
d'obligation indépendante, indemniser à première demande et sans pouvoir soulever
d'exception, l'autre Partie de tous frais et pertes qui en résulteraient.

10.3. Le non exercice ou l'exercice tardif par une Partie de tout droit, pouvoir ou privilège
découlant de la présente Convention ne constitue pas une renonciation au droit, pouvoir ou
privilège en cause.

10.4. La présente Convention, tout Prêt ou l'un quelconque des droits ou obligations en
découlant pour une Partie peuvent être transférés ou cédés sous réserve de l'accord préalable
de l'autre Partie. Le présent article ne vise pas les opérations entraînant une transmission
, universelle du patrimoine (notamment en cas de fusion et de scission) pour lesquelles l'accord
préalable et écrit de l'autre Partie ne sera pas nécessaire conformément aux lois et règlements
en vigueur.

10.5. Les intérêts de retard prévus par la présente Convention sont capitalisés s'ils sont dus
pour une période supérieure à un an.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd / cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd
BANQUE CENTRALE DU CONGO SUITE,PAGE
6

10.6. La résiliation des Prêts ouvre droit.: pour la seule Partie non défaillante, au
remboursement des frais et débours engagés, y compris de procédure judiciaire, le cas échéant,
qu'elle aurait subis du fait de la survenance d'un cas de défaillance et qu'elle serait en mesure
de justifier.

10.7. Lorsqu'un signataire à la présente Convention agit pour le compte d'un mandant dont il a
révélé l'identité, ledit mandant est Partie à la Convention et aux Prêts. La Convention s'applique
· alors exclusivement aux Prêts conclus au nom et pour le compte du mandant.

10.8. Chaque Partie s'engage à fournir à l'autre Partie, lors de la conclusion de la présente
Convention, les documents attestant de l'identité, du spécimen de signature et des pouvoirs
des signataires à l'engager au titre de la présente Convention et des Prêts, ou de tout autre
document s'y référant.

Article 11 : Durée de la Convention - Prorogation du prêt

· 11.1. La Convention est conclue pour une durée de ....

11.2. L'Emprunteur peut à tout moment solliciter la prorogation partielle ou totale d'un Prêt
venant à échéance. Le Prêteur, sans justifier sa réponse et compte tenu des Délais Usuels de
Livraison, informe par écrit l'Emprunteur de son accord ou de son refus de proroger le prêt. En
cas de réponse favorable les Parties conviennent alors des modalités de prorogation, lesquelles
n'ont pas d'effet novatoire sur le Prêt en question ou toute garantie financière déjà constituée.

· 11. 3. La Convention peut être dénoncée à tout moment, par lettre recommandée avec accusé
de réception par la Partie diligente; ladite dénonciation prenant effet à l'expiration d'un délai
de 5 jours ouvrés suivant sa réception.

11.4. La Convention continue toutefois à régir les rapports entre les Parties pour tous les Prêts
conclus avant la prise d'effet de ladite dénonciation.

Article 12 : Renonciation aux immunités

· La Convention est de nature commerciale. Les Parties renoncent irrévocablement à toute


immunité de juridiction ou d'exécution dont elles pourraient bénéficier tant pour elles-mêmes
que sur leurs biens présents ou futurs.

Article 13 : Loi applicable - Attribution de compétence - Langue

13.1 La Convention est soumise au droit congolais.

· 13.2. Elle est négociée et conclue en langue française. En cas de traduction dans une autre
langue, seule la version française fait foi.

13.3. Tout litige, relatif notamment à sa validité, son interprétation ou son exécution, à défaut
d'un règlement amiable dans les 30 jours, est soumis à la compétence du Tribunal de commerce
de Kinshasa Gombe. Les recours contre les décisions qui seront rendues par cette juridiction
seront faites conformément aux conditions légalement prévues.

563, Boulevard Colonel Tshatshi - Kinshasa - Gombe


Courriel : sgouvemeur@bcc.cd/ svicegouve@bcc.cd/ cabgouv@bcc.cd - Web site: http://www.bcc.cd