Vous êtes sur la page 1sur 30

UNIVERSITÉ DE DJIBOUTI

Établissement d’Enseignement Supérieur

Institut Universitaire de Technologie Industrielle (IUT-I)

COURS DE THERMODYNAMIQUE

Introduction à la thermodynamique

Chargée de cours : Fatouma Hassan


orso-fafi@hotmail.com

2020/2021
1
INTRODUCTION

La thermodynamique est une science qui a pour objet principal l’étude et la description du
comportement des systèmes en fonctions certaines grandeurs physiques.

La thermodynamique étudie aussi l’évolution ou les transformations des systèmes en


considérant les variations d’état du système lors des échanges d’énergie entre le milieu
extérieur et le système.

On peut décrire la thermodynamique de deux manières différentes :

▪ l'aspect macroscopique

▪ l'aspect microscopique

Selon que l'on considère l'un ou l'autre de ces aspects, on distingue alors entre la
Thermodynamique Classique ou la Thermodynamique Statistique.

2
La Thermodynamique Classique n'a besoin d'aucune hypothèse sur la structure
atomique de la matière, elle explique le comportement de la matière ou des systèmes en
fonction de leurs variations d'énergie et d'entropie :

- elle décrit uniquement les états initiaux et finaux des systèmes en évolution et dresse
le bilan énergétique du système.
- le chemin suivi par la transformation du système peut jouer un rôle (notion de
réversibilité des transformations).
- elle ne cherche pas à élucider les mécanismes des transformations

La Thermodynamique Statistique par contre, cherche à expliquer l'origine et la


signification des variables macroscopiques (p,T) et des notions de chaleur, de travail et
d'entropie, en les reliant directement au mécanisme de l'agitation moléculaire.

3
1) Notion de système

Tous les concepts de la thermodynamique s'appliquent à des systèmes matériels.

Un système est un ensemble d'objets, défini par une enveloppe géométrique


macroscopique (déformable ou non).

Tout ce qui n’est pas le système est appelé milieu et c’est le reste de l’univers. Système et
milieu sont en communication par leur surface limite commune et peuvent procéder à des
échanges à travers celle-ci.

4
On dit qu’un système est :

Système ouvert : échanger de l’énergie et de la matière avec le milieu extérieur


Système fermé : échanger de l’énergie mais pas de la matière avec le milieu extérieur
Système isole : aucun échanger avec le milieu extérieur (pas d’échanger d’énergie pas
d’échanger de matière)

Système Echange Echange de Echange de Echange


Matière travail chaleur Energie

isolé non non non non

fermé non oui oui oui

ouvert oui oui oui oui

5
2) Phases d’un système

La phase est la partie homogène d’un système. Il existe quatre phases de la matière : solide,
liquide, gaz et plasma.
Le plasma constitue un état particulier obtenu quand la phase gazeuse est chauffée à des
températures très élevées (des millions de degrés). Il existe des systèmes monophasés
(comportant une phase). Des systèmes polyphasés (comportant plusieurs phases). Lorsque
le système comporte deux phases. On dit qu’il est diphasique.

3) Etat d’équilibre

6
4) Variable thermodynamique
L’état d’un système est défini à l’aide d’un certain nombre grandeurs macroscopique appelées
variable thermodynamiques ou variable d’état.

Quand le système échange avec le milieu extérieur soit de la matière, soit de l'énergie, on
observe les modifications qui se produisent, en mesurant certaines variables qui nous
paraissent pertinentes pour caractériser l'état du système. On étudie donc ainsi, le
comportement de ce système en déterminant une série de variables. On distingue deux types
de variables d’état :

❖ Variables extensives : Elles ont une signification quantitative et elles sont


additives. Les plus connues et les plus courantes sont la masse, la quantité
de matière et le volume.

❖ Variables intensives : Elles sont indépendantes de la quantité de matière


servant à la définir. On peut citer la température et la pression comme
celles les plus usuelles.
7
a) Température

La température définit le degré d'agitation des particules qui composent un systémes. Elle se
mesure au moyen d'un thermomètre.
Si la vitesse vi des molécules et donc leur énergie cinétique Ei augmentent, alors le degré
d'agitation thermique du milieu est plus grand. A la température de 0 K (zéro absolu à -273°C)
les atomes ou molécules sont figés.

Gaz dans une enceinte

Les molécules se déplacent dans l'enceinte de façon totalement aléatoire avec des vitesses vi,
On définit la température T par la relation :

Cette relation définit l'échelle de température absolue T en degré K.

8
b) Pression
La pression est due aux nombreux chocs des atomes ou molécules sur les parois du récipient.
C’est une grandeur intensive, elle est notée P, elle s’exprime soit en atmosphères, atm, soit en
bars, b, soit en pascals, Pa, soit en millimètres de mercure, mmHg, sachant que :
1 atm =1.013 105 Pa =1,013 bar = 760 torr= 760 mmHg .

dans l'enceinte il y a N molécules en agitation permanente soit, n' = N/V le nombre de


molécules par unité de volume. On définit la pression par la relation :

c) Volume

Le volume est une variable extensive, dépendante de la quantité de matière, il est noté V et
s’exprime soit en litres, L, soit en mètres cubes, m3.

