Vous êtes sur la page 1sur 10

Introduction 

Les Hôpitaux et les cliniques font la chasse aux appareils de ventilation respiratoire,
indispensables pour les patients ayant une forme grave de nouveau virus Covid-19, une
pandémie apparue au début de l'année 2020, présent dans plus de 180 pays sur cinq
continents. En date du 03 juin 2020, 6 508 192 cas de cette maladie ont été confirmés et plus
de 385 900 personnes en sont décédées.

Ce virus actuel de grippe qui endommage les poumons est très dangereux dans la mesure où il
touche une population qu'il n'avait jamais rencontrée auparavant. Personne n'a encore de
mémoire immunitaire contre ce virus et tout un chacun est susceptible d'être infecté. Le
problème, c'est qu'on n'a pas d'anticorps ni de cellules cytotoxiques spécifiques du virus pour
y faire face. Or, comme tout virus qui va infecter une population, il y a toujours des gens qui
sont plus faibles que d'autres et qui ne vont pas être capables de s'en défendre efficacement.

On recourt ici donc au respirateur qui prend en charge le processus respiratoire du corps et
garanti que les niveaux d'oxygène dans le corps restent normaux pour donner au patient le
temps de combattre l'infection et de récupérer.

Dans cette étude, on va prendre en charge l’un des respirateurs et choisir le moteur adéquat
pour son fonctionnement ainsi qu’on va annoncer la démarche de la variation de vitesse du
moteur choisi.
Caractéristiques du moteur :
Dans cette étude on a choisi de travailler avec un moteur à courant continu à balais de type
BILDA DUAL MODE SERVO SKU : 2000-0025-0002 de tension maximale 7.4 Volt avec
un maximum gamme de PMW égale à 500-2500 µsec et un maximum amplitude d'impulsion
de 5 Volt

Le principe de fonctionnement d’un moteur à courant continu repose sur la création d’un
couple électromagnétique sur un rotor porteur de conducteurs parcourus par un courant
continu, et qui se déplacent dans un champ magnétique.

Un inducteur (stator) crée un champ magnétique de direction fixe. Ce champ peut être obtenu
par un aimant permanent ou par un électro-aimant.

L’induit (rotor) porte des conducteurs parcourus par un courant continu. Les spires sont le
siège de forces (loi de Laplace) qui créent un couple entraînant la rotation du rotor. De cette
rotation résulte une variation du flux traversant la spire, variation qui engendre une force
électromotrice (f.é.m.) aux bornes de la spire.
Principe de la variation de vitesse :
1/ Partie théorique :
Pour faire varier la vitesse on peut agir sur deux paramètres :
la tension d'alimentation de l'induit U ou bien le flux produit par les inducteurs Φ.

n : vitesse de rotation


u : tension d’alimentation de l’induit
I : courant induit
E = U-RI : Force contre-électromotrice
K’ : constante propre au moteur
i : courant traversé dans le stator
Expression du couple :
Expression de puissance :

1) Action sur la tension d'alimentation avec un flux constant


- le couple est constant
- la puissance varie proportionnellement à la vitesse.
2) Action sur le flux avec une tension constante
- le couple varie avec le flux
- la puissance reste constante, (on gagne en vitesse ce que l'on perd en couple).

La vitesse de rotation d'un moteur à courant continu dépend de sa tension d'alimentation. Un


hacheur est un système électronique ( arduino ) permettant de faire varier
la vitesse d'un moteur à courant continu en faisant varier la tension moyenne d'alimentation
du moteur selon la méthode de PMW/MLI :
La technique de modulation de largeur d'impulsion (Pulse Width Modulation PWM) consiste
à générer un signal carré avec un rapport cyclique modulé en fonction d'un signal de
commande. Le signal généré peut servir à commander un circuit de puissance à découpage
(pont en H), associé à un filtrage passe-bas inductif, pour générer une onde sinusoïdale ou
d'une autre forme.
Voici un exemple de figure d’un signal rectangulaire qui correspond à la tension hachée u, et
un signal triangulaire correspondant au courant i.

La tension moyenne appliquée au moteur est :

2/ Partie Expérimentale :
Matériel utilisé :
 Carte arduino
 Plaque d’essai
 Moteur à courant continu
 Pile 9V
 Circuit intégré L293D (reçoit la consigne vitesse et alimente le moteur)
 Des conducteurs mâle mâle
 Adaptateur
Expérience :
Schéma récapitulant les différents branchements
Programme de la carte arduino :

Le signal PMW, généré par arduino, permettant faire varier la vitesse du moteur provient de la
borne digitale 10 de l’arduino comme le montre la figure suivante et relie le contrôleur moteur
par le conducteur blanc
Or la borne 10 de l’arduino délivre un signal digital (un signal logique qui peut prendre que 2
valeurs ici 0 ou5 : loi de tout ou rien)
Compte tenu de ce raisonnement, comment est-il possible de faire varier la vitesse de moteur
sachant la borne digitale de l’arduino ne peut générer que 2 valeurs 0V ou 5V ?
 Le PWM est un pseudo signal analogique que l’on va faire commuter très rapidement
afin de faire varier la valeur moyenne du signal : Il permet de générer une multitude de
valeur moyenne comprise entre 5 et 0 V limité de 256 valeurs (résolution de 8 bits)

Visualisation de signal de PWM :


 La forme de signal peut varier dans le temps mais que l’amplitude reste la même c’est-
à-dire que la valeur maximale ici ne change pas. Cette variation correspond à la
demande de faire varier la vitesse du moteur.
 Tout l’intérêt de PWM est de faire varier la valeur moyenne en modifiant la valeur
cyclique ou le temps de maintien au niveau du signal : plus le signal a la tendance à se
trouver à son niveau bas c’est-à-dire que le PWM baisse plus la valeur moyenne de la
tension va diminuer et au contraire plus le signal est à son niveau haut plus la tension
moyenne a la tendance à augmenter et s’approcher de 5 V

Calcul de fréquence :
Exemple de Valeur moyenne :

Vous aimerez peut-être aussi