Vous êtes sur la page 1sur 5

Partie 1

Ce qu’on mange,la façon dont on mange,le


lieu ,le temps etc diffèrent, donc il ya une
cause de cette différence :
 Psychologie
 Sociologie
 ethnologie
Psychologie

La façon dont on se nourrit n’est qu’un


reflet de ce qui se passe dans notre
mental
 les psychologues se réfèrent à ce
qu’on mange et la façon dont on
mange pour comprendre la
personnalité et expliquer quelques
comportements des malades ‘’dis-moi
y
h
u
o
lm
e
n
a
p
q
ce que tu manges, je te dirais qui tu
es’’

explication de quelques comportement :


 manger lentement revèle une
personnalité qui aime tirer le meilleur
parti de chaque instant de la vie
 manger très vite :personne de genre
multitâche et qui s’intéresse à la
productivité
 organiser ses aliments :personnes
avec des compétences
organisationnelles
 mélanger ses aliments revèle une
personne qui ne priorise pas
en brèf :‘’Ce que nous mangeons affecte non
seulement ce que nous ressentons, mais
encore, ce que nous ressentons joue un rôle
sur la façon dont nous nous alimentons. ‘’
sociologie :
anciennement :l’alimentation avait comme
but de satisfaire le besoin de faim …
Actuellement ça doit obéir à un certains
nombre de normes et régimes 
 La sociologie de l’alimentation s’est peu à peu autonomisée
par rapport à la sociologie de la famille
 ce que l’on mange ne dépend pas seulement de
son revenu, mais aussi de sa position dans la
société 

selon Halbwachs :
 ‘’ « Il y a des aliments qu’on ne mange pas parce
qu’ils sont considérés comme inférieurs et d’autres
qu’on recherche non seulement parce qu’ils
apportent une satisfaction à l’organisme, mais
parce qu’ils font honneur. On est rehaussés à ses
propres yeux comme à ceux des autres parce qu’on
a une table bien garnie » (Halbwachs, 1938,’’
selon Kaufmann:

 « D’abord le plus simple, le plus basique, se


retrouver ensemble pour manger, et ressentir par
ce seul fait que l’on partage quelque chose
d’essentiel, que l’on fabrique comme autrefois la
"parenté par la bouillie" [référence à Richards,
1948] […] [De plus,] la plupart du temps, quelque
chose d’autre se passe, de l’ordre des plaisirs
partagés. Sans qu’il soit obligatoire de les exprimer
ouvertement » (Kaufmann

En brèf :on mange pour ressembler aux autres,


partager avec eux,sentir l’appartenance …