Vous êtes sur la page 1sur 4

ECOLE SUPERIEURE DES SCIENCES ET DE TECHNOLOGIE DE HAMMAM SOUSSE

Section : PC2 AU :2020-2021

Série : Réduction des endomorphismes

Exercice 1 :

Soit E un K-espace vectoriel et f un automorphisme de E.

1
Montrer que sp(f −1 ) = { ; λ ∈sp(f)}
λ
Exercice 2 :

Soit f l’endomorphisme de R[X] défini par :

f (P ) = (2X + 1)P + (1 − X 2 )P 0

1. Montrer que si P est un vecteur propre de f alors deg P = 2

2. Déterminer les valeurs propres de f et ses sous-espaces propres associes.

Exercice 3 :

Soient t ∈ R et M la matrice carrée de taille n définie par :


 
t 1 ··· 1 1
1
 t ··· 1 1 
M =  ... .. .. .. .. 

 . . . .
1 1 ··· t 1
1 1 ··· 1 t

1. Donner le rang de la matrice M − (t − 1)In .

2. Déduire une valeur propre de M , préciser son ordre de multiplicité.

3. Trouver le polynôme caractéristique de M .

Exercice 4 :
 
1 0 1
Soit A =  −1 2 1 m ∈ R
2−m m−2 m
Pour quelles valeurs de m la matrice A est diagonalisable.

Exercice 5 :
 
0 1 0
Soit A =  0 0 1
−2 1 2
1. Diagonaliserla matrice A et calculer, pour tout n ∈ N, An .

u0 = 1, u1 = 1
2. Déterminer explicitement la suite (un )n définie par
un+3 = 2un+2 + un+1 − 2un

1
3. Résoudre dans Mn (C), l’équation X 2 = A.

Exercice 6 :

Soit n ∈ N∗ . On considère la matrice A = 2In − B ∈ Mn (R) avec

0 ··· 0
 
0 1
.. .
. .. 

1 0 1
 
B = 0
 .. .. 
 . . 0 
. .
 .. ..

0 1
0 ··· 0 1 0

1. on pose D1 = 2 et Dn =det(A).

Montrer que Dn+2 = 2Dn+1 − Dn . Déterminer alors Dn .

2. Pour λ ∈ R, on pose P1 (λ) = λ et pour tout n ≥ 2, Pn (λ)=det(λIn − B).

a. Donner une relation entre Pn+2 (λ), Pn+1 (λ) et Pn (λ).

sin((n + 1)θ)
b. Soit θ ∈ R\πZ. Justifier la relation Pn (2 cos(θ))) = .
sin(θ)
c. En déduire le spectre de B puis celui de A.

d. Montrer que A est diagonalisable.



n kπ n n kπ n+1
sin2 (
P Q
3. Montrer que ) = et sin( )= .
k=1 2(n + 1) 2 k=1 2(n + 1) 2n
Exercice 7 :

Soit f ∈ L(Cn ) représenté dans la base canonique B = (e1 , ..., en ) par la matrice
 
0 1 0.. 0
 .. .. .
. 0 . .. 
A= 
 .. 
0 . 1
1 0 ··· 0

1. Soit r ∈ {0, ..., n}. Calculer f r (ei ). Déduire Ar .


2iπ
2. Soit w = e n et t Cr = (1, wr , w2r , ..., w(n−1)r ).
Montrer que pour tout r ∈ {0, ..., n − 1}, Cr est un vecteur propre de A associé à wr .

3. Déduire (t C0 , ...,t Cn−1 ) est une base de Cn et donner la matrice de f dans cette base.

Exercice 8 :

On considère l’application ϕ ∈ L(Rn [X]) définie par

ϕ(P ) = (1 − X 2 )P 00 − 3XP 0

1. Donner la matrice de ϕ dans la base canonique de Rn [X].

2. Déterminer les valeurs propres de ϕ. montrer que ϕ est diagonalisable.

3. Montrer qu’il existe une unique base (P0 , ..., Pn ) formée par des vecteurs propres de ϕ,

unitaires et deg(Pk )=k. On notera λk la valeur propre associée à Pk .

2
4. Déterminer P0 et P1 .

5.a. Vérifier que Qn (X) = Pn (−X) est un vecteur propre de ϕ associée à λn .

b. Déduire la parité de Pn .