1 m3 = 1000 l
9
5) l’équation d’état.

❑ Equation d’état

10
❑ Relation aux dérivées partielles

(1)

(2)

11
Or la relation (1) s’écrit:

(3)

En comparant les relations (2) et (3), on obtient les relations générales

(4)

12
6) l’équation d’état des gaz parfaits

Le modèle le plus simple est celui du gaz parfait. On appelle ainsi un système dont les particules
sont ponctuelles et n’exercent aucune interaction mutuelle. La pression n’est alors due qu’aux
collisions entre chaque particule et les limites matérielles du système. Un calcul statistique
montre que l’équation d’état s’écrit alors dans un système homogène fermé.

Où n est la quantité de matière exprimée en mol. R la constante universelle des gaz parfaits qui
vaut 8.314 J/K mol, V le volume exprimé en mètre cubes (m3) et T la température en Kelvin (K).

13
14
15
7) Energie interne d’un gaz parfait

L’énergie interne du gaz est donnée par : pour n moles de particules.


Ce résultat n’est pas valable que pour un gaz monoatomique (Ar, He, Ne)
Nous admettons que, pour un gaz parfait diatomique (exemple : O2, N2, Cl2……), l’équation
d’état est identique à celle d’un gaz parfait monoatomique:

16
8) Mélange des gaz parfaits : loi de dalton

✓ Notion de pression partielle

✓ Loi des mélanges idéaux

17
✓ Calcul des pressions partielles

18
✓ Fraction molaire, masse molaire moyenne

19
9) Coefficients Thermoélastiques

Les coefficients thermoélastiques s’introduisent naturellement lorsqu’on étudie


expérimentalement le comportement de la matière, en particulier les gaz, en vue de rechercher
une équation d’état.

20
Or, la relation (4) s’écrit dans le cas d’un fluide

21
Exercice d’application 1

Exercice d’application 2

22
23
10) TRANSFORMATIONS THERMODYNAMIQUE

➢ Tout changement d’état d’un système est appelé transformation.

1) Pour un système ouvert, elle peut être associée à des échanges d’énergie et de
matière avec le milieu.

2) Pour un système fermé, il ne peut s’agir que d’échanges d’énergie.

3) Pour un système isolé, la transformation est un processus interne qui ne concerne pas
le milieu.

➢ Une transformation ne peut avoir lieu qu’à partir d’un état initial dont on rompt l’équilibre et
ne s’arrête que lorsqu’un nouvel équilibre est atteint.

Il s’agit d’un régime transitoire entre deux équilibres comme on en retrouve dans tous les
domaines de la physique.

24
Transformation spontanée: les états intermédiaires ne sont pas nécessairement des états
d’équilibre ( les variables d’état du système ne sont pas définies à cause des inhomogénéités
du système lors de la transformation.)

Transformation quasi-statique: on appelle transformation quasi-statique une transformation


suffisamment lente pour que le système passe par une suite continue d’états d’équilibres
thermodynamiques internes. Les paramètres intensifs du système (P, T .) sont définis `a
chaque instant et quasiment les mêmes en tout point du système pour une phase homogène.
Toute transformation ´élémentaire est nécessairement une transformation quasi-statique.

Transformation réversible : une transformation réversible est une suite continue d’états
d’équilibre thermodynamique (équilibre interne et équilibres mécanique et thermique). Une
transformation réversible est une transformation quasi-statique renversable, qui passe par les
mêmes états d’équilibre pour aller d’un état 1 à un état 2 que pour aller de 2 vers 1.

25
Cette réversibilité est obtenue lorsqu’il n’y a aucun phénomène dissipatif (frottements
solides, viscosité, effet Joule . . .). Par opposition, on parle de transformation
irréversible lorsqu’il y a des effets visqueux ou une onde de choc.

➢ Transformation particulières :

▪ Adiabatique: si elle s’effectue sans échange de chaleur avec le milieu extérieur. Le


système est thermiquement isolé.

26
➢Transformations à paramètre fixé dans un diagramme de Clapeyron :

Les variations d'état du système à la suite d'une transformation sont représentées dans divers
diagrammes, permettant ainsi de suivre l'évolution du système. On utilise ainsi, les diagrammes
suivants : les diagrammes de Clapeyron (p,V) ou d'Amagat (pV, p), les diagramme entropique
(T,S) et de Mollier (p,H).

– Transformation isobare : la transformation est quasi-statique (et mécaniquement


réversible) et se fait `a pression constant.

27
– Transformation isochore : la transformation est quasi-statique (et
mécaniquement réversible) et se fait `a volume constant.

28
– Transformation isotherme : la transformation est quasi-statique (et mécaniquement
réversible) et se fait `a température constante.

29
30

Vous aimerez peut-être aussi