Exercice 9 :

Soient n ∈ N∗ et a0 , ..., an−1 des scalaires. On considère la matrice

0 ··· −a0
 
0 0
..
1 . . . ..
 
 . . −a1 
A = 0 . . .
 .. .. 
 . 0 . 
. . ..
 .. ..

. 0 −an−2 
0 ··· 0 1 −an−1

1. Montrer que le polynôme caractéristique de A est χA = X n + an−1 X n−1 + ... + a1 X + a0 .

2. Soit λ ∈ Sp(A). Montrer que rg(A − λIn ) = n − 1. En déduire que les valeurs propres de A sont
simples.

3. En déduire que A est diagonalisable si et seulement si χA est scindé à racines simples.

Exercice 10 :

On pose Tn = [−1, 1] → R, x 7→ cos(n arccos(x))

1. Montrer que ∀n ≥ 1 , Tn+1 + Tn−1 (x) = 2xTn (x)

2. En déduire que ∀n ≥ 1, Tn est une fonction polynomiale de degré n.

3. Pour tout entier n ≥ 2, et x ∈ [−1, 1], on pose :

0 ···
 
0 2 0 0  
 ..  T0 (x)
1 0 1 . 0 0  T1 (x) 
.. 
 
 ..  
 T2 (x) 
1 0 1 0 1 . . 
Mn =   ∈ Mn (R) et Vn (x) = 
 
..
2 ... . . . .. .. ..

. . . 0

 . 

Tn−2 (x)
 
..
  
0 0 . 1 0 1 
Tn−1 (x)
0 0 ··· 0 1 0
a. Calculer le produit (Mn − xIn )Vn (x).
π kπ
b. Soit k ∈ {0, ..., n − 1}. Montrer que xk,n = cos( + ) est une racine de Tn .
2n n
Trouver toutes les racines de Tn .

c. Montrer que ∀0 ≤ k ≤ n − 1

(Mn − xk,n In )Vn (xk,n ) = 0


d. Montrer que les valeurs propres de Mn sont les n racines de Tn .

Quelles sont les vecteurs propres associés ?

e. Montrer que la matrice Mn est diagonalisable .

3
Exercice 11 :

Soit E un K-espace vectoriel de dimension n et f, g ∈ L(E) tels que f ◦ g = g ◦ f .

On suppose que f admet n valeur propres distinctes deux à deux.

1. Soit λ ∈ Sp(f ). Justifier que dimEλ (f ) = 1 .

En déduire que tout vecteur propre de f est aussi un vecteur propre de g.

2. Montrer qu’il existe une base de E dans la quelle les matrices de f et g sont diagonales. que peut-on
dire de f + g et f ◦ g

Exercice 12 :
π
On note E l’espace de fonctions continues de [0, ] dans R. Pour f ∈ E, on désigne par F la fonction
2
π
définie sur [0, ] par :
2
Z x Z π2
F (x) = cos(x) sin(t)f (t)dt + sin(x) cos(t)f (t)dt
0 x

1. Montrer que pour tout f ∈ E, F est de classe C 2 et que F 00 = −(F + f ).


π
Préciser les valeurs de F (0) et F ( ).
2
2. Soit L l’application définie sur E par L(f ) = F .

a. Montrer que L est un endomorphisme de E. Déterminer ker(L). L est-il injectif ?


π
b. Soit g ∈ E définie sur [0, ] par g(x) = x + 1.Montrer que g 6Im(L). L est-il surjectif ?
2
3. Pour tout n ∈ N∗ , on désigne par vn l’élément de E défini par : vn (x) = sin(2nx).

Montrer que L(vn ) = λn vn avec λ est un réel à préciser.

4. Soit λ une valeur propre de L.

a. En utilisant 2.a, montrer que λ 6= 0.

b. Montrer que f ∈ E est un vecteur propre de L associé à λ, alors f est solution

non nulle de l’équation différentielle


λ+1 π
(Hλ ) : y 00 + y = 0 et y(0) = y( ) = 0
λ 2
c. Résoudre l’équation (Hλ ) en discutant suivant les valeurs de λ.

d. En déduire que, pour tout n ∈ N∗ , λn ∈ Sp(L) et que Eλn =Vect(vn ).